Version classiqueVersion mobile

Translatio in fabula

 | 
Sophie Klimis
, 
Laurent Van Eynde
, 
Isabelle Ost

Première partie. Où la fabula pense la translatio

La traduction dans la fiction. Du pareil à l’autre

François Ost

Texte intégral

Introduction

1Comment la fiction traite-t-elle la traduction ? Tel est le thème de cette courte étude. Son propos ne vise pas pour autant à « illustrer » des thèses générales issues d’une traductologie savante déjà disponible. Il part au contraire de la conviction que la fiction précède et nourrit l’imaginaire traductif (et donc aussi sa pratique), selon le mot de Paul Ricœur pour qui « le symbole donne à penser ». C’est que la littérature ne disserte pas de la traduction, elle l’expérimente, avec des passages à la limite (comiques et fantastiques, notamment) qui en découvrent des traits cachés et en révèlent souvent les vérités profondes. Si la théorie informe (met en forme), la fiction performe (produit des effets dans le réel par l’effectuation de la forme). De la théorie à la littérature, ce n’est jamais « du pareil au même ».

  • 1 Quelques exceptions notables cependant : ainsi le beau numéro des Linguistica antverpiensia, 4/200 (...)

2Il ne s’agit donc pas ici d’agrémenter de quelques exemples bien choisis des théories ready made, mais de partir à la découverte d’un continent encore largement inexploré1. D’autant que, dans la performance littéraire, la traduction s’émancipe rapidement du statut rassurant de thème (langage-objet) où la réflexion théorique voudrait bien la contenir (la théorie maintient l’objet sous le regard et préserve ainsi la souveraineté du sujet), pour gagner le niveau méta-narratif de la poétique elle-même. Le sujet écrivain se découvre pris lui-même dans les détours babéliens de la traduction. Et voilà qu’il se met à jouer de cette découverte inédite : pseudo-traduction, auto-traduction, parodie, pastiche, mise en abyme (traduction dans la traduction), entrelacement des niveaux de communication (entre auteur, traducteur, lecteur, personnages...) : autant de façons de performer l’écart traductif qui se creuse d’une langue à l’autre, et déjà au sein de la même langue.

  • 2 Fayard, Paris, 2009.

3Le parcours qu’on entame présente un caractère délibérément encyclopédique : comme l’inventaire jubilatoire d’un territoire immense à explorer. Je baliserai cependant le parcours à l’aide des différentes thématiques qui structurent mon ouvrage Traduire. Défense et illustration du multilinguisme2. Au risque, bien entendu, de retomber dans le travers « illustratif » que je récuse, mais il me faut bien tracer quelques pistes dans cette jungle luxuriante. Mais j’ai la conscience très nette que, sur bien des points, l’expérience littéraire entraînera des rectifications de frontières et de nouvelles découvertes. Tout au plus livre-t-on ici une carte présomptive de territoires largement inexplorés. Assez cependant, on l’espère, pour susciter le goût de nouvelles expéditions.

I. Le récit originaire de Babel

  • 3 Je me permets de renvoyer au premier chapitre de mon ouvrage : Ost (Fr.), Traduire, op. cit.
  • 4 Debout dans Babel. Langues en Europe, publication collective de l’association Ons Erfdeel, Rekkem, (...)

4Toute la question de la traduction, jusque dans ses aspects les plus quotidiens et les plus pratiques, trouve son origine dans le récit biblique de Babel, dont l’imaginaire négatif la marque comme du sceau d’une damnation. Il faut relire pourtant ce texte et en inverser le signe : montrer que la dispersion babélienne fut une chance, et combien la pratique traductive est une opportunité de renouer avec l’universel auquel nous tendons. Il faudrait reprendre le fil de la très dense intertextualité qui se tisse autour de cette trame narrative depuis l’antique récit jusqu’à nos jours3, en passant par les commentaires talmudiques, les spéculations cabalistiques, les lectures hellénistiques, la reprise par Dante, Kafka, et tant d’autres, jusqu’à ce beau recueil contemporain intitulé Debout dans Babel4 qui rassemble les contributions de seize écrivains vivant en Europe et dont la condition d’hybridité linguistique constitue le ressort le plus précieux de leur poétique personnelle.

II. Babel aboli. Les langues parfaites

  • 5 Cf. Ost (Fr.), op. cit.
  • 6 Auster (P.), Cité de verre, in Trilogie new-yorkaise, trad. par P. Furlan, Actes Sud, Arles, coll. (...)
  • 7 Hesse (H.), Le jeu des perles de verre, trad. par J. Martin, Calmann-Lévy, Paris, 2000, p. 65 et sq

5Jamais pourtant les hommes ne se sont vraiment consolés de la blessure de Babel ; d’âge en âge renaît le désir tenace d’une langue parfaite qui nous dispenserait de la traduction et nous ferait à nouveau parler à l’unisson. En marge de tentatives scientifiques plus ou moins sérieuses de reconstituer ou d’inventer une langue univoque et sans faille (Lulle, Wilkins, Leibniz), la littérature a produit, à la faveur du genre utopique, une ample moisson de ces rêves linguistiques5. Thomas More crée le genre en 1516 (Utopia), bientôt suivi par une foule d’émules : l’évêque anglais Godwin qui envoie son héros dans la lune découvrir une étrange langue musicale (L’homme dans la lune, 1639), idée reprise par Cyrano de Bergerac (Les États et empires de la lune, 1656) ; plus tard Denis de Vairasse (Histoire des Sévarambes, 1677), Swift et Swedenborg apporteront leur contribution à cet imaginaire de la langue cristalline. Une langue qui ait la pureté et l’éclat du cristal... ce n’est pas un hasard si Paul Auster intitule Cité de verre, la première partie de sa trilogie new-yorkaise qui a pour enjeu la redécouverte, par un vieux savant délirant, de la langue adamique6. Pas un hasard non plus si Hermann Hesse choisit Le jeu des perles de verre pour titre de son fascinant roman consacré à l’apprentissage d’une langue secrète qui dégagerait les rapports cachés entre les sciences et les arts, une langue qui ferait justice au patrimoine spirituel de l’humanité, qui dirait enfin l’harmonie des sons les plus éthérés et des formules mathématiques les plus complexes7.

6Dans la littérature contemporaine, ne manquent pas cependant les dénonciations de la triste utopie (dystopie) que représenterait le règne d’une langue parfaite – censée nous délivrer de la fatalité du multilinguisme et des affres de la traduction.

  • 8 Orsenna (É.), Deux étés, Fayard, Paris, coll. « Le livre de poche », 1997, p. 40.

7On trouve, sous la plume d’Éric Orsenna, cette savoureuse réflexion : à un « éternel thésard » qui évoquait la prochaine disparition des quelques cinq mille langues encore parlées sur la planète et la bienheureuse réunification à venir du Logos, le traducteur de se dire à part lui avec soulagement « qu’étant donné la durée prévisible de son existence, il ne connaîtrait jamais le « logos réunifié », ni les horreurs qui, forcément l’accompagneraient : une transparence glacée, le silence éternel, sans compter la mise au chômage technique des traducteurs et interprètes. Décidément, longue vie, plus longue vie possible, aux ruines de Babel !8 ».

  • 9 de Santis (P.), La traduction, trad. par R. Solis, Éditions Métailié, Paris, 2004, p. 117.

8Les dangers de la quête de la langue parfaite sont au cœur du thriller policier qui, dans le roman de Pablo de Santis, La traduction, a pour cadre un congrès international de traducteurs organisé dans une improbable ville côtière d’Argentine. Trois morts suspectes en trois jours..., la traduction serait-elle donc une activité à haut risque ? Progressivement se dégage le fil qui reliait ces trois congressistes : tous trois s’intéressaient à la mystérieuse langue prébabélienne et croyaient avoir deviné qu’il s’agissait de la langue des enfers, celle-là même que Dante avait mise dans la bouche de Nemrod. Tous trois s’étaient livrés à une sorte d’expérience initiatique qui avait mal tourné : on les avait retrouvés avec une pièce de monnaie sous la langue, et à proximité de l’eau, comme s’ils avaient tenté le passage de l’Achéron. Loin de les rendre immortels, comme ils l’espéraient, cette langue avait scellé leur fin tragique. Cette expérience quasi-faustienne, en marge d’un congrès de traducteurs dont rien ne nous est caché de ses difficultés ordinaires (les difficultés de la traduction au regard des promesses de la langue parfaite), débouche sur cette conclusion, pleine de bon sens populaire, de l’inspecteur de police argentin : « Si une seule fois suffisait pour nommer les choses, si un seul mot permettait de tout éclaircir, la vie dans le patelin serait effrayante. Tout le monde serait silencieux, au bar, chez le coiffeur. Ici personne ne parle sans faire de détours, ni ne marche en ligne droite. Vous savez quelle est la seule langue parfaite ? Celle qui aide à tuer le temps9. »

  • 10 Borges (J.-L.), Le livre de sable, Gallimard, Paris, coll. « Bilingue », 1990, p. 196.

9Borges aussi a beaucoup médité sur le thème de la langue unique. Lui aussi nous détourne de cette fausse promesse. Je fais allusion à deux nouvelles, publiées dans Le livre de sable et qui sont le contrepoint l’une de l’autre10.

10Dans l’une, intitulée Le Congrès, un auteur, dans lequel on reconnaît aisément Borges lui-même, est chargé d’identifier la langue unique que devraient parler les membres du « Congrès du monde » où siègent les représentants de tous les peuples de la terre. Après de longues et minutieuses recherches dans la British Library, l’homme jettera le gant, enfin convaincu de l’inanité de l’entreprise. C’est que le Congrès du monde « a commencé avec le premier instant du monde et il n’y a pas d’endroit où il ne siège » : lui imposer une langue unique serait une entreprise aussi vaine que réductrice.

