Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

I. Quatre méthodes d'analyse de contenu

L’herméneutique collective1

Michel Molitor

Texte intégral

Exposé théorique

  • 1 La première partie de ce texte est une nouvelle version modifiée et complétée du chapitre « A prop (...)

1Depuis quelques années, on assiste au développement d’approches méthodologiques nouvelles — souvent à caractère interprétatif, comme l’ethnométhodologie, l’interactionnalisme symbolique, la phénoménologie schützienne, etc. C’est dans cet ensemble qu’il faut situer l’herméneutique collective qui s’est développée à partir des travaux de sociologues allemands — notamment Ulrich Oevermann et son herméneutique objective ou encore l’application particulière qui en a été faite par des chercheurs comme Rainer Zoll. On verra que cette méthode présente un certain nombre de points communs avec diverses démarches interprétatives développées dans d’autres contextes. Elle présente cependant suffisamment de particularités pour qu’on s’y arrête un moment.

La méthode et ses objectifs

2De manière synthétique — on y reviendra plus longuement ultérieurement—, on dira que l’herméneutique collective est une méthode d’interprétation collective de textes — particulièrement, mais non exclusivement, de récits socio-biographiques qui vise à faire émerger le sens latent contenu dans le discours d’un individu et, par là, à remonter à ses représentations, à ses structures de conscience. L’objectif que l’on poursuit n’est pas de connaître le sujet qui parle mais de comprendre sa relation à un certain nombre d’objets sociaux ou de situations sociales (par exemple, la crise, le travail) et de remonter ainsi aux structures sociales. Ce n’est donc pas à l’individu concret dont on analyse le discours que l’on s’intéresse, mais bien à ses représentations sociales ou encore à ce que l’on pourrait appeler les « explications socialement répandues et qui donnent un sens à la réalité » dont il se fait le relais en les traduisant dans les catégories de son expérience, de sa subjectivité. La formule de Ferrarotti s’applique bien ici : l’individu comme expression singulière d’un univers social. Retenons donc cette première définition : l’herméneutique collective est une méthode d’interprétation collective de textes qui vise à repérer des structures de conscience, des représentations. Cette définition lapidaire comporte trois points de repère (au moins) qu’il faudra largement expliciter :

  • une méthode collective : la dimension collective de l’interprétation est une originalité dont il faudra expliquer les vertus particulières ;
  • le texte — ou le récit socio-biographique — est le matériel privilégié sur lequel on travaille. Il nous intéresse dans la mesure où l’on estime qu’il contient un sens latent dépassant les intentions du locuteur et qui reflète les structures sociales ;
  • l’objet sur lequel on travaille : des représentations ou des structures de conscience.

3Les structures de conscience — ou les représentations — ne constituent pas, pour tous les chercheurs, des objets sociologiques privilégiés. Pourtant, il semble difficile d’étudier des comportements ou des conduites sans s’interroger sur les structures de conscience des individus (des sujets), sauf à penser que leurs conduites sont de pures réactions à des stimulations externes ou à des contraintes structurel les. On se rappellera que les « structures de conscience » sur lesquelles on travaille ne doivent pas être comprises ici comme des « caractéristiques » des sujets mais bien comme la manière dont les sujets expriment leur relation à un objet ou à un problème social. L’objectif est de comprendre ce rapport, non de connaître le sujet.

Une réponse aux enquêtes d’attitude

4Une des caractéristiques dominantes de l’herméneutique collective est son adéquation (ou son rendement singulier) par rapport à l’objet étudié ou aux perspectives théoriques qu’elle sert. Cette particularité apparaît plus clairement encore lorsqu’on examine la question des a priori méthodologiques ou des hypothèses, et les thèmes auxquels elle est susceptible de s’appliquer.

5Ces deux points sont d’ailleurs souvent mêlés. Parmi la gamme des hypothèses fondatrices, trois points doivent être soulevés ici :

  • la référence négative aux recherches d’attitudes,
  • les structures de conscience comme objet d’analyse sociologique,
  • la méthode de mise au jour du sens caché contenu dans les textes reproduisant les entretiens ou les récits.

6On résumera la critique des recherches d’attitudes en quelques points :

  • Les enquêtes d’attitudes aboutissent souvent à ne qualifier que des jugements de valeur. On opère une confusion entre une opinion et une attitude ; en d’autres termes, on mélange un avis (nécessairement variable) et une relation à un objet social. En réalité, on ne parvient à saisir ni la structure de conscience qui organise le rapport à l’objet social, ni le rapport lui-même. Au contraire, on y substitue une opinion qui n’est, le plus souvent, que la reproduction d’une sorte de stéréotype social.
  • Les recherches d’attitudes risquent donc de ne saisir que la répartition quantitative d’une opinion ou de l’idéologie dominante présupposant une similitude des interviewés que l’on vérifiera — à tort, bien évidemment — à partir de l’identité des réponses.
  • Le concept d’attitude se réfère à des individus pris un à un. Or, on ne peut reconstituer du collectif en additionnant de l’individuel. Les enquêtes d’attitudes traitent de réponses plus que de personnes, la confusion opérée entre opinion et attitude renforce encore ce dernier caractère. On ne peut le plus souvent inférer autre chose de ce genre de données que des propositions comme « tel type de réponse à tel type de question est faiblement (ou fortement) répandue ». Comme on l’a dit plus haut, ce genre d’information est certainement plus apte à mesurer la diffusion d’une idéologie ou d’une opinion qu’à décrire le rapport que des individus entretiennent avec des objets sociaux.
  • Les attitudes dépendent dans une large mesure de la situation contingente des individus et sont donc susceptibles de fluctuations sensibles. Elles sont donc impropres à rendre compte de phénomènes plus stables, plus profonds et moins changeants telles que les structures d’identité. Si l’objectif est de comprendre des personnes comme un tout, comme une expression sociale totale (ce qui est le cas d’une recherche sur les structures d’identité), il faut les appréhender dans ce qu’elles ont de plus permanent. Les attitudes ne peuvent prétendre exprimer cette permanence.
  • Enfin, la recherche d’attitudes implique le recours à des interviews standardisés. Cette méthode peut poser problème dans la mesure où les questionnaires présupposent une compréhension intersubjective commune (entre interviewés et auteurs du questionnaire) de la signification des sujets traités dans les questions posées (à travers les mots utilisés et les expressions employées).

