Version classiqueVersion mobile

Du bon usage de la ville. Utilisateurs et décideurs

 | 
Anne-Marie Kumps
, 
Jean Remy
, 
Robert Wtterwulghe

Deuxième partie. Faire coexister

Les villes à forte composante étrangère : une mosaïque de territorialités

Claude Raffestin

Texte intégral

1. Les principes de la ville

1Peu importe la définition que l'on donne de la ville, "machine" à maximiser des relations, système de fonction, etc..., car au moins une chose est acquise c'est que toute création urbaine, et cela depuis l'origine des villes, est sous-tendue par une série de principes : centralisation, concentration, verticalisation, médiatisation, mécanisation et hétérogénéité. On pourrait, d'ailleurs, chercher à déchiffrer les modèles urbains en fonction de ces principes. Les divers chercheurs en sciences humaines qui se sont intéressés à la ville ont toujours, d'une manière ou d'une autre, utilisé dans leurs explications un ou plusieurs de ces principes. Certains ont davantage insisté sur la centralisation ou la concentration, d'autres sur la médiatisation ou sur l'hétérogénéité, d'autres encore ont hiérarchisé ces principes donnant la prééminence dans l'explication à tel ou tel d'entre eux. Le privilège accordé à tel principe plutôt qu'à tel autre est souvent conditionné par la problématique disciplinaire dont se réclame le chercheur. Les sociologues ont accordé une place importante à la concentration, les anthropologues à l'hétérogénéité et les géographes à la centralisation mais, néanmoins, il serait tout à fait erroné de penser qu’il y a une spécialisation disciplinaire ; tout au plus peut-on parler de tendances.

  • 1 U. HANNERZ, Explorer la ville, Paris, Éditions de Minuit, 1983, p. 109.
  • 2 L. WIRTH cité par U. HANNERZ, op. cit., p. 95.

2Si l'hétérogénéité va retenir mon attention c'est que le thème même que j'ai choisi de traiter est enraciné dans ce principe. L'hétérogénéité urbaine est multiforme et elle caractérise des domaines aussi divers que la démographie, l'économie, la culture et la politique : "En ce sens, la ville est la forme la plus évoluée de l'interdépendance entre les hommes"1. L’hétérogénéité est, en somme, une des conditions de l'existence urbaine. Sans l'apport démographique des campagnes, les villes pré-industrielles, véritables tombeaux selon l'expression de MUMFORD, n'auraient pas pu se développer et vraisemblablement n'auraient pas pu se maintenir non plus. L’hétérogénéité socioprofessionnelle à travers les différentes activités économiques a procuré à la ville une capacité d'action et d'intervention beaucoup plus grande que celle du milieu rural. L'hétérogénéité culturelle est promesse de relations multiples et donc aussi d'innovations. La ville "importe" sur l'hétérogénéité de l'extérieur, "elle attire des migrants d'origines différentes et devient ainsi le melting-pot de races, de peuples et de cultures"2.

3L'hétérogénéité se traduit dans le territoire urbain et les modèles classiques de PARK, BURGESS, Mc KENZIE, HARRIS et de ULLMAN en rendent compte d'une manière non équivoque. Ces modèles expriment simultanément toutes les formes d'hétérogénéité auxquelles j'ai fait allusion avec, en plus, des formes d'hétérogénéité ethniques et raciales : "la petite Sicile", "le Ghetto", "la ville chinoise", etc.... Cela conduit à penser qu'il y a une hétérogénéité "visible" donc directement observable et une hétérogénéité "invisible" qui serait non directement observable.

