Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

II. Approche critique et comparative

Production d'une connaissance sociologique cumulative et analyse de contenu

Luc Van Campenhoudt

Texte intégral

1A partir d’un examen comparatif des médiations entre l'intention théorique et les procédures techniques dans les quatre méthodes proposées, on s’interrogera ici sur le type de sociologie qui est produit par de telles analyses. On sera particulièrement attentif aux questions de la cumulativité du travail sociologique et à celle du statut des théories. Pour illustrer la réflexion on se demandera comment chacune des méthodes se situe par rapport à une théorie de la socialisation et quel pourrait être son apport éventuel à cet égard. On terminera en évoquant la question du lien entre les structures sociales et les structures culturelles.

Médiations « logiques » ou « socio-logiques »

2Cette réflexion part d’un double constat : si par méthode on entend provisoirement le dispositif pratique par lequel la connaissance sociologique est produite, indépendamment de son contenu, on n’a rien trouvé, dans les quatre analyses présentées, qui leur soit à la fois commun et qui puisse prétendre à une spécificité sociologique ; parallèlement, les médiations entre l'intention théorique et les procédures techniques sont très diversement développées d’une méthode à l'autre. Pour s'en rendre compte, il suffit de laisser parler les auteurs.

3Pour F. Houtart, seule l’interprétation est proprement sociologique et la méthode, considérée comme un ensemble d’« opérations techniques de description ». doit, « pour déboucher sur une dimension sociologique (...) s’épauler sur une démarche théorique ». La méthode n’est pas sociologique en tant que telle mais peut « servir de base à une réflexion sociologique ».

4Pour M. Molitor, l’intérêt sociologique de l’herméneutique collective est son « adéquation (ou son rendement singulier) par rapport à l'objet étudié ou aux perspectives théoriques qu’elle sert ». L’interprétation collective, qui fait l’originalité de la méthode, est justifiée par des raisons épistémologiques transdisciplinaires, le dépassement des subjectivités individuelles et la vérification interne : « Chaque lecture (ou compréhension du texte) doit être défendue avec tous les arguments possibles (sauf l’argument d’autorité) jusqu’à ce qu’elle soit éventuellement réfutée par des arguments meilleurs montrant qu’elle n’est pas compatible avec la teneur du texte ». Résonne ici le rêve d’Habermas d’une communauté de pensée, exempte de domination, cherchant à constituer un savoir partagé. Entre l'intention sociologique et la mise en œuvre de l’interprétation collective, le chemin n’est que faiblement balisé : seuls les « topos » (notion de la philosophie mise également à contribution dans la méthode de Gritti), les « schémas interprétatifs sociaux » et les « structures subjectives d’interprétation » assurent les médiations.

  • 1 Dixit C. Lalive d’Epinay.

5Pour D. Ruquoy. l’analyse structurale s'effectue « à partir de procédés inspirés de la linguistique structurale ». « C’est seulement après avoir pris connaissance du texte dans son existence sémantique qu’on procède à la mise en relation avec les hypothèses sociologiques ». Au départ de ces procédés non spécifiquement sociologiques de repérage des codes, la méthode prévoit « leur classement selon divers registres (...) : les codes du temps, les codes de l’espace et les codes de qualification ». La méthode est donc présentée implicitement comme une version spécifiquement sociologique de l'analyse structurale, et donc « réusinée »1 par l’intention du sociologue. Prenant le relais, J. Remy veut « mettre en évidence le lien entre la technique d’analyse et l’explication des symboliques sociales ». Le cœur de ce lien est l’importance accordée aux « récits de quête ». On en dégagera des « statuts actantiels » grâce auxquels il est possible de rendre compte de « la manière dont le destin individuel se transforme en destinée collective et réciproquement ».

6Dans l’exégèse sociologique de C. Lalive d'Epinay aussi, le modèle d’analyse sociologique imprègne délibérément la méthode : « L’analyse du récit suit une grille qui correspond au cadre formel de l’ethos ». En effet, les trois dimensions de « l’identité socio-culturelle » (temporelle, spatiale et sociale) constituent les clés à partir desquelles s’organise l’analyse du texte. Cette interpénétration étroite du modèle et du dispositif méthodologique est explicitement déclarée. Tout chercheur serait un « hérétique méthodologique » par rapport à l’œuvre des grands pionniers car il a, « lors de chaque nouvelle recherche, (à) adapter l’outil à son projet et à ses matériaux ».