7L’herméneutique collective est censée échapper à la plupart de ces faiblesses dans la mesure où elle tentera de mettre au jour des structures de conscience stables à travers l’interprétation de textes (les entretiens narratifs). On fait donc l’hypothèse que ces textes contiennent ou plus exactement reflètent lesdites structures de conscience.

8Ceci conduit assez naturellement à la seconde grande hypothèse fondatrice.

Intention et sens latent

9Les entretiens narratifs sont des textes qui contiennent l’intégralité des récits recueillis dans tous leurs détails. On pose ici que les discours recueillis véhiculent des interprétations, des représentations sociales qu’il s’agit de dévoiler.

10Ces textes contiennent deux niveaux de sens : un sens manifeste, clair, immédiatement saisissable et un sens caché, un sens latent. On s’inspire ici directement des travaux d’Ulrich Oevermann et de son « herméneutique objective ». Celle-ci ne s’intéresse que secondairement à la structure de sens subjective, à l’intentionnalité de l’acteur ; son objet d’étude prioritaire est le sens latent du texte que l’on étudie et qui est censé refléter des éléments de la structure sociale.

11L’hypothèse qui est reprise ici est donc que les textes ont un excédent de signification objective par rapport aux intentions du locuteur. Il y a une différence entre les intentions subjectives du locuteur et les structures latentes du texte. La personne interviewée dit plus de choses qu’elle ne pense dire. Les structures de sens latent contenues dans son récit renvoient à des formes de pratique sociale qui se retrouvent dans la langue. C’est ainsi, par exemple, que la plupart des récits contiennent ce que les linguistes appellent des « topos » ou « topoi ». Un « topos » est un moyen de la langue pour exprimer une idée socialement partagée et considérée comme une évidence par un groupe particulier. On pourrait ainsi le définir comme la formulation d’une norme au contenu relativement indéfini. Ainsi, par exemple, « tout travail mérite salaire » est un topos renvoyant à un système d’interprétation relativement marqué par un modèle culturel bien particulier qui insistera sur l’équilibre (entre une prestation et une rétribution). Dans une recherche consacrée aux jeunes que nous avons menée avec des collègues italiens et allemands, ceux-ci ont identifié une série de topos jeunes : « spass » (s’amuser) qui correspond au « fun » d’Amérique du Nord et qui, appliqué au travail, veut dire que si on n’y trouve pas de contenu, il est tout aussi important d’y « prendre son pied ». « Ausprovieren » (essayer), la « galère » que nous avons rencontrés sont des topos.

12Les topos ne naissent pas directement de l’expérience ; ils représentent une interprétation — ou, plus exactement, un moyen d’interprétation — de la situation de l’individu. Le topos est donc une indication linguistique qui permet de repérer des représentations ou des interprétations sociales de la réalité. La méthode herméneutique consistera donc à mettre au jour le sens latent présent dans le récit en avançant par paliers successifs dans l’interprétation. Il s’agira de s’interroger sur la cohérence interne du texte, sur l’articulation entre les diverses expressions de manière à éclairer la logique interne du texte. Cette logique est censée refléter les structures de conscience, les représentations de l’individu. Ces structures de conscience véhiculent elles-mêmes des interprétations de la réalité sociale acquises à travers diverses expériences dont la socialisation. Ceci est très important puisque toute la démarche consiste à rechercher à travers des productions individuelles (des récits) la marque, la trace, l’empreinte des représentations socialement diffusées. A travers le récit individuel, c’est au social que l’on veut remonter.

13On voit donc que, de manière privilégiée, l’herméneutique collective sert à étudier des objets particuliers tels que les structures de conscience. On partira de l’idée selon laquelle les structures de conscience de l’individu sont chargées de représentations qui ne sont pas le produit de la seule subjectivité de l’acteur. Les structures sociales (comprises au sens le plus large) se reproduisent dans la conscience de l’individu. En d’autres termes, il existe une médiation entre les structures sociales — ou les rapports sociaux — et la conscience. Ce qu’on appelle « représentations » ou encore « structures d’interprétation de la réalité sociale » est au cœur de cette médiation entre structures sociales et structures de conscience. Ces structures d’interprétation de la réalité sociale sont acquises au cours de l’expérience, notamment par la socialisation. L’hypothèse ici est que les « structures d’interprétation de la réalité sociale » ont une existence relativement autonome par rapport aux acteurs mais qu’elles sont médiatisées par leur subjectivité (c’est-à-dire les conditions particulières et spécifiques de leur expérience) et qu’elles vont se retrouver dans leur pratique. Les acteurs contribuent donc à leur reproduction.

