Version classiqueVersion mobile

Du bon usage de la ville. Utilisateurs et décideurs

 | 
Anne-Marie Kumps
, 
Jean Remy
, 
Robert Wtterwulghe

Troisième partie. Faire entreprendre

Le dynamisme économique a-t-il déserté la ville ?

Philippe Aydalot

Texte intégral

Introduction

1Le début des années 1970 paraît avoir marqué des retournements essentiels dans les domaines les plus expressifs des comportements spatiaux : les mouvements migratoires se sont retournés de façon claire dans les pays industriels (Etats-Unis, France, Italie...) là du moins où la dimension et l'hétérogénéité des territoires permettent d'offrir aux populations des alternatives claires en matière de choix résidentiels. L'urbanisation, phénomène continu et à sens unique depuis des siècles, a aussi basculé. Cela est clair si l'on observe l'évolution des populations résidentes ; mais on peut faire des observations voisines au niveau des activités et des emplois.

2Cette mutation brutale, apparue peu d'années avant le déclenchement apparent de la crise économique, pose des questions multiples.

3Elle met tout d'abord en cause la notion même de ville : le sentiment du déclin des villes ne vient-il pas d'une définition étroite de la ville ? Ne faudrait-il pas réexaminer le clivage villes campagnes ? Le rapprochement des modes de vie entre ville et campagne, le déclin des activités agricoles, le fait qu'on trouve dans les unités rurales une proportion d'ouvriers très supérieure à celle des agriculteurs, n'amènent-ils pas à une remise en cause des définitions habituelles d'autant plus qu'elles étaient le plus souvent implicites ?

4Le contenu de la ville se transforme également : d'une ville définie comme un milieu ouvert, n'est-on pas passé à une ville cloisonnée, spécialisée, qui devient le contraire du milieu producteur d'externalités qu'on voyait en elle ?

5La crise urbaine est-elle d'ailleurs une crise de la ville ou une crise de régions par ailleurs très urbanisées ? L'explication doit-elle être recherchée au niveau urbain ?

1. Quelques faits

6On va se borner ici à regrouper quelques informations relatives à différents pays et qui convergent pour montrer que l'emploi tend à se déplacer en direction des espaces non urbanisés. Il n'existe pas à ma connaissance d'études systématiques dans ce domaine, et les indications qui suivent ne sont que des exemples auxquels, peut-être, on pourrait en opposer d'autres.

1.1. Les Pays-Bas

7Pour l'ensemble du pays, la répartition de l'emploi a évolué comme suit (on donne la part de l'emploi dans les zones classées métropolitaines et urbaines) :

Source : MOLLE, 1983.

8On voit que le déclin de la part des zones urbanisées repose surtout sur le départ relatif très net de l'industrie qui passe de 65,4 % à 58,3 % entre 1950 et 1975.

  • 1 W. MOLLE, Industrial Change, Innovation and Location, Paris, O.C.D.E., 1983.

9Une enquête menée dans les provinces de Frise, Over-Ijsel, Noord-Brabant, Gelderland et Limbourg (les provinces périphériques) a établi le bilan des mouvements d'établissements employant au moins 10 salariés.1

- zones urbaines

- 105

- zones "urbaines-rurales"

+ 44

  • zones rurales

+ 51

Source : MOLLE, 1983.

1.2. Les Etats - Unis

  • 2 TH.E. TILL, Manufacturing Industry, Trends and Impact, in A.H. HAWLEY et S.M. MALIE, Non Metropolit (...)

10Entre 1962 et 1978, le "non metro" aux U.S.A. a absorbé plus de 56 $ de la croissance de l'emploi dans l'industrie manufacturière alors que sa part initiale n'était que de 24 $ de l'emploi manufacturier. Pour les services, les chiffres sont plus faibles (un peu plus du quart) mais cela représente un accroissement supérieur (81 $) au taux global. Tous secteurs non agricoles confondus, le "non metro" entre pour 30 $ dans l'accroissement général pour une population du quart2.

Source : U.S. bureau of Census, Current Population Reports.

11Pour comprendre ces évolutions, il suffit d'analyser les principaux facteurs de localisation : les facteurs "classiques" : transports, accès aux marchés et aux matières premières, économies d’agglomération et appartenance à des complexes industriels, ont perdu de l'importance, alors qu'en ont gagné les facteurs liés au travail et aux agréments de la vie quotidienne, l'accueil de la communauté locale... Or sur ce point, et pour les activités routinières employant une main d'œuvre peu formée, les zones rurales offrent des avantages considérables sur les villes. C'est notamment le cas dans des pays fortement décentralisés, dans lesquels la fiscalité locale peut porter sur des montants significatifs : sur ce point les localisations rurales présentent un avantage considérable.

1.3. La France

12On dispose de quelques données pour la France tirées de l'analyse du recensement de 1975. Les résultats détaillés du recensement de 1982 ne sont pas encore disponibles.

13Observant l'ensemble des communes rurales, on peut en tirer le tableau suivant.

Source : I.N.S.E.E., recensement de 1975.
La baisse d’activité signifie le nombre d’actifs disparus du marché du travail par la baisse des taux d’activités ; les "sorties" mesurent les "émigrants" du monde rural, appréciées indirectement comme la différence entre la baisse du volume des emplois et la baisse de l’offre de travail découlant de la baisse des taux d’activité.

