Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du bon usage de la ville. Utilisateurs et décideurs

 | 
Anne-Marie Kumps
, 
Jean Remy
, 
Robert Wtterwulghe

Première partie. Faire revivre

La dynamique urbaine : territorialités et conflits de substitution

Jean Remy

Texte intégral

1Dans le cadre d'un thème, comme faire revivre la ville, il convient d'abord de prendre distance et de se demander : "qu'est-ce que la ville ?". La définition est-elle associée à un mode d'appropriation territoriale et celui-ci évolue-t-il avec le développement de ce que nous appellerons le processus d'urbanisation. Nous partons de l'hypothèse que la ville est susceptible d'une pluralité de définitions dont il n'est pas sûr qu'elles renvoient à la même réalité empirique. Nous allons ainsi proposer deux définitions qui ont tendance à ne plus se superposer lorsque le processus d'urbanisation s'amplifie. C'est à partir de là que nous nous interrogerons sur ce que signifie faire revivre la ville aujourd'hui.

2Une première manière de définir la ville s'appuie sur des caractéristiques morphologiques. Il s'agit d'un type d'habitat où la rue et les places jouent un rôle relativement important pour développer une vie sociale. La rencontre occasionnelle dans ces espaces publics où convergent des cheminements divers constitue une ambiance qui est à la base d'une vie collective. La définition morphologique peut se complexifier en proposant la ville comme une articulation de territorialités diverses où les quartiers s'opposent au centre. Dans les quartiers, ce sont les résidents qui, d'une certaine manière, se trouvent chez eux. Celui qui n'y réside pas, même s'il est accueilli d'une certaine façon, sent qu'il n'est pas totalement chez lui. A ce type de territorialité s'oppose celle qui régit un centre ville qui est un territoire commun où il n'est pas nécessaire d'habiter pour se sentir chez soi. La ville se pose, en outre, comme un ensemble morphologique distinct de ce qui lui est extérieur, avec, jadis, ses remparts qui n'avaient pas seulement une fonction de défense mais qui avaient aussi une fonction symbolique. Cette morphologie au niveau de la matérialité d'un habitat, peut se composer avec une morphologie sociale décrivant les caractéristiques des populations. D'où l'on peut dériver une forme de coexistence dans la différence car chacun des quartiers peut regrouper des dominantes d'activités et de populations.

3Une définition de la ville peut partir d'une préoccupation différente sinon opposée que nous appellerons structuro-fonctionnelle où l'on considère que la ville joue un rôle important dans le développement d'un certain nombre d'activités décisives pour notre vie collective. La ville est considérée alors comme un milieu qui permet des convergences d'informations décisives qui stimulent des comportements innovateurs et des prises de décisions plus rapides et plus adaptées. La ville suppose donc un espace où se développe la circulation aléatoire, c'est-à-dire on ne sait pas à l'avance qui est porteur de la bonne information et quelle est l'information qui est décisive. Les circuits multiples d'informations d'origines diverses créent un milieu d'effervescence qui est un incubateur à la fois pour des décisions et des innovations.

4L'hypothèse que l'on fait assez volontiers, c'est que la définition morphologique et la définition structuro-fonctionnelle se recoupent. Notre hypothèse serait assez différente : même si la superposition était fréquemment le cas dans des situations antérieures, elle l'est de moins en moins actuellement, dans la mesure où l'urbanisation organise la vie sociale. Si la non-superposition est grande, il convient de se réinterroger sur la signification d'une aspiration à faire revivre la ville.

5Quand les deux points de vue se recouvraient, quand, à partir d'une structure morphologique s'exerçait cette fonction dynamisante, on pouvait dire, en transposition économique, que la ville était un territoire dans lequel se développaient sous des formes multiples des économies externes, c'est-à-dire, au sens strict, des avantages qui se transmettaient d'un agent économique ou social à un autre sans passer par les liens de marché et sans être comptabilisés. L'économie externe qui, dans la théorie économique traditionnelle était un élément relativement subsidiaire pour réfléchir un marché où la gestion d'une entreprise devenait une notion-clé pour comprendre la dynamique de la ville et sa capacité productive. Cette notion d'économies externes est encore plus décisive si, à la définition stricte, s'ajoute une définition large qui inclut les rapports de clientèle qui se développent à cause de la proximité d'éléments et de facteurs hétérogènes. Quand il y a conjonction du morphologique et du structuro-fonctionnel, l'économie externe est un élément-clé qui pèse sur la gestion d'une ville car s'il y a économie externe, celui qui paye l'usage n'est pas le seul bénéficiaire. Cela peut s'illustrer par le cas des transports en commun. L'organisation de ceux-ci vient appuyer une structuration de l'espace qui a des retombées dynamisantes au niveau d'une série d'activités qui ne contribuent en rien au financement direct comme c'est le cas des usagers. Donc, indépendamment d'un projet de redistribution sociale, le service public se doit de gérer en termes d'économie externe, ce qui va impliquer des déséquilibres dans la comptabilité directe.

