Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

I. Quatre méthodes d'analyse de contenu

Récit de vie, ethos et comportement : pour une exégèse sociologique

Christian Lalive d’Épinay

Texte intégral

Première partie. Eléments de théorie et de méthode

1. L’analyse de contenu dans la démarche du sociologue

1L’exercice auquel nous sommes conviés est périlleux, d’autant qu'il a la forme de l’exercice imposé : nous devons faire parler l’un des trois textes proposés par les organisateurs. Or le spécialiste de science sociale qui, dans sa trousse d’outillage, possède l’une ou l’autre des analyses de contenu, ne l’applique généralement qu’à des textes qu’il a lui-même choisis, souvent même partiellement produits. Bref, il pratique plutôt l’exercice libre.

2Ce n’est d’ailleurs pas là un choix de facilité. Simplement, le sociologue n’analyse pas un texte pour le texte en soi ; il réunit et scrute des paroles qui ont ou reçoivent une forme écrite, en fonction d'un projet de recherche. C’est en fonction d’un but défini que le chercheur décide de procéder à l’étude d’un corpus, plutôt que — ou en plus — de réaliser une enquête par questionnaire fermé, d’appliquer des tests ou de faire de l’observation participante, etc.

3Je pose donc en postulat de méthode que le choix de collecter des textes et celui de la méthode pour les traiter sont subordonnés au but poursuivi dans la recherche et à sa formulation théorique.

4Un corrélat en est que la bonne méthode d’analyse, c’est-à-dire la méthode la plus apte à la poursuite du but, peut varier d’un projet de recherche à l’autre. C’est là une manière de dire que je ne considère pas la démarche que je vais vous soumettre comme la panacée, mais comme un outil que j’ai sinon construit, du moins adapté en fonction de ma problématique de sociologue, et que je continue à réaménager de recherche en recherche. Dès lors, il me faut dire quelques mots de cette orientation de recherche.

2. Une problématique de recherche : ethos et orientation de l’action

  • 1 Dans Vieillesses, nous avons combiné une enquête par questionnaire standardisé sur échantillons alé (...)

5Mon intérêt théorique et mes champs d’investigation portent sur l’évolution socioculturelle d’une part, sur la relation entre culture, comportement et action sociale de l’autre. Dans cette perspective, l’analyse de corpus documentaires et d’ensembles de récits de vie me permet de dégager des modèles culturels et d’aller aux sources des orientations d’action d'un agent social. Pourquoi un peuple ou un individu réagissent-ils de telle manière et non de telle autre à un événement ? Pourquoi mettent-ils en place tel ou tel processus précis de régulation ou, au contraire, se révèlent-ils incapables d’affronter l’événement ? Tel est le genre d’interrogations que je me pose. Dans cet essai, on considérera le comportement individuel, mais la même démarche permet d’analyser les orientations d’action d’acteurs collectifs, des peuples, des communautés religieuses, des collectivités locales1.

6Dans le cadre de cet « exercice libre », j’ai choisi de traiter le récit fourni par un individu Claire — qui ne représente que soi-même (à la différence du cardinal Danneels qui représente une institution). Dès lors, comment concevoir un modèle opératoire qui permet d’exprimer les relations entre l’individu et son comportement ?

7Avec le développement des modèles quantitatifs, puis avec les possibilités offertes par l’ordinateur, l’analyse sociologique a fortement développé l’étude des covariations. On émet l’hypothèse que des attributs « lourds » de l’individu exercent une influence sur son comportement ; on en est venu peu à peu à définir implicitement l’individu comme un ensemble de « capitaux » : propriétés et ressources. Une fois établie la liste de ces derniers, on recherche les covariations qui les unissent aux types de comportement et d’action.

8Les ressources sont comptabilisées selon les domaines habituels : économique, familial, relationnel, socio-professionnel, culturel, et aussi somatique et psychique, etc. En fait, établir l’inventaire des ressources ne pose pas de problème majeurs. La difficulté commence avec l’opération de mise en relation de celles-ci. L’approche décrite ici peut établir des corrélations entre variables, mais ignore tout de la substance même des relations entre ressources. Quand le chercheur tente d’établir des équivalences entre variables et de dresser une table de pondération, il se heurte vite à un casse-tête absurde : deux années de scolarité sont-elles l’équivalent d’une classe de revenu ? Le compagnonnage d’un ami intime compense-t-il un handicap physique ? Cette approche prétend définir l'individu comme un système d’attributs, elle parvient tout au plus à proposer un « listing » des ressources. Pour utiliser une image, on connaît un certain nombre de pièces qui relèvent de l’être humain, mais on en ignore le plan de montage.

9Cela dit, l’inventaire des ressources me paraît une démarche indispensable. En elle-même, elle est insuffisante tant méthodologiquement que d’un point de vue anthropologique car elle réduit l’individu, par décomposition analytique, à l’état d’agrégat de propriétés. Il faut donc chercher à la compléter.

10Quittons ici la position de l’observateur pour tenter de se mettre dans la peau du sujet observé. Celui-ci a des ressources, mais qu’en fait-il ? Comment puise-t-il dans ce stock de possibilités et de savoirs dont il dispose ? Comment les synthétise-t-il au sein de cette totalité qui constitue son individualité ? Recourons encore à la métaphore : comment noue-t-il la gerbe que composent ces ressources ?

11Tenter de répondre à ces questions conduit à faire appel à une dimension de l’être humain qui, à la différence des « capitaux », ne se laisse pas saisir comme réalité segmentaire par une démarche analytique ; sa nature synthétique rend indispensable un abordage plus holiste. Mais comment nommer cette réalité, comment la qualifier ?

  • 2 Wirtschaft und Gesellschaft, Köln, Verlag Kiepenheuer und Witsch, 1964, tome 1, p. 3 (ma traduction (...)

12Appuyons-nous sur M. Weber, pour qui l'activité humaine est un comportement, « quand et pour autant que l’agent ou les agents l’associent à un sens subjectif. »2. Dit de manière lapidaire, l’action humaine est du sens mis en œuvre par un sujet. Dans cette perspective, entre les ressources dont dispose un agent et l’action qu’il déclenche intervient une médiation : le sens (synonyme ici de signification) ou plutôt le système de sens dont il est le porteur. Agir suppose un choix, en particulier celui de renoncer à toute autre action possible le temps de celle-ci. L’action qui répond à l’irruption d’un événement a pour condition une opération préliminaire de déchiffrage de l’événement qui comprend quatre facettes. L’événement doit être identifié, c’est-à-dire ramené à la catégorie du répertorié (cognition) ; l’événement reçoit une valeur : bon, désirable, neutre, à craindre, etc. (évaluation) ; il doit encore être investi d’attentes sur ce qu’il serait possible, souhaitable, d’en tirer ou de ne pas en tirer (projection). Enfin le processus de régulation mis en place suppose l’utilisation sélective des ressources (sélection). Celle-ci est loin de suivre systématiquement le modèle de rationalité par rapport au but poursuivi ; elle doit beaucoup aux valeurs et aux habitudes de l’individu. Le résultat de ce travail de cognition, d’évaluation, de projection et de sélection débouche sur la mise en place d’un processus de négociation de l’événement.

  • 3 M. WEBER. L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Paris. Plon, 1964 (original all. 1904-5 (...)

13Dès lors, il convient d’associer à l’ensemble des ressources ce principe d’interprétation et de signification que j’appelle ethos, empruntant ce concept à la tradition wéberienne3 et à l'anthropologie culturelle. Par ethos, j'entends l’ensemble des croyances, valeurs, normes et modèles qui orientent le comportement. Il est le noyau dur d’une culture, que celle-ci caractérise une société, un groupe ou une institution. L’ethos incorporé par un individu constitue son identité socio-culturelle.

Schéma 1. L’agent individuel : un modèle

Schéma 1. L’agent individuel : un modèle

3. Le récit de vie et l’analyse de l’ethos

14Le questionnaire standardisé me paraît un outil pertinent (mais pas unique) pour étudier la composition des ressources, mais le récit biographique me paraît être l'instrument privilégié de l’étude des ethos.

15Un récit de vie, ou d’un segment de vie, a pour caractéristique centrale la subjectivité. Dans le récit de vie, le locuteur est le héros de la locution. Cet énoncé en fait apparaître la double subjectivité : il s’agit d’abord de la vie du sujet (et l’on acceptera qu’il a quelque chose à voir avec sa vie ! Tel est le premier niveau de subjectivité) ; ensuite, deuxième niveau de subjectivité, il propose un récit, son récit de sa vie.

  • 4 Dans ce paragraphe, je condense le propos d’un article intitulé Récit de vie et connaissance scient (...)

16Cette subjectivité qui, selon beaucoup, constitue l’obstacle rédhibitoire à l’utilisation scientifique du récit de vie, en fait de mon point de vue tout l'intérêt4. Le récit de vie ne constitue-t-il un produit typique d’une régulation d'événement ? Au départ, il y a l’intervention d’un chercheur qui, pour telle ou telle raison, sollicite d’une personne qu’elle parle d’elle-même. Cette dernière procédera à une définition de la situation (au sens que Goffman et avant lui Thomas donnèrent à ce concept), puis, si elle accède à la demande, élaborera son récit dans le cadre du jeu d’interactions que constitue la suite d’entretiens.

  • 5 De ce point de vue, notons la différence essentielle entre les matériaux réunis au moyen d’un quest (...)

