Version classiqueVersion mobile

Jalons pour une théorie critique du droit

 | 
François Ost
, 
Michel Van de Kerchove

Deuxième partie. Le phénomène juridique

III. La définition du droit. Réflexions méthodologiques et introductives*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Le problème de la définition du droit a, de tout temps, alimenté une littérature abondante qui ne semble pas près de se tarir.

Traitant de la difficulté d'arriver à des définitions satisfaisantes en philosophie, Kant n'hésitait d'ailleurs pas à citer en exemple "les jurisconsultes" qui "cherchent encore une définition pour leur concept du droit"1.

Ce problème semble pourtant dominé par un paradoxe que Paul Valéry avait très lucidement entrevu lorsqu'il disait : "Nous parlons facilement du droit... Mais qu'est-ce que le droit... ? Nous le savons et nous ne le savons pas2."

Il est vrai que ce paradoxe n'est ni nouveau ni propre au droit et Saint Augustin le mettait déjà en lumière à propos du temps, lorsqu'il affirmait : "Qu'est-ce donc que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais ; si je souhaite l'expliquer à quelqu'un qui me le demande, je l'ignore"3.

Comme l'a très bien souligné Hart, ce mélange de connaissance et d'ignorance paraît cependant revêtir, en droit, ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search