Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1884 : Un tournant politique en Belgique

 | 
Emiel Lamberts
, 
Jacques Lory

Léopold II et le cabinet Malou (juin-octobre 1884)

Leopold II en het kabinet-Malou (juni-oktober 1884)

Jean Stengers

Résumé

Het ontslag dat door Leopold II aan twee ministers, Jacobs en Woeste, werd verleend, had het collectief ontslag van de regering-Malou tot gevolg. Het was één van de belangrijkste initiatieven door een Belgische vorst genomen in de 19e eeuw.
De houding van de koning ten opzichte van zijn regering in oktober 1884 en in de voorafgaande maanden, roept drie soorten vragen op:
1° Wat hield het optreden van de koning (juist) in?
2° Welke uitgesproken redenen zijn er geweest voor deze handelwijze, of - bij gebrek aan duidelijk uitgesproken motieven - welke schijnen uit de gebeurtenissen naar voor te komen?
3° Waren deze uitgesproken of schijnbare motieven ook de werkelijke drijfveren van de koning? Of moet men voor zijn handelwijze een verborgen motief zoeken?
Punt 1: De inspanningen van Leopold II waren erop gericht om van de regering inzake de herziening van de wetgeving voor het lager onderwijs een gematigde en verzoenende opstelling te bekomen die de instemming zou kunnen wegdragen van een aantal liberalen. Vanuit zijn optiek heeft de koning zeker gemeend geen noemenswaardige resultaten te hebben bereikt. De gemeenteraadsverkiezingen deden hem besluiten dat een personeelswijziging noodzakelijk was: het ontslag van Woeste en Jacobs.
Punt 2: De koning achtte het onmogelijk om het land in alle rust te besturen wanneer de ganse liberale opinie zich tegen hem keerde. Dit was de blijkbare - en zelfs uitgesproken - motivatie. Na de liberale overwinning in de gemeenteraadsverkiezingen werd hem duidelijk gemaakt dat het ontslag van de twee meest geëngageerde ministers het enige middel was om de gemoederen te bedaren. De katholieke versie was dat de koning beducht was voor de liberalen.
Punt 3: Bepaalde historici, en recent nog L. Wils, brengen de factor Kongo naar voor in de bespreking van het optreden van Leopold II. Ze vragen zich af of de koning de liberalen niet vooral wilde ontzien om in de toekomst hun hulp te verkrijgen in de kwestie-Kongo. De koning wist immers dat hij een twee derde meerderheid in het parlement nodig had, wanneer hij de toelating zou vragen om soeverein te worden van de Onafhankelijke Kongostaat. Deze these blijkt na onderzoek echter ongegrond. Leopold II heeft in 1884 geen geheim spel gespeeld: de motieven die hij naar voor bracht waren inderdaad diegene die zijn handelen bepaalden.

Texte intégral

1Le renvoi par le Roi de deux ministres, Woeste et Jacobs, entraînant la démission collective du gouvernement, a constitué une des initiatives majeures qu'ait prises un Souverain belge au XIXe siècle. Cette initiative spectaculaire, succédant au non moins spectaculaire renvoi du cabinet d'Anethan en 1871, a contribué à donner au rôle de la monarchie en Belgique un relief particulier : il n'y a pas d'initiative semblable que l'on puisse mettre à l'actif de la Couronne anglaise à la même époque.

2Les faits méritent donc d'être examinés de près. Ils doivent bien entendu être replacés dans l'ensemble des rapports entre le Roi et le cabinet Malou, durant la courte existence de quatre mois de ce dernier.

3L'attitude de Léopold II à l'égard de son gouvernement pose trois ordres de problèmes :

  1. Quelle a été l'action du Roi ?
  2. Quels ont été les motifs affichés de cette action ou, à défaut de motifs affichés, ceux qui ressortent au moins de l'apparence des choses ?
  3. Les mobiles affichés ou apparents ont-ils été les mobiles réels du Souverain, ou faut-il chercher à sa politique un soubassement caché ?
  • 1 Revue Générale, 25 décembre 1919, p. 927-952. Publié aussi en brochure, Bruxelles, 1920, p. 26. Je (...)

4Notre source essentielle, pour tenter de répondre à ces questions, est la correspondance échangée entre le Roi et le chef du cabinet, ou entre le chef du cabinet et des membres de l'entourage royal. Les éléments majeurs de cette correspondance ont été publies dès 1919 par le baron de Trannoy dans un article qui reste un article de base : Léopold II et Jules Malou en 18841. Mais des pièces nouvelles sont maintenant accessibles, à la fois dans les Papiers Malou, aux Archives Générales du Royaume, et dans les Archives royales. On trouve d'autre part dans les Papiers Frère-Orban des documents neufs qui éclairent les rapports du Roi avec des hommes politiques de gauche. Quelques autres documents que nous citerons au cours de notre exposé ne font que compléter ces séries de base.

  • 2 Archives Générales du Royaume (abrégé désormais en A.G.R.), Papiers Jules Malou, no 35 ; DE TRANNO (...)
  • 3 DE TRANNOY, p. 2-3.
  • 4 Archives des Palais Royaux (abrégé désormais en A.P.R.), Cabinet du Roi Léopold II, dossier Malou (...)
  • 5 A.P.R., fonds cité (minute) ; DE TRANNOY, p. 7-8.
  • 6 A.P.R., fonds cité.
  • 7 Ibid. ; DE TRANNOY, p. 13-14.

5L'action du Roi tout d'abord, durant ces quatre mois. Elle touche à divers domaines, dont le domaine militaire - à quelle époque le Roi ne s'en est-il d'ailleurs pas occupé ?-, mais elle se concentre surtout sur le problème de l'heure le plus aigu : la réforme de la législation sur l'enseignement primaire. Les conseils du Roi à Malou, plusieurs semaines durant, vont se répéter, avec force : faites une loi modérée, une loi "nationale", une loi qui puisse rallier un certain nombre de libéraux. C'est une véritable litanie. 13 juin 1884 : "Agissez aussi simplement que possible", opérez une "modification raisonnable"2. 2 juillet : Faites une "loi vraiment nationale et par conséquent durable"3. 10 août : Faites "une oeuvre vraiment nationale"4. 13 août : Faites "une loi nationale, satisfaisant le parti modéré de vos adversaires"5. 22 août : Vous "devez mettre le gros du public avec vous"6. 24 août : la loi doit avoir le caractère d'une "transaction", "il faut la rendre acceptable"7.

  • 8 WOESTE, Mémoires, t. 1, Bruxelles, 1927, p. 258.
  • 9 A.P.R., Cabinet du Roi Léopold II, no 520 (minute) Réponse de Pirmez au Roi, du 12 août 1884, aux (...)