7Les quatre méthodes font toutes appel à des procédés techniques transdisciplinaires comme, en amont, l'entretien non directif et, au cœur du travail pour certaines d’entre elles, le mode d’organisation structural des éléments du texte, c’est-à-dire, par oppositions binaires. Mais, mis à part ces universaux techniques, les méthodes divergent quant à la question de l’autonomie relative du dispositif technique par rapport à l’intention sociologique. A un extrême, la méthode présentée par F. Houtart n'est guère divertie par l’intention sociologique et pourrait être utilisée dans diverses perspectives théoriques. A l’autre bout, voire à l’inverse, C. Lalive d’Epinay proclame haut et fort l'impossibilité de mener une recherche sociologique avec des méthodes qui ne seraient pas construites dans le prolongement direct du modèle d’analyse et, a contrario, la non-pertinence de la méthode qu'il propose, du moins dans tous ses aspects, pour des projets qui ne s'inscriraient pas dans une intention de recherche comparable.

8De ces observations il découle qu’il existe bien des méthodes d’analyse de contenu spécifiquement sociologiques, au sens où elle sont organisées en fonction d’une conceptualisation proprement sociologique. Mais il ressort aussi que ces méthodes coexistent avec d’autres où les dispositifs techniques sont construits sans liaison explicite avec une conceptualisation sociologique.

9La question ainsi posée est celle de l’unité méthodologique de base dans l’analyse de contenu sociologique et, en extrapolant, dans le travail sociologique en général. Deux conceptions se font face. Pour la clarté du débat, on accentuera ici les traits de l’une et de l’autre, sachant que les quatre méthodes présentées ne correspondent pas forcément point par point et de manière exclusive à un seul de ces deux types idéaux.

10Dans la première conception, des concepts, principalement sociologiques ou réappropriés dans une visée sociologique (« schémas interprétatifs sociaux », « ethos », « statut actantiel », etc.) et leurs dimensions (temporelle, spatiale et sociale ; codes du temps, de l’espace, des qualifications, etc.) constituent des composantes essentielles de la méthode. Les procédures techniques n’ont aucun sens en dehors de leur articulation à ces concepts. En amont comme en aval, la méthode peut cependant s'inspirer de paradigmes transdisciplinaires et d’universaux techniques.

11Dans la deuxième conception, en revanche, l’unité méthodologique de base se présente comme un ensemble de techniques a-sociologiques destinées à préparer diverses interprétations, notamment sociologiques. De la même manière que des opérations statistiques d'agrégation ou de corrélation peuvent éveiller l’attention sur ce que des données brutes ne laissent pas entrevoir, un certain nombre d’opérations formelles sur divers éléments du texte (mots ou phrases par exemple) peut aider le chercheur à formuler des hypothèses auxquelles il n'aurait pas songé autrement. « L’intérêt de cette approche en deux temps, écrit D. Ruquoy, réside dans le fait que le chercheur se donne davantage la possibilité d’appréhender dans le texte des éléments nouveaux par rapport à sa connaissance préalable du sujet ».

12Cependant, dans l’analyse structurale, le « deuxième temps » ne se présente pas de la même manière que dans la méthode de Gritti. Dans l'analyse structurale telle que présentée par J. Remy et D. Ruquoy, l’interprétation est développée à partir de concepts pré-construits qui « réusinent » la procédure technique. Dans la méthode de Gritti, telle que présentée par F. Houtart, « les opérations de type interprétatif se font après les opérations techniques de descriptions, sur base d’une pensée logique » tandis que « dans un deuxième temps, une lecture plus globale sera entreprise sur la base de théories sociologiques plus générales ». Entre les théories générales et les procédures techniques, les médiations sont « logiques » chez l'un ; elles sont « socio-logiques » chez les autres.

Les méthodes comme dispositifs de production d’information

13Cette distinction entre deux conceptions différentes de la méthode, sur base du critère du degré d’autonomie des procédures techniques par rapport à la conceptualisation, met en évidence combien les quatre méthodes se présentent comme des dispositifs différents de production d’information. En analysant et en comparant de quoi ces dispositifs sont constitués, on pourra mieux définir le type d’information et donc de connaissance sociologique qu'ils produisent, quels statuts ils donnent implicitement aux théories et dans quelle mesure ils rendent possible une cumulativité des connaissances sociologiques.

14Cette analyse repose sur l’idée que le travail sociologique peut être défini comme la production d'une information spécifique sur le fonctionnement et la transformation des systèmes sociaux et sur le rapport des individus à ces systèmes. Par exemple, les travaux d’inspiration marxiste produisent notamment de l'information sur les liens entre les modes de production socioéconomiques et les structures politiques et idéologiques ; les travaux structuralistes produisent de l’information sur les modes d’agencement entre les éléments des systèmes ; les travaux fonctionnalistes sur les fonctions des éléments ; et les travaux qui s’inscrivent dans une perspective interactionniste, stratégique ou actionnaliste apportent une information sur les relations entre acteurs sociaux et sur la manière dont elles (re)produisent le système. Pour élaborer ces informations, ces différentes approches ont construit des corpus conceptuels qui ont peu d’équivalent dans les disciplines voisines. Ce n’est donc pas déprécier ces travaux que les voir sous cet angle, car une information peut consister en une construction extrêment élaborée et éclairante, composée chaque fois à partir d’un ensemble d’informations d’un degré de complexité inférieur.