14Il importe de bien distinguer ici ce que nous avons appelé les « structures (ou encore les modèles) d’interprétation de la réalité sociale » de ce que nous désignerons comme des « schémas interprétatifs sociaux » (SIS). Pour un récit donné, l’interprétation doit permettre d’établir la manière dont le sujet se représente sa relation à un certain nombre d’objets sociaux (par exemple, la famille, le travail). Les relations (par exemple, le rapport au travail) sont situées à l’intérieur de ce qui apparaît comme la « vision du monde globale » du sujet. Autrement dit, le rapport à des objets spécifiques (comme le travail) est en relation avec des représentations globales telles que la vision de la société, de l’Etat, de la famille, de la crise, etc. L’entretien non directif vise précisément à laisser le sujet libre de s’exprimer sur ses expériences et à les mettre en relation avec une série d’éléments significatifs pour lui. On obtient ainsi un « modèle de représentation », une structure d’interprétation de la réalité sociale propre à ce sujet.

15Par contre, les SIS sont issus d’une construction typologique élaborée à partir de l’analyse transversale de l’ensemble des entretiens recueillis. Les SIS sont des idéaux-types au sens wébérien. Pour une population donnée, le nombre de SIS est limité et les sujets, les individus concrets tendent plus ou moins vers l’un ou l’autre de ces schémas, soit encore, adhèrent clairement à l’un d’entre eux.

16Dans certains situations particulières, des individus peuvent osciller entre plusieurs SIS. Chacun de ces SIS correspond à une vision du monde socialement construite qui ne se répartit pas de manière aléatoire dans un univers donné ou dans une population particulière. Un SIS spécifique devrait être porté par une sous-population disposant d’un certain nombre de caractéristiques communes.

17Cette distinction entre modèle de représentation et SIS devrait permettre de trancher un débat qui nous a occupés pendant un certain temps : les SIS sont-ils des conceptualisations ou des réalités empiriques ? Pour certains, ils ont la double qualité ; d’autres leur opposent que, dans ces conditions, les SIS ne seraient que des généralisations empiriques. La distinction opérée ici devrait permettre de donner aux « modèles de représentation » le statut d’un objet empirique et aux SIS celui de concept ou d’instrument de lecture.

18Les SIS comportent deux versants : une dimension « théorique », soit encore une image de la société et une dimension « pratique », c’est-à-dire des orientations d’action :

  • la dimension « théorique » ou encore « l’image de la société » aide l’individu à se localiser dans la société, à l’interpréter ;
  • la dimension « pratique » est constituée d’orientations d’action ou orientations normatives qui vont régenter les conduites dans les situations concrètes, quotidiennes.

19Il n’y a pas de cohérence immédiate ou automatique entre images de la société et orientations d’action. Dans certains cas, des contradictions peuvent même apparaître. D’une manière ou d’une autre, les individus concrets vont tenter de construire cette cohérence qui leur permettra de fonctionner. Ceci dit, à travers l’herméneutique collective, ce n’est pas à des individus concrets que l’on s’intéresse, l’objectif étant d’arriver à construire des « modèles de représentation » et des SIS. Mais à l’occasion de l’interprétation de chaque récit, l’herméneutique collective offre un instrument de vérification du système de représentation mis au jour en permettant d’identifier la clé qui unifie images et orientations. Cette clé est ce qu’on appellera la « structure subjective d’assimilation » (SSA) ; elle ne fonctionne que comme une instance de vérification du récit lui-même. Elle ne sera plus utilisée ultérieurement dans l’analyse dans le mesure où celle-ci, s’intéressant à la diffusion des modèles de représentation, dépasse les cas individuels. Il reste qu’il s’agit de mécanismes socialement appris de gestion des relations entre « images » et « orientations » qui permettent à chaque individu de gérer subjectivement leurs éventuelles contradictions, il peut être intéressant de faire apparaître des modes possibles de contradiction entre images et orientations et les modalités socialement possibles de résolution ou d’aménagement de ces tensions.

Mise en œuvre de la méthode

20Le matériau sur lequel va porter l’interprétation est constitué de récits de type socio-biographique, d’entretiens ou d’interviews narratifs qui détaillent l’expérience (dans le cas d’une recherche sur le travail, l’expérience de travail) des individus et ceci, dans toutes ses dimensions. L’entretien comporte aussi une dimension biographique qui est souvent donnée spontanément par la personne interrogée mais de manière fragmentée. A l’occasion de tel événement, il évoquera son expérience scolaire, plus loin il parlera de sa famille, etc. L’interview narratif a été théorisé par L. Schutze qui définit le récit comme une reconstruction de la réalité qui passe par la subjectivité de l’acteur. On lui préférera peut-être une approche — non contradictoire — en considérant le récit comme une production du sujet qui exprime la manière dont il opère « la réappropriation singulière de l’univers social et historique qui l’entoure » (Ferrarotti).

21On n’utilise pas de questionnaire mais un guide d’entretien qui a préalablement fait l’objet d’une structuration thématique relativement poussée. L’interview est enregistré.

