Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du bon usage de la ville. Utilisateurs et décideurs

 | 
Anne-Marie Kumps
, 
Jean Remy
, 
Robert Wtterwulghe

Troisième partie. Faire entreprendre

Intervenants privilégies

Solange Schwennicke, Peter Turlik, Josse Crabbe et Charles Picque

Texte intégral

Madame Solange SCHWENNICKE

1Je tiens à remercier le comité organisateur de ce colloque de m'avoir donné l'occasion de venir vous exposer les problèmes qu'a connus la société que je dirige. La maroquinerie DELVAUX est en effet le type même de la P.M.E. urbaine, née à Bruxelles, et qui a dû quitter la ville sous la pression des événements. Je crois qu'en vous contant brièvement l'histoire de cette firme je pourrai peut-être apporter certains éléments de réponse aux questions posées par les Professeurs Anne-Marie KUMPS, Philippe AYDALOT et Robert WTTERWULGHE.

2La maroquinerie DELVAUX fut fondée en 1829. Elle était localisée rue de l'Empereur aujourd'hui disparue, et qui se situait dans l'actuel quartier de l'Albertine. A l'époque la société fabriquait des malles et occupait une dizaine d'artisans. Au fil des années la société déménagea plusieurs fois ; rue de l'Ecuyer, rue Montagne aux Herbes Potagères, rue Neuve. Enfin, aux environs de 1900, elle s'établira au boulevard du Nord où elle restera pendant quarante ans environ.

3Durant cette quarantaine d'années la maroquinerie DELVAUX prit un certain essor. Très vite les dirigeants de l'époque s'aperçurent que les différents stades de la production devaient être divisés. C'est pourquoi on décida à ce moment d'installer les ateliers de la maroquinerie, rue Notre Dame du Sommeil. DELVAUX continua son expansion et compta jusqu'à 60 artisans vers 1970. Pour faire face à cette expansion, la société avait dû acquérir toutes les maisons attenantes aux bâtiments d'origine. Mais en fait nous constatâmes vers 1972, que la rentabilité de la firme était gravement compromise. Ceci s'expliquait principalement par une perte d'efficacité et des déperditions d'énergie causées par le véritable dédale d'escaliers que constituait l'ensemble hétéroclite des bâtiments.

4Nous voulions cependant conserver nos ateliers à Bruxelles, ne fût-ce que par égard vis-à-vis de nos artisans, qui tous habitaient en ville. Pendant 2 ou 3 ans nous avons tout essayé pour tenter d'atteindre cet objectif, nous avons même pris contact avec les autorités compétentes pour voir si elles pouvaient nous aider à trouver des locaux susceptibles de pouvoir nous accueillir et totalisant à peu près 20 ares.

5Pour répondre au Professeur Anne-Marie KUMPS, je crois qu'on peut parler ici d'un certain laisser-aller de la ville de Bruxelles qui ne nous a certainement pas prodigué le moindre encouragement à rester au cœur de la cité. Evidemment à l'époque les P.M.E. n'étaient pas à la mode comme elles le sont aujourd'hui... !

6Déçus et faisant contre mauvaise fortune bon cœur, nous nous sommes donc résignés à quitter Bruxelles et à transférer nos ateliers en périphérie, à Rhode-St-Genèse.

7Le Professeur WTTERWULGHE souhaiterait voir plus de P.M.E. industrielles s'épanouir en milieu urbain. Je crois quant à moi - et je me base sur mon expérience personnelle - que les circonstances actuelles sont très loin de favoriser un tel développement. Je conçois mal en effet une société occupant 50 ou 60 artisans allant s'installer provisoirement en périphérie, continuer sa production dans des locaux de fortune, en attendant qu'une opportunité se présente en ville. C'est pour moi une chose impensable. Nous y avons pensé et nous avons analysé le problème, mais il s'est avéré que c'est une solution beaucoup trop onéreuse et impossible à amortir.

8Pour terminer sur une note plus optimiste, je vous dirais simplement que j'aime Bruxelles où DELVAUX compte trois succursales. Le Professeur Philippe AYDALOT a établi tout à l'heure un parallèle entre la ville et l'économie marchande.

