Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

Introduction. Questions pour la comparaison des méthodes

Danielle Ruquoy

Texte intégral

1Une partie importante de la recherche en sociologie consiste à classer, ordonner, agencer différents éléments constituant le contenu de textes. Il n’existe pas une manière standardisée de mener à bien de telles opérations étant donné l’ampleur de leur champ d’application et la diversité des sources d’inspiration théoriques de ceux qui ont mis au point des méthodes. D’une part, les données proviennent de multiples situations de communication : toute la gamme des échanges sociaux s’étendant du contexte interpersonnel à celui des mass-média, tous les contextes d’enquête de l’interview au questionnaire en passant par la discussion de groupe, et aussi plus généralement, tout type de document et de livre. D’autre part, ceux qui se sont penchés sur l’analyse des discours ont tiré parti des apports de divers courants théoriques : l’exégèse des textes sacrés, la critique littéraire et esthétique, la logique, la linguistique.

2La diversité des approches stimule une abondante production intellectuelle et en même temps, elle incite à un effort de clarification. Les différents usages de l’analyse de contenu reposent-ils sur des bases clairement définies ? Quels sont les apports différentiels des méthodes ? Les méthodes peuvent-elles être utilisées complémentairement pour un même objet de recherche ? Se contredisent-elles ? Autant de questions qui nous ont conduits à organiser une journée d’étude ayant pour objet une approche comparative de méthodes d’analyse de contenu. Et vu l’intérêt porté par divers milieux à cette journée, nous avons décidé de prolonger notre réflexion en développant par écrit les perspectives entrevues. Dans cette introduction, nous souhaitons présenter aux lecteurs les questions qui ont été à l’origine du projet.

3L’examen des méthodes d’analyse de contenu n’est pas considéré comme une fin en soi. Les possibilités des instruments qui nous intéressent sont celles qui peuvent répondre à des préoccupations de recherche à l’intérieur de la discipline qu’est la sociologie. Nous avons ainsi choisi de comparer des méthodes « façonnées » par des praticiens de cette discipline. Par ailleurs, afin d’éviter une approche trop dispersée, nous nous sommes limités à mettre en présence quatre méthodes. Celles-ci ont pour caractéristique commune de s’apparenter plutôt aux méthodes dites « qualitatives ». Derrière cette scission des méthodes en qualitatives et quantitatives se profile un débat autour des critères de scientificité. Le passage par la quantification - consistant à dénombrer les éléments d’un texte, à les classer en fonction d’une catégorisation, à en chiffrer la fréquence - semble donner au travail une rigueur incontestable. Par contre, l’objectivité du résultat atteint semble moins assurée quand il s’agit de dégager les idées d’un texte, d’y déceler un enchaînement logique pour mettre en évidence l’architecture d’ensemble du message transmis. Il ne s’agit pas ici d’entrer dans ce débat mais tout au plus de montrer un enjeu. Qu’elles soient quantitatives ou qualitatives, les méthodes ont à s’interroger sur les tenants et aboutissants de leurs pratiques. Si l’on prend l’exemple du découpage en thèmes, fréquent dans l’analyse quantitative, il se peut que ce soit là une opération difficile à mener parce qu’un même groupe de mots peut comporter plusieurs thèmes ; si la méthode s’en tient à des unités formelles de type grammatical ou lexical, la difficulté se situe alors davantage au niveau de l’interprétation : que conclure après avoir observé la fréquence d’une forme grammaticale ou d’un terme de vocabulaire ? Une différence de fréquence de x points est-elle suffisante pour signifier une différence d’attitude entre deux locuteurs ? La question posée aux démarches qualitatives est celle de leur reproductibilité. Avec un même mode d’entrée dans un document, deux chercheurs vont-ils arriver aux mêmes conclusions ? La richesse et la finesse de l’analyse autorisent-elles une pluralité de lectures qui constitueraient chacune un éclairage différent du texte mais tout aussi vraisemblables les uns que les autres ?

4Avant d’expliciter davantage les questions de départ, il est utile de présenter briévement les quatre méthodes qui ont été choisies pour faire l’objet d’une analyse comparative.

5L’herméneutique collective est une méthode d’interprétation collective de textes qui vise à faire émerger les structures de conscience qui organisent le rapport qu’entretient le locuteur à des objets sociaux ou à des situations sociales. L’analyse ne s’intéresse pas au sujet qui parle mais aux ressources sociales et culturelles que celui-ci utilise dans le récit qu’il fait de son expérience. L’herméneutique se pratique en groupe : l’interprétation finale est le résultat d’un consensus entre plusieurs lectures individuelles.

