Version classiqueVersion mobile

Du bon usage de la ville. Utilisateurs et décideurs

 | 
Anne-Marie Kumps
, 
Jean Remy
, 
Robert Wtterwulghe

Deuxième partie. Faire coexister

Intervenants privilégiés

Hervé Brouhon, Cleveland Moffet, Jean-François Mabardi et Albert Bastenier

Texte intégral

Monsieur Hervé BROUHON

1Je dirais que mon intervention se situera à la fois en ma qualité de décideur mais aussi en ma qualité d'habitant de la ville aux destinées de laquelle je préside pour un temps indéterminé.

  • 1 La Conférence des Bourgmestres est un organe groupant les 19 bourgmestres des Communes de l'agglomé (...)

2Au terme Coexistence je préfère l'expression "vie en commun" car enfin, que ce soit dans une grande ville, ou dans une localité de moindre importance, nous vivons tous en commun. Nous avons des problèmes qui nous sont propres, mais nous avons des problèmes qui sont, pour chacun d'entre nous, des communs dénominateurs. Nous avons des problèmes qui nous unissent et nous séparent. Incontestablement des faits qui viennent d'être évoqués par les deux orateurs précédents, notamment Monsieur Isaac JOSEPH, le problème de l'immigration est un des problèmes qui peut unir mais qui peut séparer tout à la fois. Nous le connaissons à Bruxelles-Ville, d'une manière particulièrement aiguë. Notre commune compte 43.304 étrangers sur une population totale de 137.738 habitants soit 31,4 %. Lorsque je vis à la Conférence des Bourgmestres1 des séances portant sur l'immigration, les réactions de mes collègues sont essentiellement différentes selon le type de commune qu'ils habitent et la composition sociologique de la population. En général, une population ouvrière, une population de condition très modeste, est beaucoup plus intolérante à l'égard de l'immigré que les populations des communes résidentielles qui ne connaissent pas d'ailleurs la coexistence avec les immigrés ou qui ne connaissent une coexistence qu'avec des immigrés d'une condition égale à la leur. De plus, il est assez caractéristique de voir comment un bruxellois moyen, considère un immigré. Quelqu'un qui a la peau blanche n'est généralement pas cliché comme immigré pour autant qu'il parle la langue plus ou moins convenablement, que ce soit la langue française, ou la langue néerlandaise. Par contre est immédiatement taxé d'immigré celui qui, même possédant la nationalité belge, de par naturalisation, ou de par descendance, depuis des années et des années, n'a pas la même couleur de peau que la nôtre. Ceux-là sont victimes quelquefois de toute une série de tracasseries, qu'elles viennent de leur voisinage, ou qu'elles viennent des forces de sécurité. Car, bien entendu, toute délinquance est a priori imputée à des immigrés. S'il est vrai que certains immigrés sont des délinquants, pour toute une série de raisons que l'on pourrait énumérer et qui sont souvent des raisons sociales, il est tout aussi vrai qu’il est un certain nombre de belges qui le sont tout autant.

3Ce ne sont pas les seuls problèmes qui se posent, en matière de coexistence ou de vie en commun. Il y en avait naguère qui séparaient ceux qui croyaient de ceux qui ne croyaient pas. Celui qui croyait ou qui ne croyait pas selon la majorité du lieu, était montré du doigt, c'est heureusement quelque chose de totalement ou de presque totalement révolu. Il y avait ceux qui fréquentaient ou dont les enfants fréquentaient l'école libre ou l'école officielle. L'école du bien ou l'école du mal, l'école de l'esprit ouvert ou l'école de l'esprit fermé. Je sais combien le problème est aigu en France. J'ai à cet égard, des idées personnelles qui ne sont pas nécessairement celles de ceux de mes amis politiques français ou de mes amis philosophiques français qui prônent une école unique. Je crois qu'en pays de liberté, chacun doit pouvoir enseigner et chacun doit pouvoir suivre l'enseignement de son choix. En Belgique c'est un problème qui tend à disparaître. Ce n'est pas pour rien qu'à l'Université Libre de Bruxelles il y a plus d'un tiers des étudiants qui refusent de signer la déclaration de libre examen et qu'à l'Université catholique de Louvain on trouve le cercle marxiste-léniniste le plus actif de Belgique. Une université finalement a son importance de par la valeur de l'enseignement qui y est donné. Notre philosophie doit être une philosophie de partage, de partage des richesses du monde avec les pays sous-développés, mais également une philosophie de partage de la liberté pour chacun de concevoir les choses à sa manière.

