Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

I. Quatre méthodes d'analyse de contenu

L’analyse structurale et la symbolique sociale

À partir du texte du Cardinal Danneels

Jean Remy

Texte intégral

La méthode

1La méthode qui vient d’être proposée va être appliquée au texte du Cardinal Danneels. Le texte ayant déjà été analysé par F. Houtart, la comparaison permettra de mieux saisir les limites de pertinence des deux techniques et leur lien privilégié avec un objectif de recherche. Dans le cas présent, nous voudrions mettre en évidence le lien entre la technique d’analyse et l’explication des symboliques sociales. Ceci permettra de faire ressortir l’importance que revêt le récit de quête, comme modalité d’utilisation des structures.

2Dans cette ligne, nous proposons trois préambules. D’abord, cet usage de l’analyse structurale est particulièrement approprié à un discours qui est une pratique sociale, c’est-à-dire un discours engendré par une situation réelle où il y a un enjeu. Antérieurement, nous avons analysé des lettres de lecteurs envoyées au journal « Le Monde » suite à un article sur la peine de mort publié à un moment où le débat public était chaud sur ce thème. Cette analyse en situation réelle permet de considérer le discours comme une pratique participant à une transaction collective sur une scène où il y a de multiples intervenants. Parmi les textes proposés, celui du Cardinal Danneels est tout à fait approprié puisqu’il est une interview autour de l’enjeu qu’est l'année de la famille. Nonobstant cette préférence pour un texte engagé, on peut aussi analyser avec cette méthode le discours que quelqu’un tient sur sa pratique, par exemple dans une interview ou dans un récit de vie. Quel que soit le texte analysé, il convient de bien caractériser la situation de communication dans laquelle le locuteur se trouve. Faire une typologie des situations de communication nous paraît fort utile pour comparer l’apport des diverses techniques.

3Nonobstant ce souhait d’analyser un discours engagé dans un débat, la circonstance du discours, en l’occurence parler du couple, est considérée comme l’occasion de mise en exercice d'une structure implicite. Celle-ci émerge à propos de la famille, mais une fois bien explicitée, la structure devrait nous permettre de deviner comment l’auteur parlerait s’il devait réagir à une autre circonstance par exemple sur le chômage. Imaginer la tournure que le discours prendrait en diverses circonstances est une des ambitions de la méthode. La circonstance est donnée comme ce à travers quoi une structure devient constitutive de sens, mais le sens est une orientation à long terme, autonome par rapport à la circonstance.

  • 1 A. SCHUTZ, Le chercheur et le quotidien, traduction française, Paris. Edit, des Meridiens, Klincksi (...)

4Enfin, quoique l’on se place dans un acte de communication, on n’analyse pas les effets du discours sur les destinataires. Le propos est de comprendre les structures symboliques qui régissent les productions discursives de l’émetteur. Les résultats de l’analyse permettent à des partenaires éventuels de mieux deviner les réactions de celui à qui ils ont affaire et par là de renforcer leur position dans la transaction. Il ne s’agit donc pas d’analyser l’effet que le texte a sur le lecteur, en se demandant ce que lecteur comprend et les connivences qui se dégagent. Si c’était là l’objet de la recherche, le sens communiqué dépendrait de la relation entre le texte et le lecteur. Examiner comment le lecteur se projette dans le texte, loin d’être un manque de rigueur, serait une exigence de méthode. Le propos est inverse lorsqu’il s’agit de comprendre le locuteur. Pour connaître l’autre, le comprendre à la manière de Schutz1, il faut se décentrer et saisir le réseau de distance et de proximité qui nous relie et nous sépare. Cela vaut dans la communication courante. A fortiori, la décentration de l’analyste par rapport à lui-même et à ses références est ici au centre de la vigilance méthodologique.

5S’intéresser ainsi à la structure sous-jacente en découvrant combien le « parleur est parlé » n’équivaut pas à nier l’intentionnalité du sujet. Il s'agit encore moins de le ramener à être un figurant ou un pantin. Loin de dissoudre le sujet, la structure est une ressource qui fonde sa capacité d’initiative et d’improvisation. Par ailleurs, l’existence d’une structure suppose que le discours n’est pas simplement le produit de la subjectivité de l’acteur. Le discours recèle un supplément de signification objective au-delà des intentions du locuteur.

6Ces préambules devraient permettre de mieux cibler le propos de la méthode que nous allons maintenant essayer de présenter dans un exercice de décodage. La mise en structure des codes sera suivie d'une mise en forme intégrant la bipolarité de l'affectif. Pour cela, nous utiliserons les paramètres du récit de quête comme outil heuristique. Nous ferons cet exercice sans suivre l’ordre des paragraphes. Selon l’esprit de la méthode, l’ordre apparent et la séquence chronologique du discours ne sont pas indicateurs des codes structurant le discours. Il s'agit de dégager la logique implicite et non la rhétorique organisant la séquence explicite du discours.

7Nous faisons donc l’hypothèse que tout texte est sous-tendu par une logique implicite. Elle se distingue de la logique explicite, c’est-à-dire de la rhétorique, à partir de laquelle un locuteur se présente et essaie de convaincre et d’influencer. Les deux logiques s’organisent autour de principes quasi inverses.

8Dans la logique explicite ou la rhétorique du texte :

  • l’ordre apparent dans le discours — le plan du texte — est important

  • la logique est déductive sous une modalité ou l’autre (l’acteur veut convaincre)

  • le rapport entre acteurs et les actions préconisées sont des éléments centraux : on adopte volontiers dans l’analyse une attitude anthropocentrique.

9Dans la logique implicite :

  • la structure est a-temporelle (l’ordre apparent des codes est sans importance ; le code de base peut apparaître aussi bien au milieu qu’à la fin du texte)

  • la structure s’organise sur une logique d’implication

  • la structure n'est pas anthropocentrique. Même si l'on part des actions et des agents concrets, il faut dégager des qualifications, de manière à construire des statuts actantiels. Ceux-ci sont donnés par des combinaisons de qualifications distribuées dans des espaces/temps.