17Cette régulation, orientée par l’ethos du locuteur, débouche sur un produit fini : un récit, c’est-à-dire un ensemble de paroles conservables. Dès lors et c’est là mon hypothèse de travail — l’ethos qui oriente la régulation de l’événement s’extériorise dans le récit de vie pour s’y objectiver en constituant la trame. Cela est d’autant mieux le cas que le récit sera plus investi par la subjectivité du locuteur ou, si Ton préfère, par le locuteur en tant que sujet du récit5.

4. Un modèle opératoire de l’ethos

18L’analyse du récit suit une grille qui correspond au cadre formel de l’ethos. Nous sommes partis de l’idée simple selon laquelle la vie de l’homme s’inscrit dans un espace tri-dimensionnel, ces trois dimensions étant d’ailleurs interdépendantes et ne pouvant être distinguées que par l’artéfact de l’analyse : l’insertion de l’homme dans le temps, son insertion dans l’espace, son insertion sociale (cf. schéma 2).

Schéma 2. La notion d'ethos : un modèle « opératoire »

Schéma 2. La notion d'ethos : un modèle « opératoire »

19Dans la dimension temporelle, on distingue :

  • la relation au temps de sa vie : la phase du cycle de vie dans laquelle le sujet se situe, son orientation temporelle, etc. ;

  • l’historicité ou le temps de la société, c’est-à-dire la perception temporelle de la société ;

  • l’insertion du sujet dans l’historicité : la manière dont la personne perçoit l’articulation entre le flux historique et sa vie propre ; son intérêt pour ce qui se passe autour de lui, son mode de participation, sa perception du changement et de sa relation avec lui.

20La dimension spatiale est subdivisée ainsi :

  • les espaces familiers, ceux dans lesquels le sujet se sent chez soi et se meut à son aise ;

  • les espaces traversés, ces itinéraires ou boulevards que suit la personne pour relier les activités que l’espace sépare (domicile et travail, domicile et résidence secondaire, domicile ou travail et certains loisirs, etc.) ;

    • 6 Ces trois sous-dimensions sont empruntées à P. Mayor, in GIARD & MAYOL. L’invention du quotidien, t (...)

    les espaces interdits, ceux qui sont la propriété des autres et où l’on se sent étranger6 ;

  • les espaces imaginaires, des lieux où l’on a vécu et qui marquent la mémoire ; des lieux où l’on aimerait aller ; des lieux tabulés, rêvés, chargés de désir, de crainte.

21La dimension sociale distingue :

  • la relation à soi et à son corps (Je-je) ;

  • la relation à ces autruis avec lesquels le sujet entretient un rapport direct (Je-tu) ;

  • la définition sociale, les ensembles sociaux auxquels le sujet s’identifie et par conséquent ceux dont il se démarque (Nous-eux).

22Enfin, nous avons ajouté une quatrième dimension, qui n’est pas tant analytique qu’herméneutique : les clés d’interprétation. Y a-t-il, dans le récit, un mode de lecture de soi dominant ? Est-il de type plutôt sociologique (« Vous savez, nous les petites gens, qu’est-ce qu’on peut y faire ? »), plutôt psychologique (« avec le caractère que j’ai... »), plutôt cosmologique (« quoi qu’on fasse, on fait partie de quelque chose qui nous dépasse tous... »), etc.

  • 7 R. Barthes, Le degré zéro de l’écriture, Eléments de sémiologie, Paris, Gonthier, 1970 ; SIZ, Paris (...)

23Ce cadre oriente l’analyse en permettant la détection des informations pertinentes. Mais la reconstitution de l’ethos suppose la mise en relation des divers éléments ; l’ethos suppose une certaine forme de relation à l'espace, d’appropriation du temps et d’insertion dans l’historicité, qui forment le cadre structurant d'une compréhension de soi et d’une définition de l’appartenance sociale. Dans cette recherche des relations les plus significatives, je m'inspire de travaux de R. Barthes, A.-J. Greimas, L. Marin, etc. (isotopie, paradigme, syntagme, actant et modèle actantiel, etc.). Mais sans doute ces derniers ne reconnaîtraient-ils pas ici leur enfant, mon projet, bien différent du leur, m’amenant à prendre à leur égard bien des libertés7.

  • 8 Voici quelques brèves informations quant aux règles pratiques.
    a. J’ai l’habitude de numéroter les p (...)

24Cela dit, il est temps de donner la parole à Claire8.

Deuxième partie. Un exercice de style : le Récit de Claire

25On ne s’étonnera pas que mon choix se soit porté sur Le Récit de Claire, fragment de récit de vie produit dans un entretien apparemment conduit de manière peu directive. Ce n’est pas que d’autres textes n’auraient pu se prêter à des analyses d’ethos. Par exemple le cardinal Danneels exprime sans doute une variante d’un ethos institutionnel. Mais le lire m’a trop ennuyé pour que je le choisisse ! Le texte de « Cosmopolitan » me paraît, après deux à trois lectures rapides mais sans analyse réelle, exprimer assez typiquement l'ethos de la petite bourgeoisie intellectuelle (voir plus bas, troisième partie). Cela dit, de par ses conditions de production, le Récit de Claire s’apparente le plus à un type de matériau que je privilégie dans mon projet. De plus, sa lecture rapide m’a donné la sensation d’une dissonance, éveillant ainsi ma curiosité. C’est pourquoi je l’ai adopté.

26Notons que ce récit ne rend même pas compte d’un fragment de vie ; il n’est qu’un fragment de récit — quatre feuillets — et donc ne permet que d’esquisser une analyse. Enfin, j’aimerais préciser que je ne connais Claire que par ce fragment, ne disposant au moment de l’exposé oral d’aucune information extérieure à ces feuillets.

27Avant de poursuivre, je demande au lecteur de bien vouloir lire ou relire le « Récit de Claire ». (Cf. annexe 2)

1. L’application du modèle analytique

28Suivons la grille proposée afin de dégager les éléments concernant les divers axes.

a. Dimension temporelle

29Sans qu’il y ait d’éléments précis, Claire donne l’impression d’avoir la vie devant elle. Elle fait le bilan d’un échec, mais celui-ci n'est pas irréversible, il n’est pas l’échec de sa vie. On sait en plus que Claire avait 23-24 ans quand elle a rencontré Philippe et qu’ils ont vécu 8 ans ensemble [3,4,6]. (Relation au temps de sa vie).

30La société telle qu’elle est se voit explicitement opposer « un autre type de société », vers laquelle il faut « aller » ; Claire veut « contribuer à autre chose, chercher autre chose » [13] et c’est pourquoi elle participe à « l’alphabétisation » qui pour elle représente une forme de participation à la transformation de la société (par distinction des activités de charité qui semblent symboliser une pratique conservative du monde tel qu’il est). [11-13] (Historicité et insertion de sujet).

Paradigme 1 : Vision de la société et modèle de comportement individuel

Paradigme 1 : Vision de la société et modèle de comportement individuel

b. Dimension spatiale

31Le fragment fait référence à trois espaces :

  • l’espace domestique, celui du quotidien [16 ; cf.13] ;

  • l’espace où se pratique l’alphabétisation [12] ;

32Ces deux espaces sont familiers, mais le second constitue le point d’ancrage d’un espace imaginaire :

33- « l’autre type de société » [13].

34On peut proposer un deuxième paradigme, qui met en relation espaces familiers et mode d’insertion dans l’historicité :

Paradigme 2 : Historicité et espaces familiers

Paradigme 2 : Historicité et espaces familiers

35Nuançons : l'investissement dans l’espace domestique n’est pas automatiquement associé à une fermeture conservatrice, dans la mesure où il s’accompagne d’une « optique de vie » définie par deux traits : « être critique » et s’engager « pour une autre société » [11-13].

c. Dimension sociale

36Le « Récit de Claire » est, dans une grande mesure, une présentation de soi au cours de laquelle le locuteur affirme son individualité, sa personnalité. L'usage fréquent de la forme réflexive (« je me... ») souligne ce rapport à soi, son intimité, son intensité. (Je-je).

37On pourrait ici dresser la liste des occurrences que choisit Claire pour se décrire, mais on remarquera d’abord qu’elles sont le plus souvent énoncées dans une démarche comparatiste qui soit l’oppose soit l’identifie à un « tu ».

  • 9 On peut supposer que telle était la demande du chercheur ?

38Si la présentation de soi est importante ici, le fragment est en fait avant tout un récit de séparation9, donc centré sur la relation entre Claire et Philippe, telle que Claire la voit. Tout récit de vie (narration) est en même temps un bilan de la vie déjà vécue (évaluation) : le récit de séparation (narration) se double donc d’une évaluation du processus. Et on notera que ce récit-bilan de la relation entre Claire (C) et Philippe (Ph) fait intervenir deux autres personnages, deux autres relations fortes de C : sa mère (M) et son père (P).

39La présentation des relations je-tu se résume dans un système à quatre acteurs :

Paradigme 3 : Relation narrée, relations référentielles

Paradigme 3 : Relation narrée, relations référentielles

40Il n’est guère question de définition sociale dans ce fragment. On note au passage qu’on ne connaît la formation ni la profession d'aucun des quatre personnages du récit. Il est cependant une identification claire, associée à une démarcation tranchée, qui nous apporte un quatrième paradigme :

Paradigme 4 : L’identité sociale

Paradigme 4 : L’identité sociale

41Si maintenant on essaie de classer les personnages du récit dans cette dichotomie, dans une première approximation on obtient ceci [cf. 8] :

  • 10 La retranscription donne : [13] « c’est ces idées principales qui quittent une vie, ta vie tout de (...)