6En outre, lorsque les deux points de vue se superposaient, la ville était volontiers le lieu d'une vie collective d'où surgissait un projet de maîtrise et de contrôle de son devenir. Ce projet collectif prenait poids sur un passé. Vécu comme un patrimoine, il servait de base à cette fierté et à ce défi à relancer.

7Dans notre hypothèse, la superposition entre les deux définitions de la ville a fortement diminué dans les trente dernières années où l'on a assisté à une décomposition accélérée de la morphologie urbaine, sans que la signification structuro-fonctionnelle de la ville ne se dilue. Ce milieu incubateur étant beaucoup plus autonome par rapport à une coexistence physique continue, la décomposition de la morphologie urbaine peut s'accompagner, comme le dit Lewis MUMFORD aux U.S.A., du développement d'une ville invisible stimulant des réseaux d'interconnexions partiellement aléatoires.

8Cela suppose un mode d'évolution des villes, qui est en rupture avec la croissance urbaine du XIXe et du début du XXe. Au 19ème siècle, un bon nombre de villes européennes ont changé d'échelle quantitative mais en se développant selon une morphologie qui avait bien des correspondances et des analogies avec la morphologie antérieure. Ainsi, Bruxelles s'inspirant du modèle Haussmannien élabore un développement à partir du centre selon des axes qui, tout en étant piétonniers, sont ouverts à d'autres types de circulation, par exemple, la rue de la Loi, l'avenue de Tervuren, l'avenue Louise avec tous les développements qui s'y sont liés. Complémentairement, on pourrait aussi évoquer la saturation d'un certain nombre de quartiers ouvriers autour de zones industrielles. Rien de tout cela ne remet fondamentalement en question la morphologie en termes de rues, de places, de quartiers et de centre. Pourtant la suppression des remparts commence déjà à mettre en question la limite entre l'intérieur et l'extérieur.

9Dans les trente dernières années, la morphologie antérieure est mise en question de façon radicale. Si celle-ci a été proposée par les mouvements d'architecture et d’urbanisme modernes, il ne s'agit pas de propositions imposées arbitrairement par des concepteurs. Leur succès découle d'une correspondance avec une logique qui se cherchait dans la vie sociale : un processus d'individuation et avec une logique qui se cherchait dans la vie économique : un processus d'autonomisation des grandes entreprises.

10La doctrine architecturale ne s'est pas imposée plus ou moins arbitrairement sur une dynamique socio-économique différente. Au contraire, l'architecture et l'urbanisme modernes n'ont fait qu'exprimer de façon radicale une tendance en formation autant au niveau sociologique qu'économique et où l'intégration de la mobilité spatiale comme structurant la vie quotidienne était un élément clé.

11Avant d'évoquer les options de l'architecture et de l'urbanisme modernes, il convient d'évoquer ces deux processus qui, d'ailleurs, vont contribuer à réapproprier de façon particulière les doctrines des concepteurs, en vouant à l'échec certains de leurs propos.

12C'est le cas pour certains projets cherchant, par exemple, à mélanger dans des unités de voisinage réduites des catégories sociales hétérogènes ou à créer dans des rues à l'intérieur d'un bâtiment résidentiel, des équipements et des commerces à usage interne.

13Le processus d'individuation suppose que l'individu soit idéalisé, comme centre de choix, d'où résulte une dévalorisation des appartenances collectives à long terme vécues comme contraignantes. Ainsi des jeunes couples vont-ils chercher à s'installer dans un quartier où ils n'ont pas passé leur jeunesse : n'étant pas connus, ils peuvent ainsi commencer leur vie à neuf autour d'un projet dont ils ont, au moins, l'illusion d'être à l'origine et dans un contexte où le poids des contrôles parentaux et autres sont moindres.

