Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

II. Approche critique et comparative

Les méthodes d’analyse et les objectifs de recherche

Jean Remy

Texte intégral

1Dans ce texte, il s’agit de comparer les diverses méthodes pour dégager le lien que chacune entretient avec une problématique sociologique. Cette comparaison a pour but de nous aider à choisir une méthode plutôt qu’une autre d’après le propos de la recherche à entreprendre. Par là il s’agit d’aider le chercheur à se constituer une « boîte à outil ». Connaissant mieux la valeur d'usage de chaque méthode, il pourrait en imaginer de nouvelles, si dans la panoplie rien ne lui paraît adéquat. Dans les analyses qualitatives, le lien entre les techniques et les projets de recherche se fait d’une autre manière que dans les analyses quantitatives.

2Ce lien plus intrinsèque entre les deux niveaux, nous allons essayer de le dégager pour chacune des méthodes présentées. Pour aborder cette question, nous chercherons des éléments de réponse chez les différents auteurs. Le regard comparatif va nous inciter à expliciter, à situer la préoccupation des uns par rapport aux autres. Tout en ayant souci d’être fidèle aux préoccupations de chacun, cette explicitation se fera néanmoins en partant d'un point de vue personnel dont nous portons la responsabilité. D’une part, l’entreprise est d’autant plus délicate que nous avons nous-même présenté un mode d’analyse de contenu. D’autre part, nous sommes d’autant plus motivé pour la comparaison, qu’étant avec Danielle Ruquoy à l’origine du séminaire, nous l’avons suscité en ayant entre autres cette préoccupation.

3Nous allons d’abord faire ressortir certains présupposés communs aux quatre méthodes et qui les opposent à l'analyse rhétorique. Ensuite nous proposerons quelques axes qui nous paraissent pertinents pour une comparaison. En finale nous reprendrons la question que nous venons de poser : une méthode est-elle plus appropriée à un projet déterminé ?

Les dilemmes de l'analyse de contenu

  • 1 Séminaire de Roger Mucchielli, L'analyse de contenu, des documents et des communications, Ed. E.S. (...)

4Venons-en aux propos de ces diverses approches. Les quatre méthodes ne s’intéressent guère aux « choses dites », c’est-à-dire au niveau thématique du texte. Elles ne se focalisent pas non plus sur ce que « parler veut dire ». Le niveau rhétorique n'est pas au centre des préoccupations. Chacune d'elles nous paraît caractérisée par le propos d'Anatole Rapoport dans une intervention au colloque de R. Mucchielli1 sur l’analyse de contenu. « Le Dr. Haye disait hier que l’analyse de contenu est la partie essentielle d’une bonne conversation. Je l’accorde du point de vue de l’Art. En effet, le bon partenaire d’une conversation comprend ce que vous dites et aussi ce que vous ne dites pas. Il peut même tirer au clair le sens de ce que vous dites et vous le faire comprendre à vous-même. Le bon partenaire de conversation applique un art... Mais l’analyse de contenu est aussi une science... »

  • 2 Séminaire de Roger Mucchielli, op. cit., p. 17.

5Comme disait R. Mucchielli2, toute analyse de contenu doit être méthodique, c’est-à-dire soumise à des règles strictes que l’on peut apprendre et transmettre. Par ailleurs, elle suppose des techniques de vérification. Cette rigueur d’analyse est d'autant plus importante que 1’on recueille des informations collant à la complexité du réel. Le dilemme consiste à avoir des techniques non réductrices, mais néanmoins sujettes à vérification, alors même que la rigueur ne découle pas directement des possibilités de quantification. En effet, la vérification ne se fonde pas sur les théories de probabilités et de la loi des grands nombres, à la manière de la statistique. Cela pose donc de façon particulière le problème de l’objectivation. Certains ont évoqué le principe de saturation de l’information, d’autres la mise en comparaison d’une multiplicité de points de vue analytiques... Il en découle diverses précautions relativement à la subjectivité du chercheur. La richesse et la cohérence du travail semblent dépendre en partie d’une double exigence parfois contradictoire :

  • prendre distance par rapport à nos propres modes de perception et d’articulation du sens. La méthodologie y concourt partiellement ;
  • avoir une capacité d’empathie avec le locuteur, d’autant plus aisée que l’on mobilisera des catégories partagées avec lui.

