Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

II. Approche critique et comparative

Le projet de l’analyse de contenu en sociologie

Bernadette Wynants

Texte intégral

1Les quatre méthodes proposées ici pourraient donner de l’analyse de contenu en sociologie l’image d’une pratique éclatée en autant de projets qu’il existe de recherches différentes. En outre, elles offrent toute une gamme de procédures techniques parmi lesquelles il faut opérer des choix. Mais au-delà de cette perspective instrumentale qui a, certes, son importance pour le chercheur, il faut peut-être aussi mettre en évidence la spécificité du travail de découpage et de construction du sens qu'elles réalisent. Les lignes qui suivent proposent une réflexion critique sur le projet de l’analyse de contenu tel qu’il peut être dégagé des quatre méthodes présentées dans ce volume.

2Nous verrons que l’objet des recherches proposées ici peut être caractérisé par une double dimension théorique et pratique. Cet objet est dégagé de l’analyse d'un texte : il faudra examiner quel type de médiation est réalisée entre le discours et l'objet sociologique, quelles sont les représentations du texte qui fondent la pratique de l’analyse de contenu et quel type de ressource le discours constitue pour la recherche, comme reflet ou comme organisateur de structures de conscience. L’analyse se présente comme un travail systématique sur un texte dont tous les éléments ne sont pas intelligibles à une simple lecture : la démarche heuristique de l’analyse de contenu procède ainsi d’une quête du sens « caché » dont on tentera d’apprécier l’intérêt et les limites pour le projet sociologique.

Dimension théorique et dimension pratique

3C’est bien sûr l’objectif de l’analyse qui fonde l’unité des différentes démarches. Par leur soumission au projet sociologique, elles nous font découvrir. au terme de leur mise en œuvre, un produit spécifiquement sociologique ou, tout au moins, directement interprétable par un modèle sociologique : les structures de conscience (herméneutique collective), l’ethos (Lalive d’Epinay), les symboliques sociales (Remy-Ruquoy), l’idéologie (Houtart).

4Ces termes renvoient sans doute à des accents théoriques différents et à des questions différentes (voir à ce propos Luc Van Campenhoudt). Mais la confrontation de ces différents projets permet aussi de noter une convergence importante : trois de ces méthodes au moins définissent l’objet de l’investigation sous le double aspect des valeurs et des logiques d'action, des contenus idéologiques et des dispositions pratiques.

5L'herméneutique collective recherche des systèmes interprétatifs sociaux caractérisés par une dimension théorique (les images du monde) et par une dimension pratique (les orientations d’action) ; l’analyse structurale quant à elle dégage des qualifications et examine comment ces contenus sont pris en charge par des actants impliqués dans la réalisation d’une action, d’un « faire », ou encore les « codes de perception du réel et des codes de l’agir » ; enfin la méthode de C. Lalive d’Epinay propose de déceler des ethos, qui désignent à la fois des croyances, des valeurs mais aussi des modèles de comportement.

6Cette insistance sur la double dimension théorique et pratique de l’objet suggère que le résultat final de l’analyse débouche non seulement sur la compréhension des discours mais aussi sur la compréhension de dispositions pratiques plus générales. Discuter cette question revient aussi à s’interroger sur le statut du texte analysé : que peut-on y chercher, quelles sont les limites de pertinence de l’analyse textuelle ?

Le statut du texte

7L’analyse de contenu suppose un travail sur des matériaux (récits de vie, entretiens, articles...) qui prennent la forme de textes. Quelles sont les voies qui permettent d’en faire émerger des informations pertinentes pour l’objet de l’analyse ? Ou, autrement dit, quelles sont les médiations entre le texte et l’objet sociologique ?