4Celle-ci se révélant à l’occasion d'une observation statistique. Des expressions comme la petite Sicile, le ghetto, la ville chinoise indiquent bien une hétérogénéité mais aussi une concentration en des lieux bien définis d'Italiens, de Noirs et de Chinois qui "marquent" le territoire urbain par leur présence, leur activité et leurs comportements. Il y a donc, selon les catégories prises en compte, un grand nombre d'hétérogénéités possibles visibles ou non. En l'occurrence, je me concentrerai sur l'hétérogénéité produite par le flux des immigrants, c'est-à-dire par des "étrangers". Mais là encore, la notion d'étranger n'est guère plus commode à manipuler que celle d'hétérogénéité. En effet, il y a l'étranger au sens étymologique du terme c'est-à-dire celui qui est "hors de" et il y a l'étranger au sens juridique du terme.

2. La notion d'étranger

5Cette notion a été abondamment étudiée tant du point de vue juridique que sociologique, diachroniquement ou synchroniquement. Je laisserai de côté la notion juridique de l'étranger non pas qu'elle ne soit pas importante dans beaucoup de cas, mais elle est moins significative par rapport à la territorialité. Du point de vue socio-géographique, je dirai que l'étranger est celui qui ne fait pas partie du groupe social politique du territoire dans lequel il vient s'installer. Dès lors, dans ces conditions, l'étranger au sens où je l'entends est un immigrant "hors de son lieu d'origine". Il peut donc s'agir autant d'un immigrant venant d'une zone rurale ou d'une autre ville de la même nation ou d'un immigrant d'origine rurale ou urbaine d'une autre nation que celle d'accueil.

6Il y a les autochtones, qui constituent un groupe installé dans le territoire urbain, et les immigrants.

7De fait, l'étranger est une notion anthropologique dans l'exacte mesure où il est porteur de médiateurs spécifiques, médiateurs qui conditionneront dans une mesure plus ou moins nette ses relations à l'extériorité et/ou à l'altérité. Les limites du monde de l'étranger sont les limites de ses médiateurs dont la langue, la confession, les pratiques quotidiennes ne sont pas les moindres.

8La distance entre les médiateurs-autochtones et les médiateurs-étrangers peut être faible, sensible ou énorme. Une chose est certaine, c'est qu'elle n'est jamais nulle. Cette affirmation peut évidemment surprendre et il convient de s'en expliquer. Si l'on fait l'hypothèse que la distance puisse être nulle, on fait ipso facto l'hypothèse que l'extériorité et l'altérité auxquelles l'immigrant a été confronté antérieurement étaient parfaitement identiques à celles du lieu d'accueil, ce qui est quasiment impossible ou en tout cas peu vraisemblable, ou alors c'est faire l'hypothèse que les médiateurs ne sont pas du tout "marqués" par les relations à une autre extériorité et à une autre altérité, autrement dit qu'ils sont et demeurent identiques à eux-mêmes quelle que soit la pratique dans laquelle ils sont intégrés.

9Une faible distance permet une intégration sans doute plus rapide et donc une hétérogénéité (car celle-ci demeure) qui ne se traduit pas par une concentration. L'accroissement de la distance peut déterminer des concentrations qui peuvent conduire au ghetto par discrimination de fait sinon formelle. Ainsi l'étranger peut être diffus, difficilement repérable, invisible en quelque sorte, ou au contraire concentré, aisément repérable et visible.

10Dans un cas comme dans l'autre, l'étranger est porteur d'une information, nouvelle ou non, qui est susceptible de générer des modifications dans la ville d'accueil, dans des domaines variés.

3. La notion de territorialité

  • 3 A. MOLES et E. ROHMER, La psychologie de l'espace, Paris, Casterman, 1972.
  • 4 J. von UEXKÜLL, Mondes humains, mondes animaux, Paris, Éditions Médiations, 1956.