6Les quatre méthodes analysent le locuteur dans un acte de communication mais ne s’intéressent guère à la structure de communication, notamment à la signification que revêt le message pour le « récepteur » ainsi qu’à l’interférence réciproque avec « l’émetteur ». Les analystes veulent comprendre la logique du locuteur, à travers son discours. Certes ce discours traduit une intention, fait partie d'une stratégie de communication. Mais le discours contient un en deçà, ou même un au-delà non transparent. D’où les analyses reposent sur la distinction entre latent/manifeste, implicite/explicite, intentionnel/non intentionnel. Mais ces distinctions sont plus fuyantes qu’il n’y paraît à première vue :

  • en herméneutique collective, la notion de latent renvoie à celle de non dit, intentionnel ou non. « Le sujet en dit plus qu’il ne veut en dire ».
  • selon l'analyse structurale, le latent est ramené à l’implicite et se dégage du discours lui-même. Cet implicite est constitué par la maîtrise de codes qui rend possible l’improvisation du discours. Mais on considère aussi un aspect qui relève davantage du latent comme la négociation/transaction dans lequel le discours est structurant.
  • la méthode qui cherche à opérationaliser l’ethos, suppose un en deçà qui à travers les pratiques, révèle l’identité socioculturelle du sujet.
  • la méthode qui s’intéresse plus à la stratégie d’un acteur va essayer de dégager la logique d’action qui sous-tend le discours.

7Ce jeu entre le latent et le manifeste permet à chaque projet de recherche d’élaborer son questionnement et de différencier des procédures.

8Ayant ainsi comparé les quatre méthodes, nous pourrions voir en quoi elles se distinguent de l’analyse rhétorique. Signalons brièvement l’un ou l’autre trait. Car le texte présentant l’analyse rhétorique est éclairant par lui-même sur les différences. Dans toutes les techniques d’analyse de contenu, on met le chercheur en garde contre le fait de se projeter dans le texte. A la limite, on va accepter une certaine projection domestiquée. Au contraire pour l'analyse littéraire ce n’est qu’à travers la projection que le texte devient signifiant. Ma projection indique ma connivence avec le texte et c’est cette connivence qui fonde mon interprétation, même si je prends conscience de ma projection, ce n’est encore qu’un second regard de connivence et l’on peut ainsi être renvoyé à l’infini. L’analyse littéraire fait de son travail un acte de communication. Elle veut ainsi prendre le texte, rien que le texte, mais tout le texte. Tout autre regard lui apparaît réducteur, mais une fois que l’on est fidèle à son point de vue, elle veut composer divers procédés de compréhension du texte.

9Le sociologue risque de prendre une attitude différente. L’analyse littéraire lui apparaît alors comme un complément qui est « utile » soit comme préalable, soit comme interprétation. Ainsi l’analyse rhétorique impose de bien discerner le statut du discours et amène à bien prendre en compte les jeux de langage de manière à ne pas lire au premier degré, ce qui suggère une lecture au deuxième et troisième degré. Suivant la séquence du discours, cette méthode s’efforce de voir comment le locuteur élabore la signification dans un échange progressif avec les interlocuteurs. Ainsi le discours apparaît mieux comme acte de production chargé d’initiatives venant du sujet. On ne peut, dans cette perspective, évaluer une partie d’échec en considérant le dernier coup. Le discours est bien comme une partie d’échec. Il se donne comme une séquence d’échanges potentiellement inégaux et aux résultats semi-aléatoires. Trancher cette divergence entre les deux perspectives est un problème épistémologique important, mais il déborde le projet actuel de comparaison.

Matériau — Procédures et objectifs de recherche

10Les deux auteurs qui ont trouvé dans le récit de Claire, un corpus plus adapté à leur propos, s’intéressent au mode d’investissement du sujet dans un modèle opératoire à portée sociale.

11Ainsi le discours du Cardinal Danneels se révéle peu approprié. Pour Ch. Lalive d’Epinay, ce texte présente une doctrine à la limite d’un ethos institutionnel qui nous apprend peu de chose sur la mise en forme de la vie quotidienne où le sujet exprime son identité. Dans une réaction similaire, M. Molitor ne s’intéresse pas non plus aux discours codés détachés d’une expérience de synthèse vécue par le sujet.