14On voit clairement que si le bilan demeure négatif en raison de l'accélération de la réduction des effectifs agricoles, le monde rural a réagi fortement. Cette réaction est surtout le fait des femmes qui comblent par l'augmentation de leur activité dans les secteurs non agricoles les 2/3 de la baisse de leur activité agricole.

15Les communes rurales ont absorbé 122.000 emplois nouveaux dans les industries en croissance (mécanique, construction électrique et électronique, automobile, chimie, construction navale et aéronautique) soit davantage que leur "quote-part" initiale. Dans les emplois tertiaires, une baisse de 81.000 emplois lors de la période précédente fait place à un gain de 175.000 emplois entre 1968 et 1975.

16Si ces chiffres ne montrent pas que les activités quittent les villes, ils mettent en évidence que le milieu rural a, depuis la fin des années 1960, considérablement transformé son aptitude à attirer les activités industrielles et tertiaires.

1.4. Le Royaume-Uni

17Les quelques chiffres qui suivent sont antérieurs à la période récente de crise urbaine accentuée et ne montrent donc peut-être que le début du processus. On verra comment les zones centrales des S.M.L.A. (Standard Metropolitan Labour Areas) qui représentent la moitié de la population britannique voient diminuer fortement leur part dans la population, mais aussi, quoique à un degré moindre, dans l'emploi, tandis que les zones hors S.M.L.A. (les 15 % ruraux du pays) commencent à la voir remonter à partir de 1961.

  • 3 J. GODDARD, R. DREWETT, N. SPENCE, Urban Britain, Beyond Containment, in B.J.L. BERRY, Urbanisation (...)

Source : GODDARD, DREWETT, SPENCE, 1976.3

1.5. Le Danemark

18Le tableau ci-dessous montre la dispersion croissante de l'emploi industriel en direction des zones rurales.

  • 4 D. KEEBLE, P.L. DWENS, C. THOMPSON, The Urban-Rural Manufacturing Shift in the European Community, (...)

Source : KEEBLE et al., 19834.

1.6. La communauté Européenne

19Dans le cadre de l'étude "Centrality and Peripherality in the E.E.C." les chercheurs de l'Université de Cambridge, sous la direction de D. KEEBLE (4), ont analysé l'évolution de l'emploi dans les régions selon leur degré d'urbanisation. Les résultats sont très instructifs : les régions les plus urbanisées subissent la crise la plus grave tandis que les régions rurales ne connaissent que très faiblement les effets de la crise.

20Les tableaux ci-dessous résument leurs observations : on voit clairement et ce phénomène se retrouve dans chacun des pays que le degré d'urbanisation est lié négativement à l'évolution de la part relative des régions dans le produit global comme dans le produit industriel. Il en va de même si l'on observe l'évolution de l'emploi industriel.

Source : KEEBLE, 1983.

Source : KEEBLE, 1983.

2. Analyse

2.1. L'incubateur

21La première thèse qu'on peut tenter de tester est celle de "l'incubateur" (incubator) proposée au début des années 1970 par divers chercheurs américains. D'après elle, les grandes villes et leurs zones centrales sont le lieu privilégié pour la création d'entreprises car elles offrent un milieu favorable. Les contacts, la transmission rapide des idées, la connaissance supérieure des marchés favoriseraient les centres, les zones à forte densité, tandis que les zones périphériques recevraient, dans une étape ultérieure, des implantations en provenance des zones centrales, une fois que le développement des activités centrales impose le desserrement : ce qui est nouveau et petit serait au centre, ce qui est mûr et grand se redéploierait en périphérie.

  • 5 Ph. AYDALOT, L'entreprise dans L'espace urbain, Paris, Economica, 1979.

22Cette thèse n'a jamais paru très nettement confirmée. Il apparaît cependant qu'elle l'est de moins en moins. On peut en donner deux exemples. Au sein des zones urbaines, les créations paraissent se faire plutôt en périphérie, comme le montre le cas de Dijon5 : la zone urbaine étant divisée en cinq zones, du centre historique jusqu'à la périphérie encore rurale (centre historique, centre-faubourgs, vieille banlieue, nouvelle banlieue, périphérie), on observe les données suivantes quant à la répartition du stock d'établissements en 1964 et à la localisation des créations entre 1964 et 1974.

REGIONS

A. part dans le stock
1964

B. part dans les créations
1964-1974

B/A

Centre historique

28 %

16,5 %

0,59

Centre-faubourgs

25,5 %

16,5 %

0,64

Vieille banlieue

16,5 %

10,8 %

0,65

Nouvelle banlieue

21,5 %

40,4 %

1,88

Périphérie

8 %

15,5 %

1,94

Source : Ph. AYDALOT, 1979.

23On voit que plus la zone est périphérique, et plus elle accueille les créations d'entreprises.

  • 6 P.M. ALLAMAN et D. BIRCH, Components of Employment Change for Metropolitain and Rural Areas in the (...)

24Aux Etats-Unis, on a comparé la natalité des entreprises selon qu'elles appartiennent ou non aux zones métropolitaines (S.M.S.A.), pour la période 1970-19726. On enregistre, par grandes régions, les taux suivants :

REGIONS

zones

métropolit.

zones non métropolit.