11Tel est pourtant le contexte de la seconde nouvelle, L’utopie de l’homme qui est fatigué ; ici un visiteur du futur (à nouveau un double de Borges) prend pied dans un pays où prévaut une langue unique, le latin classique. Mais ce progrès se paie de la perte de la mémoire, des identités et des différences ; « on me nomme simplement quelqu’un », déclare un habitant, comme si la faculté de nomination s’était perdue. Cette triste utopie est mortifère – on s’en persuade à la fin du récit lorsque le voyageur fait cette observation : « J’aperçus au loin une sorte de tour surmontée d’une coupole – C’est le crématoire, dit quelqu’un. »

III. Définition. La traduction est d’abord interne à la langue

12On ne s’étonnera pas de ne pas trouver de définition de la traduction dans la littérature, dont le propos n’est évidemment pas théorique. En revanche on y trouve de multiples illustrations, ou plutôt applications, de cette vérité profonde, à vrai dire fondamentale, selon laquelle la traduction est d’abord et avant tout interne à chacune de nos langues avant d’opérer entre les langues. La raison en est simple : nos langues naturelles, tissées d’ambivalences et d’équivocités, feuilletées en de multiples régistres et niveaux, ne cessant de se transformer à la manière d’un organisme vivant, ne rendent – dieu merci – jamais un sens unique. Du reste, cela serait-il, que l’infinie variation des postures pragmatiques des locuteurs viendrait bien vite obscurcir/enrichir cette prétendue univocité. Savons-nous seulement quelle voix parle en nous ?

  • 11 de Santis (P.), op. cit., p. 42. Que cet auteur soit imaginaire se déduit de l’allusion figurant à (...)
  • 12 Derrida (J.), Le monolinguisme de l’autre ou la prothèse de l’origine, Galilée, Paris, 1996, p. 117
  • 13 Borges (J.-L.), « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », in Fictions, trad. par P. Verdevoye, Gallim (...)
  • 14 M. Laffont (conférence donnée au Collège européen de traduction à Seneffe, le mercredi 30 août 200 (...)
  • 15 Borges (J.-L.), « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », op. cit., p. 45.
  • 16 Borges (J.-L.), « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », op. cit., p. 49.
  • 17 Ibidem, p. 48.

13Un auteur imaginaire, né de la plume de de Santis11, le dit bien, dans une intuition que formule pour sa part Derrida12 : « Une langue maternelle : cela n’existe pas. Nous naissons dans une langue inconnue. Le reste est une lente traduction. » (Ulises Drago, Babel). Si la langue maternelle fait défaut, si ce sol se dérobe, alors, on en conviendra, lire, c’est déjà traduire – et répéter, aussi bien. D’où la folie de Pierre Ménard, écrivain nîmois exhumé par Borges, qui, au début du xxe siècle, entreprit d’écrire le Quichotte, ou du moins certains de ses chapitres – rédigé par Cervantès en 160213. Borges dit bien écrire14 : « Reproduire quelques pages qui coïncideraient – mot à mot, ligne à ligne – avec celles de Miguel de Cervantès15 ». Contrairement aux apparences, il ne s’agissait pas de copier (transcription mécanique), d’adapter ou de parodier, encore moins de composer un autre Quichotte. Non, il s’agissait de reproduire un texte « véritablement identique » et pourtant « infiniment plus riche16 ». On comprend bien pourquoi : Ménard se propose la tâche – ontologique et théologique – de remonter le temps lui-même, d’inverser le cours des choses et les chaînes de la causalité, pour saisir le Quichotte, au xviie siècle, au moment de son surgissement à l’aube de la modernité. Tâche non seulement sisyphique, mais proprement démiurgique, comme s’il était possible d’annuler « trois cents années pleines de faits très complexes. Parmi lesquels, pour n’en citer qu’un : le Quichotte lui-même17 ».

  • 18 Ibid., p. 46.

14On aura noté que cette opération de « reconstitution littérale d’une œuvre spontanée » s’opère au sein de la même langue : Ménard est un auteur français, mais c’est en espagnol qu’il mène son travail monacal (« il réussit à manier assez fidèlement l’espagnol du xviie siècle18 »). Il ne s’agit donc pas d’une traduction interlinguale. S’agit-il pour autant d’une traduction intralinguale ? Disons plutôt que la folie de Ménard consiste à croire pouvoir s’en dispenser, comme si, malgré Babel, il était possible d’enjamber les siècles et de redire aujourd’hui exactement la même chose qu’hier – son génie aura peut-être été d’y réussir dans quelques fragments, mais nul ne pourra l’établir, dès lors qu’il détruisait ses textes à mesure.

  • 19 Éditions de l’Hexagone, Montréal, 1987. Pour un commentaire, cf. Lavieri (A.), « Mises en scène du (...)

15Une auteure québecquoise contemporaine, Nicole Brossard, a donné de cette expérience poétique une version originale dans un curieux petit roman intitulé Le désert mauve19. Ce texte se compose de trois parties. Le premier comprend le court récit « Le désert mauve » d’une certaine Laure Angstelle. La seconde partie, intitulée Un livre à traduire, regroupe les notes de traduction de Maude Laures qui, fascinée par cette histoire, a décidé de la traduire, non sans se livrer à un énorme travail préparatoire de réécriture : elle revisite les lieux de l’intrigue, étoffe le profil des personnages, imagine des scènes additionnelles, comme s’il lui fallait inventer un langage nouveau pour rendre justice au texte d’origine. Enfin, la troisième partie du livre, bénéficiant d’une couverture originale et de la mention d’une autre maison d’édition, représente la traduction par Maude Laures du Désert mauve de Laure Angstelle – rebaptisé désormais Mauve, l’horizon.

  • 20 Éditions de l’Hexagone, Montréal, 1987. Pour un commentaire, cf. Lavieri (A.), « Mises en scène du (...)

16On l’aura compris : le côté fascinant de l’entreprise, c’est que ces trois parties sont rédigées en français, y compris le roman original censé être en anglais. On assiste donc à la transformation progressive d’un original ( ?) français en une autre version française. Mais ici, à la différence du Pierre Ménard, l’impossibilité de la répétition est pleinement assumée et le jeu de la trahison pratiqué avec un sérieux mêlé de jubilation (traduction « re-belle » et infidèle). Le passage par les coulisses de la ré-énonciation dans les « notes du traducteur » de la deuxième partie témoigne de l’inanité de la fidélité traductrice ; au contraire, Maude s’efforce de « trouver la faille, le petit endroit où le sens appelle quelques audaces », elle « cherchait l’envers des mots » [...] car « à l’improviste tromper la langue lui venait comme une réplique nécessaire afin que soit reconstituée la fiction, le contour tremblé de ses effets20 ».

17Et le lecteur attentif prendra plaisir, en effet, à mesurer les écarts, plus ou moins productifs, c’est selon, qui sépare les deux versions françaises d’un introuvable original.

  • 21 Cf. Curran (B.), « The fictional translator in anglophone literatures », in Linguistica antverpien (...)
  • 22 Marco (K.), « " In un placete de La Mancha of with nombre no quiero remembrearme" : Don Quijote en (...)

18L’attention au phénomène de traduction intralinguistique a conduit un certain nombre d’auteurs à mettre en scène l’activité – subversive, à certains égards – de traducteurs au sein de grandes cultures apparemment fièrement monilingues, comme la culture anglo-américaine21. Il n’y a, en effet, aucune raison de penser que cette grande langue-culture hégémonique puisse échapper au phénomène de babélisation ou différenciation interne. Il y va de modulations géographiques, mais aussi d’attention à la créativité de sous-langages, dans une perspective féministe, postcoloniale, écologiste, indigène ou cosmopolitique (ainsi lorsque le Don Quijote est traduit en spanglish)22.

IV. La traduction : seconde main, petite main ?

19On sait que l’activité traductrice est généralement l’objet d’une dévalorisation systématique, notamment dans le cadre du paradigme dominant de la communication. Un des griefs les plus récurrents est celui de l’ancillarité : œuvre de seconde main, la traduction serait un travail littéraire subsidiaire et instrumental, impliquant modestie, sinon effacement complet du traducteur. De nombreuses œuvres littéraires s’emploient à démentir cette représentation réductrice. C’est que l’auteur de fiction sait bien, comme Proust l’expliquait, qu’il est lui-même un traducteur.

  • 23 de Santis (P.), op. cit., p. 126.

20De nouveau : il n’y a pas de verbe premier et absolument souverain, parole de l’Auteur ; il n’y a pas de langue parfaite et originaire. C’est une deuxième morale du policier imaginé par de Santis ; au moment où les enquêteurs s’apprêtent à découvrir la clé de l’énigme, dans une bande enregistrée découverte sur la table de nuit d’un des traducteurs trouvé mort au cours d’une de ces expériences initiatiques suicidaires, voici ce que révèle l’enregistrement : « Le travail du traducteur est fait d’hésitations, tout comme celui de l’écrivain. L’écrivain lui aussi traduit et doute, et cherche à trouver le terme exact qui correspond à son idée ; et il sait aussi, tout comme le traducteur, que c’est sa propre langue qui se transforme en jargon étranger et qu’il ne maitrise pas. L’écrivain se traduit lui-même comme s’il s’agissait d’un autre, le traducteur écrit l’autre, comme s’il s’agissait de lui-même23. »

  • 24 Louis (A.-M.), « La traduction selon Jorge Luis Borges », in Poétique, no 107, septembre 1996, p. 2 (...)