15En analysant les quatre méthodes proposées, on peut considérer que le dispositif de production d’information en lequel chacune consiste est formé de cinq composantes interconnectées. Selon la manière dont elle développe ces cinq composantes, chacune des quatre méthodes articule différemment le travail théorique et le travail « méthodologique » sensu stricto.

16Sur le versant théorique, on observe d’abord des concepts théoriques comme ceux de « profil idéologique » (F. Houtart), d’« ethos » (C. Lalive), de « représentation sociale » (M. Molitor) ou de « structure symbolique » (J. Remy et D. Ruquoy) qui renvoient en amont à des théories sociologiques : théorie des ethos de position (C. Lalive d'Epinay et M. Molitor) ou théorie du pouvoir et de l’action stratégique (F. Houtart et J. Remy qui parle de « préférence » pour l’analyse du « discours engagé dans un débat ») par exemple. Ces concepts théoriques existent indépendamment de la méthode mais définissent le contexte et les catégories théoriques qui, dans la plupart des cas, organisent en dernière instance les procédures concrètes.

17A ces concepts correspondent des présupposés théoriques de la méthode. Il s’agit de propositions générales dont le degré de falsifiabilité peut être très variable mais que le travail n’a de toute manière pas pour objet de vérifier, du moins directement. Exemple chez F. Houtart : l'hypothèse des « rapports entre structures sociales et productions symboliques » ; chez M. Molitor : le sujet va « injecter » des « ressources sociales et culturelles (...) dans la crise (...) qui vont lui permettre de s’y repérer et de s’y conduire » ; chez D. Ruquoy : « on présuppose qu’un certain étal de rapports objectifs entre groupes sociaux se produit ou se reproduit au travers de légitimations d’ordre culturel » ; pour C. Lalive d’Epinay : « l’ethos est à la fois le principe organisateur de la vie quotidienne et le principe régulateur de l’événement ». En présupposant certaines relations entre concepts et/ou phénomènes dont ils sont censés rendre compte, ces hypothèses donnent sens au travail de production d’information. Elles permettent d’articuler les informations d’un niveau inférieur pour produire des informations d'un niveau supérieur de complexité et d'intelligibilité.

18On observe ensuite des concepts méthodologiques qui, dans les quatre exercices proposés, prennent deux formes distinctes : d’une part celle de dimension d’un concept théorique (par exemple la relation au temps comme dimension de l’ethos), d’autre part celle de concept directement produit par la méthode elle-même et qui n’est pas relié de manière directe, univoque et exclusive à un concept théorique (par exemple les concepts de « schémas interprétatifs sociaux » chez M. Molitor ou de « récit de quête » chez J. Remy et D. Ruquoy). Quelle que soit leur forme, ces concepts méthodologiques ont en commun de constituer les catégories opératoires à partir desquelles les informations seront élaborées et distinguées.

19A ces concepts méthodologiques correspondent également des hypothèses méthodologiques énonçant les principes qui justifient le choix des procédures techniques concrètes. C. Lalive d’Epinay parle d’« hypothèse de travail » : « L’ethos qui oriente la régulation de l'événement s’extériorise dans le récit de vie pour s’y objectiver en en constituant la trame », du moins à la condition que le locuteur, « une fois l’objectif défini et compris, ait le maximum de latitude pour construire son récit à sa guise ». M. Molitor parle d’« hypothèses fondatrices » et pose par exemple que les entretiens narratifs « contiennent ou plus exactement reflètent les dites structures de conscience ». Considérant les « fondements » ou les « présupposés » de la méthode, F. Houtart pose notamment que « le discours est le produit d'un acteur et s’inscrit par conséquent dans une stratégie ». Il choisit dès lors d’analyser le discours d’un agent institutionnel, à l’instar de J. Remy et D. Ruquoy qui tiennent le « discours engendré par une situation où il y a enjeu » comme un matériau particulièrement bien adapté à l’étude des structures symboliques. Ces hypothèses ont pour fonction spécifique d’associer — souvent explicitement mais pas toujours — des modalités techniques (dans nos exemples le principe sélecteur du matériau) à des concepts théoriques : récit de vie est associé à ethos dans l’hypothèse de C. Lalive d’Epinay, entretien narratif à structure de conscience dans celle de M. Molitor, discours (d’un agent institutionnel) à stratégie et à structures idéologiques dans celle de F. Houtart, tandis que le discours engendré par une situation où il y a enjeu est associé à structure symbolique dans l’hypothèse de J. Remy et D. Ruquoy. Les quatre textes comportent d’autres hypothèses méthodologiques justifiant le choix d’autres procédures techniques, comme celui de la technique d’analyse proprement dite. Pour ne citer qu’un exemple, F. Houtart pose « qu'une analyse structurale permet de découvrir des logiques non directement apparentes dans la logique discursive ».