42d. Quant aux clés d'interprétation, on observe une dominante psychologique : « trouver l’énergie en soi », « lutter » [6], « la netteté de l’esprit » [16|, bref caractère et volonté sont les moteurs de la vie de Claire et aussi les critères du jugement de soi et des autres. A cela s’associe la notion de « principes » [6,8], de « l’optique de vie » [11], d’« idées principales » [1310, cf. 15,16), c’est-à-dire une orientation morale de la vie.

43Voilà ce que met en évidence l’application de la grille analytique de l’ethos ; on pourrait encore compléter cela en associant à chacun des couples (C-Ph ; C-M ; C-P ; P-M) les occurrences propres à chaque terme. C’est bien ainsi que j’ai procédé mais, dans cet exposé et pour éviter des répétitions, je préfère intégrer cela à la partie suivante.

44Dans le dernier paragraphe de la présentation de la grille d’analyse, j’ai attiré l’attention du lecteur sur le fait que l’essentiel ne réside pas dans l’énoncé des différents éléments, mais dans leurs associations et combinaisons. Les paradigmes illustrent cela : le premier, bien logiquement, ne traite que de la temporalité mais déjà le deuxième met celle-ci en relation avec l’espace ; le troisième définit le système d’acteurs et le quatrième propose une synthèse systémique qui dégage certains des nœuds forts de l’identité socio-culturelle de Claire.

2. Tâtonnements et mise en forme

La présentation de soi

45Cherchons maintenant à cerner la relation de Claire à elle-même, si l’on veut sa présentation de soi, dont on a vu qu’elle s’opérait par référence à trois autres personnages (Paradigme 4).

46C se présente par opposition à Ph. Lui est un être aliéné (dépression), dépendant (médicaments [6]), incapable de lutter, indécis (il ne sait pas qui il est, où il veut« aller dans la vie, malgré ses idées » [16], etc.). Elle, en revanche, est un être autonome, doté de maîtrise sur soi, car elle a l’énergie en elle, elle sait « lutter dans la vie » et elle a des « principes ».

47Arrêtons-nous sur ce terme « principe » car c’est l’utilisation qu’en fait Claire qui a suscité en moi le sentiment de dissonance que j’ai évoqué plus haut. A l’analyse, il apparaît que le lexème principe intègre dans le langage de C deux chaînes sémantiques distinctes.

Paradigme 5 : Les deux acceptions du lexème « principe »

Paradigme 5 : Les deux acceptions du lexème « principe »

48D’un côté, principe est synonyme de règles strictes de comportement, de préceptes de vie, d’impératifs catégoriques kantiens (« il faut trouver l’énergie en soi ») ; de l’autre, il s’agit d’orientations de vie, de valeurs-guides (« partager les mêmes buts, contribuer... à une autre société »). Peut-être direz-vous qu’une règle est associée à une valeur et qu’une valeur tend à être traduite par un ensemble de règles. Certes, mais la question est de savoir si, dans le langage de Claire, les principes-règles sont bien associés à ses principes-valeurs.

49Relevons ensuite que ce blocage entre règle et valeur, ou ce glissement du principe - règle au principe-valeur (et vice-versa) sont permanents dans le récit, et que ce phénomène a quelque chose à voir avec la relation entre Claire et sa mère, cette mère dont il est dit d’abord : « ...venant d’une mère stricte, je suis stricte et j’ai des principes aussi et je suis peut-être trop rigide pour certaines choses. » [6] (On notera que la fin de cette phrase contient le seul élément autocritique du fragment) ; ensuite : « elle était idéaliste, lui matérialiste, on ne pouvait plus matérialiste que lui, il ne pense qu’à l’argent et elle pense qu’aux principes » [8].

50Une mère à laquelle elle s’identifie jusqu’à souligner leur ressemblance, mentale et physique [10]. Une mère à l’opposé du père qui lui symbolise l’ensemble des « Eux », ceux dont l’univers se réduit au quotidien, au matériel, à l’argent [8 ; cf. 13, 2e partie] et dont elle se démarque vivement.

51C précise qu’elle n’a pas voulu répéter l’erreur de ses parents [8] ; elle a voulu construire son union sur des principes et des buts partagés [7] ; d’où la citation libre de la maxime de Saint-Exupéry — si fréquemment utilisée dans les milieux de jeunesse chrétienne — « S’aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder tous les deux dans la même direction » (cf. 8] ; et sur ce plan, elle pense aujourd’hui encore qu’elle ne s’est pas trompée avec Ph. [10]. Dans ce contexte, principe signifie idéal de vie, l’idéal cerné avec le paradigme 1.

52Le schéma 3 récapitule ces données.

Schéma 3. La présentation de soi

Schéma 3. La présentation de soi

La présentation du couple

53La présentation de soi est opérée par Claire dans une démarche comparative, faite de rejet (avec Ph), d’identification (avec M), de partage et d’opposition (avec Ph). Mais sur quelle base s’établit sa relation avec Ph, se construisent à la fois leur couple et leur séparation ?

54Dès le début, Ph est présenté comme l’objet d’une fascination horrifée (« attirance » [5, à la fin]). Avec sa dépression, ses médicaments, il est « l’inimaginable », « l’impossible », le territoire inconnu par excellence [2 ; cf. 4,6]. Il est un autre monde, ou plutôt « il y avait déjà un monde entre » eux [6].

55A un autre niveau cependant, le lieu de leur rencontre (l’alphabétisation) symbolise leur partage d’un même idéal de vie : mêmes principes, mêmes buts [7] ; ce qui est développé plus bas : « On a une optique de vie d’abord, ne pas vivre n’importe comment, d’être critique par rapport à la vie, de toujours tout remettre en question, de ne pas se braquer sur ce qui est matériel, de voir tout ce qui se passe dans le monde... » [11] et donc contribuer à une autre société [12s], On retrouve ici l’usage bivalent que C fait du terme principe : du côté des principes-règles, tout l’oppose à Ph ; en revanche, elle communie avec Ph dans les principes-idéaux de vie.

  • 11 On peut aisément compléter le modèle actantiel proposé par Greimas : l’adjuvant de Claire est le ca (...)

56La relation s’est construite sur la base d’un élément supplémentaire : la fascination qu’exerce Ph et son anti-monde sur C est, en quelque sorte, rationalisée en un projet : C va sauver Ph de son monde aliéné et le faire entrer dans le sien : « pendant huit ans, j’ai essayé de lui montrer ce que c’est que lutter dans la vie » [6], Voici, au sens de Greimas, la quête que définit C, quête dont Ph doit être le bénéficiaire et dont elle se fait le héros11. Schématisons cela :

Schéma 4. La présentation de la relation du couple

Schéma 4. La présentation de la relation du couple

L’échec de la relation : les trois explications

57Revenons à la bivalence du terme principe et faisons un pas de plus ; le lecteur aura peut-être relevé que les contenus dont Claire investit ce lexème se heurtent les uns avec les autres, au point même d’être parfois radicalement inversés et contradictoires selon qu’il s’agit d’un principe-idéal de vie ou d’un principe règle de comportement.

58Claire, on l’a vu, fait de la critique de la vie quotidienne et du monde, de la remise en question permanente, une orientation de vie cardinale [11]. Or, à aucun moment elle ne réévalue son attitude à l’égard de Philippe, et plus généralement à aucun moment elle ne se met en question ni ne doute d’elle. La seule critique porte sur une question de mesure (« peut-être trop rigide » [6]) mais pas sur l’attribut lui-même, à savoir sa rigidité. Claire est un monument de certitude de soi figé dans un immobilisme granitique. Ce qui était inimaginable voici huit ans l’est autant aujourd’hui, ce qui était inacceptable le reste et à ce propos, Claire ajoute, superbe : « Tu vois à quel point j’étais moi ! » [3].

59Et alors, pour l’analyste de plus en plus imprégné de ce texte, Ph, avec sa dépression, son indifférence, son indécision, commence à apparaître comme l’incarnation du principe de remise en question permanente, d’une remise en question si extrême qui le paralyse. C’est là sans doute une lecture de l’entre-les-lignes, mais on va voir que d’autres éléments apportent un peu d’eau au moulin de cette interprétation. Mais complétons d’abord le paradigme 5.

60Venons-en maintenant à l’explication que Claire propose de l’échec du couple. De fait, Claire va avancer trois types d’arguments.

61Le premier est celui que l’on attend dès la lecture des premiers paragraphes : malgré leur idéal partagé, leurs caractères étaient trop différents ou plutôt, elle en avait et lui pas ! Dans le dernier paragraphe, Claire dit : « On a beau avoir les mêmes idées mais tu sauras jamais poursuivre le même chemin » ; d’ailleurs, Ph n’est même pas capable de choisir un chemin [16]. De fait, Claire a voulu façonner Philippe à son image, le sauver de lui-même, et, Pygmalion déçu, elle constate son échec.

62La deuxième explication intervient au paragraphe [15]. En fait, c'est une explication-transition : elle prépare le décrochement de l’argumentation qui va suivre : les valeurs partagées seraient trompeuses, plus importantes seraient « les raisons qui provoquent ces idées » et qui peuvent être très différentes d’une personne à l'autre.

  • 12 Il serait intéressant ici d’écouter dans l’enregistrement la forme et le rythme que prend le dialog (...)