Nord Est

4,5 %

5,4 %

Nord Central

4,5 %

6,6 %

Sud

7,8 %

7,4 %

Ouest

6,7 %

10,4 %

Source : P.M. ALLAMAN et D. BIRCH, 1975.

2.2. L'innovation

25Plus généralement se trouve posé le problème de l'aptitude des milieux à faire émerger les forces d'initiative et de création.

26La création (l'innovation, la création d'entreprises nouvelles) relève de façon classique du milieu urbain : la ville comme incubateur, la ville comme milieu ouvert où la connaissance se diffuse de façon formelle ou informelle... Ici l'idée dominante serait que si les techniques récentes de communication à distance permettent les contacts formels, prévus, programmés aussi bien que le face à face, les contacts informels non programmés exigent toujours un environnement ouvert, dense, créateur de contacts. C'est la thèse de TORNSQVIST qui montre comment Vienne au début du 20ème siècle a été le centre intellectuel du monde dans les domaines les plus variés - de l'économie aux arts - grâce au "café", à la non spécialisation...

27Aujourd'hui, on peut se demander si la ville est encore ce milieu ouvert. Dans la mesure où elle est spécialisée, ségrégée, où les difficultés de déplacement et le changement des modes de vie réduisent ces possibilités de contact. Peut-être d’autres milieux représentent-ils aujourd'hui l'équivalent de ce qu'elle était autrefois.

28Des travaux menés au sujet de la localisation des technologies nouvelles posent le problème en des termes intéressants. La transmission des technologies nouvelles demande-t-elle toujours ces contacts, cette proximité ? C'est ce qu'on croit habituellement : le succès des Parcs de la science est là pour montrer que les pouvoirs publics ici et là pensent que la proximité entre des universités, des laboratoires de recherche publics et privés, des entreprises œuvrant dans des secteurs à technologie avancée sont utiles pour engendrer une nouvelle polarisation fondée sur la connaissance. Mais cela amène à deux types de commentaires :

29- D'abord pour relever que ces milieux ne sont pas vraiment urbains : il s'agit d'espaces à l'occupation très diffuse, où la distance ne compte pas, où la commodité des déplacements, l'agrément de la vie quotidienne, l'existence d'un milieu structuré autour de la recherche créent un environnement spécifique, non urbain, spécialisé, peu dense, articulé non plus autour d'un centre, mais selon des circuits variés.

30Observons les lieux actuels de concentration de la recherche et des activités liées à la recherche : la route 128 près de Boston, la Silicon Valley non loin de San Francisco, le Triangle Science Park de Caroline du Nord, pour les États-Unis. La banlieue sud de Paris, Sophia Antipolis dans le Midi, pour la France. Il s'agit ici de milieux très particuliers qu'on doit sans doute considérer comme urbains, mais qui sont en marge de la ville classique. A 15 ou à 80 Km d'elle, marquant une volonté de constituer un milieu spécifique autour d'une activité nouvelle qui ne demande en rien les caractères habituels de la ville : pas de contacts informels et non spécialisés, pas de coude à coude, mais un environnement sur mesures, isolé, c’est-à-dire le contraire de la ville telle qu'on l'entend quand on voit en elle un environnement sécrétant des externalités créatrices d'innovations.

31- Ensuite parce que cette polarisation est loin d'être assurée et qu'elle relève peut-être seulement d'un volontarisme sans fondement. Une enquête menée autour du Parc de la science de Cambridge a montré que les entreprises installées dans le Parc n'ont guère de relations avec l'Université et guère de relations non plus entre elles. Les entreprises situées à l'extérieur du Parc ne se conduisent pas de façon très différente de celles qui sont dans le Parc.

  • 7 W. MOLLE, op. cit..

32De même, W. MOLLE7 aux Pays-Bas a relevé que les polarisations supposées autour des grandes entreprises n'étaient guère fondées : il est très rare, quoi qu'on en pense, que des ingénieurs ou chercheurs quittent une grande entreprise pour créer la leur. MOLLE a montré aussi que les relations scientifiques, l'accès à l'information technique et scientifique ne passaient que très peu par des contacts à courte distance, mais plutôt par des contacts avec clients ou fournisseurs, souvent situés à de très grandes distances (par exemple aux Etats-Unis).

33Dès lors la proximité, même relative et spécialisée, des milieux consacrés à la recherche ne paraît guère créatrice d'innovations.

34La ville est et demeure sans doute, plus innovatrice que le milieu rural ; mais si le progrès technique de pointe demeure lié à la ville, les liens sont moins nets qu'autrefois :

  • L'innovation produite par les grandes entreprises peut l'être dans des centres de recherche isolés qui tirent leurs liens techniques, leurs impulsions, leur source dans des relations parfois à grande distance. De même la mise en œuvre de l'innovation peut se faire dans des établissements appartenant à ces grandes entreprises et qui ne sont pas nécessairement urbains.

  • L'amélioration de détails, l'introduction de techniques déjà connues, le progrès en organisation peuvent apparaître n'importe où : à Mazamet, des entreprises familiales de délainage ont un télex dans la cuisine... dans la région de Prato, en Toscane, des artisans de la laine cardée ont informatisé leur gestion...

2.3. Les activités anciennes

35Si l'on considère maintenant la localisation des activités traditionnellement urbaines comme l'industrie, les atouts de la ville paraissent également avoir perdu leur importance.

