Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du bon usage de la ville. Utilisateurs et décideurs

 | 
Anne-Marie Kumps
, 
Jean Remy
, 
Robert Wtterwulghe

Première partie. Faire revivre

Intervenants privilégiés

Jacques Coomans, Jean-François Vaes, René Schoonbrodt et Pierre Laconte

Texte intégral

Monsieur Jacques COOMANS

1Je félicite d’abord les auteurs des deux exposés que nous venons d'entendre, et si vous le voulez bien je vous livrerai mes réactions sous un angle volontairement très limité qui est celui de Conseiller du Ministre, Madame Cécile GOOR, chargée des problèmes de planification à Bruxelles.

2Pour moi ce qui est intéressant c'est de voir combien les problèmes de dynamique urbaine et les problèmes de planification ont évolué de pair à Montréal et à Bruxelles. Alors, si vous le voulez bien j'aborderai les problèmes sous deux aspects ; tout d'abord, je propose de faire un rapide parallèle entre la perception des problèmes à Bruxelles et à Montréal, ensuite je propose de voir en particulier comment à Bruxelles nous envisageons de réduire l'arbitraire tel qu'il est dénoncé à Montréal, tout en insistant sur le fait qu'à Bruxelles déjà nous avons toute une série de procédures qui ont considérablement limité cet arbitraire.

3Quels sont les problèmes que nous rencontrons à Bruxelles comme à Montréal ?

4Tout d'abord il y a le problème politique sur lequel je ne m'étendrai pas. Il est évident que nous avons à Bruxelles comme à Montréal un problème de région et un problème d'hinterland. Nous avons un problème d'opposition entre des structures régionales et des structures nationales.

5Deuxième type de problèmes, ce sont les problèmes de planification en matière d'infrastructure lourde. On nous a parlé aujourd'hui, essentiellement, du problème des autoroutes et du métro à Montréal. Nous avons connu à Bruxelles des difficultés de même nature, et récemment encore une série de problèmes similaires ont débouché sinon sur des blocages, du moins sur une série d'incompréhensions. Je citerai à titre d'exemples ; la liaison Etoile-Churchill, le boulevard Léopold II, le périphérique Sud et le bouclage du métro de la petite ceinture qui vous sont des problèmes bien connus.

6Troisième type de problèmes, c'est la difficulté de créer un consensus autour d'une stratégie à long terme et donc de la connaissance des règles de la dynamique urbaine dont nous a entretenu si brillamment le Professeur Jean REMY tout à l'heure.

7Quatrième et dernier grand type de problèmes, c'est précisément l'arbitraire du pouvoir politique et du pouvoir technocratique. Encore qu'à Bruxelles ceci soit considérablement limité par les procédures de concertation prévues dans le plan secteur. Nous avons aussi à Bruxelles cette structure assez particulière qui est celle des comités de quartiers, qui a été voulue par le pouvoir politique et qui a débouché sur une action imprévue, en tout cas par le pouvoir politique, c'est-à-dire que les comités de quartiers, loin de se limiter à des exigences ponctuelles, ont précisément posé des problèmes fondamentaux. Ils ont posé le problème du pourquoi des choses, ce qui a entraîné un débat fondamental à Bruxelles. Ici il s'agit d'un problème de concertation, d'information, de communication. C'est un problème de négociations entre pouvoirs concernés qu'il s'agisse des régions, des communes, des responsables des travaux publics et des communications. C'est finalement la nécessité de créer un consensus et lorsque je parle de consensus ce n'est pas seulement au niveau politique, mais aussi au niveau démocratique. Il nous faut expliquer aux gens, les informer sur les raisons qui ont amené le pouvoir politique à prendre telles ou telles décisions.