4Mais pour en revenir au contexte urbain, je voudrais signaler que les problèmes de coexistence ou de "vie en commun" ne se posent pas uniquement en terme de population immigrée. Il en est d'autres presque aussi aigus, ceux des conflits de générations ; la coexistence entre jeunes et personnes plus âgées. Nous retrouvons ces conflits notamment dans un certain nombre de logements sociaux où l'on a prévu des logements pour personnes âgées et pour des jeunes ménages avec des enfants en bas âge dont les jeux souvent bruyants provoquent des nuisances pour les personnes âgées.

5Les nuisances et l'impossibilité de contenter tout le monde, nous les retrouvons aussi à propos de certaines décisions à prendre en matière de circulation ou d'urbanisme. Plaçons une rue à sens unique ; la moitié de la population s'en réjouira, l'autre nous écrira en protestant. Transformons une rue ouverte aux véhicules en rue piétonnière ; les uns y applaudissent, les autres vilipendent l'auteur du projet.

6Je suis persuadé que l'enjeu final est celui de l'éducation à donner dès le départ à nos enfants. Nous devons nous atteler dès l'enseignement maternel à ouvrir les esprits, non pas seulement apprendre à bien orthographier, à bien calculer, à maîtriser l'informatique, former aux nouvelles technologies, mais aussi et surtout initier à la tolérance.

7Je ne pense pas que nous devions obliger chacun à vivre comme nous vivons. Sommes-nous certains que notre manière de vivre est la meilleure qui soit ? Je n'oserais pas l'affirmer, nous qui avons tendance à vivre comme des robots, repliés sur nous-mêmes, étant prêts à recevoir l'aide des autres, lorsque nous en avons besoin, mais dispensant plus rarement la nôtre, lorsque d'autres en ont besoin. J'ai l'intuition que nous vivons une période de transition capitale sur le plan des technologies, avec tout ce que cela entraîne comme conséquences économiques et sociales, mais aussi une période de transition aux niveaux des mentalités dont j'espère qu'elles contribueront à abattre les frontières non seulement en Europe, mais aussi entre les pays qui n'en font pas partie.

Monsieur Cleveland MOFFETT

8I'm not exactly sure why I have been asked to be here today, glad though I am to participate in this interesting debate. But I speak another language in more than one sense, not only because my mother tongue is English but because I am a journalist rather than a politician or sociologist.

9There is an observation that Mister Isaac JOSEPH made in his paper that interests me very much, concerning the use of the French word, hôte. I find it curious that it can be translated into English by two words that are completely different - host and guest -. Surely there is a sociological signifiance in that somewhere.

10I have been a "guest" in Belgium for 15 years. And there is a disadvantage in that. It is the prevailing etiquette that a guest in someone else's house or at someone else's party must be polite and grateful at all times. But for me there is another meaning of the word. A guest can be a tenant, a locataire, someone who lives in another's house or country but pays rent or taxes. He or she has certain duties, to obey the law and perhaps learn the language and respect the commonly accepted way of doing things.

11But there are other rights that the guest-resident cannot exercise without outraging the "host" country. To demand the right of vote, for example, or to protest a bit too vigorously. It is generally considered to be bad behaviour. We have often had the experience in our magazine, "The Bulletin", of writing certain observations that we consider important, that kind of regrets or critical evaluations that anyone might express. But the letters we receive from Belgians, and not only Belgians, often attack us for speaking out of turn, ending up invariably with the phrase, "If you don't like it here, why don’t you go home ?".