  • 8 PH. AYDALOT, La division spatiale du travail, in J. PAELINCK et A. SALLEZ, Espace et localisation, (...)

36Ici les mécanismes de la division spatiale du travail8 ont montré pourquoi l’industrie s'était décentralisée vers des espaces moins urbains dis lors que plusieurs facteurs s'étaient conjugués à partir des années 1950 :

  • la baisse des coûts de transport,

  • la concentration industrielle qui faisait reposer la croissance de la plupart des secteurs industriels les plus dynamiques sur de grandes entreprises à établissements multiples,

  • les différences dans les niveaux de salaires et dans les modèles de rapports sociaux entre grandes villes industrielles et campagnes,

  • plus généralement le niveau élevé des coûts d'activité en milieu urbain.

37Cela a entraîné l'éclatement des fonctions de l'entreprise et le développement des activités de production et de montage dans les zones - villes moyennes ou milieu rural - qui permettaient l'accès à une main-d'œuvre rurale.

38L'activité a donc quitté les grandes agglomérations au profit de petites villes, parce que derrière les petites villes, c'était une main-d'œuvre rurale qui était visée.

3. Deux explications

39Si l'on admet que la question de la vitalité économique des villes mérite d'être posée, peut-être peut-on en rechercher l'explication dans deux directions. La première se demande si la ville ne sécrète pas des coûts spécifiques qui tôt ou tard rejettent les activités économiques. La seconde recherche l'explication dans la perte de vitalité et de dynamisme des zones d'industrialisation ancienne dont on sait qu’elles sont également les plus urbanisées.

3·1. La ville au centre des contradictions de l’économie de marché

40Dans les mécanismes de "marchandisation" automatique de tous les actes de la vie sociale, la ville occupe une position stratégique. Le développement urbain est l'expression de la division du travail ; celle-ci est la condition nécessaire et suffisante du développement du marché.

41C'est la division du travail qui impose le regroupement des hommes et des activités. L'histoire de l'urbanisation est une lecture de l'histoire de l'accentuation permanente de la division du travail. Alors, la crise de la ville n'est-elle pas au moins pour partie une manifestation du refus d'une parcellisation sans cesse accrue du travail humain ? Le capitalisme moderne, la technologie actuelle, les techniques d'organisation du travail concourent à une spécialisation porteuse d'urbanisation comme de division du travail.

42Ne concluons pas que la ville est synonyme de capitalisme car elle se développe dans tous les systèmes humains. Mais elle est synonyme d'économie marchande.

43À ce titre, si elle est expression de l'univers marchand, elle est aussi, et c'est sa première contradiction, un mode coûteux de reproduction de la force de travail, et plus généralement, un mode coûteux d'exercice de la vie quotidienne. Elle va en effet toujours remplacer des formes collectives non spécialisées et gratuites de production de services variés par des formes équivalentes mais devenues individuelles, spécialisées et passant par le marché.

44Il y a donc un conflit nécessaire entre les progrès de productivité autorisés par la division urbaine du travail et les coûts correspondants qu'elle va faire apparaître. On assiste simultanément à une réduction de la quantité de travail que nécessite une production, et à une augmentation de son coût monétaire dans la mesure où la vie quotidienne du travailleur urbain va exiger des consommations nouvelles et par là l'appel à des quantités accrues de travail indirect. Le travail indirect mesure ici non plus la quantité de travail incorporée dans les machines, mais celle qui est incorporée dans la production des biens nécessaires à la vie quotidienne.

45La vie urbaine impose à la fois le recours à des biens supplémentaires et le recours à des formes marchandes impliquant un coût monétaire pour l'obtention de biens ou de services fournis hors marché dans les environnements moins urbains.

46On peut alors se demander si le mode de production capitaliste, qui a tendu à supprimer le travail non marchand à travers le développement urbain, ne va pas devoir susciter en retour de nouvelles formes non marchandes de travail.

47Pour comprendre que la ville doit, inévitablement, sécréter des formes non marchandes de travail, il faut faire un rapide détour.

48Parmi les biens, on peut distinguer ceux qui sont mobiles (pouvant être produits ici et consommés là), et ceux qui sont nécessairement produits sur les lieux mêmes de leur consommation, par exemple, le spectacle théâtral. On peut voir que la production de ces deux types de biens obéit à une logique différente : pour les premiers, le problème est celui du choix de la localisation permettant la minimisation du coût de production : la logique de ces biens est d'ordre spatial ; l'économie de marché est parfaitement à son aise dans une telle logique. On peut analyser les liens qui existent entre les entreprises, les techniques de production, la définition des tâches, le choix des bassins d'emploi et les localisations qui permettront la minimisation du coût de production. De même, non seulement le lieu de production est indépendant du lieu de consommation, mais il peut se déplacer en fonction de l'évolution des techniques, des stratégies des entreprises...

49Pour les biens immobiles, la production est fixée au lieu de résidence des consommateurs, par exemple, le logement, les transports de personnes, les productions culturelles.... Pour comprendre pourquoi, il faut distinguer l' immobilité du bien qui impose au consommateur de se déplacer sur les lieux de sa production, et la quotidienneté de son usage qui crée le besoin de proximité (avec la résidence) ; ainsi, une plage ensoleillée est immobile et exige que le consommateur de bains de mer ou de soleil se déplace, mais, si son usage est annuel, la contrainte de proximité n'existe pas ; l'inverse, le logement implique à la fois immobilité du bien et quotidienneté de son usage : la condition de proximité est donc absolue.