8Il y a un deuxième parallèle à faire entre Montréal et Bruxelles : celui-ci se situe au niveau des méthodes. En ce domaine, c'est le même débat à Bruxelles, à Montréal et dans toutes les grandes villes du monde ; celui de comment aborder l'avenir. Vous avez deux écoles qui s'affrontent. Une école qu'on qualifie pompeusement d'école systémique qui estime que tout problème doit être envisagé dans une grande ville considérée comme un système ; tout est dans tout et dès que vous modifiez un des éléments de l'équation, c'est tout l'équilibre qui est bouleversé. Vous avez une autre école qui est celle plus sectorielle beaucoup plus pragmatique qui dit : "tous vos systèmes, ça ne sert à rien, quand il y a un problème je le résous et en ce qui concerne les effets induits on verra bien quand ils se produiront, il sera toujours temps d'y faire face". Je crois que la solution se trouve vraisemblablement entre ces deux approches, nous y reviendrons.

9Le deuxième point que je voudrais aborder avec vous, c'est de voir comment à Bruxelles, nous avons pris et nous allons prendre une série de mesures pour réduire au maximum l'arbitraire, l'arbitraire tant politique d'une part, que technique d'autre part. Ces arbitraires qui peuvent créer des blocages en matière d'aménagement du territoire.

10Au niveau politique, il faut tout d'abord organiser le réseau d'information et de discussion de la future planification régionale. Un certain nombre d'entre vous connaissent déjà les méthodes que nous allons utiliser sous le terme de groupes de prospectives. Ce sont des méthodes largement inspirées, sinon copiées, sur l'approche régionale française. Ce sont des méthodes qui permettent, au moyen d'un groupe pluridisciplinaire, d'origine tout à fait pluraliste, d'acquérir tout d'abord une culture commune de la ville, et ensuite, par des jeux de réflexions appuyés par une puissante organisation technique, de suggérer des stratégies de revalorisation pour leur ville.

11Pour cela, il faut tomber d'accord sur les critères de jugement de la future planification, c'est un acte politique. Quelle est la ville dont nous rêvons pour demain ? Quels sont les seuils que nous admettons en matière de pollutions, en matière de nuisances ?

12En ce qui concerne la lutte contre l'arbitraire au niveau technique, nous proposons une solution très appropriée qui est le recours aux études d'impacts. Là encore, il s'agit d'une solution qui n'est pas originale, mais largement diffusée aux Etats-Unis où elle a fait ses preuves. Nous avons déjà fait un essai limité qui est extrêmement encourageant, dans le cas du dossier Etoile-Churchill. Le recours aux études d'impacts suppose trois éléments préexistants. Tout d'abord de disposer d'une vision systémique des problèmes, deuxièmement la connaissance du comportement spatial des acteurs urbains, enfin une vision dynamique du système urbain.

13La vision systémique de la ville permet la connaissance globale des problèmes de la ville. Si nous prenons par exemple, les problèmes de circulation dans le sud de Bruxelles, il faut savoir que toute modification d'itinéraire va avoir des effets dans une série de domaines qu'il faut anticiper. Il en va ainsi de la qualité de la vie dans ces communes du sud de la ville. Il y a les décisions de localisation des entreprises du tertiaire supérieur qui risquent d'être remises en cause et puis, il y a tous les problèmes de circulation également dans le reste de la ville qui sont en jeu. Il faut donc avoir une connaissance systémique parce qu'une influence sur un facteur va effectivement modifier considérablement tout l'équilibre du système.

14La vision systémique de la ville n'élimine en rien l'approche sectorielle et pragmatique traditionnelle dont je parlais tout à l'heure. Il faut considérer au contraire qu'elle l'oriente vers un niveau supplémentaire de synthèse. Finalement la vision systémique permet, et pour moi c'est particulièrement important, la décentralisation des décisions à laquelle Madame Louise ROY a fait allusion tout à l'heure. En effet, tout en vérifiant les effets induits au niveau de la région, cette approche permet à la région d'avoir ses plans mais également aux pouvoirs communaux d'avoir des plans individuels qui soient parfaitement compatibles avec les plans régionaux.

15Comme je l'ai souligné plus haut, l'étude d'impacts suppose une connaissance profonde du comportement spatial des différents acteurs urbains. Il faut que nous sachions, lorsque nous faisons de la planification, comment influencer le comportement spatial des acteurs urbains, comment décoder, comment décripter leurs aspirations, leurs besoins tant sur le plan matériel que sur le plan symbolique. A Bruxelles, nous disposerons sous peu d'une première étude en matière de dynamique urbaine qui est basée sur l'enquête socioéconomique de 1977 et à laquelle nous nous apprêtons à donner la plus large diffusion. A cet égard, le Professeur Jean REMY nous a tous fortement impressionnés, lorsqu'il a introduit les notions d'individuation, d'éclatement des groupes qui ont abouti précisément à des phénomènes urbains tels que la dispersion, la ségrégation spatiale et la disparition de la mixité de certaines fonctions.