21Dans ses analyses consacrées aux traductions de l’Ulysse et des Mille et une nuits, Borges explique que le rapport qui s’établit entre un texte original et sa traduction doit être compris comme celui qui relie deux brouillons, de sorte que se brouillent à la fois le statut de texte définitif (« celui-ci, écrit-il, ne correspond qu’à la religion ou la fatigue ») et de texte original (celui-ci est plutôt une version, une adaptation parmi d’autres ; de l’Ulysse il écrira qu’il est « une librairie internationale d’œuvres en prose et en vers24 »). De là se dégagent mille variantes des jeux de rôles, désormais affranchis de toute convention stérélisante, entre auteurs et traducteurs.

  • 25 Jauniaux (J.), Le pavillon des douanes, Éditions Luce Wilquin, Bruxelles, 2006.

22Une œuvre « originale » et promise à une grande notoriété peut, par exemple, n’être qu’une traduction volée. C’est l’histoire que raconte Jean Jauniaux dans La traversée de la Manche, courte nouvelle inspirée du Journal de l’Abbaye des Sables à Saint-Idesbald, année 160525. Un auteur espagnol, un certain Miguel de Cervantès, avait séjourné cette année-là à l’abbaye. Son projet était de passer en Angleterre, en vue d’y rencontrer le célèbre directeur du théâtre du Globe. Il voulait en effet lui confier, en vue de le mettre en scène, le manuscrit d’une pièce de sa composition : El Rey viejo (Le vieux roi), dont le personnage principal s’appelait Leares. Mais la peste qui ravageait Londres cet hiver, et les glaces persistantes qui tenaient la Mer du Nord, différèrent ce projet. Finalement, Cervantès, rappelé à Madrid par son éditeur, renonce à la traversée et confie le manuscrit au frère Jean François qui en réalise une très honnête traduction. Rien que de très ordinaire, en somme, sauf que la pièce paraîtra bientôt outre-manche sous le titre... (à adapter) Le Roi Lear et la signature d’un certain William Shakespeare...

  • 26 Jauniaux (J.), Les maraudeurs de l’obscur, Éditions Luce Wilquin, Bruxelles, 2007, p. 7 et sq.

23Mieux encore : le même auteur, Jean Jauniaux, imagine cette curieuse histoire d’auto-rétro-traduction26. Un vieil émigré russe, réfugié à Paris, passe le plus clair de ses journées dans l’arrière boutique d’un bouquiniste. Il a entrepris, semble-t-il, de retraduire en russe la version française d’un vieux recueil de poésies russes. Malgré le secours d’un poussiéreux dictionnaire, il peine à la tâche, dans l’incapacité de retrouver la musique originale du texte. Finalement, le libraire lui propose son aide et recourt (mais bien en vain) à un site automatique de traduction, et bientôt à un moteur de recherches. Surprise ! Celui-ci déroule le texte originaire complet. Mais, loin de se réjouir, le vieil émigré s’effondre en s’apercevant que le recueil est signé d’un certain Slobodan Stlavovitch, médiocre écrivaillon et sinistre aparatchik... Car l’auteur de ces feuilles, dont se dégagait maintenant la musique de la taïga et le souffle des steppes, n’était autre que lui-même, ancien dissident prisonnier du goulag, qui avait confié son précieux manuscrit à un gardien sans doute plus sensible aux roubles qu’à la poésie. Moralité (outre la veulerie d’un régime qui envoyait au bagne ses poètes) : dit-on la même chose dans une autre langue, est-on le même homme lorsqu’on passe d’une langue à l’autre ? Julien Green et Samuel Beckett répondraient sans doute par la négative.

  • 27 Lombez (Chr.), « La traduction supposée ou : de la place des pseudotraductions poétiques en France  (...)

24Au chapitre des inversions de rôles, le thème des pseudotraductions occupe une place centrale : ici le traducteur apparent n’est autre qu’un « véritable auteur ». Loin d’être marginale, cette posture n’a pas été négligée par les plus grands, qui y trouvaient sans doute un banc d’essai qui leur permettait, sous le couvert de ce rôle d’emprunt, l’expérimentation de genres nouveaux et l’importation en douce de thèmes audacieux dans leur propre culture. On rappellera, à cet égard, les exemples célèbres du Don Quichotte de Cervantès et des Lettres persanes de Montesquieu, mais aussi La Guzla de Mérimée, et les sulfureuses Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs. « L’argument exotique, mais aussi le désir de renouvellement de l’écriture ou l’expérimentation littéraire à l’abri – et grâce à l’alibi – d’une énonciation fictive ont ainsi pu pousser des écrivains à se travestir en traducteurs », écrit Christine Lombez27.

  • 28 Bleton (Cl.), Les nègres du traducteur, Éditions Métailié, Paris, 2004.
  • 29 Bleton (Cl.), Les nègres du traducteur, op. cit., p. 71.
  • 30 Ibidem, p. 55.

25Dans Les nègres du traducteur, Claude Bleton, qui fut directeur du Collège international des traducteurs littéraires d’Arles, se livre à une extrapolation hilarante de ce thème28. Au début, c’est l’histoire, parfaitement ordinaire, d’un traducteur parisien spécialisé dans la littérature espagnole contemporaine. Sans doute était-il un peu plus émancipé que l’ordinaire de ses confrères, n’hésitant jamais à procéder à d’audacieuses adaptations. Mais les éditeurs l’y encourageaient, dès lors que ces adaptations au goût du lectorat hexagonal exerçaient un effet très bénéfique sur leurs ventes. Jusqu’au jour où tout va basculer : fatigué des lenteurs et des maladresses de ses auteurs espagnols, notre homme imagine d’inverser les rôles. « Désormais je rédigeais des romans (traduits de l’espagnol) que je soumettais ensuite aux auteurs, lesquels n’avaient plus qu’à les signer et à les écrire dans leur langue, dans un délai fixé par moi et leur éditeur afin de respecter autant que possible la simultanéité de parution dans les deux pays29 ». Flattés et amusés, rares étaient les auteurs qui refusaient de se prêter au subterfuge, d’autant que, par un ironique retournement de situation, ils étaient assurés de bénéficier d’une marge de liberté non négligeable : « Je l’assurai qu’il pouvait écrire à sa guise en suivant le scénario proposé, ce qui laissait intacte sa qualité d’auteur puisqu’il conservait une marge d’initiative ; je lui accordai même le choix du titre dans sa langue » – ce qui vaut à notre « traducteur » cette réponse qui ne manque pas de sel : « Pour quand faut-il rendre l’original ?30 ».

  • 31 Ibid., p. 65 et p. 70.

26Au début, l’opération se révèle un plein succès ; les auteurs se montrent dociles, toujours plus désireux de « servir leur traducteur », les éditeurs réalisent des coups médiatiques en publiant le même jour la version espagnole et la traduction française ; quant au « traducteur », il pouvait se vanter d’avoir fait doubler, en l’espace de quelques années, la production espagnole en langue française31.

  • 32 Ibid., p. 77.

27Jusqu’au jour, prévisible, où les choses commencèrent à se gâter : il arriva une fois que la traduction française précédât l’original ; les auteurs commençaient à renacler (« ils n’étaient plus à la hauteur »), certains même se révoltaient (« j’avais une traduction sur les bras que l’auteur refusait d’écrire32 »).

28Finalement, notre traducteur, confronté au forfait de ses auteurs (auctor/traditore ?), est obligé de les liquider les uns après les autres, provoquant ainsi une véritable hécatombe dans les lettres espagnoles. Et ce sera bien vainement que notre homme tentera de se mettre à son compte, en écrivant enfin sans filet : comme s’il était décidément impossible d’écrire tabula rasa.

  • 33 Somoza (J.-C.), La caverne des idées, trad. par M. Millon, Actes Sud, Arles, coll. « Babel », 2002.

29L’écrivain espagnol (un vrai, celui-là !) José Carlos Somoza, signe, avec La caverne des idées33, un roman aux multiples entrées, d’une grande ingéniosité et d’une rare complexité. Au choix : un roman policier à l’antique relatif à une série de morts suspectes intervenues parmi les éphèbes fréquentant l’Académie de Platon, et finalement attribuées à une étrange secte d’inspiration dionysiaque organisant orgies et suicides collectifs. Ou bien une réflexion philosophique sur la capacité des idées platoniciennes (et donc du logos et de la raison) à régenter le monde et l’emporter sur l’obscurité des passions. Ou une expérience d’écriture cryptée, selon un processus « eidétique », qui consiste à suggérer les clés du livre au moyen de familles d’images et de métaphores relatives à des thèmes communs. Ou encore – et c’est le fil qu’on suivra ici – une fascinante mise en abyme des rôles respectifs de l’auteur et du traducteur.