10Nous ferons notre décodage de la logique implicite en utilisant des raccourcis sans suivre toute la procédure qu’on utiliserait si l’on était en séminaire didactique d’apprentissage.

  • 2 R.LUCCHINI, Identité et hallucination au LSD, in Représentation de soi, Genève, 1987. p. 39-58.

11Pour l’exercice, nous nous sommes limités aux dix premiers paragraphes. Un des présupposés de la méthode est que la structure est totalement présente dans un fragment, même si elle n'est pas totalement apparente. Il vaut mieux analyser à fond les dix premiers paragraphes que d’analyser l'ensemble rapidement. Après le sondage réalisé, on peut saturer le modèle en refaisant ailleurs une analyse sur quelques paragraphes. A ce moment, la structure risque de devenir plus explicite et des éléments non apparents ont toute chance de s’intégrer dans une matrice qui devient à la fois plus hiérarchisée et plus complexe. Au cas où apparaîtraient des codes incompatibles, voire contradictoires, on s'interrogerait sur l'existence d’une matrice plus profonde ou plus fondamentale qui permet au sujet de gérer des aspects à première vue inconciliables. L’absence de ces critères d’arbitrage serait pour nous l’indication d'un sujet en situation d’anomie subjective comme l’évoque Lucchini2 en parlant de jeunes sans repères cohérents qui refont brusquement l’unité à travers l’expérience de la drogue. N’est-ce pas d’ailleurs le sens que M. Weber attribue à l’expérience religieuse qui recrée de l’intelligibilité par rapport à un empirique vécu comme incohérent.

12L’analyse de fragments successifs est une des procédures de la méthode. Elle veut par là saturer et expliciter le modèle. La vérification, si elle se veut rigoureuse, ne se fait pas par des techniques se fondant sur des analogies avec la vérification statistique. Le poids structural d’un terme ne découle pas de sa fréquence mais de la complexité des associations et des oppositions qu’il est apte à composer.

Application à l’interview du Cardinal Danneels

Structures sous-jacentes

Structure des qualifications

13En partant des circonstances du discours : famille, couple, nous allons d’abord rechercher les qualifications. Commençons par la fin du § 4.

14« Dans la relation du couple, dans la transmission de la vie, dans la transmission des valeurs entre générations, je remarque qu'il y a de la fièvre. L’indice le plus précis en est l’absence de joie. Ce qu’on ne constate pas, par exemple, dans les civilisations africaines, où pourtant la situation économique, le manque d’épanouissement et l’existence de tabous sont plus contraignants que chez nous. Je ne dis pas que toute notre civilisation est recouverte par un brouillard de tristesse, mais on sent que quelque chose n’est pas tout à fait en ordre. »

15Ce paragraphe a l’intérêt d’élargir la circonstance jusqu’à la transmission des valeurs entre générations. Dans le corps du texte, nous présentons le décodage en périphrase, mais il est visualisé dans le graphique du tableau I.

Tableau 1. Codage de qualifications — à partir du § 4-3-10

Tableau 1. Codage de qualifications — à partir du § 4-3-10
  • 3 Pour distinguer le décodage du commentaire analytique, nous ferons précéder ce dernier du sigle (CA (...)

16Tout d’abord, on trouve une opposition majeure entre moins de contraintes, plus de contraintes, au niveau économique, au niveau de l’épanouissement et au niveau de l’existence de tabous. Au §3, il parle d’une situation où il y a plus d’égalité légale. Par raccourci de procédure, livrons-nous maintenant à un bref commentaire analytique 3. (CA) (Il ne dit nullement que la cause de la crise c'est la diminution de ces contraintes. Pour lui, le code de la contrainte n’est pas suffisant pour comprendre la crise, il le compose avec un autre code, celui de la joie et de la tristesse, comme indicateur de fièvre ou d’absence de fièvre). La joie est un thermomètre, qui permet de passer à la qualification : absence ou présence d’harmonie. Ce code « harmonie » se croisant avec le premier code, c’est-à-dire « contrainte », permet de construire une structure de qualification à quatre positions. (CA) (On n’est donc pas dans un univers dichotomique caractérisant les acteurs marqués par une opposition radicale entre les bons et les mauvais). Mais il y a souci de bien marquer la discontinuité entre le développement économique et la joie. Dans les quatre positions théoriquement possibles, deux composent une face positive et une face négative mais inverses. Ainsi l’Afrique s’oppose à chez nous. (CA). (Le code la joie est hiérarchisant par rapport à celui de la contrainte car l’Afrique est donnée comme espace de référence où règne la joie malgré la multiplicité des contraintes, tandis que chez nous, la baisse des contraintes s’accompagne d'une baisse de la joie. Pourtant les deux situations concrètes évoquées, même si elles sont hiérarchisées, sont marquées par l’ambiguïté. On ne se trouve donc pas dans une situation où il y a un univers bon à protéger contre des menaces extérieures et un univers mauvais à rejeter radicalement. Nous ne sommes pas immergés dans un univers pervers qu’il faut ramener au droit chemin). A côté des deux espaces connotés de façon ambiguë, la double négation n’est guère évoquée : beaucoup de contrainte et peu de joie. Mais si l’on cherche dans le texte on trouve l’évocation de la double affirmation : peu de contrainte et beaucoup de joie. Voyons au § 10 où il parle d'une mission de l'Eglise Universelle, c’est-à-dire valant aussi bien en Amérique latine qu’ici. (Notons au passage que l’Amérique latine n’est pas évoquée dans ce texte). Cette mission de l'Eglise universelle consiste à vivre l’amour sous toutes ses formes, ce qui va rendre véritablement heureux. Etre véritablement heureux suppose la maîtrise de toutes les formes : l’harmonie et la joie autant que la diminution des contraintes.