16Le modèle de comportement spatial tel que je viens de le décrire ici ne suffit pas. Il faut en plus une vision dynamique du système urbain. Je ne vais pas m'étendre là-dessus, car ceci suppose un recours à une analyse particulière des phénomènes individuels récents, le recours à l'élaboration de scénarios contrastés, ce qui permet la mise en évidence de réactions en chaîne, d'effets "boule de neige". Ceci devra nous permettre de déboucher sur un outil prospectif qui aide à mieux explorer et à mieux construire l'avenir.

17Voici les commentaires que j'avais à faire. Les deux exposés que nous venons d'entendre ont intéressé tous ceux qui se préoccupent de l'avenir de Bruxelles. La connaissance de la dynamique urbaine et la notion de planification stratégique sont des éléments importants pour éliminer les blocages et nous permettre de préparer l'avenir.

Monsieur Jean-François VAES

18A titre d'hommage à Monsieur le Professeur Jean REMY et à Madame Louise ROY qui ont donné une contribution fort intéressante, j'avais envie d'attirer l'attention et de commenter deux ou trois choses que j'avais retenues de leurs exposés.

19Du Professeur Jean REMY, j'ai retenu quatre choses et je vous les livre parce que je les trouve importantes. La première c'est que le Professeur Jean REMY a toujours su que le scientifique, quand il propose une analyse, sait très bien que l'enjeu de son travail c'est de donner à d'autres un outil de communication nouveau. Quand on donne un nouveau nom à des choses difficiles à comprendre, en développant des concepts comme externalité, effets pervers et maintenant individuation, on propose de nouveaux supports de communication que les gens peuvent utiliser pour comprendre ce qu'ils vivent ; et là, il fait bien son boulot. C'est la première chose pour laquelle je le remercie.

20Deuxième chose que je retiens de sa contribution, c'est que l'architecture est une proposition radicale d'expression des conflits sociaux par rapport aux réalités des rapports sociaux eux-mêmes, qui sont difficiles à identifier, tellement ils sont complexes et dynamiques. J'aime bien cette référence au radicalisme architectural et urbanistique qui nous invite néanmoins à nous dire que c'est plus excessif que ce que n'est la société elle-même. D'abord parce que c'est plus permanent alors que la société change ; ensuite parce que ce sont des choix matériels qui nécessairement réduisent la réalité à des aspects trop simples. Néanmoins cette réflexion sur le radicalisme architectural et urbanistique par rapport à l'aspect plus flou des relations sociales elles-mêmes qu'elles expriment, me paraît un concept intéressant à garder en tête.

21Un autre aspect des choses me paraît également important et je voudrais y revenir avec vous ; la ville, en fonction de l'évolution technologique qu'est notamment la mobilité, a créé des substitutions et des zones de glissement de fonctions. Il faut retenir cela que la ville ne représente pas, dans son contenu social, des zones de résistances de même pouvoir et que donc, il n'est pas neutre de voir comment les agressions de changements ou les projets de changements de la ville vont se matérialiser dans l'espace, dans des zones que l'on peut analyser ou non en fonction de leur capacité de résistance à celui qui se propose d'opérer un changement. Ces capacités inégales de résistance au changement dans l'espace me paraissent intéressantes comme lecture de type sociologique principalement, mais aussi politique et administratif.