50La localisation de ces produits urbains étant donnée par la localisation des consommateurs, il n'est pas possible de jouer sur la localisation de leur production pour en réduire le coût ; qui plus est, leur production étant nécessairement urbaine, elle renchérit au fur et à mesure de la croissance des villes.

51BAUMOL avait déjà signalé que les services urbains entrent en concurrence avec les activités marchandes (industrielles par exemple) pour la conquête de leur force de travail. Ils subissent leur renchérissement alors qu'ils ne peuvent lutter contre ce renchérissement ni par la délocalisation, ni par la progression de la productivité (ou dans une proportion moindre).

52Dès lors le capitalisme porte en lui, dialectiquement, une démarchandisation, seul moyen d'assurer la survie de la société urbaine. De même, l'entreprise capitaliste est peu à son aise dans la production de ces biens immobiles ; elle réagira de diverses façons :

  • par l'abandon de leur production à des secteurs non capitalistes : par exemple la construction longtemps abandonnée à l'artisanat,

  • par l'emploi de travailleurs immigrés particulièrement nombreux dans des secteurs comme le bâtiment ou la voirie, secteurs immobiles par excellence,

    • 9 sauf si l'entreprise privée est subventionnée par un financement collectif (enseignement privé, cli (...)

    par la recherche d'un financement complémentaire de l'Etat. Ces secteurs sont ceux qui sont ou bien complètement abandonnés au secteur public, ou bien partiellement pris en charge par l'Etat comme le logement, ce qui permet une dévalorisation du capital, analysée par les théoriciens du capitalisme monopoliste d’Etat. Ainsi lutterait-on contre la baisse générale du taux de profit en créant des secteurs à rentabilité nulle et en concentrant la masse totale de la plus-value dans les autres secteurs. Relevons ici que les biens publics sont tous des biens urbains immobiles que l'économie de marché est incapable de gérer ; transports collectifs, éducation, spectacles, espaces verts, culture, foyers, hôpitaux, crèches, dispensaires, distribution de l'électricité et du gaz, bibliothèque...9,

  • par l'abandon de ces activités à un mode de production non marchand, selon deux modalités :

  • ou bien le bénévolat : travail non reproduit débouchant sur des productions non présentées sur un marché (ou qui le sont dans des conditions très particulières) ; ce travail est non reproduit car il n'absorbe qu'une fraction du temps total de travail des intéressés,

  • ou bien le mécénat : le travail y est marchand, mais l'activité ne l'est pas. Poser ainsi le problème du bénévolat et du mécénat permet d'éviter les impasses qui apparaissent quand on s'attache aux motivations directes de ces activités.

53Il faut enfin relever une dernière forme d'action par laquelle le capitalisme assumerait la production de ces biens : la mobilisation de ces biens et services rendus normalement immobiles par la contrainte de proximité liée à leur consommation. Ainsi l'industrialisation du bâtiment réduit la part du produit final qui devra être produite sur place. Des machines produites industriellement peuvent remplacer des services immobiles : les appareils de reproduction du son (disques, radio), de l'image (cinéma, télévision) affranchissent de l'obligation de la présence physique à un spectacle ; l'industrialisation du transport de personnes mobilise les consommateurs ; les techniques de conservation (réfrigération, congélation) réduisent la fréquence des achats alimentaires.... C'est l'arme absolue qui supprime les biens urbains et peut à terme supprimer la ville elle-même, le développement des banlieues dispersées à l'américaine en est une première illustration.

54Alors le calcul habituel de l'entreprise capitaliste reprend ses droits, la production et le travail redeviennent marchands.

55Le travail non marchand, sous des formes variées, est donc lié aux formes de la reproduction quotidienne de la force de travail. Pour éviter que la nécessité de la reproduction du travail ne bloque la mobilité du système, le capitalisme est contraint de laisser se développer des formes non marchandes chaque fois qu'il s'agit d'une production non délocalisable.

56Tout blocage dans la mobilité du système engendre une accentuation de la croissance urbaine qui sécrète à son tour un renchérissement des consommations nécessaires à la reproduction. Face à ce renchérissement, la seule parade est de sortir du marché ces productions pour en réduire artificiellement le coût. La seule réponse absolue serait en mobilisant ces biens, de permettre leur délocalisation vers des zones à coût de reproduction réduit.

57La ville se trouve donc "coincée" entre des logiques contradictoires : sa nature même lui impose de retrouver des formes moins marchandes de fonctionnement si elle veut éviter un déclin inévitable à terme.

3.2. Les dynamismes locaux

58Un autre angle d'attaque du problème peut consister à le dévier légèrement : les dynamismes économiques sont peut-être liés moins au fait urbain - ville "versus" campagne - qu'à la qualité des milieux socio-économiques. A ce titre, le point crucial est sans doute moins la ville ou sa dimension, que l'ancienneté de l'industrialisation dont on sait le caractère urbanisant dans ses formes classiques.