17Une fois comprise cette matrice de base, on peut imaginer le discours que le locuteur tiendrait face à des problèmes sociaux à résoudre, par exemple, en Amérique latine. Le discours probable serait : certes, il faut savoir se battre pour diminuer les contraintes à condition de préserver et de développer l’essentiel. Ce combat permettrait de passer de l’égalité légale résultant du contrôle des contraintes à une égalité réelle. Dans un tel discours, le code de l’harmonie garde son caractère prioritaire et l’égalité est un code dérivé plutôt qu’un structurant de base.

18(On se trouve donc devant un espace où trois pôles sont pris en considération : l’Afrique a plus de contraintes que nous, tout en étant plus heureuse. Chez nous, il y a des choses qui ne sont pas tout à fait en ordre. Pour être tout à fait en ordre, il ne faut pas casser le développement économique ni même la diminution de tabous. La Cardinal ne réagit pas à ce propos. Pour être tout à fait en ordre, il faudrait au contraire que nous vivions l'amour sous toutes ses formes. Ce troisième espace est le lieu sémantique idéal vers lequel nous devons nous diriger).

19Ces deux codes nous paraissent décisifs : peu importe qu’ils se révèlent à partir de l’analyse d’un seul §. Pour une vérification, nous devrions aller chercher ailleurs dans le texte comment ce décodage se sature. Dans ce cas, nous verrions se multiplier des termes substitutifs l’un de l’autre, renvoyant tous aux mêmes axes sémantiques. Ainsi, l’analyse ne se centre pas sur les signes que sont les mots, mais sur les axes sémantiques auxquels ils renvoient.

20Une fois bien établie cette première composition de codes, nous pouvons continuer par l’analyse de fragments des § 5 et 6 présentée au tableau 2 qui nous permettra de mieux expliciter les caractéristiques du code « absence de l’harmonie » qui nous est apparu en position dominante par rapport au code « des contraintes ».

« L’hypothèse que je risquerais comme explication, c’est que là où l'aspect « don » dans le couple disparaît pour devenir repli sur soi ou consommation mutuelle, la relation homme-femme change et est viciée. » « La foi chrétienne, dans ce qu elle appelle la rédemption du couple, ne fait rien d'autre que de réaffirmer le caractère du don pur dans la relation et le moins possible l’affirmation de soi aux frais de l'autre. »

Tableau 2. Qualifications — § 5-6 (fragments)

Tableau 2. Qualifications — § 5-6 (fragments)

21Une opposition se dégage entre la relation viciée et la relation saine, l’une marquée par la fièvre, l’autre par la santé. (C.A.) (La relation aux autres est au centre de l’harmonie, et elle dépend de caractéristiques objectives relevant d’un registre quasi biologique comme celui de la santé). A cette opposition : relation viciée/relation saine sont associées une série de qualifications. Parmi celles-ci, notons le repli sur soi s’opposant au don.

22La consommation mutuelle et l'affirmation de soi aux frais de l’autre sont les termes explicitement proposés pour lesquels on ne trouve pas directement un inverse dans le texte. L’analyste peut en imaginer un sous sa responsabilité et l’écrire entre crochets dans le tableau de décodage. On peut proposer par exemple : communication mutuelle, affirmation de soi dans le développement de l'autre,...(C.A.) (Le locuteur ne voit pas un dépassement de la société de consommation dans la créativité ou l’affirmation de soi. L’exigence première découle de la prise en considération de l’autre. Pour lui, toute non réciprocité dans l’échange implique une exploitation potentielle. Il faut la dépasser pour entrer dans une société de la communication profonde qui est le lieu fort de la référence évaluative. Au § 14, cette affirmation sera bien marquée par l’opposition entre l’amour oblatif et l’amour possessif. L’égalité légale devient par là une égalité réelle. Le thème de l’égalité prend sens dans le thème de la réciprocité. Le code de la réciprocité surdétermine celui de l’égalité qui n’est plus réévoqué ici. Ainsi l’inverse de la société de consommation serait la société de la communication profonde marquée par la réciprocité. Cette affirmation est renforcée par une référence mythique. C’est le dernier code associé à la chaîne de qualification : la joie d’être simplement homme et femme. Il dira plus loin lorsque cette simplicité est perdue « on est honteux d’être nu »).

23L’analyse peut se continuer en restant au niveau des qualifications. Après un diagnostic sur la situation, il propose des remèdes. On constate une opposition entre la manière dont le locuteur se présente lorsqu’il fait un diagnostic sur la situation et lorsqu’il propose des remèdes. (C.A.) (Dans le diagnostic il est très prudent : « Je ne sais pas », « J'ai peur que ». Il adopte alors le langage de l’expert. Il est d’une certaine manière en connivence avec ses destinataires. Il en va tout autrement lorsqu’il parle du remède § 7 et § 8).

« Le remède est simple. Il faut d’abord avoir une conception exacte du mariage, de ce que sont l'homme et la femme. Le bonheur commence par la connaissance. Je plaiderais très fort, ensuite, pour qu’on relise la Bible. » « D’abord donc, remettons-nous à lire la Bible, ensuite regardons autour de nous, dans la société ; cherchons des exemples. » « Nous devons pouvoir montrer quelque part, je ne dis pas des saints, mais tout de même, des couples qui vivent d’une véritable inspiration chrétienne. Je suis convaincu que c’est là un des grands motifs possibles de crédibilité pour l’Eglise qu'il nous manque aujourd’hui. »

Tableau 3. Décodage § 7-8 (fragments)

Tableau 3. Décodage § 7-8 (fragments)

24Le remède est simple, il demande une connaissance exacte. Il faut relire la Bible et chercher des exemples. (C.A.) (A l’inverse, disposer d’une connaissance incorrecte, se détourner de la Bible en cherchant d’abord ailleurs ses sources d’inspiration, aboutit à un comportement pervers où on se détourne du vécu pour se fier à des abstractions. Il relie le tout dans une certaine militance, où la base de la crédibilité de l’Eglise va dépendre des exemples qu’elle va proposer, dans une société où les exemples manquent).