20C’est seulement par rapport à cet ensemble, plus ou moins formalisé selon les méthodes, de concepts et d’hypothèses théoriques et méthodologiques, que les modalités du dispositif empirique prennent réellement un sens pour le sociologue. Ce dispositif est indissociablement composé d'indicateurs formels (les codes dans l’analyse structurale ; les figures binaires ou tertiaires, les mots traducteurs, les connotations qualitatives, etc. dans la méthode de Gritti) et de la manière de leur donner un contenu (succession de ratissages par exemple). Ces procédures sont abondamment puisées dans ce qu’on a appelé des universaux ou des paradigmes techniques comme, en amont pour le recueil des informations « brutes », l’entretien non directif dont le prototype a été mis au point par Rogers à des fins psychothérapeutiques ou, en aval pour l’organisation des éléments d’un texte, les procédés d’opposition binaire de l’analyse structurale.

21Ainsi fonctionnent donc, dans la réalité, des modèles théorico-méthodologico-techniques intégrés dont les limites sont fixées, en amont, par les concepts et les hypothèses théoriques générales qui président à la problématisation et, en aval, par les universaux techniques.

22Ces différentes composantes du travail méthodologique ne peuvent pas toujours être clairement distinguées et sont diversement formalisées d'une méthode à l'autre. Dans la méthode de Gritti par exemple, le dispositif empirique est très formalisé et la démarche très systématique, mais on ne voit guère la trace de concepts méthodologiques. Dans l’exégèse sociologique de C. Lalive d'Epinay, le versant théorique et les médiations méthodologiques sont explicités mais le dispositif empirique l'est moins. Même chose dans l’analyse structurale où les concepts et les hypothèses méthodologiques paraissent particulièrement élaborés si on la compare aux trois autres. Dans l'herméneutique collective, toutes les composantes sont présentes mais d’une manière généralement peu formalisée.

La cumulativité du travail sociologique

23A partir de la mise au jour de ces différentes composantes de la méthode, on perçoit mieux où et comment la cumulativité est possible dans le travail sociologique et comment elle peut être produite concomitamment à un triple niveau : les dispositifs méthodologiques, les concepts théoriques et les connaissances empiriques.

24La spécificité sociologique de chacune des méthodes ne peut être recherchée dans les procédures techniques qui relèvent, nous l'avons vu, d’universaux techniques transdisciplinaires. Ces procédures sont utilisées ici sans lien avec les paradigmes théoriques où elles ont vu le jour. Par exemple, le mode de discrimination binaire des éléments du texte, inspiré du paradigme structuraliste, est utilisé par F. Houtart, C. Lalive d’Epinay, J. Remy et D. Ruquoy indépendamment d'une vision structuraliste de la société ou de la culture, et il ne leur est aucunement nécessaire de savoir si les structures sociales et symboliques reproduisent ou non ce qu’on suppose être le fonctionnement binaire et les connexions neurophysiologiques du cerveau. Certes, il y a ici un processus d’accumulation, mais il ne porte pas sur la connaissance ou la méthode sociologique. Il est transdisciplinaire et s’il touche aux paradigmes, il s’agit de paradigmes techniques et non théoriques.

25Ces procédures techniques, comme d’ailleurs certains concepts méthodologiques ne prennent sens pour le sociologue qu’associées à d'autres composantes, spécifiquement sociologiques quant à elles, dans un dispositif global de production d’information sociologique. Dans cette articulation d’éléments spécifiquement sociologiques et d’éléments non spécifiquement sociologique, les hypothèses méthodologiques remplissent la fonction-clé puisqu’elles ont précisément pour objet d’associer des modalités techniques aux concepts théoriques. En élaborant des dispositifs méthodologiques où des concepts sociologiques sont articulés à des procédures techniques par des médiations clairement formalisées et en affinant ces dispositifs à la faveur de travaux empiriques, les chercheurs contribuent d’abord à produire un corpus méthodologique cumulatif.

26La fonction structurante assurée en dernière instance, dans ces dispositifs méthodologiques, par leurs concepts sociologiques, indique que cette accumulation méthodologique est indissociable d'une accumulation théorique. Ainsi, l’analyse du récit de Claire, menée à partir du dispositif de l’exégèse sociologique, conduit C. Lalive d’Epinay à « reconsidérer ce (qu’il croyait) être un acquis théorique » et à se demander si le modèle d’ethos de la petite bourgeoisie intellectuelle, tel qu’il l’a conçu a pas « la forme d’une structure par trop close et statique. Le modèle pourrait dès lors être retravaillé dans le sens d’une prise en compte de la tension entre l'idée et le réel, entre l'utopie et le quotidien » propre au type d’identité socio-culturelle des sujets tels que Claire.

