Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

I. Quatre méthodes d'analyse de contenu

Les principes et procédés méthodologiques de l’analyse structurale

Danielle Ruquoy

Texte intégral

1La pratique de l’analyse structurale des discours, telle qu’elle s’est développée à Louvain dans les années 70, s’inscrivait dans la perspective d’une sociologie de la culture.

2Dans les premières recherches empiriques, l’analyse était menée presque exclusivement en fonction d’une problématique théorique qui précisait l’impact du culturel dans le système social global et au niveau de la conscience des acteurs. Comme c’est encore souvent le cas dans les analyses qualitatives de contenu, il était plutôt fait appel à l’intuition et à l’intelligence des chercheurs qu’à leur savoir-faire technique. Ce mode de fonctionnement ne met pas en cause la qualité des résultats obtenus. Thomas et Znaniecki, dans leur ouvrage The Polisch Pensant in Europe and America mirent en évidence des traits culturels caractéristiques de l’univers des immigrés, sans avoir pour autant utilisé des techniques très formalisées d’analyse de contenu.

  • 1 Au plan de la systématisation des procédures de description, voir J. P. HIERNAUX, L’institution cu (...)
  • 2 La notion de « récit » est applicable aux textes qui intéressent le sociologue, c’est-à-dire aux d (...)

3Après une première étape marquée par un approfondissement ries problématiques théoriques, une seconde étape fut franchie. Les efforts portèrent sur la mise au point de méthodes de description et d’analyse tenant compte de la nature sémantique des données observées. A cet égard, l’apport de Jean-Pierre Hiernaux fut décisif. Il mit formellement au point la méthode d’analyse structurale1 C’est alors que s’opéra une distinction plus nette entre deux phases de travail sur le texte. Dans un premier temps, on procède à une reconstruction du texte selon des procédés qui s’inspirent des propositions de A.J. Greimas et de R. Barthes concernant l’analyse structurale tics récits2.

4Et c’est seulement après avoir pris connaissance du texte dans son existence sémantique qu’on procède à la mise en relation avec les acquis théoriques de la sociologie.

5Dans la première étape, des analystes différents doivent arriver au même résultat mais dans la seconde étape, l’interprétation se prête à des lectures différentes selon les propositions théoriques auxquelles on se réfère. L’intérêt de cette approche en deux temps, réside dans le fait que le chercheur se donne davantage la possibilité d’appréhender dans le texte des éléments nouveaux par rapport à sa connaissance préalable du sujet.

  • 3 BOURDIEU P., CHAMBOREDON J.C., PASSERON J.C., Le métier de sociologue, Paris, Mouton, 1968, p. 76.

6Nous sommes donc en présence des deux dimensions essentielles du travail scientifique : la conceptualisation théorique et le travail empirique. En voulant fonder leur objectivité sur le prétendu caractère scientifique des procédés qu’elles mettaient en œuvre, les méthodes quantitatives d’analyse de contenu ont privilégié le pôle empirique au détriment du pôle théorique. C’est oublier qu’une étude ne mérite d’être entreprise que si on peut en attendre des résultats pouvant présenter une intérêt théorique. « Quel est le physicien, demande Bachelard, qui accepterait de dépenser ses crédits pour construire un appareil dépourvu de destination théorique ? »3. Ainsi, l’analyse de contenu doit être définie par ce qu’elle est réellement, c’est-à-dire une technique de description et d’analyse des données. Et, à ce titre, elle n’a de valeur que si elle apporte des informations nouvelles en rapport avec l’objet d’étude défini par le chercheur.

7La question de la méthode est centrale dans notre propos puisque l’objectif général de cet ouvrage est de comparer plusieurs techniques d’analyse de contenu. Il faut cependant garder à l’esprit que l’utilisation de la méthode est subordonnée à la définition préalable d’un objet de recherche. Nous commençons par évoquer brièvement ce point avant d’entreprendre la partie essentielle de l’article qui sera consacrée aux méthodes de description et d’analyse qui doivent donner lieu à une première lecture du texte. Dans une dernière partie, il sera question de l’interprétation des données en rapport avec des hypothèses sociologiques liées à l’objet spécifique de l’étude (par exemple, les images du couple dans la société contemporaine).

Analyse de contenu et approche sociologique

  • 4 REMY J, Innovation et développement des structures. Problèmes que pose l’institutionnalisation, in(...)
  • 5 De même, l’analyse fonctionnelle n’est pas une théorie mais un paradigme : pour expliquer une inst (...)
  • 6 BOUDON R., BOURRICAUD F., Dictionnaire critique de la sociologie. Paris. PUF, 1982, p. 617.