9Je peux illustrer sa thèse en vous confiant que les trois points de vente situés à Bruxelles - sur les 17 que compte la maroquinerie DELVAUX en Belgique - réalisent 50 % de notre chiffre d'affaires total. Je crois donc pouvoir dire que la ville n'est pas morte sur le plan des activités tertiaires, mais je suis néanmoins plus dubitative quant à la question de savoir si on parviendra encore à y réinsérer des activités de production.

Monsieur Peter TURLICK

  • 1 N.D.L.R. ; the Government of Margaret THATCHER.

10May I thank the University for inviting me here today to talk to you about the London Docklands Development Corporation. I speak as an urban planner who is employed by a Central Government agency, an agency which has been created by the present Government1 to try new solutions and new mechanisms to redevelop a part of London which has, over the last twenty years, been declining both in terms of population, and employment and which two or three years ago exhibited all the indices of deprivation and all the external signs of being abandoned completely, by the investment market, by people and others.

11A Corporation in the urban context even in the United Kingdom (U.K.) is a rather extreme approach, especially in London, where you have the Greater London Council (G.L.C.) which was created in 1964 expressly to look after strategic planning in the London area. You also have 32 London Boroughs, each one of which, is a planning authority in its own right.

12The reason why the present Government has created a corporation is that the area, as I said, resembled really a place of dereliction, with historic churches marooned like ships, in some kind of graveyard.

13I suppose it's also a reflection that the urban planner, certainly in U.K., hasn’t come to terms with changes which have taken place economically. Urban planning in the U.K. was created after the war with the 1947 Town and Country Planning Act and it was very easy to make proposals and plans, in times of expansion. There was also a very restrictive negative control policy, but the planner felt completely impotent, isolated when economic decline hit both the U.K. as well as other European countries a decline also experience in America in the 1960's. This Government therefore considered that one needed to create an agency which incorporated Central Government, the private sector, as well as elements of the public sector. The Secretary of State, Michael HESALTINE, in 1981 obtained considerable powers to set up Urban Corporations and to set up Enterprise Zones (there are 25 Enterprise Zones in the U.K.) with powers to terminate the life of the Corporation at will, which of course, gave an enormous incentive for those who were to work with the Corporation, to produce results.

14The powers that the Corporation has to regenate the London Docklands area are extensive. It's an area of some 40,000 people-survivors, - only ten years ago there were 55,000 people - it's an area of 2,200 hectares of land and it starts just accross the road from the Tower of London and extends eastwards out to Beckton, on both sides of the river Thames.

15It encompasses three London Boroughs and when the Corporation was created, in 1981 there was of course enormous political outrage, with petitions to the House of Lords and the Act which set up the Corporation was delayed for something like 3 months. And the reason why there was this delay was that its powers are enormous. The Corporation is able to acquire any land that it chooses : it can acquire land in its area by agreement, by compulsory purchase, or it can ask Parliament to transfer the land after the period of some 8 weeks and then the owner can argue in the Courts for many years about the price but the Corporation has the land from the moment Parliament passes that act and if you have a Parliament where the Government, like this Government here at the moment, has a majority, it's a very very quick system : normally it will take 18 months to 2 years to acquire land.

16The Corporation is also the planning authority. Any development scheme in the area whether it is an extension of a garage, a housing development of 200 homes, factories, whatever, the Corporation is the decision maker, it actually grants the permits.

17The Corporation also has powers to develop : it can build factories, it can build warehouses and other commercial shemes.

18It also obviously promotes the area and it is also the Enterprise Zone authority. The Enterprise Zone is a concept which provides considerable financial incentives for developers and there are 25 Enterprise Zones. One tenth of Docklands has Enterprise Zone status and in the Enterprise Zone, occupiers do not have to pay local taxes for a period of ten years. Anyone who invests money in the Enterprise Zone is able to obtain tax rebates against any profits which he has made in previous years. There is no tax if you sell land in the Enterprise Zone, and there is also a very much relaxed planning regime.

19In summary, Government has tried to create an oasis where entrepreneurs and investors can get on with the business of implementing schemes, rather than with the business of talking for months, to obtain permissions and get involved with a series of red tape.

  • 2 one pound = ±80 FB (April 1984)

20And last, but not least, the Corporation has considerable money. We get our money from Central Government as a grant, on average something like 50 million pound2 per year and we spend that money in a variety of ways.