6Cette recommandation instante se traduit, sur le plan pratique, par une autre recommandation, non moins forte : il faut accepter des amendements au projet de loi qui a été déposé. Déjà au début d'août, le Roi avait insisté sur la nécessité d'un ou deux amendements mineurs, auxquels le cabinet, d'ailleurs, consentira8. Mais ce sont avant tout des amendements venus des rangs libéraux modérés que le Roi voudrait voir accueillis. De tels amendements, le Roi va jusqu'à les susciter lui-même. Le 11 août, il écrit à Eudore Pirmez : "Si vous trouviez le moyen de proposer quelque amendement acceptable par le gouvernement et les libéraux modérés, je vous serai bien reconnaissant de chercher à le faire passer. Vous rendriez un service bien signalé au pays et je me persuade que vous trouveriez de l'appui chez plusieurs des nouveaux députés de Bruxelles (ce sont les indépendants) et quelques députés de la province de Namur et du Limbourg si vous vouliez prendre 1'initiative d'une proposition conciliatrice"9.

  • 10 A.P.R., Cabinet du Roi Léopold II, dossier Malou (minute) ; DE TRANNOY, p. 7-8.
  • 11 A.G.R., Papiers Malou, no 35 ; DE TRANNOY, p. 9-10.
  • 12 A.P.R., Cabinet du Roi Léopold II, dossier Malou.
  • 13 Ibid. ; DE TRANNOY, p. 13-14.

7Mais c'est surtout en se tournant vers Malou que le Roi insiste, et insiste encore. 13 août 1884 : "Acceptez quelques amendements"10. 15 août : "Si vous n'acceptez pas d'amendements de nature à avoir avec vous les membres de la gauche modérée qui ont déjà voté avec vous plusieurs fois, (...) la situation sera aussi précaire que difficile"11. 22 août, une lettre presque pathétique, qui est restée jusqu'à présent inédite : "Il faut absolument accepter, susciter au besoin dans la discussion des articles à la Chambre et au Sénat des amendements (de) gauche très modérés (...). Je vous conjure de faire aux députés de la gauche qui votent parfois avec vous quelque concession importante. De grâce, écoutez-moi et agissez conformément aux recommandations que je ne cesse de vous adresser dans l'intérêt du cabinet et pour le salut public"12. 24 août : "J'estime qu'il est indispensable d'adopter des amendements importants venant de gauche (...). Si la gauche ne présente pas d'amendements, je vous engage de toutes mes forces à voir M. Pirmez, à chercher à vous entendre avec lui et à faire alors vous-même ou par un des indépendants, ou par un des membres de la droite modérée, quelques amendements de nature à détendre la situation"13. 4 septembre : "Je crois qu'il serait bien utile si le cabinet pouvait au Sénat permettre quelque chose comme l'amendement Tesch (un amendement que Tesch avait présenté à la Chambre et qui avait été repoussé). Cela ferait très bon effet sur le gros du public" 14.

  • 14 Minute aux A.G.R., Papiers Malou, no 38 ; original aux A.P.R., fonds cité ; extraits dans DE TRANN (...)
  • 15 Jules Malou à Van Praet, 14 août 1884, A.G.R., Papiers Malou, no 45 (copie), et A.P.R., fonds cité (...)
  • 16 A.G.R., Papiers Malou, no 35 ; extrait dans DE TRANNOY, p. 20
  • 17 Ibid.
  • 18 Jules Malou au Roi, 4 septembre 1884 ; A.P.R., fonds cité. Voir le compte rendu du débat dans Anna (...)
  • 19 Ibid.

8A toutes ces exhortations, Malou répond en suivant une ligne elle aussi invariable. La loi, dit-il, est d'une grande modération. Elle est "à ce point modérée que la plupart de nos amis en sont mécontents" (26 août 1884)14. Notre projet, écrit-il à Van Praet, est "le plus libéral, le plus doux parmi tous ceux que nous pouvions proposer"15. Et il ajoute, dans cette même lettre du16 août 1884 : "Sa Majesté conseille d'admettre des amendements ; mais pour en admettre, il faut qu'on en présente qui soient admissibles". Or, Malou n'en aperçoit pas. Ceux d'Eudore Pirmez ? (car Pirmez, déférant aux désirs de Léopold II, avait présenté des amendements qui, par leur ampleur, constituaient presque un contre-projet de loi). Son système, déclare Malou, est "le plus utopique qu'il soit possible d'imaginer". Et Malou de décrire, avec une malice un peu cruelle, l'accueil qui a été réservé à "notre excellent ami Pirmez" Lorsque le président a demandé si cinq membres au moins appuyaient les amendements, il a fallu renouveler deux fois l'appel pour obtenir ces cinq âmes charitables. C'est pourtant une politesse qui ne se refuse presque jamais"17. Plus tard, il y aura l'amendement Tesch, qui réservait aux Belges par naissance ou par naturalisation l'enseignement dans les écoles communales et les écoles adoptées, amendement que le Roi aurait aimé que le gouvernement, par esprit de conciliation, acceptât. Mais les conditions dans lesquelles Tesch l'avait présenté le rendaient inacceptable. Malou l'explique au Roi : "Il est fort regrettable que mon ami Tesch, au lieu de me dire confidentiellement un mot de son amendement, l'ait jeté comme un brûlot pour faire tout sauter et avec un commentaire aussi injuste qu'injurieux pour toutes les congrégations enseignantes, religieux et religieuses"18. Bara, dans la discussion, avait encore accentué ces attaques en multipliant les exemples d'actes immoraux commis en Belgique par des prêtres étrangers et en parlant de "fumier". Dans ces conditions, souligne Malou, "l'adoption, même pour un millionième, de la proposition de M. Tesch" aurait le caractère d'un "vote de flétrissure en masse de tous les religieux et religieuses qui se dévouent à l'éducation des enfants"19.

  • 20 Ibid.

9Malou, à ce sujet, rapporte au Roi les propos qu'il a tenus à quelques libéraux lors de ce "scandaleux épisode". Il leur a lancé : "Voilà quarante ans que j'entends retentir contre les Jésuites, les Petits frères, les religieux et les religieuses, ces odieuses accusations, et il ne s'ouvre pas un collège de Jésuites, une école de Petits frères ou de soeurs qu'elle ne soit peuplée à l'instant. Les libéraux, la plupart du moins, sont les premiers à y envoyer leurs enfants"20. La notation est à la fois pittoresque et importante.

10Voilà, jusqu'au vote de la loi, en septembre 1884, la première phase, au cours de laquelle on ne peut pas dire que le Roi, face à son gouvernement malgré son insistance, ait obtenu grand chose. Son échec a été presque total.

  • 21 Jules Malou au Roi, 22 octobre 1884 ; A.P.R., fonds cité.