6La méthode d’analyse textuelle de Jules Gritti comporte plusieurs visées : dégager les fonctions du discours en tant qu’il essaie de résoudre des contradictions et situe le locuteur en position privilégiée pour intervenir à ce niveau, montrer l’idéologie du locuteur à travers les jugements de valeur qu’il émet et son type d’argumentation, identifier sa stratégie dans la relation de communication avec le récepteur, principalement à travers le vocabulaire utilisé et le mode d’usage des pronoms.

7Christian Lalive d’Epinay propose, à travers l’analyse de l’« ethos », un modèle opératoire permettant d’exprimer les modes de négociation et de régulation mis en œuvre par l’individu pour réagir face à son environnement. L’« ethos » suppose une certaine forme de relation à l’espace, d’appropriation du temps et d’insertion dans l’historicité. La mise en relation de ces divers éléments permet d’accéder à l’identité socio-culturelle de l’individu.

8L’analyse structurale vise à repérer les représentations mentales au travers desquelles l’acteur social définit son environnement et se donne une identité. Elle présuppose l’existence d’une « quête » implicite qui rend le sujet capable de lire ses expériences d’une manière intelligible et de s’y investir affectivement. Le texte est vu comme étant composé d’unités de sens inscrites dans des relations d’opposition et d’association, elles-mêmes soumises à des règles plus complexes de combinaison. Les structures des codes ainsi dégagées selon des procédés formels inspirés de la linguistique structurale aident à la découverte de logiques culturelles et ouvrent à une compréhension de l’impact du culturel dans le système social global.

9Pour mener à bien la comparaison, nous avons élaboré un dispositif pratique et un questionnement théorique : d’une part, des textes servant de base à un exercice de mise en œuvre des méthodes et d’autre part, une grille de questions pour situer les méthodes les unes par rapport aux autres.

10Les auteurs ont été sollicités à réaliser un exercice pratique d’analyse sur un texte choisi dans un corpus de textes qui leur étaient proposés. Le caractère partiellement imposé de ces textes avait pour avantage de confronter des méthodes différentes à un même matériau mais placait les intervenants dans l’impossibilité de proposer eux-mêmes un objet de recherche inscrit dans une problématique de leur choix. Ces textes n’ont pas été pour autant sélectionnés au hasard. Ils relèvent d’une thématique commune : les situations limites ou les situations de crise dans le couple contemporain. L’accent a été volontairement mis sur la mise en œuvre de la méthode plutôt que sur une analyse du thème en tant que tel, ce qui aurait supposé l’exploitation d’une problématique théorique particulière qui n’aurait pas pu de tout façon rencontrer celles des intervenants.

11Venons-en aux critères de présentation et de comparaison des méthodes. Les premières questions concernent la place de chacune des méthodes d’analyse de contenu dans le déroulement général du processus de recherche. Tout en ayant choisi de nous préoccuper d’analyse de contenu, nous sommes bien au clair sur le fait que, dans la pratique, on ne peut procéder à l’analyse de données sans se référer à un plan d’ensemble de la recherche. Un texte est une réalité à multiples composantes. Ainsi, le texte prendra une teneur différente s’il est analysé par un(e) psychologue, un(e) sociologue ou un(e) littéraire. L’analyste qui aborde un texte définit donc dans un premier temps l’objet de son étude et vérifie si ce que permet de découvrir la méthode répond à sa préoccupation première. D’où, l’intérêt de connaître quelle est la nature de l’objet appréhendé par les diverses méthodes. S’ajoute à cela, la question de la place des hypothèses : sont-elles injectées dans l’analyse du matériau ou sont-elles formulées in fine après analyse ? Outre le lien avec l’objet de recherche, l’articulation avec le type de collecte des données est un point à envisager également. Pourquoi certaines méthodes préfèrent-elles le récit de vie et d’autres des discours tenus par des acteurs qui ne parlent pas en leur nom personnel mais au nom d’une institution ? Il y aurait lieu à cet égard de pouvoir caractériser les différents types de matériaux existants et d’examiner leur impact sur le mode d’analyse. S’il est vrai que le récit de vie se distingue d’un discours institutionnel par le degré de personnalisation de l’expression, ces deux types de matériau se distinguent aussi sur le plan formel : le premier se présente sous le mode d’une histoire racontée et le second est un propos « construit » dans lequel le locuteur tente d’inscrire une trame logique. Des méthodes incluent dans leurs desiderata des précisions sur la nature des matériaux, c’est dire que certaines méthodes s’adaptent moins que d’autres à différents schémas de recherche.