21Obviously, the ways we spend it are very much orientated to turning what some have described as the backyard of London into a place where people want to live, to work and to play. It is a unique area which has been lying desolate for so many years but it has considerable assets, physical assets. It has assets of large expanses of water, historical villages with churches and obviously the asset of human ressources of 40,000 people who still live in the little villages scattered around Docklands. When we were created in July 1981, we established a methodology of operating which, perhaps, is slightly different from many local authorities. We decided to set up our headquarters in the area.

22Previous organisations preferred to operate from Westminster, from the City, it was very convenient for them, with all the facilities and it certainly was not convenient for us when we started work in 1981 in an empty building vacated by a shipping line, surrounded by over 2 millions square feet of obsolete warehousing. Having set up in the area, we started to encourage visitors to come and see us to talk of their projects, rather than for the Corporation staff to go an visit them in other parts of London. This was to try to change people's perception of the potential possibilities that Docklands could provide.

23We also decided to keep all our meetings on decisions private, and thus avoid confrontation with groups claiming to represent local people. Our aim is to move forward with regeneration and the results are shown on the ground.

24Especially to be kept at arms length were local agitator groups, as I would describe them, because there were many many in the area and once again, this could have caused unnecessary political storms.

25And perhaps last and very important as well, we have kept a very small staff : the Corporation's permanent staff is about a hundred people, but we have in our offices something like 3 hundred people. And the other 2 hundred people are various consultants from the private sector, architects who are prepared to work with us on a single project which may take a month, two months, three months. We have only one lawyer. He Controls about 6 firms of lawyers in the City of London who also work for us. We make a point of only working with those agencies of the private sector who are prepared to second people, as it were, into our offices.

26In terms of our work, we have activities at different levels.

27One of the first things we did was to undertake a comprehensive programme of demolition of obsolete buildings, a comprehensive programme of landscaping, tree planting to try to straight away indicate to the people who live here, that we were going to be making changes for the better. But the key to our activity really is land.

28When we were created in July 1981, when the bill went through Parliament, at the same time, another bill went trough which gave us something like 250 hectares of land which became ours overnight.

29And we straight away commissioned various firms of engineers and others to prepare these sites, to demolish buildings, to demolish old foundations and then to market the sites very much like new towns outside London whether it is Milton KEYNES, Runcorn and places like that, to provide what we call "green field conditions", and land in a "green field" status within London, 2 miles from the centre.

30We also obviously developed a philosophy of saying "yes", rather than "no", to schemes which came to us.

31It became very obvious, very quickly, that we were market led, as one calls it, responding to the market and wanting to create a partnership between the private sector, the investor, and the public sector represented by the Corporation.

32We also realised that we had to change people's perception of Docklands vis-à-vis other parts of London.

33Other parts of London have motorway access, they have Heathrow Airport, they are well served by trains. The main transport artery in Docklands for obvious reasons was the river Thames. We had therefore to insert major schemes of infrastructure and there are two significant projects at the moment.

34One is that we will be building an airport in Docklands at the end of this year undertaken by the private sector, a small airline company, and now, it has aroused a great deal of interest and two former directors of British Airways have become directors of this company. It's a small airport handling what we call a "Dash Seven" aircraft produced by the De Havilland of Canada which can take off and land in a very short space, providing a very very rapid service between London and the capital cities of Europe such as Brussels, Amsterdam, Paris, providing an intercity service in a sense.

35And the second major project of infrastructure is a light rapid transit System.

36With our population in Docklands, we could not afford to bring the metro into the area because we were at the lowest level of use.

37Work on that will start this summer, a project costing 77 million pound, which will introduce a transport System throughout the area. Let me say one of two words about existing firms. How do they fit in ? One can visualize new firms moving into the Enterprise Zone, and firms are moving in with great rapidity. At present there's something like a hundred new jobs created per month, where in the mid-1970's, 8 thousand jobs were being lost per annum.

38The sort of new firms in the Enterprise Zone are what we call "start up business" ; 2-3 man businesses operating in premises from 10 square meters to about 2 thousand square meters with a whole range of services provided there.

39We also operate a System of financial grants and loans to underpin existing firms activities. We also have created a Docklands Business Club whereby they can participate in our work and activity ; for example in the Enterprise Zone we have spent something like 14 million pound and the private sector has responded, with an invesment of something like 140 million pound, a ratio of 10 to 1. We call it leverage and this is the whole intention of Docklands : to try to lever out, to extract funds from the private sector so that they complement our own activities because we see ourselves with a limited future.

