Version classiqueVersion mobile

Translatio in fabula

 | 
Sophie Klimis
, 
Laurent Van Eynde
, 
Isabelle Ost

Deuxième partie. Traduction et poétique chez quelques figures d'écrivains-traducteurs

Entre traduction et trahison : les auteurs-traducteurs dans les cultures multilingues

Reine Meylaerts

Texte intégral

Introduction

  • 1 Baudelaire traducteur de Poe, pour ne citer qu’un exemple.

1L’histoire littéraire offre de nombreux exemples d’auteurs qui combinent leurs activités littéraires avec des activités de traduction. Protéiformes, celles-ci se distinguent tant par leur nature que par leur fonction dans la carrière des écrivains en question. Tantôt un écrivain traduit l’œuvre d’un confrère, tantôt il s’autotraduit, tantôt il combine les deux. Tantôt l’activité traductionnelle constitue une phase d’apprentissage qui précède la production littéraire proprement dite, tantôt les périodes de traduction alternent avec les phases d’écriture, tantôt les deux activités se produisent simultanément, voire presque indistinctement. Parfois, de véritables « couples » se constituent, un écrivain-traducteur traduisant systématiquement l’œuvre d’un confrère, assurant ainsi à lui seul l’introduction et la diffusion de ce confrère dans une littérature étrangère. Certains de ces couples sont devenus célèbres dans l’histoire littéraire1.

2Or, force est de constater que les études littéraires ont tendance à bouder la recherche sur les relations entre écrire et traduire, entre écriture et autotraduction. Sauf quelques exceptions qui confirment la règle, les activités traductionnelles des littérateurs, y compris les plus connus, sont toujours peu ou pas documentées. A fortiori, la fonction de la (auto)traduction dans la formation et la genèse d’une poétique d’écriture reste une veine largement inexploitée bien que particulièrement féconde.

  • 2 Bourdieu (P.), Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Seuil, Paris, 1992.
  • 3 Voir, pour une discussion plus élaborée, Meylaerts (R.), « Translators and (their) norms : towards (...)
  • 4 Voir, à titre d’exemple les observations de Sela-Sheffy (R.), « How to be a (recognized) translato (...)

3En effet, nombreuses sont les situations (actuelles et passées) où les rôles d’auteur et de traducteur sont peu différenciés. Les différents domaines sociétaux (la politique, la religion, les arts, l’économie, la littérature) se sont développés en des champs relativement autonomes les deux derniers siècles uniquement2. Jusque-là, un écrivain (souvent appelé philosophe d’ailleurs) était simultanément diplomate, homme politique, moine, critique, roi, ministre, traducteur... L’autonomisation d’un champ de la traduction (littéraire) étant même plus tardive et moins poussée3, dans beaucoup de situations actuelles, la séparation stricte entre les rôles d’écrivain et de traducteur reste illusoire et, du point de vue de la recherche, contreproductive. A défaut d’un champ de traduction littéraire autonome, la sociologie de la traduction considère que les traducteurs littéraires font tout simplement partie du champ littéraire4. Certains d’entre eux sont en même temps écrivain, critique, éditeur, etc.

I. Poétique d’écriture et poétique de traduction en contexte diglossique

  • 5 Pour le concept de traducteur naturel, voir Toury (G.), Descriptive Translation Studies and Beyond (...)
  • 6 Nous utilisons le terme « société » dans un sens large pour référer à un État-nation, une région à (...)
  • 7 Meylaerts (R.), op. cit., p. 91-102.

4Le présent article se propose d’étudier les relations entre la poétique d’écriture et de traduction d’auteurs-traducteurs littéraires, travaillant dans des contextes où le champ de traduction n’est pas autonomisé vis-à-vis du champ littéraire. Ces auteurs sont en outre des traducteurs naturels5, c’est-à-dire des bilingues précoces sans formation spécifique de traducteur. Leur compétence traductionnelle est le résultat d’un processus de socialisation qui se situe tôt dans l’enfance. D’aucuns sont nés dans une famille bilingue, d’autres vivent dans une société6 diglossique où leur carrière scolaire se déroule dans une langue autre que la langue maternelle. Le procès de socialisation de ces futurs auteurs-traducteurs naturels à l’intérieur d’une société diglossique comprend également toutes sortes d’expériences linguistiques, littéraires, culturelles, sociales, religieuses, politiques, etc. susceptibles d’orienter (mais de façon variable et variée) leurs attitudes vis-à-vis leurs langues et littératures de travail7.

  • 8 Fasold (R.), The Sociolinguistics of Society, Blackwell, Oxford, 1984.
  • 9 Insistons sur le fait que les termes « dominant » et « minoritaire » ne réfèrent pas au nombre d’u (...)

5Dans ce qui suit, nous tenterons d’analyser les liens possibles entre la poétique d’écriture et de traduction d’un auteur-traducteur naturel vivant et travaillant dans une société diglossique. Plus en particulier, cette société diglossique se caractérise par des conflits sociolinguistiques entre les langues de travail de l’auteur-traducteur. Loin d’être exceptionnel, ce type de conflits fait au contraire souvent partie intégrante des relations linguistiques et littéraires en situation de diglossie. En effet, suite à leur institutionnalisation inégale, les langues et littératures ne coexistent pas sur un pied d’égalité mais entretiennent des relations hiérarchiques, voire conflictuelles dans une société diglossique. Selon la terminologie sociolinguistique bien connue8, la langue dominante est celle des institutions importantes (administration, éducation, justice, armée, vie politique, etc.) tandis que la langue minoritaire en est (plus ou moins) exclue9. Parallèlement, les œuvres littéraires écrites dans la langue dominante ont un statut plus prestigieux que celles publiées en langue minoritaire. Cette institutionnalisation inégale forme souvent la source de tentatives d’émancipation linguistique et culturelle de la part des groupes minoritaires. Il va sans dire que les groupes majoritaires les voient plutôt d’un mauvais œil.