11Il y a une vingtaine d'années, il n'était guère question de territorialité dans les sciences humaines. Et pour cause la notion a d'abord été développée pour les animaux par les naturalistes. Ce n'est que depuis quelques années qu'il y a une tentative de fonder véritablement une territorialité humaine que l'on peut définir comme l'ensemble des relations entretenues par l'homme, en tant qu'il appartient à une société, avec l'extériorité et/ou l'altérité à l'aide de médiateurs ou instruments dans la perspective de satisfaire ses besoins d'une manière autonome. "Ego, hic et nunc" pourrait être la locution fondatrice du processus : "une phénoménologie de l'espace, tout comme une phénoménologie du temps partira du lieu de mon corps, Ici et Maintenant, elle le prendra comme centre"3, car "sans un sujet vivant, le temps ni l'espace n'existent"4 Tout commence par le "regere fines" du "Moi" ou du "Nous", c'est-à-dire la projection dans l'espace concret ou abstrait d'une information "juste" dont le Moi et/ou le Nous sont porteurs. L'ensemble des limites définit, encadre, distingue une intériorité caractérisée par un contenu. Cette projection est la première séquence de la phase territorialisation elle-même partie d'un cycle territorialisation-déterritorialisation-reterritorialisation.

12Les modèles du type von THÜNEN, polarisés sur le problème de la rente, sont susceptibles de rendre compte et d'illustrer cette phase première de la territorialisation. La ville émet des signaux - les prix - qui, compte tenu des hypothèses propres aux modèles, contribuent à structurer l'espace agricole environnant. Un territoire est ainsi produit autour de la ville et tout un système de relations est mis en place, système, justement, qui définit la territorialité, pas toute la territorialité mais tout au moins celle qui a trait aux relations économiques. La territorialisation, qui débouche, dans ce cas, sur un ensemble de mailles délimitées à partir d'un nœud qui y est relié par un réseau, demeure stable, et partant la territorialité, pour autant que les signaux varient entre des limites déterminées. Une modification sensible des signaux - les prix - ou leur disparition entraînera, à terme, des changements dans la territorialisation. A terme car il faut compter avec 1'hystérésis du système, c'est-à-dire un retard de l'effet sur la cause. Si la modification dans l'émission des signaux persiste, on entre dans la deuxième phase du cycle, à savoir la déterritorialisation. C'est une crise des limites en quelque sorte et c'est aussi une crise des relations donc de la territorialité antérieure.

13Pour comprendre cette deuxième phase, il faut introduire un second cycle qui sous-tend le premier à savoir le cycle de l'information qui comprendrait trois phases : innovation-diffusion-obsolescence. On voit tout de suite que ce cycle est calqué sur celui du produit inventé par VERNON, innovation-développement-maturité. L’innovation qui survient dans un point quelconque peut n'avoir aucun effet si elle n'est pas acceptée d'abord et diffusée ensuite. Ainsi, dans le modèle de von THÜNEN, on peut imaginer qu'un artisan invente un procédé qui nécessite une plus grande quantité de tel ou tel produit agricole. Si l'innovation n'est pas acceptée et ne se diffuse pas parmi d'autres artisans, l'innovation échoue et il ne se passe rien. En revanche, si la diffusion est réussie la campagne va entrer dans une phase de déterritorialisation qui constitue la phase critique avec chute de la demande pour certains produits et croissance de la demande pour le produit mis en évidence par l'innovation. La poursuite de la diffusion conduit à une reterritorialisation donc à une nouvelle territorialité à un nouvel ensemble de relations à l'extériorité et à l'altérité. Jusqu'à une nouvelle innovation réussie, la nouvelle territorialisation demeurera relativement stable. L'obsolescence d'une information est consommée lorsque de nouvelles informations, dans le même ordre d'activité, émergent et se diffusent. On peut tenter de schématiser ce processus.

14Ce schéma est évidemment extraordinairement réducteur dans la mesure où il n'y a pas une seule innovation mais de multiples qui se combinent, s'équilibrent ou au contraire créent des synergies nouvelles. Cela d'autant plus que la linéarité du schéma s'accorde mal avec le caractère systémique des transformations. La territorialité humaine est exprimée dans ce cas par l'évolution des phases d'un double cycle. Elle est donc, par essence, dynamique, elle est faite de continuité et de discontinuité. On peut parler de la notion de cycle de territorialité non seulement à petite mais encore à grande échelle. Les sociétés tout autant que les individus passent par des cycles de territorialité ; cycles conditionnés par des systèmes d'information et par des modèles qui génèrent nos actions.

