Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du bon usage de la ville. Utilisateurs et décideurs

 | 
Anne-Marie Kumps
, 
Jean Remy
, 
Robert Wtterwulghe

Troisième partie. Faire entreprendre

Entreprendre en ville : heurs et malheurs

Anne-Marie Kumps et Robert Wtterwulghe

Texte intégral

1. Introduction

1Il est important aujourd'hui de s'interroger sur la capacité des villes à accueillir les activités productives des entreprises.

  • 1 Demain, les villes ? Essai de réflexion prospective. Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, 1983.

2Si du 18e au 19e siècle, l'essor économique et l'essor urbain ont évolué de manière quasi parallèle, dès le début des années 1900, l'émergence de technologies nouvelles et la multiplication des moyens de transport ont contribué à modifier la problématique urbaine. Des zonings périphériques ont pris naissance et des infrastructures nouvelles se sont créées. Cela s'est matérialisé par une relative désindustrialisation des villes au profit de l'implantation d'activités de services qu'ils soient privés ou publics1.

3La crise que nous connaissons actuellement tend, entre autres facteurs, à promouvoir un raccourcissement des filières de production, une utilisation plus rationnelle de l'énergie, une réduction des navettes, une reconquête du marché intérieur, une valorisation des productions à haute valeur ajoutée et une intégration des nouvelles technologies dans les processus productifs. Ces divers éléments conduisent à plaider en faveur d'une revalorisation du rôle des villes dans la création d'activités de production.

4Cette problématique se pose avec acuité au niveau d'une ville-région comme Bruxelles.

5Par souci de réalisme, l'analyse du phénomène se limitera aux dix-neuf communes qui forment actuellement la région bruxelloise. Nous sommes conscients que d’un point de vue socio-économique, la zone d'influence de Bruxelles est beaucoup plus étendue. Elle dépasse, en effet, le cadre abstrait des dix-neuf communes et englobe une bonne partie du Brabant, principalement l'axe Nord-Sud. Mais, à partir du moment où une décision politique a figé la structure de l'État en trois régions dotées de pouvoirs spécifiques sur leur territoire, il est irréaliste de raisonner autrement. En effet, l'installation d'entreprises en périphérie hors de la région de Bruxelles mais au sein de sa zone d'influence socio-économique revêt une importance particulière dans le contexte belge. Ces localisations constituent un appauvrissement pour la région bruxelloise en termes de valeur ajoutée, d'emploi et de fiscalité et un enrichissement pour la région d'accueil. De même, du point de vue de la politique économique et plus particulièrement de la politique industrielle, on ne peut désormais raisonner valablement qu'en termes de "régions" en tenant compte non de leurs frontières naturelles mais bien de leurs frontières juridiques.

6L'économiste doit dans ses argumentations et ses développements se plier à cette contrainte politique à défaut de quoi son analyse perd toute portée utile dans une perspective d'aide à la décision politique. Avant d'aborder l'analyse proprement dite de la problématique "d'entreprendre en ville", il est nécessaire d'examiner l'évolution de divers facteurs socio-économiques de la région bruxelloise à savoir la population, l'emploi et le chômage.

2. L'évolution des données socio-économiques de la région bruxelloise

7Si le territoire de la Capitale ne représente que 0,53 % de celui du Royaume, on constate néanmoins que Bruxelles occupe selon différents paramètres analysés une importance bien plus que proportionnelle à celle de son territoire.

8Ainsi, en nous référant aux données statistiques disponibles fin 1982, on observe qu'elle regroupe 10,04 % de la population totale, occupe 19,59 % de l'emploi salarié du Royaume et compte 10,6 % du nombre total des indépendants recensés en Belgique. Par ailleurs, 14,75 % des entreprises et 15,27 % des établissements belges sont localisés dans les dix-neuf communes.

9D'autre part, selon les données statistiques de 1979 qui sont les plus récentes disponibles en ce domaine, il s'avère que Bruxelles contribue à concurrence de 15,7 % à la formation de la valeur ajoutée brute au coût des facteurs du Royaume. Le produit intérieur brut par habitant s'établit à 455.200 F contre une moyenne nationale de 297.400 F. Si on exprime ces données à prix constants de 1975, ces chiffres passent respectivement à 349.300 FB et 238.200 FB.

10S'il est vrai que Bruxelles-Capitale est une région au niveau de développement élevé, l'analyse de l'évolution d'un ensemble d'indicateurs socioéconomiques révèle néanmoins une évolution préoccupante comparée à celle observée au niveau du Royaume. Cette constatation nous amène à préconiser la mise en place d'une politique régionale bruxelloise globale où ne pourraient être dissociées expansion économique, rénovation urbaine, intégration de la population étrangère, infrastructures et complémentarité des institutions.

2.1. La population

11Comme d'autres noyaux de zones urbaines, Bruxelles subit une baisse de population indigène. Elle se dépeuple de ses ressortissants nationaux qui s'installent en périphérie. Les chiffres sont révélateurs de ce mouvement.

12En six ans, à savoir du 1er janvier 1977 au 1er janvier 1983, la Capitale perd 3,8 % de sa population totale et 7,8 % de sa population belge. Par contre, on assiste à un accroissement très marqué de la population immigrée qui augmente de 10,41 % durant la même période.

13C'est ainsi qu'aujourd'hui, un habitant sur quatre est étranger sans tenir compte de la non comptabilisation d'environ 40.000 étrangers à statut Européen ou diplomatique.

14La comparaison avec le Royaume révèle une évolution différenciée. La population totale s'accroît de 0,21 %. Ceci résulte de l'effet conjugué d'une baisse de 0,01 % de la population belge et d'une augmentation de 2,48 % de la population étrangère.

15Une autre caractéristique de la population bruxelloise indigène est son âge élevé. En effet, l'analyse révèle une pyramide d'âge de la population belge bruxelloise inversée par rapport à la structure idéale. Les classes "jeunes" sont sous-représentées par rapport aux classes plus âgées. L'indice de vieillissement de la population bruxelloise atteint 167. Ceci signifie que pour 167 belges bruxellois âgés de plus de 65 ans, il n'y en a que 100 âgés de moins de 15 ans.