12My home happens to be the United States. But I am perfectly content to live here. I have a job I like, so does my wife, our sons have gone to the Belgian schools and we have now bought a house here, in Saint-Gilles, between the maison communale and the prison. We like it here. But I'm a foreigner and always will be. And yet, somehow, nobody calls me an immigrant. I am one of those people in the category that my friend John Lambert calls Privileged Migrant Workers - the PMWs -. And he's right. There is, or if there isn't there should be, a certain solidarity among us foreigners, between the privileged and unprivileged migrant workers. The only too obvious truth is that when Mayor Roger NOLS of Schaerbeek or the Minister of Justice, Jean GOL, talk about non E.E.C. residents they do not mean the inhabitants of the I.T.T. skyscraper on avenue Louise. It must be a frustration for the authorities that they cannot find a term, a simple useful term, that labels the desirables and the undesirables more clearly without giving undue offense to either.

13Yes, it's true, foreigners make nuisances of themselves. But I'm not sure they shouldn't. A decade ago or more, "The Bulletin" and many other members of the expatriate community of Brussels waged a campaign that became rather famous to free the Grand'Place of traffic. They said that it was a scandal that one of the most beautiful squares in Europe, an architectural gem, should be cluttered with cars from morning to night so that it was either impossible or highly dangerous for anyone to walk through the Grand'Place to admire it, to enjoy being there.

14The Mayor at that time, Lucien COOREMANS, I believe, was flatly opposed to the campaign. No, no, he said, it was impossible to remove all traffic from the square and simply turn it over to pedestrians. It wouldn't work, it would be bad for business - the usual short-sighted arguments -. Well, they had their day of protest. The forei gners with their placards and balloons, men, women and children, and they filled the Grand'Place with the Belgians joining in and enjoying it, too. It was a tremendous success. Slowly, people began to agree that it was a very good idea to get the cars out of there and leave it to the humans. Even the city authorities came around and a compromise on parking in the summer was introduced. It was a protest battle well worth waging, even if it has still not be entirely won, as you will have noticed.

15I'll summarize briefly what happened here in Brussels just about a month ago. Like any city, Brussels is divided into different ethnic neighbourhoods. This is a common feature of the urban scene that sociologists are very familiar with. But there is an interesting exception to this rule in Brussels, though it is not unique to this city. It is a kind of enclave of ethnic diversity that has developed around the downtown shopping centre known as City 2. A curious aspect of this architectural innovation is that it resembles nothing so much as a souk.

16It was designed quite deliberately with the intention of bringing people together in a maze of passageways with a minimum emphasis on logic or convenience. It is, in short, a Creative piece of work, an act of the imagination. It has become popular and successfull and with no one more so than the people from North Africa who live here and for whom the idea of the souk or cluttered public bazarre is an ancient tradition.

17We talk about immigrants and foreigners in dignified occasions like the present, but the term that the frightened man or woman in the street uses and that one reads between the lines in police or press accounts of unidentified assailants is "Moroccan". It is not necessarily accurate. There is no proof that the person answering this description was actually born and raised in the nation of Morocco, but it serves the purpose of simplifying a complex issue.

18Now then, one day last month Mayor Hervé BROUHON ordered a raid on the complex known as City 2. A minor incident on the previous day when two of his policemen trying to catch a suspected purse-snatcher were made to look ridiculous seems to have unnerved him or unnerved his Chief of Police. And so in a dramatic sweeping action of retaliation (overkill, I should say), City 2 was put under siege, all exits blocked and a force of 70 gendarmes and police took an hour to round up 180 young people between the ages of 16 and 18 that they didn't like the looks of, shoved them into police wagons and took them away for questioning.