15Dans cette perspective, la territorialité se définit par la rencontre de deux processus, l'un territorial (TDR) et l'autre informationnel (IDO). Cette rencontre s'inscrit dans une problématique relationnelle : "tout est relationnel et rien n'existe et ne peut exister en dehors de ces phénomènes de rapport" (LUPASCO). Dès lors, la territorialité apparaît comme l'interaction entre deux systèmes l'un spatial et l’autre informationnel dans la perspective d'assurer l'autonomie d'une collectivité à travers le temps.

16Cette théorie embryonnaire n'est bien évidemment que l'esquisse d'une idée à tester dans l'élaboration de modèles. Pour l'instant, elle constitue un axe de réflexion qui se fonde sur l'hypothèse que les relations à l'extériorité et à l'altérité sont largement conditionnées par les modifications qui surviennent dans les systèmes de signaux. Ces changements de signaux contraignent à des adaptations pour maintenir l'autonomie de la collectivité.

4. L'étranger générateur de territorialités nouvelles

  • 5 K. CLARK, Le ghetto Noir, Paris, PAYOT, 1966, p. 40.
  • 6 K. CLARK, op. cit., p. 40.
  • 7 K. CLARK, op. cit., p. 51.
  • 8 P. CLAVAL, La logique des villes, Paris, LITEC, 1981, p. 282.

17J'ai essayé de montrer que l'hétérogénéité pouvait être diffuse ou concentrée, autrement dit se situer sur un axe entre 0 et 1. La concentration tendant vers 1 est révélatrice d'une discrimination de fait ou formelle dont l'expression la plus nette est celle du ghetto (nom du quartier juif de Venise au XVIe siècle). Un ghetto de fait, comme aux États-Unis dans les grandes villes, est entouré de "murs invisibles" qui déterminent une territorialité caractérisée par la surpopulation, un taux élevé de mortalité infantile, un taux élevé de criminalité, des relations à l'Autre teintées de ressentiment, d'hostilité, d'apathie, de désespoir et de relations pathologiques à un habitat dégradé : "Le peuple du ghetto a soif d'assimilation et, en même temps, il s'aliène, se retranche derrière les murs protecteurs du ghetto5. Les choses ne se sont guère arrangées, bien au contraire, pendant les années de crise. Le ghetto constitue une territorialité paradoxale dont les relations sont profondément dissymétriques. En effet, le ghetto est à la fois isolé physiquement et ouvert : "la radio, la télévision, le cinéma, la presse y pénètrent, l'envahissent même, établissent un système de communication constant, à sens unique en général"6. Les valeurs noires sont confinées dans un territoire alors que les valeurs blanches y pénètrent : "Tant qu'existera une telle différence entre l'Amérique blanche et l'Amérique noire, tension et conflits raciaux s'aggraveront dans une atmosphère de haine et de crainte"7. Les ghettos connaissent une territorialité de sur-densité et ce n'est pas par hasard si les expériences de CALHOUN sur la territorialité des rats ont été à tort utilisées pour décrire et expliquer le ghetto. En fait, ces transferts analogiques n'ont pas de sens car c'est oublier que l'homme peut échapper à l'environnement pour s'élever au monde par toutes sortes de médiateurs à l'aide desquels il se reterritorialise, il s'échappe. Ce type de territorialité, qui n'est pas seulement propre à la grande ville américaine mais aussi à certaines villes européennes telles que les villes anglaises, par exemple, où l'on trouve des colonies d'immigrants noirs des Indes occidentales et des Asiatiques, est sans nul doute générateur de violences et de désordres multiples. Le ghetto fait jouer des mécanismes de domination qui se traduisent par une utilisation stricte du zoning comme stratégie de contrôle. Dans le cas des colonies, ce sont tout à la fois des mécanismes économiques de rentes foncières qui jouent et des mécanismes internes aux communautés pour préserver leurs valeurs. La différence entre la territorialité de ghetto et celle de colonie réside dans le fait que la première est soumise à des limites très difficiles à franchir sinon infranchissables et que la densité s’accroît d'une manière si intolérable qu'il y a menace d'éclatement du système. La probabilité d'échapper au ghetto est beaucoup plus faible que celle d'échapper à la colonie. Le ghetto bien plus que la colonie est "un obstacle permanent au bon fonctionnement de sociétés urbaines dont la raison d'être est de favoriser la fluidité des rapports entre des personnes diverses et complémentaires"8. Alors que les ghettos se maintiennent ou sont maintenus par des forces qui ne sont pas qu'économiques, les colonies évoluent.