12Le texte du Cardinal, rejeté par les deux premières méthodes, est sélectionné par F. Houtart, car il lui apparaît comme le plus adéquat pour faire ressortir la pertinence de son propos. F. Houtart utilise la méthode de J. Gritti pour saisir comment le locuteur négocie sa position dans une transaction sociale. Plus un locuteur est en position institutionnelle forte, plus il risque d’être pris dans un jeu où pour accroître sa légitimité, il doit négocier stratégiquement son autorité. Ainsi le mode d’investissement du sujet dans son discours est moins au centre de la préoccupation que la manière dont le locuteur intervient dans un enjeu social.

13Pour l'analyse structurale telle que présentée, il y a une plus grande indétermination quant au matériau. Il s’agit de découvrir à travers le discours, le statut actantiel que se donne le locuteur et sa manière de le fonder sur une composition symbolique. Le texte du Cardinal Danneels a été choisi pour pouvoir faire sur un même texte une comparaison avec le mode d’approche de F. Houtart.

14Une fois caractérisé le matériau préféré, on peut comparer les procédures d’analyse. Pour l'herméneutique collective, il s’agit de dégager la structure de conscience du locuteur, en explicitant le supplément de significations objectives que contient le discours par rapport aux intentions du locuteur. Pour être impartial, ce travail suppose une interprétation collective et progressive. L’impartialité suppose que soit mis en œuvre un jeu collectif d’élucidation.

15Ch. Lalive d'Epinay se veut strict sur l’objectif de la recherche mais éclectique sur la méthode. Néanmoins, il analyse ses textes selon divers axes reprenant les découpages et les balisages des espaces-temps quotidiens. Cela permet d’expliciter la mise en scène et le scénario dans lequel l’ethos devient opératoire.

16La méthode de J. Gritti propose diverses techniques pour lire un texte. Elle permet donc une appropriation souple. Certains « ratissages » peuvent être développés plus que d’autres d’après les propos poursuivis par la recherche. Ceci se fait d’autant plus facilement qu’il n’y a pas de hiérarchie fonctionnelle entre les ratissages.

17F. Houtart nous paraît particulièrement intéressé à saisir comment le locuteur négocie sa position dans une transaction sociale. D’où il recherche notamment les dissonances et les contradictions pour voir comment elles sont résolues. Par là, la structure du discours donne une clé pour comprendre les ambiguïtés de la position du locuteur et sa manière de les résoudre.

18Si la méthode structurale s’intéresse à l’espace, au temps, aux qualifications, il ne s'agit pas de préciser les balises venant composer un cadre de vie quotidienne. Il s’agit de dégager par là des codes qui permettent d’établir des équivalences entre une lecture du soi et une lecture du social. Par ailleurs, la méthode veut distinguer la phase de décodage avec ses procédés de vérification de la phase d’interprétation. Cette dernière peut s’enrichir par le jeu croisé d’une pluralité de chercheurs.

19Si nous passons immédiatement aux objectifs de recherche, on pourrait les caractériser par quelques mots clé comme : structure de conscience exprimant l’investissement du sujet dans des situations — ethos comme principe de sélection s’organisant à partir d’un balisage de la vie quotidienne et donnant les orientations d’action du sujet — acteur gérant des contradictions et négociant sa position — symbolique sociale comme ressource disponible et statut actantiel.

20M. Molitor part de l’hypothèse qu’un système de sens n’est opérant que dans la mesure où il est approprié par un sujet. Pour saisir cette appropriation, il faut voir le sujet se débattre dans des situations d’où le concret de la circonstance n’est pas seulement un prétexte comme dans l’analyse structurale. La situation est regardée comme un stimulant externe provoquant des réactions. Elle est compatible avec de multiples réactions et est donc susceptible d’interprétations dépendant du sujet ainsi que des paramètres dont il dispose. Pour ce faire, le sujet utilise des « topoi », c’est-à-dire des dictons qui ne résultent pas d’une expérience qu’il a effectivement partagée. Parla, il s’agit de comprendre comment le sujet fait une réappropriation singulière de l'univers social et symbolique qui l'entoure. Le sujet est un lieu de synthèse composant des traits culturels variés. Ceci suppose que les analystes s’intéressent à la genèse résultant de la séquence temporelle où le sujet propose sa relation à un certain nombre d’objets sociaux et de situations sociales. Dégageant par là une structure de conscience, les analystes cherchent un renvoi à un mode d’insertion dans une structure sociale à travers les diverses socialisations liées aux étapes de la vie.