14Cette attitude de centration sur le projet individuel n'affecte pas que quelques individus marginaux ou une élite distinguée. Elle est, au contraire, le fait d'une aspiration qui tend à se généraliser et sert de base à une revendication et à une critique sociale spontanée. Il s'agit donc d'un processus qui instaure socialement l'individu comme centre et fait ressortir la plausibilité du propos, c'est-à-dire la possibilité de le réaliser concrètement. Un lien se noue entre individuation et valorisation de la mobilité spatiale à travers ce que nous appelons l'urbanisation de la vie quotidienne. Lorsqu'il y a une urbanisation, la mobilité spatiale structure la vie de tous les jours, en étant vécue d'abord comme créatrice d'un champ de possibilités. C'est à partir de cet aspect positif que l'on peut comprendre le sens du processus ainsi que les circonstances dans lesquelles il est vécu comme négatif et contraignant.

15Tâchons d'évoquer par quelques indices ce lien positif entre mobilité spatiale et individuation. La mobilité permet ainsi de déménager sans changer de lieu de travail ou de changer de lieu de travail sans déménager. La diminution des contraintes de proximité spatiale entre les deux lieux de vie, permet de les sélectionner en fonction de critères qui leur sont propres, et donc d'essayer d'optimiser ce que l'on peut tirer de l'un et de l'autre. D'ailleurs, la distance entre les deux milieux, avec le fait que les voisins ne sont pas des compagnons relevant d'une même entreprise, peut être valorisée. La non compénétration et la non transparence entre les deux milieux permet de multiplier les scènes sur lesquelles se jouent les rôles sociaux. Ce fut le cas à Louvain-la-Neuve où certains collègues n'ont pas souhaité venir y habiter, entre autres, parce que les deux milieux : université et hors université se compénétraient trop. Lorsqu'il y a plusieurs scènes, l'individu se doit d'être le coordinateur, car plus personne ne peut faire le tour des activités de l'autre par observation directe. La multiplication des scènes non transparentes, signifie que la vie sociale se déroule sur un fond d'anonymat, même si à partir de lui surgissent des îlots d'interconnaissance. Il y a là un fond d'indétermination qui faisait dire à SIMMEL que l'air de la ville rend libre.

16Lorsque l'individu est instauré collectivement comme centre de choix, celui qui n'accède pas à une certaine capacité économique, va éventuellement vivre la ville comme un non-choix : un endroit où je ne sais pas trouver à me loger et où je dois accepter un logement n'importe où, peut être très loin de mon lieu de travail parce que, à l'endroit adéquat, je n'en trouve pas à mon prix. Donc, le phénomène de base qui met l'individu au centre, peut faire apparaître la ville comme un facteur de désordre dans la mesure où certaines formes de rareté obligent à des distributions qui ne permettent pas des choix rationnels. De même, la généralisation de la relation marchande, ainsi que le remodelage de la ville par des pouvoirs qui exercent leur compétence à des échelles plus larges, peut affecter certaines catégories sociales qui peuvent être désappropriées de leurs espaces de vie parce que d'autres les convoitent.

17Cette urbanisation de la vie sociale fait des communications et de la machinerie des transports, un élément-clé pour comprendre ce qui se passe. De même, i1 s'agit d'un objectif central à contrôler pour orienter le devenir urbain.

18La facilité de communiquer et la baisse du coût relatif des transports ont rendu possible le processus. Il s'agit bien d'une condition de possibilité qui permet à des aspirations qui se cherchent de devenir plausibles. Ce n’est pas pour cela que la condition de possibilité a créé l'aspiration, toutefois elle a permis de l'amplifier.

19Ce n'est pas uniquement l'automobile qui a permis la dispersion dans l'espace. L'automobile, bien sûr, a été un des facteurs qui a contribué à faire éclater les vieux centres dans la mesure où, quand elle converge sur un point, elle est consommatrice d'espace à la fois pour circuler et se parquer tandis qu'elle égalise et permet une individuation des accessibilités. Même si on a une option de transport en commun, elle peut être au service d'une individuation de la vie sociale et peut contribuer à mettre en question la morphologie urbaine traditionnelle. Un des problèmes des transports en commun actuels, est d'articuler la concentration et la dispersion.

