Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

II. Approche critique et comparative

Analyse littéraire et analyse de contenu

Théo Hachez

Texte intégral

« Nous, et quiconque cherche un sens au-delà de la lettre, nous avons déménagé de la tête. (...) Je meurs parce que j'ai convaincu mes cellules que la règle n'existe pas, et que de tout texte on peut faire ce qu’on veut ».
Umberto ECO, Le pendule de Foucault.
Grasset, 1990.

1On ne peut que se réjouir de l'intérêt renouvelé pour l'analyse de la parole écrite ou transcrite. Au plan des sciences sociales, il est le signe d’une démarche qui vise à une compréhension profonde de l'articulation entre l’individuel et le social : dans l’épaisseur et la continuité de la parole, se donne à lire une (reconstruction ou une appropriation du monde par l’autorité de celui qui la profère. Mouvement de soi à l'autre, la parole est tout entière prise et constituée par le fait social et objectif du langage en même temps qu’elle reste marquée par son origine et son destinataire.

2Un comportement qui donne une lecture endogène d’autres comportements n’est pas un comportement comme un autre. Au-delà de cette stratification des couches du discours, le travail d’interprétation est rendu encore plus complexe par le caractère brut du donné de départ : la parole résiste au dénombrement et sa réalité s’impose immédiatement dans toute sa différence, si malaisée pourtant à isoler et à saisir. C'est un effet de la transparence socialement organisée du langage.

3Mais pour complexe qu’elle soit, l’interprétation offre au jugement de tous sa technique et ses résultats. L’exigence de rigueur est d’autant plus forte qu’elle ne peut se soustraire au sens commun, car la parole appartient en propre à tous. On peut certes faire sauter ce verrou en prétendant traquer un sens caché. Mais latent pour qui et pourquoi ? A quelle économie (stratégie) de la conscience répond une telle représentation de la parole ?

4Bien sûr, ces difficultés ne peuvent ruiner la prétention de tout méta-discours sur la parole. Elles manifestent au contraire que son utilisation comme matériau empirique de recherche en science sociale est un enjeu central. Comment situer cette perspective par rapport à celles d'autres disciplines qui ont pour objet le langage, sachant qu'une ligne de partage et d'ignorance réciproque s’est installée entre ces deux types d’approches. L'analyse de contenu, poursuivant une finalité extérieure à la parole, s’avoue partielle et s'oppose ainsi à la vision logocentrique traditionnelle des lettrés.

5L’analyse de contenu (dans ses différentes versions) se présente comme une proposition d’échange entre une pratique d'interprétation des textes relevant du sens commun et l’application d’un modèle d’analyse visant à approfondir et à maîtriser cette opération dans le cadre d’une discipline de science humaine. Cependant, l’objet dont elle se nourrit (le texte) est déjà construit et représenté par une tradition disciplinaire constituée autour de lui.

6De cette tradition aussi, émanent différentes pratiques raisonnées, différents modèles d’analyse de texte qui peuvent être mis en parallèle avec les propositions de l’analyse de contenu. Cette comparaison, nécessairement schématique et lacunaire, mérite néanmoins d'être tentée puisqu’elle débouche sur une remise en perspective des deux points de vue et conduit ainsi à un approfondissement de l'objet sur lequel elles se croisent.

7L’objectif de cette contribution est double. D'une part, il s'agit d’expliciter le problème que pose aux « littéraires » l’analyse de contenu, et d’autre part de soumettre à ses praticiens certaines dimensions du texte que leur outil laisse généralement dans l’ombre. Il va de soi qu’on ne peut opposer les littéraires aux praticiens de l’analyse de contenu qu’au prix d’une schématisation de leur point de vue respectif : les lignes qui suivent n’en sont pas exemptes.

8Mais on verra que cette entreprise se heurte à plusieurs difficultés. La principale est la nature du lien (ou l’autonomie) que revendique chacune des disciplines concernées avec le langage et la place que celui-ci occupe dans les problématiques qu’elles prennent en charge.