  • 9 R. FERRAS, Barcelone, croissance d'une métropole, Paris, Anthropos, 1977, p. 229.
  • 10 R. FERRAS, op. cit..

18Si l'on considère une ville comme Barcelone, on remarque qu'il y a plusieurs types de territorialités pour les immigrants. Ainsi, leur installation dans la cité s'effectue "généralement dans les taudis du centre pour les célibataires, dans les districts périphériques pour les ménages9. Cependant, on notera que les quartiers centraux sont en remodelage et ils accueillent moins d'immigrants qu'autrefois : 3 % pour le Barrio Chino contre 10 % dans les années 1960, le centre historique lui ressemble un peu, à la fois congestionné et allégé par le Barrio Gotico. Dans le Barrio Chino, le Hong Kong à la portée de l'Européen moyen10 est un des secteurs les plus dégradés : 90 % des logements datent du siècle dernier, 12 % ont été bâtis entre 1900 et 1918, aucun n'est postérieur à 1918 sauf rares exceptions. C'est dans ce quartier une territorialité d'hommes seuls formant des groupes animés devant l'entrée des bars, les plus fortunés se trouvant à l'intérieur. Au-dessus des chambres sordides ; çà et là les vitrines éclairées des pharmacies spécialisées dans le traitement des maladies vénériennes. Mais le Barrio Chino est en reterritorialisation, ce qui provoque une expulsion des Andalous et des autres immigrants. Les plus défavorisés vont aller dans des zones dégradées, ailleurs, pour se reloger.

19On a le même phénomène dans un autre quartier historique celui de San Cugat del Rec par substitution d'une population immigrée au groupe autochtones. Mais il y a aussi à Barcelone la territorialité des barracas constructions de fortune à la périphérie. Mais il n'y a pas seulement le "barraquisme" horizontal, il y a aussi celui vertical qui est insupportable au rural d'origine.

20Dans ces zones, on trouve une territorialité de non intégration représentée par ceux qui comme les Gitans font de tout et de rien, c'est une territorialité de survie. Il y a une territorialité partiellement intégrée et une autre d'intégration rapide.

  • 11 E. DALMASSO, Milan, capitale économique de l'Italie, in Études Géographiques, GAP, 1971, p. 469.
  • 12 E. TURRI, Semiologia del paesaggio italiano, Milano, Biblioteca longanesi EC., 1979.

21Dans le cas d'une ville comme Milan, où la mobilité a grandi avec le développement économique. C'est à partir de 1957 que dans les immigrants la part de l'Italie méridionale est devenue très importante. C'est le début de la "méridionalisation" de la ville et de toute la région au nord de Milan. C'est une population peu instruite et peu qualifiée11. Cette immigration a des problèmes d'intégration et de logement. La "malavità" a certainement beaucoup recruté dans ces couches défavorisées. Ghettos et colonies marquant évidemment par suite de fortes concentrations des zones ou des quartiers dans ces grandes métropoles et il est certain que les habitudes de vie, les relations à l'extériorité et à l'altérité sont fortement imprégnées par les comportements de certains groupes et cela dans une multitude de domaines. Pourquoi ? Parce que la distance entre autochtones et immigrants est forte en ce qui concerne leurs médiateurs. Dans Semiologia del paesaggio italiano de Eugenia TURRI, on peut trouver à petite échelle et depuis 1950 les grandes mutations dans le sentiment de déracinement, de perte du sens des lieux, l'opposition de nouveaux rythmes, de nouveaux bruits, de nouvelles odeurs : "Nella societa urbana e industriale si vive dentro, si lavora dentro, e il "fuori" ha perro ogni necessità"12. TURRI fait une opposition entre "lupi et agnelli". Ces derniers sont les masses déruralisées des grandes périphéries urbaines : lieux de ségrégation qui ont peu en commun avec les gens du centre ou des quartiers résidentiels. Ce sont, pour utiliser le mot de CALVINO, des "Marcovoldo" : Uomo di Natura, buon selvaggio criliato nella città industriale. On peut résumer à travers Marcovoldo la territorialité des premiers immigrants : Aveva un occhio paco adotto alla vita di città ; cartelli, semafori, vetrine, insegne luminore... sont peu vues au contraire des dernières traces de nature.