25Si nous continuons à présenter les résultats du décodage, non pas dans l’ordre de la découverte, comme cela se passerait dans un séminaire didactique, mais dans un ordre de présentation systématique permettant de complexifier progressivement la structure de base, on cherchera comment le locuteur caractérise la connaissance exacte. La réponse nous paraît bien donnée par les § 1 et 2.

« Nous assistons, dans notre civilisation contemporaine, en Europe et en Amérique, à une véritable crise de la philosophie de la relation homme-femme. Ce n est pas directement lié au mariage religieux ou au divorce ; la question est beaucoup plus vaste. Dans ce domaine, où tout ne cesse d’évoluer, il y a une confusion extrême de différentes philosophies. En réalité, avec le problème de la relation du couple, problème non seulement sexuel mais aussi culturel, nous sommes au cœur de la matière même de la création. » « J'ai peur que si une mauvaise conception de cette relation homme-femme s’impose dans le monde, elle n’ait le même effet qu’une explosion nucléaire. C’est, en effet, vraiment du nucléaire, c’est le noyau même de la matière humaine. Cette relation homme-femme, décrite dans la première page de la Bible, est constitutrice de l'humanité. De ce côté, tout est en mutation. Je ne dis pas que nous allons tout résoudre avec cette Année de la Famille, mais je crois qu'il est temps d’y réfléchir sérieusement. »

26Pour aller plus rapidement, nous allons présenter le décodage sous forme de paraphrase du texte. On peut se référer au tableau 4.

Tableau 4. Décodage § 1-2

Tableau 4. Décodage § 1-2

27(Dans notre civilisation, en Europe comme en Amérique, on pose les questions de façon trop étroite, on se fixe sur un aspect spécifique au lieu de prendre le problème dans son ensemble aussi « vaste » soit-il. On a tendance à dissocier le sexuel du culturel, alors qu’il conviendrait de les associer). Le code dissocier/associer nous paraît décisif dans le texte. Cela va permettre d'opposer la crise et la confusion des philosophies à ce que peut apporter l’anthropologie sur laquelle il fait reposer tous ses espoirs. 11 s’agit probablement d’opposer aux abstractions de la raison raisonnante, une réflexion sur le vécu. En posant ainsi la question, on est au cœur même de la matrice de la création. D’où une mauvaise conception amène une explosion nucléaire, alors que la bonne conception serait garante d’une « paix nucléaire ». Ces analogies renvoient à une conception « écologique » de la relation humaine. Ce domaine décisif devrait être régi par un ordre stable. Or, tout est en mutation. Nous sommes dans le brouillard dans un domaine qui devrait être régi par la lumière. Néanmoins, il ne faut pas exclure le changement. On peut être ouvert au changement à condition de savoir discerner ce qui est nucléaire et ce qui est périphérique. Dans le cadre de la connaissance exacte, il propose de relire la Bible. Dans le § 6 (cfr tableau 5) intervient le code de l’oubli.

« Lorsque Jésus parle du mariage, il dit simplement qu'il faut retourner aux origines, lorsque n’existait pas ce repliement sur soi. Si on va un peu plus loin, quand l’homme se replie sur lui-même, il obscurcit l’image de Dieu en lui, car Dieu est don. »

28Ici, nous pourrions aussi présenter par raccourci le décodage sous forme de paraphrase du texte. (C. A.) (Oublier qu’il est le don de Dieu, obscurcir l’image de Dieu, tel est notre sort alors qu’il conviendrait de retourner aux origines pour se souvenir et prolonger le don de Dieu. Ainsi, à travers un lexique multiple, se redit une même opposition).

Tableau 5. Décodage § 6

Tableau 5. Décodage § 6

Tableau 6. Décodage § 8

Tableau 6. Décodage § 8

Codes du temps et de l’espace

29L’exercice devrait aussi se dérouler au niveau des codes du temps et de l'espace. Ceci nous permettrait de donner des indications en terme de scénario et de mise en scène.

30Nous avons déjà vu quelques indications pour l’espace. Signalons simplement le fait qu’au § 10, il insiste sur une mission :« montrer au monde « .Limitons nous ici à quelques suggestions relatives aux codes du temps et qui nous seront utiles pour la mise en forme du récit de quête.

31Il parle beaucoup du temps actuel, comme moment de grande crise, mais aussi comme un moment où la situation est meilleure qu’il y a 25 ans. « Il y a 25 ans, dans les enquêtes en France, en milieu populaire ». Tout cela connote cumulativement un espace et un milieu qui étaient particulièrement marqués par une revendication quantitative. La même enquête aujourd’hui, dans le même espace social, révèle un souci qualitatif notamment dans la relation de couple. (C.A.) (Cette référence spatiale et sociale a probablement une portée emblématique).

32(En outre dans le texte, il n'y a aucune nostalgie par rapport à un temps historique comme lorsque l'on dit « avant la guerre » en évoquant un événement commutateur ou au « moyen-âge » comme période antérieure de référence. Il y a simplement rappel d'un temps mythique. Il faut retourner aux origines). Cela pourrait susciter bien des commentaires auxquels nous n’allons pas nous livrer ici. Nous allons passer à l'étape du récit de quête.

Le récit de quête

33Le récit de quête nous paraît une manière décisive de mettre en forme la structure, dans la mesure où Ton s’intéresse comme nous aux symboliques sociales et à leur mode d’opération. Mettant en forme la dynamique affective, le récit de quête se constitue sur des bipolarités — attraits, répulsions — et sur des axes complémentaires qui ont été expliqués antérieurement. Nous allons les reprendre l’un après l’autre. Rappelons simplement que le récit de quête est une analogie méthodologique construite à partir du récit propre aux contes.