Une question de discipline

9Dans quel sens peut-on opposer analyse littéraire et analyse de contenu ? Précisons d'abord ce qu’elles ont en commun : elles partent toutes deux du texte comme matériau empirique. Au contraire de l’approche des juristes ou des exégètes, celle des analyses textuelles ne fait pas du texte un usage axiomatique : il ne s'agit pas déjuger le monde à travers le texte ou de vérifier Γ« actualité » du texte. D’autre part, on peut facilement s’accorder sur une définition minimale du texte valable aussi bien pour l’analyse littéraire que pour l’analyse de contenu : c’est une suite finie d’énoncés en langage naturel dont on suppose — ou vérifie — l’aspect construit et dont la version explorée est écrite ou transcrite.

10Le pari initial de toute analyse textuelle (littéraire ou de contenu), c’est évidemment le privilège, au moins passager, qu'elle accorde aux éléments tirés de son champ d’observation (le texte) aux dépens des éléments qui lui sont extérieurs. En ce sens, le texte est vu à la fois comme un ensemble continu (c’est le « tissu » qui ramène au sens étymologique) et discontinu en regard des autres éléments (le contexte).

11Ici s’arrêtent les points communs. Mais pour approcher la différence radicale entre les deux traditions d’analyse textuelle, il faut commencer par déblayer le terrain. L’observation du partage entre les disciplines pourrait amener à la conclusion que les littéraires ne s'attachent qu'aux textes reconnus tels, l’analyse de contenu prenant en charge les autres. On est alors engagé à traduire « analyse de contenu »par« analyse de textes non littéraires ». Mais, pour être rigoureuse, cette traduction suppose une définition applicable au critère de littérarité, et la maîtrise de catégories telles que la littérature orale ou paralittérature. Or. on le sait, il y a là matière à discussions et à jugements de valeur.

12Les années soixante et septante ont vu triompher un métalangage commun aux analyses de texte : c'est la grande ère structurale. Même si son héritage est banalisé, morcelé ou contesté, les analyses textuelles lui doivent beaucoup. Les savoirs du langage et de la communication ont nourri les deux traditions (« littéraire »et« de contenu ») avec des profits variables, mais, après une brève turbulence, ils les ont laissées divisées, distinctes et autonomes.

13Si on ne peut les départager par leur « juridiction » sans le risque d’une tautologie, et qu’elles ne peuvent êtres distinguées nettement par leur recours à d’autres savoirs, les deux traditions d’analyse textuelle se distinguent par l'attitude qu'elles adoptent face à leur objet. Ici il faudra plus encore qu’auparavant schématiser pour faire apparaître clairement une divergence qui n’est pas toujours aussi absolue. C’est à ce prix cependant que des apports réciproques seront possibles. Examinons donc l'une après l’autre ces deux attitudes ou plutôt ces deux habitus textuels.

Le texte rejeté

14Les praticiens des méthodes d'analyse de contenu ont recours au texte dans le cadre d'une quête de savoir qui le dépasse. Ils entendent donc s’arrêter à ce qui intéresse directement leur discipline et écarter le reste. C’est sans doute à cela qu’on doit la fortune nouvelle de ce terme « analyse de contenu ». En effet, bien peu de praticiens se reconnaissent encore dans la tradition anglosaxonne à tendance positiviste que ce terme évoque. S'il est encore d’actualité, c’est en raison de sa signification essentiellement privative : on ne prend du texte que le « contenu ».

15Ici commencent les difficultés. On le voit, le point commun des analyses de contenu, c’est le refus de prendre en charge le texte comme une totalité. Ce qui est exclu de l’analyse diffère d’une méthode à l'autre et les critères de partage, lorsqu’ils sont explicitement définis, laissent souvent perplexes. Ainsi, aussi bien dans la méthode proposée par François Houtart que dans celle de Christian Lalive d’Epinay, rien n'indique le seuil de pertinence des éléments retenus par l’analyse : on se contente de prélever dans le texte un matériau qui se voit privilégié sans explication interne, sans une représentation du tout du texte qui justifie ce statut.