19This is no way to solve social problems. I'm sure that the good Mayor would have an answer, an explanation of his decision. But for me this was an act of sheer terrorism. When you use fear as a weapon you are using violence. And I have been as alarmed by the lack of public reaction to the Mayor's tactics as I have been by his use of such methods. And this is where I think a certain solidarity between members of the foreign community who do not normally meet would be urgently appropriate. We Privileged Migrant Workers cannot look on with indifference while the children of underprivileged migrants are persecuted. My son, who wears his hair long, was not there that day, but he might have been. His American nationality might have kept him out of jail, but he would have been no more nor less "guilty" in the eyes of the law and order squad who rounded up the others.

20Now here’s another point, the city seen from a different perspective, from the top of the monstrous I.T.T. building in the avenue Louise. The Americans have been severely criticized for putting it there, but whose idea was it ? The Americans did not come to Brussels, bang their fist on the table and insist that they must have their fine skycraper there or nowhere. Not at all. They didn't know the city and where open to suggestions. The real estate interests lost no time in listing the advantages of the avenue Louise site, near the highway to Paris, in a pleasant neighbourhood overlooking the Abbaye de la Cambre, not far from the woods.

21Now the fact is that when the building was under construction and the complaints of the local action committees got louder and public discontent and resentment was being widely expressed, the Americans - who have a higly developed sense of public relations - were very upset. I've talked to their public relation people and I know they blamed the city for not telling them that there might be objections to the building if they put it there and not it some other less residential part of town. Whatever I.T.T.'s vast multinational empire might do economically, the last impression they wished to give on the surface was that they had come here to colonize.

22It wasn't necessary. It could have been avoided. Like another case, right across the street from here ; the I.B.M. building. There we have what the Belgians call a compromis à la Belge, meaning a solution in which all parties are dissatisfied equally. The I.B.M. building went up, but the two story houses, occupied largely by immigrants incidentally, have remained so that now the big company cars can barely turn the corner at the end of their narrow street to park their cars in the basement.

23This wasn't necessary either. This, too, could have been avoided. There are any number of other examples. But this is enough to give you an idea. It is a failure of communication at a rather simple human level. We're not talking about complex high-level negotiations. We’re talking about people with different opinions on the same subject who could and should understand one another. Bullying won't do it. Fear won't do it. Public relations is not just a gimmick. If you don't like the term, change it. May be what we're really talking about is human relations.

Professeur Jean-François MABARDI

24De prime abord le titre de ce symposium, associé au thème de cette journée m'a surpris. Du bon usage de la ville et faire coexister m'ont apparu bien moralisateurs et interventionnistes. A la lecture des différents documents et après avoir entendu les communications d'aujourd'hui, ce titre, vous en conviendrez avec moi, est un riche support d'analyses, d'études et de propositions. Je n'ai ni l'érudition de mes prédécesseurs, ni les talents oratoires dont ont témoigné les derniers intervenants. Permettez-moi cependant de vous livrer deux réflexions que ce titre me suggère : l'une porte sur les conditions que coexister exige, l'autre porte sur la notion de temps que faire implique.

25Coexister, c'est évidemment exister ensemble, en même temps ; c'est se supporter, se tolérer. C'est beaucoup plus encore si nous voulons bien faire un retour à l’étymologie qui nous renvoie à sortir de, se manifester et à être debout. Agir dans ce sens : agir de manière à ce que, ensemble, des groupes, des individus, puissent sortir de, se manifester et être debout, exige une profonde interrogation sur les conditions qu'il faut remplir pour y parvenir. Ce n'est pas en ces quelques mots que je pourrais y répondre mais ils me permettront sans doute d'évoquer l'une d'entre elles. En un sens, la plus importante, même si c'est la plus difficile à cerner et probablement la plus impossible à remplir ; faire coexister c'est accroître en même temps l'autonomie des différents groupes concernés. C'est agir de sorte que ceux-ci acquièrent une parcelle supplémentaire de ce droit de déterminer librement les règles auxquelles ils se soumettent. Parcelle de liberté supplémentaire qui n'est acquise que dans la mesure où l'action permet un accroissement des choix, un accroissement des connaissances et des moyens pour faire ces choix et enfin, un accroissement de la prise de conscience de son identité.