12Une deuxième série de questions touche aux considérations sur la définition des méthodes, tant au plan des présupposés et concepts théoriques qu’au plan de l’opérationalisation.

13Les méthodes peuvent avoir une propension à se définir en se démarquant ou en s’opposant à des approches différentes, soit par rapport à d’autres modes d’analyse utilisés en sociologie (par exemple, les enquêtes d’attitudes), soit par rapport à des genres différents d’analyse de contenu (par exemple, les méthodes d’analyse formelle telles que la recherche des procédés de style, des figures de rhétorique...). Cela nous donne des informations sur la manière de marquer des frontières par rapport à des méthodologies concurrentes. Est-ce par ailleurs le signe d’une difficulté de s’auto-définir vu la complexité de la tâche ? Les méthodes fonctionnent en développant un dispositif théorique. Quelle est l’importance de ce dispositif ? Les propositions et les concepts méthodologiques, c’est-à-dire ceux produits par et pour la méthode, ont-ils une existence indépendante de ceux qui organisent la globalité de la recherche ? Si, au contraire, on observe une proximité entre ces deux modes de conceptualisation, quelle est la nature des liens ? Quel est le degré de cohérence du dispositif théorique ? Comment comprendre la portée d’un même concept (par exemple, celui de « contradiction ») utilisé dans des contextes méthodologiques différents ?

14Un second volet important de la définition des méthodes est relatif à la manière dont le cadre théorique est traduit en termes opérationnels. Se posent alors des questions de procédure à divers niveaux. Le texte doit être soumis à une division en séquences. Ces séquences sont-elles formellement définies (par exemple, un sujet — une action ou un paragraphe) ou au contraire sont-elles liées à la découverte d’une unité de sens ? L’analyse procède en différentes étapes. A quel principe organisateur est soumise la succession des étapes (par exemple, une première lecture pour repérer le niveau manifeste, une seconde lecture pour atteindre un niveau plus profond et ainsi de suite..) ? Les règles à suivre pour concrétiser les propositions théoriques sont-elles précises et claires ? Voit-on clairement comment s’opérationalisent les différents concepts méthodologiques ? A quel moment estime-t-on pouvoir mettre fin à l’analyse ? Une distinction est-elle effectuée entre des opérations de description technique et d’autres de type interprétatif ? Les procédures de vérification sont-elles explicitées ? Le mode de vérification envisagé est-il jugé suffisant ?

15Les analyses effectuées sur les textes peuvent faire l’objet d’une utilisation pour des niveaux de préoccupation qui dépassent celui du contenu même du texte. C’est par des questions relatives à ce point que se complète le dispositif théorique élaboré pour la comparaison des méthodes.

16En dégageant à partir d’un nombre restreint de textes des modèles culturels ou des systèmes de pensée, les auteurs espèrent qu’ils entrent dans des modèles plus généraux applicables à une population plus étendue. L’étude particulière est soit comparée à des résultats de recherches antérieures, soit elle sert de base à une nouvelle étude apte à vérifier sous un mode plus quantitatif la portée de ce qui a été découvert. Par quels procédés y a-t-il généralisation des résultats obtenus ?

17Une autre perspective s’efforce de tirer, de la nature du contenu, des hypothèses quant aux caractéristiques sociales de celui qui parle, soit en rapport à une identité socio-culturelle, soit en lien avec une position sociale occupée. De là, on peut tenter d’expliquer les caractéristiques du discours par les ressources culturelles du locuteur ou par sa stratégie dans un rapport de pouvoir. Il s’agit alors de comprendre pourquoi le discours est ce qu’il est. On peut également tenter de discerner les caractéristiques du public visé par le locuteur. De même qu’au niveau précédent, il s’agit bien uniquement de faire des hypothèses. Il serait abusif de tirer des conclusions sur le public à partir du message qui lui est destiné. Cela supposerait en effet que l’imaginaire du message reflète celui des récepteurs. C’est dire aussi qu’à partir du discours on peut émettre des hypothèses sur ses effets probables mais on ne peut en aucun cas se prononcer sur les effets réels. Il est ainsi important de se demander comment les différentes méthodes relient le discours à son contexte et comment s’opère à ce propos la prise en compte d’informations objectives nouvelles, qui, articulées aux résultats de l’analyse de contenu, permettent de répondre aux questions de départ de la recherche.

18Ces réflexions et ces questions furent à l’origine de la journée d’étude du 25 mai 1989 et de la publication de cet ouvrage.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search