8L’herméneutique collective telle que M. Molitor l'a présentée est centrée sur les structures de conscience que les textes manifestent : « on fait l’hypothèse que les entretiens narratifs contiennent ou plus exactement reflètent les structures de conscience ». Mais nous trouvons peu d’éléments ici pour comprendre sur quelle représentation du texte se fonde cette hypothèse. Pour J. Remy, le matériau privilégié de l'analyse structurale est un discours qui se présente comme une pratique sociale dans une transaction concrète. Le discours est aussi un acte de présentation de soi qui met en scène des symboliques sociales. Quel est le travail de sélection et de transformation des symboliques sociales qui est opéré au cours de l’énonciation ? Peut-être fait-on ici l'hypothèse que les symboliques sociales sont, par définition, les références symboliques qui entrent effectivement en jeu sur la scène sociale et telles qu’elles s'y manifestent. Selon C. Lalive d’Epinay, un récit de vie est un produit typique d’une régulation d’événement au cœur de laquelle opère l’ethos. Le texte est donc considéré comme une pratique révélatrice d’autres pratiques par la médiation de l'ethos. Celui-ci ne risque-t-il pas d’apparaître comme la boîte noire où s’opère l’alchimie qui transforme le discours en pratique ? Le discours est-il le reflet parfait des autres pratiques sociales ?

9Si les auteurs sont peu explicites à cet égard, il est plus évident qu'ils visent, par l’analyse de contenu, la compréhension, mais souvent également la prévision des discours : « imaginer la tournure que le discours prendrait en diverses circonstances est une des ambitions de la méthode » (J. Remy). Cette préoccupation révèle aussi la spécificité du regard sociologique porté sur le texte. La sociologie privilégie en effet une démarche généralisante qui cherche à produire, au-delà des cas particuliers, une compréhension plus globale des situations. L’analyse organise ainsi une tension entre la singularité du texte et la généralité du discours. Mais permet-elle de déduire des modèles de comportement non verbaux, ou ceux dont la composante verbale est très discrète ? La question est ici de savoir si on peut affirmer que l’émergence des dispositions pratiques telles qu'elles se manifestent dans le discours, telles qu’elles sont parlées (ou écrites) autorise des conclusions sur des logiques d’action plus générales. Autrement dit, peut-on déduire ce que je fais de ce que je dis ? On aboutit alors à une double question : celle de l’authenticité (ou non) du discours — ou plutôt du sujet — et celle de l’autonomie du discours par rapport aux autres pratiques sociales. Le recours à l’analyse de contenu en sociologie est sans doute fondé sur l'hypothèse de l’homologie des principes qui organisent les comportements verbaux cl non-verbaux. Remonter aux structures de conscience par l’analyse du discours, c’est atteindre du même coup les logiques qui orientent l’action en général, qu’elle prenne une forme verbale ou non.

10Cette question est peu prise en compte par les auteurs. Mais l’importance qu’ils accordent au texte comme matériau empirique peut encore être confrontée à d’autres travaux qui se sont détournés du discours pour privilégier l’observation directe. Les interactionnistes et les ethnométhodologues considèrent que la compréhension des pratiques ne peut s’opérer qu’en situation. C’est l’interaction qui donne son sens aux pratiques, y compris aux comportements verbaux dont il faut observer les modalités de réalisation concrète et contextualisée. Les sociologues qui pratiquent l’analyse de contenu, en consacrant un texte décontextualisé comme matériau privilégié de la recherche, manifestent peut-être leur intérêt pour le discours comme produit d’une parole, comme « expression singulière d’un univers social ». Ce n’est pas tant l'interaction comme réseau de signification où le discours peut se déployer qui retient leur attention que le travail de production du discours réalisé par un locuteur qui utilise les structures sociales comme ressources.

11Cette attention portée à la production du discours et à la combinaison originale des représentations sociales fournies par le locuteur n’est pas sans suggérer une affinité entre cette démarche sociologique et celle de l'analyse du langage. Au risque d'avancer une hypothèse qui dépasse la pensée des auteurs, on pourrait suggérer que la parole est une sorte de prototype des pratiques sociales. La linguistique saussurienne définit en effet la parole comme l'acte individuel au cours duquel le sujet parlant utilise le code de la langue qui est la partie sociale du langage et tel qu'il l’a intériorisé. Le recours au couple langue/parole permet de comprendre que l’on peut s’entendre tout en ne disant pas tous la même chose. De plus, dans les paroles les plus singulières, il permet d’y reconnaître la trace du social à travers le code qu’elle emprunte et qu’elle soumet à une actualisation originale. La démarche sociologique emprunte une voie analogue lorsqu’elle considère les pratiques sociales à la fois comme le produit des structures sociales et des consciences individuelles, à la fois suffisamment fidèles aux structures sociales pour qu’elles puissent être comprises en référence à elles et interprétant constamment ces structures de manière singulière dans la diversité des situations sociales, à la fois intelligibles, pour reprendre une image de Saussure, en référence à la partition musicale et en référence à l’interprétation concrète de la symphonie.