26Notion difficile à cerner, il faut l'associer à celle de système ouvert au sens où Edgard MORIN le définit, elle doit donc se concevoir en relation à l'idée de dépendance. Je crois que c'est Cornelius CASTORIADIS qui a dit : "l'autonomie, c'est l'ouverture d'un système, par rapport à sa propre législation, c'est sa capacité de transformer lucidement les lois qu'il s'était jusqu'alors données". C'est alors que coexister donnera un sens au bon usage de la ville.

27Cette première réflexion en entraîne une autre ou plutôt une question que je me pose, que je vous pose : quel est le rôle du temps et quelle est la manière d'en tenir compte ?

28Puisqu'il y a action, il y a durée ; puisqu'il y a coexistence, il y a durée ; puisqu'il y a ville, il y a durée. L'ensemble des communications fait bien apparaître la complexité des éléments qui sont en jeu et qui concourent à créer les successions de situations. Morphologie urbaine, fonction, individus et groupes sont concernés par cette rencontre dans le temps et dans la ville, quel qu'en soit son bon ou son mauvais usage. Chacun de ces éléments a des rythmes de vie qui lui sont propres ; chacun de ces composants a un temps qui obéit à des règles ou des lois qui sont associées à sa nature. Ramené à la ville, cela nous entraîne à considérer d'une part le construit, de l'autre les structures de décision.

29Le construit, les éléments déterminants de la morphologie et de la topologie de la ville sont rarement abordés en les conjuguant avec l'effet de temps ; conséquence possible d'analyses et de programmes urbains dans lesquels la valeur temps est à peine effleurée. Cette constatation repose fondamentalement la question de la fonctionnalité et de son rapport à la forme. A partir de là on peut essayer de découvrir dans les analyses préliminaires et d'insérer dans les propositions d'aménagement et d'urbanisme, une notion d'ordre associée à celle de désordre ; notion d'ordre structurant l'espace et le temps de la longue portée, par rapport à la notion de désordre adaptatif, qui convient à l'instant plutôt qu'à la durée et qui demande des circuits ou des structures décisionnelles souples, quasi instantanées.

30Ce sont ces deux questions que je propose à votre réflexion :

  • coexistence, autonomie, dépendance ?

  • coexistence, temps de vie et temps de faire ?

Monsieur Albert BASTENIER

31Durant son exposé, Monsieur Isaac JOSEPH nous a parlé de cette étape décisive que constitue la reconnaissance de la présence d'un nouveau partenaire sur le territoire urbain. Cette reconnaissance nous dit-il est précisément ce qui permet de passer à une nouvelle façon de penser les problèmes, de penser les problèmes de la coexistence intergroupale, de les penser au niveau politique, et non plus simplement, j'allais dire simplistement, au niveau de la rubrique des problèmes sociaux.

32En me centrant, pour ma part, sur le cas de l'agglomération bruxelloise, je me poserais volontiers la question de savoir si très précisément, ne se situe pas là, le saut qualitatif qui n'a pas été accompli et qui rendrait compte, au-delà des apparences que revêt parfois le discours politique à ce sujet, du fait que le mode de gestion qui est mené en matière d'immigration, s'y avère tout à la fois dérisoire, et peut être même périlleux.