16Ainsi, non seulement la population indigène bruxelloise diminue mais de plus la tendance au vieillissement est importante. Seule la vitalité démographique des étrangers compense pour partie la diminution observée pour la population belge.

  • 2 Source : Recensement général de la population au 1er mars 1981 et calculs du Séminaire d'Économie e (...)
  • 3 Nous avons considéré comme population active, la population âgée de + de 15 ans et de - de 65 ans.

17Si de telles tendances se confirment, elles engendreront à plus ou moins court terme de sérieux problèmes. En effet, d'après les calculs, l'indice d'inactivité de la population bruxelloise est de 272. Ceci signifie que si les ressources financières n'étaient pas transférables entre les régions, cent bruxellois actifs3 devraient supporter la charge de 27 pensionnés à laquelle s'ajouterait celle de 27 jeunes âgés de moins de 15 ans.

18En réalité, cet indice est sous-estimé, puisque du total de la population active ne sont pas déduits les jeunes de plus de 15 ans qui sont encore aux études, la masse sans cesse croissante des chômeurs, ainsi que les prépensionnés. En ne tenant compte que de la seule population belge, l'indice d'inactivité est encore plus élevé. Il atteint 34. Cent belges bruxellois actifs supporteraient donc la charge de 34 pensionnés et de 20 jeunes âgés de moins de 15 ans.

19La population bruxelloise subit une évolution préoccupante. La population de souche belge diminue et vieillit. Elle est remplacée par une population immigrée. Ce processus implique des mutations urbaines caractérisées par la modification de quartiers entiers qui voient leur population changer au risque de créer des ghettos que l'on connaît dans d'autres grandes villes. Ce phénomène est récent à Bruxelles mais a des conséquences évidentes et importantes, notamment sur la problématique "d'entreprendre en ville". Jusqu'à présent, malgré les expériences étrangères, force est de constater qu'aucune politique cohérente d'urbanisme et d'intégration harmonieuse des étrangers n'a été pratiquée à Bruxelles.

2.2. L'emploi et le chômage

20Après avoir analysé l'évolution de la population, il est intéressant de s'attarder quelque peu à l'évolution de l’emploi et du chômage à Bruxelles.

21En ce qui concerne l'emploi salarié à Bruxelles, une première constatation s'impose. Avec 561.206 emplois au 30 juin 1982, Bruxelles compte pour 19 % du montant des emplois du Royaume. La Flandre intervient pour 52,9 % et la Wallonie pour 28,1 %. Malgré son exiguïté territoriale, la Capitale est donc un offreur d'emplois salariés important. Néanmoins, en termes d'évolution, on constate une décroissance plus importante que celle observée au niveau du Royaume.

22A la lecture du tableau 1, il apparaît que l'emploi salarié à Bruxelles décroît de 4,6 % sur la période 1977-1982. Ce pourcentage est supérieur à celui du Royaume qui atteint 3,2 %. Bruxelles se caractérise encore par une décroissance continue de l'emploi sur la période nettement plus importante que celle observée au niveau du Royaume. L'analyse des variations relatives annuelles d'emploi à Bruxelles, révèle, en effet, une dégradation qui tend à s'amplifier d'année en année.

23Il est par ailleurs révélateur d'examiner les composantes sectorielles de cette évolution de l'emploi salarié.

24Bruxelles se distingue à nouveau de l'évolution du Royaume. En effet, au niveau du pays, seuls les secteurs primaire et secondaire marquent une décroissance avec respectivement - 9,9 % et - 17,9 %.Par contre, le secteur tertiaire s'accroît de 7,9 % et compense en grande partie les pertes enregistrées dans les deux autres secteurs. Au total, le pourcentage global des pertes d'emplois est de 3,2 %.

TABLEAU 1. EVOLUTION ANNUELLE DE L’EMPLOI SALARIE (%)

BRUXELLES

PRIMAIRE

SECONDAIRE

TERTIAIRE

TOTAL

1977-78

- 8,88

- 2,49

+ 0,74

+ 0,01

1978-79

- 0,40

- 4,02

+ 0,84

- 0,22

1979-80

- 11,83

- 3,53

+ 0,41

- 0,42

1980-81

- 8,79

- 7,82

- 1,11

- 2,48

1981-82

+ 9,13

- 7,36

- 0,21

- 1,59

1977 jusque 1982

- 20,37

- 22,89

+ 0,65

- 4,63

Source : O.N.S.S. + Calculs propres.

ROYAUME

PRIMAIRE

SECONDAIRE

TERTIAIRE

TOTAL

1977-78

-2,81

-3,58

+ 2,58

-0,1

1978-79

-2,23

-2,00

+ 3,27

+ 1,1

1979-80

-2,59

-2,33

+ 1,49

-0,05

1980-81

-2,99

-6,48

-0,22

- 2,68

1981-82

+ 0,35

-4,92

+ 0,58

-1,49

1977 jusque 1982

-9,91

-17,93

+ 7,91

-3,23

Source : O.N.S.S. + calculs propres.

25À Bruxelles, la situation est différente dans la mesure où le tertiaire ne s'accroît que très faiblement soit + 0,65 % et où le secondaire décroît proportionnellement plus qu'au niveau du Royaume avec un taux de - 22,9 %. Cette situation est d'autant plus préoccupante que depuis 1980 l'emploi tertiaire ne croît plus et s'érode lentement. On ne peut conclure dès lors que Bruxelles se "tertiaire". Par rapport au Royaume, le tertiaire à Bruxelles voit son importance relative décroître. En effet, la Capitale comptait, en 1977, 27,2 % des emplois tertiaires. Ce pourcentage passe à 25,3 % en 1982.

  • 4 Les graphiques 1 et 2 sont repris aux pages 171 et 172.