8Le sociologue utilise l’analyse de contenu pour traiter des données d’une manière qui soit pertinente au regard de sa discipline et de ses orientations particulières au sein de celle-ci. La méthode d’analyse structurale a été élaborée à partir de préoccupations quant à l’impact des facteurs culturels sur la constitution de zones d’autonomie et de contrainte, de compétence et d’incompétence dans le chef d’acteurs sociaux, individus ou groupes. La culture peut être définie comme une manière collective de définir le possible, le légitime, le normal : elle est constituée d’un stock d’idées, de valeurs orientant subjectivement les conduites. C’est ce qui détermine l’approche qu’un groupe a de la réalité ou de sa réalité, la façon dont il définit les problèmes et leur mode de solution. A partir d’une position donnée dans un champ d’action, des individus n’expriment cependant pas leurs points de vue en des termes semblables, ils se réfèrent à « un ensemble commun de schèmes fondamentaux (...) à partir desquels s’articule selon un art de l’invention, analogue à celui de l’art musical, une infinité de schèmes particuliers »4. Ce qui intéresse le chercheur, ce sont précisément ces schèmes fondamentaux, c’est-à-dire des principes d’ordonnancement du monde et de lecture de soi qui n’appartiennent pas en propre à un individu mais relèvent de logiques culturelles plus globales. La méthode doit donc nous permettre d’identifier ces schèmes fondamentaux. Par de telles considérations, on ne propose pas une théorie sociologique au sens strict mais on précise un « paradigme »5. R. Boudon et F. Bourricaud définissent le paradigme comme étant « composé par un ensemble d’énoncés portant, non sur tel ou tel aspect des sociétés, mais sur la manière dont le sociologue doit procéder pour construire une théorie visant à expliquer tels ou tels aspects des sociétés »6. On ne propose pas des hypothèses en rapport à des contenus particuliers mais on traite du langage et du mode de questionnement à employer pour aborder l’étude du culturel.

9Analyser un discours selon l’approche qui vient d’être explicitée ci-dessus, c’est repérer les représentations mentales au travers desquelles l’acteur social définit son environnement et se donne une identité. La méthode a pour enjeu le repérage des représentations culturelles. Par cette affirmation, on ne se prononce pas sur le contenu de ces représentations. La méthode est un instrument susceptible de révéler des contenus culturels particuliers qui ne sont pas présents à l’esprit de chercheur au début de l’étude.

Le décodage du texte par l’analyse structurale

10Le premier travail sur le texte est directement lié à des préoccupations d’ordre technique : on opère une reconstruction du texte à partir de procédés inspirés de la linguistisque.

Les principes de base

  • 7 BARTHES R., op. cit., p. 2.

11En nous situant dans le prolongement de la pensée de R. Barthes qui dit que « nul ne peut produire un récit, sans se référera un système implicite d’unités et de règles »7, nous entrons dans une perspective de type structuraliste. Il s’agit de dégager dans un discours une structure, c’est-à-dire un ensemble structuré d’éléments qui n’ont pas de sens en eux-mêmes mais tirent leur signification de leur rapport avec d’autres éléments.

12Précisons d’abord ce que sont ces éléments, les unités élémentaires de sens.

  • 8 GREIMAS A.J., Sémantique structurale, Paris. Larousse, 1966. p. 19.

13La structure est une combinaison d’éléments. A lui seul, un élément n’a pas de signification. Au niveau le plus élémentaire, la structure suppose deux éléments au moins et une relation entre eux. En prenant appui sur l’approche linguistique de F. de Saussure, A.J. Greimas affirme que la seule façon d’aborder le problème de la signification consiste h affirmer l’existence de discontinuités, de différences. « Percevoir des différences, cela veut dire : saisir au moins deux termes-objets comme simultanément présents, et saisir la relation entre les termes, les relier d’une façon ou d’une autre »8. Par exemple, la notion de « bien » n’est un élément pertinent dans l’analyse que si la notion de « mal » est aussi présente. Les deux termes tirent leur sens de l’opposition bien/mal.

  • 9 HIERNAUX J.P., op cit., p. 9 et ss. Les codes seront présentés sous la forme X/Y.

14Un terme est donc constitué par la relation de disjonction avec un autre terme qui est son inverse, à condition que les deux termes appartiennent à une totalité commune. Si deux termes peuvent être comparés et puis distingués, c’est parce que leur opposition se situe sur un même axe. L’opposition homme/femme postule un point de vue commun, le genre humain. Le dénominateur commun de deux termes est appelé « axe sémantique ». L’opposition prend existence à partir du moment où elle est définie par au moins deux propriétés distinctes attribuées respectivement à chacun des termes du code. La relation ainsi définie est appelée « code disjonctif ».9

15Supposons un élément A. Son inverse, s’il existe, n’est pas toujours repérable directement. Il se peut en effet qu’un élément soit cité au début d’un texte alors que l’opposé ou les propriétés associées n’apparaîtront que beaucoup plus loin. C’est dire que l’ordre apparent du texte n’est pas pertinent pour l’analyse structurale. La recherche des codes ne nécessite pas de diviser le texte en séquences. Si un découpage est effectué, il sera de nature strictement utilitaire. Il servira de repérage concret pour situer les éléments progressivement découverts et pour faciliter les allées et venues entre différentes parties du texte. Si l’inverse de A n’est pas identifiable directement, soit on considère qu’il est inconnu (on dira que A s’oppose à non-A), soit on avance une hypothèse sur l’identité de l’inverse en gardant à l’esprit que cet inverse hypothétique devra être confirmé ou corrigé en cours d’analyse.