21Pour Christian Lalive d'Epinay, le sujet se révèle dans l’action. Il présuppose que l’action permet au sujet d’élaborer du sens. D'où l’élément révélateur est constitué par l’action en tant qu’elle est un choix, et au mieux une réaction à un événement. Le processus perturbation/régulation devient une des clés pour déceler l’ethos du locuteur, et expliciter les repères qui orientent son comportement. Ainsi l’ethos est à la fois principe organisateur de la vie quotidienne et principe régulateur de l’événement. Pour opérationaliser l’ethos, il devient décisif de dégager la structuration des espaces/temps quotidiens et la manière dont le sujet s’y meut dans sa relation aux autres. Cela permet de découvrir comment le sujet se représente et s’approprie les espaces-temps concrets. A partir de là, on peut distinguer le subjectif de l’objectif. Car quelqu’un peut être objectivement isolé et ne pas se sentir seul.

22Par ailleurs, avec la notion d’ethos, Ch. Lalive d’Epinay fait un lien explicite avec les conditions de vie, c’est-à-dire la manière dont les possibilités objectives sont traduites ou neutralisées en espérances subjectives. Ce qui permet de relier les ethos à des positions sociales. La notion d’ethos sert ainsi de médiation entre une microanalyse et une macro-interprétation. En effet, l'ethos apparaît intrinsèquement relié à l’expérience accumulée par une position sociale, vu le système d’opportunités dont elle dispose. Ainsi une fois caractérisée la position sociale d'un sujet, l’analyste peut faire référence à sa connaissance des ethos pour prédire son comportement. Ceci n’exclut nullement qu'une même personne compose à des degrés divers une pluralité d’ethos. Ceux-ci fonctionnent en effet à la manière de types idéaux, la réalité étant toujours plus complexe et plus compliquée.

23François Houtart se centre sur le jeu social et s'intéresse relativement peu à la dramaturgie personnelle et intime du sujet. La position du locuteur dans la transaction sociale a une incidence sur la structure du discours. A l’inverse, cette structure donne une clé pour comprendre les ambiguïtés de la position du locuteur. L'acteur ne se révèle jamais aussi bien que dans la manière dont il résout les contradictions auxquelles il est confronté. Le mythe est donné comme une façon de réduire ou de dépasser ces contradictions. Cela a d’autant plus de signification que le locuteur est en position collective forte. Dès lors on comprend que la méthode porte un certain intérêt au carré sémiotique de Greimas. La méthode s’intéresse également à la fréquence de certains termes. Cette analyse quantitative entremêlée à du qualitatif permet de révèler quelque chose de l’intention implicite du locuteur. La fréquence peut indiquer l’importance attribuée au terme ou le souhait de produire une définition univoque. La non-répétition peut révéler les points centraux sur lesquels le consensus est supposé.

24La méthode d’analyse structurale suppose que le discours est engendré par une structure implicite qui va permettre au sujet d’interpréter et de réagir à diverses circonstances selon une matrice similaire. La circonstance n'est guère considérée en elle-même, mais comme l’occasion qui va susciter les mises en œuvre de cette matrice.

25Intéressée à l’articulation de l’affectif sur la légitimité sociale, elle va s'efforcer de dégager le statut actantiel du locuteur dans le récit de quête. Le lien avec les caractéristiques objectives ne se pose qu’après coup. Le texte est alors relié au contexte à partir de la question : qui a dit cela ? Le contexte n’intervient pas dans la première phase d’analyse et d’interprétation. Ceci est sous-tendu par l’hypothèse qu’une même matrice symbolique pourrait être appropriée par des sujets en position sociale différente. Ce partage d'un univers symbolique commun est alors à la base d’une intercompréhension permettant à des oppositions de surgir. Dans ce cas, il y a un « ethos contextuel ». Si l’on compare divers intervenants partageant la même symbolique, on va découvrir des versions différentes révélant la position sociale du locuteur. A l’inverse, deux locuteurs d’une même position sociale peuvent relever de deux symboliques différentes. Ainsi se repèrent d’une part, l'autonomie relative du symbolique vis-à-vis de la structure sociale et d’autre part, la rupture possible dans leur mode d’insertion dans le changement social, entre ceux qui partagent une même position sociale.

26La méthode structurale ainsi utilisée veut dégager les symboliques sociales avec les zones de connivence et de rupture entre les intervenants. Lorsque l’on compare les réactions de plusieurs intervenants sur le même enjeu, cela permet de distinguer les accords superficiels qui se fondent sur des codes périphériques par rapport aux structures profondes et de repérer les affrontements ou le manque de communication découlant d’un désaccord sur des codes fondamentaux.

