Version classiqueVersion mobile

La justice sociale en question ?

 | 
Association des dirigeants et cadres chrétiens (Belgique)
, 
Facultés universitaires Saint-Louis (Bruxelles)

Postface

Robert Van Assche

Texte intégral

  • 1 R. VERMEIRE, J. RAES, G. MARECHAL, J. VAN DER REST et G. LAMBERT-FOCROULLE, Le futur est ouvert, B (...)

1En présentant il y a un an "Le Futur est ouvert"1, j’écrivais : "L’ADIC (Association chrétienne des Dirigeants et Cadres d’Entreprise) propose le présent ouvrage comme une contribution, comme un outil mis à la disposition de ses membres, de ses partenaires et de tous les opérateurs économiques et sociaux en vue de déterminer sur des bases nouvelles les termes d’un consensus : la négociation sociale de celui-ci est la tâche la plus urgente pour la Wallonie, la Belgique, l’Europe, le monde, si l’on veut vraiment construire une société de liberté et de justice.

2Les dernières lignes du livre en résument le message t "Raviver au plus intime de notre conscience et de notre liberté le dynamisme créateur, se décider à se mettre en marche et à chercher, voilà qui est l’affaire de chacun d’entre nous : c’est là où nous sommes interpellés : "ce que le Seigneur réclame de toi ? Rien d’autre que d’accomplir la justice, d’aimer la beauté et de marcher humblement avec ton Dieu (Prophète Michée, 6, 8)".

3Dans la crise mondiale qui perdure parce qu’elle est fondamentale, aucun homme de bonne volonté ne peut raisonnablement refuser le fait que les solutions à découvrir et à construire se trouvent dans la ligne d’une créativité à ranimer au plus profond de la conscience et de la liberté de chaque homme. C’est là que les chrétiens retrouvent de plus en plus pressant et actuel l’appel de Dieu à accomplir, c’est-à-dire à "faire" la justice. Plus que d’autres - et c’est le fondement de leur responsabilité spécifique - ils savent que la Promesse sur laquelle se fonde leur espérance ne peut s’accomplir s’ils n’œuvrent pas dès aujourd’hui pour la Justice.

4Mais quelle Justice ? En ce temps de mutation radicale, aucun groupe, aucune structure, aucun concept, aucun acquis n’échappe à l’ambiguïté et à la mise en question : il est donc impérieux de s’interroger sur la justice aujourd’hui. Il est heureux que scientifiques, philosophes et théologiens, membres ou non de l’ADIC, se soient associés pour creuser le problème. Au nom de notre mouvement, je tiens à les en remercier vivement, et en particulier notre ami Marc Van de Putte qui a pris l’initiative et l’animation de cette équipe.

5Certes la tentation était grande de tomber dans l’ornière traditionnelle : ressasser de grands principes abstraits et en tirer des corollaires d’une rare élévation de pensée, oblitérant ainsi la problématique actuelle.

6La seule méthode qui permette d’échapper à la cacophonie et aux ambigüités, sinon aux alibis présents, est de partir des faits tels qu’ils sont. Il est bon de constater avec l’économiste que les théories économiques, s’appuyant sur des approches et des argumentations diverses proposent des principes différents, voire opposés. Il est important de voir avec le sociologue que la valeur justice, tout comme la valeur solidarité, n’apparaît plus aux yeux de nos contemporains comme primordiale et qu’elle tend à s’estomper derrière des soucis de valorisation et la réussite plus individuelles. Il est tout aussi essentiel de démontrer avec le juriste que l’État-Providence, par son incohérence et sa complexification légistiques, entraîne des dysfonctions telles qu’il crée de véritables injustices.

7Faut-il dès lors, comme certains le pensent, renverser la vapeur pour éviter la catastrophe, diminuer aveuglément les emprises de l’état et de la bureaucratie, reprivatiser des pans entiers de la société, déréguler comme on dit aujourd’hui, laisser le plus de place possible au libre jeu des initiatives individuelles que l’ordre naturel rend compatibles en l’absence de tout droit ?

8Il semble qu’il faille répondre résolument par la négative, non par respect hypocrite des grands principes, mais bien en raison du fait dûment établi que l’aspiration à la justice n’a pas disparu pour autant chez les hommes concrets de notre temps. Ils ressentent bien ce qui est "juste" et surtout ce qui n’est "pas juste" !