16Par la suite de la discussion, nous prendrons comme exemple le critère de la version de l’analyse structurale de Jean Remy, critère qui nous semble à la fois le plus classique et le plus élaboré : « Nous faisons l’hypothèse que tout texte est sous-tendu par une logique implicite qui se distingue de la logique explicite, c’est-à-dire de la rhétorique à partir de laquelle un locuteur se présente et essaie de convaincre et d’influencer ». Ici. contrairement à beaucoup de méthodes, la partition et l’exclusion précèdent la définition de l’objet : avant de dire ce qu’on prend, on dit ce qu’on laisse du tout. Le plus souvent, on va droit au but qu'on nomme structure latente, représentation, idéologie ou symbolique sociale. L’opération d’analyse se justifie alors parce qu’on cherche (qui est toujours sous-jacent ou caché). Le choix méthodologique n'a plus alors d’autre domaine que celui du relativisme pur parce qu'il n’a d’autres repères épistémologiques que des éléments extérieurs au texte luimême.

17C'est le cas chez Christian Lalive d’Epinay, pour qui le choix de la méthode (d’analyse de contenu) résulte de la nature de la recherche dans laquelle elle s’inscrit. L’analyse de texte fonctionne alors, pour le chercheur, comme un test projectif : le texte est investi d’une quête de savoir qui opère selon ses propres critères le choix des matériaux dont elle se nourrit, sans se poser la question de leur valeur interne. Il n’est plus question de contrôle ni de comparaison. Le seul trait distinctif de ce type de démarche est la revendication de principe selon laquelle on s’écarte de la perception commune immédiate. Le projet scientifique quant au texte tourne court et se voit réduit à sa plus simple expression. Bref, on a alors affaire à des analyses de contenu qui font l’économie de leur objet. La procédure peut être aussi élaborée qu’on veut, elle est incomparable et par conséquent indiscutable : c'est la virtuosité qui est ici déterminante.

18Sur le plan sociologique, cette attitude face au texte ne poserait pas de problème, si le langage dont il est fait n’était pas lui-même partie prenante de toute problématique sociologique, dans son matériau sensible et dans son élaboration.

19Revenons à la définition de Jean Remy. On y reconnaît sans peine une des variantes de l’équation : texte = contenu + forme. Les éléments retenus sont ici prélevés d’un tout que la méthode envisage dans un premier temps pour ensuite en écarter une partie qu’on s’est donné la peine d’identifier. Sur ce même modèle, on peut distinguer « récit raconté » et « récit racontant », exclure la dimension esthétique du texte (le niveau rhétorique) ou encore justifier d’une analyse de textes traduits par le fait que la traduction n’altère pas le donné analysé. A travers cette diversité, on perçoit une constante qui est de considérer le niveau le plus immédiat du texte (le niveau verbal) comme un voile qu’il faut lever, mais aussi comme un artifice explicite qu’on peut utiliser et rejeter comme tel en regard du contenu toujours latent (implicite). Il y a là un paradoxe sur lequel on reviendra dans la seconde partie : comment peut-on traiter ou analyser un texte en rejetant d’emblée de l’analyse ce qui s’offre immédiatement à la perception ? Du moment qu’aucune procédure n’est proposée pour aborder la surface du texte, la lecture, aussi productive soit-elle, n’est que virtuosité car les points d’ancrage sur lesquels elle repose sont extraits d’une nébuleuse que l’analyse rejette explicitement ou se refuse à penser.

20Certes, toute opération d’analyse procède par abstractions successives, mais celles-ci doivent être contrôlables et contrôlées à tous les niveaux. Si le matériau sensible n’est pas pris en compte, en raison du produit supposé de l’analyse, cette dernière repose sur un vide conceptuel que seul le talent du praticien peut combler de façon plus ou moins artificielle et plus ou moins vérifiable.

Le texte consacré

21L’hypothèse retenue ici, c’est que ce paradoxe est lié à l’image du texte que produisent traditionnellement les études littéraires. Une image complexe et même contradictoire qui ne peut être acclimatée à d’autres disciplines.