22Dernière chose qui m'a beaucoup intéressé et qui fait partie de mes préoccupations aussi, c'est qu'il faut se méfier de la connaissance que l'on a de la ville parce qu'il y a beaucoup de choses qui existent dans la ville, mais qui sont en fait invisibles, et que se prononcer sur la façon d'intervenir sur la ville ou sur les problèmes urbains à partir de la seule chose qu'on sait voir, c'est être entièrement lié aux limitations de son code de lecture. Il faut toujours faire l'hypothèse qu'il y a des tas de choses dans la ville que je ne sais pas voir, qui me sont invisibles ; ce qui incite à une beaucoup plus grande tolérance ou modestie sur les propositions de changements ou sur les vérités de bon aménagement qu'on propose. Je dois toujours faire cette hypothèse parce que j'ai un point de vue déterminé et mon outil d'analyse et de visibilité de ce qu'est la ville est limité en lui-même. Ainsi peut-on à mon avis, se tromper d'objet, lorsqu'on étudie seulement les apparences des choses ; prenons un exemple : certains disent que "Evere est la commune la plus dynamique de Bruxelles", parce que c'est la seule où, de façon significative, l'emploi et la population augmentent. Si je le lis autrement, c’est-à-dire si je me demande qui bénéficie réellement de cette croissance ou "d'où vient réellement cette croissance", je vais observer que la croissance ne vient pas de l'intérieur de la population d'Evere, de ses propres forces locales, mais bien d'un transfert de concentration dans l'espace, de pressions de croissance ou d'investissement qui sont régionales, nationales, et internationales, pressions qui ont choisi Evere pour s'implanter. L'impulsion de la croissance ne vient pas de l'intérieur. Il y a un discours politique différencié qui peut se faire sur ce qui se passe à Evere selon les deux points de vue que l'on se donne.

23Pour dire ce que j'ai retenu de Madame Louise ROY, je suis frappé par le phénomène suivant : "mêmes causes, mêmes effets", à savoir à peu de choses près, si je changeais les noms typonymiques, elle aurait pu faire l'histoire de Bruxelles ou de l'agglomération en décrivant Montréal. Mais ce n'est pas un hasard, à mon avis, parce que la croissance urbaine à Bruxelles comme à Montréal, est dominée par une logique, fondamentalement économique, de production ; je dirais de fuite en avant du productivisme, qui nécessairement tombe sur ses propres contradictions critiques. A savoir, que l'organisation automobile a créé ses propres contradictions et que c'est dû à la façon dont le système économique est conçu et géré dans les pays que j'appellerais de libre marché occidentaux.

24Il s'agit d'un système de production économique qui crée ce type de logique. Mais le danger pour moi, c'est qu'il crée des phénomènes tellement critiques et d'une telle ampleur, qu'on pourrait presque dire que ce serait une stratégie de pouvoir que de le laisser-aller jusqu'à des effets critiques si importants que seul l'Etat central puisse reprendre en main la correction d'effets d'une telle ampleur. En d'autres termes, plus on laisse se développer librement un système capitaliste d'accumulation intensive, mais de façon unidirectionnelle et à très grande échelle, plus on renforce la nécessité et la légitimité inéluctable de l'Etat central pour reprendre en mains de telles situations, pour les contrecarrer ou faire une politique de compensation. Cela me fait réfléchir en termes politiques : il y a un lien entre le rôle de l'Etat, la façon dont on gère le système économique, et dont on conçoit le progrès.

25Plus globalement, ce qui me paraît intéressant de retenir, c'est ce qui peut être organisé pour légitimer dans le discours, mais aussi dans la pratique, l'intervention permanente et croissante de l'Etat, notamment dans la question urbaine. Un premier moyen est le découpage artificiel de zones de gestion (communes, communautés, régions). Cela légitime l'Etat, puisqu'il dit : "je dois coordonner des gens qui n'ont pas un pouvoir intégré en eux" ; il faut bien quelqu'un qui arbitre, donc c'est moi. Mais il faut aussi dire que ces découpages artificiels des frontières peuvent être le produit même de la stratégie de l'Etat et que donc il s'autojustifie à travers sa propre stratégie. Je ne dois pas vous faire un dessin en ce qui concerne la région bruxelloise.

26Un autre argument de la légitimation de l'Etat vient des impacts dits régionaux et nationaux des systèmes mis en œuvre.