16Tout est déduit des matériaux observés. L’analyse menée est d’ordre purement interne. L’inverse d’un terme et le dénominateur commun à deux termes sont ceux qui sont définis par l’auteur du texte. L’analyste n’infère pas, de l’extérieur, des significations qui ne seraient pas présentes dans les matériaux, il ne fait pas référence à ce qu’il connaît par ailleurs de l’auteur et il doit veiller à ne pas projeter dans le texte ses propres associations d’idées.

17Notons également que les unités constitutives recherchées sont substantiellement indépendantes des unités linguistiques. Une unité peut se manifester, dans le matériau, sous des formes variables : mots-séquences de mots-verbes substantifs-adjectifs. Une même unité de sens pouvant être exprimée à travers plusieurs items, il y a lieu de procéder à des opérations de condensation qui font passer d’une pluralité d’expressions à un terme unique.

  • 10 Annexe 3.

Le texte de Cosmopolitcm10 commence par la phrase « j’ai 30 ans ». Cet élément ne sera pris en compte que s’il entre dans un système d’oppostion : autrement dit, si le locuteur oppose cet aspect de son identité à un autre du même ordre, c’est à dire à une autre catégorie d’âge. Si ce n’est pas le cas. l’information ne sera pas retenue. De même, des précisions en termes de localisation géographique (Paris, Strasbourg. l’Amérique) peuvent poser un décor sans servir de support à une lecture du monde qui opposerait dans le discours les grandes métropoles au monde semi-urbain ou rural. Si, en s’interrogeant sur le contexte du discours, on apprend que les lecteurs de la revue sont majoritairement des femmes de milieu urbain, cela pourrra permettre de développer l’analyse des traits culturels véhiculés par le locuteur, de les rapporter à un lieu d’origine et d’en inférer certains effets. Mais en procédant de la sorte, on n’est pas dans la phase de traitement technique du texte mais dans la démarche interprétative qui ne doit être menée qu’ultérieurement.
Si on en revient à 1’item de l’âge, la locutrice dit qu’elle a 30 ans et qu’elle a pris une décision, qu’« à nos âges, une décision se pèse, se soupèse, se repèse ». On en déduit qu’il y a un âge où les décisions ne se prennent qu’après mûre réflexion. L’item « 30 ans » est donc associé à une qualité. Cela laisse supposer une distinction entre deux catégories d’âge définies par des façons différentes de décider. Le deuxième terme du code de l’âge n’apparaît dans le texte qu’au septième paragraphe « on ne se lance plus dans l’aventure les yeux fermés comme on le faisait à 20 ans ». La locutrice dit aussi « la décision ne s’est pas faite toute seule, sur un coup de tête, un coup de cœur ». Les diverses formulations peuvent être reprises en une forme condensée à travers le code Impulsivité/Réflexion caractérisant le code 20 ans/30 ans.

18Progressivement, le texte subit une série d’opérations réductrices. Le terme d’un code est le condensé d’expressions qui revêtent des formes littéraires diverses et qui émergent en différents endroits du texte. En outre, l’analyste tend également à passer d’une pluralité de codes à un code unique lorsqu’une proximité entre codes permet d’en faire des indicateurs d’un code de niveau d’abstraction plus élevé. De la sorte, on dégage progressivement les codes les plus structurants du texte.

19Nous venons de voir comment on procède pour dégager les codes. Faisant partie d’une structure, les codes entrent en relation les uns avec les autres. Le texte peut être reconstruit à partir de divers agencements de codes. De même que le linguiste peut distinguer plusieurs niveaux dans la phrase (phonétique, phonologique, grammatical...), on peut considérer le discours à plusieurs niveaux en sachant que si les niveaux peuvent être étudiés indépendamment l’un de l’autre, ils sont en même temps reliés entre eux.

20Le premier niveau étudié est celui des codes qui organisent, dans la conscience du locuteur, la perception du réel. Même si le locuteur raconte une histoire, on fait une lecture à plat. On repère les oppositions majeures au travers desquelles divers événements sont appréhendés par le locuteur.

21Le second niveau consiste à redonner au discours une perspective dynamique autour d’une structure fondamentale, celle du récit de quête. Le discours est supposé articulé autour de l’existence d’un manque, d’un besoin et de la quête de l’objet qui permettra de combler le manque.

Le premier niveau du décodage : la structure des codes

22La première phase du travail, c’est-à-dire la recherche des premiers codes et de leurs relations, n’exige pas qu’on prenne en compte la totalité du texte. On travaille sur un fragment de texte en faisant l’hypothèse qu’une même structure de codes est opérante dans la partie restante du texte. Ce n’est qu’après avoir accompli ce travail qu’on choisit au hasard de nouveaux fragments à titre de vérification. On complète l’agencement jusqu’à saturation, c’est-à-dire jusqu’au moment où les éléments recueillis n’apportent plus rien de nouveau en terme de décodage.

Le classement des codes

23Après avoir déchiffré les codes relatifs à une partie du texte, on entreprend une série d’opérations qui a pour objectif d’ordonner et de classer les différents codes.