27Par ailleurs, la symbolique structurant le discours et à travers laquelle le sujet est parlé, est aussi une ressource pour le sujet qui lui permet de réinterpréter des situations en évolution, dans lesquels ses implicites culturels perdent de leur plausibilité.

28Il importe de ne pas détacher le texte du contexte. Sans cela, on risque de se limiter à une morphologie psychique des structures d’organisation du sens. Il faut donc se tourner du côté du locuteur pour dégager les conditions sociales de production du sens.

Conception du sujet

29Il convient de voir le discours lui-même comme un acte de production. Si le sujet est structuré par des paramètres implicites, il est aussi structurant. L’individu réagit par essais et erreurs à la conjoncture du moment. Ainsi, par effet d’agrégation se produisent des compositions nouvelles qui sont plus que la somme des réactions individuelles. Avec des accentuations diverses, nous avons là une position commune aux quatre méthodes. Au delà de celle-ci, chaque approche nous paraît présenter une conception quelque peu différente du sujet comme lieu d’interprétation et de stratégie. Cette « mini-théorie » du sujet est plus ou moins construite selon les cas.

30L’herméneutique collective insiste : « La personne est un tout, une expression sociale totale ». Néanmoins l'identité, la singularité ne sont pas le produit de la seule subjectivité, mais résulte de la capacité inhérente à la personne de recomposer des traits culturels disponibles pour construire une représentation de sa relation au monde. La cohérence vient de l’initiative du sujet qui rebricole des traits qui ne sont pas nécessairement structurés entre eux.

31De son côté, Ch. Lalive d’Epinay dégage l’orientation d’action du sujet. C’est dans les choix du sujet que se révèle son ethos. Ce sujet est d’ailleurs susceptible d’avoir une plus ou moins grande « distance au rôle », ce qui permet de le présenter comme quelqu’un qui a une capacité plus ou moins forte de réflexivité. Ce « quant à soi » caractéristique du sujet apparaît bien dans le récit de vie. Ce dernier est régi par une double subjectivité où le narrateur est le héros du discours, quand le locuteur essaie de travestir son discours, il risque encore de le faire selon la logique de l’ethos de position.

32Outre cela, la recherche a un double intérêt. D’une part, elle a un intérêt théorique. Elle permet de construire ou de réélaborer des « ethos » à la manière des types idéaux. D’autre part, elle a un intérêt pratique. Elle permet de dégager l’identité socio-culturelle du locuteur qui compose plusieurs ethos. D’où, entre les conditions objectives et le sujet, il y a un taux d'indétermination.

33Chez François Houtart, la distance au rôle est utilisée d'une autre manière. En s’intéressant à une position institutionnelle en transaction sociale, il contribue à faire une histoire collective de l’interprétation du rôle. On le voit bien comparer la manière dont plusieurs sujets dans la même position institutionnelle gèrent les contradictions inhérentes à la position. Il ne s’agit pas d’analyser l’intériorisation du rôle, mais de voir comment des interprétations multiples peuvent modifier progressivement la composition de la partition musicale. Ainsi F. Houtart se met plutôt du point de vue de l’acteur que de l’agent.

  • 3 J. REMY. Questions pour une sociologie de la morale, in Recherches de science religieuse, Paris, j (...)

34Dans l’analyse structurale telle qu’elle est présentée, la symbolique structurant le discours et à travers laquelle le sujet est parlé, est aussi une ressource pour le sujet qui lui permet de réinterpréter des situations sociales. Il s’agit là d’un usage qui n'est pas fidèle à l’intention de départ des théories structuralistes qui visaient par leur technique à éliminer le sujet comme lieu d’interprétation et de tactique. En cas d’évolution du contexte que le sujet doit interpréter, certains des implicites culturels qui inspiraient sa lecture du monde perdent de leur plausibilité. Ils sont alors remodelés à partir d’autres traits sémantiques socialement disponibles et qui peuvent être en connivence avec certaines aspirations du sujet qui ont été potentialisées par les modèles antérieurement admis3. Utiliser la méthode structuraliste dans cette perspective, implique une double supposition : l’une relative au sujet et l’autre portant sur l’autonomie des symboliques sociales. Le sujet doit gérer une complexité interne et externe, il est en quête d’un principe d'intelligibilité par rapport à des expériences personnelles et sociales vécues comme incohérentes. S’il n’en dispose pas, il se trouve désorienté. Par ailleurs, le symbolique a son autonomie d’existence et son efficacité dans la mesure où il présente une composition cohérente, ce qui explique l’importance des axes combinés dans un récit de quête articulant une mobilisation affective sur une légitimité sociale. Entre cette composition cohérente et le sujet, se développe une « affinité élective » (pour reprendre le terme de M. Weber), dans la mesure où le sujet dispose par là d’un principe d'interprétation et d’appropriation des conditions objectives dans lesquelles il se démène. Ainsi les conditions objectives agissent à la manière d’un tiers intervenant qui accroît la chance d’adoption. Mais il convient de bien poser la question en terme de probabilité plus ou moins forte. Les conditions objectives sont ainsi une médiation entre l’affectif et la légitimité sociale. Mais leur caractère « prédicteur » est variable.