22Le texte, comme cela a été rappelé plus haut, est le produit d’une opération d'abstraction, qui privilégie une trace (un donné) empirique, isolée par l’analyse de ses conditions de production. Certes celles-ci peuvent également être récupérées par l'analyse, mais dans un mouvement second. Ce « découpage » du texte est emprunté à la tradition littéraire, mais il est redoublé, dans cette tradition, par un effet de consécration qui confère un statut spécifique au texte. De même que les pissotières de Duchamp sont transfigurées par leur inscription dans un musée, le texte, indépendamment de tout critère esthétique, se trouve libéré des contingences d'une lecture immédiate dès lors qu'il est constitué en objet littéraire.

23Le problème que pose la consécration dépasse le propos de cette contribution. Retenons-en seulement la conséquence immédiate pour les études littéraires, c’est-à-dire celles qui, explicitement ou non, prennent en compte le texte comme un univers enchanté. En effet, les études littéraires sont placées sous une double influence : le pôle initial de la consécration se trouve déstabilisé par une quête de légitimation et d’appropriation profane. L’analyse littéraire de texte se situe dans cette quête qui tente d'abstraire la valeur ou le sens, qui cherche à embrayer le mouvement fou de la consécration sur le monde (social).

24Cet horizon enchanté a ses exigences : rien ne peut en être oublié, car chaque élément est en quelque sorte contaminé par l'ensemble et doit pouvoir libérer par l'analyse toutes ses potentialités signifiantes. L’analyse littéraire négocie en permanence cette dimension et, contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela ne l’amène pas à rejeter des méthodes ou des savoirs élaborés rationnellement (la critique universitaire les privilégie). Mais la résistance de la consécration (sa rémanence) fait, en dernier ressort, imploser ces efforts d’appropriation : le texte, indicible, fait tourner la quête en errance.

Le texte morcelé

25C’est évidemment de cette errance que les praticiens de l’analyse de contenu entendent se délivrer en ne prenant pas le texte comme objet, mais seulement une partie variable selon les méthodes.

26Car le texte, pour la tradition littéraire, n’est pas seulement un fragment empiriquement inépuisable du réel : il est fixé pour l’éternité dans l’ordre du transcendant dont on ne peut l’extraire que provisoirement. Ce qui réduit les manipulations qu’on lui fait subir au statut du jeu, même si ce jeu implique le respect de règles très élaborées.

27Le texte littéraire se soumet ainsi au jeu des interprétations, mais les disqualifie aussitôt qu’elles se prennent au sérieux. C’est un trou noir dont la densité absorbe finalement toutes les significations qu’on lui prête sans jamais rejeter de sens.

28Rompre avec la tradition littéraire du texte, tel est le projet de l'analyse de contenu. Mais alors que cet objectif pourrait être atteint par une simple révolution de l’œil, un changement d’attitude, l’analyse de contenu, pressée d’en finir avec cette errance dans sa fuite vers le sens, cherche à éviter la prise en compte du caractère inépuisable et multidimensionnel du texte, abandonnant sa construction comme objet au profit d’une médiation que les littéraires jugeront plus ou moins hâtive. En voulant se prémunir contre un logocentrisme qui « déroute » toute hypothèse de recherche, on se coupe sans doute d'une tradition qui a accumulé un capital de réflexion sur le langage, évacuée par la revendication d’un intérêt pour le seul « contenu ». Tout indique donc que ce terme de contenu (qu’au reste personne ne semble vraiment prendre au sérieux) est une dimension ad hoc du texte et renvoie finalement à un conflit disciplinaire larvé et mal négocié qui « autorise » les disciplines de science humaine à aborder le texte : le contenu est une concession et son reste, le territoire qu’on reconnaît en propre aux « littéraires ». Cette transaction aboutit à une coexistence plus ou moins pacifique entre deux types d’approche du texte, elle réduit les frictions possibles. Et même si la pratique de l’analyse de contenu (pratique que beaucoup de littéraires considéreront comme sauvage) repose des questions fondamentales à la tradition des études littéraires, la bannière du « contenu » ne menace pas sa retraite et la maintient, contemplative, dans sa citadelle textuelle.

