Desktop versionMobile Version

Translatio in fabula

 | 
Sophie Klimis
, 
Laurent Van Eynde
, 
Isabelle Ost

Deuxième partie. Traduction et poétique chez quelques figures d'écrivains-traducteurs

William Gass « translecteur » de Rilke

Enrico Monti

Volltext

Introduction

1Le romancier et critique littéraire américain William H. Gass (1924-) ne s’était jamais intéressé à la traduction avant de publier, en 1999, Reading Rilke : Reflections on the Problems of Translation. Ce faisant, il propose à ses lecteurs un ouvrage particulier, qui se positionne à l’intersection entre les deux axes de recherche explorés dans ce volume : on y retrouve en effet presque une « mise en fiction » de la traduction, faite par un écrivain devenu exceptionnellement traducteur.

2La particularité de Reading Rilke demeure dans son hybridité, car Gass mêle les registres de la biographie, de la critique littéraire et de la critique de la traduction, avant de proposer à ses lecteurs une nouvelle traduction anglaise de Duineser Elegien de Rilke. Pourquoi un écrivain reconnu comme Gass décide, à l’âge de 75 ans, d’aborder la traduction des poèmes de Rilke, étant donné qu’il n’a jamais traduit, qu’il n’est pas poète et que sa connaissance de l’allemand est assez limitée ?

I. Gass écrivain et essayiste

3William Gass est une personnalité polyédrique des lettres américaines. Il a une formation de philosophe du langage et il a été pendant une trentaine d’années professeur de philosophie à l’université de Saint-Louis (Missouri). Il est l’auteur de quelques œuvres fictionnelles (In the Heart of the Heart of the Country, 1968 ; The Tunnel, 1995 ; Cartesian Sonata and other Novellas, 1998) et de plusieurs volumes de critique littéraire.

  • 1 C’est à lui qu’on doit le terme « métafiction », utilisé pour la première fois dans un essai de 19 (...)
  • 2 On remarque en France la parution récente des traductions du roman fleuve Le Tunnel (trad. par Cla (...)
  • 3 Son débat avec John Gardner reste célèbre :
    R John Gardner : [...] The difference is that my 707 wi (...)

4En tant qu’écrivain de fiction, William Gass est souvent associé à cette génération labellisée comme postmoderne, ou « maximaliste », selon les mots de John Barth. Au-delà de ces étiquettes, Gass partage avec des écrivains tels quels Barth et Robert Coover une certaine façon d’écrire savante et pleine de références intertextuelles, expérimentale, antilinéaire et souvent métafictionnelle1. Si en Europe il est connu plutôt comme romancier et nouvelliste, comme l’attestent d’ailleurs plusieurs traductions de ses œuvres fictionnelles2, aux États-Unis il est sans doute plus connu en tant qu’essayiste et critique littéraire. Cela grâce à une longue collaboration avec d’importantes revues littéraires, telles que Harper’s ou The New York Review of Books, et plus généralement grâce à sa participation active au débat littéraire de son pays depuis les années 1970. Dans ce débat il a toujours occupé une position cohérente, fondamentalement antiréaliste et fondée sur une approche formaliste de l’œuvre littéraire3, même s’il a toujours gardé son indépendance par rapport aux différents courants critiques. Dans ce domaine, ses intérêts concernent surtout le langage de la fiction et la capacité des mots d’évoquer et de créer des mondes possibles, comme suggéré dans le titre d’un de ses volumes – The World Within the Word (1978).

  • 4 Gass (W.), Reading Rilke : Reflections on the Problems of Translation, Knopf, New York, 1999 (désor (...)

5Même si Gass a publié entre 1970 et 2006 plusieurs ouvrages critiques, Reading Rilke4 occupe dans son œuvre une place tout à fait particulière, d’un côté pour sa thématique, et de l’autre pour le fait que, pour une fois, il ne s’agit pas d’un recueil d’essais divers, mais d’une véritable monographie.