12Dans cette perspective, l’intérêt pour les pratiques verbales, caractérisé par l’emprunt de certaines techniques à l’analyse textuelle pourrait aussi aboutir à une référence théorique à l’analyse du langage ou, tout au moins, à privilégier la confrontation avec les modèles théoriques de la linguistique. Une autre conséquence de ces propositions consisterait à considérer la sociologie du langage non pas comme un des secteurs particuliers de la sociologie mais au contraire comme une problématique constitutive du regard sociologique.

Discours structuré et discours structurant

13Si l’on admet l'intérêt du discours pour comprendre les représentations sociales, encore faut-il s’entendre sur ce qu'il révèle exactement de celles-ci et comment s'opère la dynamique entre le discours et les structures de conscience. La représentation du discours comme reflet — d’une idéologie, d’un ethos, de structures de conscience, de symboliques sociales — est certainement celle qui fonde les quatre méthodes d’analyse de contenu qui nous occupent ici. Dans cette perspective, le discours est perçu comme une réalité structurée — ou plus exactement informée — par des représentations et à laquelle on n’assigne pas toujours une dimension active, structurante, qui permettrait d’y voir comment il manifeste un travail sur les structures de conscience, ou une mise à l’épreuve de celles-ci.

14Cependant, deux méthodes voient aussi dans le discours la trace d’un travail de l’énonciateur sur l’organisation de ses représentations, par exemple, la trace d’une recherche de cohérence. Pour J. Gritti, les contradictions dégagées par le troisième ratissage sont perçues comme des contradictions à résoudre par l’énonciateur. Et le texte participe de cette tension, de cette recherche d’une solution pour dépasser la contradiction. Par exemple. François Houtart qui précise que, selon le Cardinal Danneels, l’amour, à condition qu'il soit don, permet la résolution de la contradiction entre la stabilité et l’instabilité du mariage (F. Houtart, p. 82).

15Pour Michel Molitor, le système interprétatif social comporte une dimension théorique et une dimension pratique qui peuvent ne pas être convergentes : les orientations d’action ne sont pas toujours en parfaite harmonie avec les images du monde. L’herméneutique collective s’intéresse aussi au travail de recherche de cohérence réalisé par le sujet pour articuler les dimensions théorique et pratique et dont le récit porte la trace.

16Selon ces deux méthodes, le texte n'est donc pas un simple reflet ; il est aussi un acte, un travail de l'énonciateur sur ses propres représentations. Mais cette potentialité structurante du discours est peu exploitée dans la mise en œuvre de la méthode : l’herméneutique collective n’assigne à cet aspect du discours qu’une fonction de vérification des interprétations collectives. La pratique de l’analyse de contenu en sociologie semble donc davantage marquée par la dimension structurée du discours, par la représentation du texte comme le reflet des structures de conscience. Cependant le terme de structure peut encore prêter à confusion : le discours traduit-il une réalité sociale déjà organisée, déjà structurée en dehors de l’individu (comme l'ethos par exemple) ou renvoie-t-il à une construction singulière des représentations à partir des possibilités offertes par des logiques sociales non-structurées entre elles dans le champ collectif ?

17L’aspect double et réciproque de la dynamique entre les représentations et le discours présente un intérêt certain pour la recherche sociologique. Elle permet de comprendre les comportements verbaux dans le cadre d’un processus de socialisation toujours en cours, où le discours porte la trace des représentations socialement acquises et, en même temps, joue un rôle dynamique dans les processus d’adaptation de l’individu à son environnement social.