20C'est le premier processus de base qui travaille la vie sociale et qui fait que l'individu, progressivement, se promeut comme centre d'un projet dont il est l'origine. Il imprègne tellement les aspirations que même des mouvements alternatifs valorisent des implications communautaires dans des petits groupements en les mettant encore au service d'un projet individuel mais dans lesquels j'y suis pour un certain temps. Chacun a le droit d'y être pour un certain temps sans engagement à vie : c'est un élément de ma trajectoire, de ma carrière, de ma manière de me réaliser "moi".

21Un autre processus vient se combiner avec celui-ci, qui associe des exigences morphologiques avec l'autonomisation de certains acteurs collectifs. Examinons le développement d'équipements qui supposent des espaces que les économistes ont appelés "indivis". La trame urbaine était faite d'un parcellaire morcelé à réappropriation souple. Mais le développement d'un grand hôpital a des exigences différentes ou bien il se crée dans un site propre, ou bien il risque de faire sauter la trame urbaine traditionnelle. Une ville comme Bruges qui, avec un plan de structure, veut garder sa trame urbaine, revaloriser son patrimoine, empêche tout grand magasin, toute école, tout hôpital de se développer dans la ville. D'où la ville risque de devenir un habitat support de vie sociale mais d'où il faut constamment sortir.

22Cette désinsertion a des avantages si l'on se place du point de vue du pouvoir organisateur de l'hôpital, de l'école ou même de l'usine... qui a davantage la maîtrise lorsqu'il est installé dans un espace extérieur. Le développement des villes se fait à partir d'axes périphériques aux anciennes agglomérations. Là se créent des noyaux qui fonctionnent comme des espaces introvertis. Les centres d'achats en sont un exemple typique. Un centre d'achats est situé à un endroit relativement accessible et est composé comme un espace introverti avec des murs aveugles sur l'extérieur et entouré de parkings. L’animation est à l'intérieur. Il y a là un lieu fonctionnellement bien structuré qui permet à des rationalités partielles de se multiplier. Cette fragmentation correspond à une certaine logique économique que l'urbanisme moderne a contribué d'une certaine manière, à expliciter, même sans le vouloir. Il y a déstructuration des territorialités antérieures et notamment décomposition autant du centre que des quartiers. Le terme centre, lui-même est banalisé. Centre d'achats, centre hospitalier, centre scolaire... désignent un équipement collectif quelle que soit sa localisation.

23L'individuation de la vie sociale, suscitant à chacun d'expliciter ses propres exigences, combinée avec des pouvoirs organisateurs d'équipements voulant accroître leur zone d'autonomie, fait mieux percevoir les incompatibilités résultant du voisinage, que les effets d'entraînements résultant de la mixité des fonctions et des usages. L'accroissement des exigences d'une population concernant son environnement au niveau du logement ne fait que renforcer le problème des incompatibilités. Bruits, odeurs, fumée... deviennent des choses qui sont beaucoup plus remarquées que par le passé. Dernièrement, dans un quartier d'une ville belge, des voisins ont réagi contre un boulanger parce que l'odeur du pain le matin faisait problème. Le sentiment d'incompatibilité grandit au moment même où certaines incompatibilités se développent. Ceci s'est exprimé dans une des préoccupations de l'urbanisme moderne cherchant à créer des zones de regroupement en vue de minimiser les incompatibilités.

24L'urbanisme et l'architecture modernes amplifient peut-être mais ne font que formaliser ces tendances de fond. Outre la notion de zonage en vue de diminuer les incompatibilités de coexistence et de favoriser la liberté de développement de chaque activité, la morphologie de l’habitat urbain traditionnel est relativement peu considérée. L'architecture moderne a pris une option radicale contre la rue corridor et étouffoir. C'est bien le terme de LE CORBUSIER. Elle valorise plutôt un bâtiment dont on fait le tour, implanté sur un fond de verdure indéterminé, un bâtiment qui, bien souvent, n'a plus d’avant et d'arrière dont on ne sait plus lire la fonction à partir de sa présentation externe. Un théâtre et un parking peuvent être traités formellement comme deux cônes sans que le volume ne rende la fonction lisible. Celle-ci doit être exprimée à travers des signalisations mobiles souvent écrites. On n'a plus de typologie du bâtiment comme au XIXe qui permettait de reconnaître une gare, une poste, une école...