26Le graphique 1 illustre l'évolution de l'emploi salarié pour Bruxelles et le Royaume durant la période 1977-1982. Le graphique 2 reflète l'évolution sectorielle de l'emploi salarié à Bruxelles durant les mêmes années.4

27Après avoir analysé l'évolution de la population et de l'emploi, il est intéressant de s'attarder quelque peu à celle du chômage.

28Le tableau 2 donne l'évolution du nombre de chômeurs complets indemnisés pour Bruxelles et le Royaume, en termes de moyenne mensuelle.

GRAPHIQUE 1 - EVOLUTION ANNUELLE DE L'EMPLOI SALARIE POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME (1977 = 100)

GRAPHIQUE 1 - EVOLUTION ANNUELLE DE L'EMPLOI SALARIE POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME (1977 = 100)

Source : O.N.S.S. + Calculs Centre d’Etudes Régionales Bruxelloises

GRAPHIQUE 2 - EVOLUTION ANNUELLE SECTORIELLE DE L'EMPLOI SALARIE BRUXELLOIS (1977 = 100)

GRAPHIQUE 2 - EVOLUTION ANNUELLE SECTORIELLE DE L'EMPLOI SALARIE BRUXELLOIS (1977 = 100)

Source : O.N.S.S. + Calculs Centre d’Etudes Régionales Bruxelloises

TABLEAU 2. EVOLUTION DU NOMBRE DE CHOMEURS COMPLETS INDEMNISES POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME

TABLEAU 2. EVOLUTION DU NOMBRE DE CHOMEURS COMPLETS INDEMNISES POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME

Source : O.N.E.M. + Calcule propres.

29Avec près de 55.000 chômeurs en moyenne, Bruxelles représente, en 1983, environ 11 % du chômage national. Le taux de croissance de la population en chômage depuis 1977 est, par ailleurs, plus élevé dans la région bruxelloise. Il atteint 94,2 % contre 91 % au niveau du Royaume. Il est intéressant de signaler à cet égard que les taux de croissance du nombre de chômeurs complets indemnisés s'établissent, pour la même période, en Flandre et en Wallonie à respectivement 101 % et 75 %.

30Le graphique 3 illustre l'évolution du chômage au niveau du Royaume et de Bruxelles durant la période 1977-1983.

  • 5 Situation au 30 avril 1984.

31Une analyse plus fine des composantes du chômage bruxellois par rapport à celles du chômage national met en évidence quelques particularités qu'il est pertinent de souligner5. Contrairement au Royaume et aux deux autres régions, le chômage masculin prédomine à Bruxelles ; 54,4 % des chômeurs sont de sexe masculin dans la région bruxelloise alors que ce pourcentage n'est que de 46,7 % au niveau national. De même, 37,6 % des chômeurs sont étrangers dans la capitale contre 13,4 % en Belgique. Cette caractéristique découle directement de l'analyse de la population qui a été faite.

32Si Bruxelles possède une part relative plus grande de chômeurs possédant un titre universitaire - 2,9 % contre 1,3 % pour le Royaume - elle se caractérise également par un pourcentage de chômeurs ayant un simple diplôme d'études primaires supérieur à celui du Royaume. Ce dernier s'élève à 64,3 % à Bruxelles contre 51,3 % pour le Royaume. Ce phénomène doit être mis en relation avec le degré de scolarisation des populations actives correspondantes.

33D'une part, la région bruxelloise possède un pourcentage d'universitaires plus élevé que celui du Royaume. D'autre part, l'importance relative d'une population immigrée, généralement peu scolarisée, explique cette masse de chômeurs n'ayant qu'un degré inférieur de formation.

34Cette situation risque d'engendrer un nombre de chômeurs plus élevé dans le long terme même en période de reprise. Le degré de qualification d'un travailleur influence directement sa capacité de trouver un emploi. À cela s'ajoute le fait qu'il semble que des populations immigrées mises au chômage dans les deux autres régions du pays aient tendance en cas de perte d'emploi à se relocaliser à Bruxelles, au sein de populations de même nationalité.

GRAPHIQUE 3 - EVOLUTION ANNUELLE DU CHOMAGE COMPLET INDEMNISE POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME (1977 = 100)

GRAPHIQUE 3 - EVOLUTION ANNUELLE DU CHOMAGE COMPLET INDEMNISE POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME (1977 = 100)

Source : O.N.E.M. + Centre d'Études Régionales Bruxelloises

3. Entreprendre à Bruxelles

35L'activité des indépendants et des entreprises constitue la base du développement économique d'une région.

36Il est, dès lors, important d'analyser si indépendants et entreprises trouvent à Bruxelles les conditions de leur essor. Si tel n'était pas le cas, il convient d'établir un diagnostic et de prendre les mesures pour créer un environnement propice à leur implantation au sein des dix-neuf communes. Il faut, en effet, que Bruxelles garde son pouvoir économique et ne le perde pas au profit des deux autres régions avec les conséquences de dépendance, non seulement économique mais aussi politique, que cela impliquerait.

3.1. Les indépendants

  • 6 Les statistiques utilisées sont celles de l'Institut National d'Assurances Sociales pour Travailleu (...)

37Par indépendants, on entend l'ensemble des personnes physiques qui exercent une activité professionnelle en raison de laquelle elles ne sont pas engagées dans les liens d'un contrat de louage de travail ou d'un statut6.

38Le tableau 3 donne pour la période 1977 - 1983 le nombre d'indépendants recensés pour Bruxelles et le Royaume.

TABLEAU 3. EVOLUTION DU NOMBRE D’INDEPENDANTS POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME

TABLEAU 3. EVOLUTION DU NOMBRE D’INDEPENDANTS POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME

Source : Tableau de Bord Socio-Économique Bruxellois, Bruxelles, Centre d'Études régionales Bruxelloises, des F.U.S.L. et ICHEC, 1983

39Il apparaît qu'aujourd'hui, Bruxelles compte 10,6 % du nombre total des indépendants contre 11,1 % en 1977. L'importance relative des dix-neuf communes en termes d'indépendants s'érode donc lentement au fil des années.