59La faiblesse des dynamismes économiques et industriels tiendrait alors à l'obsolescence des milieux marqués par une industrialisation ancienne et se marquerait dans les statistiques urbaines dans la mesure où ces milieux sont fortement urbanisés : mais l'unité adéquate n'est pas la ville, et les problèmes ne sont pas circonscrits par les limites urbaines. Ce qui compte c'est le type de milieu et d'environnement modelé par des passés industriels différents.

60L'observation montre depuis le début des années 1950, mais plus encore depuis le déclenchement de la crise, que les régions qui ont entamé les premières le processus de développement industriel sont bien souvent les moins capables de se rénover. Le développement industriel nouveau les évite et paraît se concentrer dans des régions demeurées longtemps à l'écart du développement.

61Ce phénomène apparaît à différents niveaux spatiaux :

  • au niveau urbain : les zones industrielles occupées depuis longtemps engendrent des phénomènes de friches industrielles, alors que l'industrie se développe dans des banlieues nouvelles.

  • exemple de Paris : avec la banlieue nord en crise et l'industrie se développant dans la banlieue sud.

  • exemple plus général de la crise des vieilles banlieues tandis que les périphéries lointaines connaissent une croissance rapide.

  • au niveau international : cas du déclin industriel des pays qui ont été à l'origine de la révolution industrielle, et notamment de la Grande-Bretagne, alors que l'industrie se développe aux Etats-Unis, et aujourd'hui dans les pays du Pacifique, au Japon et aussi en Asie du Sud-Est.

  • au niveau régional bien sûr, on retrouve le même phénomène :

  • en Grande-Bretagne avec la crise industrielle permanente depuis des décennies de l'Ecosse, de l'Irlande du Nord, et la crise plus récente des régions de Liverpool, Birmingham, des West Midlands, de Cardiff...

  • en France, avec le déclin du Nord et de la Lorraine,

  • aux Etats-Unis, avec dans une première phase, le déclin relatif de l'industrie du Nord-Est du pays au profit de la côte Pacifique, puis du Sud et enfin des zones désertiques de l'Ouest.

62Ce déplacement des dynamismes spatiaux paraît lié à divers facteurs qui émergent d'autant plus que la période actuelle, marquée par la crise, les met clairement en évidence.

3-2.1. les régions de développement industriel ancien subissent de ce fait des handicaps spécifiques

63Il est frappant de relever que, malgré les atouts qu'ils conservent et qui sont importants, ces espaces sont bien souvent en crise chronique : ils conservent une main-d'œuvre industrielle formée, expérimentée, un marché du travail très différencié, un marché de consommation important, une infrastructure puissante, des réseaux interindustriels denses. Ainsi, ils sont particulièrement bien placés quant à l'essentiel des facteurs de localisation classiques. Ils devraient, comme l'enseigne l'adage, se développer puisque l'industrie attire l'industrie. Et cependant leur déclin constant et général montre bien que l'obsolescence qui les frappe est plus essentielle que les atouts dont ils disposent, même s'ils ne sont pas de nature directement économique.

64Plusieurs traits les caractérisent :

65- le conservatisme, à tous les niveaux :

66CUNNINGHAM, analysant l'Ecosse et son déclin industriel depuis le début du siècle, s'interroge sur le naufrage de "l'atelier du monde". A ses yeux, le déclin de l'Ecosse est lié à la généralisation de comportements conservateurs :

  • recherche de marchés protégés : pour les entreprises écossaises, l'Empire britannique, pour de nombreuses entreprises vieillies, les marchés de l'Etat...

  • faible dynamisme technologique : les entreprises anciennes, spécialisées dans un type de produit, dans un type de technologie, ont toujours tendance à les conserver puisque, d'une part c'est dans ces spécialisations qu'elles possèdent traditionnellement une supériorité et qu'il est difficile de l'abandonner pour subir directement la concurrence dans un domaine dans lequel on ne dispose d'aucun atout, d'autre part, parce que les équipements et les investissements en recherche peuvent ne pas être entièrement amortis.

  • conservatisme dans la gestion : quand une classe d'entrepreneurs naît, elle est composée d'une multitude de petits industriels entreprenants et dynamiques. Le succès même engendre une concentration du pouvoir dans un nombre de mains toujours réduit. Alors les quelques managers qui demeurent n'ont plus pour objectif que de se maintenir quelles que soient leurs qualités propres.

  • conservatisme social et syndical : quand une zone a connu une prospérité durable, les travailleurs vont lutter pour la conservation de ces avantages, voire pour le partage d'un gâteau accru, et refuseront tout ajustement. Que la situation se dégrade et l'attitude défensive entraînera des conflits qui feront fuir les investisseurs potentiels. D'un milieu ouvert et mobile, on passe ainsi à un milieu fermé, réglementé par une structure du pouvoir (patronat, syndicats) liée aux pouvoirs publics et ne subissant que partiellement l'impact de ses actes : quand les petites entreprises dominent, l'échec se traduit par la faillite, quand ce sont de grandes entreprises, les pouvoirs publics sont contraints de soutenir l'entreprise défaillante pour éviter la ruine d'une région, si bien que patrons comme travailleurs rejettent sur l'Etat la responsabilité de la poursuite du fonctionnement antérieur.

67Le développement industriel ancien a remplacé la forme d'organisation qui préexistait par une nouvelle qui est déterminée par "l'usine" qui assure la prospérité de la région. Cette implantation industrielle a tout à la fois apporté une forme d'organisation nouvelle et détruit celle qui existait.