Au ras du texte

29On l’a vu, la grande difficulté de l'analyse de contenu, ce n'est pas d'arriver à un produit interprétable pour telle discipline, mais bien de partir du texte sur des bases les plus solides possible. C’est aussi là qu’une articulation avec d'autres méthodes plus « littéraires » du texte est envisageable, une fois mise à plat la spécificité des approches. Le projet de cette seconde partie est de faire apparaître, de façon pratique, ce qui pourrait devenir un tronc commun des analyses de texte.

30La position de l’observateur et encore plus celle de l'analyste est toujours paradoxale. En effet, d’une part il consomme (ou ressent) le texte par la lecture et se place donc en position de destinataire dans un schéma classique de communication. D'autre part, cette participation à une interaction s’accompagne d’un recul nécessaire face au texte et à son contexte. Ce décalage le prive du mode d’emploi naturel du texte mais le met en demeure d'en rendre compte.

31Un tel déplacement est lourd de conséquences, car il entraîne l’analyste à expliciter ce qui fait du texte un objet sensible qu'elle peut s'approprier. Autrement dit, l'analyste, quelle que soit la méthode qu'il utilise, devra désigner et ordonner les points communs, les surfaces de contact qu’il infère entre le texte et lui-même. Chacun de ces points de contact implique un mode de repérage. C’est ici que peuvent intervenir des variantes entre les méthodes : le choix de ces modes ainsi que l’articulation de leurs produits entre eux diffèrent de l’une à l’autre.

32L’analyse, par le décalage qu’elle opère, renonce à dire le tout du texte. Elle fonctionne comme une bombe à fragmentation qui libère un potentiel de signification stratifié par sa méthode. Ce processus de fragmentation affecte également la marque que le texte reçoit du sujet de son énonciation.

Le choix des mots

33Il n'est pas question de faire ici un catalogue des couches du texte, ni des inférences pertinentes qu’on peut tirer de chacune d’elles. Mais, parmi les points de contact que l’analyste doit prendre en compte pour expliciter son approche, certains apparaissent incontournables. Ainsi, la langue joue un rôle d’intersection nécessaire entre le texte et son analyste. Considérée par les analyses de contenu comme transparente, elle n’en constitue pas moins une zone de relative incertitude pour l’analyste. Est-il toujours sûr de partager la langue du texte ? Certes la langue, en tant qu’institution régulatrice des échanges verbaux, intervient de façon contraignante, mais elle laisse des espaces de variantes ou de choix qui en sont d’autant plus significatifs.

34Deux exemples suffisent à montrer, sur le plan lexical, ce que peut apporter un repérage en fonction de la langue. En relisant le récit de Claire, on sera frappé par le refus du terme « charité » pour désigner un comportement (le sien) qui, finalement, est tout à fait adéquat à la définition que le dictionnaire donne de ce mot. Du point de vue du « contenu », on se trouve devant un phénomène qu’on peut soit considérer comme étant sans portée aucune (il y a équivalence) soit comme aberrant (il y a contradiction, mais dans les termes seulement). En tout cas, on ne produit aucune explication verbale.

35Prendre en compte cette particularité ouvre au contraire la voie à une série d’hypothèses qu’un travail systématique trierait et spécifierait. S’agit-il simplement pour Claire d’un « effet de mode » qui l’inciterait à refuser ce mot, ou bien est-elle rebutée par les connotations religieuses, ou bien encore manifeste-t-elle par là l’ambivalence de ses rapports avec les « principes » de sa mère ? Est-elle consciente de la portée du choix qu’elle opère ainsi ? Dès qu’il se présente à l’analyse, dès qu’elle tente de le refermer sur lui-même, le texte apparaît comme un terrain riche, mais miné. Elle fait voler en éclat le sujet énonciateur, ses intentions et lui fixer un sens (un contenu) apparaît comme une opération délicate sinon violente. D’autre part, on voit aussi les limites d'un projet d'analyse qui ne se fondrait que sur le contenu.

36Ainsi, le texte se donne à lire comme un espace de négociation entre les partenaires de la communication et la langue.