Sujet et objet de quête

34Pour composer un récit de quête, il faut d’abord choisir un sujet de quête. Le plus souvent, le sujet de quête retenu n'est pas le locuteur. Vu le propos donné au départ, le matériau par excellence est un discours participant à un débat. Le problème central est davantage de déterminer quel statut actantiel le locuteur essaye de se faire attribuer par rapport au public cible qui est sujet à problème. Il importe donc bien de distinguer le statut actantiel du locuteur et le sujet de quête. Dans la pratique de l’analyse, on s'efforce souvent de prendre comme sujet de quête l’agent qui apparaît comme pertinent pour caractériser la transaction entre le locuteur et le destinataire de son discours. Si l’on adopte ce propos, le sujet de quête peut être le destinataire du discours. Ainsi, dans notre texte, le chrétien moyen devient normalement le sujet de quête. Dans d’autres cas, le sujet de quête peut être un tiers personnage à propos duquel il y a débat. Ainsi, autour du couple, on pourrait imaginer un texte du Cardinal s’adressant aux psychologues et débattant sur les problèmes et qui, en conséquence. délimitent la zone d’intervention légitime du psychologue. Dans ce cas, le locuteur est en compétition avec d’autres pour définir son statut actantiel et sa capacité d’intervention. Dans d’autres circonstances, le locuteur se présente comme le sujet de quête. C’est normalement le cas dans un récit de vie ou dans un discours où le locuteur essaye de faire reconnaître son problème en requérant une aide. La détermination du sujet de quête a donc un double intérêt. D’une part, elle fixe la référence à partir de laquelle on peut s’interroger sur le statut actantiel que le locuteur veut acquérir dans la transaction. D'autre part, le sujet de quête détermine l’« être affectif » à partir duquel les polarités vont être mises en forme. Ceci va permettre de voir comment opère la symbolique servant de référence au locuteur. La démarche de sélection qui vient d’être présentée constitue un choix dit « normal » si l’on se centre sur la transaction. D’après la préoccupation qui le guide, le chercheur peut centrer son attention sur n’importe quel intervenant et le considérer comme sujet de quête. Dans ce cas, l’intervenant considéré devient le personnage central à partir duquel s’organise la tension existentielle. De toute façon, il s’agit simplement d’une entrée différente qui révélera la même combinatoire symbolique.

35Ici, nous prenons comme sujet de quête le destinataire du discours, c’est-à-dire l’homme ordinaire ou le chrétien ordinaire. Nous verrons ainsi comment le locuteur présente les tensions dans lesquelles se débat le commun des mortels. Nous aurions pu faire du Cardinal Danneels le sujet sur lequel se focalise les tensions.

Tableau 7. Récit de quête

Tableau 7. Récit de quête

36Commentons simplement ce que présente le tableau 7. Le sujet est ainsi pris entre le fait de donner priorité aux aspirations quantitatives, plutôt qu'aux aspirations qualitatives, entre avoir des attentes correctes ou incorrectes suite couple, entre postposer la réflexion sérieuse plutôt que de l’entreprendre de façon urgente.

37Pour sortir de cette tension interne, le sujet va s’appuyer sur un objet de quête lui-même ambigu. La bonne société qui l’entraîne du bon côté, opposée à la mauvaise société qui lui ferait suivre le chemin inverse. Dans le texte, il y a énormément de qualifications portant sur l’objet de quête. L'objet de quête oppose la société de communication profonde qui associe matière et culture, à la société de l’exploitation réciproque qui dissocie les deux. Le tableau 7 reprend les qualifications de façon plus explicite.

38Cette articulation entre sujet et objet de quête traduit la manière dont le destin individuel se transpose en destinée collective et réciproquement. Ce propos est central pour l’analyse où l’on s’efforce de comprendre comment les symboliques sociales opèrent en articulant mobilisation affective et légitimité sociale.

L'action décisive

39L’axe sujet/objet de quête se structure autour des actions discriminantes qui permettent au sujet de sortir de son ambiguïté. Elles sont le point focal sur lequel les autres axes viennent s'articuler. Comme telles, elles demandent une attention particulière.

40Ces actions discriminantes sont reprises dans le tableau 8. Ces actions, comme tout le récit de quête, sont marquées par la bipolarité. Elles se distinguent en fonction de deux traits sémantiques dont l’un porte sur la connaissance et l'autre sur le souvenir. L’un et l’autre sont explicites autour d'actions concrètes à faire ou à éviter. Ainsi, on entre dans l’ordre du prescrit et du défendu. Sont ainsi prescrites la lecture de la Bible, la recherche d’exemples, le souvenir du don de Dieu. Avoir comme préoccupation prioritaire la recherche des inverses relève de l’interdit.

41Si l’on voulait faire un commentaire analytique, on signalerait que des actions discriminantes se trouvent pour l’essentiel au niveau d’un agir individuel. Un agir collectif sur les structures, s’il était évoqué, ne pourrait venir que de façon complémentaire et subsidiaire. Il suffit de rappeler ce qui a été observé sur la hiérarchie entre le code de la joie et le code des contraintes.

L'axe des adjuvants et des opposants

42Relativement à ces actions décisives pour son devenir, le sujet ne peut s’en sortir seul. Il a des alliés et des adversaires qu’il s’agit de bien discriminer en fonction de leur compétence. Ainsi, dans une analyse antérieure relative à un débat sur la peine de mort, il apparaissait que les médias jouaient un rôle décisif, soit pour éveiller la conscience critique, soit pour attiser le feu des positions. Dans cet exemple, on voit comment un statut actantiel est donné en terme de qualification positive ou négative. Un agent concret tel le milieu des médias est un passage obligé, mais devient l’objet d’un enjeu collectif de transformation. En effet, le texte analysé constate que fréquemment, les médias attisent les passions. Le sujet, secondé par des adjuvants privilégiés que sont les militants, devrait amener les médias à être un support pour éveiller la conscience critique. Ceci montre l'importance de distinguer le statut actantiel ou les actants par rapport à l’agent concret qui les exprime.