6Dans un tel contexte, tant le choix d’une langue d’écriture par le bilingue que son activité traductionnelle entre les deux langues de la société diglossique prennent sens par rapport au contexte diglossique plus large et notamment par rapport aux relations conflictuelles entre les langues et les littératures. En outre, il est probable que les deux activités d’écrire et de traduire se nourrissent davantage l’une de l’autre dans le cas d’auteurs qui combinent leur carrière littéraire avec des traductions littéraires sans être formés comme traducteur.

  • 10 Le « flamand » était souvent considéré comme un ensemble de dialectes.
  • 11 Pour des exemples de la vie littéraire et politique, voir Meylaerts (R.), L’Aventure flamande de l (...)

7Tel était grosso modo le cas des auteurs-traducteurs belges à la fin du xixe et au début du xxe siècles. Ces auteurs-traducteurs travaillaient à l’intérieur d’une société diglossique où le français était la langue principale de l’administration, du système légal, de l’enseignement, de l’armée, de la justice et de la vie politique tandis que le néerlandais, souvent dédaigneusement appelé « flamand10 », était la langue minoritaire moins institutionnalisée mais parlée par la majorité des Belges. Suite à cette institutionnalisation inégale, certains groupes néerlandophones luttèrent pour l’obtention de droits institutionnels égaux pour les néerlandophones. Cette lutte, menée par le Mouvement flamand et appelée Question linguistique, fut la source de maints conflits entre les deux groupes linguistiques et ne tarda pas à investir les relations littéraires. La littérature flamande était communément vue comme inférieure à celle en français. Par conséquent, pendant leur procès de socialisation les littérateurs étaient confrontés – qui plus qui moins – à diverses manifestations institutionnelles et discursives du prestige et de la supériorité de la langue et littérature françaises11.

8Comment se comprend, dans un tel contexte, le choix du bilingue pour l’une ou l’autre langue littéraire ? Comment se dessinent, dans de telles circonstances, les relations entre écriture et traduction des auteurs-traducteurs naturels ? Dans ce qui suit, nous tenterons d’analyser, en guise d’exemple, la carrière littéraire et traductionnelle de Camille Melloy, Flamand bilingue, écrivain de langue française, traduisant des confrères flamands en français et s’autotraduisant par intermittence en néerlandais.

II. Camille Melloy, auteur-traducteur naturel belge

  • 12 Cité par Vanclooster (S.), « Camille Melloy : een Gezelliaan dicht in het Frans », www.kantl.be/pu (...)

9Camille Melloy naquit à Melle, un village rural en Flandre. Pendant sa vie entière, Melloy n’hésitera pas à se qualifier de « Flamand pur sang » (lettre à Lobet, 10 novembre 1932), appartenant à « une famille purement flamande, dont les origines flamandes peuvent être contrôlées dans le passé jusqu’au xiiie siècle12 ». Né dans une famille modeste d’artisans – son père était cordonnier – la langue maternelle de Camille était le dialecte flamand de sa région. Contrairement aux enfants des milieux aisés, éduqués en français, Camille suivit l’école primaire en néerlandais. C’est là qu’il apprit à lire et écrire en langue standard. Ainsi, jusqu’à l’âge de douze ans, Melloy était monolingue néerlandophone. Pourtant, le désir de mobilité sociale des parents semblait assez prononcé pour envoyer leur cadet à l’école secondaire, non en néerlandais mais en français. Outre des motifs d’émancipation sociale, des raisons religieuses ont sans doute influencé ce choix linguistique. La population flamande étant profondément catholique, l’on optait quasi automatiquement pour une école secondaire catholique aux dépens des établissements non confessionnels de l’État. Or, à l’époque la plupart des écoles secondaires catholiques de qualité en Flandre étaient francophones. Comme tant d’enfants de sa génération, Melloy poursuivit par conséquent le reste de sa carrière littéraire en français, d’abord au collège des pères Joséphites à Geraardsbergen en Flandre, ensuite à l’université de Leuven.

  • 13 Voir Meylaerts (R.), L’Aventure flamande de la Revue belge : langues, littératures et cultures dan (...)

10L’école secondaire francophone rendit l’enfant rapidement bilingue, jetant le fondement d’un transfert linguistique partiel dans sa carrière littéraire et professionnelle ultérieure. En outre, lieu de socialisation de prime importance, l’école transmettait des signes répétés et multiples du prestige de la langue française et inculquait au jeune le canon littéraire français. Ainsi, bien des années plus tard, il confia à un ami qu’il se sentait « formé exclusivement par des livres français » (lettre à Lobet, 2 juin 1935) au point qu’il lui était impossible de lire un livre francophone belge. Une telle position était en fait caractéristique pour les élèves de l’enseignement francophone belge dans sa totalité. Le champ littéraire francophone belge de l’époque étant profondément hétéronome vis-à-vis du champ français, les modèles culturels et littéraires enseignés dans les écoles francophones belges étaient français et non belges. Génération après génération, les élèves des écoles francophones intériorisaient ainsi le prestige de la littérature et culture françaises13. Pour ceux qui ambitionnaient une carrière littéraire, être lus et publiés à Paris constituait le sommet de la réussite littéraire (cf. infra pour la position de Melloy).

  • 14 Vanderpelen-Diagre (C.), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu : la littérature catholique belg (...)

