Version classiqueVersion mobile

L’obligation de garde

 | 
René Robaye

Chapitre III. La locatio horreorum

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le contrat de locatio horreorum, ou louage d'entrepôts, s'apparente à deux institutions du droit positif belge : le contrat par lequel un entreposeur1 s’engage à garder dans ses magasins les biens et marchandises d'un entrepositaire, et celui par lequel un banquier met un coffre à la disposition d’un client. On peut dire que la locatio horreorum s'approche tantôt de l'un, tantôt de l'autre, selon les questions examinées.

A Rome comme en province, les horrea, qu'ils soient publics ou privés, peuvent être ouverts aux commerçants comme aux particuliers pour y entreposer et y faire garder des biens divers : marchandises les plus variées2, or, argent et bijoux3, meubles de grande valeur4, si toutefois les clients ne disposent pas chez eux de coffres ou arcae5 assez sûrs pour y mettre leurs valeurs en sécurité. On voit même un banquier déposer dans un horreum son livre de comptes6, un prêteur sur gage les biens remis en garantie7, et un magistrat nommé en province ses meubles pendant son a...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search