II. Gass traducteur de poésie allemande : quelques anomalies

6La première anomalie d’un tel ouvrage réside dans le fait que Gass ne s’est jamais occupé de traduction, ni du point de vue théorique, ni du point de vue pratique. En effet, il n’appartient pas à cette catégorie d’écrivains qui a commencé sa carrière littéraire comme traducteurs : entre autres, Gérard de Nerval et Marcel Proust en France, Cesare Pavese en Italie, ou encore Paul Auster aux États-Unis, qui traduit Sartre et d’autres écrivains français avant de devenir célèbre (et d’être traduit dans plusieurs langues) avec sa New York Trilogy. D’ailleurs, les figures d’écrivains-traducteurs, assez fréquentes en Europe, sont plutôt rares dans le système littéraire américain, où la traduction a toujours occupé une position marginale et où les jeunes écrivains, pour gagner leur vie, sont plus souvent engagés dans des ateliers d’écriture créative que dans la traduction littéraire.

7Dans ce tournant vers la traduction d’un écrivain attitré, Gass trouve pourtant un modèle illustre dans l’objet même de son étude, Rainer Maria Rilke, qui traduit Paul Valéry et d’autres auteurs français vers la fin de sa vie. Si on peut retrouver là une petite affinité entre les deux écrivains, il faut de toute façon préciser que Rilke connaissait très bien la langue de départ, au point d’écrire lui-même des poèmes en français (recueillis dans Vergers et Quatrains valaisans). Au contraire, Gass n’a jamais écrit dans une langue étrangère et vraisemblablement ne le fera jamais. Si l’allemand est la langue étrangère qu’il connaît le mieux, il avoue lui-même que ses connaissances demeurent assez limitées, et que, au fond, c’est la passion pour Rilke qui l’a mené à entreprendre ce travail :

  • 5 Gass (W.), A Temple of Texts, Knopf, New York, 2006, p. 57.

I became a Rilke junkie. [...] I am not a reader who reads to learn about an author, and I rarely pursue the writer into his or her privacy on account of that person’s public utterance ; but in Rilke’s case, I did : I collected and read every word I could find, whether on or by him, and that is a whole lot of lard. He is the only writer I ever tried seriously to translate, despite his difficulty, and my foreign-language handicaps, for the truth is, I am really a monoglot. Well, I would buy Rilke’s kiddie car at an auction if it ever came to the block5.

  • 6 En Italie, dans l’après-guerre, ce rôle était souvent joué par des dames ressortissant de la haute (...)

8Gass affirme que Rilke est le seul écrivain qu’il a jamais essayé sérieusement de traduire, nonobstant, dit-il, « mes handicaps avec les langues étrangères, car au fond je ne suis qu’un monoglotte ». Et dans sa monoglossie, on trouve une deuxième anomalie de son travail de traduction. Une anomalie contournée par cette passion, voire obsession pour Rilke, qui le conduit presque à renoncer à ses principes formalistes pour se donner à des formes de fanatisme/fétichisme. Toutefois, une aide importante dans le contournement de cette deuxième anomalie lui vient aussi d’Heide Ziegler, à qui le livre est dédié. Heide Ziegler est une américaniste allemande, professeur à l’université de Stuttgart, amie et traductrice de Gass en allemand. Dans ses remerciements, Gass lui rend hommage pour son aide dans la compréhension des nuances de la langue de Rilke, en écrivant que : « La moitié de ce livre est à elle, et il s’agit probablement de la meilleure moitié. » (RR, xv). Cette forme de traduction « collaborative » rappelle une pratique assez courante jusqu’à la moitié du xxe siècle, lorsque certains écrivains s’appuyaient sur des traductions interlinéaires, des gloses faites par des philologues ou par de simples connaisseurs des langues étrangères6. Dans le domaine anglophone, l’exemple le plus illustre de ce type de collaboration est sans doute Ezra Pound, qui, dans Cathay (1915), « traduit » des poèmes classiques chinois à partir des versions du sinologue Ernest Fenollosa. Néanmoins, les rapports entre Gass et Ziegler sont assez différents, car c’est Gass qui traduit les poèmes, en s’appuyant aussi sur les traductions existantes, tandis que Ziegler révise ses éventuelles fautes de compréhension. Certes, le résultat n’est pas trop différent, vu que Ziegler met à disposition sa compétence linguistique/technique et Gass sa compétence d’écrivain/créateur.