11Passons sur les semaines qui suivent et arrivons-en directement à la date décisive : les élections communales du 19 octobre, qui sont marquées par une victoire éclatante des libéraux dans toute une série de villes à la fois grandes et moyennes. Le 22 octobre, trois jours plus tard, le Roi reçoit Jules Malou, et celui-ci note, sous la dictée du Souverain, le point de vue de ce dernier : "Le Roi estime qu'il est impossible de ne pas tenir grandement compte de l'opinion que le pays vient d'exprimer, et qu'en conséquence certains changements de personnes sont nécessaires ; qu'il faudrait aussi faire quelques adoucissements de la loi scolaire et même des amendement"21. La demande du Roi est donc double : des amendements à la loi scolaire et des "changements de personnes", en clair le départ de Woeste et Jacobs, les deux "athlètes" du cabinet, qui étaient la cible de la plupart des attaques libérales. La première demande n'aura pas à être examinée puisque tout se concentrera sur la démission collective du cabinet, et la formation d'un nouveau gouvernement sous la présidence de Beernaert.

  • 22 WOESTE, Mémoires, t. I, Bruxelles, 1927, p. 302-303.

12A ce nouveau gouvernement, Léopold II va réitérer sa demande : des amendements à la loi scolaire. Le gouvernement Beernaert refusera22.

13Voilà, ramenée à l'essentiel, l'attitude du Roi. Quelle explication en donne-t-il lui-même, ou quelles sont les explications apparentes de sa conduite ?

  • 23 Ibid. ; DE TRANNOY, p. 13-14.
  • 24 A.P.R., fonds cité.

14Pour la loi scolaire, l'explication, telle qu'elle ressort de la correspondance du Roi, est claire : Léopold II considère qu'il n'y a pas moyen de gouverner le pays en paix en dressant violemment contre soi l'ensemble de l'opinion libérale. Deux lettres à Malou, du 22 et du 24 août, sont à cet égard particulièrement caractéristiques. 22 août : "N'oubliez pas que la moitié de la nation est libérale". La majorité, certes, a le droit de légiférer, mais elle a aussi "le devoir de ne pas provoquer de révolution en manquant de sagesse"23. 24 août : "J'estime qu'il est impossible de gouverner en Belgique en soulevant contre soi tous les libéraux, c'est-à-dire la majorité des grandes villes"24.

  • 25 Jules Malou au Roi, 23 août 1884 ; A.G.R., Papiers Malou, no 38 (minute), et A.P.R., fonds cité (o (...)
  • 26 Jules Malou au Roi, 26 août 1884 ; A.G.R., Papiers Matou, no 38 (minute), et A.P.R., fonds cité (o (...)

15Jules Malou se rend compte qu'il y a là, chez le Roi, non pas des formules improvisées un peu vives, mais une pensée fondamentale, et il se donne la peine, par conséquent, de répondre avec vigueur. La moitié de la nation est libérale ? "Il est de la plus palpable évidence que plus des quatre cinquièmes de la population se compose de catholiques, le cinquième restant supplée au nombre par l'audace et par la vigueur des poumons pour crier. Cette minorité veut faire la loi, imposer ses volontés à tout le pays, cela ne sera pas, et cette majorité elle-même ayant la conscience de son droit et de sa force, ne subira pas ce joug. Elle a une majorité légale plus forte que jamais et saura la défendre"25. Les grandes villes ? Dans la Chambre, souligne Malou, le gouvernement catholique a pour lui la majorité des élus des grandes villes. Mais si, en plus, il lui faut avoir pour lui, ou du moins ne pas avoir contre lui les libéraux de ces grandes villes, c'est une condition qui ne sera jamais réalisée. "Toute notre histoire proteste contre cette théorie nouvelle dont la conséquence serait que les catholiques sont exclus à perpétuité du pouvoir. Non, la Belgique est une nation libre et constitutionnelle : la majorité légale est souveraine"26.

  • 27 Il suffit de renvoyer sur ce point au beau recueil de Mme N. LUBELSKI-BERNARD, Léopold II et te ca (...)

16Ce qui frappe, lorsqu'on lit cet échange, est de constater que Léopold II n'en avait jamais eu de semblable avec ses ministres libéraux. Sans doute, de 1878 à 1884, le Roi a-t-il fait de réels efforts, à plus d'une reprise, pour tenter de modérer la politique de son gouvernement, afin qu'il ne heurte pas trop violemment les catholiques27. Mais jamais, s'adressant à Frère-Orban, il ne lui avait dit : On ne peut gouverner ce pays en dressant contre soi l'unanimité de l'opinion catholique. Le Roi disait-il à Malou ce qu'il n'aurait pas osé déclarer à Frère-Orban ? Je ne pense pas que ce soit la personnalité de son interlocuteur qui soit en cause. Ce ne sont même pas sans doute les partis, en tant que tels, qui sont en cause, mais plus probablement - on cherche ici, un peu en tâtonnant, une vraisemblance psychologique - avant tout la structure du pays, telle que la voit Léopold II. Il est à la tête d'un pays qui est en pleine expansion économique, et cette expansion que, de toutes ses forces, il veut favoriser, est l'oeuvre avant tout de la bourgeoisie urbaine, en grande majorité libérale. Les hommes d'affaires, les industriels, les grands commerçants, dans la Belgique de 1884, sont, de manière tout à fait dominante, des libéraux. Ce sont les forces de progrès. Comment gouverner en les soulevant violemment contre soi ? Voilà comment, je pense, on peut - avec une large part d'hypothèse, bien sûr - interpréter l'attitude de Léopold II.

17Les résolutions que le Roi va prendre à la suite des élections communales du 19 octobre appellent deux observations majeures.

  • 28 Alfred Vanden Bulcke à Frère-Orban, 20 octobre 1884 ; A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 112.
  • 29 J. Ortmans-Hauzeur à Frère-Orban, 20 octobre 1884 ; ibid.

181° Il faut bien voir que la situation, au lendemain des élections, était réellement très explosive. Un correspondant bruxellois de Frère-Orban (qui est à ce moment en province) lui mande le 20 octobre : Bruxelles, le soir des élections, était une ville en fête, et il n'y a pas eu de trouble. "Mais ce calme ne pourra se maintenir si le Roi ne fait pas quelque chose. On y compte, on en est sûr ; et si d'ici à quelques jours rien n'est fait, je ne doute pas un instant qu'une véritable révolution n'éclate"28. Un libéral verviétois, le même jour, écrit à Frère-Orban : "Après la puissante condamnation infligée au ministère, ce dernier doit déguerpir au plus tôt, s'il ne veut être honteusement chassé ; son congé lui a été signifié hier de la façon la plus formelle. On attend ici d'heure en heure la nouvelle de sa démission", nouvelle qui seule peut "calmer les esprits très surexcités"29.