63Les valeurs dissimuleraient des motivations. Mais cette théorie de la motivation est à peine esquissée qu'elle est déjà négligée par Claire. L’enquêteur soutient son propos d’un : — « Oui, sans doute.. », mais elle ne l’écoute pas, apparemment, et enchaîne en écartant elle-même son argument12 : « Mais enfin, pour moi, ce n’est pas la raison de notre divorce. La raison de notre séparation, c’est l'impossibilité de la vie quotidienne. » [16]

64Ici, le lecteur est en droit d’être aussi surpris que Claire dit l’avoir été quand elle a découvert la pesanteur du quotidien (« Et ça, je n’y ai pas pensé, moi ! »). Après avoir fondé toute sa présentation de soi et de la vie sur la critique du quotidien, la réfutation du matérialisme, l’éloge de l’esprit critique, du partage des valeurs et de l'engagement en faveur d’une utopie sociale, voici maintenant le quotidien présenté comme la pierre d’achoppement du couple. Et voici Claire, dans une volte-face rhétorique, qui se présente en championne du quotidien et de sa cohorte de détails matériels.

65Dès lors, le schéma précédent (schéma 4) peut être modulé de la manière suivante :

Schéma 5. L’explication de l'échec

Schéma 5. L’explication de l'échec

66Et voici que dans la même opération, pour expliciter sa relation conflictuelle avec Philippe, Claire amenée à se situer — sans s’en rendre compte vraisemblablement — du côté de ce que son père symbolise : le pôle du matériel et du quotidien.

  • 13 Et probablement c’est ainsi qu’elle se voit et qu’elle voit son comportement : la propreté de son e (...)

67En fait, la surprise qu’elle a subie en découvrant la pesanteur du quotidien et l'étonnement que le retournement dans son discours provoque chez le lecteur, sont déjà contenus en germe dans l’usage ambivalent du lexème principe. Cette ambivalence lui permet de présenter comme unifié et non-contradictoire13 deux aspects de son être : celui de l’aspiration et celui de la détermination. Ses aspirations la portent vers un idéal de vie ouvert et critique, détaché du matériel, idéaliste. Sa détermination — et j’utilise ce mot ici dans le double sens de ce qui la détermine, ce qui a façonné son caractère et de ce qui la rend si déterminée, si sûre de ses vérités — fait d’elle ce monolithe de certitude et d’énergie, ce monument d'impératifs catégoriques indiscutables qui lui servent à enfermer la vie quotidienne dans un faisceau de règles et de préceptes.

68Et finalement, dans la vie pratique, quand un conflit éclate, la détermination l’emporte sur l’aspiration, l’idéal est escamoté au profit des contingences terre à terre du quotidien !

69On peut reprendre et compléter une troisième fois le paradigme 5.

Paradigme 5 ter : Claire entre l’aspiration et la détermination

Paradigme 5 ter : Claire entre l’aspiration et la détermination

70Sans doute n'ai-je pas épuisé le fragment ; sans doute aussi y a-t-il d’autres manières de le lire, associées à d’autres projets, mais voici en gros ce que je tire de ce récit de séparation qui s’ouvre sur une apologie des vertus du caractère (détermination) [1-6], continue par un plaidoyer pour un idéal partagé de vie, ouvert et critique (aspiration) [7-14], et s’achève par une reconnaissance de la pesanteur et de la primauté du quotidien (détermination).

  • 14 Cf. point 1 de la troisième partie, p. 57.

71Au terme de cette analyse, même si on a l’impression de connaître un certain nombre de choses à propos de Claire et de sa personnalité ce que, dans mon langage, j’appelle son identité socio-culturelle, il est évident que le fragment est trop court pour considérer que mes résultats sont « saturés » par l'information disponible. Quand on voit le nombre d’informations nouvelles contenues dans le paragraphe [16], richesse sémantique qui autorise les développements proposés dans le schéma 5 et le paradigme 5 ter, on ne peut pas spéculer sur ce qu’une suite aurait encore pu apporter ou ne pas apporter. (On reviendra sur la notion de saturation14).

72Cela étant souligné, pour pouvoir poursuivre l’exercice proposé, je fais « comme si » mes résultats étaient maintenant confirmés par un matériel beaucoup plus abondant qui, à partir d’un certain stade de l’analyse, n'aurait plus amené d’éléments significatifs nouveaux. L’étape suivante serait alors, selon mon projet de sociologue, de passer de l’identité socio-culturelle singulière de Claire pour en ramener le modèle à quelque ethos de classe, de génération ou de quelque autre groupement.

Troisième partie. De l’identité à l’ethos

73La démarche qui s’impose ici serait de confronter les résultats de l’analyse qui précède aux ethos que l’on peut inventorier dans la littérature (en tenant compte du contenu plutôt que de l’étiquette : intéressons-nous seulement aux travaux dans lesquels le terme d’ethos figure, mais aussi à ces études portant sur les identités sociales, les systèmes de représentations, les consciences collectives et de classes, les visions du monde et autres habitus). Je m’en tiendrai ici à un travail comparatif plus modeste. Je vais confronter l’analyse du « Récit de Claire » aux modèles d’ethos que nous avons dégagés au cours d’une recherche et dont d’ailleurs nous avons discuté la pertinence et la généralisation possible par une confrontation systématique à la littérature sociologique.

74Ce sera l’occasion, dans un premier temps, de donner quelques informations sur la manière dont nous avons procédé pour dégager par voie inductive une série d’ethos de classe. En deuxième lieu, j’en présenterai un, celui de la « petite bourgeoisie intellectuelle », qui paraît correspondre à l’identité de Claire. On verra cependant que les contradictions qui caractérisent Claire suggèrent quelques analogies avec un autre ethos, et la coexistence de ces deux modèles chez Claire nous donnera la matière d’une discussion.

1. Un exemple de construction empirique d’un modèle d’ethos

75La recherche à laquelle j’ai fait référence a été réalisée entre 1977 et 1984 (du moins la partie « terrain »). Elle avait pour objet les processus de « mise à l'écart et de dépendance des personnes âgées ». Dans un premier temps, nous avons passé un questionnaire standardisé auprès d’échantillons aléatoires stratifiés comprenant au total 1600 personnes âgées de 65 ans et plus. Une analyse rapide de ce matériel nous a permis d’établir une première classification des sujets selon leurs conditions objectives d’existence. Sur cette base, nous avons sélectionné, cette fois-ci selon des critères qualitatifs, 150 personnes au sein de l’échantillon-mère. Avec celles-ci, nous avons réalisé des entretiens semi-directifs dans lesquels elles n’avaient plus à répondre à des questions précises, mais à raconter leur vie actuelle. Le premier entretien avait comme déclencheur la question suivante : « Pouvez-vous nous raconter votre journée d’hier ? » Il s’y produisait ce que nous avons appelé « le récit de vie quotidienne ». Le second s’appuyait sur le repérage d’un événement majeur (retraite, hospitalisation, veuvage) ; on sollicitait un « récit de l’événement » et de ses suites. Nous l’analysions en tant qu’expression d’un processus d’une perturbation qui engendrait la mise en œuvre de procédures régulatrices. Au total, nous avons ainsi réuni 138 récits de vie (plus précisément de tranches de vie) au cours de 294 entretiens totalisant 385 heures. En retranscription, environ 10.000 pages...

  • 15 Cf. point 2 de la première partie, p. 38 à 40.

76Ce matériel a été analysé sous divers angles : celui des styles de vie que nous mettions en relation avec les conditions de vie décelées lors de l'analyse du matériel de l'enquête par questionnaire standardisé ; celui des types de processus « perturbation !régulation » (perspective apparentée aux travaux anglo-saxons portant sur le « coping with ») ; enfin celui des ethos, et de leurs relations tant avec les conditions et les styles de vie, mais aussi avec les modèles de régulation mis en œuvre. Nos résultats nous ont amenés à constater que la logique organisatrice du style de vie et aussi des procédures régulatoires — c’est-à dire la logique des comportements décrits — était inhérente à l'ethos. Cela me permet maintenant de compléter la définition de l’ethos proposé plus haut15, et qui le considérait du point de vue de son contenu (définition substantielle), par une définition portant sur ses fonctions : l’ethos est à la fois le principe organisateur de la vie quotidienne et le principe régulateur de l’événement.

77Pour analyser ces récits sans nous perdre dans les milliers de pages de retranscription, nous procédions à un premier découpage en regroupant les récits selon l’appartenance sociale : paysans, ouvriers, petits employés, cadres, dirigeants, bourgeois, etc. Dans chaque ensemble, nous distinguions hommes et femmes. Prenons le cas des petits employés. L’analyse de plusieurs récits nous a imposé le modèle que nous avons baptisé ethos du « Ça m’suffit ». Par la suite, nous l’avons retrouvé auprès de quelques petits indépendants, cadres moyens et aussi de certains membres de la maîtrise ouvrière. Ainsi, à la différence de ce que nous avions observé, par exemple dans la paysannerie de montagne ou dans la classe ouvrière, nous nous sommes rendu compte que ce modèle était associé moins à une classe sociale stricto sensu qu’à la détention d’une petite propriété d’usage (condition nécessaire, mais pas systématiquement suffisante au déploiement de cet ethos). Sans doute s'agit-il toujours de membres « petites classes moyennes », ensemble dans lequel l’employé de bureau est majoritaire, mais auquel se joignent des personnes appartenant à des catégories hétéroclites. En règle générale d’ailleurs, nous avons observé que la relation entre un ethos et des ressources objectives ou, si l’on veut, entre l’identification de classe et l’appartenance de classe, est de nature quasi mécanique quand la classe sociale présente des frontières précises (par exemple : paysannerie alpine, prolétariat, bourgeoisie) ; mais là où la frontière se transforme en lisière l’expression est de J. Remy et de L. Voyé — cette relation s'affaiblit pour ne plus être que tendancielle.