40Par ailleurs, l'évolution de l'emploi indépendant met en lumière la mauvaise situation relative de Bruxelles. En effet, sur la période 1977 - 1983, le nombre d'indépendants décroît de 5,2 % à Bruxelles - 2.925 unités - contre seulement 1 % - 5.079 unités - pour l'ensemble du pays. Les diminutions enregistrées dans la région bruxelloise constituent 55,6 % du nombre total des pertes observées au niveau du Royaume.

41Le graphique 4 illustre l'évolution du nombre d'indépendants pour Bruxelles et le Royaume en prenant l'année 1977 comme base 100.

GRAPHIQUE 4 - EVOLUTION DU NOMBRE D’ASSUJETTIS A L'INASTI DONT L'ACTIVITE INDEPENDANTE EST PRINCIPALE (1977 = 100)

GRAPHIQUE 4 - EVOLUTION DU NOMBRE D’ASSUJETTIS A L'INASTI DONT L'ACTIVITE INDEPENDANTE EST PRINCIPALE (1977 = 100)

Source : INASTI + Calculs Centre d'Études Régionales Bruxelloises

42En termes d'évolution annuelle du nombre d'indépendants, on constate qu'hormis les périodes 1980-1981 et 1982-1983, la région bruxelloise se comporte moins bien que le Royaume. Si pour l'ensemble du pays, on observe une reprise en 1979 et en 1982 avec des accroissements nets respectivement de 2.243 et 601 indépendants, il n'en va pas de même à Bruxelles qui perd durant ces années 595 et 157 unités. Le tableau 4 reflète ces évolutions.

TABLEAU 4. EVOLUTION ANNUELLE DES INDEPENDANTS (%)

BRUXELLES

ROYAUME

1977 - 1978

- 1,34

- 0,02

1978 - 1979

- 1,07

+ 0,44

1979 - 1980

- 1,88

- 0,32

1980 - 1981

- 0,14

- 0,68

1981 - 1982

- 0,59

+ 0,12

1982 - 1983

- 0,29

- 0,55

1977 - 1983

- 5,22

- 1,01

Source : I.N.A.S.T.I. + calculs propres.

43Les différents secteurs auxquels appartiennent les indépendants ne sont pas frappés de la même manière. Le tableau 5 reprend l'évolution du nombre d'assujettis à l'I.N.A.S.T.I. par grand secteur d’activité pour les dix-neuf communes bruxelloises.

TABLEAU 5. EVOLUTION DU NOMBRE D'ASSUJETTIS A L'I.N.A.S.T.I. POUR BRUXELLES

TABLEAU 5. EVOLUTION DU NOMBRE D'ASSUJETTIS A L'I.N.A.S.T.I. POUR BRUXELLES

Source : I.N.A.S.T.I. + Calculs propres.

44On observe à Bruxelles un accroissement très sensible de 1.559 indépendants soit 16 % dans le secteur des professions libérales. Les services connaissent aussi une augmentation très faible de 2,7 % correspondant à la création nette de 97 unités. Ceci pourrait pourtant n'être qu'un effet induit de la crise et représenter en fait un chômage camouflé. Combien de jeunes juristes ne s'inscrivent-ils pas au Barreau à défaut de trouver un emploi et pour éviter d'être chômeurs....

45En faisant abstraction de l'agriculture et de la pêche, phénomènes marginaux à Bruxelles, on remarque que le secteur des professions diverses accuse la perte proportionnelle la plus élevée avec une diminution relative de 33 % soit 923 unités sur un nombre total de 2.785 en 1977. L'industrie se caractérise par une diminution de 1.933 indépendants correspondants à un taux de décroissance de 11,8 %. Le commerce perd 6,8 % de ses indépendants, soit 1.559 unités.

3.2. Les entreprises

46L'analyse de l'évolution du nombre d'entreprises constitue un élément d'appréciation du dynamisme économique d'une région et permet d'anticiper sur le devenir de l'emploi et de la valeur ajoutée de celle-ci. Si le taux de renouvellement du tissu industriel est négatif, cela signifie des pertes d'emploi et une diminution de la richesse économique. Au contraire, un taux positif de renouvellement implique la création d'emplois nouveaux pour l’avenir et est porteur des germes d'une croissance économique.

47L'évolution du nombre d'entreprises à Bruxelles va permettre d'analyser la vitalité économique de la région bruxelloise par rapport au reste du Royaume. Le solde net d'entreprises tient compte, en effet, de la création et de la disparition des entreprises.

48Une ville comme Bruxelles suit-elle une évolution similaire en termes de créations nettes d'entreprises à celle des autres régions ou, au contraire, le mouvement est-il différent ? Si oui, quelles sont les variables explicatives de ces tendances différenciées ?

49Comme pour les autres indicateurs, Bruxelles se distingue par une évolution spécifique préoccupante.

50Alors que le Royaume connaît une croissance de 1,1 % du nombre de ses entreprises entre 1977 et 1982, Bruxelles se caractérise par une décroissance de 6,8 %. La Belgique voit, en effet, sa population d'entreprises croître de 1.523 unités tandis que la Capitale enregistre une disparition de 1.448 entités. Le graphique 5 illustre cette évolution.

51Comme l'indique le tableau 6, ce processus de "dénatalité" se retrouve tant dans le secteur secondaire que tertiaire et ce, quelle que soit la classe d'emploi.

52Au niveau national, il apparaît que les secteurs secondaire et tertiaire connaissent une évolution nettement plus favorable qu'en région bruxelloise. Les taux de décroissance observés dans le secteur secondaire sont systématiquement inférieurs aux taux de dénatalité bruxellois.