La quête du sens caché

18La pratique de l’analyse de contenu se fonde essentiellement, nous l'avons vu, sur une représentation du discours comme reflet des représentations sociales. Mais par quelles procédures concrètes peut-on faire émerger celles-ci de l’analyse ? Quel type de lecture du texte faut-il fournir pour en dégager les structures de conscience ?

19Il existe un consensus chez les praticiens de l’analyse de contenu pour affirmer que les éléments essentiels du discours ne peuvent être appréhendés par une simple lecture. Celle-ci laisserait un résidu de signification qui doit être pris en considération de manière systématique. La part visée par l’analyse de contenu est celle du sens latent, au détriment du sens manifeste : Jean Remy cherche la structure sous-jacente, la logique implicite ; pour François Houtart, il faut « décomposer les structures patentes au profit de l’articulation latente » ; et le niveau du discours privilégié par l’herméneutique collective est celui du sens latent, du sens « caché ». Cette quête du sens caché s’accompagne généralement d'une terminologie destinée à expliciter ce projet, mais où subsiste souvent une certaine ambiguïté. Pour clarifier le propos, nous essaierons ici de proposer quelques distinctions formelles : ensuite, il sera question de la pertinence de ces catégories pour l’analyse de contenu en sociologie (voir Construction du sens et analyse sociologique, p. 171).

  • 1 Nous prenons ici distance avec la définition donnée par Merton des fonctions manifeste et latente, (...)

20Un premier problème pourrait être celui de s’accorder sur ce que recouvrent effectivement ces notions de sens latent et manifeste1 On admet généralement que leur partition varie selon la lecture et selon le lecteur. Le sens manifeste désigne ainsi le sens perçu par une simple lecture (ou audition) tandis que le sens latent renvoie à une compréhension obtenue au terme d’un travail systématique sur le texte. Cependant il faut admettre que ces quatre méthodes font l’impasse sur la question de savoir à quel type de lecteurs et à quel type de textes elles peuvent convenir.

  • 2 Il s’agit probablement d’une référence à la distinction entre logique intentionnelle et logique obj (...)

21Une seconde question mérite aussi d'être soulevée : celle de la fusion — fréquente chez les sociologues qui pratiquent l’analyse de contenu — de l'axe du manifeste et du latent avec celui de l’intentionnel et de l’objectif2. Le sens manifeste d’un texte serait, dans cette perspective, celui qui est intentionnellement visé par l’énonciateur tandis que le sens latent désignerait les significations effectivement produites par le discours, indépendamment de l'intention de l’énonciateur.

22François Houtart, pour justifier le recours à l’analyse de contenu, associe les articulations latentes d’un texte et les « fonctions » du discours qu’il distingue des intentions de l’énonciateur. Sur les traces d’Ulrich Oevermann et de son « herméneutique objective », Michel Molitor précise que le sens manifeste d’un texte relève de la structure de sens subjective, de l’intentionnalité de l’énonciateur et le sens latent reflète des éléments de la structure sociale. « L'hypothèse qui est reprise ici est donc que les textes ont un excédent de signification objective par rapport aux intentions du locuteur. Il y a une différence entre les intentions subjectives du locuteur et les structures latentes du texte. La personne interviewée dit plus de choses qu’elle ne pense dire. Les structures de sens latent contenues dans son récit renvoient à des formes de pratique sociale qui se retrouvent dans la langue. »

23Ceci suggère que, dans l'herméneutique collective, le critère de partition du latent et du manifeste renvoie non pas à la lecture mais bien à l’énonciation. Le sens manifeste désignerait alors non pas ce qui est compréhensible à la simple lecture mais bien ce que l’énonciateur pense avoir transmis comme message, la partie du discours qu’il maîtrise pleinement, en regard d’un niveau latent qui désignerait les contenus qui lui ont échappé.