78Pour des raisons de maniabilité, nous commençons l’analyse par un récit qui nous permet de bricoler un premier modèle. L’analyse du récit suivant débouche-t-elle sur le même modèle ? Introduit-elle des éléments nouveaux ? Fait-elle apparaître un autre modèle ? Hypothèse acceptée puisque, on l’a vu, nous acceptons que la relation entre appartenance sociale et identité ne soit pas d’ordre mécanique. C’est ainsi d’ailleurs que certains petits possédants se sont révélés porteurs de l’ethos prolétaire, et quelques autres s’identifient à celui des cadres moyens. Au total, six dossiers ont dû être ainsi reclassés.

  • 16 Sur la notion de saturation, cf. D. BERTAUX, L’approche biographique, sa validité méthodologique, s (...)

79Au terme de l'analyse, notre corpus « ethos du Ça m’suffit » comprenait 20 récits provenant tous de petits possédants dont 14 employés ; de ces vingt dossiers,16 correspondaient précisément au modèle, quatre lui étaient apparentés mais introduisaient des variantes.

  • 17 Donnons ici quelques indications bibliographiques qui permettront au lecteur intéressé d’en savoir (...)

80Le nombre des récits réunis s’est révélé suffisant pour permettre la saturation des principaux modèles dégagés (six ethos de classe). On distingue ici entre la notion de redondance (Greimas), qui concerne le contenu du récit lui-même et désigne, au sein d’un récit, la répétition d’occurrences de sens, et la notion de saturation 16 qui porte sur la relation entre le contenu du récit et le modèle que construit le chercheur. Un modèle est déclaré « saturé » lorsque les données supplémentaires contenues dans un récit n’apportent plus d’informations nouvelles, donc ni suppléments, ni correctifs17.

2. La petite bourgeoisie intellectuelle

81Parmi les ethos que nous avons dégagés, celui qui est le plus proche de l'identité de Claire renvoie à la petite bourgeoisie intellectuelle.

82Nous entendons là un ensemble bien typé, caractérisé par l’exercice de métiers sociaux orientés vers la relation à autrui, voir le service d’autrui, métiers auxquels ses adeptes associent l’idée de vocation et qui supposent une formation scolaire poussée, aujourd’hui le plus souvent universitaire ou para-universitaire. Cet ensemble est composé de membres des professions para-médicales, des « intellectuels organiques » d’organisations idéologico-politiques ou religieuses, des enseignants et autres assistants sociaux.

83Les personnes qui en font partie n’estiment pas appartenir aux classes supérieures, mais plutôt aux couches moyennes. De fait, ils proviennent de toutes les classes sociales et ces variations dans l’origine nuanceront leur sensibilité et leur sentiment d’appartenance. Nous considérons pour notre part qu’ils forment un ensemble à la limite des classes supérieures. Objectivement ils relèvent des couches moyennes mais, subjectivement, ils affirment avec force une individualité, une identité de sujet, un sentiment de participation à la société et à son devenir, son histoire. Ils sont ainsi de ceux qui font l’histoire et non de ceux qui la subissent comme un destin (ce qui nous est apparu comme la ligne de démarcation idéologique entre dominants et dominés). Cela dit, à la différence des membres des classes dominantes qui considèrent la société telle qu’elle est tout en l’estimant perfectible, les membres de la petite bourgeoisie intellectuelle jugent la société présente à l’aune d’une utopie, celle de la société telle qu’elle devrait être.

  • 18 MANNHEIM. Ideology & Utopia. New York, Harcourt, Brace & C., 1960. p. 155.

84Bien que disant d’elles-mêmes qu’elles relèvent des strates moyennes, ces personnes pensent former une élite. Non pas celle de l’argent qu'ils méprisent (ce qui est parfois une forme dissimulée de l’envie) mais celle de l’esprit, l’élite de ceux qui pensent et qui s’interrogent. On peut évoquer ici Mannheim, et sa notion de « Freischwebende Intelligenz » empruntée à Weber. D’une certaine façon, ses représentants s'estiment au-dessus du système de classes, capables d’échapper à son déterminisme. Ici comme ailleurs, le récit de vie reçoit sa coloration spécifique. Le prolétaire et le paysan racontent ce que leur corps a mémorisé de la dureté, des souffrances et aussi des plaisirs de la vie. Le cadre supérieur commémore le sujet historique qu’il est ou qu’il a été. L’adepte de la petite bourgeoisie intellectuelle subordonne son récit à une glose sur la vie et sur le sens : il professe ce qu’il croit, ce pourquoi il vit.18

  • 19 C. BIDOU, Les aventuriers du quotidien, Paris, PUF, 1984, cf. p. 110-133.

85Dans ce milieu, on aime les choses de l’esprit, la musique, l’art et on joue souvent d’un instrument ; on a le culte du livre et aujourd’hui, parmi les nouvelles générations, on s’enthousiasme pour l’ordinateur ; on y est moderne. Le penchant esthétique évident est cependant subordonné au principe éthique. La culture n’est pas une fin en soi, même si elle embellit la vie ; elle est le support d’un attachement à des valeurs investies dans les activités, professionnelles ou non, au service de l'être humain, de l’humanité, de la société ou plutôt d’un projet de société. Ces valeurs auxquelles la vie est suspendue, sont présentées non comme un héritage, mais comme un choix intime, une vocation.19

  • 20 P. BOURDIEU, La distinction, Paris, Minuit, 1979, p. 225, aussi p. 196 ss., 363 ss., 524 ss.
  • 21 Cf. aussi D. RIESMAN et N. GASER, The Intellectuals and the disconted Classes, in D. BELL (ed.), Th (...)

86Dans notre recherche, nous avons rencontré une « ancienne » petite bourgeoisie intellectuelle ; divers travaux, dont ceux de Bidou nous permettent d’adapter le modèle aux nouvelles générations. Dans La distinction, Bourdieu présente les intellectuels comme « les fractions dominées de la classe dominante » qui vivent « la somme de leurs contestations nécessairement partielles comme la mise en question la plus radicale »20. Nous retrouvons ici, bien que l’accent soit mis sur son ambiguïté, ce que nous appelons le projet utopique de cet ensemble social21.

87Le schéma 6 propose une synthèse graphique de cet ethos.

Schéma 6. L’ethos de la petite bourgeoisie intellectuelle

Schéma 6. L’ethos de la petite bourgeoisie intellectuelle

88On reconnaît ici le portrait de Claire, ou du moins le premier portrait que Claire fait d’elle : l’attachement aux valeurs, l’esprit critique, le refus de l’enlisement dans le quotidien et le matériel, l’engagement pour un monde meilleur, l’investissement du couple avec son ancrage dans l’idéal. Manifestement, Claire relève de la petite bourgeoisie intellectuelle, du moins en tant que classe d’identification.

3. Claire et la pesanteur du quotidien

89Mais il est cette autre face de Claire, où principe ne rime plus avec avec idéal de vie mais avec règles de comportement. Des règles que Claire ne croit pas valables que pour elle, mais pour l’univers entier, au nom de l’évidence et de l’impératif catégorique. Claire avec sa rigidité, son incapacité de comprendre et même de s’imaginer essayer de comprendre, son refus de se mettre en question, son enfermement dans la conviction de sa propre certitude, sa volonté de soumettre l’autre à sa propre loi. Claire enfin, dans sa confession de l’importance des petites choses, du quotidien, du matériel qu’elle prétendait mépriser...

90Sans doute y a-t-il dans la petite bourgeoisie intellectuelle une esthétique du quotidien ; mais pas une maniaquerie du « propre en ordre » pour utiliser cette expression du terroir vaudois. On y rencontre une conviction, parfois un certain fanatisme idéologique, mais rarement cependant une dictature de la règle de comportement : on y défend une éthique plutôt qu’une morale.

91Cette face de l'identité de Claire nous fait penser à certains des traits d’un autre ethos, celui des petits possédants. Décrivons-le rapidement.

  • 22 Cf. point I de la troisième partie, p. 56.

92Dans le cadre de recherche, comme on l’a dit plus haut22, les petits possédants relèvent des petites classes moyennes et ont eu pour projet de vie l’acquisition d’une petite propriété d’usage. Ce but atteint, après beaucoup de sacrifices, le « Mon Rêve » s'est transformé en « Ça m’.suffit ». Leur ethos est caractérisé par un dualisme qui modèle l’espace, le temps et les relations à autrui.

93L’espace est divisé en deux grandes catégories. L’espace possédé du chez soi, du « Ça m’suffit », sur lequel se concentre l'essentiel des investissements et des activités. Récits d’aménagement, de bricolage, de jardinage et de nettoyage sans fin. A l'intérieur de ce territoire, le petit possédant affirme son statut de sujet. Il dit « je », « moi », il s'y veut le maître et s'y comporte souvent en tyran. (« Si un des enfants vient ici et ne respecte pas mes règles, il n'a qu'à pas revenir »). A la porte de son petit royaume commence le reste du monde, espace chaotique dans lequel, s’il doit s’y rendre, le petit possédant change d’identité pour disparaître dans la masse des anonymes, des « nous-les-petites-gens » « on n’y-peut-rien-changer ».

94Le même dualisme est appliqué à l'histoire (on peut penser que l'aménagement de l'espace est ici une forme de spatialisation de leur dualisme historique). Issus des milieux prolétaires, souvent même du prolétariat urbain, les petits possédants ont aspiré à une mobilité sociale individuelle basée sur un hyperconformisme envers les valeurs dominantes de la société industrielle. Ordre, discipline, travail, épargne, respect des hiérarchies établies et de l’autorité, voilà ce qui orientait leur vie et à quoi ils attribuent leur succès. Car, conscients d’être partis de peu, ils estiment que leur situation actuelle atteste leur victoire et que celle-ci est due à la stricte et persévérante application des grands principes.

