Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

I. Quatre méthodes d'analyse de contenu

La méthode d’analyse textuelle de Jules Gritti1

François Houtart

Texte intégral

  • 1 La méthode que nous présentons dans ce texte est reprise aux notes de cours de J. Gritti, qui fut p (...)

1Comme toute analyse textuelle, celle proposée par J. Gritti, vise à repérer les structures idéologiques d’un texte, pris hors de tout contexte, en décomposant les structures patentes au profit de l’articulation latente. Elle ne se suffit donc pas à elle-même pour autoriser la totale intelligibilité du discours analysé. Il importe de la considérer comme un préalable à une analyse du contexte, de l’auteur, des réactions suscitées dans l’univers des auditeurs/spectateurs/lecteurs. Elle doit aussi s’inscrire dans une articulation des rapports entre structures sociales et productions symboliques.

2La première partie de cet article sera consacrée à la présentation de la méthode. La seconde partie aura pour objet l’application de la méthode au texte du Cardinal Danneels repris en annexe 1. El la dernière partie apportera certaines précisions sur la méthode relativement aux préoccupations qui furent à l’origine de la journée d’étude.

Première partie. L’explication de la méthode

3La méthode proposée par J. Gritti est en fait multiple. L’analyse se déroule en six filtrages successifs, chacun d’eux étant axé sur une articulation différente du texte proposé à l’observation. Cette analyse se voulant très souple, il est possible de ne pratiquer que l’un ou l’autre des filtrages, chacun d’eux constituant une analyse complète du texte.

4Il s’agit donc d’opérationaliser, à l’intérieur d’un contexte théorique global, l’étude d’une production discursive. Les six filtrages qui sont proposés par J. Gritti s’inscrivent dans une logique que l’on peut reconstruire de la manière suivante. Les deux premiers filtres essaient de révéler le contenu : il s’agit de retrouver les oppositions ou les associations d’une part et d’autre part les niveaux de culture. Ces deux filtrages ont pour objet l’analyse de la structure fondamentale du texte en lui-même

5La deuxième perspective porte sur l’énonciation et est destinée à étudier le profil idéologique du locuteur. Il s’agit cette fois de trois filtrages différents. Tout d’abord, on étudie les connotations qualitatives du texte, qui permettent de déterminer le lieu privilégié par le locuteur, lorsqu’il désire communiquer avec un public précis. Le deuxième filtrage étudie les lieux idéologiques, c’est-à-dire les parties du discours où l’idéologie du locuteur a le plus de probabilité de s’exprimer. Un dernier filtrage de cette catégorie s’intéresse aux types de raisonnement utilisés par locuteur.

6La dernière perspective est celle de la relation de communication, entre le locuteur et le public, c’est-à-dire la manière dont le locuteur parle, le type de vocabulaire utilisé pour se qualifier lui-même et pour qualifier le destinataire.

7Au travers de l’ensemble des filtrages on retrouve un principe commun à toute analyse structurale, qui est celui de la destruction de la logique discursive, afin de faire ressortir d’autres logiques qui ne sont pas immédiatement apparentes dans le texte.

I. Le contenu du discours

Les associations et oppositions (premier filtrage)

8On se rappelle qu’il s’agit de repérer dans le texte les figures binaires et ternaires, soit sous la forme de disjonction, de préférence ou d’équivalence.

9Le travail s’accomplit sur la charpente du texte en relevant sa structure paradigmatique. Quelles sont les associations de mots, et quels types d’associations manifestent le sens et la vigueur d’une communication en articulant le syntagme que constitue le discours ? Les figures repérées dans le texte peuvent être binaires ou ternaires.

Figures binaires

101. la disjonction a # b

11Exemples : « Justice n’est pas charité », « la logique capitaliste n’est pas la logique des travailleurs »

122. la préférence a > b

13Le b n’est pas purement éliminé. Ex. « Dans l’Eglise, la communion prime l’institution », « Le Nouveau Testament précise l’Ancien Testament »

143. l’équivalence se manifeste sous trois formes :

15a et b : « Le changement dans la continuité »

16ni a ni b : « Ni Marx, ni Jésus », « Ni capitalisme, ni socialisme »

17ou a ou b : Courrier du cœur : « Soyez tantôt fort, tantôt tendre »

Figures ternaires

181. le juste milieu a-m-b

19« La vérité est entre deux extrêmes »

20« In medio stat virtus »

2. la synthèse Image 10000000000000470000004CE04D5D41.jpg

21« Evolution révolutionnaire (Jaurès) », « Aggiornamento »

22« L’Homme providentiel »

23« Le gouvernement de l’unité nationale »

3. le dépassementImage 100000000000003D00000040865C4063.jpg

24« Réforme ou révolution ? »

25« La contestation permanente »

26« Passé ou présent ? l’Histoire, un éternel recommencement »

27N.B. Il est utile de repérer quand le texte constate une opposition existant par ailleurs et lorsqu’il en instaure une.