27Troisième chose qui légitime dans le discours et dans la pratique le rôle de l'Etat, c'est le droit de celui qui paie le plus. C'est très important de savoir que, plus je donne de moyens autonomes de gestion à une collectivité locale, moins je justifie évidemment l'intervention de l'Etat par la dynamique des subsides, des dotations, des ristournes d'impôts ou toute autre chose du genre. Donc, de nouveau, l'Etat peut organiser consciemment son intervention et sa propre nécessité. J'attire votre attention là-dessus parce que c'est déterminant dans la façon dont on peut gérer une collectivité et Madame Louise ROY l'a clairement montré.

28La façon dont j'ai réagi et proposé de remercier les deux orateurs vous indique indirectement ce qui m'intéresse et quels sont les éléments que je vous propose de retenir.

29Je voulais encore attirer votre attention sur ceci : je ne partage pas le diagnostic et la façon de poser la question en disant :"Bruxelles se meurt". Je ne suis pas d'accord avec cela ; c'est un mauvais point de départ. Il y a deux raisons : d'abord, quand on dit "se meurt", c'est une médicalisation de discours, et on sait très bien que c'est démagogique. C'est une méthode de manipulation du langage qui, en médicalisant, rend pathologiques et donc émotifs et irrationnels un certain nombre de phénomènes qui sont purement objectifs. Ensuite, je ne dirais pas "Bruxelles se meurt", parce que Bruxelles n'est pas une entité, un sujet unifié. Bruxelles recouvre une multiplicité de réalités, c'est une multiplicité de sous-quartiers, c'est une multiplicité d'enjeux et il n'y a pas un Bruxelles mauvais ou qui souffrirait. Il y a plusieurs façons de voir cette réalité urbaine, plusieurs quartiers, plusieurs villages, dans Bruxelles. Alors, personnellement, je ne me sens pas à l'aise de trop globaliser en disant : "Bruxelles se meurt", je voudrais plutôt dire "Bruxelles souffre" et cela me paraît plus vrai, et explique peut-être un certain nombre de choses. Souffrir est un concept psychologique, c'est-à-dire qu'il y a une objectivité dans le dysfonctionnement, dont la personne en outre, prend conscience, et qui la met en détresse, qui la met en difficulté, par rapport à elle-même. Ce qui est important, c'est de savoir qu'un sujet, une communauté qui souffrent deviennent agressifs. Mon diagnostic actuel, c'est que Bruxelles, objectivement, n'a pas plus de problèmes qu'une autre agglomération ou que d'autres villes à l'étranger, ou en Belgique, mais bien subjectivement, à cause du discours, à cause de la façon de poser les problèmes et parce que réellement je crois que la communauté a pris conscience du fait qu'elle souffre de ses dysfonctionnements. On arrive alors à des comportements agressifs, à une difficulté de consensus ; on arrive aussi à un protectionnisme et à un aspect possessif des peu de choses qu'on a encore et qu'on croit avoir. De plus c'est une communauté qui n'est plus en paix, c'est-à-dire qu'elle est divisée en son propre sein et une communauté divisée en son propre sein perd une de ses ressources fondamentales qui est la ressource humaine de la solidarité entre les gens qui forment cette communauté pour concevoir un projet, quel qu'il soit.

30Je dirais donc simplement qu'il y a une dévitalisation humaine de Bruxelles à cause de la perte de consensus, ce qui rend pour moi anodin et aléatoire tout projet technique, parce qu'il n'est pas, pour le moment, porté par une opinion solidaire. Je rejoins là, l'analyse que d'autres ont faite ; il faut trouver une nouvelle base de consensus pour ceux qui participent à la communauté bruxelloise parce qu'on ne fait que faire le jeu de ceux qui sont au-dessus, je parle de l'Etat central, si on continue à être divisé à l'intérieur. Cette division est plus subtile que flamands-francophones, riches ou pauvres, émigrés ou belges. C'est beaucoup plus subtil que les classicismes internes qu'on entretient.