27Dans cet exercice, la cumulativité porte également sur le matériau empirique : objets d’examens intensifs, les cas successivement analysés s’ajoutent à d’autres auxquels ils peuvent être comparés au furet à mesure. Les cas concrets, objets d’études intensives, ne peuvent contribuer à la constitution d’un corpus empirique cumulatif qu'à cette condition qu’ils soient comparables et donc analysés et construits à partir de repères théoriques et méthodologiques suffisamment formalisés pour les constituer en information sociologique.

28Une information sur l’âge, le milieu social, le niveau d’instruction, la pratique religieuse ou le statut professionnel d’un sujet ne constitue pas une information sociologique. Mais à partir de ces données empiriques, on peut caractériser un mode de socialisation qui constitue, quant à lui, une information sociologique sur le sujet. Si, de surcroît, on articule les modes de socialisation d’un certain nombre d’individus à leurs pratiques culturelles, on produit une information sociologique d’un niveau de rareté et, sans doute, de pertinence plus élevé. Mais pour cela, il aura fallu pressentir l'intérêt d’établir un lien entre le mode de socialisation et les pratiques culturelles, opérationaliser ces deux notions en en caractérisant des dimensions et des indicateurs. A partir de ces opérations seulement, on pourra exploiter les informations « brutes » pour produire, à partir d’elles, une information comparable à d’autres et qui a un sens pour le sociologue.

Le statut de la théorie

  • 2 La valeur d’une information peut en effet être évaluée en fonction d’au moins trois critères : 1) (...)

29Le point de vue adopté ici est indissociable d'une certaine attitude à l’égard de la théorie sociologique et de la manière de lui assurer un développement cumulatif. En s’organisant autour de concepts sociologiques médiateurs, opérationalisés dans la mesure où ils sont clairement articulés à des procédures techniques par l’intercession de concepts et d’hypothèses méthodologiques, les analyses présentées permettent, en retour, de corriger et de développer les théories à partir de la mise à l'épreuve de ceux de leurs versants qui s’exposent dans le travail empirique. Au terme de chaque analyse concrète, il devrait alors être possible de discerner son apport au corpus théorique auquel elle fait elle-même appel. C’est à partir d’un examen critique portant sur la rareté, la pertinence et la fiabilité2 des informations effectivement produites qu’il est alors possible d’affiner les repères à partir desquels elles ont été produites, notamment, au bout du processus, les concepts clés et les présupposés théoriques de la méthode.

30En revanche, lorsque les médiations sont absentes, un tel travail est impossible ; les théories sont indiscutables sur d’autres bases que philosophiques ou idéologiques et on ne voit pas alors comment distinguer cette discussion de l'interprétation sociologique proprement dite. On se prémunit alors du grief d'arbitraire de deux façons différentes : d’abord en qualifiant sa démarche d’heuristique ou d’exploratoire — ce qui n’est pas tout à fait la même chose —, et ensuite en affirmant que la réalité sociale se prête à une diversité de regards. Au nom de ces manifestations de modestie un peu suspectes, le risque est d'accorder une valeur identique au travail le plus médiocre et au plus estimable puisqu'il n’y a plus de repères. En revanche, il existe, chez certains chercheurs, une modestie authentique mais mal placée qui les conduit à n'attribuer qu’une valeur exploratoire à des travaux qui méritent mieux, sous prétexte, par exemple, que leur échantillon n'est pas réprésentatif, comme si ce critère avait chaque fois du sens. Entre des considérations théoriques non fondées empiriquement et des observations empiriques non construites théoriquement, règne parfois le vide. On ne teste alors plus rien, on démontre. D'une certaine façon, l'idéologie, c’est penser au-dessus de ses moyens.

31En revanche, lorsque le dispositif de production des informations est véritablement construit et clairement exposé, on peut en évaluer la portée et les limites d’une manière sur laquelle peuvent se mettre d'accord des chercheurs de sensibilités philosophiques et éthiques différentes. Si nous ne pouvons nous entendre avec des collègues ultra-culturalistes sur les fondements du paradigme, nous pouvons parfaitement reconnaître le concept de socialisation comme un concept clé de la sociologie générale et admettre sa pertinence pour diverses analyses, de la même manière que des physiciens peuvent s’accorder sur les notions de longueur d'onde ou de magnitude et que des économistes de tous bords sont capables de s'entendre sur la définition d'un coût marginal et sur une manière de le calculer. Bien plus, loin de nous ranger sous la bannière culturaliste, nous pouvons articuler le concept de socialisation à un autre paradigme (de l’interaction par exemple), l’associer à d’autres concepts dans nos propres études et construire ainsi un modèle d'analyse plus ou moins performant pour aborder l'étude de certains ordres de phénomènes dans une perspective relativement éloignée du paradigme originel. Comme méthode d’analyse, le modèle marxiste conserve un indéniable attrait qui peut cependant lui être contesté comme théorie générale de la société. Sans pour autant épouser cette dernière, on ne peut pas facilement nier que ses concepts-clés et leur articulation constituent un ensemble précieux de ressources pour l’examen d’un certain ordre de questions.