53Ainsi, le Royaume perd 8,9 % de ses entreprises du secteur secondaire, alors que Bruxelles connaît une diminution de 19,2 % des entreprises de ce secteur. Il est intéressant de remarquer que, sauf pour la classe de 50 à 99 emplois, les taux de disparition augmentent tant à Bruxelles que pour le pays avec l'importance de la classe d'emploi. Par ailleurs, on observe un taux de renouvellement positif de 7,9 % des entreprises du secteur tertiaire pour l'ensemble du pays, alors que la région bruxelloise se caractérise par une diminution de 2,5 % des entreprises appartenant à ce secteur. À nouveau, mis à part pour la classe de 50 à 99 emplois, on constate que l'augmentation du nombre d'entreprises du tertiaire au niveau du Royaume est d'autant plus importante que les entreprises sont de petite dimension. De même, les taux de dénatalité bruxellois du secteur tertiaire sont d'autant plus faibles que les entreprises sont de petite dimension.

GRAPHIQUE 5 : EVOLUTION DU NOMBRE D'ENTREPRISES (TOUTES CLASSES D'EMPLOI CONFONDUES) POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME (1977 = 100)

GRAPHIQUE 5 : EVOLUTION DU NOMBRE D'ENTREPRISES (TOUTES CLASSES D'EMPLOI CONFONDUES) POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME (1977 = 100)

Source : Croisement T.V.A. – O.N.S.S. + Calculs Centre d’Etudes Régionales Bruxelloises

TABLEAU 6. ENTREPRISES : EVOLUTION PAR GRANDS SECTEURS ET CLASSES D’EMPLOI ENTRE 1977 ET 1982

TABLEAU 6. ENTREPRISES : EVOLUTION PAR GRANDS SECTEURS ET CLASSES D’EMPLOI ENTRE 1977 ET 1982

Les nombres entre parenthèses représentent les écarts en chiffres absolus.
Source : Croisement T.V.A – O.N.S.S. + Calculs Centre d’Etudes Régionales Bruxelloises.

54Le tableau 7 établit une comparaison de l'évolution du nombre d'entreprises à Bruxelles par rapport au Royaume sur base de la taille. Quatre classes d'emploi ont été retenues : 1 à 4, 5 à 49, 50 à 99 et plus de 100 travailleurs occupés.

55Au niveau global du Royaume, il apparaît que l'accroissement du nombre d'entreprises repose sur la création de nouvelles petites entreprises ; + 3,8 % dans la catégorie des firmes occupant de 1 à 4 personnes et + 1,7 % dans celle employant jusqu'à 49 personnes. Cette croissance compense en termes absolus le montant des disparitions enregistrées dans les autres classes d'emplois. Il y a donc un esprit d'entreprendre au niveau du Royaume. Le processus de "reproduction" des entreprises est assuré par la création de petites entreprises qui demain grandiront et apporteront une valeur ajoutée au pays. Si certaines sont appelées à disparaître par un processus sélectif de concurrence, elles seront remplacées par d'autres.

56À Bruxelles, ce processus n'est malheureusement pas assuré. Quelle que soit la taille des entreprises, la région se distingue par une décroissance. Comme l'illustre le graphique 6, la création de petites entreprises ne compense pas les disparitions de celles-ci. La volonté d'entreprendre en ville s'érode. On ne crée pas assez d'entreprises pour compenser les disparitions ou les relocalisations.

TABLEAU 7. EVOLUTION ANNUELLE DES ENTREPRISES PAR CLASSE D’EMPLOI (EN %)

TABLEAU 7. EVOLUTION ANNUELLE DES ENTREPRISES PAR CLASSE D’EMPLOI (EN %)

Source : Croisement T.V.A - O.N.S.S. + calculs propres.

Source : croisement T.V.A - O.N.S.S. + calculs propres.

GRAPHIQUE 6 - EVOLUTION DU NOMBRE D’ENTREPRISES BRUXELLOISES PAR CLASSES D'EMPLOI (1977 = 100)

GRAPHIQUE 6 - EVOLUTION DU NOMBRE D’ENTREPRISES BRUXELLOISES PAR CLASSES D'EMPLOI (1977 = 100)

Source : Croisement O.N.S.S. – T.V.A. + Centre d’Etudes Régionales bruxelloise

57Tout au plus s'avère-t-il que la classe des petites entreprises se comporte moins mal que celle des moyennes et des grandes ; - 3,6 % et - 6,2 % pour les catégories d'entreprises occupant de 1 à 4 et de 1 à 49 personnes contre - 20,3 % et - 15 % pour celles employant respectivement entre 50 et 99 et plus de 100 travailleurs.

58Les entreprises de toute petite dimension, que l'on pourrait assimiler à de l'artisanat, semblent moins touchées dans la région bruxelloise et paraissent offrir une meilleure résistance dans le cadre d'une évolution générale défavorable.

59La disparition est la plus importante dans la classe de 50 à 99 travailleurs. Celle-ci perd près d'une entreprise sur cinq durant la période sous revue. Ce pourcentage est nettement supérieur à celui des autres classes d'emploi. La taille moyenne paraît donc une dimension particulièrement critique dans la période de crise que nous connaissons. Cette constatation n'est pas spécifique à la région bruxelloise, elle se retrouve au niveau du Royaume.

60À Bruxelles, les taux de décroissance et ce, quelle que soit la classe d'emploi, sont relativement moins importants de 1979 à 1980 et de 1980 à 1981. L'année 1982 s'avère, par contre, particulièrement désastreuse. Les taux de "dénatalité" s'accroissent de manière importante dans toutes les classes d'emploi. Une comparaison avec l'évolution annuelle des pertes d'emplois salariés fait apparaître un mouvement d'"anticipation" de l'emploi par rapport à celui des entreprises. Une explication résiderait dans le fait que de nombreux licenciements auraient précédé les fermetures définitives d'entreprises.

61Par contre, l'évolution bruxelloise ne se retrouve pas toujours au niveau national. On observe une diminution des entreprises occupant de 1 à 4 personnes de 1979 à 1980, alors que cette classe d'emploi connaît une croissance au cours des autres années, y compris 1982. Cette dernière année tout en accusant une diminution du nombre de sa population d'entreprises n'est pas soumise à l'évolution préoccupante observée à Bruxelles. Le taux de dénatalité des petites entreprises est quasi nul et celui des grandes est nettement moins important qu'à Bruxelles. À nouveau, la moyenne dimension accuse le taux le plus élevé de disparition.