43Cet axe des adjuvants et opposants permet de spécifier les compétences dont va dépendre le salut du sujet permettant de définir structuralement les composantes du pouvoir en tant qu’il est au service de la résolution des problèmes décisifs pour le sujet.

Tableau 8. Récit de quête

Tableau 8. Récit de quête

44Dans le texte, peu de choses sont dites sur les opposants et donc sur les adversaires d’une quête positive. Au contraire, la qualifications sont données en positif et se distribuent sur plusieurs dimensions : aider à faire un diagnostic, discerner les textes importants de la Bible... Mais peu de choses sont données. On a l’impression que dans le fragment de texte étudié, émergent surtout des traits sémantiques permettant de caractériser le sujet et l’objet de quête. Cette constatation nous inciterait donc à analyser d’autres fragments du texte pour mieux expliciter cet aspect. De toute façon, n’apparaît guère un surdéveloppement d’un rôle d’autorité. A la limite, il y a beaucoup plus d’investissement dans une position d’expert, compétent pour proposer des remèdes. Ce serait une caractéristique à bien relever dans le commentaire analytique.

Tableau 9. Récit de quête

Tableau 9. Récit de quête

L’axe destinateur-destinataire

45Cet axe vient donner de la légitimité à la fois aux adjuvants et au drame existentiel. Il est important dans la mesure où il amplifie la quête quotidienne en lui donnant une dimension épique. Par là, nos faits et gestes sont impliqués dans un drame fondamental.

46Cet axe fonctionne sur deux moments régis l’un et l’autre par la bipolarité. Il y a le moment du destinateur qui envoie un message et donne une garantie à partir d’une réalité déjà constituée dans son unité et sa perfection. On aperçoit le fondement du symbolique qui dans son étymologie signifie lien unificateur. Le pôle opposé étant le diabolique qui dans son étymologie suppose la tension destructrice. Au niveau d’une telle analyse, il importe à nouveau de bien distinguer le statut actantiel et l’agent concret qui l’exprime. Symbolique ne s’identifie pas avec Dieu et diabolique avec Satan. Ainsi, au plan du statut actantiel, se constitue un temps mythique originaire et fondateur.

47Dans ce texte, le destinataire est explicite dans son pôle positif. Celui-ci donne la garantie d’une réalité déjà constituée dans sa perfection. Il s’agit du temps où l'on n’avait pas peur d’être nu, simplement homme et femme. Il n’y a pas de temps mythique négatif ni de destinateur négatif. N’est pas évoquée l’existence d’un pôle diabolique qui trouverait son incarnation dans des opposants concrets.

48L’autre moment est constitué par le destinataire. L’histoire est tendue vers un point d’aboutissement auquel nos actes quotidiens contribuent. Par là, nous participons à une grande épopée. Cette participation, qui a quelque chose qui nous dépasse, fonde en dernière instance nos obligations éthiques. Dans le texte, l’aboutissement de l'histoire est donné en terme de destinataire négatif. Il faut craindre un temps apocalyptique. Si, dans notre vie quotidienne, la quête ne se résout pas dans un sens positif, nous sommes menacés de mort par une explosion nucléaire et par un univers qui serait tout recouvert par un brouillard de tristesse.

49Le sous-développement de cet axe destinateur/destinataire contribue à banaliser un quotidien à caractère uni-dimensionnel. Le sur-développement, au contraire, peut conduire, à la limite, à une exaltation fanatique. Ceci est encore renforcé s’il y a adéquation entre le destinateur et le destinataire, l’un ramenant à l’autre.

Récit de quête et mythe implicite

50Le récit de quête s’inspire d’une matrice reprenant la syntaxe du mythe ordonné autour de la définition du manque et de la manière de liquider un manque. Expliciter mieux cette syntaxe nous fera comprendre toute la portée interprétative de la méthode structurale telle que nous la présentons ici. Utiliser la méthode de cette manière suppose que tout discours, voire toute pratique sociale, est sous-tendu par un mythe implicite. Ce mythe est supposé structurer nos pratiques sans devoir se donner à la manière d’un récit explicite. On retrouve ainsi en quelque sorte l’opposition que fait Levi-Strauss entre le mythe pensé et le mythe vécu. Par ailleurs, le recomposition systématique du mythe vécu nous paraît importante pour comprendre l’intentionnalité du sujet et les symboliques latentes qui l’inspirent.

51Nous allons reprendre les divers axes du récit de quête pour proposer une transposition en terme de composante du récit mythique. Nous essayerons de donner un nom à chacun de ces axes en vue de susciter des commentaires analytiques permettant d’utiliser les acquis des problématisations théoriques. Nous distinguerons ainsi les dimensions sacrée, idéologique et religieuse.

52L’axe de l’alternative existentielle détermine l’enjeu fondamental, structuré autour d'une ambivalence entre le pôle négatif et le pôle positif. L‘ accentuation de la tension au niveau de cet enjeu révèle une potentialité de dramatisation. En cas de menace par un désordre radical, le sujet de quête serait prêt à prendre des risques sur sa vie pour défendre l’ordre menacé. Cette dramatisation liée au passage de situations banales vers des situations paroxystiques nous fait dénommer cet axe celui de la sacralisation.

53L’axe reliant les agirs discriminants pour le devenir du sujet aux compétences aptes à l’aider à s’en sortir recèle une capacité de sécurisation face à la dramatisation potentielle. Cette sécurité dans le discernement, créant certitude et confiance, nous l’appelons l’axe idéologique. 11 est par là celui qui permet de fonder le pouvoir des actants.