32On est loin ici de l’image de la théorie conçue comme un ensemble monolithique de propositions cristallisées autour d’un principe de vérité central, au nom duquel on prétend tout expliquer et réclamer, explicitement ou non, la supériorité sur les tentatives théoriques concurrentes. Engagé par l’aval autour des concepts médiateurs, le débat théorique garde tout son sens et ne se coupe pas de ce qui devrait constituer son substrat empirique. L’intérêt de comparer grandit encore car, pouvant porter sur divers registres de questions, il peut conduire pas à pas vers les débats théoriques les plus cruciaux.

Comparaison des méthodes et débats théoriques : autour de la socialisation

33A titre d'illustration, on peut s’interroger sur la manière dont les quatre méthodes se situent par rapport à une théorie de la socialisation, comment chacune peut contribuer à la relativiser, voire à la remodeler en permettant notamment de mieux saisir le processus d’intériorisation des modèles culturels.

34Le processus de socialisation est explicitement au centre des présupposés théoriques de l’herméneutique collective présentée par M. Molitor. La logique du texte « est censée refléter les structures de conscience, les représentations de l’individu. Les structures de conscience véhiculent elles-mêmes des interprétations de la réalité sociale acquises à travers diverses expériences dont la socialisation. Ceci est très important, souligne M. Molitor, puisque toute démarche consiste à rechercher à travers des productions individuelles (des récits) la marque, la trace, l'empreinte des représentations socialement diffusées. A travers le récit individuel, c’est au social que l’on veut remonter ».

  • 3 R. BOUDON et F. BOURRICAUD, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris. P.U.F., 1982, p. 484 au (...)
  • 4 L’image est de J. PADIOLEAU, L'ordre social. Principes d’analyse sociologique, Paris, L’Harmattan, (...)

35On ne se situe pas pour autant ici dans une approche de la socialisation qui relèverait de ce que R. Boudon et F. Bourricaud appellent « le paradigme du conditionnement » selon lequel « l’agent social, sous l'influence de son milieu, enregistrerait les « réponses » qu’il convient de donner aux différentes situations qu’il est susceptible de rencontrer »3. L’individu se fait le « relais (des explications socialement répandues) en les traduisant dans les catégories de son expérience, de sa subjectivité ». Le sujet, qui ne constitue pas un individu « éponge »4 dont les représentations seraient entièrement façonnées par son environnement mais plutôt le lieu d’interprétation du social et de sa propre existence, va exploiter les ressources culturelles à sa disposition et « va les injecter dans la crise (afin) de s’y repérer et de s’y conduire » écrit M. Molitor. On est en présence, non d’un déterminisme univoque, mais plutôt d’un « mécanisme d’adaptation à la réalité qui (...) permet (au sujet) d’articuler ses orientations et ses visions du monde et de gérer leurs éventuelles contradictions ».

  • 5 R. BOUDON et F. BOURRICAUD, op cit., p. 485.
  • 6 Ibidem.
  • 7 Ibidem, p. 486.

36La socialisation est vue comme un processus adaptatif par lequel l’individu, certes « guidé par ses ressources cognitives et par les attitudes normatives » socialement légitimes, enrichit cependant ses ressources cognitives ou modifie ses attitudes normatives à la faveur des situations nouvelles pour lesquelles il doit inventer chaque fois de nouvelles solutions5. Dans l'herméneutique collective, l’approche de la socialisation relève donc davantage du « paradigme de l’interaction » où la formation des représentations « dépend aussi de la nature du système d’interaction dans lequel (le sujet) est inséré »6. Ce paradigme permet notamment « d'inclure l'hypothèse fondamentale de l'optimisation selon laquelle, dans une situation donnée, un sujet s'efforce d'ajuster un comportement au mieux de ses préférences et de ses intérêts tels qu'il les conçoit »7. Une telle réaction a été soulignée par nos auteurs dans le récit de Claire. Sur le plan méthodologique, la notion de « structure subjective d’assimilation », propre à l’herméneutique collective, indique combien le processus d’intériorisation des schémas culturels, loin d'être un conditionnement passif, est marqué par l’activité du sujet.

37Si C. Lalive d'Epinay ne parle pas explicitement de socialisation, il semble qu'en filigrane son texte trahisse une approche comparable. L'ethos, « noyau dur de la culture », ne détermine pas sensu stricto les comportements mais les « oriente ». Les comportements de Claire ne constituent pas la retranscription pure et simple de structures culturelles existant en dehors d'elle. Elle négocie l’événement d'une manière qui lui est spécifique, même si sa manière de le négocier est fortement orientée par des croyances, valeurs, normes et modèles qui ne lui appartiennent pas en propre.