  • 30 Jules Bara fut reçu par Léopold II le 22 octobre au début de l'après-midi (cf. sa lettre à Frères (...)
  • 31 Rolin-Jaequemyns à Frère-Orban, 22 octobre 1884 ; A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 112.

192° Le Roi, avant de décider, a pris conseil. Il ne pouvait consulter Frère-Orban, qui était, je viens de le dire, en province. La seule personnalité libérale qu'il ait rencontrée, avant qu'il ne communique ses décisions a Malou le 22 octobre, est Rolin-Jaequemyns (il verra aussi Jules Bara, mais après son entrevue avec Malou)30. Rolin-Jaequemyns, qui avait été le ministre de l'Intérieur du Cabinet Frère-Orban, nous a laissé une relation de cet entretien, qui eut lieu le 21 octobre. J'ai trouvé le Roi, écrit-il, "triste et préoccupé". Rolin-Jaequemyns lui a fait part de ses sentiments, en soulignant qu'il parlait en "son nom tout à fait personnel". "J'ai dit que je voyais dans les élections de dimanche une manifestation de l'opinion publique tellement significative qu'elle me paraissait ne pas pouvoir être sans influence sur la composition et les allures du cabinet. J'ai indiqué comme minimum à réaliser immédiatement la retraite de MM. Woeste et Jacobs, tout en ajoutant que je ne savais si cette retraite satisferait l'opinion. J'ai ajouté que, dans tous les cas, une pareille mesure ne me paraîtrait pouvoir produire quelque effet que si on la prenait immédiatement, sinon, il faudrait bientôt recourir à des mesures plus radicales, et, dans tous les cas, la tranquillité ne serait pas complète aussi longtemps que subsisterait la loi scolaire actuelle, loi essentiellement agitatrice"31.

20Modifications à la loi scolaire, départ de Woeste et Jacobs : sur ces deux points, le Roi, le 22, suit les conseils que Rolin-Jaequemyns lui a donnes le 21.

  • 32 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 56. Le Roi précise encore ; "J'ai causé avec MM. Rolin et Bara, et (...)

21Il s'en explique le 23 dans une brève lettre à Frère-Orban, où il résume les résolutions qu'il a prises : "Les élections communales sont un événement très considérable. Il m'a paru impossible de ne pas en tenir compte. J'ai fait connaître hier matin à M. Malou ma manière de voir. MM. Jacobs et Woeste quitteront le pouvoir"32.

  • 33 Beernaert à Malou, 22 novembre 1884 ; A.G.R., Papiers Malou, no 68

22Tout paraît donc clair. C'est, vue sous un autre angle, la même clarté qui transparaît dans les commentaires que Malou, dans une lettre à Beernaert, fait de la conduite du Roi. Le Roi, dit Malou, a eu peur et a toujours peur des libéraux. C'est cette peur qui a inspiré à "Sa Majesté poltronne" les "sottises" qu'il a commises. On a eu le spectacle d'une "royale couardise"33.

  • 34 Cf. P. VAN ZUYLEN, L'Echiquier congolais ou le secret du Roi, Bruxelles, 1959, p. 43 ; J. STENGERS (...)

23Tout paraît clair, venons-nous de dire. Mais avec Léopold II, la méfiance est toujours de rigueur. Il a une éloquence abondante qui, parfois, dissimule la pensée. Ce qu'il dit et écrit sur un autre thème, précisément en cet été et cet automne de 1884, nous montre bien que c'est un homme qu'il faut souvent scruter, sans prendre nécessairement ses déclarations à la lettre. Il est en train d'organiser le futur Etat du Congo, il cherche à obtenir pour son oeuvre en Afrique la reconnaissance internationale. Tout cela, il le couvre d'un noble langage humanitaire, en parlant sans cesse des progrès de la civilisation qu'il cherche à promouvoir. Son langage est si convaincant qu'il a acquis la réputation d'un admirable philanthrope, désintéressé au point d'en être même un peu naïf. Mais est-il philanthrope et naïf l'homme qui, en 1877, écrit que l'heure lui paraît propice pour "nous procurer une part de ce magnifique gâteau africain"34 - et chez qui l'idée de la "part du gâteau" est évidemment demeurée, par la suite, l'idée fondamentale, qui inspire toute son action. Il y a chez le Roi, plus d'une fois, un art de la présentation, d'une extrême habileté - et, répétons-le, d'une extrême éloquence - qui cache la pensée secrète et profonde.

24Est-ce le cas dans les événements de politique intérieure de 1884 : y a-t-il un secret du Roi à découvrir ?

  • 35 Mémoires, op. cit., t. I, p. 297-298.

25Certains, dont Woeste se fait l'écho dans ses Mémoires, ont cru percevoir comme un éventuel mobile secret l'animosité personnelle que le Roi aurait nourrie à l'égard de Victor Jacobs35. Les événements d'octobre 1884 lui auraient permis d'assouvir cette animosité. Ce facteur personnel a peut-être joué, mais les indices qui permettraient de lui attribuer une place importante sont, c'est le moins qu'on puisse dire, très peu solides.

  • 36 L. DE LICHTERVELDE, Léopold II, Bruxelles, 1926, p. 204 ; 4e éd., Bruxelles, 1935 p. 216. Edouard (...)

26Mais on a cherché le secret du Roi à un niveau beaucoup plus profond et beaucoup plus machiavélique. C'est Louis de Lichtervelde qui, un des premiers, a donné une forme précise à l'hypothèse suivant laquelle ce qui était véritablement en cause, dans la politique du Roi, était l'avenir de son entreprise africaine. Il écrit : "Quand on oppose au tableau de la politique intérieure les graves préoccupations qui assaillent en ce moment le futur souverain du Congo, on acquiert la conviction qu'à la fin de 1884, Léopold II devait nécessairement vouloir, sans retard et à tout prix, une accalmie dans les luttes intestines qui déchiraient le pays. D'autre part, il pressentait que le cabinet, combattu comme il l'était, ne pourrait obtenir l'indispensable concours de la gauche pour la ratification de l'oeuvre dont la Conférence de Berlin était le couronnement. Il n'est pas téméraire de supposer (...) que le Roi ait voulu se créer un titre particulier à la reconnaissance de l'opposition. C'est, à notre avis, la pensée profonde, quoique jamais exprimée, du Souverain"36.

  • 37 Algemene Geschiedenis der Nederlanden, nlle éd., t. XIII, Haarlem, 1978, p. 186.
  • 38 ID., p. 188-190.