40The Government has said "If you are successful you have a life of perhaps five, six, seven years, but no more. Thus that is all the time we want to give you, as a Government, to create the momentum".

41It is an exciting project, I know one or two of you have already visited it and if any of you like to visit it and have an opportunity to do so I shall be only too delighted to show you around the area myself.

Monsieur Josse CRABBE

42Le Professeur Philippe AYDALOT se demandait si la ville, après avoir développé l'industrie, ne finissait pas par l'expulser. Ce phénomène se produirait notamment sous l'influence du coût des facteurs d'exploitation, en augmentation constante.

43C'est en effet ce qui dans une certaine mesure s'est produit à Bruxelles qui expulse ses industries, ou tout au moins les expulsait jusqu'il y a une dizaine d'années.

44La réaction des autorités régionales bruxelloises a été, notamment, de provoquer la naissance de facteurs de démarchandisation susceptibles d'aider l'entreprise à demeurer à Bruxelles, ou à s'y installer, en soulageant ses coûts d'installation. Telle est la mission de la Société de Développement Régional de Bruxelles (S.D.R.B.), qui pratique depuis dix années une politique d'aménagement industriel soit en matière de terrains, d'équipements ou en matière de bâtiments industriels. Elle met ces diverses infrastructures immobilières à la disposition des entreprises et ce, à un coût qui peut être considéré comme largement inférieur à ceux du marché. La contrepartie de cet avantage réside dans les caractéristiques de l'entreprise aidée : il doit s'agir d'entreprises industrielles, non polluantes, qui font éventuellement de la recherche, et qui procurent un emploi important quantitativement et qualitativement.

45L'outil majeur de cette politique de mise à la disposition des terrains a été l'emphytéose. La S.D.R.B., et le département de l'économie régionale qui l'a soutenue financièrement, ont procédé à l'acquisition de plusieurs dizaines d'hectares de terrains industriels ainsi que de bâtiments industriels. Cette acquisition s'est faite aux prix du marché. Les terrains et bâtiments sont mis à la disposition de l'entreprise à des taux inférieurs aux coûts du marché ; à charge pour la S.D.R.B. d'équilibrer ces coûts non pas sur 15 ou 20 ans mais sur 60 ou 90 ans.

46De la sorte, les entreprises sélectionnées par la S.D.R.B. et notamment l'industrie et la recherche, peuvent disposer de terrains en site urbain à un prix peu élevé.

47Ce problème de coût du sol à l'intérieur de la ville de Bruxelles est complexe. C'est ainsi qu'on assiste à un double phénomène : eu égard à la valeur élevée de ce sol, il se trouve que des petites et moyennes entreprises installées en ville aient eu la tentation de réaliser leur patrimoine immobilier afin de disposer des capitaux nécessaires à leur développement. Cette opération leur était rendue facile par l'existence en périphérie et surtout en province de terrains industriels équipés, qui leur étaient offerts par des Intercommunales à des coûts beaucoup plus faibles.

48De tels phénomènes se produisent en effet.

49Toutefois, il en existe un autre : celui qui a produit les nombreuses friches industrielles que l'on trouve au centre de Bruxelles et dans certaines communes antérieurement très actives au point de vue économique telles que Molenbeek et Anderlecht. Les raisons de ces friches industrielles sont multiples : la crise et les défauts structurels de l'industrie bruxelloise y jouent certes leur rôle.

  • 3 N.D.L.R., Monsieur CRABBE fait allusion aux Maroquineries DELVAUX : voir à ce propos l'intervention (...)

50Quoi qu'il en soit, si l'on assiste à une certaine fuite des entreprises hors du milieu urbain bruxellois, il faut tenir compte des caractéristiques spéciales de la ville avant de juger ce phénomène. Nous ne pouvons affirmer, en effet, qu'une entreprise quittant le centre de la ville pour s’installer à Rhode-St-Genèse ait véritable ment quitté le milieu urbain3. Il en va de même en ce qui concerne les entreprises qui s'installent dans la proche périphérie : Asse, Zellik, Diegem, Zaventem, Grimbergen, etc...

