Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les époux, le seigneur et la cité

 | 
Robert Jacob

Chapitre I. Un cadre spatial théorique : le groupe de coutumes picard-wallon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est à l’éminent juriste hollandais E.M. Meijers que l'on doit la découverte que ce qu’on devait appeler plus tard le « groupe de coutumes picard-wallon ». Au début des années vingt, ses travaux sur l’histoire du droit de la Belgique et des Pays-Bas l’avaient amené à constater l’existence de deux types d’organisation familiale coutumière, dont l’un occupait la Flandre, le Brabant occidental et le sud de la Hollande et l'autre le reste de ces territoires. Il appela le second « droit belgo-helvétique », parce qu’il en trouvait des traces disséminées dans toute l’Europe, jusqu’en Suisse. Mais ce groupe ne retint guère son attention1, accaparé qu’il était par l’étude du premier. Rapprochant le droit flamand et brabançon de certains cantons romands, du pays basque et de quelques autres contrées, il en conçut une hypothèse extraordinaire. Par réaction contre l’idée, commune à cette époque, que tout ce que Ton ne pouvait rattacher à l’influence du droit romain était nécessairement germani...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540