Les niveaux de culture (deuxième filtrage)

28Ce filtrage vise à repérer les connotations possibles des termes utilisés.

Repérer les mots non définis

29A cet effet, on repère les termes qui échappent à la langue commune et ne sont pas définis. Ceci suppose une définition de la langue commune la plus pragmatique possible, c’est-à-dire celle des mots du vocabulaire fondamental dans leur acception courante.

30Les mots non-définis peuvent avoir une triple fonction :

  • la reconnaissance de l’excellence du locuteur : « il sait de quoi il parle ».

  • affirmer une autorité de compétence pour rassurer le destinataire : emploi d’un vocabulaire spécialisé.

  • faire impression sur l’auditoire : utilisation volontaire d’un mot inconnu (ex. le Général de Gaulle lors du putsh d’Alger parle d’un « quarteron »)

Repérer les mots définis

31Il faut ensuite repérer les mots définis. Ceux-ci échappent à la langue commune, mais font l’objet par le locuteur, d’une définition. Cette définition permet de se rendre compte :

  • de l’idée que le locuteur se fait de ses interlocuteurs. Ainsi le journal « France-Dimanche » parlant de la Bible définit les mots suivants : « Adam », « Eve », « Abraham », « hagiographie », mais pas « David et Goliath » ou « Samson et Dalila » que le lecteur du journal est censé connaître comme héros de la romance antique.

  • des champs d’intérêt du locuteur, ceux sur lesquels il ne veut pas d’erreur de communication. Ces définitions sont souvent idéologiques. Ainsi, l’encyclopédie Aujourd’hui la Bible » (qui ne définit pas les termes de « préhominien », « sépulture mégalithique »... et d’autres concepts de ce genre) définit l’Eglise comme « lieu fraternel où se réunissent les croyants ». Le but de cet ouvrage est de ramener les élites intellectuelles détachées de la foi sinon dans l’institution religieuse, du moins dans des espaces qui lui sont proches.

Repérer les mots traducteurs

32Il s’agit des métaphores à fonction traductrice qui visent à faire passer une communication à propos d’un événement dans un registre de vocabulaire connu du lecteur.

33En voici un exemple, à propos d’un texte réagissant à la publication de l’encyclique « Humanae Vitae » :

Termes utilisés

Registres

« Pas de feu vert, coup de frein »

automobiliste

« verdict, sentence »

judiciaire

« décision »

gouvernemental

« droite conservatrice vs gauche progressiste »

politique

Repérer les termes connotés

34Ce sont les termes qui ont l’air d’appartenir à la langue commune, mais dont le sens a été dévié par certaines connotations qu’il faut connaître pour comprendre le terme.

35Ainsi le mot : « engagement » n’a pas le même sens pour le militant, le banquier, le sportif, l’officier d’état-major.

Regrouper les termes par registres

36Finalement le regroupement des termes en registre sportif, politique, médical, etc. permet de repérer le niveau de culture privilégié ou imposé par l’émetteur à son public.

II. L’idéologie du locuteur

37Après avoir étudié le texte du point de vue de son contenu, J. Gritti propose deux filtrages destinés à mettre en lumière la manière dont le locuteur se situe vis-à-vis du contenu qu’il désire transmettre. Cette partie permet de situer l’acteur dans l’analyse et de rendre compte du degré d’auto-implication du locuteur. Il s’agit donc d’une analyse de l’énonciation. On pourrait, en s’inspirant d’autres démarches, notamment celles de M. PECHEUX (formations idéologiques), de M. FOUCAULT (formation discursive) ou de A.J. GREIMAS (schéma actantiel), proposer encore d’autres filtrages.

Les connotations qualitatives (troisième filtrage)

381. L’analyse consiste, à l’exclusion de tout ce qui est purement descriptif, à repérer tout ce qui sert à apprécier ou à déprécier une réalité. L’ensemble des connotations permettra de percevoir quel est le type d’argumentation préféré par l’auteur.

  • Les adjectifs : « un homme courageux ».

  • Les mots : « une peste pour la société »

  • Les verbes : « affaiblir »

392. Sans tenir compte de la réalité valorisée, on tente alors de regrouper les qualifications en registres. Ceci permet de connaître les lieux au sein desquels le locuteur se situe pour illustrer son propos.