51Le modèle bruxellois est donc particulier : il obéit notamment à des impulsions d'ordre politique qui n'existent pas ailleurs.

52Le Professeur Philippe AYDALOT a également évoqué les parcs scientifiques. Bruxelles en possède quatre dont un, celui d'Evere-Bruxelles, peut être considéré comme étant "au centre de la ville".

53Ce qu'on peut dire de Bruxelles en ce qui concerne la présence industrielle à l'intérieur de la ville, est qu'il a fallu réagir vigoureusement contre une volonté qui s'est manifestée il y a une quinzaine d'années de transformer la ville en un centre routier, en un échangeur gigantesque et en une zone de bureaux à destination des services et du commerce. Ces secteurs économiques très agressifs, en regard de leur possibilité d'acheter le terrain à n'importe quel prix, étaient capables d'expulser les fonctions plus faibles telles la fonction résidentielle et surtout la fonction industrielle, incapables de les concurrencer à moyen terme.

54Les autorités responsables de la région, notamment la S.D.R.B., se sont efforcées de combattre ce mouvement centrifuge des industries. Elles y ont réussi dans une certaine mesure, puisque, malgré une sélection très sévère, certains zonings sont quasiment saturés.

55Un nouveau type de politique économique est entamé ; l’acquisition et la rénovation d'immeubles industriels anciens dont certains sont situés au centre-ville. Il existe une demande croissante pour ces immeubles. Celle-ci témoigne de la volonté persistante de l'industrie légère et de l'artisanat à demeurer dans le milieu urbain. A cet égard, il est regrettable qu'il n'y ait pas à Bruxelles une aide particulière en ce qui concerne la rénovation d'immeubles industriels.

56En outre, une demande croissante apparaît venant d'entreprises nouvelles, appartenant aux secteurs tertiaire et quaternaire à la fois (informatique, électronique, soft et hard, etc.).

57Ces mouvements n'apparaissent pas toujours dans les nombreuses analyses statistiques qui utilisent des nomenclatures sectorielles trop peu détaillées et qui ne correspondent pas toujours aux caractéristiques des nouvelles entreprises, notamment celles qui se situent dans les secteurs à technologie avancée (informatique, électronique et biochimie par exemple). Sur le terrain on constate, dans ces secteurs, comme aussi dans celui des entreprises traditionnelles, la volonté de s'installer ou de rester en milieu urbain, dès que les moyens de le faire sont fournis par les autorités, que ce soit la S.D.R.B., les régies foncières des communes ou celle de l'Agglomération. Cela est dû au fait que l'implantation en site urbain présente un grand nombre de facteurs favorables, principalement à Bruxelles qui est au centre du pays, qui abrite un grand nombre de centres de décisions publics ou privés, nationaux ou internationaux et qui dispose d'une infrastructure de transports divers très élaborée. Ces atouts ont été mis en exergue durant les exposés des Professeurs Anne-Marie KUMPS et Robert WTTERWULGHE.

58Pour Bruxelles nous devons contester ce que dit le Professeur Philippe AYDALOT des parcs scientifiques en général. Ceux-ci ne sont pas nécessairement les seuls endroits où des échanges industrie-université peuvent avoir lieu.

59Toutefois, en ce qui concerne le parc d'Evere notamment, il s'est produit un effet Evere qui, à l'heure actuelle, fait qu'un certain nombre d'entreprises de pointe veulent absolument s’y installer, parce que les autres s'y trouvent déjà.

60Disons pour terminer que, dans son effort de réinstaller l'industrie en milieu urbain, en ce compris certains parcs industriels aménagés par elle, la S.D.R.B. constate la présence de facteurs indispensables à leur promotion ;

  • l'abolition, dans une certaine mesure, du caractère exagéré du prix du sol ;

  • l'abolition des obstacles pratiques à l'exploitation : accès des bâtiments, possibilité de parcage, trop grande proximité de la résidence, etc... ;

  • la possibilité pour certains types d'exploitation de s'installer, à des coûts raisonnables, dans des bâtiments sans étage.

Monsieur Charles PICQUE

61Je voudrais me limiter à quelques considérations relatives à la question : où faire entreprendre dans la ville ?

