Version classiqueVersion mobile

Jalons pour une théorie critique du droit

 | 
François Ost
, 
Michel Van de Kerchove

Quatrième partie. L'interprétation en droit

VIII. Le "jeu" de l'interprétation en droit. Contribution à l'étude de la clôture du langage juridique*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Le rapprochement du droit et du jeu a été opéré à maintes reprises tant par des sociologues et anthropologues que par des théoriciens du droit.

Parmi l'enseignement des premiers, relevons celui de J. Huizinga qui souligne l'aspect ludique de la scène judiciaire que caractérisent tant l'élément compétition (joute verbale et constitution de gage) que l'élément hasard (ordalie, aléa du verdict)1, celui de Cazeneuve qui rapproche le spectacle du prétoire (déguisement des protagonistes, enceinte fermée, rituel procédural, présence du public)2, et enfin celui de R. Caillois qui n'hésite pas à élargir la comparaison à l'ensemble du juridique : "Le code énonce la règle du jeu social, la jurisprudence l'étend aux cas litigieux, la procédure définit la succession et la régularité des coups"3.

Parmi l'enseignement des seconds, retenons celui de A.J. Arnaud qui analyse le Code civil français comme "règle du jeu" assurant la "paix bourgeoise" (règle qui désigne les joueurs compétents :...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search