Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

Avant-propos

Jean Remy

Texte intégral

1Ce volume présente les résultats d’un séminaire portant sur la comparaison de quatre méthodes d’analyse de contenu à caractère qualitatif. Ce séminaire organisé par le Centre d’études sociologiques des Facultés universitaires Saint-Louis, s’est déroulé en plusieurs étapes : chaque analyste a présenté sa méthode devant le groupe de chercheurs. En fin d'année, les quatre analystes se sont retrouvés dans un colloque d’une journée réunissant une centaine de participants. Les apports de chacun ont été ainsi directement comparés et ont donné lieu à débat. Après quoi, les divers auteurs ont repris leurs notes pour rédiger les textes qu’ils présentent dans cet ouvrage.

2Deux cheminements étaient possibles pour organiser ce séminaire. Le premier consiste à partir d’une problématique pour rechercher une technique apte à l’opérationnaliser. Dans ce cas, l’intérêt de la technique est testé d’après l’outil d’analyse et de vérification qu’elle donne aux objectifs de recherche. Le second cheminement suit la séquence inverse. Il part de diverses techniques disponibles, pour dégager leurs limites de pertinence et les problématiques auxquelles elles sont adaptées. C’est cette voie que nous avons choisie et qui est proposée ici. Elle permet de comparer directement les techniques élaborées par divers chercheurs en vue de répondre à leur propos d’analyse et d’interprétation. Par cette comparaison, nous voulions provoquer une objectivation des procédures de travail et susciter une réflexion et un débat méthodologique.

3Cette démarche nous paraissait un préalable pour répondre à une double demande : élargir l’accès à ces techniques tout en favorisant un usage critique. D’une part l’objectivation amène à expliciter les consignes pour la mise en œuvre des techniques. Ceci permet de les rendre plus accessibles. D’autre part, pour induire un débat critique, il fallait dépasser la simple énumération descriptive des procédures. Pour ce faire nous avons proposé un exercice sur des textes. A été remis à chacun un dossier de cinq textes courts portant tous sur des problèmes relatifs au couple et à la famille. Les textes ayant fait l’objet d’analyses sont repris dans un dossier en annexe de cet ouvrage. Il est conseillé de les lire dès le début et de les relire en cours d’analyse. Chacun de ces textes a un statut spécial : récit de vie, article de presse, interview d’une autorité ecclésiastique, ... Chaque analyste se devait de choisir un texte. Le caractère didactique découlant de cette contrainte pouvait rendre l’exercice un peu artificiel. Mais l’acceptation de cette règle permettait d’accentuer l’effet d’objectivation recherché par le séminaire. Le choix du texte analysé est déjà révélateur du propos que la technique cherche à opérationnaliser. Certains types de textes sont apparus comme plus adéquats pour mettre en œuvre certaines méthodes.

4Parmi les textes deux ont été choisis : « Le récit de Claire » et « L’interview du Cardinal Danneels ». Le choix du texte apparaît comme révélateur de la connivence entre la méthode et un type de matériau. En outre, le fait qu'un même texte était choisi par deux méthodes nous a permis de présenter les analyses par couple, ce qui renforçe l’intérêt didactique de la comparaison et aide à dégager la potentialité interprétative de chaque méthode.

5Ce passage par l’objectivation des techniques facilite en outre une comparaison avec les méthodes d’analyse quantitative. Ceci nous a permis de remarquer assez vite l’absence de symétrie entre les deux démarches. Pour les méthodes d’analyse qualitative, il est moins facile d’isoler techniques et projet de recherche. En outre, les techniques y apparaissent moins rigides. Certes, elles sont codifiables, mais elles sont susceptibles de s’adapter quelque peu d’après le propos de chaque nouvelle recherche.

6Dans le présent volume, les analyses sont introduites par un texte s’intitulant : Questions pour la comparaison des méthodes. Ces questions ont été préparées par les membres du Centre d’études sociologiques de Saint-Louis, comme base du séminaire où chacun des analystes a fait une première présentation.

7L’architecture de cet ouvrage fait écho au processus qui l’a engendré. Après l’introduction dont il vient d’être question, une première partie comprend l’exercice réalisé à partir des quatre méthodes. La seconde partie du volume est consacrée à une étude comparative et critique. Elle a été réalisée par les membres de l’équipe sociologique des Facultés Saint-Louis et par l’une ou l’autre personne sollicitée par cette équipe.

8Cette étude a été menée sur deux plans. D'une part, elle comprend un regard extérieur à la sociologie, à partir de la linguistique et de l’analyse littéraire. Cela s’imposait : les analyses de contenu posent le problème de la communication verbale. Elles se sont d’ailleurs souvent inspirées de méthodes mises au point dans les disciplines littéraires. D’autre part, cette seconde étape s’interroge sur la pertinence de ces méthodes pour la sociologie : limitations inhérentes aux techniques, cumulativité et problématisation, lien entre méthodes et projets de recherche.

9Après ce tour d’horizon à la fois critique et comparatif, chacun des auteurs présente brièvement sa réaction sur les « manipulations » dont il a été l’objet. Ce dernier tour d’horizon permet de relancer le débat sur des points particulièrement sensibles aux auteurs. Il n’a nullement la prétention de le clore, mais vu la démarche adoptée, le dernier mot devait revenir aux analystes que nous remercions de s’être prêtés à cet exercice didactique.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search