35Tout en considérant les symboliques dans leur relation au sujet et aux conditions objectives, la méthode dégage l’intérêt de les analyser pour elles-mêmes. Ainsi le degré d’intériorisation que le locuteur fait de la symbolique, n'est pas au centre. Car la méthode admet que le sujet puisse tenir un double discours, l’un public, l’autre privé. Il peut jouer des rôles sérieusement sans s'y laisser prendre. Le double discours n’est pas une incohérence dans la mesure où tant en privé qu'en public, l’auteur se réfère à une symbolique « parlante » à laquelle il croit parce qu’elle lui permet de communiquer. A partir de là, l’analyste peut se demander comment un locuteur essaie de se donner un statut actantiel autant en public qu’en privé. Ainsi utilisée cette méthode peut servir à comprendre comment une pluralité d’intervenants communique dans une même transaction. Elle peut, dans une perspective plus large, s’intéresser à l'évolution des symboliques disponibles dans une société, par rapport aux enjeux de légitimité intervenant dans les grands débats qui se déploient sur la scène publique.

Comparaison entre les résultats de diverses recherches

36Etant donné leur conception variée, chaque méthode va favoriser un type différent de comparaison entre les résultats d’une recherche et ceux des recherches suivantes. Chacune stimule donc des modes différents d’accumulation de connaissances.

37L’herméneutique collective ne semble pas disposer d’outils médiateurs à la manière des idéaux types caractérisant les ethos de position. Préoccupée de la singularité, elle nous paraît plus que d’autres méfiantes vis-à-vis des scénarios généralisants pour reprendre une expression d’A. Piaser.

38Ch. Lalive d'Epinay nous paraît au contraire faire de 1’idéaltype un outil heuristique, permettant d’affiner et d'accélérer l’interprétation. L'ethos déjà construit résultant de recherches antérieures peut être utilisé par le chercheur pour interpréter la position du locuteur, dès qu’un début d’analyse a permis de dégager dans son discours quelques indicateurs rendant l’inhérence fiable. Cette inhérence permet de rendre intelligibles les réactions du locuteur. Elle incite aussi à constater les inattendus. Ceux-ci vont amener à penser l'identité socio-culturelle du locuteur comme une combinaison originale de plusieurs types idéaux. Cette combinaison pourra même être l’objet d’un scénario généralisant permettant d'inventer de nouveaux types. Ainsi s’opère une certaine cumulativité amenant à la diversification et à la relativisation des types idéaux.

39Dans la ligne de l’histoire collective de l’interprétation d’un rôle, on voit bien F. Houtart comparer le texte analysé avec le discours d’autres locuteurs étant dans la même position institutionnelle. Cette comparaison permettrait de dégager diverses réactions de locuteurs pris dans une même logique communicationnelle. A l’inverse, un locuteur donné pris dans des positions différentes, pourrait avoir des présentations de soi différentes, car il interprête d'autres rôles. Le souci de repérer la présentation de soi fait comprendre l'intérêt qu’accorde la méthode à la manière dont le locuteur commence et achève son intervention.

40L’analyse structurale va s’intéresser à comparer plusieurs intervenants dans une même transaction pour voir s’ils se réfèrent à la même symbolique. D’autre part, elle cherchera à comparer des positions sociales différentes se référant à une même symbolique avec des versions différentes. A partir de là s’établit une cumulativité sur plusieurs axes : répertoires des symboliques disponibles — versions par positions sociales — mode de transaction entre une pluralité de symboliques.