30Voici, à peu près, comment les choses se présentent au lecteur (ou plutôt comment il les découvrira peu à peu) : le livre qu’il tient en mains, porte les noms d’un auteur contemporain (José Somoza) et de sa traductrice francophone (Marianne Millon). Il reproduit une histoire écrite en son temps par un ami et contemporain de Platon : Philotexte de Chersonèse. Ou, plus exactement, il reprend la version qu’a établie de nos jours de l’ancien texte plus ou moins altéré un certain Montalo. Ou, plus précisément encore, il représente la traduction contemporaine par « le traducteur » de la version antique établie par Philotexte. Compliqué, sans doute, mais pas encore complexe ; la complexité (ou interaction des niveaux selon le phénomène connu des théoriciens sous le nom de « boucles étranges ») s’installe cependant lorsqu’aucun de ces personnages ne se tient à la place que la vulgate communicationnelle leur assigne d’habitude. Le traducteur prend des libertés avec le texte, et surtout se met en tête d’en résoudre l’énigme à l’aide de la méthode eidétique (qui avait totalement échappée à l’éditeur Montalo). Il parsème son texte de « notes du traducteur » qui, en certaines occasions, occupent tout l’espace et refoulent dans l’ombre le manuscrit originaire. Il en vient même à s’impliquer dans le texte en interférant de diverses façons dans son cours. Mais l’auteur semble avoir anticipé cette situation et pourrait même lui avoir tendu des pièges, comme s’il s’adressait directement à lui, par delà l’histoire en cours. A moins que ce ne soit Montalo ? Ce denier n’aurait-il pas trafiqué le manuscrit originaire, coupant ici, ajoutant là, tel ou tel chapitre destiné à égarer le traducteur ? Finalement la réalité du processus traductif en cours et la fiction de la vieille intrigue athénienne en viennent à se confondre : le traducteur, qui avait raison de se méfier, est séquestré par un inconnu qui surveille de près son travail. Le geôlier se révélera être Montalo, obsédé par les hypothèses « eidétiques » de la traduction : se pourrait-il donc qu’il y ait une clé (une vérité, une Idée) derrière l’énigmatique chaos du roman ?

  • 34 Somoza (J.-C.), La caverne des idées, op. cit., p. 345.

31Sans doute, dans le dialogue final qui les oppose, le traducteur pourra taxer de folie le pauvre Montalo ; mais celui-ci n’aura pas tort cependant de rappeler à son comparse que l’un et l’autre sont des créations de l’auteur. Le traducteur proteste, mais sa réalité se dissipe peu à peu... « Il devient aussi marginal que ses notes ». « Triste sort que le sien », dira Platon dans l’épilogue à Philotexte qui lui fait présent du livre. Et ce dernier de rappeler au philosophe qu’il a fait pire avec son maître Socrate, lui prêtant toutes sortes de théories imaginaires : n’est-il pas pire de condamner à la fiction un être réel plutôt que de contraindre à la réalité un être de fiction34 ?

32En a-t-on fini pour autant avec les jeux de miroirs et les mises en abyme ?

33Pas tout à fait : il nous reste à rappeler cette mention, figurant exceptionnellement hors texte, à la page 8 : « toutes les notes du traducteur sont de l’auteur ». Hors texte, vraiment ? Qui parle ici ?

V. La réduction lexicale

34Une autre source importante de mécompréhension et de disqualification de la traduction tient dans le fait que la vulgate (et son paradigme communicationnel sous-jacent) s’imagine volontiers le langage comme se réduisant à un vaste lexique (éventuellement multilingue, l’illusion ne fait alors que se redoubler) correspondant, sans perte ni surplus, dans une parfaite transparence sémantique, aux choses ou aux idées désignées. Cette chose à crinière qui hennit = cheval = horse = paard = equus = hypos. Le monde comme un grand magasin d’objets avec leur nom (ou, mieux encore, car toujours plus univoque, leur « code-barres ») inscrit sur une étiquette. Parler ne serait rien d’autre que d’aligner ces choses, combiner ces noms, traiter ces codes-barres. Et parler une langue étrangère se ramènerait à assimiler les noms correspondants – merci Assimil.

35Cette vulgate a la vie dure ; du reste elle présente les plus hautes lettres de noblesse. C’est l’antique récit de la Genèse (2, 19) racontant la nomination des animaux par Adam (mais il faudrait plutôt noter l’ironie de cette scène, dès lors que Dieu, qui devait contempler la scène d’un œil amusé, avait déjà nommé chaque chose selon son être dans le chapitre précédent). C’est aussi le vénérable Cratyle de Platon, qui, au-delà de la controverse de surface entre naturalisme et conventionnalisme, traduit une secrète et tenace nostalgie à l’égard du bienfondé de la nomination (la « motivation » ontologique du mot, le contraire de l’« arbitraire du signe »).

  • 35 Swift (J.), Les voyages de Gulliver, trad. par J. Pons, Gallimard, coll. « Folio », Paris, 1976, p. (...)
  • 36 Swift (J.), Les voyages de Gulliver, op. cit, p. 235.

36Swift est bienvenu de brocarder cette conception épicière du langage, lui qui envoie son héros Gulliver, au détour d’une de ses innombrables pérégrinations, dans un illustre Institut de langues où des savants, plus ou moins illuminés, s’emploient à perfectionner le langage. Un premier proposait d’éliminer les qualificatifs et les verbes, puisque « seuls les noms correspondent à des choses existantes dans la réalité ». Un de ses collègues, plus savant sans doute, perfectionna l’idée : on pouvait parfaitement, expliquait-il, se passer du langage tout entier. « Puisque les mots ne servent qu’à désigner les choses, il vaudrait mieux que chaque homme transportât sur soi toutes les choses dont il avait l’intention de parler35 ». Admirable invention, en vérité, qui de surcroît, permettrait le développement d’une langue universelle et faciliterait d’autant le travail des ambassadeurs. Hélas, note Swift, cette utile réforme se heurta à l’opposition des femmes, conjurées « avec le bas peuple et les illettrés », pour s’obstiner à parler « à la façon des aïeux36 ». Platon faisait une remarque semblable dans le Cratyle à propos des femmes. Question ouverte : que se serait-il passé si Dieu, au lieu de montrer les choses en vue de leur nomination à Adam, les avait présentées à Ève ? Peut-être qu’au lieu d’aligner des noms et d’entamer la confection d’un dictionnaire, aurait-elle tout simplement discouru à leur propos, rédigeant ainsi la première page de cette « encyclopédie » dont parle Eco...

37Car c’est précisément l’encyclopédie et non le dictionnaire qui fait justice à la langue telle qu’on la parle, lui restituant son poids d’histoire et de conventions, en même temps que la retenue de ses demi-mots et la profondeur de ses non-dits.

  • 37 Hoffman (E.), Lost in translation, Vintage, Londres, 1998, p. 106.

38D’où la souffrance de l’émigré, exilé de sa terre, mais plus encore de sa langue, telle la petite polonaise Eva, émigrant au Canada et « lost in translation », perdue pas tellement dans l’entre-langues (qui est au contraire un espace luxuriant), mais plutôt dans le désert imaginaire et affectif d’une langue non maîtrisée, connue seulement par le dictionnaire : « "River" » in Polish was a vital sound, energized with the essence of riverhood, of my rivers, of my being immersed in rivers. "River" in English is cold – a word without an aura. It does not evoke37 ».

  • 38 Orsenna (E.), op. cit., p. 84.

39A l’inverse, quelle joie lorsque le traducteur, comme celui d’Orsenna sur son île bretonne, libère l’énergie créatrice des mots et fait chanter leur rythme, bien au-delà des définitions du dictionnaire : alors « les mots ont quitté leur urne funéraire (leur concession perpétuelle alphabétiquement ordonnée dans le dictionnaire) pour venir danser, offrir leur service38 » !

40La caverne des idées – et pour cause ! – de Somoza constitue une longue réfutation de cette « réduction lexicale » et du mythe de la signification univoque qui la motive. L’auteur semble en permanence se jouer du traducteur : il lui lance des défis, lui suggère des pistes d’interprétation, puis l’égare et le confond. Ici, comme s’il anticipait et retournait à l’avance toutes les trahisons interprétatives, l’auteur fait de la figure du traducteur un effet de sa stratégie discursive, s’employant à démentir toute intentio auctoris univoque. Performée tout au long du récit (qui finit, comme on l’a dit, par impliquer le traducteur imaginaire dans les avatars de l’action), cette thèse est explicitement thématisée à plusieurs reprises. Ainsi dans un dialogue entre le Coryphée et son traducteur à l’occasion de la répétition d’une pièce de théâtre :

  • 39 Somoza (J.-C.), op. cit., p. 135-136. Cf. également la discussion entre Diagoras et Crantor, p. 102 (...)

— Le traducteur : Il doit y avoir quelque chose derrière les mots ! Il y a toujours une signification !
— Le Coryphée : Oh ! Traducteur, tu traînes une pierre qui retombera du sommet ! [...] Je pleure ton destin, traducteur, qui attache tes yeux aux paroles, en te faisant croire que tu finiras par trouver une clé dans le texte que tu traduis ! [...] Te voilà, malheureux, essayant, comme Tantale, d’atteindre la futile récompense de tes fatigues, mais les significations fuyantes, tu ne peux pas les attraper avec tes mains tendues ni avec ton regard expert ! Oh supplice !39.

  • 40 Ibidem, p. 176.
  • 41 Ibid., p. 179.

41Les choses sont encore plus explicites lorsque le sculpteur Menechme commente, pour la plus grande confusion du philosophe platonicien Diagoras, la statue qu’il tire du marbre : « Il s’appelle Le traducteur. L’homme qui prétend déchiffrer le mystère d’un texte écrit dans une autre langue sans voir que les mots ne conduisent qu’à de nouveaux mots, et les pensées à de nouvelles pensées, mais que la Vérité reste hors d’atteinte40 ». A ce stade, les notes du traducteur s’allongent de plus en plus, trahissant son angoisse grandissante : « Je suis dans le texte. Je ne sais comment ni pourquoi, mais c’est moi41 ».

VI. Méthodes : trahison, fidélité ou plus-value ?

42Il a déjà été question de méthode traductive lorsque nous dénoncions la « réduction lexicale » et que nous mettions en valeur la permutabilité des rôles respectifs de l’auteur et du traducteur : deux manières, déjà, de mettre en doute le mot d’ordre de fidélité. Les exemples abondent de textes littéraires qui jouent de ce soupçon permanent de traîtrise qui pèse sur les traducteurs : d’aucuns l’entretiennent, à l’unisson de la vulgate, d’autres en jouent de manière ludique et créative, d’autres le traitent, de façon pragmatique comme une négociation, d’autres enfin le subliment en une posture amoureuse.