24Une première catégorie de codes requiert particulièrement l’attention de l’analyste, ce sont les codes de qualification. A première vue, le fonctionnement du discours consiste à poser un certain nombre d’entités (des personnages, des objets, des lieux..) et à leur attribuer ensuite des qualités. Nous présupposons l’inverse en considérant que ce sont les qualifications qui créent les actants. Il en est de même, pourrait-on dire, pour le héros d’un roman qui, au début de l’histoire, est souvent désigné par un nom propre, c’est-à-dire sans pratiquement aucun contenu sémantique précis. Le héros n’est au départ qu’un support vide. Il se définit et prend forme au fil du roman par les qualifications et les actions qui lui sont imputées.

25L’approche du texte se complexifie et se précise quand la mise en rapport de divers codes de qualification permet une meilleure saisie des jeux de significations et d’associations présents dans le texte. A ce stade, on peut déjà se rendre compte de la présence ou de l’absence de certains registres de qualification (éthique, économique, psychologique, affectif, rationnel, pratique...), du primat d’une catégorie de codes sur une autre, des modes de valorisation dans un même registre. Cette approche est très féconde lorsqu’il s’agit de comparer plusieurs textes.

  • 11 Annexe 1.

A l’intérieur d’un même registre — par exemple, les codes éthiques — le texte du Cardinal Danneels11 (valorise la satisfaction de l’autre (le conjoint) plutôt que la satisfaction personnelle (don/repli — amour oblatif/amour captatif) tandis que le texte de Cosmopolitan fonctionne sur une valorisation inverse (faire ce qu’on veut/rendre des comptes à quelqu’un — préserver ses habitudes/être dérangé)

26Parmi les autres grandes catégories de codes qui seront examinées, il y en a trois qui sont elles-mêmes susceptibles d’être subdivisées en sous-catégories.

27A propos des « codes du temps », on se demandera quels sont les temps envisagés par le locuteur, lesquels sont valorisés, s’il a une vision stable ou dynamique du temps, cyclique ou linéaire, si c’est un temps relatif à l’histoire individuelle, à l’histoire sociale ou à l’histoire mythique.

28On peut s’interroger de la même manière à propos des « codes de l’espace » : à quels espaces l’auteur fait-il référence ? s’agit-il d’espaces fermés, ouverts ? est-ce un espace universel ou un espace localisé ?...

29Ensuite viennent les « codes actantiels et actionnels ». On identifie d’une part les actants, c’est-à-dire toute réalité — chose ou acteur concret à laquelle est prêtée une action ou qui est l’objet d’une action, et d’autre part les actions.

30Au sein de ces trois grandes catégories, les codes voient leurs propriétés définies par les codes de qualification.

La mise en structure des codes

31Une deuxième série d’opérations tend à étudier les liens structuraux d’un code à l’autre, ou entre termes d’un code et termes d’un autre. La structure n’est pas une simple juxtaposition de codes classés en catégories, elle est une composition de codes susceptible d’agencements divers. Trois modes d’articulation sont envisageables : des relations d’équivalence, un système croisé ou un système hiérarchisé.

32Deux ou plusieurs codes sont en relation d’équivalence s’ils sont qualifiés de la même manière. Ce sont les codes parallèles.

Aux paragraphes 14 et 15 du discours du Cardinal Danneels, le code éthique « amour captatif/amour oblatif » est en relation d’équivalence avec le code actantiel « Homme/Dieu », avec le code temporel « âge jeune/âge adulte », et le code spatial « superficiel/profond ». L’homme doit vivre à l’image de Dieu qui lui révèle son être profond. L’homme naît fermé sur lui-même ; en avançant en maturité, il devient capable de s’ouvrir à l’autre et d’accomplir ainsi la volonté divine.
Le structure peut se complexifier par l’intervention d’un opérateur qui vient modifier les associations.
Dans Cosmopolitan, vivre à deux est associé à la perte d’indépendance, au risque d’échec ; le fait de vivre des aventures tout en restant chacun chez soi est valorisé. Cependant, intervient un code temporel : on ne peut plus continuer à vivre à 30 ans comme à 20 ans. A 30 ans, on pense à l’avenir, on pense « engagement ». La dimension positive de la vie à deux ne peut être réellement acceptée et reconnue comme telle que si la locutrice trouve un moyen de ne pas entrer de plain-pied dans le négatif de la vie à deux, la dépendance par rapport au partenaire. C’est le code « impulsivité/réflexion » (lié à la maturité, celle qu’on a à 30 ans mais pas à 20) qui va permettre le glissement. Le fait d’organiser sa vie commune en choisissant précautionneusement son partenaire et en usant de stratégie pour préserver la nécessaire autonomie rend possible ce qui au départ n’était pas envisageable.

33Deux codes peuvent se croiser et constituer ainsi un système. Ce sont les codes croisés. Ce mode d’agencement définit quatre réalités dont deux sont investies de manière ambivalente (elles intègrent le positif d’un code et le négatif de l’autre), la troisième est totalement positive et la quatrième totalement négative. Une telle configuration peut permettre au locuteur de mettre l’accent sur une tierce possibilité qui constitue le nœud du discours. La troisième possibilité se voit plus particulièrement mise en exergue lorsque son contraire est oblitéré.