27M. Wils, reprenant cette hypothèse, la durcit encore en en faisant l'axe même de son exposé sur les événements de 1884. Le titre de son chapitre, dans l'Algemene Geschiedenis der Nederlanden, est : "Le gouvernement Malou sacrifié au Congo" - De regering Malou opgeofferd voor Kongo37. Léopold Il savait, souligne M. Wils, que pour devenir souverain du futur Etat du Congo, il aurait besoin d'une majorité des deux tiers dans les deux Chambres. La Constitution exigeait une telle majorité. Or cette majorité, il ne pouvait l'obtenir que si elle était faite à la fois de catholiques et de libéraux. Les catholiques étaient sûrs : ils suivraient le gouvernement. Les libéraux, eux, présentaient un risque : si la tension politique au sein du pays subsistait et s'aggravait, ils risquaient de se radicaliser, y compris dans la question du Congo, en votant contre toute proposition gouvernementale. La satisfaction donnée aux libéraux par le renvoi de Woeste et Jacobs et la chute du cabinet Malou écartait ce danger38.

28Il y a donc là une interprétation qui mérite beaucoup d'attention. Avant d'examiner son bienfondé, il faut rappeler où en était la question du Congo, à la fois sur le plan gouvernemental et devant l'opinion publique.

  • 39 Lettre de Malou à Beernaert d'octobre 1884, dans E. VAN DER SMISSEN, Léopold II et Beernaert, op. (...)
  • 40 Note adressée par Malou au Ministre des Affaires Etrangères, de Moreau, le 29 août 1884, dans A. R (...)
  • 41 Ibid.

29Sur le plan gouvernemental, on peut dire que rien ne s'était encore déclenché, si ce n'est une très vague manoeuvre d'approche. Ecoutons le récit de Malou : "Lors des pourparlers relatifs à la formation du Cabinet (...), le Roi me dit qu'il serait peut-être question un jour d'appliquer l’article 62 de la Constitution (qui exige le vote des Chambres pour que le Roi puisse devenir souverain d'un Etat étranger) si des Puissances reconnaissaient, comme l'ont déjà fait les Etats-Unis d'Amérique, l'Association Africaine comme puissance amie. Je répondis que cette question était très grave et que je ne pouvais, n'y ayant jamais songé, émettre un avis quelconque"39. Le Roi n'avait pas du tout insisté sur la question, il ne lui avait pas du tout donné de relief. Il le lui a, précise encore Malou, "insinué en passant et parmi tant d'autres choses, à l'époque de la formation du cabinet"40. Et Malou de confirmer : "J'ai laissé cette communication sans réponse"41.

  • 42 A. ROEYKENS, op. cit., p. 27.

30Léopold II a aussi fait allusion à cette conversation avec le chef du Cabinet. Parlant de l'intervention éventuelle des Chambres belges, il écrit le 29 juillet 1884 à Lambermont : "J'en ai déjà touché un mot à M. Malou, qui s'est borné, après m'avoir écouté, à repousser toute idée de concours pécuniaire ou militaire, ce que je ne veux pas plus que lui"42.

  • 43 Note de Malou du 29 août 1884, dans A. ROEYKENS, p. 83.

31Les choses en étaient restées là jusqu'à la chute du cabinet. La réserve de Malou est d'autant plus compréhensible qu'il était très mal informé de l'entreprise africaine du Roi. Une note que le ministère des Affaires étrangères lui soumet en août 1884 et qui expose ce qu'a été le développement de cette entreprise, constitue visiblement pour lui, à beaucoup d'égards, une vraie révélation. Avec son esprit aigu, il perce fort bien le vide juridique qui caractérise les diverses associations, aux noms multiples, qui servent de paravent à Léopold II. Mais qu'importe ? "Tout le monde sait que ces appellations diverses sont des synonymes du nom de S.M. le Roi des Belges, comme personne privée, bien entendu, et non comme Roi". "Les Ministères qui se sont succédé en Belgique ont toujours soutenu que le Gouvernement était et voulait rester absolument étranger à ces entreprises, qu'elles ont un caractère privé. Il n'y a évidemment qu'à persister dans cette politique"43.

32Ceci est écrit le 29 août 1884. Malou maintient donc une attitude d'abstention.

  • 44 Journal de Bruxelles, 1er mars 1885.

33L'opinion publique est-elle plus engagée ? Un article du Journal de Bruxelles du 1er mars 1885 peut, pour une courte analyse, nous servir ici de point de départ. Le Journal de Bruxelles fait ressortir le caractère étonnant des succès remportés par Léopold II, le caractère étonnant de son oeuvre. "Ce qui est non moins étonnant", ajoute le journal, "c'est l'indifférence, sinon l'hostilité avec laquelle elle est accueillie en Belgique, où elle a été procréée.... Chez nous, c'est à peine si l'on parle de la création de l'empire du Congo, ou, si l'on en parle, c'est pour en rire ou pour la dénigrer"44.

  • 45 Cf. notamment les textes rassemblés dans G. OPPELT, Léopold II, Roi des Belges, Chef de l’Etat Ind (...)
  • 46 La Meuse, 26 janvier 1885.
  • 47 L'Etoile Belge, 28 février 1885.
  • 48 La Chronique, 18 mars 1885.

34Le Journal de Bruxelles écrit ces lignes au moment où la situation, dans l'opinion, est sur le point, en partie, de basculer. La consécration européenne obtenue par le Roi à la Conférence de Berlin va flatter l'amour-propre national et valoir à Léopold II bon nombre d'applaudissements45. Mais jusqu'alors, la lecture de la presse le confirme, on ne portait que très peu d'intérêt à la question du Congo. Tout, dans la presse, est mangé par la politique intérieure. Un seul journal, la Réforme, s'occupe en 1884 du problème, et il le fait pour dénoncer d'ailleurs vigoureusement les dangers que les initiatives du Roi font courir au pays. Mais il ne parvient pas à secouer l'indifférence : sa campagne ne rencontre pratiquement pas d'écho. Indifférence : c'est vraiment la note dominante. Des journaux autres que le Journal de Bruxelles en font d'ailleurs l'observation. La Meuse, 26 janvier 1885 : "C'est à peine si l'opinion publique se préoccupe de cette question, qui n'est ni cléricale, ni libérale, (...) c'est à peine si nos hommes politiques la connaissent"46. L'Etoile Belge, 28 février 1885 :"De tous les pays, c'est peut-être la Belgique qui jusqu'ici témoigne le plus d'indifférence en face d'un événement (l'ouverture à l'Europe de l'Afrique centrale) le plus important peut-être de la fin du siècle"47. La Chronique, 18 mars 1885 (à un moment cependant où les choses sont en train, en partie, de changer) : Si les succès de Léopold II avaient eu pour théâtre un pays étranger, ils y auraient soulevé l'enthousiasme. "Mais en Belgique, rien du tout. Que dis-je ? De l'indifférence, de la froideur et même de la défiance"48.