  • 42 Borges (J.-L.), La quête d’Averroës, in L’aleph, Paris, Gallimard, p. 117 et sq.

43Dans La quête d’Averroës, Borges raconte l’histoire d’un échec cuisant de la traduction : le grand philosophe arabe, qui a entrepris le commentaire de La poétique d’Aristote, bute sur les termes tragoedia et comoedia, dont il n’aperçoit pas d’équivalent dans la culture arabe. Ce n’est pas seulement que fait défaut l’équivalent sémantique, la chose elle-même n’évoque tout simplement rien pour lui. Pendant qu’il s’interroge, et s’abîme dans la consultation de savants traités, à la recherche de la clé de l’énigme, des enfants, jouant sous ses fenêtres, troublent sa méditation : ils « jouent » au muezzin – l’un faisant le minaret, l’autre, juché sur ses épaules, psalmodie le Coran, d’autres, à leurs pieds, plongent dans leurs dévotions. De toute évidence, ces enfants donnent la comédie, mais Averroès ne le voit pas. Plus tard, au cours du repas, des voyageurs revenus de la Chine lointaine, lui racontent un curieux spectacle, dont nous, les lecteurs, comprenons qu’il s’agit de quelque chose qui s’apparente à la tragédie, mais, ici encore, la clé échappe au philosophe. Finalement Averroës mettra « panégyrique » pour tragédie, et « anathème » pour comédie, orientant pour des siècles l’interprétation sur de fausses pistes42.

44Loin cependant de condamner ce type d’erreur, dans une optique policière, Borges y verrait plutôt une forme d’errance aussi inévitable que salutaire : ces écarts font de la traduction une œuvre à part entière et signent leur qualité littéraire. On se souviendra que l’écrivain argentin, qui voit dans chaque texte une bibliothèque potentielle, s’intéresse moins aux rapports canoniques entre un original et ses traductions qu’aux multiples variations qui distinguent différentes « versions ». La problématique change de signe et la jubilation s’installe : on ne comptabilise plus les fautes au regard d’une introuvable norme, on célèbre l’écart qui enrichit un thème toujours en voie de construction.

45Chez Vladimir Nabokov, écrivain prolixe et multilingue, le rapport à la norme s’avère aussi peu conventionnel. Parfois féroce et tyrannique (le cauchemar de ses propres traducteurs, paraît-il), d’une causticité cruelle à l’égard des traductions médiocres, parodiant sans pitié leurs pataquès, il se complaît pourtant lui-même dans les jeux de l’entre-langues, excellant à rendre productives les distorsions linguistiques inhérentes au change traductif.

  • 43 Nabokov (V.), Ana ou l’ardeur, trad. par G. Chahine avec la collaboration de J.-B. Blandenier, trad (...)
  • 44 Ibidem., p. 98.
  • 45 Ibid., p. 47.
  • 46 Nabokov (V.), Ana ou l’ardeur, op. cit., p. 75 et p. 189.
  • 47 Ibidem, p. 133.
  • 48 Pour d’autres exemples, cf. Taylor (J.), « "A distortive glass of our distorted glebe" : mistransl (...)

46L’interminable chronique familiale Ana ou l’ardeur, dont on renonce à donner ne serait-ce qu’un résumé – roman de et sur la traduction, texte obsessivement multilingue – peut être cité ici en exemple43. Nabokov y déploie une curieuse poétique de l’entre-langues, soutenue d’un bout à l’autre par une libido translationis (le néologisme, inventé pour les besoins du commentaire, est bien dans sa manière) qui séduit, agace, dérange et dépayse. Cette chronique d’exilés russes aussi fortunés que cultivés, sans domicile fixe, mais surtout sans langue fixe, suscite un dépaysement radical – une « déterritorialisation » vertigineuse que vient encore renforcer l’ambiguïté incestueuse de l’intrigue. Comme si l’emballement du langage – ou plutôt son embabellement, comme aurait dit Meschonnic – disait ici quelque chose du dérèglement des personnages. En plus de 700 pages, Nabokov gratifie ses lecteurs de feux d’artifices verbaux qui jouent de façon perverse et jubilatoire sur une norme linguistique à la fois mobilisée et désavouée – n’y aurait-il de jouissance que dans la transgression d’une norme qu’il importe cependant de rappeler sans cesse ? Si ses personnages ne cessent de brocarder les erreurs de traduction et de pourfendre « les traditeurs britanniques et leurs bourdes » (pour qui, par exemple, le « souci d’eau » devient « care of the water », ce qui, de bien entendu, suscite une rêverie équivoque d’un des protagonistes sur la défloraison44), ils ne se privent pas eux-mêmes des plaisirs des néologismes et autres calembours dégénérant souvent en délires verbaux (« quatre heures et quart. Quel écart ? Allons, tant pis. Temps et pis sont jumeaux [...]45 »). Le sabir transnational est à la fois critiqué et pratiqué à longueur de pages (de préférence un savoureux mélange de russe, d’anglais et de français46). Et les dénonciations sévères des traductions ratées ne cessent de côtoyer la célébration ludique de l’inventivité lexicale transfrontières : ainsi le never anglais répété à cinq reprises par le Roi Lear finira par devenir jamais, jamais, jamais, n’est vert, n’est vert47... Le son subvertit alors complètement le sens, et l’idée même de traduction en ressort subvertie-travestie dès lors que ce « n’est vert » réussit l’exploit de nous faire entendre à la fois l’anglais et le français, ouvrant par là même des abîmes de sens : à quoi renvoie, en effet, ce « jamais n’est vert [...]48 »?

47Borges célébrait la multiplicité des versions d’un texte ; Nabokov performe leur subversion et souvent leur perversion. En provoquant les distorsions volontaires de sens, d’une langue à l’autre, il libère une fascinante énergie sémantique dont l’égarement des sens n’est jamais étranger.

  • 49 Bleton (Cl.), Les nègres du traducteur, op. cit., p. 104.
  • 50 Bleton (Cl.), Les nègres du traducteur, op. cit., p. 38.

48Mais d’autres stratégies sont possibles à l’égard de la norme, nécessaire et impossible, de la fidélité. Par exemple la technique de la diversion qui consiste à négocier les significations (ou les tournures, rythmes, figures de style) problématiques, en déplaçant les difficultés : ce qu’on perd ici, on tente de le regagner là-bas. Cette traduction-négociation, recommandée par U. Eco, était, on s’en souvient, pratiquée avec succès par le traducteur de Bleton, qui n’hésitait pas à adapter au goût français les traits peu assimilables par les lecteurs de l’Hexagone : « J’épurai donc méthodiquement l’élite espagnole de tous ses rebelles [...]. Si le grand écrivain veut porter sa voix au-delà des frontières, il doit prendre en compte la langue qui l’exporte et négocier avec elle le contenu de ce qu’il doit dire pour être reçu, entendu, compris49. » Ainsi la problématique d’un chien nommé Ichke (nom russe) appartenant à une famille franquiste mais adopté par une famille républicaine (paradigme de la question de la transition démocratique en Espagne) devient, sous la plume du traducteur, l’histoire du chien Mohamed, symbole du problème de l’intégration des « beurs » en France50.

  • 51 Actes Sud, 2006.
  • 52 Ibidem, p. 41.
  • 53 Ibid., p. 113.

49Après la subversion-perversion qui prend la norme à revers, et la diversion qui la contourne pour ainsi dire par le côté, reste une troisième stratégie : la conversion qui la sublime par le haut. On veut dire la conversion amoureuse – la traduction comme transport amoureux. La traduction est une histoire d’amour, tel est le titre d’un charmant petit roman de Jacques Poulin51. La jeune traductrice irlandaise d’un vieil écrivain québecquois tombe progressivement amoureuse de « son » auteur, au point qu’elle finit par s’installer chez lui : « On fait un drôle de travail, nous les traducteurs », confie-t-elle : « N’allez pas croire qu’il suffit de trouver les mots et les phrases qui correspondent le mieux au texte de départ. Il faut aller plus loin, se couler dans l’écriture de l’autre comme un chat se love dans un panier. On doit épouser le style de l’auteur52 ». Milena, la traductrice tchèque de Kafka et la dernière femme de sa vie, devait penser de même, comme en témoigne cette lettre (apocryphe car ses lettres à Franz ont disparu contrairement à celles de l’écrivain) : « Chaque jour, pour être fidèle à vos textes, mes mots épousent les courbes de votre écriture, à la manière d’une amante qui se blottit dans les bras de son amoureux53 ». Pauvre Milena, qui jamais ne se blottira dans les bras de son insaisissable amant...

  • 54 Delpuech (R.), Insomnia. Une traduction nocturne, Actes Sud, Arles, 1998.
  • 55 Delpuech (R.), Insomnia. Une traduction nocturne, op. cit., p. 23.
  • 56 Ibidem, p. 31.

50Mais l’amour peut aussi se porter sur les absents et les morts, et la traduction s’apparenter, dans ce cas, au transport des âmes vers les enfers. C’est l’univers subtil que déploie Rosie Delpuech dans un court roman intitulé Insomnia54 – insomnie comme métaphore de l’entre-deux, entre deux langues, entre vie et mort. « Je me suis fait traductrice de jour », écrit la narratrice, « il y avait ce mince fil – une histoire, une voix, comme celle de ma grand-mère – pour me retenir et m’empêcher de glisser55 ». La traduction, comme reprise de cette conversation interrompue... Un verbe qui rendrait voix aux morts, les tirant un instant de l’ombre comme Orphée : « Vous, je donnerais beaucoup pour descendre vous voir et remonter... ou non56 ».