40A l’intérieur de ces lieux, il faut tenir compte des connotations positives et des appréciations négatives. En outre, on y trouve un lieu central qui varie selon les discours, autour duquel s’articulent un registre du rationnel, de l’affectif, du biologique, ou du sublimé. Le caractère positif ou négatif est indiqué par un + ou par un-. Voici un exemple à propos d’un reportage sportif.

Image 10000000000002AB00000183935F988A.jpg

Les lieux idéologiques (quatrième filtrage)

41Cette étape de l’analyse s’inspire des topoi d’Aristote, les endroits du discours où l’idéologie s’investit de manière implicite.

421. Le début et la fin du discours. En effet, la phrase d’attaque et la phrase de conclusion signalent souvent l’idéologie du locuteur.

432. Les superlatifs et tout ce qui porte la marque de l’exceptionnel. Ex. dans les discours de Mgr Romero, l’emploi du mot « idolâtrie » pour qualifier les tentations du pouvoir moderne.

443. Les gradations en crescendo : « ceci est commandé par l’équité, mais aussi par la justice et la solidarité », « Magie, Religion, Science » en decrescendo : « hommes, femmes, enfants », « Officiers, sous-officiers, soldats » mixtes : « l’homme supporte, encaisse, résiste, réagit, rebondit »

454. Les chiffres et l’utilisation qui en est faite.

465. Les citations directes ou indirectes qui manifestent l’autorité dont on s’inspire ou l’adversaire que l’on privilégie.

476. Les généralités que l’on utilise : dictons, maximes, proverbes sont également des lieux privilégiés ou s’investit l’idéologie, sous forme de vérités simplifiées ou d’évidences partagées.

Les figures de déploiement (cinquième filtrage)

48Ce filtrage s’occupe de la manière dont le locuteur fait fonctionner le texte, des rapports qu’il établit à l’intérieur de celui-ci, des « figures de style » qui en garnissent l’argumentation.

49On y constate généralement deux grands types de synecdoques. Il s’agit d’une figure de rhétorique qui consiste à prendre le plus pour le moins, la matière pour l’objet, l’espèce pour le genre, la partie pour le tout, le singulier poulie pluriel ou inversement.

501. Une synecdoque généralisante

51Elle va du général au particulier, de la règle aux applications, de la cause aux effets, du but aux moyens, du tout à la partie. Cette figure est la marque d’un esprit plutôt normatif et se retrouve, par ex. dans le discours de la presse américaine lorsqu’elle pose « la Liberté » en norme, puis en déduit les applications.

522. Une synecdoque particularisante

53Elle part de la base vers les principes, des effets vers les causes, des moyens vers le but. Elle est la trace d’une démarche empirique, éventuellement pragmatique ou encore anti-dogmatique.

III. Les rapports de communication

54L’acte de communication comprend trois éléments : un locuteur, un message, un destinataire. Il s’agit maintenant d’examiner le rapport entre le locuteur et le destinataire.

Le rapport entre locuteur et destinataire (sixième filtrage)

55Ce filtrage veut repérer dans le discours les traces des acteurs de la communication : Fauteur-locuteur, le(s) destinataire(s), ainsi que les relations entre les destinateurs et destinataires. Ces relations se manifestent pour chaque acteur dans trois lieux privilégiés : l’usage des pronoms (une analyse lexicale), les allusions à soi-même ou les déclarations sur soi, plus explicites.

Le destinateur

561. Les pronoms : les socialistes français utilisent souvent le « je »de présence forte envers l’auditoire. Les communistes un « nous » plus englobant, plus fonctionnel.

572. Les allusions à soi : telles par ex. parler de soi à la troisième personne : « Le Ministre pense... »

583. Les déclarations sur soi : qui peuvent renforcer ou contredire les allusions. Ex. Quelqu’un dit « Je m’occupe des autres, mais fait continuellement allusion à sa santé... »

Le(s) destinataire(s)

591. Les pronoms :

60Jean-Paul II : « France qu’as-tu fait de ton baptème ? »

61Giscard : « La France, grande jeune fille » (dont il est le père...)

62de Gaulle : « La France, mère ou épouse » (de son président)

63L’usage de la deuxième ou de la troisième personne, le tutoiement ou le vouvoiement révèlent la façon dont le locuteur considère le(s) destinataire(s).

642. Les allusions aux destinataires : le Guide bleu s’adresse implicitement aux automobilistes : « petit détour : 8 km », « circuit très facile de 120 Km ».

653. Les déclarations sur les destinataires : le Guide bleu dit : « Tout ce qui est beau sera renseigné », mais en même temps déconseille tout ce qui demande un effort.