95Mais voilà qu’aujourd’hui ces valeurs s’étiolent et que les pouvoirs qu'ils ont si bien servis ne savent plus les faire respecter. La modernité menace leurs valeurs comme elle leur semble menacer leur petit bien si chèrement acquis. D’une certaine façon, ils s’estiment trahis par la société qui n’est plus ce qu’elle était. D’où le mythe passéiste de la vraie société, la nostalgie d’un retour au passé, rêve le plus souvent refoulé hors du discours mais qu’attestent quelques éclats : « remettre l’Eglise au milieu du village » ; « les jeunes qui croient tout savoir », début d’une dérive sémantique : jeunes-étrangers-prostitués-voleurs drogués « qui n’ont rien à faire chez nous » et « pour qui on fait beaucoup trop » ; « un bon coup de balai, voilà ce qu’il nous faut » et « des vrais chefs ».

96On trouvera une synthèse graphique de cet ethos dans le schéma n. 7.

Schéma 7. L’ethos du « Ça m’suffit »

Schéma 7. L’ethos du « Ça m’suffit »
  • 23 Cf. P. BOURDIEU, Lu distinction, Minuit, Paris, 1979, p. 201 ss ; 398 ss ; voir aussi D. MERCURE, P (...)
  • 24 Pour un exposé plus détaillé, consulter l’article Les petits possédants... cité en note 17.

97Dans le cadre de notre enquête, nous avons saisi les personnes de ce milieu social dans une étape spécifique de leur vie : une retraite transformée en camp retranché. Mais l’examen de la littérature montre que cet ethos correspond bien à une fraction des petites classes moyennes et qu’il est homologue, dans sa structure, à la personnalité autoritaire (Adorno et al., Milgram). Ces petits possédants ont été trente à quarante ans plus tôt de typiques « petits bourgeois d’aspiration », avides de « s’arracher au présent » et construisant leur projet sur « l'opposition entre la maison et le café, l’abstinence et l’intempérance ». C’est en se comportant en « hommes du présent et du plaisir différés » qu’ils ont établi leur projet de conquête23. Mais voici qu’aujourd’hui, installés dans le symbole de leur réussite, ils se sentent menacés de dépossession par un monde qui leur est devenu étranger. Ces anciens petits bourgeois d’aspiration se savent aujourd’hui les membres d’une fraction de classe moyenne en déclin24.

4. Discussion : révision d’un modèle et idiosyncrasie de Claire

98Revenons à Claire. Il est évident que ce dernier modèle, saisi dans sa structure, ne correspond absolument pas à l’identité de Claire, ramenée également à sa structure. Cette dernière, clairement (le jeu de mots est involontaire, mais je le laisse...) est homologue à celle de l’ethos de la petite bourgeoisie. On trouve sans doute ici aussi un certain dualisme entre l’idéal de société et de vie, et la réalité du monde et de la vie présents. Mais il n’est pas de même nature et n’oriente pas le comportement de la même manière.

99L’identité de Claire présente bien, selon une organisation idoine, l’ensemble des traits qui configurent la structure de l’ethos de la petite bourgeoisie intellectuelle. Mais elle en comprend d'autres, qui sont soit une déformation ou une hypertrophie d’éléments de cette structure (par exemple l’attraction pour Philippe qui se transforme en un complexe de Pygmalion, un désir tyrannique de le soumettre à sa loi) ; soit des éléments étrangers voire même contradictoires (l’importance du quotidien, le rituel de la propreté). Or tous ces traits qui ne relèvent pas du premier ethos sont présents dans celui des petits possédants.

100Jouons le jeu jusqu’au bout, tout en sachant qu’en travaillant sur la base de quatre feuillets seulement, nous sommes depuis longtemps partis dans les étoiles... Mais continuons à faire « comme si » le modèle dégagé avait été saturé.

101On pourrait alors dire que l’identité de Claire — à ce stade de son existence — atteste son appartenance à la petite bourgeoisie intellectuelle, mais que cette identité est perturbée, parasitée par des éléments (non structurés entre eux) d’origine, d’influence, d’inclinaison — que sais-je ? petite bourgeoise.

102Mais ici l’exercice imposé m’entraîne à reconsidérer ce que je croyais être un acquis théorique. Divine surprise que de voir cet exercice imposé m'imposer quelque approfondissement théorique. Cette forme d'identité perturbée : exprime-t-elle l’idiosyncrasie de Claire, ou ne caractérise-t-elle pas une grande partie des membres de la petite bourgeoisie intellectuelle ? Cela du fait de la tension inévitable entre leur projet utopique et la réalité quotidienne, entre un idéal d’engagement et un désir de réussite sociale, entre une volonté critique et un penchant. Qui mieux que cette autre Claire, Brétecher, a illustré cette tension ? Dans notre étude sur la vieillesse, le problème typique qu’affrontaient les membres de ce groupe à ce stade de leur vie était celui de « la crise des valeurs », d’une interrogation, d’un doute s’exerçant sur les valeurs pour lesquelles on a vécu. L’analyse du récit de Claire me conduit à me demander si le modèle d’ethos présenté dans le schéma 6 n’a pas la forme d’une structure par trop close et statique. Ne devrait-on pas y introduire comme trait structurel — mais source d’une dynamique possible — la tension entre l’idéal et le réel, entre l’utopie et le quotidien ? Piste à suivre.

103En revanche, bien spécifique de Claire me paraît être cette manière de présenter comme unifié et cohérent ce qui est contradictoire. On a vu qu’elle y parvient par le jeu permanent de double dénotation du lexème principe. A un moment, Claire semble pourtant reconnaître qu’il y a là quelque chose de contradictoire (début de [16]) ; mais immédiatement elle nie qu’il en soit ainsi en argumentant sur la cohérence de son comportement à elle ([16] fin) : la propreté comme reflet de l’esprit. Or les membres de la petite bourgeoisie intellectuelle ont pour caractéristique non de nier la réalité de cette tension mais d’en rire, souvent même de rire à leurs dépens (ils sont d’ailleurs les principaux lecteurs de Claire Brétecher), de montrer un certain détachement (savoir faire « la part des choses »), parfois d’incliner au cynisme. Claire n’est assurément pas cynique ; l’humour ni le détachement ne sont cependant pas son fort.

Conclusion. Quelques repères dans un itinéraire

104Qu'on me permette une observation sur un fait quelque peu paradoxal. Les organisateurs ont invité quelques chercheurs à présenter, à travers un exercice imposé, quatre méthodes qualitatives d’analyse de contenu. Or il se trouve qu'aucun des conférenciers n’affiche l’étiquette de méthodologue ; spécialistes nous le sommes tous, mais plutôt dans tel ou tel champ de la sociologie. Et c’est à ce titre, en fonction d'un objet et d'une problématique de recherche, que nous en sommes venus à pratiquer l’analyse de contenu sous telle et telle forme.

105De plus, le participant au colloque comme le lecteur de cet ouvrage le remarqueront aisément, si tous nous associons à la méthode présentée un ou plusieurs noms de référence, chacun se sait être un hérétique de la méthodologie en ceci que vraisemblablement, aucun des maîtres cités ne retrouverait son petit dans nos présentations. Cela s’explique aisément, à mon sens, par le fait que l'outil choisi a dû être profondément réusiné avant de se montrer efficace dans le cadre de nos problématiques de recherche. D'ailleurs, chaque recherche en cours conduit à le perfectionner grâce à l’expérience qu’elle apporte et chaque nouvelle recherche exige qu’il soit adapté à son projet spécifique.

106Dès lors il peut y avoir quelque intérêt à retracer l'itinéraire de recherche qui débouche sur cette présentation (dont on espère d'ailleurs qu'elle ne marquera pas la fin du parcours, mais une nouvelle étape !).

107C’est en Amérique latine, vers la fin des années soixante, que j’ai commencé à recourir à des méthodes d'analyse de contenu. J'y étudiais les mouvements religieux protestants, ce qui conduisait naturellement à s’interroger sur les systèmes symboliques et à en réunir les supports matériels (en particulier la production écrite). De même, j’accumulais tout un ensemble de matériaux transmis oralement puis transcrits (entretiens semi-directifs, récits de conversion, récits de vie...).

108Quel traitement convenait-il de leur appliquer ?

109Les études de théologie protestante que j’avais conduites parallèlement à celles de sociologie m’avaient rompu à l’exégèse et à l’analyse littéraire du texte et la lecture d’un R. Barthes me remémorait mon émerveillement à l’écoute de ces maîtres (F.-J. Leenhardt pour le Nouveau Testament, R. Martin-Achard pour l’Ancien) qui, lisant en langues mystérieuses des textes obscurs, en faisaient jaillir du sens, pléthore de sens. Pourtant, l'orientation scientifique de ma formation gymnasiale me rendait particulièrement sensible à la subjectivité de certaines analyses, subjectivité qui devient évidente quand on parcourt la littérature et qu’on constate la diversité des interprétations. Et je voyais aussi — le sociologue pointait l’oreille — que cette subjectivité n’attestait que bien rarement une liberté et exprimait le plus souvent une soumission : chacun des spécialistes ne voyait-il pas dans le texte ce que son église voulait qu'il y trouvât ? Et par la suite, je découvris que cette tendance se retrouvait, tout aussi marquée, dans les chapelles politiques et idéologiques. Or cela ne m’intéressait pas. Je n’attendais pas d’un texte qu’il me confirmât dans mes convictions mais qu’il m’enseignât quelque chose de nouveau. C'est d’ailleurs toujours ce que j’attends d’une recherche et ce pourquoi la recherche me passionne : non tant de vérifier une hypothèse mais de m’amener à en formuler une nouvelle ; non tant de confirmer ce qui est clair, mais d’apporter quelque clarté à ce qui est obscur ou aussi d'obscurcir quelque conviction que l’on croyait bien établie. J’attends de la recherche, de mon sujet d’étude, qu’ils opèrent sur moi une sorte d’opération de dévoiement en m’entraînant vers quelque terre inconnue. C’est alors que surgit un sentiment d’émerveillement devant ce pan d’humanité qui se dévoile au chercheur.