11Jetant ainsi les bases de sa poétique littéraire (cf. plus loin), l’école secondaire influença également les positions melloisiennes vis-à-vis des langues, littératures et cultures à l’intérieur de la société diglossique. Le français, langue de l’école, fut perçu comme la langue scientifique, la langue du savoir tandis que le néerlandais fut proclamé inapte comme langue de l’enseignement supérieur par le cardinal Mercier (cardinal de 1907 à 1926)14. La position inférieure des enfants flamands par rapport aux élèves francophones était en outre accentuée par l’interdiction de parler le néerlandais à l’école. Quiconque transgressait cette règle était puni : il recevait un petit rouleau de papier, appelé le signum linguae, portant son nom comme signe de déshonneur. On devait le garder sur soi jusqu’à ce qu’on puisse prendre quelqu’un d’autre en flagrant délit.

  • 15 Vanclooster (S.), op. cit.

12Propagatrice de la langue dominante en Flandre, l’école francophone était pourtant souvent également un bouillon de culture pour l’émancipation linguistique, culturelle et politique flamande par la présence de prêtres professeurs et élèves d’origine flamande comme Melloy. Le célèbre prêtre poète Guido Gezelle (1830-1899) était avancé comme une des figures de proue de leurs exigences émancipatoires. Bien que Melloy nommât Gezelle à répétition son « maître inconnu15 », il ne monta jamais sur les barricades pour le Mouvement flamand et son admiration pour la littérature flamande était exempte de toute prise de position politique (voir plus loin). Il semble, en d’autres termes, que Melloy opta dès sa jeunesse plutôt pour la culture dominante sans pour autant renier entièrement sa culture d’origine. Il faudra y revenir.

13Après ses études de philologie romane à l’université francophone de Leuven, Melloy fut professeur de français, de grec et de latin dans diverses écoles francophones en Flandre. Dans ses leçons, données en français, il ne manquait pas de prêter attention à la littérature flamande. Son cours intitulé « La technique littéraire par l’exemple » traitait des textes de Gezelle, Timmermans et Streuvels, un choix didactique insolite à l’époque. A partir de 1934, il enseigna même un cours de littérature néerlandaise. « A mes leçons de français, de grec et de latin, j’ajouterai cette année le cours de néerlandais en rhétorique. Je me suis présenté pour [sic] le donner, n’ayant pas d’amateurs. Moi, je l’aimerai » (lettre à Lobet, 28 août 1934).

14La réticence vis-à-vis du néerlandais que Melloy perçut chez ses collègues (« n’ayant pas d’amateurs ») contraste avec son amour autoproclamé pour la langue et la littérature de Vondel (« Moi, je l’aimerai »). N’empêche qu’il qualifia son choix de « coquetterie » quelques semaines plus tard : « Vous ai-je dit que j’enseigne cette année la littérature néerlandaise en rhétorique ? Une coquetterie, ça me plaît. » (lettre à Lobet, 23 septembre 1934 ; l’auteur souligne). Bref, son planning de carrière et son style didactique étaient perçus comme plutôt peu conventionnels à l’époque à cause de leur caractère interculturel. Ainsi, la vie professionnelle de Melloy, tout comme sa carrière scolaire, illustrent le mariage difficile entre la culture d’origine et la culture d’adoption d’un bilingue dans une société diglossique. Regardons maintenant comment ces relations sensibles se manifestent dans la carrière littéraire et dans la poétique d’écriture et de traduction melloisiennes.

15Quelque trois ans après ses débuts comme professeur, Melloy écrivit ses premiers poèmes en néerlandais et en français au front pendant la première guerre mondiale. Malgré ces débuts bilingues et malgré la réputation du front comme un foyer de sympathies et d’exigences flamandes, Melloy opta rapidement pour le français, la langue de sa formation. Ses débuts, Le Beau Réveil, parurent en 1922 en France (Tours) et signifièrent le point de départ d’une carrière réussie, également en France. Le livre développa les idées melloisiennes sur le Renouveau catholique et fut largement lu et commenté dans les écoles secondaires catholiques de l’entre-deux-guerres. En 1923, sa première collection de poèmes vit le jour, presque annuellement suivie par un nouvel album jusqu’à sa mort en 1941. Plusieurs volumes furent couronnés, aussi en France. Ainsi, en 1934, Enfants de la terre reçut le prix Edgar Poe, un prix français pour un poète francophone de nationalité non française. Ce prix provoqua bon nombre d’échos, également dans la presse flamande où certains critiques regrettaient ouvertement le transfert linguistique du poète (voir également plus loin). Vers la fin de sa carrière Melloy publia nombre de livres de jeunesse qu’il autotraduisit parfois en néerlandais. Pourtant, il fut quasi exclusivement connu et reconnu comme poète francophone : ses autotraductions sont curieusement passées sous silence tant par lui-même que par la critique néerlandophone et francophone.

  • 16 Les Cinq, « Personnalités et Personnages. M. Camille Melloy », in La Revue générale, novembre 1936, (...)

16Or, nous l’avons déjà dit, le choix d’une langue littéraire par le bilingue à l’intérieur d’une société diglossique risque d’éveiller maintes susceptibilités linguistiques et littéraires. Sa préférence pour le français, il fallait s’y attendre, était applaudie par ses confrères francophones : « En une heure décisive il a choisi d’écrire en français pour traduire les émotions de l’âme. [...] La transposition s’est faite sans effort. C’est une absurdité de réclamer pour une race et pour un milieu la prédestination à ne s’exprimer que dans une langue. Melloy d’ailleurs a conçu et réalisé aussi des œuvres en flamand. Mais le fait est là : c’est en français qu’il a trouvé son expression définitive16. »

17Par contre, elle se voyait tantôt déplorée tantôt ouvertement critiquée du côté flamand :

  • 17 L.D., « Boekbespreking. Camille Melloy : Le Parfum de Buis. Poèmes. Editions de la Revue des Poète (...)