9La troisième anomalie de cet ouvrage est que Gass n’est même pas poète. Loin de vouloir plaider la cause de la traduction poétique comme domaine exclusif des poètes, je trouve néanmoins assez significatif qu’un écrivain se penche sur la traduction d’un genre dans lequel il n’a rien publié, sauf un ou deux poèmes de jeunesse. Pourquoi donc Gass décide de traduire, et de le faire à partir d’une langue et dans un genre qu’il ne maîtrise pas ? On pourrait penser au désir de combler une faute d’inspiration poétique d’un côté, ou encore au désir d’expérimenter une nouvelle forme, en recourant à Rilke comme intermédiaire pour ne pas trop s’exposer en première personne. Pourtant, l’impression que l’on retire à la lecture de cet ouvrage est que la motivation profonde de ce travail de traduction tient dans la volonté de savourer plus au fond le plaisir du texte poétique. Comme le dit le titre même, Reading Rilke est avant tout une célébration de la lecture.

III. Reading Rilke : une approche hybride de la traduction

10Voyons donc rapidement la composition de cet ouvrage hybride. On y trouve mêlés des éléments biographiques (la vie de Rilke, ses amours, les circonstances de l’écriture, etc.), des éléments de critique littéraire (l’analyse formelle de plusieurs poèmes) et des éléments de critique de la traduction (l’analyse comparée de quelques vers des Duineser Elegien dans les 14 traductions anglaises existantes à l’époque). En conclusion du livre, presqu’en guise d’appendice, on trouve la traduction intégrale des Elegien, suivie d’une bibliographie des traductions anglaises de l’œuvre de Rilke. Il faut préciser que biographie, critique littéraire et critique de la traduction sont souvent mêlées dans les pages de Reading Rilke, même si on peut identifier des chapitres à tendance plus biographique et d’autres plus critiques. Je me pencherai essentiellement sur les passages concernant la traduction et la critique de la traduction.

  • 7 Un compte rendu de ces trois nouvelles traductions (faites par Gass, le poète Galway Kinnell et le (...)

11La décision de proposer une nouvelle traduction des Elegien est inspirée par l’insatisfaction de Gass vis-à-vis des traductions existantes. Apparemment il a commencé à traduire ces poèmes une trentaine d’années avant leur publication, en faisant des traductions de service pour ses étudiants. Parfois dans le texte il dévoile son processus de traduction, montrant aux lecteurs l’évolution de quelques vers à travers ses différentes versions (RR, 73-75). Cette insatisfaction trouve donc dans Reading Rilke une partielle satisfaction, grâce surtout à une critique assez pointue et parfois sarcastique de quelques extraits des 14 traductions anglaises dont Gass disposait (parues entre 1939 et 1998). Il est intéressant de remarquer qu’il existe maintenant plus de 20 traductions anglaises publiées et que, seulement en 1999, l’année de parution de l’ouvrage de Gass, deux autres nouvelles traductions anglaises avaient paru7. Il s’agit évidemment d’une prolifération assez étonnante de traductions, surtout si l’on pense au rôle minoritaire de la traduction poétique dans le monde éditorial contemporain. Toutefois, une possible raison de cette récente prolifération peut résider dans l’intérêt éditorial pour l’œuvre de Rilke, qui est devenue de domaine public en 1996. Aussi faut-il souligner que l’œuvre de Rilke a atteint le statut de classique dans le monde anglophone, et cela en dépit de la complexité de sa poésie. Les Duineser Elegien sont des poèmes souvent cryptiques, écrits dans un style hermétique et complexe, qui se prêtent à plusieurs interprétations et font donc implicitement appel à la traduction, voire à une pluralité de traductions.

12A quoi doit-on l’insatisfaction de Gass par rapport aux traductions anglaises existantes ? Il y a fondamentalement deux choses que Gass reproche à la majorité des traducteurs qui l’ont précédé : la première est une mauvaise lecture, c’est-à-dire l’incompréhension du texte ou de ses nuances ; la deuxième est la mauvaise habitude de certains traducteurs d’utiliser les poèmes de Rilke comme prétexte pour écrire des nouveaux poèmes à leur manière. S’il est inévitable de mettre quelque chose de soi dans une traduction – toute traduction étant une forme de réécriture, où la dimension créative et personnelle est incontournable –, Gass remarque dans certaines traductions de Rilke la volonté délibérée d’écrire un autre poème. Après une analyse comparative de quelques vers de la première élégie dans les différentes traductions anglaises disponibles, il conclut :

Behn, Hunter, and Cohn have already begun writing their own poem. [...]
Many translators do not bother to understand their texts. That would interfere with their own creativity and with their perception of what the poet ought to have said. [...] And they would rather be original than right. (RR, 68-69)

  • 8 « As we pursue these comparisons tediously from line to line and verse to verse, it becomes eviden (...)