25La forme architecturale du bâtiment ne livrant pas son usage, il y a un appauvrissement de la sémiologie urbaine. En outre la machinerie des communications prendra de l'importance pour structurer les liaisons mais aussi comme base d'une nouvelle lecture d'espaces urbanisés. Ceci contribue à son tour à décomposer les morphologies traditionnelles ; K. LYNCH l'a bien fait ressortir dans divers travaux.

26A partir de là, on peut avancer une hypothèse massive : l'architecture moderne a probablement bien résolu une série de problèmes fonctionnels élaborés sur le registre de l'utilité mais a fréquemment échoué pour construire des espaces-supports de vie collective. Outre que ce n'était pas une préoccupation fondamentale, cet échec est dû à une erreur sur les échelles. Ou bien l'on conçoit des places publiques à échelle trop grande où le coude à coude n'est pas possible. Ou l'échelle est trop petite comme ce serait le cas dans un ascenseur, lieu par excellence de non communication car chacun veut recréer de la distance.

27Ainsi, de diverses manières, l'architecture et l'urbanisme modernes ont contribué à décomposer la morphologie urbaine traditionnelle... Ils ont pu être réappropriés par le double processus : individuation, logique partielle d'acteurs... ce qui a renforcé la dilution du lien entre morphologie de l'habitat et vie collective. Ainsi, se sont développés en périphérie des espaces conçus selon des échelles et des règles de compositions différentes. Les vieilles trames urbaines léguées par le XIXe ont été déstructurées à bien des endroits surtout dans les villes soumises aux dynamismes d'activités nouvelles.

28Cela ne veut pas dire que la fonction structuro-fonctionnelle de la ville a perdu de son importance. Aux Etats-Unis, il se peut que Los Angeles soit une des villes les plus efficaces à ce niveau nonobstant le fait que la morphologie urbaine traditionnelle n'y joue qu'un rôle secondaire. La mobilité spatiale permet la formation de réseaux d'échanges aléatoires à la fois plus larges et plus souples... mais ceux-ci ne passent plus obligatoirement par des espaces publics supports de vie collective... La vie collective engendrant des projets communs ainsi que des manifestations festives, peut diminuer alors que la vie sociale augmente en multipliant des réseaux de contacts à partir d'espaces privés où l'entrée n'est pas ouverte à n'importe qui.

29Le développement du transfert d'information "machine interposée" vient amplifier le problème, même si les informations codifiées ne se substituent pas complètement à des échanges informels aléatoires. Les deux domaines s'entraînent réciproquement dans une société où la communication et l'information deviennent un facteur clé de développement. Quelle incidence cela a-t-il sur la signification de la ville et notamment sur le lien entre morphologie et dynamique structuro-fonctionnelle ?

30Ainsi, la ville reste un outil dynamique pour le développement d'un certain nombre d'activités, particulièrement économiques qui ont trouvé dans le développement d'espaces privés à faible visibilité sociale, des lieux importants d'entremêlement de vie relationnelle à des échanges d'informations. Les économies externes résultant de liens entre morphologie urbaine et significations structuro-fonctionnelles de la ville perdent de leur importance. Les réseaux se sont partiellement autonomisés des effets d'environnement. Cette constitution de réseaux suppose des homogénéisations préalables qui rendent différents milieux étanches l'un à l'autre : milieu d'affaires, milieu scientifique, milieu artistique... En outre, l'urbanisation a des effets de types opposés d'après les positions sociales. Certains valorisant le choix individuel vont entrer dans un processus d'atomisation alors que d'autres vont profiter de la situation pour se constituer comme acteurs dotés de certaines formes de délocalisation. Certains, d’ailleurs, vont réagir contre cette dissonance, vie collective, vie sociale. Cela va expliquer la rupture de tendance.