Jammer dat onze landgenoot, die zoo fijngevoelig het Vlaamsche land bezingt, waar zijne bakermat stond, de Vlaamsche taal niet gebruikt om zijne dichterziel uit te zingen ! Zijne kunst zou er heel waarschijnlijk in innigheid en diepte aan winnen.
[Dommage que notre compatriote, qui chante si délicatement le pays flamand où se trouva son berceau, n’emploie pas la langue flamande pour chanter son âme poétique ! Son art gagnerait très probablement en intimité et profondeur17.]

  • 18 Pauw (D.O.P.), « Camille Melloy », Boekengids, no 7, 1934, p. 246. Je traduis du néerlandais.

Rechtvaardigheidshalve moet bekend dat hij, kind van een Vlaamsche moeder, schreef in een vreemde taal, – op ’t kollege aangeleerd ! – die hij overigens hanteert als een geboren Fransman. Daar ligt iets tragisch in dat geval. De dichter zelf lijdt er onder – even als wij – maar die wonde willen we niet opnieuw doen bloeden.
[Par souci d’équité il faut admettre que lui, enfant d’une mère flamande, écrivait dans une langue étrangère, – apprise au collège ! – qu’il manie d’ailleurs comme un Français de naissance. Il y a quelque chose de tragique dans son cas. Le poète en souffre lui-même – tout comme nous – mais nous ne voulons pas raviver cette blessure18.]

  • 19 H.B., « Camille Melloy. Van een Vlaamschen pater die den Franschen Edgar Poe-Prijs voor poëzie won (...)

18Interviewé pour le journal flamand De Standaard, Melloy y tenta de justifier sa prédilection précoce pour le français en l’imputant aux Flamands eux-mêmes. Ceux-ci ne l’auraient jamais encouragé à écrire en néerlandais tandis que ses confrères francophones n’auraient pas tardé à lui témoigner leurs marques de sympathie et de support. D’où la question rhétorique : « Ten slotte, alles goed beschouwd, kiest de dichter wel zijn taal ? » [Après tout, tout bien considéré, est-ce que le poète choisit vraiment sa langue ?19]. Cette autovictimisation lui permit de laisser ouvert, dans la même interview, un retour possible vers le flamand comme langue d’écriture, soit un retour vers ses origines flamandes :

  • 20 Ibidem, p. 4. Je traduis du néerlandais.

Het is niet onmogelijk dat ikzelf een dezer dagen mij aan het schrijven zet in het Vlaamsch... Onlangs heb ik een vlaamsch gedicht geschreven bij gelegenheid van de inwijding van een Calvarie hier in den tuin.
[Il n’est pas impossible que je me mette à écrire en flamand un de ces jours... L’autre jour j’écrivis un poème flamand à l’occasion de l’inauguration du Chemin de la Croix ici dans le jardin20.]

19L’hypothèse du retour vers la langue maternelle, émise face à un lectorat flamand, illustre les sentiments de culpabilité et de loyauté linguistique melloisiens vis-à-vis de sa langue et culture d’origine. Pourtant, Melloy ne retournera jamais au flamand, sauf pour autotraduire certains de ses livres d’enfants. Nous l’avons déjà dit, ces autotraductions étaient passées sous silence tant par lui-même que par les critiques littéraires néerlandophones et francophones. Peut-être le statut moins prestigieux de la littérature de jeunesse a contribué à leur relative invisibilité.

20Dans sa correspondance privée adressée à des collègues ou amis francophones, ses vues concernant le choix d’une langue littéraire étaient pourtant légèrement différentes. Melloy y posait sans détour qu’il se sentait plus à l’aise en français parce que c’était la langue de ses études : il considérait son éducation et sa culture comme entièrement françaises (cf. plus haut). Par contre, dans certaines lettres en néerlandais adressées aux auteurs flamands qu’il traduisit en français, il s’excusa pour ses mauvaises tournures néerlandaises et s’appelait un Flamand débauché à cause de sa préférence pour le français comme langue d’écriture :

Nu ge weer eens ’n zaakvollen brief hebt geschreven, voel ik een jeukte om er op te antwoorden. (Soit dit une fois pour toutes, ge vergeeft me mijn onechte wendingen hé ?) Ik ben immers maar een verloopen Vlaming en hanteer maar flink de fransche taal. (Lettre à Stijn Streuvels, 4 février 1937)
[Maintenant que tu as de nouveau écrit une lettre d’expert, je sens démangeaison [sic] d’y répondre. (Soit dit une fois et pour toutes, tu me pardonnes mes tours forcés, non ?) Je ne suis en effet qu’un Flamand débauché et n’emploie que courageusement la langue française.]

  • 21 Melloy (C.), L’Offrande filiale, Bloud & Gay, Paris, 1931, p. 43.

21Cette autoreprésentation rappelle les sentiments de culpabilité et de loyauté linguistique vis-à-vis de la langue maternelle déjà évoqués. Qui plus est, dans son album Offrande filiale, dédié à sa mère, Melloy alla jusqu’à présenter un témoignage public de l’aliénation provoquée par le transfert linguistique, sa propre mère étant incapable de lire ses œuvres. « Je lui [sa mère] procurais des livres flamands savoureux et édifiants à la fois, dont elle lisait chaque dimanche un chapitre. Je lui offrais aussi les miens, en rougissant. Une fois elle m’a dit : " C’est dommage qu’ils soient écrits en français : je voudrais tant les comprendre !" Mon cœur en a longtemps pleuré. A cause d’elle, pour elle j’eusse voulu être un écrivain flamand21 ».

22Bref, le choix d’une langue d’écriture rend tangible le dilemme dont peut souffrir le bilingue dans une société diglossique traversée par des relations conflictuelles entre la culture dominante et la culture mineure.