62Depuis quelques années, nous voyons paraître toute une série d'études sur l'évolution des activités urbaines, avancer de multiples explications plus ou moins bonnes sur les mutations industrielles urbaines, mais nous nous sentons mal à l'aise quand il s'agit de mesurer exactement quelles sont les potentialités de redéploiement spatial de l'activité économique dans la ville. Il faut dire d'emblée que la relation entre le travail de l'urbaniste et celui de l'économiste a été très peu explorée jusqu'à ce jour. Or, il n'y a pas moyen de parler d'économie bruxelloise sans parler d'urbanisme, d'autant plus que les contraintes institutionnelles dans lesquelles nous vivons et qui limitent le territoire de Bruxelles rendent, bien sûr, l'optimalisation de toutes les possibilités spatiales que nous possédons dans les 19 communes indispensable et nécessaire.

63Il faut à mon sens travailler à trois niveaux. Il y a le niveau des parcs périphériques, premier niveau de travail. Il y a un deuxième niveau d'analyse spatiale, ce sont les zones où on peut admettre une certaine densité d’entreprises. C’est le concept des pôles de développement. On peut voir que dans l'agglomération bruxelloise il existe un certain nombre de quartiers où une densité assez grande d'entreprises est acceptable. Et enfin, troisième niveau de travail, peu exploré à mon sens, c'est celui des espaces dispersés. Dans ce domaine, peu de choses ont été déjà faites. La localisation ou la relocalisation d'entreprises dans ces espaces appellent l’examen de trois problèmes.

64Le problème du voisinage d'abord. Celui-ci est un problème angoissant, étant donné le rôle de la ville qui doit faire coexister un certain nombre de fonctions. Nous constatons des évolutions, dans le type et le profil d'entreprise à haute valeur ajoutée qu'on doit essayer d'attirer en ville. Ces entreprises sont techniquement moins perturbantes pour le tissu urbain. Les entreprises qui se créeront dans les secteurs de pointe et d'avenir semblent plus compatibles avec les critères qualitatifs de la vie urbaine.

  • 4 N.D.L.R., le programme F.A.S.T. est un programme de recherche en prospectives, placé sous la direct (...)

65Si on se réfère notamment au rapport F.A.S.T. qui est un instrument intéressant de prospectives européennes4, on constate, entre autres, qu'un des secteurs qu'il faut encourager est l'informatique et que nous avons des atouts en Europe dans ce domaine. Les entreprises de ce secteur peuvent s'insérer aisément dans la ville.

66Ensuite, il y a le problème du remembrement. Ces espaces dispersés correspondaient à une fonction qui n'est plus la même que celle que nous projetons d'encourager maintenant. Il s’agit de pouvoir remembrer et de pouvoir modifier les espaces parcellaires dans lesquels on travaille. Cela n'est pas toujours facile dans un tissu extrêmement dense où les facultés d'extension ou de réaménagement sont limitées. Nous passons ainsi à côté de certaines opportunités de relocalisation.

67Enfin, troisième problème, c'est celui de l'image. Il ne faut pas se faire beaucoup d'illusions. Le nouvel entrepreneur, celui qu'on désire attirer dans la ville, est sensible précisément à la création d'une image. Il y a certains discours parfois assez utopiques laissant entendre que certaines entreprises à haute technologie vont venir s'implanter à St-Gilles, à St-Josse, à Molenbeek et à Anderlecht. C'est ignorer que l'environnement immédiat et les équipements d'accueil de l'entreprise font de plus en plus partie du marketing des sociétés.

68Pour mieux cerner toutes ces contraintes, il faudrait certainement exécuter un travail qui viserait à examiner les compatibilités entre la demande et l'offre spatiale d'une agglomération comme Bruxelles. Autre élément de réflexion, et cela ne fait que compléter ce qui a déjà été dit par les Professeurs Anne-Marie KUMPS et Robert WTTERWULGHE : entreprendre dans la ville suppose un climat dans la ville et notamment un climat social. Si on entreprend dans la ville il faut vivre avec la ville, cela me semble tout à fait évident. Si on fait le pari de la localisation intégrée dans l'ensemble du territoire urbain, il est clair qu'il nous faut un équilibre socioéconomique à l'échelle de toute l'agglomération.

69Les quartiers de vieille industrialisation où il existe des opportunités foncières intéressantes pour l'entreprise, sont aussi des quartiers fragilisés socialement. Les problèmes de sécurité, de propreté publique, d'esthétique amènent beaucoup d'entrepreneurs à renoncer à l'achat ou à la location dans de tels quartiers. C'est un problème qui renvoit aussi à celui de l'image.

