Version classiqueVersion mobile

Jalons pour une théorie critique du droit

 | 
François Ost
, 
Michel Van de Kerchove

Cinquième partie. Droit et éthique

X. La légitimité dans le discours juridique : cohérence, performance, consensus ou dissensus ?*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

La question de la légitimité des actes, normes et systèmes juridiques constitue assurément la question la plus pratique qu'on puisse poser à propos du phénomène juridique puisqu'aussi bien elle engage directement l'obéissance qu'on lui prête. Si, en effet, on refuse la position positiviste qui situe la source de l'obligatoriété dans la norme elle-même1, on est conduit à repérer ce principe de l'impérativité dans un jugement de légitimité porté sur la norme, l'acte ou le système, quelle que soit par ailleurs la motivation, ou le complexe de motivations, qui explique ce jugement.

Mais l'importance de l'enjeu engagé ne contribue pas - on s'en doute - à clarifier la notion de légitimité. Aussi deux précisions liminaires s'imposent-elles.

Nous dirons d'abord - première précision - que, à nos yeux, la légitimité d'un acte, d'une norme ou d'un système juridiques n'est qu'un aspect de leur mode d'être spécifique : leur validité2. Quant à cette validité, elle nous paraît elle-même ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search