9S’il est légitime et nécessaire de se fixer comme objectif d’augmenter l’espace de liberté, où l’homme peut se situer par lui-même, décider et agir par lui-même dans le monde, réel et imaginaire qu’il contribue à créer (hypothèse d’une société post-industrielle axée sur le culturel), il faut tout de même se rendre compte que cet objectif ne peut être atteint que si dans la société règne la justice générale qui, concrètement et de manière efficiente, fait droit aux prérogatives, inaliénables et opposables à quiconque, de chaque homme (droits de l’homme). L’analyse prospective et la réflexion spécifiquement philosophique appuient cette proposition en l étayant d’une argumentation que même les plus pragmatiques ne peuvent refuser d’examiner critiquement.

10C’est au cœur de cette démarche, partant des faits et de la problématique actuelle, que le théologien relit l’éternelle Parole de Dieu que les chrétiens, par leur libre acte de foi reconnaissent en Jésus-Christ qui, après les Patriarches et les Prophètes, proclame inlassablement la Justice de Dieu à faire advenir entre les hommes, et particulièrement en faveur des pauvres, des rejetés de tous ceux à qui on refuse de faire droit. Cela aurait été faux et déloyal que de ne pas faire l’aveu de ce qui nous anime et nous pousse en avant.

11Certains seront sans doute déçus de ne pas trouver ici de corollaires pratiques ou de solutions "politiques" à appliquer immédiatement. Ne serait-ce pas tromper son monde que de prétendre le faire ? Ni comme responsable d’entreprises, structures primordiales de notre société industrielle en mutation, ni comme chrétiens qui ne peuvent se croire détenteurs de vérité, nous ne connaissons de réponse adéquate aux problèmes de la Justice sociale en question. Comme pour chacun, il nous la faut chercher avec tous les hommes de bonne volonté, sans a priori mal réfléchi ni volonté de puissance abusive.

12Cependant, deux convictions nous tiennent au cœur. Il est urgent d’accepter le débat sur le fond : les discussions partielles à court terme ne peuvent pratiquement rien apporter, si l’on veut affronter, en vérité les problèmes de la mutation actuelle. De bons esprits l’ont répété : une société nouvelle - post industrielle comme l’on dit - ne peut advenir que si l’on a la lucidité et le courage d’une réflexion approfondie sur l’homme et l’univers, aucune politique sérieuse ne peut faire l’impasse sur cet effort exigeant qui ne néglige aucun élément, qu’il soit scientifique ou surtout philosophique.

13D’autre part, il est tout aussi urgent de mettre en place les conditions d’un consensus social à renégocier. Il ne s’agit pas ici de chercher les voies d’un compromis entre programmes politiques ; si l’on veut être sérieux, il faut laisser la place au pluralisme des approches et des analyses ; il importe de respecter le principe de l’alternance politique sans laquelle il n’est pas de démocratie. Le problème du consensus se situe à un autre niveau, exactement comme il convient de distinguer pouvoirs publics, où plusieurs types d’organisation politique sont possibles, et société civile, où les citoyens tissent les liens d’une convivance, voire d’une convivialité librement choisie. C’est à partir de ces hommes et de ces femmes concrètes qu’il faut s’interroger sur les finalités de la société, sur les valeurs qui la structurent, sur les organisations à mettre en œuvre, sur les principes qui construisent un état de droit. Il y a quarante ans, un tel consensus existait et il a permis la mise en place efficiente d’une organisation socio-économique qui est appelée concertation sociale. Celle-ci a été mise en question par son succès même et a révélé un certain nombre de dysfonctions. À l’époque, cet effort était "juste" : il a contribué à plus de justice sociale. Aujourd’hui des problèmes se posent et l’incertitude règne quant aux valeurs sociales à promouvoir. Il ne peut être question de les rejeter sans plus ; il serait inadmissible qu’un groupe impose "sa" solution au reste du monde. Il est donc nécessaire de s’associer, à partir de ses objectifs et contraintes spécifiques, pour renégocier un consensus sans lequel il ne peut y avoir de société stable ni de liberté assurée à chacun.

14C’est dans cet esprit que l’ADIC propose ces réflexions sur la Justice sociale et les soumet à la discussion et à la critique des autres groupements. Sans cet effort collectif, on ne peut trouver les voies et moyens par lesquels une politique intelligente, solidaire et efficace, qui n’exclut d’ailleurs pas les différences ou les conflits, puisse faire advenir concrètement une société nouvelle : celle-ci ne peut être en progrès réel que si elle augmente pour chacun l’espace de liberté où il peut grandir en conscience, en amour et en espérance, selon l’appel que Dieu met dans son cœur en le créant à son image.

Notes

1 R. VERMEIRE, J. RAES, G. MARECHAL, J. VAN DER REST et G. LAMBERT-FOCROULLE, Le futur est ouvert, Bruxelles, Éditions Labor, 1984, 207 pp.

Auteur

Président de l’ADIC

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search