68C'est l'aptitude de l'activité industrielle à remodeler son milieu environnant en fonction de ses besoins qui, à terme, va faire la ruine de ce milieu. Qui dit industrie dit intégration à des sphères d'échanges de toute nature débordant les limites régionales. Dès lors, l'industrie porte en elle une vulnérabilité accentuée des milieux qu'elle investit. Imposant des formes d'organisation qui mourront avec elle, elle brise du même coup les formes d'organisation antérieures qui pouvaient assurer la pérennité de ces milieux.

3.2.2. les régions demeurées à l'écart du développement industriel bénéficient de ce fait d'atouts nouveaux en période de mutation technologique

69Bien sûr, ces espaces continuent de subir des handicaps dans le processus de développement ; une infrastructure insuffisante, une population vieillie, une main-d’œuvre peu formée, des comportements peu industriels, un réseau urbain faible ou peu adapté aux services dont l'industrie peut avoir besoin. Tous les espaces périphériques ne font pas preuve d'un dynamisme nouveau et certains continuent de connaître une évolution médiocre même si les courants migratoires sont modifiés, voire retournés.

70Cependant, dans l'ensemble, ces régions font preuve d'un dynamisme élevé. Dans l'Europe des 9, entre 1950 et 1970, les régions du Mezzogiorno sont celles qui ont connu le plus fort taux de croissance des emplois non agricoles. L'explosion industrielle des petites villes de la région Centrale du Portugal depuis le début des années 1970 concerne des régions ne possédant pas de grands centres (Coimbra avait 50.000 habitants en 1970) et fortement isolées. En France, depuis 1975, le taux de croissance de l'emploi s'est relevé dans les régions les moins urbanisées du pays ; les 6 régions du Sud-Ouest et la Basse Normandie.

71Les raisons de ces dynamismes nouveaux sont nombreuses :

  • ces régions sont moins bloquées par des règles du jeu paralysantes,

  • elles ont conservé un mode de fonctionnement plus intégré, moins extraverti, moins inséré dans la division spatiale du travail,

  • leur structure leur interdit sans doute un grand dynamisme technologique ; faible dimension des entreprises, faible développement scientifique, mais elle permet une grande souplesse, une meilleure adaptation à une conjoncture changeante. Elle laisse une plus grande place à l'initiative (moindres "barrières à l'entrée").

  • 10 Voir - G. GUDGIN, Employment Creation and Medium Size Firms in the U. K., in Les P.M.E. créent-elle (...)

72Il est à cet égard surprenant de relever la liaison qui existe entre la faible dimension moyenne des entreprises et la croissance de l'emploi10. En Italie, dans les régions centrales (Toscane notamment) la croissance industrielle passe par le développement de petites entreprises, par la baisse de la dimension moyenne des entreprises. L'exemple de Prato est connu : un foisonnement très structuré de très petites entreprises permet un énorme dynamisme industriel qui ne doit pas cacher le revers du système : fortes différenciations sociales, faible niveau moyen de productivité.

73Enfin, ces régions offrent une structure qui correspond souvent aux modèles de localisation des activités nouvelles : la qualité de l'environnement, la présence d'universités, le niveau élevé de qualification de la main-d'œuvre, et même le climat attirent les activités à haute technologie dans ces régions. Si elles choisissent des villes et non des zones rurales, ces villes sont souvent des capitales provinciales de régions par ailleurs peu urbanisées.

74On peut faire une synthèse de ces différents aspects en observant les taux de création d'entreprises dans les régions.

75En France, on relève à partir des statistiques de créations d'entreprises par région, une situation contrastée et dont l'interprétation n'est pas simple : l'Ile de France demeure (par habitant) la région la plus créatrice. Par contre, les régions très urbanisées du Nord et du Nord-Est présentent des résultats médiocres de même que les régions du Bassin Parisien beaucoup moins bien urbanisées. A l'inverse, des taux élevés sont observés en Basse Normandie et dans les régions du Midi aux taux d'urbanisation moyens. Peut-être faut-il nuancer l'analyse et ne pas se borner à un clivage brutal en fonction du volume de la population agglomérée. A ce titre, les remarques qui précèdent fournissent une amorce d'explication : les milieux marqués par une industrialisation précoce ne sont plus guère créateurs, de même que les espaces relativement ruraux et récents bénéficiaires des décentralisations industrielles. A l'inverse, deux milieux sont aujourd'hui dynamiques : la métropole parisienne, "world city" concentrant le pouvoir et la connaissance, et les milieux relativement préservés qui associent la grande ville à qualité de la vie élevée et un environnement rural encore équilibré.

76On dirait alors que les dynamismes ne sont et n’ont jamais été ni urbains ni ruraux : ils sont associés à des équilibres écologico-économique s.

77C'est dire qu'il faut sans doute raisonner en termes de milieux plutôt qu'en termes d'urbanisation. Ce ne sont ni la ville ni la campagne qui concentrent l'innovation, mais des équilibres socio-économiques prenant corps dans différents environnements.

78Aujourd'hui, le modèle longtemps regardé comme passéiste de la ville dans son environnement rural relativement sauvegardé est peut-être plus adapté aux enjeux économiques que les conurbations issues de l'industrialisation du siècle passé pour relever les défis de la crise.