  • 13 J.-L GROSMAIRE, Les français à Montréal, in Cahiers de Géographie du Québec, septembre 1983, vol.  (...)

22Mais les immigrants ne créent pas partout des phénomènes de colonies qui se traduisent par la ségrégation. Et cela même dans de grandes métropoles. Le cas des Français à Montréal est à cet égard très intéressant. Nombreux puisqu'ils sont 50.000, ils sont contrairement aux Grecs, aux Portugais et aux Haïtiens pratiquement invisibles. Serait-ce parce qu'il n'y a pas de barrage ni non plus une forte distance culturelle ? Sans doute mais aussi et surtout parce qu'ils n’ont pas de valeurs spécifiques à préserver dans le contexte montréalais contrairement à d'autres groupes. On ne peut donc pas dire qu'il y a un ou des quartiers où se concentrent les Français, ils sont relativement disséminés. N'ayant pas les données statistiques, je ne peux pas préciser l'indice de concentration. Cependant si les Français ne sont pas visibles en tant que groupe humain, le centreville est pénétré par leurs boutiques, leurs magasins de luxe, leurs épiceries fines et leurs boucheries et boulangeries. De grandes sociétés françaises y ont leur siège et parmi les signes visibles, on notera les institutions d'enseignement : Collège Stanislas, Collège Marie de France, Collège Français. À cela s'ajoute la diffusion des produits nationaux13.

23Ces phénomènes ne sont pas propres qu'aux grandes métropoles. L'exemple des villes suisses de dimension faible à moyenne est également révélateur. Les grandes villes suisses, Zurich, Bâle, Berne, Genève et Lausanne qui regroupent de 15 à 31 % d'étrangers sont caractérisées par des indices de concentration faibles dans les différents quartiers ou secteurs administratifs. De ce point de vue, on ne note aucun phénomène de ségrégation et cela depuis assez longtemps pour Berne : 1914 : 0,16 ; 1950 : 0,14 ; 1960 : 0,18 ; 1970 : 0,13 ; 1980 : 0,18. Si on prend Zurich en 1980 pour les 34 quartiers, l'indice est de 0,28.

24Prenons le cas de Genève. On peut distinguer un groupe Sud composé des Italiens, des Espagnols et des Portugais et d'un groupe Nord comprenant les Allemands, les Britanniques et les Américains.

25Les Français sont plus diffus et peuvent se trouver autant avec le groupe Nord qu'avec le groupe Sud, ce qui tend à montrer que dans leur cas, ce n'est pas la composante ethnique qui joue mais la dimension socio-professionnelle.

26Les Italiens dont l'indice de concentration est de 0,32 se trouvent aux Eaux-Vives-Lac, à la Jonction, à la Cluse et à Châtelaine. Les Italiens, dans certains quartiers ont marqué les rythmes et ont incité les commerces à répondre à des demandes spécifiques dans le domaine alimentaire. D'ailleurs les commerces et restaurants italiens sont nombreux.

  • 14 C. RAFFESTIN, Géographie des groupes nationaux dans les quartiers de la ville de Genève, Société S (...)