13Cette poursuite de l’originalité au détriment de l’exactitude est intolérable aux yeux de Gass, qui en arrive à accuser plusieurs traducteurs de « ne pas se donner la peine de comprendre les textes ». Son jugement d’ensemble est finalement assez sévère : seulement 3 des 14 traductions sont « tolérables », les autres sont des échecs, des efforts inutiles, des mauvaises lectures8. Une critique si féroce pourrait être presque insupportable si elle n’était pas balancée par l’auto-ironie que Gass réserve aussi à ses propres efforts de traduction. Voici quelques exemples :

Gass, as usual, wants both the terror and the awesomeness of the Angels. (RR, 68)
It is hard to imagine a version much worse than my first try. (RR, 75)
Gass, a jackal who comes along after the kill to nose over the uneaten hunks, keeps everything he likes. (RR, 76)
Gass, who flails like someone drowning here [...]. (RR, 80)
Poulin puts the suddenness in the verb, a good idea, while Gass expansively explains it. [...] Gass, again, defeats his own sense with an overlong line. (RR, 80)
My own effort tries, perhaps too hard, to justify itself. (RR, 91)

  • 9 En suivant la piste de l’autocritique de Gass, plusieurs comptes rendus de Reading Rilke ont retro (...)

14Ces quelques citations donnent une bonne teneur de la verve stylistique de Reading Rilke, qui s’éloigne assez souvent de la mesure de l’essai académique. Déjà le fait de parler de soi-même à la troisième personne trahit ici une claire intention ironique. Gass ironise en particulier sur sa position « facile » et « cannibale » de 15e retraducteur, soi-disant « chacal », ainsi que sur son habitude totalisante de garder toutes les nuances qu’il retrouve dans les vers de Rilke, ce qui fait que ses vers sont parfois des overtranslation, des traductions excessives et parfois pédantes, qui manquent de la légèreté nécessaire aux vers9.

IV. La traduction comme processus

  • 10 Voir par exemple : « [Rilke’s] work allows me to measure what we call achievement : how tall his i (...)

15Dans le cadre de son analyse comparée des différentes traductions des poèmes de Rilke, Gass se livre aussi à quelques considérations générales autour de la traduction. Il faut préciser que si Gass est très bien averti en matière de critique littéraire, il l’est beaucoup moins en matière de théorie de la traduction. D’ailleurs, il ne montre pas d’intérêt pour la discipline, il ne fait aucune référence à des travaux théoriques dans ce domaine et ses quelques considérations générales ne sont pas innovatrices. On retrouve par exemple dans Reading Rilke toute une rhétorique de la subordination de la traduction au texte de départ et du traducteur à l’auteur10, qui est assez fréquente dans les considérations des écrivains-traducteurs.

16L’approche de Gass à la traduction semble être orientée vers une équivalence d’effet, qui tient la qualité du texte poétique comme objectif primaire. Gass affirme à propos d’un poème d’Hölderlin dont il propose sa traduction : « We are trying to achieve the poem Hölderlin would have written had he been English. » (RR, 52), ou encore, à propos de Rilke : « What must not be given up, of course, is quality – quality and tone. If the translation does not allow a glimpse of the greatness of the original, it is surely a failure. » (RR, 53). Si la traduction n’arrive pas à transmettre une lueur de la splendeur du texte source, elle est un échec : Gass n’a pas d’intérêt pour la traduction glose et on pourrait retracer dans cette prise de position une tendance cibliste, ce qui implique une partielle acclimatation du texte dans la langue-culture cible. Rien de surprenant là, d’autant plus si l’on pense qu’une traduction-glose sans le texte source en regard (ce qui est le cas ici) serait presque un contresens. En même temps, comme on l’a anticipé, Gass se montre très sceptique vis-à-vis des libres interprétations (RR, 68-69) ou encore des adaptations (RR, 72) et, tout au long de Reading Rilke, il manifeste une véritable dévotion pour les implications et les nuances du texte source. Ce dualisme, assez souffert, est au fond bien familier à tout traducteur.