22Après avoir précisé les conditions de l’entretien, l’interviewer intervient peu dans l’interview, de manière à ne pas fausser le sens de ce qui est raconté. Il se contente de relancer l’entretien quand la chose est nécessaire en recourant à des stimuli narratifs relativement neutres (par exemple, demander à la personne interviewée de raconter les circonstances de son embauche dans l’entreprise...) L’interview est terminé quand l’interviewer estime qu’on a fait le tour des problèmes et qu’il enregistre des phénomènes de redondance, de répétition d’informations. En règle générale, il dure de 2 à 3 heures. L’interview est ensuite transcrit littéralement. La transcription doit être totalement fidèle à l’enregistrement en reprenant les moindres nuances, erreurs de style ou de syntaxe, hésitations, lapsus. D’expérience, il a parfois été difficile d’expliquer cette exigence aux personnes qui retranscrivent l’enregistrement.

23L’interview, qui a pris la forme d’un texte est soumis à une interprétation collective.

241) Quelques précisions à propos du texte lui-même (le produit de l’interview) :

25- on pose que le texte véhicule deux niveaux de sens : le sens manifeste qui désigne le sens intentionnellement attribué par le locuteur ; le sens latent qui désigne l’ensemble des significations objectivement possibles que l’on peut donner à un texte (même s’il n’a pas été pensé de cette manière par celui qui parle). L’ensemble de ces significations devra être mis en évidence ;

26- on estime par hypothèse que le texte a toujours un sens et que chacun des éléments du texte possède un sens. Si on ne trouve pas une signification pour un élément du texte, c’est un défaut de l’interprétation et non du texte.

272) Le texte appelle une interprétation qui analyse les structures de sens manifeste et latent. Les structures de sens latent mises au jour par l’interprétation reflètent les dimensions sociales (extérieures à l’individu et liées à la société) et subjectives (liées à l’histoire personnelle de l’individu) de l’identité dont l’individu n’a sans doute pas conscience mais qui s’expriment néanmoins dans le texte. Il s’agira donc de reconstruire ce qui tient à l’histoire sociale du sujet ou encore à l’articulation entre 1’individuel et le social, de comprendre la manière dont l’individu restitue le social en le transformant. On fait l’hypothèse que l’individu ne restitue pas ou ne transforme pas la réalité de manière aléatoire mais qu’il le fait avec une certaine cohérence qui apparaît, mais seulement, de manière latente, dans son discours.

283) L’interprétation est collective

29L’herméneutique collective a comme ambition d’être un approfondissement collectif d’interprétations individuelles nécessairement partielles. Chaque membre du groupe interprétant a sa lecture du récit. L’interprétation consiste à expliquer les différentes lectures.

30Chaque lecture (ou compréhension) du texte doit être défendue avec tous les arguments possibles (sauf l’argument d’autorité...) jusqu’à ce qu’elle soit éventuellement réfutée par des arguments meilleurs montrant qu’elle n’est pas compatible avec la teneur du texte. L’interprétation collective doit produire un consensus (résultant d’arguments rationnels et non d’une entente spontanée précompréhensive).

31L’intersubjectivité est donc une garantie contre le risque de partialité de certaines lectures. Le travail d’interprétation a des composantes projectives très fortes qui entraînent un risque de subjectivité. Le travail en groupe doit permettre de dépasser les subjectivités individuelles. Par ailleurs, il est important d’éviter les phénomènes de surinterprétation (interprétation de l’interprétation) qui risquent de détruire la base sociale de l’intersubjectivité et du consensus.

Le déroulement de l’interprétation collective

32L’interprétation doit être séquentielle. D’aucuns estiment qu’elle doit être menée phrase par phrase. On lui préférera une interprétation par « unité de sens ». C’est la recherche du sens (manifeste et latent) qui domine la mise en évidence des interprétations et qui doit donc dominer la technique d’analyse. La lecture s’arrêtera chaque fois qu’on repérera un « virage de sens » ou, plus exactement, que le groupe d’analystes se sera mis d’accord sur cette modification. Le découpage du texte s’opère donc par tâtonnements successifs. Une « unité de sens » peut avoir quelques lignes ou une page et une phrase peut comporter plusieurs unités de sens. L’interprétation séquentielle ouvre des lectures nouvelles possibles au fur et à mesure que l’on avance. Ces lectures nouvelles confirment ou excluent des lectures antérieures qui étaient possibles jusque-là.

33Les connaissances de contexte (par exemple, telle ou telle information donnée par l’interviewer) ne sont utilisées que pour amorcer de nouvelles lectures possibles.

34Les connaissances théoriques ont une fonction heuristique : elles aident à trouver de nouvelles lectures possibles. (Mais on ne peut pas en déduire que la lecture est théoriquement juste, ici c’est la théorie qui est mise à l’épreuve.)

35Une telle interprétation conduit à la définition de quatre niveaux de significations :

36Niveau 1 : Il s’agit d’abord de s’assurer du texte, d’établir philologiquement ce qui est dit. Le texte est paraphrasé dans le langage courant pour reproduire son sens sur le mode de la compréhension quotidienne. On accordera une attention particulière aux mécanismes de déviance par rapport aux règles de la langue. Le critère de validité des lectures se mesure uniquement sur le texte lui-même. Il s’agit de la mise en évidence du sens manifeste.