3.3. La Trille, élément de mutation sectorielle

  • 7 P. KESTENS, J.M. POSTIAUX et C. VANDERMOTTEN Bruxelles, Capitale de la Richesse nationale ou Econom (...)

62Bruxelles se caractérise par l'importance relative de son secteur tertiaire. D'aucuns ont qualifié la situation d'"hypertrophie" du tertiaire et de distorsion de l'appareil productif bruxellois7.

63La région bruxelloise a effectivement connu, dans son histoire récente, une mutation économique significative.

64Une région qui était économiquement une zone industrielle - la première du pays - s'est progressivement transformée en zone tertiaire. Ainsi, si depuis le 19e siècle l'économie bruxelloise était essentiellement basée sur les secteurs de la transformation et de la construction, elle est aujourd'hui principalement axée sur le secteur tertiaire, à savoir le commerce, la restauration et l'hébergement, les transports, le crédit, l'assurance, la location, les services qu'ils soient privés ou publics.

65L'économie bruxelloise, comme les autres économies urbaines des pays industrialisés, n'a donc pas échappé au développement considérable du secteur tertiaire. Cette tertiarisation accrue ne permet pas une croissance très autonome et rend la capitale fort dépendante de la conjoncture économique en général et de l'évolution économique des deux autres régions du pays en particulier.

66Bruxelles ne s'est pas "tertiarisée" au hasard. Les activités qui s'y sont développées se fondent sur son caractère de "Capitale" et en ont fait le centre nerveux de l'économie du pays.

67La croissance de ce secteur tertiaire apparaît clairement au travers des quelques chiffres suivants. Ainsi, actuellement 77,5 % des entreprises bruxelloises appartiennent au secteur tertiaire alors que ce pourcentage n'était que de 74,1 % en 1977. De même, 81,4 % des travailleurs sont aujourd'hui occupés dans le secteur tertiaire contre 77,6 % en 1977. Ces pourcentages sont nettement plus élevés que ceux observés au niveau national. En 1982, on comptait en Belgique 63,7 % des entreprises dans le secteur tertiaire contre 53,5 % en 1977. De même, en ce qui concerne l'emploi, il apparaît qu'en 1982 le secteur tertiaire occupait au niveau national 63,4 % des travailleurs salariés alors qu'il ne comptait que 56,8 % de ceux-ci en 1977.

68Néanmoins, il serait faux de considérer que ce mouvement de tertiarisation se poursuit au même rythme. L'évolution récente s'est modifiée sous l'impulsion des décisions politiques de régionalisation. On constate, en effet, que le nombre d'entreprises décroît lui aussi dans le secteur tertiaire à Bruxelles depuis 1977. Ce mouvement semble aller en s'amplifiant comme le démontre le tableau 8. Les évolutions 1978 - 1979 et 1981 - 1982 sont particulièrement préoccupantes. Bruxelles y perd respectivement 3,8 % et 2,2 % de ses entreprises tertiaires.

TABLEAU 8. EVOLUTION ANNUELLE SECTORIELLE DU NOMBRE D'ENTREPRISES (%)

BRUXELLES

SECONDAIRE

TERTIAIRE

TOTAL

1977 - 1978

- 4,48

+ 0,16

- 1,07

1978 - 1979

- 5,92

- 3,84

- 1,87

1979 - 1980

- 3,12

- 0,32

- 1,03

1980 - 1981

- 4,03

+ 1,02

- 0,19

1981 - 1982

- 5,21

- 2,16

- 2,83

1977 - 1982

- 19,17

- 2,53

- 6,79

ROYAUME

SECONDAIRE

TERTIAIRE

TOTAL

1977 - 1978

- 0,46

+ 3,02

+ 1,52

1978 - 1979

- 1,25

+ 0,89

+ 0,04

1979 - 1980

- 1,59

+ 1,45

+ 0,24

1980 - 1981

- 3,02

+ 1,71

- 0,06

1981 - 1982

- 2,90

+ 0,59

- 0,61

1977 - 1982

- 8,91

+ 7,88

- 1,12

Source : croisement O.N.S.S - T.V.A. + calculs propres.

69Si l'importance relative du tertiaire s'accroît quelque peu durant la période, c'est parce que le secondaire connaît une forte décroissance du nombre de ses entreprises.

70Il apparaît qu'au niveau du Royaume, l'évolution est différente. Le nombre d'entreprises du secteur tertiaire s'accroît très sensiblement durant la période. De 1977 à 1982, on observe, en effet, un taux de natalité net de près de 8 %.

71Par ailleurs, comme l'atteste le tableau 9, l'importance relative du secteur tertiaire augmente davantage en Flandre et en Wallonie qu'à Bruxelles. Cette dernière région, comme nous l'avons déjà souligné, se caractérise, en effet, par un tassement relatif de l'évolution de son secteur tertiaire.

TABLEAU 9. IMPORTANCE RELATIVE DES ENTREPRISES DES SECTEURS SECONDAIRE ET TERTIAIRE 1977 - 1982

TABLEAU 9. IMPORTANCE RELATIVE DES ENTREPRISES DES SECTEURS SECONDAIRE ET TERTIAIRE 1977 - 1982

Source : Croisement O.N.S.S. - T.V.A. + Calculs propres.

4. Analyse des causes de l'évolution observée et remèdes à y apporter

72La recherche des facteurs susceptibles d'expliquer l'évolution économique défavorable de la région bruxelloise par rapport à celle du Royaume en termes de population, emploi, chômage, indépendants et entreprises, nous amène à privilégier les caractéristiques "urbaines", "économiques" et "institutionnelles" des 19 communes de l'agglomération bruxelloise.

73Il est évident que le vieillissement de la population bruxelloise joint à un dépeuplement progressif de population indigène, à une croissance de population immigrée et à un niveau d'inactivité élevé ont modifié le marché à Bruxelles. Ces circonstances n'ont guère stimulé l'esprit d'entreprendre.