  • 57 Khatibi (A.), « Amour bilingue », in Romans et récits I, préface de J. Derrida, Éditions de la Diff (...)

51Et certes dira-t-on, Orphée se retourne trop tôt, Eurydice s’efface, le gouffre de l’intraduisible se creuse, et la parole échoue... Et pourtant l’amour, comme la traduction, toujours recommence. Peut-être devrait-on dire que c’est la traduction qui est métaphore de l’amour. Abdelkébir Khatibi doit le penser qui écrit dans Amour bilingue : « Il désirait être ce visiteur de l’intraduisible, déposant la marque de ses hantises dans toute parole amoureuse57 ».

VII. Éthique du traducteur

52Ce thème est très bien représenté dans notre corpus, généralement, il faut bien le reconnaître, sous l’angle des défauts et travers prêtés aux traducteurs. Les griefs ne manquent pas, en effet : tantôt on reproche au traducteur de faire violence au texte, de se l’accaparer et de le dénaturer sans vergogne, tantôt, au contraire, on dénonce sa personnalité effacée et instable. Sans parler du motif récurrent de la traîtrise du traducteur, qui prend une grande importance dans la littérature postcoloniale, où il apparaît comme l’agent le plus efficace de l’acculturation imposée par la métropole.

  • 58 Kosztolanyi (D.), Le traducteur cleptomane, trad. par A. Peter et M. Regnaut, Éditions Viviane Hamy (...)

53Commençons par cette courte nouvelle de l’auteur hongrois Dezsö Kosztolanyi, Le traducteur cleptomane. Un brillant auteur hongrois est affecté d’un pénible travers : il subtilise tout ce qui passe à sa portée ; aussi finira-t-il par être condamné à deux années de prison. A sa sortie, il est ruiné et sans travail ; des amis prévenants finissent par lui trouver un petit emploi de traducteur. Tâche dont il s’acquitte avec brio : n’a-t-il pas traduit de façon très satisfaisante tel modeste roman étranger dont l’éditeur attend un succès en langue hongroise ? Et pourtant, voilà que l’éditeur lui renvoie son travail et le congédie. Que s’est-il passé, se demandent les amis du traducteur ; comparez les deux versions, vous serez édifiés, leur répond l’éditeur. Et de fait, cédant à sa coupable inclination, le traducteur n’a pu s’empêcher de réduire à la baisse tous les chiffres, de rabaisser les valeurs, de modérer les quantités, comme s’il lui fallait s’en attribuer une partie. « En quelque lieu que la plume ait passé, le traducteur avait causé préjudice aux personnes, sans égard pour aucun bien, mobilier ou immobilier [...]. Ce qui m’a apparu le plus accablant, c’est qu’il lui arrivait fréquemment d’échanger des métaux nobles et les pierres précieuses contre des matières viles et sans valeur, le platine contre du fer-blanc, l’or contre du cuivre, le vrai diamant contre de la verroterie58 ». Anecdotique, caricatural, très certainement ; mais si révélateur du reproche d’entropie sémantique si souvent adressé au traducteur...

  • 59 Orsenna (E.), Deux étés, op. cit. p. 25.
  • 60 Ibidem, p. 27.

54Les griefs se font parfois plus violents, dénonçant cette fois l’indélicatesse du traducteur qui s’installe dans l’œuvre d’un autre et en tire désormais profit, non sans l’avoir dénaturée au préalable. « Le traducteur est un corsaire », écrit le personnage d’Orsenna (dont on se souvient qu’il séjourne sur une île bretonne) : « Quand un bateau étranger lui plaît, il l’arraisonne. Jette l’équipage à la mer et le remplace par des amis. Puis hisse les couleurs nationales au sommet du plus haut mât. Ainsi fait le traducteur. Il capture un livre, en change tout le langage et le baptise français59 ». C’est pourquoi, par prudence et peur des représailles, le traducteur dont question choisissait exclusivement de travailler sur des auteurs morts depuis longtemps. Mais l’opération reste violente ; cette fois, c’est la métaphore du chirurgien qui vient sous la plume d’Orsenna : « On coupe des phrases, on ampute des sens, on greffe des jeux de mots, on triture, on ligature ; sous prétexte de fidélité, on trahit et meurtrit60 ».

  • 61 Durastanti (S.), Éloge de la trahison : notes du traducteur (essai), Le Passage, Paris, 2002, p. 28
  • 62 Anderson (J.), « The double agent : aspects of literary translator affect as revealed in fictional (...)
  • 63 Wilson (B.), Trouble in Transylvania, Seal Press, Seattle, 1993.
  • 64 Glass (S.), The Interpreter, Arrow Books, London, 1999.
  • 65 Haden Elgin (S.), Native Tong, The Women’s Press SF, London, 1985.

55Mais, paradoxalement, on dénonce aussi bien, chez le traducteur – ce travailleur condamné à rester « derrière la page61 » – une personnalité effacée, sans racines, et pour tout dire insignifiante, comme le montre J. Anderson dans une étude documentée62. Ainsi Barbara Wilson qui explique le choix de cette profession ingrate par l’incapacité d’assumer une identité déterminée63, ou Suzanne Glass qui l’associe à des êtres sans racines64, ou encore Suzette Haden Elgin qui l’assimile à la condition aliénée de la femme65.

  • 66 Rios Castano (V.), « Fictionalising interpreters : traitors, lovers and liars in the conquest of Am (...)

56Et puis, bien entendu, le lieu commun de toute cette thématique : la traîtrise du traducteur, cet être double, louchant entre deux cultures, toujours en porte-à-faux, renégat virtuel et corrupteur en puissance. On comprend que cette thématique soit hypersensible dans la littérature postcoloniale. D’autant que l’histoire ne manque pas de figures réelles hautement romanesques, dont l’équivoque du rôle qu’elles ont effectivement joué entre le conquérant et les leurs contribue à alimenter la controverse des siècles plus tard. Ainsi La Malinche, princesse aztèque dont Cortes fit sa maîtresse et son interprète et dont la légende accrédite un rôle décisif dans la victoire-éclair des Conquistadors. Figure tragique de la colonisation et de l’acculturation qui l’accompagne, La Malinche est au centre d’une production littéraire qui ne tarit pas, depuis la naissance de son mythe négatif dans la littérature nationaliste mexicaine du xixe siècle, en passant par l’essai du prix Nobel Octavio Paz intitulé Los hijos de la Malinche. Malinchismo serait même devenu un nom commun en terre mexicaine, signifiant asservissement et acculturation66. Au Pérou, la langue populaire a forgé un néologisme du même genre : Felipillo, qui désigne un politicien corrompu en souvenir du très vilain rôle joué auprès des Incas par l’interprète de Pizarro. C’est lui, notamment, qui assistait le conquérant lors de sa dramatique entrevue avec l’Inca Atahualpa au cours de laquelle ce dernier jeta la Bible par terre, ce qui entraîna son arrestation immédiate et bientôt sa mise à mort.

  • 67 Mopholo (R.), « Perception et autoportrait de l’interprète indigène en Afrique coloniale française  (...)
  • 68 Éditions 10/18, Paris.

57La colonisation française en Afrique a également engendré son lot de figures controversées d’interprètes67, ainsi un certain Bou el Mogdad, de père maure et de mère sénégalaise, qui, sous le couvert d’un emploi officiel de traducteur au tribunal de Saint-Louis, accomplit diverses missions d’espionnage auprès des populations Toucouleur du fleuve Sénégal – ce qui lui valut à la fois la légion d’honneur et le ressentiment de ses compatriotes. Amadou Hampate Ba raconte une histoire de ce genre dans son roman L’étrange destin de Wangrin ou les roueries d’un interprète africain68.

  • 69 Jauniaux (J.), « Le dernier élargissement », in Le pavillon des douanes, op. cit., p. 96-97.

58Il arrive cependant que ces reproches s’inversent et que la littérature se fasse l’écho de figures positives de traducteurs et d’interprètes. Ainsi, sous la plume de Jean Jauniaux, le traître fait place au philanthrope utopiste qui n’hésite pas à prendre les plus grands risques pour que triomphe la cause de la paix. L’histoire est la suivante : dans un contexte d’extrême tension internationale, une réunion de la dernière chance est organisée entre le président de l’Union européenne et le président russe en vue de l’adhésion de la Russie à l’Union. Alors que personne n’aurait parié un kopeck sur les chances de réussite de cette rencontre, et que les deux présidents, poussés par leur opinion intérieure hostile, étaient bien décidé à la faire capoter, notre traducteur pacifiste va réussir l’exploit d’amener les deux protagonistes à un accord. Exemples de ces traductions audacieuses : alors que le russe, désigné par le sort pour parler en premier lieu, entreprenait de céder sa place à son homologue européen (une femme), celle-ci de répondre sèchement : « Voilà bien une attitude machiste et inacceptable », notre homme traduit : « Je reconnais bien là votre légitime courtoisie, mais je décline votre aimable proposition ». Ou encore : « Vous comprendrez que cette réunion est vouée à l’échec » qui devient, au passage du truchement : « Vous partagerez, chère Présidente, ma conviction que nous vivons un moment historique69 ».

  • 70 Rios Castano (V.), op. cit., p. 53.
  • 71 Kourouma (A.), Monnè, outrages et défis, Seuil, Paris, 1990.
  • 72 Lievois (K.), « "De Gaulle, ce grand guerrier toubab" ou résistance et domestication dans Monnè, ou (...)