79Une double conclusion donc :

  • le problème des dynamismes économiques n'est peut-être pas de nature urbaine, ne relève pas de la concentration d'activités d'hommes, mais d’une autre logique.

  • d'une période à l'autre, les types de milieux porteurs des dynamismes économiques se transforment. Si la métropole est autant que jamais le prototype dominant en matière d'innovation, les agglomérations purement industrielles voient s'enfuir aussi bien leurs activités traditionnelles que les aptitudes innovatrices qu'elles manifestaient auparavant.

CONCLUSION

80On peut, pour conclure, faire quelques hypothèses ou soulever quelques questions. Quelles sont les formes spatiales et les types d'habitat qui, demain, se développeront ? Est-ce que les tendances récemment observées portent en elles une remise en cause radicale des formes spatiales que nous connaissons ? L'industrialisation du 19ème et du 20ème siècle s'était moulée dans le réseau urbain hérité des périodes antérieures. Peut-être les bouleversements actuels sont-ils le signe avant-coureur d'une révolution des formes de vie sociale.

- La remise en cause de la ville polarisée

81Par ville, on a toujours entendu un type d'organisation qui se distinguait de la campagne et qui reposait sur des relations intenses avec un centre, qui résumait les caractères urbains : la ville, c'était d'abord son centre, "Central Business District", gare centrale, lieu de réunion et de contacts. Peut-être faut-il revenir aujourd'hui sur ces deux caractères : le clivage villes-campagnes disparaît, les relations ne s'organisent plus autour d'un centre, mais selon un maillage ouvert non centré, et non borné, comme le montre ce schéma emprunté à J.M. ROUX.

ville traditionnelle

nouveau maillage

- Mutations dans les techniques de communication

  • 11 B. PLANQUE, Innovation et développement régional, Paris, Economica, 1983.

82Même s'il est bien trop tôt pour conclure que les progrès des télé-communications suppriment le besoin de contact direct, il est vrai que les révolutions en cours portent des renouvellements qu'on ne peut encore apprécier11.

- Mutations dans les processus du progrès scientifique

83La recherche scientifique, longtemps demeurée un processus largement individuel, est devenue, depuis la fin de la seconde guerre mondiale et la concentration industrielle qui a suivi, un processus collectif lié à la dimension des entreprises et à la puissance des Etats. Qu'en sera-t-il demain ? Tant que ne seront pas mieux cernés les processus de progrès de détail, d’affinement, de mise au point des innovations majeures, on ne pourra définir avec certitude la place des divers types d'agents et celle des différents milieux dans les dynamismes qui créeront les emplois de demain.

Notes

1 W. MOLLE, Industrial Change, Innovation and Location, Paris, O.C.D.E., 1983.

2 TH.E. TILL, Manufacturing Industry, Trends and Impact, in A.H. HAWLEY et S.M. MALIE, Non Metropolitain America in Transition, Chapel Hill, 1981.

3 J. GODDARD, R. DREWETT, N. SPENCE, Urban Britain, Beyond Containment, in B.J.L. BERRY, Urbanisation and Counteurbanization, SAGE, 1976.

4 D. KEEBLE, P.L. DWENS, C. THOMPSON, The Urban-Rural Manufacturing Shift in the European Community, Urban Studies, 1983.

5 Ph. AYDALOT, L'entreprise dans L'espace urbain, Paris, Economica, 1979.

6 P.M. ALLAMAN et D. BIRCH, Components of Employment Change for Metropolitain and Rural Areas in the U. S. by Industry Groups, Joint Center MIT-Harvard, 1975.

7 W. MOLLE, op. cit..

8 PH. AYDALOT, La division spatiale du travail, in J. PAELINCK et A. SALLEZ, Espace et localisation, Paris, Economica, 1983.

9 sauf si l'entreprise privée est subventionnée par un financement collectif (enseignement privé, cliniques) ou n'assure que la fraction la plus rentable du service (taxis, théâtres privés).

10 Voir - G. GUDGIN, Employment Creation and Medium Size Firms in the U. K., in Les P.M.E. créent-elles des emplois ?, Paris, Economica, 1984.
- PH. AYDALOT, Les dynamismes actuels dans l'espace français, Canada, Colloque Université de Montréal, septembre 1983.

11 B. PLANQUE, Innovation et développement régional, Paris, Economica, 1983.

Table des illustrations

Légende Source : MOLLE, 1983.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Source : U.S. bureau of Census, Current Population Reports.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Source : I.N.S.E.E., recensement de 1975.La baisse d’activité signifie le nombre d’actifs disparus du marché du travail par la baisse des taux d’activités ; les "sorties" mesurent les "émigrants" du monde rural, appréciées indirectement comme la différence entre la baisse du volume des emplois et la baisse de l’offre de travail découlant de la baisse des taux d’activité.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Source : GODDARD, DREWETT, SPENCE, 1976.3
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15524/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Source : KEEBLE et al., 19834.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15524/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Source : KEEBLE, 1983.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15524/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Source : KEEBLE, 1983.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15524/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende ville traditionnelle
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15524/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende nouveau maillage
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/15524/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

Auteur

Professeur à l'Université de Paris I - Panthéon - Sorbonne, France

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search