33Il me semble en effet que tout continue à se passer à Bruxelles, comme si la grande leçon qui se dégage des dix dernières années - c'est-à-dire les années de la crise économique - n'avait pas été perçue, ou reconnue. Cette leçon, qu'est-elle à mes yeux ? Tout simplement que ce que l'on avait pris pour du provisoire était en réalité du définitif. Que ce que l'on avait fait passer ou ce que l'on avait présenté durant deux ou trois décennies comme une migration temporaire de main-d'œuvre était en réalité une migration de peuplement, une transplantation non pas transitoire de simple force de travail, mais une transplantation définitive de population avec toutes les composantes démographiques, sociales et culturelles qu'elle comprend. La leçon est que l'immigration à Bruxelles, c'est-à-dire aujourd'hui 25 % de la population - dont 8 % de musulmans - est une réalité sociale irréversible. Mais cette réalité est-elle reconnue ?

34Je crois qu'il faut répondre massivement : non. Le plus souvent la question de l'immigration dans cette ville continue à être traitée dans la rubrique du social et non pas au niveau d'une véritable gestion politique, c'est-à-dire au niveau d'une réflexion et d'une gestion du devenir de la société civile tout entière. Les immigrés continuent à camper au milieu de la société urbaine, sans être reconnus comme en faisant véritablement partie. Les termes et les enjeux véritables du débat ne parviennent donc pas à y être explicités. Ce qui se passe pour sa prise en charge au niveau politique, ne sert, me semble-t-il, au mieux qu'à différer les mutations pourtant nécessaires dans les comportements et les méthodes de gestion. Je prends l'un ou l'autre exemple.

35Que penser en effet, des mesures annoncées par l'actuel Gouvernement, mesures manifestement inspirées par les déboires des hommes politiques bruxellois ? Que penser des mesures annoncées par le Gouvernement sinon qu'elles s'aveuglent, et qu’elles aveuglent sur la réalité de l'immigration en tant que fait social irréversible.

36Ainsi en va-t-il par exemple de ces mesures par lesquelles on nous annonce d'éventuelles limitations du droit d'inscription des immigrés dans certaines communes qui seraient réputées en compter trop. Si l'on avait reconnu le caractère de fait social irréversible que constitue l'immigration à Bruxelles, aurait-on pu imaginer une limitation éventuelle du droit d'inscription dans certaines communes sans se poser conjointement la question du devenir des nouveaux errants que l'on engendre inévitablement si l'on ne prend pas simultanément des dispositions en faveur de leur insertion légale autre part et si l'on n'imagine pas simultanément des mesures notamment dans le domaine du logement social. Si l'on avait reconnu le fait social irréversible que constitue l'immigration à Bruxelles, aurait-il été même imaginable un seul instant d'élaborer une législation basée sur la distinction très artificielle aujourd'hui entre nationaux et non-nationaux ?

37Dans le même esprit, eût-il été admissible que soit élaborée une loi établissant des normes d'inscription au niveau communal à l'encontre des personnes du troisième âge, belges, qui ayant des revenus vraiment trop modestes, auraient représenté une charge trop lourde pour les services communaux et locaux. La chose eût été évidemment ressentie comme absolument illégitime et scandaleuse. Elle aurait été ressentie comme absolument contraire à ce qui régit la société locale belge. Ce n'est donc que le fait de continuer à considérer les immigrés comme extérieurs à la société belge, à la société locale, à les considérer comme partie non intégrante de la réalité sociale, comme provisoirement présents, comme susceptibles d'être refoulés, qui donne un semblant de légitimité aux propositions gouvernementales.

38Sans doute doit-on être sage et admettre qu'en cette période de crise, les moyens financiers disponibles sont limités et qu'ils ne permettront certainement pas la mise en place de programmes ou de moyens de gestion à la mesure des problèmes que pose la coexistence entre groupes culturellement et ethniquement différents. Mais du moins peut-on penser que de la reconnaissance des faits, aurait pu naître une politique plus volontariste dans ce domaine et que, indépendamment, de son éventuelle plus grande efficacité, faute de moyens, une telle politique aurait eu au moins l'incontestable avantage de lever les doutes quant à la légitimité de la présence des populations étrangères sur le territoire urbain et les inévitables conflits liés à leur présence. Car il ne faut pas nier la complexité des problèmes qui naissent de la coexistence de populations différentes et ces inévitables conflits auraient pu peut-être à partir de ce moment-là, être explicités et gérés avec un peu plus de lucidité.