Dans l’extrait suivant, on a affaire à deux codes croisés : le premier oppose des pratiques « rester en famille/s’engager socialement », le second traite d’idéologies « adhérer à des valeurs familialistes/adhérer à des valeurs d’ouverture sur le social ».

« Nous sommes poussés à rester à la maison, faute d’un mouvement social assez fort autour de nous. Nous vivons dans une phase “maison-enfants” mais sans clamer “vive la famille”. C’est notre relation amoureuse, interpersonnelle qui prime. Mais nous n’avons pas renoncé à notre engagement social. Si les choses se remettaient à bouger autour de nous, nous y participerions ensemble. »
En représentant les deux codes par des axes, on a un schéma où apparaissent clairement les quatres positions obtenues par les codes croisés :

34Les codes peuvent encore entrer dans un troisième jeu de composition, celui qui répond à un modèle hiérarchisé. Le terme A d’un code A/B peut se présenter non comme une réalité unique mais comme étant constitué de deux parties (Al/A2). Le mode d’expression du locuteur fait penser à une configuration ternaire (A1,A2,B) mais l’analyse montre qu’on a, à un premier niveau, un code, et, à un second niveau, un autre code qui a pour totalité un des termes du premier code. Dans une structure hiérarchisée, une valeur différentielle est accordée à deux parties du terme d’un code (le terme « temporel » dans l’exemple ci-dessous), terme qui est en quelque sorte départagé par un code. On a affaire à des codes hiérarchisés.

  • 12 § 10 du texte du Cardinal Danneels.

35Dans l’exemple ci-dessous12, on a dégagé une hiérarchisation en cascade où se lit une progression dans les qualités attribuées à trois périodes temporelles.

L’élaboration finale du décodage de premier niveau

36Une fois décrits les modes de cohérence et de fonctionnement du discours on peut s’assurer d’une maîtrise de la logique de l’auteur en reconstituant le discours selon diverses modalités : paraphraser le texte, énoncer uniquement de ce qui est non explicite, imaginer le contre-discours (c’est à dire l’inverse de la pensée du locuteur), prédire le discours du locuteur dans d’autres circonstances.

Le deuxième niveau du décodage : le récit de quête

  • 13 PROPP V., Morphologie du conte, Paris, Edit, du Seuil. 1970, p. 29.

37Un discours n’est jamais pure description. Il s’organise autour d’un enjeu, il valorise certains modes d’être ou de faire en vue d’une finalité. On peut le décoder en tentant d’expliciter la structure « dramatique » qui lui donne sens. Et pour ce faire, contrairement au premier décodage, on s’interroge d’emblée sur les personnages ou plus exactement sur les rôles. A propos des contes, Propp dit « ce qui change, ce sont les noms des personnages ; ce qui ne change pas, ce sont leurs actions, ou leurs fonctions. On peut en conclure que le conte prête souvent les mêmes actions à des personnages différents. C’est ce qui nous permet d’étudier les contes à partir des fonctions des personnages »13. Propp rattache ces fonctions à diverses sphères d’action, par exemple, celles du héros, de l’agresseur, de l’auxiliaire, de la princesse... Greimas adopte cette même perspective qui est d’analyser les personnages du point de vue de leurs rôles narratifs (leurs fonctions, leurs sphères d’action). Il limite le nombre de rôles à six et définit trois axes de relation entre ces rôles. Le modèle actantiel ainsi défini est une structure fondamentale qui se rencontre dans tous les discours.

  • 14 Pour la description du modèle, voir HIERNAUX J.P., op. cit., et EVERAERT-DESMEDT N., Sémiotique du (...)

38Dans le modèle actantiel14, un actant est défini par le type de relation qu’il a avec d’autres actants et par sa place dans la structure. La notion d’acteur ou de personnage est remplacée par celle d’actant pour signifier qu’un même acteur peut jouer des rôles actantiels différents et, inversément, qu’un même statut actantiel peut être occupé par plusieurs acteurs. De plus, les rôles peuvent être tenus par des humains mais également par des objets matériels (ex, le trésor comme actant-objet) ou par des êtres moraux (ex, la raison comme adjuvant). Par exemple, l’enfant, le jouet, la santé, la marque d’un produit sont les « personnages » mis en scène par un texte publicitaire. Dans ce deuxième niveau de décodage comme dans le premier, on prend distance par rapport au donné du texte, par rapport à la manifestation textuelle. Le terme d’actant est une notion construite. Dans une phrase du type « la vendeuse donne un jouet à Pierre et à Jean », on a trois actants : un destinateur (la vendeuse), un objet (le jouet), un destinataire (Pierre et Jean) alors que le texte met en scène quatre acteurs (la vendeuse, le jouet, Pierre et Jean).