59Quant à l’absence de racines, elle peut être valorisée au titre de l’ouverture d’esprit et d’une capacité d’adaptation, voire assimilée à une forme de résistance, sous le couvert d’une langue étrangère, à une culture oppressive. Des personnages controversés comme La Malinche mexicaine ont fait l’objet de telles tentatives de réhabilitation, soit dans une perspective féministe, soit au titre de mère d’une nation métissée en phase avec l’univers cosmopolite qui s’annonce (ainsi dans la pièce de Carlos Fuentes, Todos los gatos son pardos70). Il faudrait relire aussi dans cette optique (et sous l’éclairage des catégories de Venuti de traduction « domesticating » ou « foreignizing »), le récit du grand romancier ivoirien Ahmadou Kourouma, Monnè, outrages et défis71, qui raconte comment, grâce à un malentendu volontaire de l’interprète Soumaré, le roi de Soba put garder une partie de sa dignité et son autorité traditionnelle sous la domination française72.

60On découvre alors les vertus bénéfiques du malentendu ; dans la vie quotidienne comme dans la diplomatie internationale, il est parfois préférable, et éthiquement plus méritoire, de ne pas se comprendre tout-à-fait. Ou de réaliser, à la suite du traducteur, qu’on ne se comprend jamais vraiment...

La traduction comme métaphore ; la traduction comme paradigme

61La présente étude, aussi brève et allusive soit-elle, livre déjà un aperçu significatif de la richesse du thème traductif dans la littérature ; en vérité, la moisson est beaucoup plus ample encore si on admet que la traduction fonctionne souvent comme métaphore de situations humaines parmi les plus essentielles. L’amour, par exemple, comme on l’a vu chez Khatibi ; ou le passage de la vie à la mort et parfois de la mort à la vie, comme chez Delpuech. Ou encore l’exil, chez Eva Hoffman qui raconte son déracinement d’émigrante comme une douloureuse expérience de déprivation linguistique assortie de l’emprunt d’une langue autre, trop artificielle pour se dire vraiment. Dans tous ces cas, le modèle du transport linguistique jette les plus vives clartés (ou plutôt nimbe de son clair-obscur) les expériences existentielles fondamentales des êtres de langage que nous sommes.

  • 73 Ost (F.), Traduire, op. cit.
  • 74 Derrida (J.), Qu’est-ce qu’une traduction relevante ?, L’Herne, Paris, 2005, p. 32 et sq.

62Peut-être faut-il soutenir aussi, comme je tente de le faire dans mon dernier ouvrage, que la traduction est le paradigme qui s’impose dans le monde pluriel qui est devenu le nôtre, dès lors du moins qu’on ne se résigne ni à la dilution dans la langue unique, ni au repli frileux sur nos idiolectes73. Dans cette hypothèse, la traduction, et son traitement littéraire, acquiert un pouvoir heuristique considérable, d’une très grande portée sociale. L’analyse, suggérée par Derrida74, du Marchand de Venise de Shakespeare me servira, en guise de conclusion, à évoquer la fécondité explicative généralisée de ce qu’on pourrait appeler le « paradigme traductif ».

63On connaît l’argument principal de la pièce : le prêteur juif Shylock avance une somme importante au riche armateur vénitien Antonio. Ruiné par divers naufrages, celui-ci ne peut rembourser sa dette, le jour de l’échéance. Inflexible, le prêteur réclame l’exécution de la clause pénale : une livre de chair prélevée sur le corps même du débiteur. Tout Venise se mobilise alors pour faire fléchir le créancier, on va jusqu’à lui proposer le remboursement de trois fois la somme convenue, le Doge lui-même intervient, mais en vain. Une amie d’Antonio, Portia, déguisée en homme de loi, se pose alors en arbitre de la querelle. Feignant de se ranger aux arguments formalistes de Shylock, elle le prend à son propre jeu : la livre de chair, oui, mais pas une goutte de sang en plus. Du coup tout s’effondre pour l’infortuné créancier : accusé de meurtre, il ne devra son salut qu’à une conversion forcée et une expropriation totale.

64Il serait passionnant d’analyser vers par vers ce drame très riche (dont on n’a livré ici qu’une version très schématisée) pour montrer que c’est rien moins qu’une traductologie généralisée qu’il illustre, comme le laisse déjà pressentir le thème de la circulation de la dette et de l’évaluation monétaire qui la parcourt. Une livre de chair contre trois mille ducats : telle est l’équation nécessaire et pourtant impossible qui fait l’enjeu du drame. Dira-t-on que le respect de la vie devrait l’emporter sur le remboursement d’une somme d’argent ? Pas si simple : le juif Shylock peut invoquer à bon droit le respect de la lettre, l’attachement au corps de la lettre, celle qui s’inscrit dans le corps propre, contre les ruses de l’esprit et les détournements du signe monétaire abstrait. Au second degré : deux modalités de la traduction – la tradition juive de la lettre contre la valorisation paulinienne (chrétienne) de l’esprit, avec, à la clé, l’accusation réciproque de mauvaise foi et de turpitude.

65Ce motif général – la traduction aussi nécessaire qu’impossible – se décline de cinq manières différentes au moins dans la pièce. Traduction juridique : Portia – une femme travestie (traduction traîtreuse) en homme de loi – enjoint Shylock, une fois la dette d’Antonio établie, de faire preuve de mansuétude (mercy). Contre la rigueur du billet (ce que les juristes appellent la « rigueur cambiaire », condition du crédit), contre le prescrit formel de la lettre de change, elle donne le change, en jouant la carte de la miséricorde, et prétend obtenir ainsi le change de la livre de chair. Mais Shylock s’accroche à l’engagement, garanti par serment. Ce change ruinerait le crédit sur lequel s’appuient son négoce et, plus largement, la fortune de la place de Venise. Dans l’ordre du droit, miséricorde et pitié n’ont pas de place.

66Traduction économique : trois fois la somme convenue, tel est le marché que proposent les amis de l’armateur à Shylock. Mais celui-ci n’entend rien à ce calcul : la parole donnée, sous l’invocation du ciel, ne s’achète à aucun prix. Nouvelle incommensurabilité.

67Traduction éthique : le cosmopolitisme « moderne » de Venise avec son brassage d’affaires, ses échanges maritimes, ses réseaux d’influence, l’anonymat de ses capitaux et sa circulation monétaire généralisée va-t-il réussir à imposer sa loi au « communautarisme » juif, avec ses usages corporatifs séculaires, ses rancoeurs historiques et son attachement – typique des plus faibles – à la lettre de la loi ? Nouvelle intraductibilité.

68Traduction religieuse : Shylock, cerné de toutes parts, ne devra sa vie qu’à une conversion forcée. Nouveau différend, le plus grave : vie contre allégeance, foi chrétienne contre fidélité hébraïque.

69Traduction politique : le Doge monnaie (monnayer, encore une figure de la traduction) sa grâce contre la reddition du Juif. La cité lui rend ainsi la monnaie de sa pièce : grâce princière contre remise de dette par le créancier ; mais c’est de la monnaie de singe (travestie, faussée) qu’on lui rend. Shylock paie cher sa résistance à l’ordre vénitien.

70Sans doute s’agit-il, dans tous ces aspects, de traduction hégémonique, de passage en puissance, de conversion forcée, de marché faussé. Comme Portia, la justice est travestie, le pardon (mercy encore) est dénaturé, d’être obtenu au prix d’un chantage, et la grâce princière est corrompue d’être mise au service d’intérêts partisans. Toute la charge de la traduction (comme on parle de charge de la preuve) pèse sur le seul Shylock ; lui seul, et non son débiteur défaillant, est traduit en justice (en l’occurrence : trahit en justice). Mais au moins l’histoire nous aura-t-elle convaincue de l’omniprésence de la problématique traductrice dans la cité. Le paradigme de la traduction, outre qu’il livre la grille de lecture la plus féconde pour décoder l’intrigue, nous met également sur la voie de ce qu’aurait pu être une solution plus équitable : respecter l’autre en tant qu’autre (hospitalité traductrice), prendre acte de la part d’intraduisible dans le commerce de l’autre, sans quoi « l’épreuve de l’étranger », pour parler comme Antoine Berman, n’aura pas été autre chose que l’épreuve pour l’étranger.

Bibliographie

Bibliographie

Auster (P.), Cité de verre, in Trilogie new-yorkaise, trad. par P. Furlan, Actes Sud, Arles, coll. « Babel », 1991.

Bleton (Cl.), Les nègres du traducteur, Editions Métailié, Paris, 2004.

Borges (J.-L.), Le livre de sable, Gallimard, Paris, coll. « Bilingue », 1990.

Borges (J.-L.), « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », in Fictions, trad. par P. Verdevoye, Gallimard, Paris, 1983, p. 41-52.

Borges (J.-L.), « La quête d’Averroës », in L’aleph, trad. par R. Caillois, Gallimard, Paris, p. 117-130.

Brossard (N.), Désert mauve, Éditions de l’Hexagone, Montréal, 1987.

Debout dans Babel. Langues en Europe, publication collective de l’association Ons Erfdeel, Rekkem, 2007.

Delpuech (R.), Insomnia. Une traduction nocturne, Actes Sud, Arles, 1998.

Derrida (J.), Le monolinguisme de l’autre ou la prothèse de l’origine, Galilée, Paris, 1996.

Derrida (J.), « Qu’est-ce qu’une traduction "relevante" ? », « Cahiers de L’Herne », Paris, 2005

de Santis (P.), La traduction, trad. par R. Solis, Éditions Métailié, Paris, 2004.

Durastanti (S.), Éloge de la trahison : notes du traducteur (essai), Le Passage, Paris, 2002.

Hesse (H.), Le jeu des perles de verre, trad. par J. Martin, Calmann-Lévy, Paris, 2000.

Hoffman (E.), Lost in translation, Vintage, Londres, 1998.