  • 22 Biron (M), La modernité belge. Littérature et société, Labor-Presses de l’université de Montréal, B (...)

23Pourtant, ce dilemme ne semble pas avoir affecté sa poétique d’écriture. Melloy composa en un français très pur, très classique, libre de toute interférence flamande et sans aucun belgicisme. Il s’inscrivait de la sorte dans ce que Michel Biron appelle la « tradition classique totalisante » valorisant « l’universalité de la langue française », défendant « l’autonomie idéalisée de l’art pour l’art et un mélange de patriotisme et de francophilie22 ». Lisons plutôt dans Le Beau Réveil :

  • 23 Melloy (C.), Le Beau Réveil, Cattier, Tours, 1922, p. 213-214.

Vous souvenez-vous, anciens camarades du front, de nos années de garde et d’attente, de nos souffrances physiques et de notre exaltation morale ? Nous avons fait, dans ces boues, les plus beaux rêves du monde. [...] Heureusement, il y a des fidèles. Notre rêve est trop beau pour mourir. Et nous ne pouvons attendre que se soit éteint le feu de notre jeunesse. Or, ce rêve, le voici. Le sacrifice commencé d’une manière sanglante au front, doit se continuer d’une manière non sanglante. Ayant reconquis notre patrie matériellement, par les armes, nous devons la reconquérir moralement, par l’écrit, la parole, les ouvres. Il y a là, pour l’élite surtout, une rude tâche23.

24Cette poétique littéraire se concrétisait également à répétition dans sa correspondance, lorsqu’il évaluait le style de certains confrères. Les déviations de la norme française, le style belge défectueux apparemment partagé par la plupart des écrivains compatriotes, étaient ouvertement et sévèrement condamnés et implicitement opposés au style personnel, correct, français. « J’ai lu Le Cadavre ds [sic] le Silo : un bon roman policier [...]. Mais j’ai relevé un belgicisme : "Pas d’avance..." pour dire : Inutile ! » (lettre à Kervyn, 18 octobre 1934). Ou encore : « Et puis, un grand bravo pour l’écriture. C’est bien écrit, et ça, pour moi, c’est énorme. Les Belges écrivent si mal. » (lettre à Kervyn, 19 décembre 1934). Ainsi, au niveau de sa poétique d’écriture, Melloy semble jouer entièrement la carte française. C’est dire qu’il suivait les normes qui lui étaient inculquées depuis sa socialisation scolaire. Il importe de noter que cette poétique, consciente ou inconsciente, lui permettait de se frayer une place à Paris, lieu de consécration qui resta fermé à tant d’autres confrères.

  • 24 Timmermans, Triptyque de Noël (1931), Timmermans, La Harpe de Saint François (1935), Streuvels, L’ (...)

25Parallèlement à sa carrière de poète francophone, Melloy était actif comme traducteur de littérature flamande en français et comme autotraducteur de sa littérature de jeunesse. Son origine flamande, son bilinguisme précoce, ses sentiments de culpabilité vis-à-vis de son transfert linguistique dans sa carrière littéraire et professionnelle comptent parmi les multiples facteurs qui peuvent avoir contribué à sa volonté de traduire sa culture maternelle pour la culture dominante. En tant que traducteur il était un intermédiaire entre les littératures et cultures de la société diglossique dont il faisait partie et face auxquelles il continuait à se négocier une place. Melloy commença à traduire en 1931, soit neuf ans après ses débuts littéraires, et poursuivit ses activités de traduction jusqu’à sa mort en 1941. A côté de traductions parues dans des périodiques, neuf volumes étaient publiés. Ils appartenaient tous au genre régionaliste24.

26Pas formé comme un traducteur professionnel Melloy ne se qualifiait pas de traducteur mais d’écrivain et de professeur. En d’autres mots, traduire constituait une occupation secondaire pour lui. Ainsi, dans sa correspondance privée il ne se référait jamais à ses autotraductions et faisait d’habitude complètement abstraction de ses traductions de prose flamande, même face aux écrivains flamands qu’il avait traduits auparavant :

Nu ik maak het hier best. Weinig en rustig werk in mijn oude abdij, veel tijd voor wandelingen en schrijf – of dichtkunst. Een goeie oplossing. Ik kon onmogelijk schrijver én leeraar blijven – dat was te veel ! (lettre à Stijn Streuvels, 20 mars 1939 ; je souligne).
[En fait je me plais ici. Peu de travail et du travail tranquille dans mon ancienne abbaye, beaucoup de temps pour des promenades et pour la littérature et la poésie. Une bonne solution. Il m’était impossible de rester écrivain et professeur – cela était trop !] (je traduis et je souligne).

27Si celles-ci sont mentionnées, c’est pour annoncer par exemple qu’elles seront dorénavant boudées : « Personnellement, je n’attache pas d’importance à ma traduction, et, à partir de mon prochain bouquin, elle ne figurera même plus dans la liste de mes ouvrages » (lettre à Kervyn, 27 janvier 1932).

  • 25 Il s’agit probablement des quatre traductions que Rex publia en 1931 : Timmermans, Felix. 1931. Tr (...)

28A la base d’un tel désaveu se trouvait son désenchantement face à l’impuissance du traducteur vis-à-vis de l’éditeur. A l’insu des traducteurs Melloy et Kervyn, Léon Degrelle, l’éditeur de Rex, avait apparemment coupé dans des traductions qui ne mentionnaient même pas leurs noms de traducteur sur les couvertures respectives25. « Toutes ces omissions proviennent de ce que notre nom ne figure pas sur les couvertures : nous aurions pu – et dû – exiger qu’il y figurât. » (lettre à Kervyn, 27 janvier 1932).