37Niveau 2 : Mise en évidence de l’intention du locuteur : ce qu’il veut dire (ce que nous pensons qu’il veut dire). Autrement dit, on explicite le sens que l’interviewé donne à ses propos. Il n’existe pas de critère strict pour vérifier telle ou telle interprétation. On utilisera toutes les connaissances de contexte. Eventuellement, on écoutera l’enregistrement pour étudier l’expression verbale (colère, ironie, réserve, etc.).

38Niveau 3 : Au bout de cette interprétation, il reste un résidu à analyser : le dit non intentionnel qui est porteur du sens latent. On recherchera derrière l’intention analysée au niveau 2 des conditions qui affectent la teneur objective du texte mais qui ne font pas partie des intentions du locuteur. L’idée est que tout dans un texte a un sens (ou des significations multiples). Rien n’est dû au hasard. On réfléchit donc sur les structures de sens latent, socialement données, extérieures à l’individu. C’est le domaine du « non-conscient ». Au fond, il s’agit de trouver des traces de SIS qui se reflètent dans le récit de l’individu.

39Sans doute, à certains moments, les niveaux 2 et 3 pourront paraître difficilement dissociables. Leur dissociation n’a qu’une portée méthodologique. Le but de l’analyse est de mettre au jour des articulations, voire des contradictions dans le discours ; la découverte du sens latent permet parfois de rétablir une cohérence là où il y a une contradiction apparente.

40Niveau 4 : L’examen du rapport entre les motivations aconscientes (niveau 3) et les motivations inconscientes : quand un individu se réfère à un SIS, gère-t-il ses propres problèmes ? Il s’agit de la mise au jour de la SSA (instance de vérification dont on a parlé plus haut). La difficulté ici est d’éviter la psychologisation de l’interprétation.

41L’exercice d’interprétation ne conclut évidemment pas la recherche. Il est accompagné d’une suite méthodologique importante :

  • élaboration d’une synthèse des interprétations ;
  • formulation d’un certain nombre de contradictions et des clés utilisées pour les résoudre ;
  • reprise de l’ensemble des interviews et mise en évidence des passages les plus pertinents ;
  • mise en évidence des structures de fond. Si on décèle un SIS à un endroit du texte, il est hautement probable qu’on le retrouvera plus loin ;
  • élaboration d’une typologie ;
  • etc.

Trois remarques

a. Le problème du coût

42L’expérience montre que cette démarche est d’un coût important, voire difficilement supportable (elle implique quasi nécessairement le recours au volontariat, du moins en ce qui concerne la constitution des groupes d’analyse). Le groupe interprétant compte de 4 à 5 personnes. Il vaut mieux ne pas maintenir trop longtemps la composition du groupe interprétant ; l’interprétation risque de s’en trouver affaiblie en raison du caractère codé des positions individuelles. L’interprétation d’un texte de plus ou moins 40 pages prendra de 30 à 40 heures de travail collectif sans compter la rédaction des notes et des procès-verbaux de séances. Une recherche implique évidemment le recours à plusieurs interprétations (dans le cas de la recherche sur les jeunes : 15 récits) ; la mise en évidence des SIS pouvant faciliter l’utilisation ultérieure d’analyses de contenu classiques appliquées à un plus grand nombre de récits aux fins de vérification.

43b. La question des hypothèses de travail a fait l’objet d’un débat qui n’est pas complètement tranché. Certains estiment qu’il faut disposer d’un ensemble de questions-guide destinées à conduire l’interprétation. Ainsi, il faut définir avec précision ce sur quoi on travaille : par exemple, la recherche d’un hypothétique modèle culturel de travail dérivé de « l’éthique du rendement » propre aux sociétés industrielles et en prévoir non seulement les multiples dimensions probables mais aussi les éventuels mécanismes de transformation. D’autres estiment, au contraire, qu’il est plus important de s’engager dans la logique du « comprendre » sans a priori et s’attacher à rendre intelligibles les données sur lesquelles on travaille. En d’autres termes, l’interprétation vise à mettre au jour les paramètres d’évaluation du narrateur, l’analyse proprement dite se situant en aval de l’interprétation. Les deux positions ne sont pas complètement inconciliables. L’important est néanmoins d’être d’accord au départ sur l’objet recherché : par exemple, les codes ou les schémas d’interprétation relatifs à un objet particulier (le travail, la crise, la politique, etc.)

44c. L’extension ou la généralisation participe d’une autre opération. Il s’agira de repérer à travers divers récits un certain nombre de constances ou de divergences qui pourraient ultérieurement être vérifiées auprès d’une population plus large par le recours à d’autres méthodes moins lourdes ou moins coûteuses en temps. Les constructions typologiques auxquelles la méthode aura conduit n’auront dès lors qu’une valeur heuristique.

Exercice d’interprétation

Introduction

45A titre d’illustration, on présentera le résultat d’un exercice d’interprétation réalisé avec l’équipe organisatrice du séminaire. L’interprétation a porté sur quelques paragraphes d’un récit recueilli par un chercheur travaillant sur des conduites de rupture et de recomposition familiale. Il est dès lors logique qu’une bonne partie du texte s’articule autour d’une crise familiale ; le fragment soumis à l’interprétation concerne des éléments de la relation se situant en amont de la crise mais qui la contiennent déjà en germe. L’exceptionnelle richesse du texte, comme d’ailleurs le peu d’expérience que le groupe avait de cette méthode, explique le temps consacré à l’interprétation collective : deux heures et demie pour analyser un peu plus d’une page.