74Par ailleurs, ces dernières décennies, une politique urbaine anarchique s'est traduite par la destruction de quartiers entiers et de leurs structures socio-économiques. La construction de nouveaux ensembles de bureaux et de voies de pénétration à grande intensité de circulation a également modifié l'environnement. Parallèlement, les quartiers qui ne se sont pas renouvelés ont vu leur habitat vieillir et se prolétariser progressivement. La vétusté de l'habitat et le vieillissement du tissu urbain de la première couronne d'urbanisation ont eu, pour conséquence, des loyers modérés qui ont attiré une population étrangère à bas revenus et ont donné naissance à la constitution de véritables "ghettos". Cela a accentué un mouvement de relocalisation périphérique d'une population belge, bruxelloise, démographiquement et fiscalement dynamique. Cette mutation s'accompagne de la disparition et du transfert de certains types d'entreprises vers la périphérie, et, plus particulièrement, vers des zonings industriels aménagés à cet effet. Cette relocalisation de grandes entreprises en dehors des centres urbains entraîne, avec elle, la disparition ou le déménagement de petites et moyennes entreprises qui vivaient, en dépendance directe, de celles-ci au niveau du commerce ou de la sous-traitance, et même en dépendance indirecte, à travers les services et prestations fournis aux employés et ouvriers des grandes entreprises. De plus, ces déplacements ont eu pour conséquence l'abandon de zones industrielles importantes qui trouvent difficilement une réaffectation.

  • 8 B. SIMMER, "Rebuilding Cities : the Effects of Displacement and Relocation on Small Business" Chica (...)

75Des études réalisées notamment aux États-Unis, démontrent que ces déménagements affectent particulièrement les petites et moyennes entreprises8. On n'a guère analysé l'effet de ces transferts sur l'esprit d'entreprendre. Il est cependant raisonnable de penser que ce climat socioéconomique détourne de la région bruxelloise de nouveaux entrepreneurs.

  • 9 J.E. BOLTON, "Small Firms", Report of the Committee of Inquiry on Small Business, London, Her Majes (...)

76D'un point de vue économique, on ne peut négliger une caractéristique fondamentale de la P.M.E. qui réside dans son attache géographique. A l'inverse de la filiale de la grande entreprise, toujours prête à se relocaliser géographiquement, la petite est viscéralement liée à son environnement. Elle est ainsi plus sensible aux modifications de son milieu ambiant9.

77Des perturbations urbaines liées par exemple à une politique de travaux publics engendrant des difficultés de voies d'accès et par ce biais une diminution de la demande risquent de donner naissance à un mouvement de "dénatalité" d'entreprises de petite dimension.

78A ces problèmes s'ajoutent d'autres facteurs spécifiques liés au statut "transitoire" de la région bruxelloise. Celle-ci se trouve être l'enjeu d'un conflit politique d'influence linguistique qui engendre une "non-politique" et des blocages au niveau des différentes institutions bruxelloises.

79La structure politique et décisionnelle se caractérise, à Bruxelles, par un essaimage ou une superposition des pôles de décision qui ne facilite guère l'établissement d'une politique cohérente, mais provoque, au contraire, des blocages réciproques. Au niveau de la politique urbaine, par exemple, ceci a engendré la création de vastes zones mortes. Citons le quartier Nord, le quartier du Canal, pour lesquels aucune politique urbaine cohérente n'est proposée à ce jour.

80De même, il n'existe pas de politique d'intégration de la population immigrée. Toute initiative d'intégration à travers un cadre d'enseignement spécifique se heurte à l'incohérence des structures politiques de décision. Cette matière relève du pouvoir politique communautaire et non de l'exécutif de la région.

81S'il est vrai que l'importance prise par le secteur tertiaire à Bruxelles rend la région fortement tributaire des flux et échanges interrégionaux et internationaux, il ne faut pas perdre de vue que ce développement tertiaire est la conséquence partielle du rôle que joue Bruxelles en tant que Capitale du pays et en tant que Centre à vocation européenne et internationale affirmée. Par ailleurs, les entreprises spécialisées en ingénierie et en développement de la recherche ainsi que les bureaux d'études et les diverses firmes de conseils aux entreprises sont localisés dans ce secteur tertiaire.

82Pour redresser l'évolution de l'économie bruxelloise, il paraît utile de rendre la ville habitable pour ses habitants et de créer l'environnement nécessaire pour revaloriser son rôle dans l'implantation d'activités productives. Une place privilégiée doit être accordée aux entreprises de petite dimension qui de par leur nature s'insèrent plus aisément dans le tissu industriel urbain.

  • 10 B. MERENNE-SCHOUMAKER, Industrie, artisanat et tertiaire lourd en milieu urbain, in Demain les vill (...)

83La plupart des réflexions sur le devenir de la ville s'accordent d'ailleurs sur deux idées majeures : la coexistence des fonctions est un facteur essentiel de l'animation urbaine et l'interpénétration des fonctions assure une répartition plus équilibrée des populations10 - Il faut rendre la ville à ses habitants et à ses entreprises.

84D'un point de vue économique, il paraît impératif de concevoir à la fois une politique d'accueil pour les petites entreprises et une politique industrielle sélective pour les plus grandes firmes à haute valeur ajoutée et à potentiel important d'emplois.

85Les plans d'aménagement devraient contribuer à mettre en place des politiques de rénovation des sites industriels vieillis de manière à en faire des pôles de développement de petites entreprises susceptibles de réanimer des quartiers entiers. De même, il faudrait éviter que se constituent des "zones mortes". Dans le même esprit, on pourrait prévoir des modalités d'expropriations "transitoires" d'entreprises. Celles-ci, grâce à certains incitants et garanties permettraient aux firmes de ne pas disparaître ou éviteraient qu'elles se délocalisent.

86Par ailleurs, il ne faut pas négliger les points forts d'une ville comme Bruxelles. Elle offre un ensemble d'avantages comparatifs tels que l'existence d'une main-d'œuvre hautement spécialisée, la présence de services complets et une localisation centrale tant d'un point de vue national qu'international. Ces éléments constituent un environnement favorable pour "entreprendre en ville".