17Au-delà de ce dualisme, l’idée centrale de cet ouvrage, comme le dit le titre même, reste la lecture. Gass défend la traduction comme la forme la plus achevée de lecture : « Translation is reading, reading of the best, the most essential kind. » (RR, 50). Finalement, son objectif en traduisant Rilke est d’atteindre la meilleure lecture possible d’un ouvrage qu’il aime profondément. Ainsi la traduction devient un moyen pour comprendre un texte plus à fond, pour le dévoiler afin de pouvoir reproduire le miracle textuel qui s’est avéré dans le texte de départ. On trouve dans cet idée un écho, entre autres, d’un essai d’Italo Calvino de 1982 intitulé « Tradurre è il vero modo di leggere un testo » (« Traduire est la vraie façon de lire un texte »). Gass définit ainsi son travail de « translecture » (transreading) : « In a translation one language, and one particular user of that language, reads another. » (RR, 47). On peut remarquer comment la dimension personnelle de toute traduction, en tant qu’acte herméneutique, est mise en avant. Le transreader (translating reader) de Gass est un hyperlecteur, particulièrement attentif aux modes de fonctionnement du texte, non pas seulement à ce que le texte dit, mais également à ce que le texte fait : « To read with recognition (not just simple understanding) is to realize why the writer made the choices he made. » (RR, 55). C’est justement pour ce type de lecteur que la traduction s’avère la forme la plus achevée de lecture.

V. La traduction comme produit

  • 11 Ce propos a été recueilli lors d’un entretien que j’ai eu avec William Gass à Saint-Louis (Missour (...)

18La conclusion de Reading Rilke est réservée à la nouvelle traduction intégrale des 10 élégies. Cependant, on ne trouve pas le texte source allemand en regard. Il s’agit évidemment d’un choix assez marqué par rapport aux normes de la traduction poétique, même si, à vrai dire, ce même choix est aussi adopté dans certaines collections illustres, telles quelles la Bibliothèque de la Pléiade par exemple. Dans le cas de Reading Rilke, ce choix ethnocentrique a été déterminé par deux pulsions principales : la première d’ordre éditorial-commercial, liée au fait que les textes allemands dans un ouvrage de ce type auraient pu décourager, voire « effrayer » quelques potentiels lecteurs nord-américains. La deuxième pulsion, plus attachée à l’intentio autoris, relève du fait que la présence du texte allemand aurait pu suggérer un travail philologique sur le texte, ce qui est loin des intentions de Gass, qui se propose d’offrir sa lecture de l’œuvre de Rilke, et non pas une édition critique de ces poèmes11. En revanche, comme le rappelle François Ost dans ce même volume, l’étrangeté peut être mise en avant simplement grâce à la présence des différentes traductions – ce qui est amplement le cas ici, même en l’absence du texte source.

19Certes, l’espace consacré à la retraduction, qui dans une normale édition bilingue serait prépondérant, est ici assez marginal (30 pages sur 236). Pour Gass le résultat de la traduction reste donc un appendice à son travail de lecture des poèmes de Rilke : la traduction comme produit l’intéresse moins que la traduction en tant que processus.

Conclusion

  • 12 De Cicérone à Ezra Pound, en passant, entre autres, par Goethe, Benjamin, Paul Valéry.

20Quelle est donc l’importance d’un tel ouvrage dans la réflexion autour de la traduction ? Il est assez clair, d’après ces quelques considérations, que Reading Rilke rentre avec difficulté dans le domaine de la traductologie. En effet, il n’y a pas dans cet ouvrage une véritable réflexion théorique autour de la traduction, ni une prise en compte des études précédentes en matière de traductologie. Il s’agit d’un texte « post-scientifique » sur la traduction, qui présente quelques similarités avec ces approches « préscientifiques » ressortissant d’écrivains qui, jusqu’à la moitié du xxe siècle, ont réfléchi sur la traduction à partir de leurs propres expériences de traducteurs12. Pourtant, le travail de Gass nous arrive à une époque où les études sur la traduction ont atteint de façon stable le statut de discipline indépendante. Dans son contournement de la dimension scientifique et autonome du discours traductologique, Gass parvient à franchir à nouveau les barrières entre les disciplines et les genres, pour nous délivrer un essai composite où la traduction est perçue plus comme moyen que comme résultat. Notamment, on retrouve dans Reading Rilke la volonté précise de faire de la traduction partie intégrante d’une lecture globale de l’œuvre d’un auteur, et de montrer comment la traduction peut représenter, au bout du compte, la forme la plus achevée de cette lecture.