Le couple sujet/objet sur l’axe du désir

39Un premier couple d’actants est formé du sujet et de l’objet. Le récit met en scène une quête, celle d’un sujet qui recherche un objet parce qu’il ressent un manque. La relation qui les unit est une relation de désir. Les deux rôles se définissent l’un par rapport à l’autre : il n’y a pas de sujet sans objet, ni d’objet sans sujet. L’objet de la quête est une valeur reconnue et, dès lors, incontestable.

Prenons, à titre d’exemple, des extraits de l’article de Cosmopolitan. Nous voyons que le message n’est pas limité à une description, il est destiné à convaincre les lectrices du bien-fondé d’un choix.
« Notre sacro-sainte indépendance, on ne l’a pas volée. Et c’est pas maintenant qu’on va y renoncer. Notre vie de célibataire est désorganisée juste comme il nous convient. On sort au moins trois fois par semaine, on reçoit des amis à dîner... Bref, on fait ce qu’on veut. Sans rendre de compte à personne... Et puis, un jour où on ne s’y attendait pas, on l’a rencontré. » L’actant-sujet est la « femme », c’est le récepteur du message : la lectrice de la revue. L’actant-objet est un bien de grande valeur, dans l’exemple, « l’indépendance ». Le texte présente une situation équilibrée aussitôt menacée. Le sujet est mis en situation de devoir préserver l’équilibre initial, tout en intégrant un nouvel élément, l’envie d’une vie de couple.
« Et il arrive un moment où on en a assez de trimbaler ses affaires de rechange. Où on a envie de le voir plus souvent. Entre son boulot et mes heures suplémentaires, mes copains et les siens, nos familles respectives, on en arrive à devoir prendre rendez-vous pour se retrouver. C’est quand même un comble. L’amour, ça s’entretient. Et c’est pas dix jours de vacances à deux tous les quatre mois qui y suffisent. Alors, il fallait bien se rendre à l’évidence : et si on vivait ensemble ?.. On l’aime, bien sûr, mais au point de perdre sa liberté ? »
Les choix d’action qui vont permettre de préserver le désir d’indépendance vont porter sur la manière d’envisager la vie à deux. Le couple devra préserver l’autonomie de chacun (chacun son espace, chacun son autonomie de relation, chacun son organisation du temps).

Le couple adjuvant/opposant sur l’axe du pouvoir

40L’adjuvant et l’opposant se situent par rapport à l’action du sujet. L’adjuvant aide le sujet dans la poursuite de son objet de quête et l’opposant y fait obstacle.

41L’adjuvant détient des ressources, des compétences, des qualités. Il agit dans le sens du désir du sujet ou facilite la communication de l’objet par le destinateur. C’est dire que le sujet se sent démuni de certains atouts et se situe en dépendance par rapport à celui qui les possède. L’adjuvant peut être concrétisé dans un autre acteur que le sujet (« un allié ») mais aussi dans un instrument (« la Bible »), ou par une force interne au sujet (« la volonté »).

42L’opposant freine la réalisation du désir, ou la communication de l’objet au destinataire. Il peut être un obstacle matériel, une faiblesse du sujet ou un anti-sujet, un acteur qui poursuit une quête adverse.

Le bien à préserver, « l’indépendance », est mis en péril par l’action des opposants, par exemple, ceux qui oublient la quête : les copines qui sont entrées dans la logique traditionnelle du mariage.
« La plupart de nos amis mariés, ou tout comme, ne sortent plus chacun de leur côté. Impossible d’inviter l’un sans l’autre sans provoquer d’incident diplomatique. De véritables siamois. »
Les adjuvants de la femme sont les ressources qu’elle doit utiliser pour éviter de se faire « piéger » : l’aptitude à bien choisir son partenaire, la vigilance, l’esprit d’organisation, la capacité d’infléchir le partenaire pour qu’il ne devienne pas un obstacle à ses projets personnels.
« Quand on a déjà sa vie, ses amis, son appart, sa liberté, son soin-soin, envisager de partager tout ça, même par amour, c’est l’angoisse. Ca mérite réflexion, tergiversation, organisation. »

Le couple destinateur/destinataire sur l’axe de la communication

43Comme pour les rôles actantiels précédents, le destinateur et le destinataire se définissent l’un par rapport à l’autre : le destinateur communique un objet au destinataire et celui-ci le reçoit. L’objet peut être non-matériel : le devoir, le savoir... ; il est nécessaire au destinataire, futur sujet, pour accomplir sa quête.

44Le destinateur énonce un devoir, incarne une morale, transmet un savoir, confie une mission... 11 présente un objet comme étant doté de grande valeur mais aussi comme devant être conquis. Le rôle du destinateur précède le rôle du sujet et il est d’ordre cognitif : en effet, si le sujet est amené à agir, le destinateur est dans la position de « faire agir ». Il communique au destinataire un savoir sur l’objet pour que, persuadé de la valeur de l’objet, le sujet accepte son rôle. Ou bien, il tente de susciter l’admiration à propos d’êtres « exceptionnels » qui ont déjà accompli la même mission.

45Le destinataire, c’est à dire celui qui reçoit, peut être d’une part le sujet qui est en situation de devoir accomplir sa mission mais en même temps, il peut prendre la figure du sujet « par excellence », celui qui a réalisé pleinement la mission demandée.