  • 11 R. WTTERWULGHE : Le tissu industriel bruxellois, à paraître.

87De surcroît, une analyse du tissu industriel bruxellois confirme l'existence d'avantages comparatifs dans le domaine des industries alliant le caractère de haute valeur ajoutée et de maintien de l'emploi11. La ville dispose de points forts industriels qu'il s'agit d'encourager et de promouvoir dans le cadre d'une politique incitative sélective. Un renforcement prioritaire des industries de pointe génératrices d'emplois s'impose. Il s'agit du secteur des instruments et matériel de précision, de matériel de bureau et de traitement de l'information et du matériel électronique, professionnel et ménager. La politique industrielle devrait encore favoriser les secteurs de pointe pour lesquels la région jouit d'un avantage comparatif, en l'occurrence la parachimie, le matériel électrique et les produits pharmaceutiques.

Notes

1 Demain, les villes ? Essai de réflexion prospective. Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, 1983.

2 Source : Recensement général de la population au 1er mars 1981 et calculs du Séminaire d'Économie et de Droit de l'Entreprise des Facultés universitaires Saint-Louis.

3 Nous avons considéré comme population active, la population âgée de + de 15 ans et de - de 65 ans.

4 Les graphiques 1 et 2 sont repris aux pages 171 et 172.

5 Situation au 30 avril 1984.

6 Les statistiques utilisées sont celles de l'Institut National d'Assurances Sociales pour Travailleurs Indépendants (I.N.A.S.T.I.). Le critère de localisation utilisé par cet organisme est celui du domicile privé et non le lieu de l'activité professionnelle.

7 P. KESTENS, J.M. POSTIAUX et C. VANDERMOTTEN Bruxelles, Capitale de la Richesse nationale ou Economie en déclin ? Bruxelles, Crédit Général, 1983.

8 B. SIMMER, "Rebuilding Cities : the Effects of Displacement and Relocation on Small Business" Chicago, Quadrangle Books, 1964.
W. KINNARD, Jr. and Z.S. MALINOWSKI,
"How Urban Renewal Projects Affect Small Business", S.B.A., Management Research Summary, January 1961.
E. HOLLANDER, and others, "The Future of Small Business", New-York, Pracyer, 1979, chap. 9.

9 J.E. BOLTON, "Small Firms", Report of the Committee of Inquiry on Small Business, London, Her Majesty's Stationnery Office, Reprinted 1978.

10 B. MERENNE-SCHOUMAKER, Industrie, artisanat et tertiaire lourd en milieu urbain, in Demain les villes ?, op. cit..

11 R. WTTERWULGHE : Le tissu industriel bruxellois, à paraître.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 1 - EVOLUTION ANNUELLE DE L'EMPLOI SALARIE POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME (1977 = 100)
Légende Source : O.N.S.S. + Calculs Centre d’Etudes Régionales Bruxelloises
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre GRAPHIQUE 2 - EVOLUTION ANNUELLE SECTORIELLE DE L'EMPLOI SALARIE BRUXELLOIS (1977 = 100)
Légende Source : O.N.S.S. + Calculs Centre d’Etudes Régionales Bruxelloises
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre TABLEAU 2. EVOLUTION DU NOMBRE DE CHOMEURS COMPLETS INDEMNISES POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME
Légende Source : O.N.E.M. + Calcule propres.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre GRAPHIQUE 3 - EVOLUTION ANNUELLE DU CHOMAGE COMPLET INDEMNISE POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME (1977 = 100)
Légende Source : O.N.E.M. + Centre d'Études Régionales Bruxelloises
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre TABLEAU 3. EVOLUTION DU NOMBRE D’INDEPENDANTS POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME
Légende Source : Tableau de Bord Socio-Économique Bruxellois, Bruxelles, Centre d'Études régionales Bruxelloises, des F.U.S.L. et ICHEC, 1983
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre GRAPHIQUE 4 - EVOLUTION DU NOMBRE D’ASSUJETTIS A L'INASTI DONT L'ACTIVITE INDEPENDANTE EST PRINCIPALE (1977 = 100)
Légende Source : INASTI + Calculs Centre d'Études Régionales Bruxelloises
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre TABLEAU 5. EVOLUTION DU NOMBRE D'ASSUJETTIS A L'I.N.A.S.T.I. POUR BRUXELLES
Légende Source : I.N.A.S.T.I. + Calculs propres.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre GRAPHIQUE 5 : EVOLUTION DU NOMBRE D'ENTREPRISES (TOUTES CLASSES D'EMPLOI CONFONDUES) POUR BRUXELLES ET LE ROYAUME (1977 = 100)
Légende Source : Croisement T.V.A. – O.N.S.S. + Calculs Centre d’Etudes Régionales Bruxelloises
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre TABLEAU 6. ENTREPRISES : EVOLUTION PAR GRANDS SECTEURS ET CLASSES D’EMPLOI ENTRE 1977 ET 1982
Légende Les nombres entre parenthèses représentent les écarts en chiffres absolus.Source : Croisement T.V.A – O.N.S.S. + Calculs Centre d’Etudes Régionales Bruxelloises.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre TABLEAU 7. EVOLUTION ANNUELLE DES ENTREPRISES PAR CLASSE D’EMPLOI (EN %)
Légende Source : Croisement T.V.A - O.N.S.S. + calculs propres.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Source : croisement T.V.A - O.N.S.S. + calculs propres.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre GRAPHIQUE 6 - EVOLUTION DU NOMBRE D’ENTREPRISES BRUXELLOISES PAR CLASSES D'EMPLOI (1977 = 100)
Légende Source : Croisement O.N.S.S. – T.V.A. + Centre d’Etudes Régionales bruxelloise
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre TABLEAU 9. IMPORTANCE RELATIVE DES ENTREPRISES DES SECTEURS SECONDAIRE ET TERTIAIRE 1977 - 1982
Légende Source : Croisement O.N.S.S. - T.V.A. + Calculs propres.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15530/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540