  • 13 Cf. Venuti (L.), The Scandals of Translation, Routledge, London and New York, 1998, p. 160-161.
  • 14 Je pense notamment aux publications de maisons d’édition telles qu’Europa Editions, Open Letter Bo (...)
  • 15 Voir par exemple les fonds Hutchins et Levine à la Lilly Library de l’Indiana University à Bloomin (...)
  • 16 Propos recueilli lors d’un entretien que j’ai eu avec William Gass à Sant-Louis (Missouri) en déce (...)

21L’importance d’un tel ouvrage réside donc dans sa particularité stylistique, dans son foregrounding de la traduction, et aussi dans ses implications sociolittéraires. Le fait qu’un écrivain estimé comme Gass consacre un livre à la traduction est assez significatif dans le contexte littéraire anglo-américain, notamment assez réfractaire à la pratique de la traduction. Il suffit de rappeler que le pourcentage de littérature traduite aux États-Unis, comme le montrait Lawrence Venuti en 199813, était à l’époque de la parution de ce livre autour du 3 % de la production totale, et ces statistiques ne semblent pas avoir connu des variations importantes dans ces dernières années. Cependant, on peut remarquer dans le système littéraire américain quelques signes d’évolution dans l’appréciation de traductions : notamment, la naissance des plusieurs collections spécialement consacrées aux ouvrages en traduction14 ; ou encore la décision de certaines bibliothèques universitaires de réunir et acquérir des archives de traducteurs, ce qui ouvre la porte à de nouvelles études sur le processus de traduction15. Un petit signe de cette appréciation peut être retracé aussi dans la parution et la réception, globalement assez positives, d’un ouvrage comme Reading Rilke. En particulier, il est intéressant de remarquer que le sous-titre Reflections on the Problems of Translation a été ajouté, pour des raisons plutôt éditoriales, au simple Reading Rilke proposé par l’auteur16. Il est sans doute significatif que, dans l’effort de caser un ouvrage hybride comme Reading Rilke dans le système assez figé des genres éditoriaux, on ait décidé de mettre en avant son appartenance aux études sur la traduction.

  • 17 Ils empruntent l’expression « fictionnal turn » à Else Vieira et l’analysent dans leur « Fictional (...)

22Pour conclure, Dirk Delabastita et Rainier Grutman ont évoqué il y a quelques années un fictional turn dans les études de la traduction, en soulignant comment un tel détour semble en effet se mettre en place, où on assiste à une progressive fictionnalisation des traducteurs/interprètes, dans des livres et des médias17. Dans sa mise en abyme de l’acte de la traduction, l’ouvrage ici considéré peut s’insérer, d’une façon assez originale, dans cet énième tournant des études sur la traduction. Reading Rilke est l’exploration captivante du processus de traduction faite par un écrivain devenu exceptionnellement traducteur, qui a la capacité de capter l’attention du publique non spécialiste sur les enjeux de cette activité.

Literaturverzeichnis

Bibliographie

1. Ouvrages

Ammon (T. G.), Conversations with William Gass, University Press of Mississippi, Jackson, 2003, 176 p.

Gass (W.), Reading Rilke : Reflections on the Problems of Translation, Knopf, New York, 1999, 236 p.

Gass (W.), A Temple of Texts, Knopf, New York, 2006, 418 p.

Venuti (L.), The Scandals of Translation, Routledge, London and New York, 1998, 210 p.

2. Contributions et articles

Calvino (I.), « Tradurre è il vero modo di leggere un testo » [1982], in Saggi (1945-1985), Mondadori, Milano, p. 1825-1831.

Contogenis (C.), « Rilke in English », in Essays in Criticism 52 : 2, 2002, p. 174-184.

Delabastita (D.) et Grutman (R.), « Fictional representations of multilingualism and translation », in Linguistica Antverpiensia (New Series), 4, 2005, p. 11-34.

Krauss (N.), « Review : William H. Gass : Reading Rilke : Reflections on the Problems of Translation ; Rainer Maria Rilke, The Duino Elegies (translated by Edward Snow) », Boston Review, Summer 2000.

Mendelsohn (D.), « A Line-by-Line Safari », in The New York Times, 30 January, 2000.

Phillips (B.), « The angel and the egotist », in The New Republic, 8 May 2000, p. 38-45.

Anmerkungen

1 C’est à lui qu’on doit le terme « métafiction », utilisé pour la première fois dans un essai de 1970 pour définir des fictions qui se penchent sur elles-mêmes et sur l’acte de l’écriture.