31Dans les années 1960, se sont développées des attitudes nouvelles. Quelles sont les réactions probables lorsqu'on lit, devant des étudiants des textes de LE CORBUSIER, par exemple "Le Plan Voisin" proposant en 1926 une restructuration de Paris : démolir tout Paris sauf quelques monuments, mettre de la verdure, la campagne à la ville, construire des immeubles-tours, une grande machinerie de circulation, bref, faire une ville digne de l'échelle moderne, en rupture avec le passé qui est surtout perçu comme un carcan.

32Avant 1964, ces textes provoquaient fréquemment une adhésion. Depuis lors, les mêmes textes ont toute chance de faire sourire, et cela un peu partout dans le monde. Cela dénote, entre autres, un changement d'attitude vis-à-vis du passé. Certains pensent que les villes traditionnelles et leur morphologie pourraient peut-être nous réapprendre des manières de construire et de coexister, à partir des espaces publics. Ceci supposerait d'ailleurs de les articuler de façon subtile sur des espaces privés. Cette mise en question des options de l'urbanisme moderne dans le cadre d'une conjoncture socio-affective nouvelle, nous amène à l'hypothèse d'une rupture et de la gestation d'un mouvement long à la recherche d'une nouvelle matrice de coexistence en ville. Ce mouvement long va prendre 40 à 50 ans, à la manière dont l'architecture moderne s'est développée dans les années 1920, s'est exprimée à travers des tensions multiples et qui s'est formalisée dans les années 1935-1945 avec comme expression référentielle : la Charte d'Athènes et puis est devenue une doctrine semi-officielle pour la reconstruction après la guerre.

33A partir de 1965, le relatif consensus est mis en question. Ceci ne veut pas dire que cette architecture ne reste pas en position dominante. Ce mouvement émergeant, recherche une nouvelle matrice pour faire coexister en ville. Le retour, même s'il signifie retour au quartier ancien, c'est un retour à partir de quoi se réinvente une manière de construire du neuf. Ce qui se passe en urbanisme peut se retrouver dans divers domaines affectés par des mouvements antimodernités : l'écologisme valorisant une nouvelle attitude vis-à-vis de la nature, la mise en question des techniques sophistiquées par des équipements à plus petites échelles, par exemple dans le domaine médical et dans la politique hospitalière.

34Cette conjoncture sociale affective nouvelle s'articule sur des mouvements de quartiers où des habitants réagissent à une situation où ils ont de moins en moins la maîtrise du devenir des lieux où se déroulent leur vie quotidienne. Le nombre d'intervenants dans l'évolution de nos villes, éloigne l'habitant de la prise de décisions. Même si ses réactions sont escomptées de façon indirecte, les décisions sont prises en fonction de la logique d'action autonome. Le promoteur immobilier rend un certain nombre de services car, construisant des logements pour les vendre, il va escompter les réactions de la clientèle mais en partant de son exigence de base : maximiser le profit tout en ayant une rotation rapide du capital.

35Ceux qui font des investissements institutionnels, comme les compagnies d'assurances, vont peut-être préférer des surfaces de bureaux à des logements pour toutes sortes de raisons liées au mode de faire valoir, sans s'occuper de la déstructuration des abords. Toute la ville est traversée par des logiques d'acteurs économiques qui sont régies par des rationalités partielles.

36Comment faire en sorte que l’usager n'existe pas simplement comme un effet - masse à partir d'une somme de réactions atomistiques et soit constitué comme un pouvoir de négociations ? Et j'en reviens à ce qui me semble un élément relativement important. Dans les choses nouvelles qui s'inventent relativement aux décisions à prendre, se développe-t-il une structure valorisant la négociation d'une pluralité de partenaires avec le pouvoir public ? Ne se trouve-t-on pas là aussi devant une préoccupation dont l'importance est nouvelle et qui participe aussi à un mouvement long de mise au point avec des phases d'exaltation et de repli ? Cette recherche d'un supplément de pouvoir pour l'usager, vient se conjuguer avec la recherche d'une nouvelle matrice de coexister en ville.

37C'est dans ce contexte que vient prendre forme le retour à la ville déjà évoqué à plusieurs reprises. A cet égard, il faudrait se garder de certaines illusions ; cela ne signifie pas un retour à la situation où les définitions morphologique et structuro-fonctionnelle avaient tendance à coïncider. Au contraire, la ville définie en termes structuro-fonctionnels, va garder son autonomie relative sinon l'accroître. Mais la découverte de la signification morphologique de la ville impliquera des formes nouvelles d'échanges entre les deux niveaux. Malgré son importance, cette question ne va pas retenir notre attention. Nous allons nous centrer sur quelques problèmes que peut poser la réappropriation des quartiers anciens.