Monsieur René SCHOONBRODT

31Puisque je suis Président de l'A.R.A.U., puisque j'ai été pendant plus de dix ans Président de l'organe de fédération des Comités d'habitants (Inter-Environnement Bruxelles), vous vous attendez, sans doute à ce que je vous parle de l'action de ceux-ci et de l'A.R.A.U. Il n'en sera rien pour l'instant. Mais je vous renvoie au livre édité par l'A.R.A.U. avec l'aide de la Commission française de la Culture : "Bruxelles vu par ses habitants". C'est un ouvrage collectif qui sort de presse (1984) ; il reprend l'histoire récente de certains quartiers bruxellois, des luttes qui s'y sont déroulées et il présente les projets alternatifs étudiés par l'A.R.A.U. Mais c'est plus qu'un récit historique, c'est aussi une philosophie du développement de la ville, les lignes de force de la reconstruction de Bruxelles. Par rapport au colloque de ce jour - dont les thèmes ont de quoi réjouir : "faire revivre, faire entreprendre et faire coexister" - je pense que la démarche de l'A.R.A.U. a l'avantage de donner une dimension spatiale, des formes, des architectures. Or, cela paraît essentiel quand on aborde la question urbaine et, en particulier, la réalité bruxelloise.

32Je n'aborderai pourtant pas les questions formelles à ce moment-ci ; je me contenterai au contraire de revenir aux interventions du Professeur Jean REMY et de Madame Louise ROY.

33La démarche du Professeur Jean REMY me paraît poser un véritable problème de méthode. Ainsi, l'histoire des courants dominant les pratiques urbaines qu'il esquisse dans son exposé, conduit à un lissage de la réalité sociale. Les aspérités sont écrasées ou oubliées. Le mouvement d'individuation est sans doute un mouvement de fond, structurant l'organisation de l'espace, mais il ne paraît pas être un mouvement spontané ; il est produit, il est lui-même la résultante de l'action de certaines forces sociales.

34L'organisation de l'espace n'est pas le produit d'un mouvement sans histoire. Au contraire, elle résulte d'une tension parfois vive, parfois plus calme, entre les forces sociales en présence. Il y a tension entre forces sociales et structures spatiales.

35Or, cela n'apparaît pas dans l'exposé du Professeur Jean REMY. Mais est-ce vraiment une lacune ? Autrement dit, en quoi est-ce important de montrer la relation entre structures spatiales et structures sociales ? Parce que, non seulement cela permet de connaître les causes historiques des événements, mais surtout parce que cela révèle qu'on n'est pas placé en face d'un processus inéluctable, que le changement d'orientation est possible, et que l'espoir a un sens.

36Pour être plus précis encore, je dirai la nature de mes intérêts : les conflits qui traversent le processus d'aménagement spatial, les producteurs de ces conflits, leurs bénéficiaires,...

37Sans cette analyse, il serait impossible de comprendre l'existence même des "mouvements sociaux urbains" ; dénomination académique des Comités d'habitants ! Sans examen du pour quoi, pour qui, à quel profit est produit l'espace, il serait impossible de saisir pourquoi des personnes interpellent la réalité quotidienne qui transparaît sous le tryptique "métro-boulot-dodo" !

38Mais peut-être allez-vous dire qu'il n'y a pas de conflit dans le domaine de l'aménagement du territoire ! Il est vrai que, depuis la fin de la guerre, il y a un consensus entre patrons et syndicats pour davantage d'autoroutes, pour davantage de zonings, pour transformer les centres urbains en zones de bureaux, pour ne pas donner priorité aux transports en commun,... Consensus porté, il faut le dire, par les bureaucraties et les appareils politiques. Mais est-ce sûr que ce consensus traverse toutes les couches de la population ? Je ne le pense pas. S'il en était autrement, je verrais difficilement pourquoi certains courants d'opinion interrogent la modernité.

39Certes, interpeller la modernité a quelque chose de provocateur : comment pourrait-on ne pas être moderne ? Pourtant, il y a une manière d'aborder la modernité qui fait se poser la question suivante : à qui la modernité profite-t-elle d’abord ? Un exemple ? Tout proche de l'endroit où nous sommes rassemblés, il y a le Quartier Nord. Expropriations massives dis 1967 dans le cadre d'un projet grandiose d'aménagement... qui d'ailleurs est une faillite. Les Autorités ont accusé la population qui résistait à l'expropriation de ne pas comprendre et accepter un grand projet sur la ville. Mais, ce grand projet, à qui allait-il tellement "rapporter" ? Probablement pas à ceux qui étaient expulsés !