Jauniaux (J.), Le pavillon des douanes, Éditions Luce Wilquin, Bruxelles, 2006.

Jauniaux (J.), Les maraudeurs de l’obscur, Editions Luce Wilquin, Bruxelles, 2007.

Khatibi (A.), « Amour bilingue », in Romans et récits I, préface de J. Derrida, Éditions de la Différence, Paris, 2008.

Kosztolanyi (D.), Le traducteur cleptomane, trad. par A. Peter et M. Regnaut, Éditions Viviane Hamy, Paris, 1994.

Kourouma (A.), Monnè, outrages et défis, Seuil, Paris, 1990.

Lavieri (A.), « Mises en scène du traduire : quand la fiction pense la traduction », in Transalpina. Études italiennes, no 9, 2006, p. 87 s.

Linguistica antverpiensia (new series, 4/2005) : Fictionalising Translation and Multilingualism, sous la dir. de D. Delabastita et R. Grutman.

Nabokov (V.), Ana ou l’ardeur, trad. par G. Chahine avec la collaboration de J.-B. Blandenier, trad. revue par l’auteur, Gallimard, Paris, 1975.

Orsenna (É.), Deux étés, Fayard, coll. « Le livre de poche », Paris, 1997.

Ost (Fr.), Traduire. Défense et illustration du multilinguisme, Fayard, Paris, 2009.

Poulain (J.), La traduction est une histoire d’amour, Actes Sud, Arles, 2006.

Somoza (J.-C.), La caverne des idées, trad. par M. Millon, Actes Sud, Arles, coll. « Babel », 2002.

Notes

1 Quelques exceptions notables cependant : ainsi le beau numéro des Linguistica antverpiensia, 4/2005 : Fictionalising Translation and Multilingualism, sous la dir. de D. Delabastita et R. Grutman ; cf. aussi Lavieri (A.), « Mises en scène du traduire : quand la fiction pense la traduction », in Transalpina. Études italiennes, no 9, 2006, p. 87 et sq.

2 Fayard, Paris, 2009.

3 Je me permets de renvoyer au premier chapitre de mon ouvrage : Ost (Fr.), Traduire, op. cit.

4 Debout dans Babel. Langues en Europe, publication collective de l’association Ons Erfdeel, Rekkem, 2007.

5 Cf. Ost (Fr.), op. cit.

6 Auster (P.), Cité de verre, in Trilogie new-yorkaise, trad. par P. Furlan, Actes Sud, Arles, coll. « Babel », 1991, p. 66-75, p. 105-120.

7 Hesse (H.), Le jeu des perles de verre, trad. par J. Martin, Calmann-Lévy, Paris, 2000, p. 65 et sq.

8 Orsenna (É.), Deux étés, Fayard, Paris, coll. « Le livre de poche », 1997, p. 40.

9 de Santis (P.), La traduction, trad. par R. Solis, Éditions Métailié, Paris, 2004, p. 117.

10 Borges (J.-L.), Le livre de sable, Gallimard, Paris, coll. « Bilingue », 1990, p. 196.

11 de Santis (P.), op. cit., p. 42. Que cet auteur soit imaginaire se déduit de l’allusion figurant à la page 64.

12 Derrida (J.), Le monolinguisme de l’autre ou la prothèse de l’origine, Galilée, Paris, 1996, p. 117.

13 Borges (J.-L.), « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », in Fictions, trad. par P. Verdevoye, Gallimard, Paris, 1983, p. 41 et sq.

14 M. Laffont (conférence donnée au Collège européen de traduction à Seneffe, le mercredi 30 août 2006) insiste sur l'erreur de traduction généralement commise dans les versions françaises qui parlent de réécrire l'œuvre alors que l'espagnol dit bien producir.

15 Borges (J.-L.), « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », op. cit., p. 45.

16 Borges (J.-L.), « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », op. cit., p. 49.

17 Ibidem, p. 48.

18 Ibid., p. 46.

19 Éditions de l’Hexagone, Montréal, 1987. Pour un commentaire, cf. Lavieri (A.), « Mises en scène du traduire : quand la fiction pense la traduction », op. cit., p. 94 et sq.

20 Éditions de l’Hexagone, Montréal, 1987. Pour un commentaire, cf. Lavieri (A.), « Mises en scène du traduire : quand la fiction pense la traduction », op. cit., p. 59, 63, 65 de la deuxième partie.

21 Cf. Curran (B.), « The fictional translator in anglophone literatures », in Linguistica antverpiensia, 4/2005, p. 183 et sq.

22 Marco (K.), « " In un placete de La Mancha of with nombre no quiero remembrearme" : Don Quijote en spanglish y los desafios de la traduccion bilingüe », in Linguistica antverpiensia, op. cit., p. 231.

23 de Santis (P.), op. cit., p. 126.

24 Louis (A.-M.), « La traduction selon Jorge Luis Borges », in Poétique, no 107, septembre 1996, p. 291-294.

25 Jauniaux (J.), Le pavillon des douanes, Éditions Luce Wilquin, Bruxelles, 2006.

26 Jauniaux (J.), Les maraudeurs de l’obscur, Éditions Luce Wilquin, Bruxelles, 2007, p. 7 et sq.

27 Lombez (Chr.), « La traduction supposée ou : de la place des pseudotraductions poétiques en France », in Linguistica antverpiensia, op. cit., p. 111.

28 Bleton (Cl.), Les nègres du traducteur, Éditions Métailié, Paris, 2004.

29 Bleton (Cl.), Les nègres du traducteur, op. cit., p. 71.

30 Ibidem, p. 55.

31 Ibid., p. 65 et p. 70.

32 Ibid., p. 77.

33 Somoza (J.-C.), La caverne des idées, trad. par M. Millon, Actes Sud, Arles, coll. « Babel », 2002.

34 Somoza (J.-C.), La caverne des idées, op. cit., p. 345.

35 Swift (J.), Les voyages de Gulliver, trad. par J. Pons, Gallimard, coll. « Folio », Paris, 1976, p. 235.

36 Swift (J.), Les voyages de Gulliver, op. cit, p. 235.

37 Hoffman (E.), Lost in translation, Vintage, Londres, 1998, p. 106.

38 Orsenna (E.), op. cit., p. 84.

39 Somoza (J.-C.), op. cit., p. 135-136. Cf. également la discussion entre Diagoras et Crantor, p. 102-103.

40 Ibidem, p. 176.

41 Ibid., p. 179.

42 Borges (J.-L.), La quête d’Averroës, in L’aleph, Paris, Gallimard, p. 117 et sq.

43 Nabokov (V.), Ana ou l’ardeur, trad. par G. Chahine avec la collaboration de J.-B. Blandenier, trad. revue par l’auteur, Gallimard, Paris, 1975.

44 Ibidem., p. 98.

45 Ibid., p. 47.

46 Nabokov (V.), Ana ou l’ardeur, op. cit., p. 75 et p. 189.

47 Ibidem, p. 133.

48 Pour d’autres exemples, cf. Taylor (J.), « "A distortive glass of our distorted glebe" : mistranslation in Nabokov’s Ada », in Linguistica antverpiensia, op. cit., p. 265 et sq.

49 Bleton (Cl.), Les nègres du traducteur, op. cit., p. 104.

50 Bleton (Cl.), Les nègres du traducteur, op. cit., p. 38.

51 Actes Sud, 2006.

52 Ibidem, p. 41.

53 Ibid., p. 113.

54 Delpuech (R.), Insomnia. Une traduction nocturne, Actes Sud, Arles, 1998.

55 Delpuech (R.), Insomnia. Une traduction nocturne, op. cit., p. 23.

56 Ibidem, p. 31.

57 Khatibi (A.), « Amour bilingue », in Romans et récits I, préface de J. Derrida, Éditions de la Différence, Paris, 2008, p. 243.

58 Kosztolanyi (D.), Le traducteur cleptomane, trad. par A. Peter et M. Regnaut, Éditions Viviane Hamy, Paris, 1994, p. 15.

59 Orsenna (E.), Deux étés, op. cit. p. 25.

60 Ibidem, p. 27.

61 Durastanti (S.), Éloge de la trahison : notes du traducteur (essai), Le Passage, Paris, 2002, p. 28.

62 Anderson (J.), « The double agent : aspects of literary translator affect as revealed in fictional work by translators », in Linguitica antverpiensia, op. cit., p. 171 et sq.

63 Wilson (B.), Trouble in Transylvania, Seal Press, Seattle, 1993.

64 Glass (S.), The Interpreter, Arrow Books, London, 1999.

65 Haden Elgin (S.), Native Tong, The Women’s Press SF, London, 1985.

66 Rios Castano (V.), « Fictionalising interpreters : traitors, lovers and liars in the conquest of America », in Linguistica antverpiensia, op. cit., p. 47 et sq.

67 Mopholo (R.), « Perception et autoportrait de l’interprète indigène en Afrique coloniale française », in Linguistica antverpiensia, op. cit., p. 97 et sq.

68 Éditions 10/18, Paris.

69 Jauniaux (J.), « Le dernier élargissement », in Le pavillon des douanes, op. cit., p. 96-97.

70 Rios Castano (V.), op. cit., p. 53.

71 Kourouma (A.), Monnè, outrages et défis, Seuil, Paris, 1990.

72 Lievois (K.), « "De Gaulle, ce grand guerrier toubab" ou résistance et domestication dans Monnè, outrages et défis d’Ahmadou Kourouma », in Linguistica antverpiensia, op. cit., p. 61 et sq.

73 Ost (F.), Traduire, op. cit.

74 Derrida (J.), Qu’est-ce qu’une traduction relevante ?, L’Herne, Paris, 2005, p. 32 et sq.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search