Intervention dans un groupe

41Ceci nous amène à poser le problème du lien entre ces méthodes et l’intervention dans un travail de groupe. L’analyse structurale a déjà été transposée et même partiellement élaborée dans du travail de groupe. Dans ce cas, on fait réagir les membres du groupe à la même circonstance ou au même problème, cela permet de voir les moments où l’on fait comme s’il y avait accord, et de repérer la profondeur des désaccords qui rendent difficile sinon impossible l’échange. De toute manière, même dans ces groupes d’intervention, il s’agit de comprendre la logique qui rend cohérentes les réactions du partenaire avant de saisir pourquoi cette cohérence irrite. Dans la mesure où il y a désaccord au plan du symbolique, plus la cohérence de l’autre apparaît à un des locuteurs, plus elle risque de l’irriter, jusqu’au moment où l’on arrive à un dédoublement tactique et à un consensus sur la transparence réciproque, sans volonté de réduire la position de l’autre à un manque d’intelligence ou de loyauté. L'exercice aboutit alors à développer une capacité de décentration profonde puisqu'elle porte sur la manière dont est vécue l’articulation de la dynamique affective sur la légitimité sociale.

42Mutatis mutandis, les méthodes Ch. Lalive d’Epinay et F. Houtart nous paraissent pouvoir être transposables de la même manière. La méthode présentée par M. Molitor implique un moment de distance, moment de l'herméneutique collective. Le résultat peut alors être restitué à l’individu ou au groupe qui peut réagir à son tour.

43Ces méthodes peuvent ainsi introduire de diverses manières, à une meilleure compréhension réciproque des partenaires dans un échange social. Elles peuvent ainsi aider à dégager les divers aspects constitutifs des convergences et des divergences entre les partenaires.

Quelle méthode pour quel projet de recherche ?

44Vu le lien intrinsèque qui existe entre la méthode et le projet de recherche, un projet spécifique risque de ne pas se trouver tout à fait dans aucune des méthodes. Il faudra donc les réinterprêter en fonction de la problématique sous-tendant la recherche. Néanmoins il est bon de résumer les connivences telles qu’elles nous sont apparues dans le présent travail de comparaison.

45Si l'on part de ce que les auteurs ont dit, les méthodes nous paraissent avoir démontré leur pertinence par rapport aux problématiques suivantes.

46L’herméneutique collective semble particulièrement indiquée lorsqu’on s’intéresse à l’implication du sujet dans des expériences sociales, ainsi qu’aux représentations qui en découlent à propos de sa relation au monde.

47L’abordage par la structuration des espaces-temps quotidiens est particulièrement indiqué lorsqu’on s’intéresse aux critères de choix qui guident l'orientation d’action du sujet.

48Si l’on veut comprendre la stratégie d’un acteur spécialement s'il est en position institutionnelle, la méthode dérivée de J. Gritti nous paraît fort utile. A ce moment, on s’intéresse notamment à l’opérationalisation de la notion de pouvoir et plus particulièrement au mode d’exercice du pouvoir « symbolique » au sens de P. Bourdieu.

49L’analyse structurale telle qu’elle a été présentée s’intéresse aux structures symboliques et à leurs implications affectives. Elle est plus indiquée lorsque l’on veut déceler les zones de connivence et de rupture entre une pluralité d’intervenants.

50Cette pertinence dégagée à partir de l’exercice ne doit pas nous amener à une généralisation trop hâtive. D’une part, il se peut que d’autres méthodes conviendraient mieux. D’autre part, la méthode pourrait être utilisée de façon pertinente dans un propos différent.

51Nous avons essayé de présenter un bilan qui devrait susciter une comparaison élargie. Ceci permettrait d’accumuler des expériences et de les situer les unes par rapport aux autres.

52Puissent ces textes introduire un débat dont la signification va dépendre de son ouverture et de son souci de développer une rigueur analytique adaptée au propos. Il est dommage de rassembler des matériaux potentiellement riches et de les traiter de façon anecdotique. L’objectif des analyses de contenu est de traiter de façon nuancée une information complexe.

Notes

1 Séminaire de Roger Mucchielli, L'analyse de contenu, des documents et des communications, Ed. E.S.F., 6e Edition, Paris, 1988, p. 18.

2 Séminaire de Roger Mucchielli, op. cit., p. 17.

3 J. REMY. Questions pour une sociologie de la morale, in Recherches de science religieuse, Paris, janvier-mars 1982, no 1, p. 75 à 108.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search