Dans l’exemple de Cosmopolitan, le narratrice apparaît comme l’actant-destinateur de savoir : elle sait ce que la femme doit désirer et ce qu’elle doit faire pour mener à bien sa quête.

La base qualificative des octants

46Chaque actant est défini par les qualités qui lui sont associées, conformément aux règles applicables à toutes les classes de codes et donc, également aux codes actantiels et actionnels. Il se dédouble en un pôle positif et en un pôle négatif.

47Schématiquement, le modèle actantiel peut se visualiser comme suit :

48A partir des extraits retenus de l'article de Cosmopolitan, on obtient le schéma de quête suivant :

opposant : les expériences des copines

49Les modèles actantiels peuvent se différencier par la nature des actants qui se laissent syncrétiser (dans l’exemple ci-dessus, le sujet est en même temps le destinataire). Des modèles peuvent aussi être caractérisés par l’absence d’un ou plusieurs actants.

50A propos du sujet de quête, il faut observer qu’il ne s’impose pas par le texte. On ne peut pas toujours affirmer que tel sujet est priviligié par rapport à d’autres du fait qu’il occuperait une place plus décisive dans le jeu des associations et des oppositions qui organise le discours. Il est tout aussi envisageable de choisir le sujet en fonction de préoccupations de recherche. Si l’on s’intéresse à la relation entre le locuteur et ses récepteurs, on prendra comme sujet l’un de ces deux acteurs. Si l’on cherche à savoir comment la hiérarchie de l’Eglise voit son rôle face aux changements dans le domaine familial, les sujets de quête seront les responsables de l’Eglise.

51Nous venons de montrer comment on peut découvrir dans les discours une structure implicite en analysant les personnages du point de vue de leurs rôles actantiels et des relations qu’ils entretiennent entre eux. L’établissement du modèle actantiel permet de répondre à un certain nombre de questions quant à la manière dont le locuteur définit un champ d’action : quelles sont les valeurs en jeu ? quels intervenants ont un rôle à jouer en rapport avec ces valeurs ? comment l’action est-elle envisagée ? y a-t-il des garants ultimes ?

Conclusion du décodage

52Jusqu’à présent, on s’est tenu à des constats et à des développements directement liés à la découverte des codes et de leur mise en relation. Le texte a été approché à deux niveaux. Au premier niveau du décodage, on recherche les schèmes implicites à partir desquels le locuteur se fait une opinion sur un événement, sur une situation vécue, sur un sujet préoccupant... Au second niveau de décodage, le locuteur est vu comme porteur d’un projet sur le monde qui transparaît dans la manière dont il implique des acteurs, dotés de statuts différents, dans une action en vue d’une finalité.

53Ces deux approches successives ont été conduites en fonction d’un construit méthodologique inspiré de présupposés et de procédés de la linguistique structurale. Nous retenons dans le texte les éléments pertinents par rapport à cette orientation, en sachant que le texte contient encore bien d’autres informations, utiles sans doute, mais relevant d’autres entrées méthodologiques. C’est sur base des résultats ainsi obtenus que peut s’entreprendre la phase suivante de la recherche où les préoccupations sociologiques guident le déroulement du travail d’analyse.

L’interprétation sociologique du décodage

54Les éléments et les configurations d’éléments qui ont été dégagés doivent faire l’objet d’une relecture afin de procéder à l’analyse sociologique proprement dite. Il sera question de discerner en quoi les observations faites contribuent à la connaissance d’un champ particulier de l’action sociale. Cette dimension du travail ne sera évoquée ici qu’à grands traits étant donné que notre préoccupation était surtout d’expliciter les procédés techniques d’approche du texte.

55Les structures dégagées vont prendre toute leur portée d’un point de vue sociologique quand on commence à s’interroger sur la manière dont ces contenus s’articulent au plan de systèmes symboliques. Pour comprendre le discours, il faut le référer à des représentations qui, à partir d’un agencement spécifique de divers codes, constituent une certaine image de l’homme et de son environnement.

Le rapport au temps, à l’espace, l’image de soi tels qu’ils apparaissent dans le décodage de l’article de Cosmopolitan correspondent à un certain imaginaire sur la famille. La famille est vécue comme une association d’individus réunis pour un temps provisoire par un consensus affectif et qui mettent en commun un certain nombre de ressources tout en conservant une large indépendance. C’est un modèle familial de type associatif, qui se différencie nettement d’autres modèles : le modèle fusionnel où le partage est un élément-clef, et le modèle traditionnel qui accorde une importance majeure aux fonctions sociales du mariage (l’éducation des enfants, le statut économique et social qui y est associé, etc...).