  • 49 Le Patriote, 4 janvier 1885. Sur un registre qui, l'intention hostile évidemment mise à part, n'es (...)
  • 50 De Bloudow à Giers, 27 février 1885 ; Moscou, Archives du Ministère des Affaires étrangères, Corre (...)
  • 51 Léopold Orban à Beyens, 1er janvier 1885 ; Archives du Ministère des Affaires étrangères, Papiers (...)
  • 52 Ibid.

35Cette indifférence est cependant relevée par une note d'ironie à l'égard de ce que l'on considère comme la "marotte" du Roi. La presse, sur ce point, n'est pas un bon reflet de l'opinion, car, par respect pour la personne royale, elle s'abstient en général de toute manifestation moqueuse. Mais le bout de l'oreille, néanmoins, passe parfois. Un organe aussi sérieux que le Patriote laisse échapper en janvier 1885 : "Nous n'avons pas à apprécier le rôle de notre auguste souverain qui consacre joyeusement de beaux millions à blanchir des nègres qui resteront toujours noirs"49. Ceci n'est qu'un écho fugitif des plaisanteries qui, certainement, circulent dans le public, et dont nous parlent certains témoins contemporains. Le ministre de Russie à Bruxelles, par exemple, note en février 1885 que l'entreprise du Roi avait été longtemps envisagée par la masse du public comme une manie personnelle et dispendieuse - "un caprice de philanthropie couronnée". "La nature narquoise et frondeuse des Flamands", écrit-il, "l'envisageait épigrammatiquement". C'était une "opinion populaire gouailleuse"50. Témoignage meilleur encore : celui de Léopold Orban, directeur de la Politique au ministère des Affaires étrangères, et beau-frère de Frère-Orban. "L'Afrique", mande-t-il à Beyens en janvier 1885, "n'est rien moins que populaire ici, et notre Auguste Sire, Suzerain du Congo, cela fait beaucoup rire derrière le rideau"51. Orban participe d'ailleurs lui-même à ces lazzis. Je dois, explique-t-il à Beyens, envoyer des instructions aux plénipotentiaires belges à la Conférence de Berlin au sujet de la traite des noirs. "Je vous demande un peu quel intérêt nous pouvons avoir dans cette question". "Ma parole d'honneur, c'est à pouffer de rire"52. Le directeur de la Politique au ministère des Affaires étrangères "pouffe de rire" : cela permet de deviner les plaisanteries qui ont cours ailleurs.

36A la fin de 1884, tant du côté du gouvernement que dans l'opinion, Léopold II ne dispose donc encore d'aucun point d'appui solide. Comment, dès lors - et nous revenons ici à notre problème - peut-il envisager l'avenir, et manoeuvrer en vue de s'assurer, en Belgique même, les meilleures chances ?

  • 53 Le Bien Public, 24 février 1885.
  • 54 Cf. A. SIMON, L'Hypothèse libérale en Belgique. Documents inédite (1839-1907), Bruxelles, 1956, p. (...)

37La manoeuvre que l'on suppose chez lui, en octobre 1884, en vue de s'assurer des sympathies libérales, ne se conçoit que s'il avait eu la certitude de pouvoir, en tout cas, compter sur l'appui des catholiques. Or cette certitude, comment aurait-il pu l'avoir ? Les jeux n'étaient pas davantage faits du côté des catholiques qu'ailleurs. Un épisode postérieur le montre clairement. A la fin de février 1885, 1e Bien Public de Gand, dont on connaît l'influence, publiera un article de fond s'opposant à toute forme de lien entre la Belgique et le Congo53. Même la simple union personnelle paraissait au Bien Public pleine de périls pour la neutralité belge. Il faudra une intervention personnelle pressante du Roi auprès du comte de Hemptinne - d'un Roi parlant longuement et éloquemment à son interlocuteur des beautés de l'évangélisation du Congo - pour que le Bien Publie revienne sur sa position et adopte l'idée de l'union personnelle54.

38Du côté catholique, répétons-le, à la fin de 1884, rien n'est encore joué. S'il raisonne en termes congolais, ce qui doit frapper le Roi, en s'attaquant aux enfants chéris du parti catholique que sont Woeste et Jacobs, n'est-ce pas plutôt le risque qu'il court de voir les mécontentements qu'il créera fatalement de ce côté se retourner contre son oeuvre congolaise ? En songeant au Congo, n'aurait-il pas été sage pour lui d'éviter un heurt brutal avec le parti catholique ?

  • 55 Annales parlementaires, Chambre, 1894-1895, p.136-138, séance du 6 décembre 1894 (discours de Furn (...)
  • 56 Ibid.

39Un vif mécontentement, de la colère même, on sait que Léopold II, en renvoyant Woeste et Jacobs, les provoquera effectivement chez les catholiques. En 1894, lorsque l'on reprochera aux socialistes, à la Chambre, de s'attaquer à la personne royale, un député socialiste s'amusera à rassembler et à citer des extraits de la presse catholique de 1884 qui s'en prenait durement à Léopold II. L'anthologie est très pittoresque55. "Moralement, l'acte du roi Léopold équivaut à une abdication", écrivait l'Escaut d'Anvers. Le Bien Public évoquait les concessions de Louis XVI à la Révolution et soulignait qu'elles n'avaient pas "empêché le malheureux roi de perdre la couronne et même davantage". Le Courrier de Bruxelles déclarait que "la royauté constitutionnelle, gardienne de nos institutions, vient de se porter elle-même un coup peut-être irréparable". La plus belle déclaration était celle de l'abbé Keesen, futur Mgr Keesen, qui s'écriait dans un éclat de colère : "Sire, nous vous avons toujours défendu. Aujourd'hui, vous n'êtes plus défendable. Pour la deuxième fois, vous nous avez trahis. Nous vous lâchons !... Parce que le libéralisme vous fait trembler sur votre trône, vous commettez la lâcheté de lui jeter en pâture vos plus fidèles sujets... Le caractère distinctif de votre règne sera l'ingratitude inspirée par la couardise"56.

40Disons immédiatement que cette petite anthologie, du fait qu'elle ne retient que les manifestations de colère les plus vives, n'est certainement pas représentative de la tonalité générale des réactions catholiques. Mais l'interprétation générale, du côté catholique, fut bien que le Roi avait cédé à la peur des libéraux. Jules Malou, nous l'avons vu, partageait cette interprétation et parlait de la "royale couardise". Les catholiques étaient furieux.

41Reposons la question : dans l'optique du Congo, était-il sage, de la part du Roi, de provoquer ainsi leur mécontentement ? Etait-il sage de perdre certainement du côté catholique pour gagner peut-être du côté libéral ? Tout bien pesé - et la pesée, ici, ne peut être que celle de probabilités -, je ne pense pas que la réponse à cette question puisse être affirmative. Le Roi, dira-t-on, a fort bien pu, tout en songeant au Congo, manquer de sagesse - mais nous ajoutons alors une hypothèse à une autre, et nous tombons, me paraît-il, dans 1'arbitraire.