Traits communs au destinateur et aux destinataires

661. Les pronoms : signes de relation directe. Le « nous », « je + vous ». Ex. « Nous qui sommes ici ensemble... ».

672. Allusions : déclarations créant un espace commun par rejet d’un tiers. Ex. « ensemble, contre les grands monopoles ».

683. Allusions : déclarations créant une mise à distance. Ex. le discours du journal « Le Monde » se distancie de l’homme de la rue, ce qui se manifeste dans l’abus des formes passives.

694. Allusions : déclarations créant un espace commun par inclusion. Ex. politique : « La jeunesse, il faut la comprendre » (les jeunes ne sont pas là).

70Voilà donc les divers filtrages proposés par J. GRITTI. Ils ont l’avantage de pouvoir s’appliquer à plusieurs types de textes. Cependant, il ne faut minimiser ni les exigences de rigueur, ni le caractère descriptif de la méthode, qui pour déboucher sur une dimension sociologique, doit s’appuyer sur une démarche théorique.

Deuxième partie. L’analyse du texte : le Cardinal Danneels nous parle de la famille

71Nous allons suivre la méthode de GRITTI, de façon à appliquer à un texte les différents moments de l’analyse proposée par l’auteur.

72Pour la facilité du repérage des parties analytiques, il est bon de numéroter chaque paragraphe du texte, ce qui permet d’indiquer entre parenthèse à côté de chacune des phrases ou des mots retenus la référence exacte (ceci n’a pas été fait dans l’analyse qui suit).

73Il est bon de rappeler que ni l’analyse, ni les interprétations ne concernent les intentions du locuteur ou la légitimité du discours, car cela n’entre pas dans le champ de compétence de l’analyste. Il s’agit avec de telles méthodes de relever des structures et de souligner des fonctions, pouvant servir de base à une réflexion sociologique.

I. Le contenu du discours

Les associations et les disjonctions (premier filtrage)

Figures binaires

74Nous avons regroupé les figures binaires en plusieurs groupes, correspondant à des thèmes divers : relation homme/femme, amour, morale, etc., pour la facilité des repérages sémantiques.

1. Les disjonctions
a. Bloc de la relation homme/femme

Crise relation homme/femme # crise du mariage religieux, divorce

Plus de liberté # plus de bonheur

Plus de liberté # harmonie entre l’homme et la femme

Divorce # mépris de la famille

Société africaine : plus de tabous, plus de joie # société occidentale : moins de tabous, moins de joie

Notre société # joie

Mariages valides # mariages invalides

b. Bloc de l’amour

Imaginaire des jeunes sur amour # amour durable

Amour sentiment # amour décision

Idéal # rêve

Amour possessif # amour oblatif

Possessif de l’étreinte # oblatif de l’enfant

Rupture # continuité

Aimer pour les qualités physiques # amour du partenaire tel qu’il est

Caractère transitoire des qualités physiques # force de l’amour-don

Intervention providentielle # acte de liberté

Choix du conjoint # pur hasard

Venue de l’amour # venue d’un virus

c. Bloc de la morale

Morale chrétienne # commandement

Principe # changement

Observance du principe de la morale # la loi comme principe

Dogme # pastorale

Poing fermé # main ouverte

d. Bloc de l’Eglise

Christianisme # Eglise

Eglise # ensemble des gens parfaits

Eglise d’aujourd’hui # aller dans les rues et sur les places

2. Les préférences
a. Bloc de la relation homme/femme

Société africaine > société occidentale

Enquête 88 : réussite du mariage > enquête des années 60 : obtention de biens matériels

b. Bloc de l’amour

Don > liberté

Don > affirmation de soi

Don > amour

Amour oblatif > amour possessif

Continuité > rupture

3. Les équivalences/similitudes
a. Bloc de la relation homme/femme

Relation du couple ~ cœur de la création

Effets d’une mauvaise conception de la relation ~ effets d’une explosion nucléaire

Relation du couple ~ noyau de la matière humaine

Plus de liberté ~ moins de bonheur

b. Bloc de l’amour

Amour ~ désir d’appropriation

Repli sur soi ~ consommation mutuelle

Repli sur soi ~ obscurcissement de l’image de Dieu

Amour don ~ joie

Repli sur soi ~ oubli par l’homme qu’il est don de Dieu

Diminution du don ~ société de consommation

Diminution du don ~ perte de la joie

Diminution du don ~ développement d’une pathologie du couple

Amour ~ décision

Amour ~ durée

Intérêt humain ~ amour unique

c. Bloc des solutions

Remède ~ connaissance exacte du mariage

Commencement du bonheur ~ connaissance

Remède ~ lecture de la Bible

Remède ~ chercher exemples autour de soi

La chose la plus difficile à réussir aujourd’hui ~ réussite du couple et de la famille