110Dès lors, je ressentais le besoin d’une entente sur la méthode, d’un accord sur le choix du « chemin vers » (étymologie de « méthode ») comme critère de pertinence du résultat, comme garde-fou qui rend possible le partage du savoir construit et son contrôle par autrui.

111L’application — aussi minutieuse qu’ennuyeuse — d'analyses quantitatives de contenu — m’amena à observer qu’elles ne faisaient trop souvent apparaître que ce qui était évident dès l'origine. Cela renforçait le doute que j'éprouvais dans une Faculté des Sciences économiques et sociales toute émerveillée devant les méthodes quantitatives et qui se précipitait autour du berceau de l’ordinateur, objet nouveau dont on attendait qu’il confortât l’empire du chiffre. Tout en étant sensible à l’élégance du raisonnement mathématique et émerveillé devant les possibilités ouvertes par l’ordinateur, je n’arrivais pas à être convaincu que l’argument de vérité devait nécessairement prendre la forme du nombre.

112Plus précisément, j’observais qu’accepter le nombre comme exclusif critère de vérité conduisait le chercheur à borner sa curiosité au moyen de solides œillères qui l’amènent à ne plus s’intéresser qu’à ce qui est chiffrable. Or la société est pour une part décisive constituée d’univers de significations dont les méthodes quantitatives actuelles n'autorisent que très partiellement l’exploration. Le souci de rigueur associé à la volonté de subordonner la méthode à l'objet (et non l'inverse, comme conduit à le faire l’application aveugle de méthodes quantitatives) m’orientait alors vers des méthodes de formalisation non quantitatives.

113En Amérique du Sud, je fis la connaissance d’Armand et de Michèle Mattelart qui entamaient alors une série de travaux sur les univers idéologiques. Nous partagions les mêmes questions de méthode, échangions nos doutes, nos références, nos lectures. C’est dans ces années que nous avons dévoré Barthes et Greimas, lu Fagès et bien sûr, les auteurs de référence, Propp et Lévi-Strauss. Pourtant, nous avons assez vite perçu que notre projet n’étaient pas celui des structuralistes et que peut-être aussi, notre épistémologie n’était pas la leur. Eux sont en quête (Barthes excepté) de quelque structure fondamentale, incarnation de l’activité de l’esprit — qu’il leur arrive d’écrire avec une majuscule. Notre objectif était — et reste — de dégager des structures culturelles, qui résultent de la pratique sociale dans un système social donné, et qui orientent cette praxis.

  • 25 A. Mattelart a rédigé une présentation de cette adaptation dans A. Mattelart et alii, Los Medios de (...)

114D’autre part, dans cette quête de structures élémentaires ou fondamentales, leur méthode se faisait à la longue bien lourde et confuse, et nous nous perdions gaiement dans son labyrinthe une fois passé le neuvième changement d’isotopie et enjambée la treizième permutation ! Pourtant il nous paraissait avoir trouvé là un outil intéressant, moyennant tout un travail de reprise adaptative25.

115De retour en Europe dans les années septante, la rencontre avec Jean Remy et la lecture des travaux qu’il réalisait alors avec J.-P. Hiernaux marquent un autre repère, tant la parenté est grande entre nos intérêts, nos problématiques et aussi, finalement, les méthodes mises au point d’analyse de contenu.

  • 26 E. LAZEGA et M. MODAK, Récits de vie quotidienne et problématique de l’énonciation, in Recherches s (...)

116J’ai largement présenté ici la recherche menée en Suisse auprès des personnes âgées (cf. supra, p. 55 à 57) qui a conduit à formaliser les procédures analytiques se rapportant aux ethos. J’aimerais dire ici que cette recherche a été l’occasion d’un autre et très fructueux compagnonnage, avec Jean Kellerhals cette fois et que le dessin méthodologique de l’entreprise lui doit beaucoup. Deux jeunes chercheurs ont collaboré de manière très intense et créative à la partie « récits de vie ». Il s’agit de Marianne Modak et d’Emmanuel Lazega qui en ont d’ailleurs tiré d’intéressantes notations concernant la théorie de l’énonciation26)

Post scriptum

117Les méthodes qualitatives demandent à être utilisées selon un mode d’emploi rigoureux, mais non pas rigide. Sans doute choisit-on l’outil en fonction de la nature des faits et données que l'on veut analyser ; sans doute va-t-on préparer les données pour qu’elles soient saisissables par l’outil, mais on n’évitera jamais, lors de chaque nouvelle recherche, de devoir adapter l’outil à son projet et à ses matériaux.

118J’insiste là-dessus car il arrive qu’un étudiant ou un chercheur me demande de lui enseigner « ma méthode d’analyse de contenu pour qu'il puisse l’appliquer dans son travail. Je peux sans doute lui montrer comment je travaille, et travailler avec lui. Mais s’il applique — au sens de reproduire — mécaniquement ma méthode sa recherche prendra à coup sûr une tournure affligeante. Il devra commencer par s’approprier « ma » méthode en la bricolant afin de l’adapter à son projet de recherche. S’il réussit dans son entreprise, la méthode utilisée sera alors « sa » méthode.

Notes

1 Dans Vieillesses, nous avons combiné une enquête par questionnaire standardisé sur échantillons aléatoires avec des entretiens biographiques sur un sous-échantillon. L’héritage et Vieillir ou la vie à inventer résultent d’une reprise approfondie de ces récits de vie. Dans ces recherches, nous considérons ici avant tout l’individu. En revanche, Le mythe du travail en Suisse repose sur l’analyse de onze corpus qui couvrent la période allant de 1918 à 1981, chacun se rapportant à un débat de portée nationale concernant le monde du travail. Nous analysons donc l’évolution et la mutation d’une forme culturelle associée à une société globale. La perspective est donc d’ordre macrosociologique. (Des références bibliographiques plus précises sont données plus bas, dans la note 17).

2 Wirtschaft und Gesellschaft, Köln, Verlag Kiepenheuer und Witsch, 1964, tome 1, p. 3 (ma traduction).

3 M. WEBER. L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Paris. Plon, 1964 (original all. 1904-5) ; N. ELIAS, La société de cour, Paris, Calmann Lévy, 1974, p. 47ss. (original all. 1969).

4 Dans ce paragraphe, je condense le propos d’un article intitulé Récit de vie et connaissance scientifique, in Recherches sociologiques, XVI/2, 1985.

5 De ce point de vue, notons la différence essentielle entre les matériaux réunis au moyen d’un questionnaire fermé et le récit de vie produit dans le cadre d’entretiens les moins directifs possible. Dans le premier cas, le cadre épistémique est imposé par l’équipe de recherche qui a organisé son questionnaire en fonction de ce qu’elle veut savoir. L’enquêté ne fait que fournir des informations ponctuelles. Dans le second, le cadre épistémique est construit dans la situation d’entretien, le locuteur y contribuant de manière d’autant plus décisive que l’entretien sera moins directif.
Il convient de souligner mieux que je ne l’ai fait dans l’article cité dans la note précédente, l’importance d'une stratégie de non-directivité. Il est essentiel que le locuteur, une fois l’objectif défini et compris, ait le maximum de latitudes pour construire son récit à sa guise, pour définir lui-même la situation, divaguer en toute liberté et ainsi investir le récit. Ainsi, et ainsi seulement, son ethos s’objectivera-t-il en filigrane dans son récit. Le modèle à suivre, une fois donné un thème, est celui de l’entretien psychanalytique (interprétation et projet thérapeutique en moins !) au cours duquel les relances consistent essentiellement en une reprise de ce que dit le locuteur.
Cette précision est importante, car l’approche biographique peut également être effectuée selon des entretiens dirigés « sous haute surveillance », voir même sur la base de questionnaires. Je dois à Madame Bernadette Bawin-Legros d’avoir été rendu attentif à cette question.

6 Ces trois sous-dimensions sont empruntées à P. Mayor, in GIARD & MAYOL. L’invention du quotidien, t. 2, Habiter, cuisiner, p. 65 ss., Paris, UGE, 1980.

7 R. Barthes, Le degré zéro de l’écriture, Eléments de sémiologie, Paris, Gonthier, 1970 ; SIZ, Paris, Seuil, 1970 ; L’analyse structurale du récit, in Recherches de science religieuse, 58/1, 1970 ; A.J. Greimas, Sémantique structurale, Paris, Larousse, 1966 ; L. Marin, Essai d’analyse structurale d’Actes, 10.1-11.18, in Recherches de science religieuse, 58/1. 1970. Je préciserai encore, en conclusion, les influences théoriques et méthodologiques.