37« Nous ne sommes pas des terroristes ». Ainsi s’exprimait un communiqué des Cellules communistes combattantes (CCC). Cette dénégation était ensuite explicitée en référence à l’origine du mot (la Terreur), mais ignorait ou feignait d’ignorer le sens commun du terme qui, à l’évidence, les rattachait à cette catégorie. Plutôt que de s’en prendre au jugement qui les y avait incorporés, le scribe des CCC, qui avait manifestement intériorisé le jugement moral négatif impliqué par ce classement, s’engouffrait dans une faille de la langue.

38Certes, on peut voir là seulement un simple stratégie discursive, un procédé. Mais ce procédé est également significatif d’un recours ultime, d’une compensation exigée à une institution à laquelle le scripteur voue une confiance immodérée. En effet, la langue apparaît bien ici investie d'une autorité médiatrice surévaluée en raison de la position « spécifique » que les terroristes entretiennent avec leur environnement social : c’est le dernier rempart contre Tex-communication.

39Ainsi, à travers un repérage lexical, se donnent à lire non seulement des choix ou des variantes significatives, mais aussi un rapport à une institution qu’on ne peut évidemment éluder dans la mesure où il n’est pas isolable dans le texte.

40Lorsqu’on considère ces deux exemples, on voit aussi que des éléments, qui peuvent apparaître au premier abord superficiels, s’avèrent finalement parlants et qu’une lecture semble s’amorcer à partir d’eux. La frontière contenu/forme se met à vaciller : l’analyse d’une « couche » du texte ne renvoie pas qu’à elle-même. Ce que l’analyse sépare ne renvoie pas à des niveaux naturellement distincts du texte : la carte ne se confond pas avec le territoire.

Une pratique du repérage

41La pratique d’analyse suggérée ci-dessus n’est pas aussi sauvage qu'il n’y paraît à première vue. Sans en discuter de façon approfondie la valeur scientifique, il est possible d’expliciter deux de ses hypothèses. La première est de considérer le texte comme un objet clos sur lui-même, ce qui implique que sa cohérence doit être traquée le plus loin possible. La recherche des réseaux (de la prosodie à la syntaxe en passant par le lexique) qui sont susceptibles de manifester cette cohérence écarte d’elle-même la référence à une intention de l’émetteur posée comme a priori par le lecteur.

42L’hypothèse de la clôture, classiquement structuraliste, et la recherche de réseaux conduisent l’analyse à débusquer le langage de tel texte, le système des relations qui donnent valeur à tel de ses éléments. Cette actualisation ou cette (ré-)interprétation du langage que produit le texte est particulièrement spectaculaire lorsqu'il « fait des boucles » courtes, c’est-à-dire lorsqu’il définit explicitement les termes mêmes qu’il utilise. C’est pour cette raison que les exemples choisis plus haut ont pu être mentionnés sans qu’on doive recourir à un examen complet des textes dont on les a tirés. Mais ces exemples sont assez rares, en sorte qu’il est difficile de fonder une méthode qui les privilégierait.

43Cependant, on perçoit assez clairement que les éléments d’interprétations tirés de telles observations ne sont pas limités par la zone de pertinence de celles-ci : le travail d’interprétation se bâtit sur les éléments hétérogènes.

44Ce travail, qui ne sera pas abordé ici, devra donc nécessairement suivre un traitement systématique qui mette en évidence la singularité du texte. Mais en amont de la phase de systématisation, se pose la question du point de départ : sur quel fil du texte faut-il tirer pour faire apparaître les premières traces de ce réseau ?

Le degré 0

45L’hypothèse de départ à laquelle on se référera est celle-ci : rien dans le texte n’est « naturel », ne va de soi. Cette hypothèse maximaliste (elle ouvre des perspectives sans horizons) doit être contrebalancée par la définition la plus précise possible d’un degré 0 pour le texte qu’on aborde.

46Le degré 0 se définit à partir des conditions d’énonciation du texte et notamment des attentes légitimes de son destinataire supposé. La valeur de ce concept est essentiellement heuristique. Il permet à l’analyse une première appropriation maîtrisée du texte. Ainsi, la formule de politesse d’une lettre est un espace attendu et hypercodé : elle actualise une contrainte des conditions d’énonciation et particulièrement des attentes du destinataire. L’absence d'une formule de ce type ou la présence d'une forme particulière est évidemment un élément significatif.