54L'axe de la transfiguration permet de faire garantir l’engagement par le destinateur d’où dérivent tout le bien et tout le mal. Il présente d’autre part avec le destinataire le lieu de la réalisation plénière et/ou de la destruction totale. La référence à une réalité de perfection acquise ainsi qu’à un moment d’accomplissement recèle une potentialité de dédoublement par rapport à l'expérience et la réalité quotidienne. Ce dédoublement transfigure le quotidien qui participe par là à une épopée. Nous l’appelons l’axe religieux.

55Cette mise en œuvre implicite d'un mythe prend une connotation particulière dans la mesure où l'on suppose que toute transaction sociale est sous-tendue par une échange symbolique latent, c’est-à-dire qui est d’autant plus opérant qu'il est non conscient. Nous avons ainsi tendance à distinguer le latent de l’implicite, dans la mesure où l’implicite peut voir croître son efficacité en devenant explicite. Il y a là tout un jeu entre l’implicite et le latent qui mériterait d’être approfondi.

56Ceci se joue de façon différente dans un récit de vie où dans un texte intervenant dans des enjeux sociaux. Dans un récit de vie. il s'agit de comprendre comment le locuteur se dit et se pense à travers un mythe implicite qui lui donne une capacité d’interprétation et de tactique. Ce mythe le rend capable de mettre de la cohérence et de l'intelligibilité dans des expériences multiples partiellement vécues comme chaotiques.

57Dans le cas d’un discours se présentant comme une pratique dans des enjeux sociaux, le degré d’intériorisation par le locuteur n’est pas au centre. Il ne s'agit pas de saisir d’abord comment il résout ses problèmes au niveau de sa dramaturgie personnelle. La face sociale de la présentation de soi a priorité sur la face intime. Comme le dit Goffman, on peut jouer ses rôles sérieusement tout en gardant une capacité de dédoublement. Mais l’hypothèse sous-tendant la méthode est que le locuteur livre plus de lui-même que ce qu'il voudrait au niveau conscient. Ceci signifie qu’après l’analyse, il devient moins imprévisible pour ses partenaires dans l’action sociale.

58La portée du récit de quête dépend du statut du texte analysé. Ainsi comme signalé au départ, l’important est d’avoir une bonne typologie des situations d’élocution. L'intensité de l’enjeu est un révélateur du mode de présence du mythe structurant le sens. En situation banale, la tension entre le soi et le social se présente de façon diffuse et adoucie. Face à des événements cristallisateurs, présentant des enjeux vitaux, la tension se manifeste de façon paroxystique au point que le mythe risque d’être évoqué de façon explicite.

Intérêts et limites de validité de la méthode

  • 4 J.P. HIERNAUX. J. REMY, Rapport à l’espace, rapport au corps et intégration sociale, in Recherches (...)

59A travers ces analyses, on cherche à mieux saisir la place du symbolique dans le social. A cet égard, nous distinguerions le symbolique qui nous intéresse ici de la symbolique. La symbolique analyse des signes concrets qui sont socialement stabilisés et qui ont une capacité de renvoi polysémique. Le symbolique ne porte pas sur les signifiants mais sur les signifiés pour reprendre une opposition chère à la linguistique structurale. Dans le symbolique, il s'agit de comprendre comment une lecture du soi s’articule sur une lecture du social. Ceci explique l'importance d’un des premiers textes écrits avec J. P. Hiernaux sur le rapport au corps et le rapport à l’espace4. Mais cette articulation donne une matrice d'interprétation susceptible de s’exprimer dans diverses structurations concrètes des espaces-temps quotidiens. Il ne s’agit pas de dégager des repérages stabilisés au plan des signes balisant la vie quotidienne. Le Symbolique propose un mode de résolution de problèmes à la fois individuel et collectif. Plusieurs symboliques peuvent coexister au même moment et entrer en confrontation. Ce qui nous intéresse, c’est la symbolique à laquelle le locuteur se réfère pour donner crédibilité à son discours surtout lorsque celui-ci intervient dans une transaction sociale.

60D’après le statut du discours, il peut s’agir d’une expression publique ou privée de soi. La perspective de la méthode devient plus claire si l’on fait intervenir la notion de distance au rôle proposé par Goffmann. Donner une présentation valable de soi peut différer dans une transaction à caractère privé ou à caractère public. D’où, il est important de bien caractériser la situation de communication dans laquelle le discours s’insère. Cela mène à distinguer chez un locuteur les « valeurs » professées et les valeurs qui inspirent en fait son comportement. L'analyse d’une pluralité de discours du même locuteur peut porter sur l’articulation entre ces deux domaines. Car s’il y a distinction entre les deux, il n'y a pas schisme. La destination elle-même fait sens pour le locuteur. Le symbolique permet ainsi de dégager plusieurs niveaux de mobilisation collective de l'affectivité. Le centre du problème n'est donc pas le mode singulier d’investissement du sujet dans son contexte social.

61Ainsi, le récit de quête est un outil apte à dégager la manière dont la tension entre l'individu et le social est mise en forme. 11 permet de dégager la morphologie particulière de cette tension en se mettant du point de vue du psychique.

62Cet intérêt pour la dynamique affective et son articulation sur le social va à l’encontre de l’attitude rationaliste fréquente en sociologie. Ainsi nous n’adoptons pas le lexique de la négociation économique pour comprendre la mise en forme de l’affectivité. D'où des termes comme « poursuite d’un objectif, conflit,... » sont remplacés par « quête, bipolarité, ambivalence ». Le registre de l'affectif est irréductible au registre de l’instrumental, même s'il a des analogies avec lui. En outre, il est supposé que l’affectif se compose dans une quête, avec la perception et l’élimination d'un manque. Ceci n'équivaut pas à la notion de projet se réalisant par étapes. La quête peut aussi bien s’appliquer à ceux qui sont capables d’anticiper l’avenir qu’à ceux qui vivent au jour le jour dans de simples réactions adaptatives. L’acceptation qu'une quête implicite sous-tend toute pratique sociale est un présupposé qui s’oppose au « combat » (pour ne pas dire à la quête) rationaliste. Celui-ci cherche à rejeter dans l'i I lusoire le fait qu’un mythe soit la structure de base de vie sociale, rejet d’autant plus justifié que le mythe est associé à un relent religieux.