Explication de nombreux divorces ~ grand désir de réussir sa vie

Symbole du bonheur ~ amour

Séparation du couple (vs continuité) ~ incapacité d’atteindre l’âge adulte de l’amour

Processus maturation de l’amour ~ ordre biologique (étreinte/enfant)

" " " ~ ordre psychologique

" " " ~ ordre spirituel (contemplation de l’amour de Dieu)

Continuité ~ sagesse humaine : vivre et vieillir ensemble

Continuité ~ foi en une intervention de la providence

Seule source du bonheur ~ amour

Amour ~ substance même de l’univers

Evolution de l’Univers ~ amorisation progressive sous l’action de Dieu

d. Bloc Eglise-Religion-Morale

Rédemption du couple ~ réaffirmation du don pur

Discours de Jésus ~ retour aux origines

Dieu ~ don

Couples vivant d’une inspiration chrétienne ~ motifs de crédibilité pour l’Eglise

Tâche de l’Eglise ~ rendre crédible la foi chrétienne

Crédibilité de la foi ~ inspirer une façon de vivre l’amour sous des formes qui rendent heureux

Morale chrétienne ~ appel à perfection

Appel à perfection ~ gradualité

Loi morale conjugale ~ principe

Insistance sur les principes ~ véritable sagesse de vie

Documents dogmatiques ~ pas d’équivoque sur les exigences

Idéal ~ exigence

Foi dans l’intervention providentielle ~ soutien dans les difficultés

Ceux qui n’atteignent pas l’idéal chrétien ~ ne sont pas de notre bord

Eglise ~ ceux qui essaient et ceux qui chutent

Ordre du Christ ~ aller dans les rues et sur les places

Préoccupation de l’Eglise ~ soigner et gérer le petit troupeau

Divorcés remariés ~ souffrent des sanctions

Evêque ~ miséricorde

Parole du Christ ~ indissolubilité du mariage

Mariages invalides ~ dissolution du mariage

4. Les équivalences exclusives

Amour ~ pas de don, pas de joie

Christianisme ~ ni parfaits, ni imparfaits

Christianisme ~ ni saints, ni pécheurs

Figures ternaires

Image 1000000000000265000001635DA07BC9.jpg

Conclusion du premier filtrage

75Le texte se construit sur une série d’oppositions majeures autour desquelles s’articulent toutes les autres.

76STABILITE DU MARIAGE vs INSTABILITE DU MARIAGE

77PRINCIPE DE L’EGLISE vs INCREDIBILITE DE L’EGLISE

78INVARIANT vs VARIANCE

79Cet ensemble d’oppositions débouche sur des contradictions apparemment insolubles que l’auteur cherche à résoudre. A cet effet, il réduit la signification de la première opposition, celle de l’« instabilité » vs « la stabilité » du mariage par le postulat : l’amour = durée, à la condition qu’il soit « don ».

80Quant à la deuxième contradiction : principe affirmé par l’Eglise, vs son incrédibilité, sa solution se raccroche à celle de la première. En effet, d’une part, le don dans l’amour = don de Dieu, ce qui est un invariant, mais d’autre part, le repli sur soi dans l’amour = faute. Il en résulte que le « principe » affirmé par l’Eglise = excellence.

81Le locuteur réduit la rigidité de l’invariant (la troisième contradiction) par le concept de « morale ». Cette dernière joue à un double niveau :

82morale = appel à l’idéal

83morale = miséricorde pour le fautif.

84En outre, elle trouve aussi sa justification dans l’existentiel :

85exemple de couples heureux vivant chrétiennement

86rigidité relative de l’indissolubilité (nombreux cas d’invalidités)

87Il reste une contradiction mal résolue : l’intervention providentielle dans le choix du conjoint — vs — les cas de dissolution. L’argument de la liberté laissée aux êtres humains, malgré l’intervention providentielle dans le choix du conjoint, se heurte en finale à un discours théologique difficilement crédible.

88La fonction du texte serait donc, tout en étant formellement un discours sur l’amour, de légitimer l’intervention de l’institution religieuse et d’assurer sa crédibilité.