  • 57 J'ajouterai encore un élément psychologique, qui ne me paraît pas dénué d'importance. Le Roi, au m (...)

42Je ne vois pas, pour ma part, le Congo pointer en octobre 1884. Léopold II, parfois, a l'art de déguiser sa véritable pensée. Quand il écrit à Frère-Orban : "Les élections communales sont un événement très considérable. Il m'a paru impossible de ne pas en tenir compte", j'incline à penser qu'il se dévoile, dans ce cas, avec sincérité57. Il me paraît que l'on peut lire Léopold II, en octobre 1884, dans le texte et non entre les lignes.

Notes

1 Revue Générale, 25 décembre 1919, p. 927-952. Publié aussi en brochure, Bruxelles, 1920, p. 26. Je me référerai à la pagination de la brochure.

2 Archives Générales du Royaume (abrégé désormais en A.G.R.), Papiers Jules Malou, no 35 ; DE TRANNOY, p. 2.

3 DE TRANNOY, p. 2-3.

4 Archives des Palais Royaux (abrégé désormais en A.P.R.), Cabinet du Roi Léopold II, dossier Malou (minute) ; DE TRANNOY, p. 6-7.

5 A.P.R., fonds cité (minute) ; DE TRANNOY, p. 7-8.

6 A.P.R., fonds cité.

7 Ibid. ; DE TRANNOY, p. 13-14.

8 WOESTE, Mémoires, t. 1, Bruxelles, 1927, p. 258.

9 A.P.R., Cabinet du Roi Léopold II, no 520 (minute) Réponse de Pirmez au Roi, du 12 août 1884, aux A.G.R., Papiers Schollaert-Helleputte, no 451. Cette lettre - qui est l'original de la réponse - devait évidemment appartenir aux archives royales. Le fait qu'elle se trouve aujourd'hui dans les Papiers Schollaert-Helleputte peut paraître bizarre. Mais il y a divers autres documents, dans les Papiers Schollaert-Helleputte, qui proviennent eux aussi, sans doute possible, des archives royales. Ils ont du être remis à Schollaert après la mort de Léopold II, lorsque l'on a procédé au classement des papiers du souverain.

10 A.P.R., Cabinet du Roi Léopold II, dossier Malou (minute) ; DE TRANNOY, p. 7-8.

11 A.G.R., Papiers Malou, no 35 ; DE TRANNOY, p. 9-10.

12 A.P.R., Cabinet du Roi Léopold II, dossier Malou.

13 Ibid. ; DE TRANNOY, p. 13-14.

14 Minute aux A.G.R., Papiers Malou, no 38 ; original aux A.P.R., fonds cité ; extraits dans DE TRANNOY, p. 18-19.

15 Jules Malou à Van Praet, 14 août 1884, A.G.R., Papiers Malou, no 45 (copie), et A.P.R., fonds cité, en annexe à lettre de Jules Malou au Roi de la même date.

16 A.G.R., Papiers Malou, no 35 ; extrait dans DE TRANNOY, p. 20

17 Ibid.

18 Jules Malou au Roi, 4 septembre 1884 ; A.P.R., fonds cité. Voir le compte rendu du débat dans Annales parlementaires, Chambre, session extraordinaire 1884, p. 364 et sv. (séance du 30 août 1884).

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Jules Malou au Roi, 22 octobre 1884 ; A.P.R., fonds cité.

22 WOESTE, Mémoires, t. I, Bruxelles, 1927, p. 302-303.

23 Ibid. ; DE TRANNOY, p. 13-14.

24 A.P.R., fonds cité.

25 Jules Malou au Roi, 23 août 1884 ; A.G.R., Papiers Malou, no 38 (minute), et A.P.R., fonds cité (original) ; DE TRANNOY, p. 11-12.

26 Jules Malou au Roi, 26 août 1884 ; A.G.R., Papiers Matou, no 38 (minute), et A.P.R., fonds cité (original).

27 Il suffit de renvoyer sur ce point au beau recueil de Mme N. LUBELSKI-BERNARD, Léopold II et te cabinet Frère-Orban (1878-1884). Correspondance entre te Roi et ses ministres, 2 vol., Louvain-Bruxelles, 1983.

28 Alfred Vanden Bulcke à Frère-Orban, 20 octobre 1884 ; A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 112.

29 J. Ortmans-Hauzeur à Frère-Orban, 20 octobre 1884 ; ibid.

30 Jules Bara fut reçu par Léopold II le 22 octobre au début de l'après-midi (cf. sa lettre à Frères Orban du même jour, aux A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 112). L'entrevue avec Malou avait eu lieu le matin. On notera que les journaux du temps commettent souvent, pour ces différents entretiens, des confusions de dates ; les pièces de correspondance privée permettent seules d'établir les dates exactes.

31 Rolin-Jaequemyns à Frère-Orban, 22 octobre 1884 ; A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 112.

32 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 56. Le Roi précise encore ; "J'ai causé avec MM. Rolin et Bara, et j'aurais bien aimé causer avec vous si vous aviez été à Bruxelles. J'espère que, lorsque vous y viendrez, vous me donnerez l'occasion de vous serrer la main". La réponse de Frère-Orban, envoyée de Ste Ode, le 25 octobre, est un beau morceau, qui vaut la peine d'être cité : "Je remercie Votre Majesté d'avoir bien voulu me faire connaître les résolutions arrêtées au sujet de la composition du Ministère. Votre Majesté daigne exprimer le regret de "n'avoir pu causer avec moi", à cause de mon éloignement. Il m'aurait fallu, en effet, quelques heures pour arriver à Bruxelles, si j'y avais été invité. Mais j'ai lieu de croire, d'après le compte qui m'a été rendu immédiatement par MM. Bara et Rolin de l'entretien qu'ils ont eu l'honneur d'avoir avec Votre Majesté, qu'une conversation n'aurait pas eu une grande utilité. Dégagé de toute préoccupation personnelle, vivant loin du bruit et des passions qui agitent le pays, (···)je suis avec anxiété les péripéties de la crise si grave que nous traversons en ce moment. Jugeant froidement la situation, ne songeant qu'à l'intérêt suprême de la Belgique et de la Royauté, je me permets de penser, Sire, je me permets de dire avec une franchise qui peut déplaire, mais que la conscience impose, qu'il y avait mieux à faire que ce qui a été fait, moins irritant pour les catholiques et donnant satisfaction en certaine mesure aux libéraux.
Il est maintenant trop tard et il ne reste qu'à attendre les événements, si la loi scolaire est maintenue. Puisse-t-on ne pas aigrir davantage les esprits, en faisant entrer dans le Cabinet des délégués directs des Evêques, comme seraient des professeurs de l'Université de Louvain, qui déjà ont trouvé insuffisante la loi déplorable qui a été votée.
Après avoir dirigé les affaires publiques durant près d'un quart de siècle, la moitié presque de l'existence de la Belgique indépendante, au milieu des circonstances les plus difficiles et les plus périlleuses, j'avoue Sire, que je constate aujourd'hui avec quelque satisfaction que pendant ce long espace de temps, pas un acte de l'administration à laquelle j'ai participé n'a compromis un seul jour, une seule heure, la popularité si utile aux destinées du pays, ni du premier ni du second Roi des Belges. Je fais des voeux pour que des ministres moins téméraires, moins passionnés, moins asservis aux folles prétentions de leur parti, que ceux qui viennent de tomber, contribuent à restituer au Roi tout son prestige ; mais je crains bien que ce service patriotique ne puisse être rendu par ceux qui sont solidaires des mesures fatales qui ont si profondément troublé le pays" (minute aux A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 111 ; original aux A.P.R., Cabinet du Roi Léopold II, no 951).