70Il faut donc une vision globale de la ville pour pouvoir intégrer l'entreprise. Il faut aussi revoir le rôle de l'entreprise, non seulement dans son rôle d'agent économique, mais aussi comme facteur de requalification urbaine. Il y a des endroits dans la ville qui résistent assez bien à la taudification, qui résistent assez bien au pourrissement, parfois parce qu'ils s'appuient sur un équipement collectif ou sur la présence d'une entreprise en activité. Le rôle de l'entreprise peut aussi être celui-là. Puisque l'entreprise que nous voulons attirer dans Bruxelles est une entreprise qui veut une image, cette image peut aussi profiter à un quartier, et inversement, recréer une image dans un quartier peut être favorable à l'attirance et à l'attractivité exercée sur l'entreprise. Certains quartiers qui sont aujourd'hui condamnés pour des raisons démographiques, des raisons de vétusté immobilière en partie irréversibles, condamnés aussi par des problèmes d'insécurité sociale, etc... peuvent éventuellement être requalifiés et réhabilités partiellement par la localisation industrielle qui se fera d'autant plus efficacement si des efforts de rénovation de l'habitat sont entrepris dans la même zone. L'entreprise et la rénovation des logements peuvent ainsi conjuguer leurs effets pour revaloriser ces quartiers crépusculaires.

71Je voudrais m'étendre sur le rôle des collectivités locales. Je pense qu'il faut aider celles-ci à définir une politique spatiale favorable à l'entreprise. On a beaucoup dit que les communes devaient faire des espaces publics, que les communes devaient réaliser des équipements collectifs. On a très peu parlé aux mandataires locaux du problème de l'entreprise. Ils sont peu sensibles à la problématique économique de l'aménagement de leur territoire. Il faut donc aider les communes à percevoir le rôle qu'elles peuvent jouer dans le facteur de relocalisation industrielle. Il existe des expériences à l'étranger. En Allemagne, des villes comme Dortmund par exemple, sont munies de services de documentation et de développement économique qui travaillent avec l'administration locale et qui collaborent avec les autres services locaux qui s'occupent d'habitat, qui s’occupent d'équipements collectifs, sociaux, etc...

72Pour terminer, je dirais ceci : il faudrait que les urbanistes fassent des radiographies précises, techniques, un inventaire concret de ce que la ville offre. Il nous faut une banque de données efficace, qui présente toutes les caractéristiques du bâti, de l'environnement et qui permette précisément de répondre à une demande d'un investisseur potentiel qui viendrait à Bruxelles. Ce qui existe est partiel et analyse surtout les caractéristiques architecturales et archéologiques. Je crois qu'en ce domaine l'urbaniste et l'économiste ont intérêt à travailler ensemble.

73Je voudrais dire encore deux choses qui me semblent essentielles pour compléter ce que Monsieur Josse CRABBE a dit. Les grands travaux sont extrêmement perturbants pour l'entreprise. Souvent on parle de l'impact des grands travaux en termes de vie de quartier, en termes de logement, mais je peux vous dire que dans certaines communes les travaux du métro ont fait fuir des petites entreprises qui ne reviendront pas à Bruxelles. Il est donc clair que le choix et l'exécution des grands travaux d'infrastructure (routes, métro,...) doivent aussi être pensés en fonction de ce danger.

Notes

1 N.D.L.R. ; the Government of Margaret THATCHER.

2 one pound = ±80 FB (April 1984)

3 N.D.L.R., Monsieur CRABBE fait allusion aux Maroquineries DELVAUX : voir à ce propos l'intervention de Madame SCHWENNICKE.

4 N.D.L.R., le programme F.A.S.T. est un programme de recherche en prospectives, placé sous la direction de la Commission des Communautés Européennes. Le rapport final est disponible auprès de celle-ci.

Auteurs

Administrateur-délégué de "DELVAUX MAROQUINERIE S.A.", Vice-président de la Chambre de Commerce de Bruxelles.

Directeur au London Docklands Development Corporation, Angleterre.

Directeur à la Société de Développement Régional de Bruxelles.

Premier Conseiller à la Fondation Roi Baudouin.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540