38Au fond, les mouvements des 30 dernières années eurent comme conséquence que des populations plus favorisées délaissent des quartiers traditionnels qui, eux, avaient été occupés par des populations à pouvoir économique plus faible, sinon à insertion marginale sur le marché du travail. Cela vaut autant pour les populations belges qu'immigrées. Mais le retour aux quartiers anciens ne peut se faire en gardant ces populations à la place qu'elles ont occupée antérieurement ou bien nous rêvons. Si le retour s'accentuait et que, progressivement, on trouve, par exemple, intéressant de - venir s'implanter autour de la gare du Midi où il y a d'ailleurs un certain nombre de bâtiments qui ont une bonne allure, cela poserait des problèmes à ceux qui y sont maintenant. Car ces espaces dotés d'une morphologie qui est appréciée sont relativement inextensibles à court terme. D'où une sélection des prioritaires se fera par la capacité de payer. Un quartier comme les Marolles qui est magnifiquement situé par rapport à la gare du Midi, la place de Namur et la place de Brouckère, est un espace intersticiel où les loyers ne correspondent pas à la localisation. Les populations actuelles qui retirent de ce quartier un certain nombre d'avantages de coexistence, de relations tissées, de solutions collectives trouvées à des problèmes découlant de leur mode d'insertion dans le marché du travail, ne sont pas capables de défendre ces avantages par des mécanismes économiques, c'est-à-dire en les transposant en rente urbaine. D'où une situation de précarité accrue lorsque d'autres convoitent le quartier. L'amélioration des conditions de viabilité de ces quartiers ne fait qu'accroître la convoitise de l'extérieur qui est toujours capable de payer un loyer un peu plus élevé que celui que peut offrir l'occupant actuel.

39Cela pose un problème, si l'on se met du point de vue des populations qui y sont. Comment réagir, non pas à une expropriation massive qui peut provoquer à chaud des mouvements durs mais contre une infiltration douce ? Lorsqu'on n'a pas de mécanismes économiques de défense, y a-t-il d'autres possibilités que de se montrer inhospitalier vis-à-vis des nouveaux venus ? Substitution, premier problème qui me paraît important quand il y a des espaces occupés par des groupes qui n'ont pas de mécanismes économiques de défense. Le problème est différent dans un quartier où la rente urbaine est élevée c'est-à-dire où les occupants disposent d'un mécanisme économique de défense.

40A cela s'ajoute un autre problème si l'on veut faire de la morphologie urbaine une base non seulement pour relancer une vie de contact mais aussi le support d'économies externes suscitant une effervescence d'activités économiques nouvelles. Il ne suffit pas de restaurer un habitat dans sa matérialité, il faut encore susciter et gérer des économies externes ce qui suppose une vue d'ensemble et à long terme. Or, les divers acteurs qui s'approprient la ville sont régis par des vues partielles et à court terme. Le promoteur immobilier, par exemple, va éventuellement s'appuyer sur une économie externe existante pour en tirer une rente de localisation sans se soucier de savoir s'il va la déstructurer à moyen terme. La question se clôture pour lui lorsqu'il a vendu. Ce problème est d'autant plus complexe que ces économies externes découlaient pour une part de la coexistence dans certains quartiers d'activités et de populations à pouvoir économique différent mais qui avaient entre elles des effets de complémentarité. Ceci supposait une hétérogénéité de loyers dans des espaces proches. Cette coexistence dans la proximité qui contribuait à un effet multiplicateur d'entraînement risque d'être rendue impossible lorsqu'il y a une restauration, car celle-ci implique une tendance à homogénéiser les prix des loyers tout en les relevant.

41Ce problème est difficile à gérer parce qu'il ne peut pas se résoudre strictement par le marché, c'est bien ce que viennent faire valoir les deux exemples. Cela suppose des modes de gestion collectifs, lesquels sont peut-être partiellement à inventer.