39Pour ce qui est de l'intervention du Professeur Claude RAFFESTIN, je crois qu'il fait bien d'observer qu'à Bruxelles comme ailleurs, la ville n'est pas le lieu d'une seule territorialité homogène et que le cycle qu'il nous a décrit, territorialisation, déterritorialisation, innovation, développement, diffusion, fut bien observable chez nous comme ailleurs. Durant de longues décennies - les décennies qui furent en fait celles de l'expansion économique - la population immigrée fut conduite à remplir une fonction bien précise en dehors bien sûr de ce que l'on attendait d'elle dans le processus de la production. Dans un Bruxelles, profondément engagé dans une spirale de spéculation immobilière, et de remodelage des tissus bâtis dans une ville où la logique du marché locatif fonctionne en bonne partie sur base d'un classement hiérarchique et économique des locataires, la population immigrée fut orientée vers les quartiers crépusculaires promis à des opérations dites de rénovation, plus ou moins proches, et où en fait la fonction qu'ils assumèrent fut de donner une ultime valeur locative à un patrimoine bâti qui sans eux, aurait été rapidement dévolu à n'avoir plus aucune valeur d'usage pour les autochtones. C'est ainsi qu'ils furent territorialisés. Ce processus pourrait même, à la limite, être désigné, d'un vocable plus sévère en disant que c'est de la sorte qu'ils furent quasiment assignés à résidence. Tant que l'immigration put fonctionner sans trop de difficultés sur base d’un principe d'inclusion et exclusion dans le domaine de la vie sociale, cette territorialisation et l'éventuelle déterritorialisation ultérieure des immigrés ne posa pas trop de problèmes, tant pour les gestionnaires publics, que pour la population autochtone et la population immigrée elle-même. Il en alla tout autrement, dès le moment, où s'installa la stagnation économique. Le reflux et la situation d'enclavement d'une immigration en voie de stabilisation, conduisit à la multiplication des problèmes et des charges sociales qui furent celles, non pas de simples travailleurs, mais celles d'une population avec toute la complexité de ses composantes. Dès ce moment-là, on se mit à observer combien la territorialisation de départ, loin de pouvoir s'acheminer vers une déterritorialisation et une reterritorialisation ultérieure, tendait à se fixer, à se figer, à donner lieu à des zones urbaines socialement stigmatisées d'une façon qui paraît d'ailleurs irréversible. Les problèmes de gestion de cette réalité figée devinrent de plus en plus complexes. Le coût de leur gestion devint de plus en plus lourd et ne tarda pas dès lors, à se faire entendre la voix des gestionnaires politiques réclamant la dispersion ou le redéploiement des minorités culturelles ou ethniques. Cela de nouveau sans trop se poser le problème de leur réinsertion plus ou moins satisfaisante ailleurs.

40Je crois qu'on en est là aujourd'hui à Bruxelles. Pour en revenir à ce que je disais en commençant, la permanence de la non reconnaissance du caractère irréversible du fait migratoire dans un contexte comme la réalité bruxelloise augure à vrai dire bien mal de l'avenir de ces enclaves, et des relations que les habitants de ces enclaves auront à avoir avec les autochtones et partant, la coexistence pourtant inéluctable à laquelle nous sommes appelés.

Notes

1 La Conférence des Bourgmestres est un organe groupant les 19 bourgmestres des Communes de l'agglomération bruxelloise.

Auteurs

Député, Bourgmestre de la ville de Bruxelles.

Assistant-editor au "Bulletin".

Professeur à l'Université catholique de Louvain

Chargé de recherche au Groupe d'Études des Migrations de l'Université catholique de Louvain.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search