2 On remarque en France la parution récente des traductions du roman fleuve Le Tunnel (trad. par Claro, Le Cherche midi, Paris, 2007) et du recueil de nouvelles Cartesian Sonata (trad. par M. Chénetier, Le Cherche midi, Paris, 2009). D’ailleurs les nouvelles de In the Heart of the Heart of the Country ont été traduites en plus de dix langues. Les collections d’essais de Gass disposent, au contraire, seulement de traductions partielles.

3 Son débat avec John Gardner reste célèbre :
R John Gardner : [...] The difference is that my 707 will fly and his is too encrusted with gold to get off the ground.
William Gass : There is always that danger. But what I really want is to have it sit there solid as a rock and have everybody think it is flying. »
« William Gass and John Gardner : A debate on fiction » (1978), in Ammon (T.G.), Conversations with William Gass, University Press of Mississippi, Jackson, 2003, p. 55.

4 Gass (W.), Reading Rilke : Reflections on the Problems of Translation, Knopf, New York, 1999 (désormais noté RR).

5 Gass (W.), A Temple of Texts, Knopf, New York, 2006, p. 57.

6 En Italie, dans l’après-guerre, ce rôle était souvent joué par des dames ressortissant de la haute bourgeoisie qui maîtrisaient bien une langue étrangère. Elio Vittorini et Carlo Emilio Gadda se servaient par exemple de l’aide d’une de ces dames, Mme Lucia Rodocanachi, pour leurs traductions. Ces dames étaient initialement une sorte de traducteur-fantôme, les plus « invisibles » des traducteurs, même si dans quelques cas elles sont devenues des traductrices reconnues à leur tour.

7 Un compte rendu de ces trois nouvelles traductions (faites par Gass, le poète Galway Kinnell et le traducteur Edward Snow) est paru en 2000 : on y affirme que seule la traduction de Snow est « entièrement réussie » et d’ailleurs l’ouvrage de Gass reçoit une critique très sévère. Voir Phillips (B.), « The angel and the egotist », in The New Republic, 8 May 2000, p. 38-45.

8 « As we pursue these comparisons tediously from line to line and verse to verse, it becomes evident that Leishman, Poulin, and Mitchell have given us the only tolerable versions ». (RR, 77)

9 En suivant la piste de l’autocritique de Gass, plusieurs comptes rendus de Reading Rilke ont retrouvé et dénoncé ce défaut dans sa traduction des Elegien, notamment ceux de Brian Phillips (The New Republic, 8 May, 2000) et de Nicole Krauss (Boston Review, Summer 2000), même si ce dernier se montre assez favorable au livre. En même temps, sa nouvelle traduction a reçu de nombreuses critiques positives, parmi lesquelles celles de Daniel Mendelsohn (The New York Times, 30 January, 2000) et de Constantine Contogenis (Essays in Criticism, 52 :2, 2002).

10 Voir par exemple : « [Rilke’s] work allows me to measure what we call achievement : how tall his is, how small mine. » (RR, XVI), ou encore « As the Elegies argue : the beauty of perfection, when we are granted the doubtful good fortune to grasp it, announces the reappearance of our fearful conviction that we are, in both the soul and body of our being, so much less. » (RR, 93).

11 Ce propos a été recueilli lors d’un entretien que j’ai eu avec William Gass à Saint-Louis (Missouri) en décembre 2005.

12 De Cicérone à Ezra Pound, en passant, entre autres, par Goethe, Benjamin, Paul Valéry.

13 Cf. Venuti (L.), The Scandals of Translation, Routledge, London and New York, 1998, p. 160-161.

14 Je pense notamment aux publications de maisons d’édition telles qu’Europa Editions, Open Letter Books et Dalkey Archive Press (qui d’ailleurs inaugurera en 2010 un Best of European Fiction).

15 Voir par exemple les fonds Hutchins et Levine à la Lilly Library de l’Indiana University à Bloomington. Ces fonds réunissent des brouillons de traducteurs et leur correspondance avec les auteurs traduits.

16 Propos recueilli lors d’un entretien que j’ai eu avec William Gass à Sant-Louis (Missouri) en décembre 2005.

17 Ils empruntent l’expression « fictionnal turn » à Else Vieira et l’analysent dans leur « Fictional representations of multilingualism and translation », in Linguistica antverpiensia, 4, 2005, p. 28.

Autor

Université de Haute-Alsace et université de Bologne

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search