  • 5 J. P. HIEKNAUX, J.REMY, Socio-pohtical and Charismatic Symboltes : Cultural Change and Transaction (...)

63Cette analyse des symboliques sociales est d’autant plus pertinente que l’on veut comprendre l’évolution de ce qui est crédible. Lorsque l’on se trouve face à une situation très codée s’appuyant sur une symbolique bien stabilisée, l'analyse structurale risque de nous apprendre peu de choses. Si, au contraire, on se trouve dans une situation de transition, le problème de la recomposition d’une pluralité de traits sémantiques devient très révélateur. Le symbolique n’est significatif que dans la mesure où il propose un rebricolage cohérent donnant sens à une démarche et susceptible d’être partagé par d’autres. Ainsi, les analyses sur les charismatiques et les militants socio-politiques faites en milieu catholique5 ont permis de comprendre les transactions différentes réalisées par des individus ayant été soumis à une double socialisation. L’analyse des recompositions au plan symbolique permet de comprendre comment des transformations culturelles s’articulent sur des trajectoires individuelles. Ainsi pourrait-on comprendre les nouvelles attitudes face au passé et à l’histoire promues dans un contexte de post-modernité. Le nouveau symbolique est à la fois le produit de multiples quêtes individuelles de sens et une ressource disponible dans lesquels d’autres peuvent se reconnaître. Dans cette symbolique en transformation, on peut ainsi donner une place à ce que certains appellent « les énonciateurs ».

  • 6 J. REMY. Vie quotidienne et production de valeurs, in Social Compass, 1982, vol. 29. n° 4. p. 267 à (...)
  • 7 J.P. HIERNAUX, J. REM Y, Rapport social, rapport de sens : Elément pour une problématique et une pe (...)

64Dans tous ces moments de transition, il est intéressant de voir comment des traits symboliques potentiellement disponibles, sont réappropriés dans une composition partiellement nouvelle. Ainsi, les structures symboliques ne sont pas simplement des éléments de statique sociale. Elles sont aussi des ressources pour engendrer des interprétations nouvelles. C’est le propos d’un texte comme « Vie quotidienne et productions des valeurs »6. D’où l’importance attribuée à l’analyse du lien entre texte et contexte : qui dit cela ? à quel moment ? qu’est-ce que cela implique en terme de logique d’action si l'on considère la position du locuteur ? Ainsi doit s’analyser le lien entre rapport de sens et rapport social7. C’est une autre face de l’exercice. Nous ne l’avons guère développée ici car nous sommes pour le moment plus préoccupé de faire ressortir les techniques d’analyse en elles-mêmes et leur lien avec une problématisation des symboliques sociales.

65Mais le texte doit s'ouvrir sur le contexte. Indépendamment des informations permettant d’identifier la position objective du locuteur, celle-ci doit être inscrite structuralement dans le statut actantiel qu’il se donne. Ainsi est-on habilité à se demander qui peut dire cela.

66Par ailleurs, les analyses nouvelles doivent bénéficier des constats et interprétations tirées des analyses antérieures. D’où il est utile de pouvoir situer le discours analysé par rapport à des typologies : typologies donnant le statut du discours, typologies des récits de quêtes et des traits sémantiques qui y sont présents ou absents. A long terme, cela doit permettre de créer un espace de comparaison sur similitudes et différences entre les symboliques partiellement incompatibles. Cela est d’autant plus important que l’on entre dans un échange où se valorise un polycentrisme culturel à toutes les échelles, qu’elles soient locales, nationales ou internationales.

Notes

1 A. SCHUTZ, Le chercheur et le quotidien, traduction française, Paris. Edit, des Meridiens, Klincksieck, 1987.

2 R.LUCCHINI, Identité et hallucination au LSD, in Représentation de soi, Genève, 1987. p. 39-58.

3 Pour distinguer le décodage du commentaire analytique, nous ferons précéder ce dernier du sigle (CA).

4 J.P. HIERNAUX. J. REMY, Rapport à l’espace, rapport au corps et intégration sociale, in Recherches Sociologiques. 1975, Vol VI, n° 3, p. 321-332.

5 J. P. HIEKNAUX, J.REMY, Socio-pohtical and Charismatic Symboltes : Cultural Change and Transaction of Meaning, in Social Compass, XXV. 1978, p. 145-163. J. REMY, Mouvement religieux et rapport au corps, in Cahiers de Recherche en Sciences Sociales de la Religion, Université de Laval, Québec, 1984, vol. 5, p. 109 à 151.

6 J. REMY. Vie quotidienne et production de valeurs, in Social Compass, 1982, vol. 29. n° 4. p. 267 à 283.

7 J.P. HIERNAUX, J. REM Y, Rapport social, rapport de sens : Elément pour une problématique et une perspective d’observation, in Recherches Sociologiques, 1978,n° I, p. 101-131. J.P. HIERNAUX. J. REMY, Utopies et crises de l'ordre symbolique. Essai d’instrumentation conceptuelle et descriptive en vue d’analyses comparatives, in Animal Review of Social Sciences of Religion, 1982, vol. 6, p. 23 à 45.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Codage de qualifications — à partir du § 4-3-10
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 2. Qualifications — § 5-6 (fragments)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 3. Décodage § 7-8 (fragments)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16702/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 4. Décodage § 1-2
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16702/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 5. Décodage § 6
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16702/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 6. Décodage § 8
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16702/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 7. Récit de quête
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16702/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 8. Récit de quête
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16702/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 9. Récit de quête
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16702/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search