24Pour clarifier ces propos, il convient peut-être d’introduire d’une nouvelle distinction en termes de discours conscient/discours non-conscient de l’énonciateur, en réservant les niveaux manifeste et latent à l’acte de lecture plutôt qu’à celui de l’énonciation. Il serait ainsi possible de n’exclure a priori aucune des hypothèses suivantes : celle où le discours consciemment énoncé se laisse saisir d’emblée (c’est la communication parfaite, hypothèse qui n’est peut-être jamais complètement réalisée) et celle où sa compréhension nécessite le recours à un travail systématique sur le texte ; celle où les contenus inconsciemment énoncés sont perçus immédiatement (certains lapsus par exemple) et enfin celle où ils peuvent faire l'objet d’un travail d’élucidation (double hypothèse de la communication imparfaite : l’énonciateur ne sait pas (tout) ce qu’il dit et le lecteur ou l’auditeur — ne comprend pas parfaitement ce qu'il entend, ou ce qu’il lit).

25D’autre part, il convient encore de préciser la relation qu’entretient la distinction de sens intentionnel et de sens « objectif » avec les deux axes présentés ci-dessus. Précisons tout d’abord que le sens intentionnel caractérise l’énonciation tandis que le sens « objectif » d’un texte ne peut être saisi qu’en référence à une lecture, un public, un schéma de communication puisqu’il désigne le sens effectivement perçu, indépendamment des intentions de l’énonciateur. De sorte que Taxe intentionnel/objectif peut être nommé Taxe de la communication telle qu’elle se déroule entre un énonciateur et son « public ». Ceci étant dit, les intentions discursives de l’énonciateur peuvent aussi bien être conscientes que non-conscientes (par exemple, les intentions de présentation favorable de soi ne sont pas toujours conscientes). On pourrait également imaginer que l’énonciateur est conscient — ou est rendu conscient — du sens objectivement perçu par le public, même si son intention était différente (voir Produire et reproduire : logique intentionnelle/logique objective + conscient/non-conscient)

26De plus, l'intention de l’énonciateur peut être immédiatement transparente au public — ou aux lecteurs — tout comme elle peut ne se dévoiler qu’au terme d’une exploration systématique. De même, la perception des contenus objectifs peut-elle être immédiate ou médiate.

Construction du sens et analyse sociologique

27Ainsi, plutôt que superposer l’intentionnel, le conscient et le manifeste convient-il peut-être de les disjoindre en les opposant à l’objectif, le non-conscient et le latent, dans une figure qui devrait comporter trois dimensions :

28Précisons encore que si, formellement, tous ces niveaux peuvent et doivent être distingués, ils peuvent se confondre partiellement dans certaines situations concrètes de communication.

29Cet essai de clarification des niveaux du texte découpés par les quatre méthodes ne visait pas nécessairement à les consacrer comme des catégories pertinentes pour l’analyse sociologique des discours. Il convient à présent de s’interroger sur l’intérêt de ces distinctions formelles pour le projet spécifique de l’analyse de contenu en sociologie.

30Par définition, l’analyse de contenu dépasse le cadre de l’hypothèse de la communication parfaite puisqu'elle propose un traitement systématique des contenus qui ne sont pas immédiatement saisis à la lecture ou à l'audition (axe manifeste/latent). Signalons qu’aucune des quatre méthodes ne prétend épuiser le travail de construction du sens réalisé sur un texte : l’analyse vise à rendre intelligible des articulations latentes qui permettent d’aboutir à une des compréhensions du texte parmi d’autres.

31Si le regard se porte sur les contenus latents, rien n’autorise cependant à négliger les effets de sens manifeste du texte. Et ceci d’autant plus qu’aucune méthode ne permet, au terme de sa mise en œuvre, de distinguer les éléments de l’analyse déduits d’une simple lecture des éléments découverts par un travail systématique sur le texte. On peut ainsi faire l’hypothèse que l’interprétation se fonde aussi bien sur les contenus manifestes du texte que sur les contenus latents rendus intelligibles par l’analyse. De plus, alors que l’on s'accorde sur la nécessité d’explorer le « sens latent », on ne contrôle pas la rentabilité de la méthode en confrontant ses produits à ceux d’une lecture moins technique.