29Par contre, dans ses relations avec le public flamand, Melloy avait tendance à accentuer ses activités de traduction et ses liens d’amitié avec les écrivains flamands. Elles valaient comme autant de signes de sa fidélité à ses origines flamandes et de sa volonté d’être considéré comme un « vrai » Flamand :

  • 26 H. B., « Camille Melloy. Van een Vlaamschen pater die den Franschen Edgar Poe-Prijs voor poëzie wo (...)

Na den oorlog heb ik den schrijver van "Pallieter" leeren kennen. Ik houd zeer veel van hem. Ik vertaalde zijn "Driekoningentryptiek", verschenen in 1931 bij Rex (Leuven) onder den titel "Triptyque de Noël" en ben nu ook klaar met de vertaling van "De Harp van St. Franciscus". Van zijn kant illustreerde de Fé mijn "Louange des saints populaires" en "Triptyque de Noël".
[Après la guerre j’ai fait la connaissance de l’auteur de « Pallieter ». Je l’aime beaucoup. J’ai traduit son « Driekoningentriptiek », paru en 1931 chez Rex (Louvain) sous le titre « Triptyque de Noël » et ai fini maintenant aussi la traduction du « Harp van St. Franciscus ». De son côté le Fé a illustré mon « Louange des saints populaires » et « Triptyque de Noël »26.]

  • 27 Vanderpelen-Diagre (C.), op. cit.

30Pour Melloy l’acte de traduire était proche de, mais quelque peu soumis à, l’acte d’écrire. Il considérait la traduction comme un exercice de style pour développer ou entretenir son style littéraire. « J’ai traduit un choix de nouvelles de Timmermans, pour me refaire la main » (lettre à Kervyn, 31 juillet 1940) fit-il savoir à son ami traducteur Roger Kervyn en 1940, peu de temps avant sa mort. Comme l’on pouvait s’y attendre, suite à sa socialisation précoce et profonde par l’école francophone et vu le fait qu’il se sentait entièrement formé par des livres français, sa poétique traductionnelle se nourrissait fortement de sa poétique littéraire. Melloy traduisait en un style français correct, pur, classique. Un style vulgaire était le pire des péchés pour lui27. Dans ses traductions de prose flamande sa poétique traductionnelle s’illustre surtout par des options traductionnelles au niveau de la syntaxe, des dialectes et des registres de langue. Les auteurs régionalistes flamands traduits par Melloy incarnaient une certaine valeur programmatique particulariste aux yeux de leurs lecteurs flamands. Ils étaient appréciés à l’époque pour leur non-conformisme stylistique, visant à un « effet de réel », entre autres dans le discours rapporté. Ainsi ils désiraient donner la parole au « peuple » pour lequel ils écrivaient. A cet effet, ils se sentaient libres d’aller et de venir entre les dialectes, les variantes régionales, le néerlandais standard. De même, ils prenaient des libertés syntaxiques et mélangeaient, sans signes typographiques conventionnels, le discours direct, indirect et indirect libre pour imiter la façon populaire, orale de raconter une histoire. Melloy, bien qu’originaire du même milieu que celui décrit par les nouvelles et partageant ses origines avec celles des auteurs flamands qu’il traduisait, rendait les dialectes, les variantes régionales et les registres oraux par le français standard. Il optait en outre pour des phrases françaises bien équilibrées, classiques, conformes aux normes syntaxiques françaises. Prenons quelques exemples de L’Enfant de Noël (1935), sa traduction française du Kerstekind de Stijn Streuvels :

  • 28 Streuvels (S.), Het Kerstekind, J. Lannoo, Tielt, 1920, p. 1.

Al op eenen nacht lag de wereld witgesneeuwd. Bij het aanbreken van den morgen waren de landen toegedekt, zoodat nergens een looverken groen, of een tikkelingsken kleur meer te zien en was – zoover oogen dragen konden, was het al één witte evenheid28.

  • 29 Streuvels (S.), L’Enfant de Noël, Desclée De Brouwer, Paris, 1935, p. 1.

En une seule nuit, l’enchantement s’était accompli, et le monde apparaissait : blanc de neige. A l’aube les champs étaient déjà à ce point recouverts que nulle part ne se montrait plus un brin de verdure ou une moucheture de couleur. A perte de vue s’étendait l’uniformité blanche29.

  • 30 Streuvels (S.), Het Kerstekind, op. cit., p. 22.

Pierke wilde maar al gauw een slierbaantje aanleggen, hier in ’t wegeltje van den lochting30.

  • 31 Streuvels (S.), L’Enfant de Noël, op. cit., p. 18.

Pierrot eût voulu tout de suite préparer une glissoire, ici même, sur le sentier du potager31.

31Ainsi se gommaient le caractère populaire, pittoresque et la couleur locale des textes flamands. Les traductions françaises de Melloy étaient des textes plus littéraires, entièrement dans la ligne de sa poétique d’écriture. Comparant sa poétique traductionnelle avec celle de son ami traducteur Roger Kervyn, Melloy lui écrivit : « Votre "manière" diffère assez de la mienne. Vous attrapez mieux le ton populaire. » (lettre à Kervyn, 1932). Son admiration pour la langue française, inculquée à l’école, était apparemment trop grande pour faire de même. En outre, ce style moins populaire, plus littéraire était fort apprécié par les auteurs flamands. Streuvels, communément considéré comme l’écrivain flamand le plus important de sa génération et ami proche de Melloy, trouvait la traduction française du Kerstekind par Melloy excellente. « Heden morgen stuurde ik U de vertaling van Kerstekind terug ; — Die vind ik uitstekend. » (lettre de Streuvels à Melloy, 20 juillet 1935). [Ce matin je vous renvoyais la traduction du Kerstekind ; — Je la trouve excellente.] (je traduis du néerlandais).