8 Voici quelques brèves informations quant aux règles pratiques.
a. J’ai l’habitude de numéroter les phrases du texte, histoire de m’y retrouver ; cette numérotation vise uniquement à la commodité pratique et elle est totalement arbitraire. Comme unité de numérotation, j’utilise la phrase. Le texte du « Récit de Claire »qui m’a été fourni est numéroté par paragraphe. Je n’ai pas voulu modifier cela, mais à mon avis plusieurs unités sont trop grandes pour que la numérotation serve à s’y retrouver rapidement. Par ex. [16] comprend 32 lignes de texte !
b. Je procède à diverses lectures du texte, plus ou moins rapides et flottantes, avant d’en commencer l’analyse.
c. S’il est possible de travailler en équipe (ce qui est hautement souhaitable), nous commençons par travailler tous un premier texte, mais chacun pour soi. Nous comparons et discutons nos résultats ; puis nous passons à un second, puis à un autre, le temps qu’il faut pour accorder nos sensibilités et les mettre au service du projet collectif. Puis (pour des raisons évidentes d’économie de temps), nous nous répartissons le travail, mais chaque récit doit faire l’objet d’une double analyse. (Cette dernière règle n’a pas été appliquée dans le cas de l’analyse proposée ici du « Récit de Claire »).

9 On peut supposer que telle était la demande du chercheur ?

10 La retranscription donne : [13] « c’est ces idées principales qui quittent une vie, ta vie tout de même » ; ne faut-il pas entendre « qui guident... » ? A vérifier dans l’enregistrement. Si lapsus il y a, celui-ci prend tout son sens dans le cadre du propos final de Claire, au § [16] (cf. p. 51 à 54). Mais le lapsus me paraît trop énorme et je préfère adopter l'hypothèse d’une erreur de transcription.

11 On peut aisément compléter le modèle actantiel proposé par Greimas : l’adjuvant de Claire est le caractère, l’énergie ; son opposant, les médicaments et l’indifférence de Ph.

12 Il serait intéressant ici d’écouter dans l’enregistrement la forme et le rythme que prend le dialogue, et l’intonation de Claire. Rappelons que le passage de l’entretien à la retranscription implique la réduction d’un discours qui utilise trois registres (le langage gestuel, mimique ; le registre de l’intonation ; le langage verbal). L’enregistrement conserve les deux derniers, la retranscription le troisième seulement.

13 Et probablement c’est ainsi qu’elle se voit et qu’elle voit son comportement : la propreté de son environnement quotidien reflète, dit-elle, « ce qui est intérieur à toi », cet intérieur qu’elle veut propre et net, ouvert au monde et critique.

14 Cf. point 1 de la troisième partie, p. 57.

15 Cf. point 2 de la première partie, p. 38 à 40.

16 Sur la notion de saturation, cf. D. BERTAUX, L’approche biographique, sa validité méthodologique, ses potentialités, in Cah. Int. Soc., LXIX, 1980, p. 197-226 : B.G. GLASER & A. STRAUSS. The Discovery of Grounded Théories, Chicago, Aldine, 1967 ; K. PLUMMER. Documents of Life, London, Allen & Unwin, 1983.

17 Donnons ici quelques indications bibliographiques qui permettront au lecteur intéressé d’en savoir plus sur cette recherche.
La présentation des méthodes adoptées et des principaux résultats se trouvent dans LALIVE d'EPINAY, CURISTE. COENEN-HUTHER. HAGMANN, JEANNERET, JUNOD. KELLERHALS. RAYMOND. WIRTH & WURSTENBERGER, Vieillesses. Situations, itinéraires et modes de vie des personnes âgées aujourd’hui, Lausanne, éd. Georgi, 1983, 536 p. Cet ouvrage est aujourd'hui épuisé, mais on peut se le procurer en prêt inter-bibliothécaire. Sur la méthode utilisée pour l’analyse des ethos (que nous appelions alors des « images-actions »), voir les pages 33-59 et 302-399.
Des analyses plus approfondies de certains points ont été présentées dans diverses publications : L’hédonisme stoïque de la culture populaire, in Revue Suisse de Sociologie, 9/1 : 169-185,1983, (avec J. Kellerhals et M. Modak) pour les prolétaires ; dans L'esprit totalitaire chez les petits possédants », in Cah. Int. Soc., LXXXI. p.325-344, avec Cl. Bolzman & M. Modak, nous confrontons l’ethos du « Ça m’suffit » aux travaux portant sur les strates moyennes d'une part, sur la personnalité autoritaire, le fascisme et les mouvements xénophobes ou d’extrême-droite d’autre part. Dans Temps, espace et identité socio-culturelle, in Revue Internationale des Sciences Sociales, 107, p. 97-113, 1986), je propose une typologie des ethos de trois classes dominées à partir des paramètres temps et espace. Enfin, dans Temps et classes sociales, (in Pronovost et Mercure : Temps et Société, no 15 de Questions et Culture, Québec, 1989, p. 223-259), j’élargis cette typologie à un ensemble de classes ou fractions de classes dominantes, tout en confrontant systématiquement les modèles d’ethos aux informations fournies par la littérature scientifique.
Notons ici qu’une généralisation de nos résultats, par exemple à l’échelle des sociétés industrielles occidentales, doit évidemment tenir compte de trois réalités : la première découlant de la localisation géographique de la recherche (spécificité de la structure sociale en Suisse) ; la seconde relevant de la définition générationnelle de la population étudiée (on sait que la bourgeoisie d’avant-guerre n’est pas la même que l’actuelle, que les classes moyennes se gonflent et se diversifient, que la paysannerie disparaît,...) ; si ces deux réalités se retrouvent dans toute étude de terrain, la troisième pose un problème particulier : la population enquêtée n’est pas saisie, comme c'est l'usage dans ce genre de travaux, dans la « force de l'âge », mais à la soixantaine passée. Ces questions sont discutées dans le dernier texte cité.
L’article cité en note 1 (publié dans Recherches sociologiques, XVI/2) présente les fondements théorico-épistémologiques de la démarche biographique adoptée. Le séminaire de Bruxelles me donne maintenant une excellente occasion de préciser et d’illustrer les procédures méthodologiques d'analyse. D'autre part, l'ancrage des récits produits dans la réalité de la vie quotidienne m’a amené à préciser cette notion dans La vie quotidienne. Essai de construction d'un concept sociologique et anthropologique, in Cah. Int. Soc., LXXIV, 1983, p. 13-38.
Enfin, deux volumes en voie de publication sont entièrement fondés sur l’approche biographique et le matériel fourni par les récits réunis. Tout d’abord : L'héritage. Récits de vieillesse en pays alpin, (avec Michèle Lalive d’Epinay), à paraître chez Georg, Genève, premier trimestre 1990, qui porte sur les derniers témoins de la civilisation alpine. Ensuite, cette sorte de traité de sociologie de la vieillesse : Vieillir, ou la vie à inventer, à paraître à Paris, éd. de l’Harmattan, fin 1990.

18 MANNHEIM. Ideology & Utopia. New York, Harcourt, Brace & C., 1960. p. 155.

19 C. BIDOU, Les aventuriers du quotidien, Paris, PUF, 1984, cf. p. 110-133.

20 P. BOURDIEU, La distinction, Paris, Minuit, 1979, p. 225, aussi p. 196 ss., 363 ss., 524 ss.

21 Cf. aussi D. RIESMAN et N. GASER, The Intellectuals and the disconted Classes, in D. BELL (ed.), The Radical Right, N. Y., Anchor Books, 1964, p. 105-106.

22 Cf. point I de la troisième partie, p. 56.

23 Cf. P. BOURDIEU, Lu distinction, Minuit, Paris, 1979, p. 201 ss ; 398 ss ; voir aussi D. MERCURE, Position sociale et représentation de l'avenir, in Recherches sociologiques, XVIII/3. 1987.

24 Pour un exposé plus détaillé, consulter l’article Les petits possédants... cité en note 17.

25 A. Mattelart a rédigé une présentation de cette adaptation dans A. Mattelart et alii, Los Medios de Comunicacion de Musas, Santiago, CEREN, mars 1970, chap. 1. En français, on connaît de lui son étude sur l’univers des bandes dessinées de Walt Disney : Donald l'Imposteur, Paris, éd. A. Moreau, 1976. En ce qui concerne mes travaux sur les univers symboliques religieux, citons : Pénétration culturelle et presse religieuse, Cuernavaca, Mexique, CIDOC. 1971 ; Religion, culture et dépendance en Amérique latine, in Arch. Soc. des Rel. 32, p. 121-141,1971 et enfin cette synthèse de mes recherches en Amérique latine : Religion, dynamique sociale et dépendance, Paris-La Haye, Mouton. 1974.

26 E. LAZEGA et M. MODAK, Récits de vie quotidienne et problématique de l’énonciation, in Recherches sociologiques, 13, 1-2, 1982 ; Le cérémoniel des présentations prolongées, in Revue Suisse de Sociologie, 9/1, 1983.

Table des illustrations

Titre Schéma 1. L’agent individuel : un modèle
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Schéma 2. La notion d'ethos : un modèle « opératoire »
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Paradigme 1 : Vision de la société et modèle de comportement individuel
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Paradigme 2 : Historicité et espaces familiers
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Paradigme 3 : Relation narrée, relations référentielles
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Paradigme 4 : L’identité sociale
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Paradigme 4 bis
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Paradigme 5 : Les deux acceptions du lexème « principe »
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Schéma 3. La présentation de soi
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Schéma 4. La présentation de la relation du couple
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Paradigme 5 bis
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Schéma 5. L’explication de l'échec
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Paradigme 5 ter : Claire entre l’aspiration et la détermination
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Schéma 6. L’ethos de la petite bourgeoisie intellectuelle
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Schéma 7. L’ethos du « Ça m’suffit »
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/16687/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540