46Le narrateur est une jeune femme — Claire — de 38 ans. Elle a vécu huit ans avec son premier mari — Philippe — et vit actuellement avec un autre compagnon. Claire est d’origine (familiale) étrangère. Dans le fragment de texte soumis à l’interprétation, elle parle de Philippe.

47Il est important de noter que le texte soumis à l’interprétation concerne une situation de crise, ce qui rend l’interprétation sociologique plus délicate dans la mesure où le récit est souvent envahi par une puissante dynamique affective. Ceci dit, il faut rappeler que dans l’analyse qui est conduite, ce n’est pas directement au sujet qui parle que l’on s’intéresse, mais aux ressources sociales et culturelles qu’il va injecter dans la crise et qui vont lui permettre de s’y repérer et de s’y conduire. Le narrateur se référera constamment à tout un système de légitimation ou à des paramètres proprement sociaux qu’il va s’approprier à partir d’un univers culturel et social qui lui est accessible. Ce sont ces paramètres sociaux que l’analyse tente de mettre en évidence à travers le récit individuel (on se rappellera la formule de Ferrarotti énoncée plus haut concernant « l’individu comme expression singulière d’un univers social »).

48Le groupe a beaucoup discuté du point de savoir si le récit de Claire était une reconstruction a posteriori à fonction autojustificatrice (se déresponsabiliser d’une crise familiale nécessairement traumatisante) assortie d’une stratégie d’exposition-séduction adressée à l’auditeur et destinée à le coopter (ou à en coopter l’attention). En réalité, le point est relativement secondaire dans la mesure où ce n’est pas directement à la stratégie qui traverse l’interaction que l’on s’intéresse. On part de l’hypothèse selon laquelle, dans cette situation de crise, le narrateur « n’invente pas » ses justifications ; il va chercher son raisonnement dans un ensemble d’éléments culturels ou sociaux mis à sa disposition et qu’il se réapproprie, qu’il réutilise et, en même temps, auxquels il donne de la substance en les réintroduisant dans sa propre pratique. Dans tous les cas, le narrateur se fait le relais ou met en jeu des visions du monde ou des orientations d’action (ici à l’égard du couple) qui transitent à travers son expérience mais qui ont une existence proprement sociale. Ce sont précisément ces éléments sociaux que l’on cherche à mettre au jour.

49On tiendra compte enfin de deux observations. Tout d’abord, le groupe interprétant n’avait pas d’hypothèse de travail à proprement parler concernant ce texte. L’objectif était néanmoins de mettre en évidence l’interprétation socialement organisée (composée, comme on l’a vu, d’une « vision du monde » et « d’orientations d’action ») que le narrateur faisait de la crise familiale. Par ailleurs, l’exercice ne portant que sur un fragment de texte ne peut évidemment servir de support à une interprétation très développée. On peut penser cependant que le sens général du discours est déjà présent. Dans les lignes soumises à l’interprétation, la narratrice parle de son mari et des événements qui ont conduit à leur rupture. Deux thèmes liés servent de trame au récit : la dépression chronique dont souffre Philippe et les éléments qui ont fondé leur choix d’une vie commune. Comme on le verra, ces deux thèmes sont contradictoires : la dépression éloigne la narratrice de celui qui deviendra son mari mais elle l’épouse malgré tout parce qu’ils partagent un idéal commun. Le thème de l’idéal partagé et la manière dont il transcende les catégories de l’affectivité révèle l’existence d’une puissante structure normative et les modèles d’action qui lui sont liés. Une interprétation plus complète du texte devrait permettre d’expliciter plus largement les éléments de cette structure normative.

L’interprétation2

  • 2 Le texte qui a servi de support à l’interprétation est reproduit dans l’annexe 2. L’exercice d’int (...)

50Dès le début du fragment de texte interprété, Claire (C.) évoque un élément problématique de sa relation à Philippe (Ph.) : « Ph., au moment où je l’ai rencontré, sortait d’une dépression et pas de la première. Et pour moi c’était inimaginable qu’à cet âge-là on puisse avoir une dépression. »

51« J’avais jamais entendu parler de ça (la dépression) »

52« Je m’étais jamais imaginé que c’était possible... »

53Et de préciser :

54« ... de pouvoir être dépressif à cet âge-là. »

55Hypothèse : C. veut nous faire comprendre que Ph. est un dépressif chronique, quelqu’un qui est dans une situation inguérissable.

56L’interprétation montre que derrière la notion de « dépression chronique » (logique physiologique de la maladie) apparaît une dimension beaucoup plus lourde : la récidive à laquelle est associée l’idée de la responsabilité (Ph. est responsable de sa maladie ; c’est de sa faute s’il retombe dans sa dépression). Ces deux définitions correspondent à deux représentations très différentes de la relation de C. à Ph. :

57- s’il est malade, il faut recourir à des moyens appropriés (des médicaments, par exemple), ce qui est récusé :

58« ... je voyais au départ Ph. prendre des médicaments et tout pour sa dépression, ce sont des choses que je n’ai jamais acceptées... »

59- par contre, s’il y a un problème de volonté, ceci peut commander une relation d’aide morale commandée par la communication de principes de vie.