  • 32 Voir également Meylaerts (R.), L’Aventure flamande de la Revue belge : langues, littératures et cu (...)
  • 33 Contrairement à Melloy, Kervyn n’était pas néerlandophone d’origine et ne souffrait donc pas des s (...)

32De même, son ami Felix Timmermans, autre auteur de renom à l’époque, pensait que les traductions par Melloy valaient l’original et l’en félicitait. Et Melloy de répéter ces félicitations dans une lettre à Kervyn : « Dàt is vertalen ! dit-il [Timmermans] ; il prétend que mon texte vaut l’original » (lettre à Kervyn, 8 juillet 1941). En général en effet, les auteurs flamands s’opposaient à des traductions françaises popularisantes parce qu’elles accentuaient leur position d’infériorité aux yeux des lecteurs francophones32. Ainsi il semble que dans sa poétique traductionnelle, Melloy réussit à trouver le mariage difficile entre sa culture d’origine et sa culture d’adoption. Dans ses traductions flamandes, ce bilingue auteur-traducteur naturel arriva à tirer avantage de sa position interculturelle, autrement conflictuelle, pour s’assurer de la bienveillance des collègues et du public flamands. Le lectorat francophone, par contre, préférait les traductions popularisantes de son ami Kervyn33.

Conclusion

33La carrière littéraire et traductionnelle de Camille Melloy, Flamand bilingue, écrivain de langue française, traduisant des confrères flamands en français et s’autotraduisant par intermittence en néerlandais, illustre les relations complexes entre la poétique d’écriture et de traduction des bilingues, auteurs-traducteurs naturels en contexte diglossique. Dans la personne de l’auteur-traducteur naturel, intermédiairené, à première vue heureux, entre les littératures et cultures de la société diglossique, se cristallisent les relations, voire les conflits intérieurs et extérieurs, entre écrire et traduire, entre écriture bilingue et autotraduction, entre poétique d’écriture et de traduction. Loin d’être des activités distinctes, écrire et traduire se développent dans un continuum de pratiques et de perceptions (inter) culturelles dont les sociétés diglossiques ne constituent qu’un cas parmi d’autres. Des recherches ultérieures concernant les relations entre poétique d’écriture et poétique de traduction d’autres auteurs-traducteurs, naturels et non naturels, travaillant en contexte diglossique et non diglossique, seront nécessaires pour comprendre davantage cet univers intrigant de pratiques littéraires.

Bibliographie

Bibliographie

Biron (M.), La modernité belge. Littérature et société, Labor-Presses de l’université de Montréal, Bruxelles-Québec, 1994, 425 p.

Bourdieu (P.), Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Seuil, Paris, 1992, 480 p.

Correspondance Camille Melloy-Marcel Lobet, 1932-1941, conservée aux Archives et musée de la littérature, Bruxelles, ML3168.

Correspondance Camille Melloy-Roger Kervyn de Marcke ten Driessche, 1932-1941, conservée aux Archives et musée de la littérature, Bruxelles, ML3577.

Correspondance Camille Melloy-Stijn Streuvels, 1934-1941, conservée aux Archief en Museum voor het Vlaams Cultuurleven, Anvers, S935.

Fasold (R.), The Sociolinguistics of Society, Blackwell, Oxford, 1984, 335 p.

H.B., « Camille Melloy. Van een Vlaamschen pater die den Franschen Edgar Poe-Prijs voor poëzie won », in De Standaard, 9 juin 1934, p. 4.

L.D., « Boekbespreking. Camille Melloy : Le Parfum de Buis. Poèmes. Editions de la Revue des Poètes. Librairie Académique, Perrin et Cie. Paris, 12 fr. », in Dietsche Warande en Belfort, januari 1930, p. 90-91.

Les Cinq, « Personnalités et Personnages. M. Camille Melloy », in La Revue générale, novembre 1936, p. 511-512.

Melloy (C.), L’Offrande filiale, Bloud & Gay, Paris, 1931, 210 p.

Melloy (C.), Le Beau Réveil, Cattier, Tours, 1922, 247 p.

Meylaerts (R.), L’Aventure flamande de la Revue belge : langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres, P.I.E.-Peter Lang-Archives et musée de la littérature, Bruxelles, 2004, 399 p.

Meylaerts (R.), « Translators and (their) norms : towards a sociological

construction of the Individual », in Beyond Descriptive Translation Studies. Investigations in Homage to Gideon Toury, sous la dir. de M. Shlesinger, D. Simeoni et A. Pym, John Benjamins, Amsterdam-Philadelphia, 2008, p. 91-102.

Pauw (D.O.P.), « Camille Melloy », in Boekengids, no 7, 1934, p. 246-253.

Sela-Sheffy (R.), « How to be a (recognized) translator : Rethinking habitus, norms, and the field of translation », in Target, 17 :1, 2005, p. 1-26.

Streuvels (S.), Het Kerstekind, J. Lannoo, Tielt, 1920, 93 p.

Streuvels (S.), L’Enfant de Noël, Desclée-De Brouwer, Paris, 1935, 84 p.

Toury (G.), Descriptive Translation Studies and Beyond, John Benjamins, Amsterdam-Philadelphia, 1995, 311 p.

Vanclooster (S.), « Camille Melloy : een Gezelliaan dicht in het Frans », www.kantl.be/pub/2001/melloy.htm, 2001, consulté le 2 février 2009.

Vanderpelen-Diagre (C.), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu : la littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Complexe, Bruxelles, 2004, 318 p.