27Les Espagnols sont dans les quartiers de la Cluse, des Délices, des Eaux-Vives et des Pâquis. Ils ont fortement pénétré le quartier de la gare et une rue est très hispanisée (Rue de Fribourg). La langue dominante à certaines heures à la rue de Fribourg est l'espagnol14.

28Les Portugais ont une localisation comparable, avec un indice de 0,37.

29Les Allemands, 0,20, sont à Champel, Eaux-Vives, Bouchet-Moillebeau et Florissant. Ils sont dans le tertiaire supérieur.

30Les Anglais et les Américains ont fortement marqué Champel et Florissant. Le style est assez américain, la langue anglaise est fréquente et les commerces sont très américanisés : alimentation, restaurants, librairies.

31Genève est le lieu d'au moins trois grandes territorialités : l'une "suisse" plus ou moins proche des usages modernes, une autre méridionale et une autre anglo-saxonne qui sont caractérisées par des relations spécifiques en diverses matières.

32Il n'y a pas de phénomènes de ségrégation à Genève. Un quartier comme Carouge autrefois très italianisé a été rénové et c'est un quartier de professions supérieures à l'heure actuelle.

33Le schéma TDR et IDO s'applique assez bien à Genève pour Carouge, Plainpalais et les Eaux-Vives qui sont des quartiers populaires devenus résidentiels. Si l'on cherche à résumer la situation, on peut trouver un axe de concentration entre 0 et 1.

34D'un strict point de vue géographique, ces 4 situations théoriques ne sont pas équivalentes mais il serait erroné de penser, phénomènes pathologiques et discriminatoires mis à part, que les faibles concentrations sont préférables aux fortes concentrations. Tout au plus, peut-on dire que les fortes concentrations révèlent des communautés très "distantes" sociologiquement des autres et désireuses de préserver par le rassemblement un certain nombre de valeurs spécifiques.

35En effet, si la concentration n'est pas la conséquence d'une volonté de la population d'accueil et si celle-ci ne marque pas d'hostilité caractérisée rien n'autorise à inférer que les indices de concentration faibles et forts signifient respectivement non-discrimination et discrimination. La non-discrimination géographique peut cacher une discrimination insidieuse dans les rapports quotidiens et la discrimination géographique ne s'accompagne pas ipso-facto d'une discrimination dans les rapports quotidiens.

36Pour apprécier le problème des villes à forte composante étrangère, il manque une théorie et des modèles auxquels toutes les sciences de l'homme seraient intéressées.

Notes

1 U. HANNERZ, Explorer la ville, Paris, Éditions de Minuit, 1983, p. 109.

2 L. WIRTH cité par U. HANNERZ, op. cit., p. 95.

3 A. MOLES et E. ROHMER, La psychologie de l'espace, Paris, Casterman, 1972.

4 J. von UEXKÜLL, Mondes humains, mondes animaux, Paris, Éditions Médiations, 1956.

5 K. CLARK, Le ghetto Noir, Paris, PAYOT, 1966, p. 40.

6 K. CLARK, op. cit., p. 40.

7 K. CLARK, op. cit., p. 51.

8 P. CLAVAL, La logique des villes, Paris, LITEC, 1981, p. 282.

9 R. FERRAS, Barcelone, croissance d'une métropole, Paris, Anthropos, 1977, p. 229.

10 R. FERRAS, op. cit..

11 E. DALMASSO, Milan, capitale économique de l'Italie, in Études Géographiques, GAP, 1971, p. 469.

12 E. TURRI, Semiologia del paesaggio italiano, Milano, Biblioteca longanesi EC., 1979.

13 J.-L GROSMAIRE, Les français à Montréal, in Cahiers de Géographie du Québec, septembre 1983, vol. 27, no 71.

14 C. RAFFESTIN, Géographie des groupes nationaux dans les quartiers de la ville de Genève, Société Suisse d'ethnographie, 1980, pp. 139-148.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search