Les niveaux de culture (deuxième filtrage)

Repérage des mots définis et non-définis

  • 2 Quand le nombre d’utilisations du mot n’est pas indiqué, c’est qu’il n’apparaît qu’une seule fois

89Mots non-définis2

Civilisation/monde (6 fois)

Philosophies (différentes) de la relation homme/femme (2 fois)

Année de la famille Anthropologie

Société de consommation Pathologie

Rédemption du couple

Cantique des cantiques

Lectionnaire

Argument de crédibilité

Synode sur la famille

Encyclique/Humanae Vitae

Equipe Notre Dame

Documents dogmatiques

Abbés de monastères

Annonciation

Valeurs

90Mots définis

relation homme/femme : constitutive de l’humanité

Dieu = don

morale chrétienne = appel à la perfection et pas commandement

amour : pas un sentiment, mais une décision (de prendre l’autre)

grâce = une force

loi # Graduelle

continuité = passage

de l’amour possessif à l’amour oblatif amour véritable = oblatif

foi = soutien psychologique et spirituel

amour = durée

amour = substance même de l’univers

91Synthèse

92Mots non-définis

938 concepts du spécialiste de la morale ou de l’anthropologie

949 concepts spécifiques au christianisme

95Mots définis

966 concepts relatifs : homme/femme, amour, continuité

975 concepts : Dieu, foi, grâce, morale, loi

98Les autres termes (traducteurs, connotés et registres divers) n’apparaissent pas dans ce texte.

Conclusion du deuxième filtrage

991. Cela suppose un public ayant une culture chrétienne et une formation intellectuelle supérieure.

1002. C’est un texte didactique qui définit une morale oblative à référence religieuse, mais pas un texte qui ne s’adresse qu’aux spécialistes.

1013. Le nombre relativement réduit de termes techniques non expliqués, montre qu’il y a un effort de communication avec le public (de conviviabilité).

II. L’idéologie du locuteur

Les connotations qualitatives (troisième filtrage)

102(+ = positif, = négatif)

103Affectif

- certaine tristesse

- pas joyeuse (civilisation)

+ beaucoup plus libre, plus épanoui

+ véritablement heureux

+ le cœur de chaque homme de chaque évêque

104Rationnel

+ beaucoup plus vaste (question)

+ problème non seulement sexuel, mais aussi culturel

+ réfléchir sérieusement

- mauvaise conception

- toute une pathologie

+ conception exacte

- cote très basse

+ cote très haute

+ explication chrétienne

105Sublimé

- véritable crise

- explosion nucléaire

+ cœur même de la matière

- brouillard de tristesse

- fièvre

+ très beaux récits

+ véritable inspiration

+ grands motifs

+ puissant désir

+ grand désir

+ grands saints

- grands pécheurs

+ véritable sagesse de vie

+ maturation spirituelle très profonde

+ amour humain véritable

+ amour durable, mûr et profond

+ véritable mariage

+ puissant argument de crédibilité

106Biologique

- comme un virus

- indique la fièvre

107On constate quatre choses

1081. Le « sublimé » est majoritaire : négatif pour la crise, positif pour l’amour continuité et positif pour l’Eglise

1092. L’affectif n’est pas accentué

1103. Le rationnel est présent, mais surtout dans l’aspect descriptif

1114. Le biologique est ici équivalent de maladie et qualifie la crise

112Cela permet de dire que ce discours qui met l’accent sur le « sublime » a pour fonction d’accentuer d’une part le caractère jugé fondamental du sujet et d’autre part l’autorité morale du locuteur.

Les lieux idéologiques (quatrième filtrage)

113Nous supposons ici que l’extrait analysé soit une entité réelle, alors qu’il n’est qu’un extrait. Par ailleurs, son caractère d’interview fausse aussi une telle perspective, parce que le locuteur n’est pas maître de son angle d’attaque.

Lieux

Début : en Europe et en Amérique, crise de la philosophie de la relation homme/femme

Fin : Ce que Dieu a uni, l’homme ne le séparera pas.

114Superlatifs

Confusion extrême

Explosion nucléaire

Il faudrait toute une anthropologie

L’indice le + précis (tristesse)

Toute une pathologie du couple se développe

La foi... ne fait rien d’autre que... don pur

Je plaiderais très fort → lecture de la Bible

Le + difficile à réussir (le couple, la famille)

Spirituellement = maturation très profonde

Beaucoup + difficile qu’auparavant (vieillir ensemble)

L’amour devient de + en + fort

Le Christ l’a dit avec force (Eglise = gens parfaits)

Il existe un puissant désir (de réussir le couple)

Cote très basse (la famille) (adversaire, on)

Cote très haute, même de + en + élevée (moi)