Notes

1 Baudelaire traducteur de Poe, pour ne citer qu’un exemple.

2 Bourdieu (P.), Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Seuil, Paris, 1992.

3 Voir, pour une discussion plus élaborée, Meylaerts (R.), « Translators and (their) norms : towards a Sociological construction of the Individual », in Beyond Descriptive Translation Studies. Investigations in homage to Gideon Toury, sous la dir. de M. Shlesinger, D. Simeoni et A. Pym, John Benjamins, Amsterdam - Philadelphia, 2008.

4 Voir, à titre d’exemple les observations de Sela-Sheffy (R.), « How to be a (recognized) translator : Rethinking habitus, norms, and the field of translation », Target, 17 :1, 2005.

5 Pour le concept de traducteur naturel, voir Toury (G.), Descriptive Translation Studies and Beyond, John Benjamins, Amsterdam-Philadelphia, 1995, p. 241.

6 Nous utilisons le terme « société » dans un sens large pour référer à un État-nation, une région à l’intérieur d’un État, une ville, etc.

7 Meylaerts (R.), op. cit., p. 91-102.

8 Fasold (R.), The Sociolinguistics of Society, Blackwell, Oxford, 1984.

9 Insistons sur le fait que les termes « dominant » et « minoritaire » ne réfèrent pas au nombre d’utilisateurs de ces langues mais à leur degré d’institutionnalisation respectif. Ce dernier n’est d’ailleurs pas fixe mais dynamique.

10 Le « flamand » était souvent considéré comme un ensemble de dialectes.

11 Pour des exemples de la vie littéraire et politique, voir Meylaerts (R.), L’Aventure flamande de la Revue belge : langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres, P.I.E.-Peter Lang-Archives et musée de la littérature, Bruxelles, 2004, et Meylaerts (R.), « Translators and (their) norms : towards a sociological construction of the Individual », in op. cit.

12 Cité par Vanclooster (S.), « Camille Melloy : een Gezelliaan dicht in het Frans », www.kantl.be/pub/2001/melloy.htm, 2001, consulté le 2 février 2009.

13 Voir Meylaerts (R.), L’Aventure flamande de la Revue belge : langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres, P.I.E.-Peter Lang-Archives et musée de la littérature, Bruxelles, 2004.

14 Vanderpelen-Diagre (C.), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu : la littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Complexe, Bruxelles, 2004.

15 Vanclooster (S.), op. cit.

16 Les Cinq, « Personnalités et Personnages. M. Camille Melloy », in La Revue générale, novembre 1936, p. 511.

17 L.D., « Boekbespreking. Camille Melloy : Le Parfum de Buis. Poèmes. Editions de la Revue des Poètes. Librairie Académique, Perrin et Cie. Paris, 12 fr. », Dietsche Warande en Belfort, januari 1930, p. 90-91. Je traduis du néerlandais.

18 Pauw (D.O.P.), « Camille Melloy », Boekengids, no 7, 1934, p. 246. Je traduis du néerlandais.

19 H.B., « Camille Melloy. Van een Vlaamschen pater die den Franschen Edgar Poe-Prijs voor poëzie won », De Standaard, 9 juin 1934, p. 4. Je traduis du néerlandais.

20 Ibidem, p. 4. Je traduis du néerlandais.

21 Melloy (C.), L’Offrande filiale, Bloud & Gay, Paris, 1931, p. 43.

22 Biron (M), La modernité belge. Littérature et société, Labor-Presses de l’université de Montréal, Bruxelles-Québec, 1994, p. 208.

23 Melloy (C.), Le Beau Réveil, Cattier, Tours, 1922, p. 213-214.

24 Timmermans, Triptyque de Noël (1931), Timmermans, La Harpe de Saint François (1935), Streuvels, L’Enfant de Noël (1935), Streuvels, Contes à Poucette (1935), Waegemans & Matthys, La perle merveilleuse ; féerie en un prologue et trois actes (1935), Van Zeggelen, Les débuts d’Arlequin (1937), De Man, Maria et son charpentier (1941), Van der Heeren, L’Apocalypse (1941), Legrand, Mon Carême (1941).

25 Il s’agit probablement des quatre traductions que Rex publia en 1931 : Timmermans, Felix. 1931. Triptyque de Noël. Trad. du flamand par Camille Melloy ; Timmermans, Felix. 1931. Les très belles heures de Mlle Symphorose, béguine. Trad. du flamand par Roger Kervyn de Marcke ten Driessche ; Claes, Ernest. 1931. Le Réveillon du Gueux. Wannes Raps. Trad. du flamand par Roger Kervyn de Marcke ten Driessche ; Walschap, Gerard. 1931. Un vaincu de la vie. Teugels Gust. Trad. du flamand par Roger Kervyn de Marcke ten Driessche.

26 H. B., « Camille Melloy. Van een Vlaamschen pater die den Franschen Edgar Poe-Prijs voor poëzie won », op. cit., p. 4. Je traduis du néerlandais.

27 Vanderpelen-Diagre (C.), op. cit.

28 Streuvels (S.), Het Kerstekind, J. Lannoo, Tielt, 1920, p. 1.

29 Streuvels (S.), L’Enfant de Noël, Desclée De Brouwer, Paris, 1935, p. 1.

30 Streuvels (S.), Het Kerstekind, op. cit., p. 22.

31 Streuvels (S.), L’Enfant de Noël, op. cit., p. 18.

32 Voir également Meylaerts (R.), L’Aventure flamande de la Revue belge : langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres, op. cit.

33 Contrairement à Melloy, Kervyn n’était pas néerlandophone d’origine et ne souffrait donc pas des sentiments de culpabilité et de loyauté linguistique comme ce fut le cas pour Melloy. Pour de plus amples informations, l’on se référera à Meylaerts (R.), op. cit.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search