60Le texte indique que pour C., il n’est pas possible d’être dépressif à 23 ou 24 ans :

61« ... je ne m’étais jamais imaginé que c’était possible.

62Q : De ne pas connaître la lutte ?

63Oui, et de pouvoir être dépressif à cet âge-là. »

64Une partition s’annonce entre l’univers de C. (où la dépression n’est pas possible) et l’univers de Ph. (où elle existe). La frontière est nettement marquée par l’utilisation répétée du « jamais » (trois fois) et par l’affirmation d’une double conviction : la dépression est une chose inimaginable (en général) et surtout à cet âge-là.

65Le caractère abrupt de son jugement sur la dépression (et donc sur Ph.) fait surgir une question : pourquoi l’a-t-elle épousé alors qu’elle porte un jugement si radical sur son état ? C. donne une première explication formelle de cette contradiction en prenant à témoin son interlocuteur (« Tu vois à quel point j’étais, moi. ») mais le texte reviendra plus loin sur cette question et donnera des éléments d’interprétation plus précis.

66A partir du rejet de la dépression, C. amorce une apologie de la volonté. Elle ne comprend pas « qu’on ne puisse pas lutter dans la vie ». Le verbe pouvoir renvoie à un double sens possible : « être capable » ou « avoir la volonté ». L’interprétation met en évidence le rôle de la volonté : la capacité est toujours là mais il faut de la volonté. Le discours de C. se construit autour d’une représentation très volontariste des choses (représentation valorisante pour elle). Cette idée se résume dans une proposition (un « topos ») : il faut lutter dans la vie.

67Les connaissances de contexte devraient aider l’interprétation à localiser la genèse de cette proposition. C. a vécu à travers ses parents l’expérience de l’immigration. Quand elle dit « venant d’une mère stricte, je suis stricte », elle peut dire le rôle et le poids des principes dans sa vie aussi bien qu’indiquer qu’elle a appris à lutter comme sa mère.

68Cette norme volontariste empruntée à un code culturel socialement diffusé éclaire sa relation à Ph. : « j’ai vécu avec Ph. pendant huit ans et pendant huit ans j’ai essayé de lui montrer ce que c’est que de lutter dans la vie ». En d’autres termes, elle s’est donnée pour mission de lui montrer quelque chose : comme elle ne comprend pas et n’accepte pas la dépression, elle va lui montrer comment lutter. Une dimension très précise de sa relation à Ph. s’insère à cet endroit du texte : la relation d’aide. Celle-ci correspond également à un code culturel très marqué (notamment chez les femmes dans nos sociétés). On pourrait souligner que la relation d’aide est une structure d’action logiquement articulée à la lecture très volontariste de la vie que l’on vient de dégager.

69La proposition relative à la volonté s’assortit d’un nouveau « topos » : avoir des principes.

70On repère à ce propos le même mouvement qu’au début du texte : la valorisation d’un monde où l’on lutte s’accompagne d’une nouvelle dépréciation de la dépression considérée comme un problème de responsabilité, c’est-à-dire d’attitude devant la vie.

71Les considérations relatives à l’importance des principes entraînent l’énoncé d’une troisième proposition (topos) résumant une structure normative complémentaire : il faut trouver l’énergie en soi.

72On notera ici la répétition des positions de principe (« il faut lutter dans la vie », « avoir des principes », « il faut trouver l’énergie en soi ») qui ne sont pas accompagnées d’argumentation. Ces propositions s’imposent par leur évidence pour le locuteur. Ne se prêtant pas à la négociation, elles confirment tout le poids d’une structure normative dont l’analyse (qu’on ne pourra mener ici) devrait vérifier le caractère social.

73La mise en évidence de cette structure normative permet à l’interprétation de revenir sur la contradiction évoquée plus haut et de l’éclairer. C. constate (aujourd’hui) « qu’il y avait déjà un monde » entre eux au moment de leur rencontre. Le récit nous montre par ailleurs que cette distance n’a cessé de croître et, pourtant, elle a épousé Ph. Logiquement, elle connaissait les obstacles, mais d’autres éléments interviennent. C. utilise une première explication — l’attirance amoureuse — pour la minimiser presque aussitôt : « il y avait une forte attirance d’une part, mais d’autre part... » (On notera qu’elle ne dit pas « j’étais attirée » mais « il y avait une forte attirance », ce qui pourrait indiquer que l’attirance amoureuse n’est dite qu’avec réticence parce qu’elle constitue une forme de dérogation à un système de principes assurant la maîtrise d’une situation.) La phrase « j’étais amoureuse et tout » suivie immédiatement de l’énoncé d’une autre idée indique aussi qu’il ne faut pas trouver là l’explication réelle de son union avec Ph.

74La suite du texte montre bien que c’est « autre chose » qui, s’ajoutant à l’attirance amoureuse (implicitement définie comme secondaire), permet à C. de vivre avec Ph. Cet autre chose qui serait conforme à ses principes est un but partagé : « le plus important (...) c’est d’avoir les mêmes buts dans la vie ».

