Version classiqueVersion mobile

Histoire des Facultés universitaires Saint-Louis

 | 
Gaston Braive

Chapitre II. La croissance

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

§ 1. PREMIERS PROJETS ET PREMIERS PROFESSEURS

Dix étudiants s'inscrivirent à la section de philosophie en octobre 1858, six Bruxellois répondant aux noms de Robyns, Hamoir, Speeckaert, Gréban, Stinglhamber et de Cartier ; un Malinois, François Gillis ; un Wavrien, Charles Lagasse ; un Verviétois, Louis Seret ; et un sujet américain, du nom de Léon Hardage Lane1.

Avec dix étudiants, la viabilité financière du cours de philosophie n'était évidemment pas assurée. Les faits venaient confirmer l'impression initiale de l’archevêque : si l'on faisait abstraction de toute autre source de frais, le minerval versé par chaque étudiant, d'un montant de deux cents francs acquitté en trois termes successifs de soixante, soixante et quatre-vingt francs, ne suffisait pas à payer les quatre professeurs attachés à la section. Leurs traitements cumulés représentaient annuellement une somme de 3658,20 francs pour des rentrées théoriques en minerval de 2000 francs2.

Ces enseignants, Sterckx ne les avaient ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search