40Interroger la modernité, c'est aussi refuser le caractère inéluctable de l'histoire. C'est faire remarquer que le projet porté par ce colloque de "faire revivre, entreprendre et coexister" a un sens profond et qu'il rompt avec la fatalité qui frappe Bruxelles.

41L'exposé de Madame Louise ROI m'a particulièrement séduit parce qu'il a mis l'accent sur les difficiles relations entre l'Etat et les pouvoirs locaux quand il s'agit de transports en commun. Inutile de dire que le parallélisme avec la situation à Bruxelles est frappant. Je voudrais encore reprendre l'interrogation finale de Madame Louise ROY, là où elle s'interroge sur la nature d'une politique de transport. Car cette question est au cœur de la problématique bruxelloise. La question n'est pas de circuler plus vite, plus loin, à meilleur compte. Le problème central de la reconstruction urbaine à Bruxelles est de circuler moins. La circulation n'est pas une fin en soi. Le but de l'organisation sociétaire n'est pas de circuler davantage, mais de vivre, de développer les capacités personnelles et collectives d'autodétermination, d'être plus libre.

42Le principe organisateur de la société ne peut être de circuler, mais de mieux distribuer la capacité d'agir sur le devenir collectif. L'A.R.A.U. a, me semble-t-il, bien situé le centre de son analyse par le slogan ;"moins on circule, mieux c est !.

43Cette analyse ne condamne pas les voyages, mais bien la nécessité de consacrer beaucoup de temps, beaucoup d'argent à vaincre les distances entre le domicile et le travail, la culture, la vie sociale, l'activité politique.

44Or, cette question touche directement la ville ainsi que la vie quotidienne : l'augmentation des capacités techniques à circuler a conduit au fardeau de la nécessité de circuler. D'un côté, destruction du tissu urbain ; de l'autre, "enfermement" dans des soi-disant campagnes dont ni les enfants ni les femmes ne peuvent sortir...

45Entreprendre une réflexion sur la ville, c'est aussi vouloir envisager une organisation spatiale qui conduise à revoir toute la question de la circulation.

46L'action doit porter sur la reconstruction d'une trame urbaine alliant la vie économique et le logement ainsi qu'elle doit revoir fondamentalement l'organisation des espaces publics.

Monsieur Pierre LACONTE

47Tout d'abord, je souhaite féliciter les organisateurs qui ont permis cette confrontation passionnante.

48Mes remarques prendront pour point de départ celles de Monsieur René SCHOONBRODT portant sur les transports en commun. Ses remarques, tout comme l'exposé de Madame Louise ROY, montrent qu'il n'est pas suffisant pour résoudre les problèmes posés, de recourir à une analyse systématique des différentes variables urbaines et différents objectifs possibles (approche multi-objectifs). Tant l'expérience de Bruxelles que celle de Montréal suggère une analyse centrée sur les agents qui sont en présence, c'est-à-dire une analyse des groupes et des intérêts qu'ils défendent (approche interagents).

49A titre d'exemple, quelles sont les conjonctions d’intérêts qui, après avoir défendu la politique d'autoroutes, défendent aujourd'hui la politique des métros ? J'en ai pris sept, de nature hétérogènes, mais qui, ont en commun d'avoir joué en faveur du métro plutôt que de formes de transport telles que le simple tram en site propre.

1. Il y a d'abord, en faveur du métro comme de tout investissement à caractère monumental un argument très important pour les décideurs politiques ; c'est que le métro est éminemment inaugurable. C'est ce qu'aux États-Unis, on appelle le ribbon cutting.
2. Les investissements lourds à caractère monumental correspondent à l'image de la modernité. Quand on propose un magnifique projet de métro, il est malaisé de s’y opposer sans paraître passéiste.
3. Les projets de métro correspondent à un mouvement remarquablement international.