38Le Cardinal Danneels est engagé, quant à lui, dans une situation où il y a enjeu. Comme l’écrit F. Houtart, « (son) discours est le produit d'un acteur et s’inscrit par conséquent dans une stratégie ». Ce qui importe ici, c'est de « découvrir des fonctions latentes du discours, de même qu'une stratégie de l'énonciateur » qui est liée à sa position institutionnelle. La relation du sujet aux structures culturelles s’inverse ici par rapport aux points de vue de M. Molitor et de C. Lalive d'Epinay : loin d’être « conditionné », fût-ce de manière non mécanique, par des structures culturelles existant en dehors de lui, le sujet produit lui-même un discours idéologique en fonction de sa position institutionnelle. Dans ce contexte, il semble en effet plus opportun de parler de « structure idéologique » plutôt que d’« ethos » ou de « représentation sociale » et l'on voit combien les termes, loin de constituer des manières différentes de dire la même chose, traduisent bien, dans certains cas, des approches différentes du social. Le point de vue de F. Houtart ne prend donc pas directement en compte le processus de socialisation mais souligne d’autres dimensions du discours, moins présentes chez les autres auteurs et, en particulier, sa dimension stratégique.

39Pour autant, ce point de vue de l'action stratégique n'implique pas un sujet incohérent dont les représentations et les comportements seraient uniquement fonctions des circonstances et des rapports de pouvoir dans lesquels il est impliqué. Même si elle met l’accent sur un autre « moment » du jeu social, l'approche n'exclut pas une certaine cohérence socio-culturelle du sujet sans laquelle, précisément, il serait incapable de s’adapter stratégiquement à des situations changeantes. C’est dans cette cohérence sans doute qu’il va puiser les ressources lui permettant de résoudre les « contradictions apparemment insolubles » auxquelles il est confronté du fait même de sa position institutionnelle et de son intention stratégique. C’est dans la prise en compte de la manière dont le Cardinal tente de résoudre les contradictions de son propre discours que la démarche proposée par F. Houtart nous semble toucher du plus près l’alchimie complexe entre l’être socio-culturel socialisé du locuteur, l’agent institutionnel qui se constitue comme acteur stratégique dans un jeu d’interactions et le sujet intentionnel qui cherche à affecter son discours d’une cohérence et d’un sens qui transcendent le contexte singulier où il est produit.

40Mais comment faire plus que juxtaposer simplement ces deux processus apparemment contradictoires que représentent, d’une part, le conditionnement culturel parla socialisation et, d’autre part, l’exploitation stratégique des mêmes ressources culturelles par le sujet ? Comment, en d'autres termes, les conjuguer conceptuellement ? Pour l’analyse structurale, la réponse passe par la prise en compte explicite de la dimension affective du sujet, qui est irréductible à sa dimension stratégique. Le sujet n’est ni simplement noyé dans sa culture, en situation hypnotique par rapport à la socialisation, ni stratège extralucide et. le cas échéant, parfaitement cynique, ni même juxtaposition des deux. Il s’implique affectivement dans les situations dans lesquelles il est engagé. Il y a bien intériorisation des ressources culturelles mais cette intériorisation est appropriation autant que conditionnement, c’est-à-dire le résultat de l'interprétation mais aussi de l’engagement du sujet stratégique et affectif. Pour l'analyse structurale, ce sont les symboliques sociales qui articulent « mobilisation affective »et« légitimité sociale ». Leur examen permet de comprendre comment « une lecture de soi s’articule sur une lecture du social ».

Structures culturelles et structures sociales

41La problématique de la socialisation est au cœur du rapport entre structures culturelles et structures sociales. Si l'individu intériorise et s’approprie des ressources culturelles, c’est en raison de son implication dans des échanges sociaux. L’analyse de contenu sociologique, qui porte au premier abord sur les structures culturelles, renvoie donc au lien social. Elle n’a, pour tout dire, de sens que si elle y renvoie. On s’interrogera donc brièvement pour conclure sur la manière dont chacune des quatre méthodes nous semble y conduire.

42Le texte de F. Houtart dévoile clairement le mode d’articulation qu’il suggère entre structures culturelles et structures sociales. Par rapport à celles-ci, le discours revêt une double dimension ; il est fonction de la position institutionnelle de l’acteur et une ressource utilisée par lui pour conforter cette position ; à la fois produit social et production du social.

43Ce qui fait l’intérêt du discours du Cardinal Danneels du point de vue de F. Houtart, constitue précisément la raison pour laquelle C. Lalive d’Epinay écarte ce texte ; le Cardinal « représente une institution ». C’est Claire, en tant qu’individu, qui retient l’attention du second auteur. Le social reste ici premier par rapport au culturel, mais à un autre niveau. Ce ne sont plus la position institutionnelle et la stratégie du sujet qui sont décisives, mais bien, in fine, sa position sociale, au sens d’appartenance de classe à laquelle correspond un ethos spécifique. Celui-ci est certes défini en termes culturels (croyances, valeurs, etc.) mais il est étiqueté, précisément, en termes de classe d’appartenance ; la petite bourgeoisie intellectuelle mâtinée de petite bourgeoisie. Dans le contexte de cette position de classe, se vit une expérience pratique dont il est rendu compte dans l’analyse concrète de l’identité socio-culturelle de Claire. La mise au jour des structures culturelles permet à la fois d’inférer cette position de classe et de mieux saisir comment l'individu utilise les ressources liées à sa position pour se constituer sa propre lecture du monde et de ses expériences personnelles. Même si l’un est premier par rapport à l’autre dans le modèle sous-jacent, le social et le culturel s'éclairent donc mutuellement sur le plan de l’analyse.