Les conjoints attendaient beaucoup trop du couple

Très puissant argument de crédibilité

115Gradations

Relation du couple, transmission de la vie, transmission des valeurs

Amour, processus biologique, psychologique, spirituel

→ pathologies - passage de l’amour possessif à l’amour oblatif, apprendre à

vivre et à vieillir ensemble

→ intervention de la Providence

D’abord lire la Bible, ensuite regarder autour de nous (exemples)

116Chiffres

Des centaines de textes dans la Bible

117Citations

Première page de la Bible (relation homme/femme) - « I Is étaient nus et n’avaient pas honte »

Jésus parlant du mariage : retourner aux origines

Une enquête auprès de jeunes travailleurs

Le Pape Jean-Paul II reconnaît la gradualité

Paul VI (Humanae Vitae et Allocution aux Equipes Notre-Dame) loi vs pastorale

Ce que Dieu a uni, l’homme ne le séparera pas

118Généralités

Le plus simple des poèmes fait rimer amour avec toujours

Conclusion du quatrième filtrage

119On peut constater ce qui suit :

1201. Les deux points essentiels portent d’une part sur l’état de crise et d’autre part sur l’affirmation de la non-séparation comme norme.

1212. Les superlatifs portent sur :

  • la crise (11)

  • le don exprimé par la Bible (4)

  • l’Eglise (1))

1223. Les gradations

123Le spirituel se situe en dernière instance, soit comme principe, soit comme instance d’intervention avec médiation de la Bible comme référence.

1244. Chiffres

125La Bible : les centaines de textes ne sont pas précisés, mais cela suppose de toute façon une sélection qui apparaît comme une évidence.

1265. Citations

127La Bible : amour, don et continuité

128Les papes : différence entre loi et pastorale

129Une enquête : de la matière aux valeurs

1306. Généralités

131Exprimer la continuité Il en résulte que la prise de position principale est la mise en opposition entre la crise qui est une situation de fait et la continuité de l’amour comme don, qui est une situation normative. La solution offerte par l’Eglise est la tension entre loi et pastorale.

Les figures de déploiement : syntagmes (cinquième filtrage)

132Les figures que l’on retrouve dans le texte partent des causes pour aboutir aux effets :

  • Crise de la philosophie due à la confusion des philosophies, ce qui entraîne une mauvaise conception de la relation homme/femme et aboutit à une « explosion nucléaire », car cette relation est constitutive de l’humanité.

  • Disparition du don, ce qui signifie que la joie s’en va et aboutit à toute une pathologie du couple.

  • Le repliement sur soi obscurcit l’image de Dieu qui est don.

Conclusion du cinquième filtrage

  1. Les causes de la crise sont situées (au niveau de ce texte) dans l’idéalité : philosophie, représentations de l’amour, sans interrogations ultérieures sur l’incidence de l’organisation de la société ou de ses formes d’économie sur cette idéalité.

  2. La conséquence de la crise est l’obscurcissement du divin, qui est don, ce qui rejoint sa cause, la disparition du don. La crise est ainsi située dans le champ religieux, ce qui implique la compétence de l’institution religieuse dans le domaine.

III. Les rapports de communication

Le rapport entre locuteur et destinataire (sixième filtrage)

133Nous/notre

  • civilisation occidentale : 7

  • chrétiens : 6

  • pasteur : 3

134Je

  • spécialiste (moraliste) : 19

  • pasteur : 2

  • croyant aimant : 3

135On

  • spécialiste (adversaire) : 5

  • croyant : 7

  • un membre du couple : 3

Conclusion du sixième filtrage

1361. Le locuteur parle en moraliste, plus qu’en porteur de l’autorité ou en pasteur (19 je + 5 on = interlocuteur).

1372. Le locuteur se situe au sein de la civilisation occidentale.

1383. Le locuteur parle aux chrétiens de cette civilisation en créant une identification entre son public et lui-même.

Conclusion concernant le discours et son énonciation

1391. Le public cible : les chrétiens d’un certain niveau intellectuel et pas les milieux populaires (ce qui est confirmé par le support médiatique utilisé).

1402. Il s’agit de l’énonciation d’un moraliste, situé institutionnellement en autorité, mais qui n’utilise pas cette position pour imposer un point de vue (autre discours que celui utilisé généralement par le pape, par exemple).

1413. Le texte part d’une position philosophique dont il déduit les effets plutôt que du réel social pour expliquer la genèse des idées, ce qui a pour effet implicite de privilégier le statut du champ religieux.

1424. La localisation du sujet se situe dans le champ religieux ce qui, vis-à-vis de croyants, lui donne une importance centrale et légitime l’intervention de l’institution religieuse.