75Cet endroit du récit procure à l’interprétation une clé importante : la subordination des composantes affectives à d’autres éléments de choix (les principes). Cette clé constitue probablement ce qu’on a appelé plus haut la SSA de C., c’est-à-dire le mécanisme d’adaptation à la réalité qui lui permet d’articuler ses orientations d’action et ses visions du monde et de gérer leurs éventuelles contradictions. Le texte fournit à cet égard d’autres indications utiles. Quand son interlocuteur insiste sur l’idée d’attirance, elle répond « bien sûr » ; la question est évacuée et le poids du facteur affectif nettement diminué.

  • 3 Plus loin dans le texte — mais cette partie n’a pas été soumise à l’interprétation collective — C. (...)

76La suite du texte nous fournit une indication relative au but partagé — militer ensemble—mais aussi sur les conditions de l’expérience de C. qui l’ont conduite à adopter ces principes de vie (vision du monde et orientations d’action). Elle a appris à lutter comme sa mère. Elle a compris aussi à partir de l’opposition entre un père matérialiste et une mère idéaliste toute l’importance des buts partagés. Elle généralise à cet égard : « tous les parents disent à leurs enfants... » ; C. se met en scène à travers le récit et décrit comment elle décide de ne pas faire l’erreur de ses parents. On notera par ailleurs que l’opposition matérialiste/idéaliste est susceptible d’éclairer l’importance accordée aux principes (topos 2). Plus loin encore, elle expliquera la composition des buts communs supposés avoir été partagés avec Ph. Ils renvoient également à un univers de principes (ne pas vivre n’importe comment, ne pas se braquer sur tout ce qui est matériel, toujours tout remettre en question, voir tout ce qui se passe dans le monde). La militance commune quant à elle, si elle est mise en œuvre des principes (topos 2), est aussi une lutte (topos 1)3.

77L’exercice d’interprétation s’arrête ici et l’on voit combien dans sa complexité, elle est encore élémentaire. Ceci dit, cette interprétation d’un fragment de texte nous a mis sur la piste d’une structure d’interprétation de la réalité sociale dont on pourrait proposer une première synthèse.

78Si la vision du monde contenue dans le fragment de texte analysé n’est pas très explicite, il s’agit à l’évidence d’un univers où il faut lutter. Défini a contrario, le monde est matérialiste. Etre critique, c’est remettre en question tout ce qui est matériel. Cette représentation du monde est nettement moraliste. Les orientations d’action qui tournent autour du système aider-militer-être responsable reposent sur une structure normative puissante : le volontarisme, c’est-à-dire lutter dans la vie, avoir des principes, trouver l’énergie en soi. La genèse de ces orientations doit sans doute être trouvée dans des interactions familiales mais aussi dans l’expérience de l’immigration vécue par les parents.

79Enfin, on peut faire l’hypothèse que le mode d’adaptation à la vie sociale repose sur une forte subordination de l’affectivité aux codes moraux. Le monde des principes domine nettement la sphère publique comme la sphère privée et leur donne une articulation particulière. Ces codes culturels sont susceptibles de nous donner une clé précise de la crise familiale, de ses origines comme de la manière dont elle a été gérée.

Bibliographie

Bibliographie

OEVERMANN U., Sozialisationtheorie, Anzàtze zu einer soziologischen Sozialisationtheorie und ihre Konsequenzen fur die allgemeine soziologische Analyse, in Kölner Zeitschrift fur Soziologie und Sozialpsychologie, Sonderheft, 21, 1979.

ZOLL R. (éd.), Die Arbeitlosen. Die könnt ich alle erschiehen, Köln, Bund Verlag, 1984.

ZOLL R. (éd.), Hauptsache. Ich hahe meine Arheit, Frankfurt, Suhrkampf, 1981.

LECCARDI C., L’ermeneutica oggetiva di Ulrich Oevermann, Quademi dei dipertimenli di sociologia e scienza politica, Uni versità della Calabria, 1987.

WILLIAME R., Réflexion sur l’herméneutique collective, in MOLITOR M. et DE RONGÉ A., Jeunes et identité au travail, Département de sociologie, UCL, 1987.

Notes

1 La première partie de ce texte est une nouvelle version modifiée et complétée du chapitre « A propos de l'herméneutique collective » publié dans Au-delà du quantitatif, espoirs et limites de l’analyse quantitative en sociologie, Chaire Quételet 1985, Institut de démographie, UCL, 1987.

2 Le texte qui a servi de support à l’interprétation est reproduit dans l’annexe 2. L’exercice d’interprétation a eu lieu en décembre 1988 au Centre d’études sociologiques des Facultés universitaires Saint-Louis et a réuni l’équipe organisatrice de la journée d’étude « Analyse de contenu » du 25 mai 1989.

3 Plus loin dans le texte — mais cette partie n’a pas été soumise à l’interprétation collective — C. expliquera la rupture avec P. par la combinaison de deux problèmes : l’indécision de Ph. « (...) c’est surtout lui le problème)...) il ne sait pas ce qu'il veut dans la vie (...) malgré ses idées (...) » et les incompatibilités de la vie quotidienne : « (...) il y avait des choses pour lui dans le quotidien qui n’avaient aucune importance (...) Moi, j'aime bien (...) avoir un bel intérieur, de bien ranger les choses, d'avoir (...) une certaine netteté qui reflète aussi une certaine netteté d’esprit (...) ».
Il est hautement probable que l’on retrouverait ici aussi les mêmes structures normatives mises en évidence par l’exercice d’interprétation.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search