44Le point de vue ne semble guère fondamentalement différent chez M. Molitor où cette dimension de l’expérience propre à l’individu est également soulignée ; « la genèse de ces orientations (normatives de Claire) doit sans doute être trouvée dans des interactions familiales mais aussi dans l’expérience de l’immigration vécue par les parents ». Le « caractère social de la structure normative » est supposé au titre d’hypothèse mais il n’est pas analysé ici. Bref, si l’on prend en compte aussi bien les propositions théoriques non expérimentées empiriquement que celles qui le sont, le social est également défini ici conjointement en termes d’appartenance et d’expérience.

45Pour J. Remy et D. Ruquoy, le discours et le symbolique qu’il exprime représentent des moments constitutifs d'une pratique sociale. « On cherche à mieux saisir la place du symbolique dans le social » ou, en termes plus opérationnels, à « déterminer quel statut actantiel le locuteur essaie de se faire attribuer par rapport au destinataire final qui est sujet à problème ». Il y a, en quelque sorte, fondation mutuelle de social et du culturel, comme il y a fondation mutuelle de l’individuel et du collectif puisque « le destin individuel se transforme en destinée collective et réciproquement ». En raison de leur étroite connivence, le dévoilement du culturel conduit au dévoilement du social.

46A travers de telles questions, c'est aussi celle de l’articulation entre une sociologie explicative et une sociologie compréhensive qui est posée. Les quatre méthodes pourraient également être confrontées sur ce point. Tantôt l’accent est mis sur les effets de structure et les logiques objectives rappelant par là que l’action sociale n’est jamais pure indétermination ; tantôt l’accent est mis sur l’autonomie du sujet et les logiques intentionnelles, rappelant par là que l’action sociale n’est jamais déterminée de manière strictement mécanique.

47Plutôt que de débattre de ces questions « par le haut », à coups d’arguments purement théoriques, il est possible d’en discuter à partir d’un examen comparatif portant à la fois sur la manière dont chacune des méthodes produit de l’information sociologique et sur la qualité de l'information effectivement produite. Sur le premier plan, on aura progressé ; sur le second, on reste sur sa faim ; les limites de l’expérience empêchent que l’on juge véritablement les arbres à leurs fruits et que l’on puisse systématiquement vérifier la mesure dans laquelle les déclarations d’intention théoriques se réalisent empiriquement.

Notes

1 Dixit C. Lalive d’Epinay.

2 La valeur d’une information peut en effet être évaluée en fonction d’au moins trois critères : 1) sa rareté, c’est-à-dire sa spécificité ou sa plus-value par rapport aux informations produites par ailleurs ; 2) sa pertinence par rapport aux problèmes concrets qu’on a à résoudre ; 3) et enfin, sa fiabilité qui dépend de la manière dont elle est produite. La rareté de l’information sociologique est liée à la qualité de la problématisation, relative elle-même à la consistance théorique du travail sociologique et à la créativité du chercheur (qui ne sont évidemment pas indépendantes). La pertinence est liée à la capacité des chercheurs de rencontrer les problèmes concrets des acteurs et de produire des informations qui permettent de « pratiquer » le phénomène étudier, c’est-à-dire, par exemple, de le reconnaître, d’y réagir, d’en pressentir les conséquences, de décider, etc. La fiabilité est liée aux modes de construction des dispositifs de production de l’information, c’est-à-dire, au sens large, aux méthodes, en ce compris la capacité du chercheur à « thématiser (les) fondements » de son travail et de s’en tenir « exactement à ce que ceux-ci autorisent et prescrivent » (J. LADRIERE, Une sociologie dialectique, in Le mouvement et la forme. Essais sur le changement social en hommage à Maurice Chaumont, sous la direction de M. Molitor, J. Remy et L. Van Campenhoudt, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1989, p. 47 à 61, p. 48).

3 R. BOUDON et F. BOURRICAUD, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris. P.U.F., 1982, p. 484 au mot « socialisation ».

4 L’image est de J. PADIOLEAU, L'ordre social. Principes d’analyse sociologique, Paris, L’Harmattan, 1986.

5 R. BOUDON et F. BOURRICAUD, op cit., p. 485.

6 Ibidem.

7 Ibidem, p. 486.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540