42La nécessité d'une imagination collective apparaît lorsque l'on réfléchit sur la notion de service public qui peut se donner abstraitement comme un agent de rationalité au service du public. Vu son importance pour la problématique urbaine, analysons quelque peu le problème à partir du transport en commun comme service public. Partons d'une hypothèse un peu lourde qui demanderait donc quelques nuances. Un service public de transports en commun se doit d'être déficitaire. Les usagers ne doivent pas payer l'entièreté du coût. Un service doit pouvoir prendre en compte un certain nombre de retombées sur des agents économiques qui ne contribuent pas directement au paiement. C'est la mise en œuvre de la problématique de l’économie externe. Mais l'absence de sanction comptable ne veut pas dire non intérêt pour des sanctions économiques ou des sanctions au niveau de la valeur d'usage. Il ne suffit pas qu'il y ait un déficit pour qu'il y ait utilité collective. L'absence de sanctions immédiates de type comptable, fait qu'une série de logiques peuvent s'autonomiser, par exemple la logique du personnel qui développe toute une série de revendications pour son confort ; la logique du bureau d'études et de l'innovation technologique. Et l'usager, lui, n'est escompté que de façon indirecte et lointaine. Comment faire un bilan à partir de la valeur d'usage ? Comment faire en sorte que celle-ci ne diminue pas mais s'adapte ? Comment impliquer les usagers tout en sachant qu'eux aussi peuvent être soumis à des vues à court terme et à la recherche d'intérêts immédiats et partiels, risquant de rejeter les problèmes sur les quartiers d'à côté ? Comment faire sortir l'usager d'une position atomistique et d'un simple pouvoir par effet de masse ? Comment entrer dans un jeu de négociations qui suppose, à la fois des vues partielles et des vues globales, à la fois du court terme et du long terme ? C’est là un propos central pour aller vers un urbanisme démocratique. Voilà un certain nombre d'éléments pour poser le problème : faire revivre la ville mais qu'est-ce que la ville ? La morphologie et la vie collective ne correspondent pas nécessairement à la dynamique structuro-fonctionnelle. On peut retourner à la ville sans ramener dans la ville la prise de décisions et les nœuds innovateurs orientant l'ensemble de la société.

43Avant de conclure, jetons un regard critique sur la méthode utilisée, pour en dégager ce qui en fait l'intérêt à nos yeux, tout en marquant les limites et les risques. Nous avons insisté sur la notion de processus et de mouvement long. Il est évident que ceux-ci résultent d'une transaction entre une pluralité d'acteurs en possibilité inégale d'imposition. Le processus et le mouvement long ont été donnés comme le résultat d'une interférence diffuse entre des acteurs multiples dont les actions ont des effets non conscients et néanmoins convergents.

44Nous avons voulu, entre autres, affirmer l'autonomie relative du facteur culturel par exemple dans le processus d'individuation ou dans le changement de conjoncture socio-affective qui met en question le consensus sur les options de l'urbanisme moderne. Ce culturel ne peut être compris comme le simple résultat d'intérêts économiques. Ainsi les promoteurs immobiliers n'ont pas été les inducteurs d'une revalorisation de l'habitat ancien, même si après coup, ils sont capables de récupérer le changement de tendance et d'y adapter leurs stratégies. Les objectifs poursuivis ne mettant pas l'accent sur la genèse, le texte ne se centre pas sur les acteurs et leurs conflits. Cela peut donner l'impression que ceux-ci sont posés de façon secondaire par rapport à des variables contextuelles et à des rétroactions de types systématiques. Nous voudrions, au contraire, affirmer l'importance de la double entrée : par le contexte et les effets du système ainsi que par la transaction entre acteurs. Nous avons choisi ici la première, nous n'ignorons pas l'importance de la seconde. Ceux qui choisiraient d'entrer par les acteurs, ne pourraient pas faire l'économie de l’approche qui vient d'être proposée. Les deux sont indispensables et non déductibles l'une de 1'autre.

45De toutes façons, les analyses antérieures ne présentent guère de solutions mais une interprétation critique de la situation actuelle en vue de comprendre les changements de priorité par rapport à celles qui inspiraient les politiques voici une vingtaine d'années. Saisir les effets urbains de ces changements est un préalable. L'ampleur des problèmes et leur urgence, les consensus à refaire, constituent un défi à relever, qu'il est important de faire rapidement.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540