56Pour comprendre la portée du « culturel », il ne suffit pas de voir ses effets au plan de l’existence et du développement de modèles de pensée mais il faut analyser les liaisons entre ces représentations culturelles et les situations objectives dans lesquelles le locuteur est inséré. On présuppose qu’un certain état de rapports objectifs entre groupes sociaux se produit ou se reproduit au travers de légitimations d’ordre culturel. Ainsi, l’interprétation sociologique inclut un deuxième type d’interrogation qui tend à cerner le lien entre les codes culturels et les pratiques sociales. Alors que la première phase interprétative s’en tient à l’analyse des significations culturelles, la seconde recherche des informations nouvelles pour mettre le discours en rapport avec des faits qui lui sont extérieurs : les statuts sociaux des locuteurs et des récepteurs, le contexte socio-historique et conjoncturel dans lequel le texte est produit, son canal de diffusion... Il s’agit de se demander dans quelle mesure des référents et des codes d’actions sont modelés par un certain état des rapports sociaux, de faire des hypothèses sur l’impact de ces schèmes culturels en termes de préservation ou de modification des systèmes sociaux auxquels ils participent.

Si on reprend l’exemple du modèle familial de type associatif tel qu’il apparaît dans Cosmopolitan, on peut dire que ce modèle tend à se développer dans une société où s’accroît l’emprise de l’économique dans les différentes sphères de la vie et où se développe la mobilité professionnelle. Ce modèle présuppose que mari et femme travaillent, ce qui est une condition indispensable de l’autonomie individuelle. Cette évolution ne peut aller de pair qu’avec un accroissement du travail féminin. On voit aussi que ce modèle ou du moins certaines variantes de ce modèle se diffusent par le créneau privilégié de la presse féminine commerciale. L’émancipation de la femme est un facteur qui la propulse comme acteur dans le champ économique et tout spécialement dans celui de la consommation.

57La prise en compte des conditions objectives qui entourent le discours relance l’analyse des contenus culturels et suscite de nouvelles hypothèses qui permettent d’appréhender ces contenus plus en profondeur.

Conclusion

58En prenant comme base d’observation les discours, le sociologue se trouve confronté à un matériau d’une grande complexité. Par l’utilisation de l’apport d’une discipline extérieure comme la linguistique, il se donne les moyens de mieux appréhender son objet : la description structurale permet de restituer, avec rigueur et clarté, la cohérence et les régularités présentes dans un discours. La découverte d’éléments et de relations entre éléments (par exemple, les relations entre actants) sert de support à l’élaboration d’hypothèses sur les structures mentales du locuteur. En outre, le caractère construit des procédés a l’avantage de fournir aux hypothèses de recherche des indicateurs dont on peut maîtriser précisément la portée dans le texte.

59Tout en ayant privilégié « l’appareillage technique » de description, nous avons montré qu’il ne pouvait constituer une fin en soi. Dans la perspective sociologique, le discours est porteur de significations culturelles qui le dépassent, et il ne peut être compris indépendamment des relations objectives qui se nouent entre acteurs sociaux.

Notes

1 Au plan de la systématisation des procédures de description, voir J. P. HIERNAUX, L’institution culturelle II, Méthode de description structurale, Paris. PUF. 1977.

2 La notion de « récit » est applicable aux textes qui intéressent le sociologue, c’est-à-dire aux discours que tiennent les acteurs sociaux sur eux-mêmes, sur la société... le récit est présent dans le mythe, la légende, la fable, le conte, la nouvelle, l’épopée, l’histoire, la tragédie, le drame, la comédie, la pantomime, la tableau peint, le vitrail, le cinéma, les comics, le fait divers, la conversation. De plus, sous ces formes presques infinies, le récit est présent dans tous les temps, dans tous les lieux, dans toutes les sociétés ; le récit commence avec l’histoire même de l’humanité ; il n’y a pas, il n’y a jamais eu nulle part aucun peuple sans récit : toutes les classes, tous les groupes humains ont leurs récits (...) le récit est là comme la vie. » (BARTHES R., Introduction à l’analyse structurale des récits, in Communications 8, 1966, p. 1).

3 BOURDIEU P., CHAMBOREDON J.C., PASSERON J.C., Le métier de sociologue, Paris, Mouton, 1968, p. 76.

4 REMY J, Innovation et développement des structures. Problèmes que pose l’institutionnalisation, in Lumen Vitae, Vol 24. 1969. no 2, p. 205.

5 De même, l’analyse fonctionnelle n’est pas une théorie mais un paradigme : pour expliquer une institution, il faut se réferer à ses fonctions manifestes et à ses fonctions latentes — certaines institutions peuvent être fonctionnelles pour certains groupes et dysfonctionnelles pour d’autres...

6 BOUDON R., BOURRICAUD F., Dictionnaire critique de la sociologie. Paris. PUF, 1982, p. 617.

7 BARTHES R., op. cit., p. 2.

8 GREIMAS A.J., Sémantique structurale, Paris. Larousse, 1966. p. 19.

9 HIERNAUX J.P., op cit., p. 9 et ss. Les codes seront présentés sous la forme X/Y.

10 Annexe 3.

11 Annexe 1.

12 § 10 du texte du Cardinal Danneels.

13 PROPP V., Morphologie du conte, Paris, Edit, du Seuil. 1970, p. 29.

14 Pour la description du modèle, voir HIERNAUX J.P., op. cit., et EVERAERT-DESMEDT N., Sémiotique du récit. De Boeck, Bruxelles, 1989.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16699/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende opposant : les expériences des copines
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16699/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search