33 Beernaert à Malou, 22 novembre 1884 ; A.G.R., Papiers Malou, no 68

34 Cf. P. VAN ZUYLEN, L'Echiquier congolais ou le secret du Roi, Bruxelles, 1959, p. 43 ; J. STENGERS, Introduction de La Conférence de Géographie de 1876. Recueil d’études, Bruxelles, 1976 p. XIV-XV.

35 Mémoires, op. cit., t. I, p. 297-298.

36 L. DE LICHTERVELDE, Léopold II, Bruxelles, 1926, p. 204 ; 4e éd., Bruxelles, 1935 p. 216. Edouard Van der Smissen avait déjà écrit en 1920 :"Ce moment - la fin de 1884 - est celui où il faudra consulter les Chambres et obtenir d'elles le vote quasi-unanime requis par la Constitution pour permettre au Roi des Belges d'assumer la souveraineté d'un autre Etat. Ceci exige que tout soit au préalable rentré dans l'ordre et que la gauche, meurtrie par son échec électoral de juin et par les coups portés à son oeuvre législative et administrative des dernières années, ait reçu quelque satisfaction de nature à l'apaiser. Ces considérations n'ont pas été étrangères au coup de barre d'octobre 1884.... J'incline à penser que Léopold II se détermina les yeux fixés sur l'Afrique et tout à la préoccupation des vastes desseins qu'il avait mûris dans le secret. L'heure de les accomplir allait sonner. Il ne fallait pas que l'état orageux de l'atmosphère du Parlement les fît échouer" (E. VAN DER SMISSEN, Léopold II et Beernaert d'après leur correspondance inédite de 1884 à 1894, t. I, Bruxelles s.d., p. 11).

37 Algemene Geschiedenis der Nederlanden, nlle éd., t. XIII, Haarlem, 1978, p. 186.

38 ID., p. 188-190.

39 Lettre de Malou à Beernaert d'octobre 1884, dans E. VAN DER SMISSEN, Léopold II et Beernaert, op. cit., t. I, p. 114-115.

40 Note adressée par Malou au Ministre des Affaires Etrangères, de Moreau, le 29 août 1884, dans A. ROEYKENS, Jules Malou et l'oeuvre congolaise de Léopold II (1876-1886), Bruxelles, 1962, p. 85.

41 Ibid.

42 A. ROEYKENS, op. cit., p. 27.

43 Note de Malou du 29 août 1884, dans A. ROEYKENS, p. 83.

44 Journal de Bruxelles, 1er mars 1885.

45 Cf. notamment les textes rassemblés dans G. OPPELT, Léopold II, Roi des Belges, Chef de l’Etat Indépendant du Congo, Bruxelles, 1885, p. 377 et sv.

46 La Meuse, 26 janvier 1885.

47 L'Etoile Belge, 28 février 1885.

48 La Chronique, 18 mars 1885.

49 Le Patriote, 4 janvier 1885. Sur un registre qui, l'intention hostile évidemment mise à part, n'est pas tellement différent, le Peuple, dans son premier numéro, lancera, à propos de la nouvelle selon laquelle le Prince Baudouin se rendrait à Zanzibar : "Qu'ils s'en aillent tous en Afrique, les rapaces de la tribu des Cobourg ! Cette royale camelotte n'est bonne que pour les moricauds" (Le Peuple, 13 décembre 1885 ; cf. fac-similé de la première page dans M.A. PIERSON, Histoire du socialisme en Belgique, Bruxelles, 1953, face à la p. 96).

50 De Bloudow à Giers, 27 février 1885 ; Moscou, Archives du Ministère des Affaires étrangères, Correspondance diplomatique, Légation russe à Bruxelles. Je dois la communication de ce texte à l'amitié de M. Jean-Luc De Paepe, à qui j'adresse mes remerciements.

51 Léopold Orban à Beyens, 1er janvier 1885 ; Archives du Ministère des Affaires étrangères, Papiers Beyens.

52 Ibid.

53 Le Bien Public, 24 février 1885.

54 Cf. A. SIMON, L'Hypothèse libérale en Belgique. Documents inédite (1839-1907), Bruxelles, 1956, p. 148 n.1, et A. ROEYKENS, Jules Malou, op. cit., p. 55. Sur la personnalité du comte de Hemptinne, voir E. LAMBERTS, Joseph de Hemptinne : een kruisvader in redingote, dans De Kruistocht tegen het Liberalisme, publ. sous la dir. de E. LAMBERTS, Louvain, 1984.

55 Annales parlementaires, Chambre, 1894-1895, p.136-138, séance du 6 décembre 1894 (discours de Furnémont).

56 Ibid.

57 J'ajouterai encore un élément psychologique, qui ne me paraît pas dénué d'importance. Le Roi, au moment de la crise, se plaint de son isolement, de l'absence de conseillers. "Le Roi m'a dit que vous étiez loin d'ici, que M. Van Praet était infirme, M. Devaux malade, et qu'il était privé de conseils", écrit Bara à Frère-Orban après son entrevue avec le souverain (lettre du 22 octobre 1884 ; A.G.R., Papiers Frève-Orban, no 112). Léopold II lui-même écrit à Frère-Orban : "La maladie d'yeux de Van Praet, coïncidant avec l'éloignement de Devaux, m'afflige beaucoup" (23 octobre 1884 ; même fonds, no 56). Tout cela a bien trait à la politique intérieure belge. Quand il s'agissait du Congo, le Roi, nous le savons, ne cherchait pas conseil de ce côté.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540