32La distinction des contenus manifestes et latents pour l'analyse concrète d'un texte offre cependant un double avantage : elle permet d’évaluer la rentabilité d’une méthode et, de plus, elle permet de réduire le recours à l’arsenal des techniques aux textes dont on fait l’hypothèse qu’ils n’ont pas encore livré tous leurs « secrets ». Concrètement, cela signifie qu'il serait nécessaire de travailler plus systématiquement en deux temps : une première interprétation du texte serait formulée à partir d'une lecture attentive au terme de laquelle il faudrait évaluer l’intérêt de poursuivre le travail sur le texte par d’autres voies plus coûteuses ; ensuite, on entreprendrait éventuellement une analyse de contenu dont les outputs seraient confrontés à ceux de la première analyse. Cette double démarche est certainement partiellement empruntée par les praticiens de l'analyse de contenu. Mais sans doute faut-il plaider pour son utilisation plus systématique. La difficulté qui subsiste encore ici est celle du caractère plus ou moins sophistiqué de la première lecture. On peut facilement se rendre compte qu’il n’existe pas de lecture « naïve » d’un texte et que, par exemple, la pratique fréquente de l’analyse structurale peut amener le chercheur à repérer très rapidement les codes essentiels qui organisent le texte. L’utilisation des méthodes contribue certainement à nous former à la lecture, et cela constitue une ressource non négligeable de l'expérience de l’analyse de contenu. Ceci signifie aussi que la première étape du travail devrait être entreprise dans le souci de ne négliger aucun des éléments de compréhension du texte, qu'ils puissent être ultérieurement mis en forme par une méthode ou non.

33La distinction formelle entre l’énonciation consciente et non consciente permet de noter que le praticien de l’analyse de contenu ne veut pas limiter son investigation aux seuls contenus consciemment produits par l'énonciateur : l’analyste s’autorise ainsi des interprétations qui sortent du champ du discours tel qu’il est maîtrisé par le locuteur. Mais le repérage concret des productions discursives conscientes et non conscientes est peut-être moins pertinent pour l'analyse sociologique. Quelle que soit la maîtrise que l’énonciateur possède de son propre discours, l’essentiel est certainement de comprendre la « présentation de soi » qu’il opère et les représentations qu'il nous livre.

34La possibilité de confronter les intentions de l’énonciateur aux effets de sens que produit son discours offre plus d'intérêt (axe intentionnel/objectif). Mais elle engage résolument à sortir du cadre de l’analyse de contenu pour rejoindre celui de la communication sociale. L’analyse sociologique donne sans doute la priorité à l’intention de l’énonciateur sur les effets de sens de son discours. Il s'agit, pour le sociologue, davantage de comprendre l’univers social de l’énonciateur que la manière dont son discours est perçu par le public. Dans cette perspective, le but n’est pas d’atteindre les intentions du « moi profond » du sujet d’analyse, qui appartiennent à un univers très hypothétique et peut-être insondable, mais de comprendre comment l’énonciateur se mobilise et s’investit dans un rôle qui l’autorise à produire une parole.

35L’analyse sociologique privilégie donc une construction du sens centrée sur l’énonciateur et sur son mode d’investissement dans le discours, qu’il soit conscient ou non, du discours qu'il énonce. Et c’est dans ce sens qu’il faut saisir l’intérêt de l’analyse de contenu, comme une herméneutique susceptible d’éclairer l’élaboration de la parole.

Notes

1 Nous prenons ici distance avec la définition donnée par Merton des fonctions manifeste et latente, où le niveau manifeste désigne à la fois ce qui est voulu par l’acteur et ce qui est perçu par le public. Nous verrons au contraire que ce type de définition superpose deux ordres de réalité (l’énonciation et la lecture) qu'il convient de dissocier pour clarifier le projet de l’analyse de contenu.

2 Il s’agit probablement d’une référence à la distinction entre logique intentionnelle et logique objective présentée dans REMY J., SERVAIS E., VOYE L., Produire et reproduire, Bruxelles, E.V.O., 1978, vol. 1.

Auteur

Assistante à l’Université catholique de Louvain

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search