47La définition du degré 0 s’appuie plus généralement sur la connaissance d’éléments préexistants au texte lui-même et auquel celui-ci renvoie : ainsi la notion de genre, la référence à des valeurs ou à des modèles linguistiques discursifs ou culturels, les citations au sens large. Comme point de départ de l’analyse, le degré 0 conditionne et maîtrise l'investissement de l'analyse dans le texte qu’elle fait entrer ainsi dans le monde de la différence.

48Deux paradigmes de référence s’ouvrent donc à l’analyse : celui des conditions d’énonciation et celui de l’intertextualité. Comme on l’a vu, ces deux univers se recoupent et les contraintes qu’ils font peser sur le texte tendent à converger : la notion de genre se définit en fonction d’un contexte et d’un ensemble textuel préexistant.

Le savoir-vivre complice selon Cosmopolitan

49Le balisage préalable du texte assure et limite la pertinence de l’analyse qui cessera dès lors de le considérer comme un météorite pour ensuite se l’approprier sauvagement. Plus elle est diversifiée dans les appuis qu’elle prend sur le texte, plus ses conclusions seront solides et cela quelle que soit la nature de ces conclusions.

50En centrant son point de départ sur son point d’arrivée, l’analyse de contenu postule que seul le contenu renvoie au contenu, les autres « différences » du texte étant soit redondantes soit sans pertinence pour ses catégories. L'ébauche d’analyse du texte de Cosmopolitan qui sera proposée ici vise à mettre en doute la pertinence de cette attitude en tant qu’elle est amenée à opérer d'entrée de jeu un découpage entre le contenu et la stratégie d’énonciation.

51Arrêtons-nous un instant aux particularités les plus visibles du début de ce texte : des tournures familières (« on s’a », « appart », « soin-soin », « c’est l’angoisse »...), des rimes (« tergiversation, réflexion, organisation »). Autre point moins visible : le jeu du pronom « on », dont l’indétermination est extrêmement mobile. Après avoir renvoyé au couple dans le titre, « on » prolonge un « je » initial, et finit par entrer dans un schéma narratif complexe. Dans ce schéma, « on » permet d’exposer sur le mode alternatif ou cumulatif une série de variantes d'un récit de vie : ces variantes vont de la plus banale chambre de bonne à des solutions plus prestigieuses (voyage à travers le monde). Cette mécanique identificatoire n’est certainement pas gratuite, d’autant qu’elle est récupérée dans un second temps. L’indétermination du « on » prend alors un tour résolument plus général dans un contexte où les impératifs et les « il faut » se multiplient : c’est le « on » des proverbes.

52Plus généralement, le texte se réfère de façon privilégiée à des exemples, des expériences vécues au détriment de principes nettement explicités. La communauté de perception (le consensus) est donc donnée pour acquise. Elle se donne à lire également par une ironie dont la manifestation est double. D'une part, il y a un jeu entre le caractère unique des cas envisagés et les dimensions auxquelles on peut les réduire. Une paraphrase de ceci pourrait être : « nous vivons toutes une aventure exceptionnelle, nous le croyons, mais nous sommes toutes un peu les mêmes devant certains problèmes ». D'autre part, en mettant ainsi en balance les deux affirmations contradictoires de l’identité, le texte réduit l’espace de son énoncé à des recettes d'ordre pratique parce qu’il feint de croire en la priorité du destin personnel, ce que la lectrice, prisonnière des différences qu'on lui a offertes, ne peut pas démentir. De cette façon, s’insinue un décalage entre la gravité des valeurs enjeu (l’aventure du couple) et le ton léger et pratique de l’article : l’écriture reflète et contribue largement à ce plaisir de l’individualité marquée mais finalement partagée.

Stratégie versus contenu

53Ce qui se déploie là, à première vue, c’est bien une stratégie discursive : il s'agit d’établir une relation de complicité et d’identification entre le destinataire de l'article, la voix qui parle et les solutions finalement proposées. Mais dans cette complexité stratégique, se profile sans doute un public, un genre, un média et finalement une contrainte assez lourde sur le contenu, contrainte qui à la fois situe et fait vaciller la frontière entre énonciation et contenu.