1435. L’impasse de crédibilité du discours religieux (sur le choix du conjoint) est compensée dans le texte par le caractère sublimant de l’énonciation.

1446. La stratégie de communication est « conviviale » d’une part et « sublimante » d’autre part, ce qui permet dans le registre religieux d’orienter des comportements, sans recourir directement à l’argument d’autorité.

1457. Outre sa fonction explicite, le discours est destiné à sauvegarder la crédibilité de l’institution religieuse (considérée comme essentielle pour sa mission).

Troisième partie. Références pour la comparaison des méthodes

La définition de l’objet

1461. Les diverses techniques utilisées permettent de découvrir des fonctions latentes du discours, de même qu’une stratégie de l’énonciation.

1472. La méthode de GRITTI, s’appuyant sur plusieurs entrées méthodologiques, peut faire l’objet d’un traitement total ou partiel.

Les matériaux

1481. La méthode est adaptée pratiquement à tout type de texte.

1492. La possibilité de soumettre un texte à six filtrages différents signifie que l’investissement pour un texte très long est assez considérable. Un choix s’impose, en fonction du but que l’on poursuit : étude du contenu, étude de l’énonciation, etc.

Les fondements de la méthode

1501. Les présupposés de la méthode sont d’une part qu’une analyse structurale permet de découvrir des logiques non directement apparentes dans la logique discursive et d’autre part que le discours est le produit d’un acteur et s’inscrit par conséquent dans une stratégie.

1512. Les questions formulées dans ce cadre s’expriment par les différents filtrages utilisés.

1523. Les hypothèses s’élaborent au fur et à mesure de l’analyse, au départ des postulats indiqués plus haut.

Les procédures

1531. Les unités élémentaires du discours sont diverses selon les filtrages : soit les mots, soit les phrases, soit des unités sémantiques qui peuvent dépasser le paragraphe.

1542. Le seul découpage est celui du numérotage des paragraphes pour le besoin du repérage.

1553. Les opérations de type interprétatif se font après les opérations techniques de description, sur base d’une pensée logique.

1564. Les différentes étapes de la démarche sont, après le numérotage des paragraphes, des lectures successives du texte, totalement indépendantes les unes des autres.

1575. Il s’agit d’un ensemble de procédures avec la possibilité d’un choix, en fonction du contenu et de la nature du texte. La mise en œuvre de la technique peut conduire à une pluralité de lectures au moment de l’interprétation.

1586. Les procédures de vérification sont assurées d’une part par les techniques utilisées (repérage de tous les mots, lorsqu’il s’agit d’une démarche lexicale ; des enchaînements, lorsqu’il s’agit d’une démarche de type syntagmatique ; des oppositions, lorsqu’il s’agit d’une perspective structurale) et d’autre part par l’intervention, si possible, de deux lecteurs indépendants.

1597. La comparaison de plusieurs textes ne peut se faire que sur la base de la lecture successive de chacun d’entre eux.

Le lien avec le contexte

1601. Le contexte est pris en compte lors de l’élaboration des conclusions générales.

1612. L’ensemble du contexte : lieu, occasion, qualité du locuteur, qualité du ou des destinataires, type de support médiatique, etc., doit être pris en considération dans un premier temps. Dans un deuxième temps, une lecture plus globale sera entreprise, sur la base de théories sociologiques plus globales.

La validité de la méthode

1621. Les présupposés de la méthode sont ceux de toute approche scientifique dépassant le simple positivisme. Par ailleurs, les règles de l’analyse sont en général assez précises, car elles doivent respecter la matérialité du texte. Cependant, certaines interprétations peuvent faire l’objet de discussions, l’imagination sociologique du chercheur devant toujours être en éveil, elle-même liée à des possibilités de découvertes conditionnées par sa formation, sa position dans la société et ses champs d’intérêts.

1632. Les conditions requises pour une bonne application de la méthode sont d’une part une application la plus rigoureuse possible des techniques et d’autre part une bonne formation logique.

1643. Les résultats obtenus ne peuvent être généralisés que dans la mesure où ils constituent des indicateurs destinés à une réflexion sociologique plus fondamentale.

Notes

1 La méthode que nous présentons dans ce texte est reprise aux notes de cours de J. Gritti, qui fut professeur à l’UCL. Elle a été adaptée par nos soins de deux manières différentes. Tout d’abord par un regroupement des filtrages proposés par l’auteur, afin de les remettre dans une logique plus globale et ensuite par de légères transformations du vocabulaire : filtrage au lieu de ratissage, etc.

2 Quand le nombre d’utilisations du mot n’est pas indiqué, c’est qu’il n’apparaît qu’une seule fois

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search