D'après le comptage de la Banque Mondiale quarante et un projets de métro ont été réalisés au cours des vingt dernières années. C'est tout de même fort remarquable quand on pense au profond déclin des transports en commun par comparaison avec le transport individuel.
4. Quatrième élément de nature à attirer ceux qui détiennent le pouvoir : il y a beaucoup de commandes publiques à engager. Ce sont des enjeux qui intéressent le personnel politique.
5. Un autre aspect qui favorise le consensus en faveur d'investissements du type métro est que leur coût est couvert par la collectivité publique nationale alors que les avantages du métro sont très localisés, puisqu'ils se concentrent autour des stations. Ils se prêtent donc bien à un partage politique.
Quand Madame Louise ROY nous parlait des vingt-huit stations de métro pour une communauté urbaine de 28 municipalités, on ne pouvait s'empêcher de penser qu'un réseau d'une station par commune aurait été une sorte de perfection.
6. Autre élément ; le réseau de métro radial, c'est-à-dire qui avantage la relation périphérie-centre au bénéfice des faubourgs qui sont, par ailleurs, déjà très bien désservis par route, constitue un avantage même pour l'usager de la route parce que, comme le disait de manière cynique un responsable le métro américain, l'existence du métro lui permettait d'arriver à son bureau en voiture de manière moins encombrée que s'il n'y avait pas de métro.
7. Enfin, dans la mesure où le métro constitue lui aussi une manière d'étendre la ville vers la non-ville, de créer la "non-city", city dont parle Melvyn WEBBER, un réseau en étoile permet de satisfaire un archipel d'élus répartis très largement sur le territoire. Il constitue dès lors, et là je ne puis que rejoindre l'opinion de René SCHOONBRODT, une manière relativement facile de créer le consensus, puisque c'est un consensus qui élude tout conflit profond sur des choix de société.

50Je voudrais à présent revenir un instant à l'exposé du Professeur Jean REMY pour souligner sa complémentarité avec l'exposé de Madame Louise ROY. L'un et l'autre montrent l'intérêt du consensus. Les conflits autour d'enjeux urbains entraînent en effet fréquemment des blocages qui peuvent se révéler nuisibles à la majorité des intérêts concernés.

51Il est donc intéressant de recourir à des techniques qui ne sont pas des techniques d'ingénieurs mais des techniques de médiation, des techniques de négociation et des techniques d'arbitrage. Il s'agit d'analyser, à partir des intérêts réels ou supposés des groupes en présence et de leurs représentants, à partir d'une analyse très fine de ce qui est dit et de ce qui n'est pas dit, les points de conjonction possibles entre groupes d'intérêts et formuler des propositions qui peuvent déboucher sur des solutions, même quand des situations ont été bloquées pendant dix ans. Je pense à Bruxelles, au projet de siège pour le Secrétariat Général du Conseil des Ministres du Marché Commun, qui est bloqué depuis environ dix ans (l'espace est vide). Des points de conjonction d'intérêts devraient pourtant exister. Il s'agit ici d'un cas microspatial.

52Au niveau macrospatial, Bruxelles se trouve entre la communauté du Nord et la communauté du Sud.

53De toute évidence, à la fois le Nord et le Sud ont intérêt à ce que Bruxelles soit prospère et que les retombées économiques de cette prospérité bruxelloise soient les plus importantes possibles pour eux. Cela ne suffit pourtant pas pour qu'un accord intervienne.

54Aujourd'hui, il y a une raison particulière pour que ce débat ait lieu. C'est qu'après de longues années de déclin des grandes agglomérations et de Bruxelles notamment, de Montréal également, toutes deux descendues en-dessous du seuil d'un million d'habitants, on constate, depuis deux ans à peu près, un retournement de tendance, confirmé par les statistiques. Il est difficile d'assurer que c'est un retour à la ville, mais c'est en tout cas un ralentissement du déclin, et qui pourrait dans une certaine mesure devenir un retour. On a l'impression que la ville a aujourd'hui des chances nouvelles.

55C'est peut-être de techniques de négociation entre les intérêts en présence que pourraient découler des solutions qui lui permettront de tirer parti des opportunités actuelles en créant les conditions d'un retour significatif vers la ville.

Auteurs

Conseiller au Cabinet du Secrétaire d'État à la Région Bruxelloise.

Urbaniste, Conseiller d'administration.

Président de l'Atelier de Recherche et d'Action Urbaines, (A.R.A.U.).

Directeur du Groupe d'Études Foncières et d'Aménagement, (G.E.F.A.), Université catholique de Louvain.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540