54Certes, le texte manifeste des représentations et articule des valeurs tendues entre elles : la construction de l’identité sociale du couple et la quotidienneté entrent en conflit avec la destinée amoureuse et l’autonomie durement acquise. Mais, outre qu’elle le met en scène, la dimension esthétique délimite et définit le conflit en jeu. « Partager mon chat, ses pulls et toutes nos nuits » : rythme, syntaxe concourent à une harmonie qui met d'autant mieux en évidence une rupture lexicale entre des termes concrets (pulls, chat) et le mystère de la nuit partagée. Cette figure (zeugma) crée une tension et met ainsi en place de façon sensible les différentes polarités du réseau. Le système de connotation n’est donc pas gratuit : partage et possession individuelle (mon, ses) font bon ménage dans cette phrase qu’on n’en finirait pas d’expliciter. La vie commune (« nos »), ce sont les nuits, mais elle apparaît exclusive (« toutes »)... et que cache ce « chat » ?

55Sans doute dira-t-on qu’une telle explication n’est pas nécessaire pour « comprendre » le texte et finalement isoler la tension qu’il compose. Pourtant, si l’on envisage le texte comme une interaction différée, en rendre compte nécessite que l’on sache jusqu’à quel degré on y a participé. De ce point de vue, certains textes sont plus exigeants que d’autres. Par ailleurs, la manipulation de certaines distinctions (manifeste - latent, conscient - inconscient, intentionnel -...) ne peuvent espérer tirer leur sens que d’une analyse très approfondie de la dimension esthétique qui conditionne l’effet du texte sur le lecteur.

56Ainsi en va-t-il particulièrement des textes ironiques, qui requièrent à un très haut degré la participation du lecteur, parce que non seulement son plaisir mais sa perception des intentions de l’auteur y sont liés. Mais, outre que l’ironie (même dans le cas limite de l’antiphrase) ne s’exerce pas que dans les textes littéraires (les expressions populaires en témoignent), elle n’est pas le seul mode de communication qui exige de la part de son destinataire-analyste un retour au texte et un approfondissement de sa propre perception.

57C'est précisément cette exigence que visent à rencontrer les manipulations qui ont été proposées ici. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité et ne remettent pas systématiquement en cause le projet de l’analyse de contenu, mais elles soulignent la nécessité ou, tout au moins, l’utilité d’une approche plus diversifiée du texte, une approche qui lui permette de mieux maîtriser ses conditions de production du sens. Et ceci sans rien dire du plaisir que peut procurer cet apéritif...

58Après ces ouvertures sur un mode d’analyse plus « littéraire », quelques considérations s’imposent.

59Peut-on se dispenser de voir le texte comme un objet d’abord sensible, comme la trace d’une interaction où se projettent des sujets partageant et départageant un langage supposé commun ? C’est ce que donne à croire la pratique de l’analyse de contenu qui, en se présentant comme une suite de manipulations (une procédure), évacue officiellement le sujet destinataire au profit d'une objectivité posée en principe. Ce que j’ai tenté de montrer, c'est que l'objectivation ne s’acquiert pas contre ou en marge du sensible, mais par un retour (une réflexion) sur lui. L’analyse de texte ainsi pratiquée n’est certes pas un exercice économique mais exigeant, même si elle peut s'appuyer sur les éléments d’un savoir constitué par une tradition. En somme, il s’agissait d'inviter les sociologues praticiens de l’analyse de contenu à investir plus largement le langage (lieu primordial de socialisation) de leur réflexion et à participer plus largement à l’interaction textuelle, en abandonnant cette hypothèque que fait peser sur leur travail d’interprétation le terme de « contenu ».

60Ce matériau riche qu’est la parole écrite ou transcrite ne peut être revendiqué en propre par les seules disciplines centrées sur le langage, mais celles-ci offrent des repères et des perspectives nouvelles aux analyses de texte pratiquées hors de leur champ.

Auteur

Professeur à l'Institut supérieur des Beaux-Arts Saint-Luc à Liège

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search