Version classiqueVersion mobile

Le droit au travail entre histoire et utopie

 | 
Fernand Tanghe

Chapitre V. Droit et économie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la discussion du droit au travail, l'économie est souvent un argument qui sert à relativiser la valeur du droit, voire à en nier radicalement l’autonomie. On vient d’en avoir un exemple avec Proudhon. Ceux qui ont recours aux arguments économistes invoquent toutefois, dans la plupart des cas, plus explicitement les idées de progrès matériel et de croissance. Ils jugent le droit à partir d’une évaluation de ses effets économiques dans un avenir plus ou moins lointain, ce qui est encore une façon de le subordonner au mouvement de l’histoire et à ce qui est censé en être la fin ultime. Socialistes comme libéraux proclament à grands cris leur adhésion au crédo productiviste. Par le fait de cette adhésion commune, un certain nombre d’arguments de nature à désarmer l’adversaire sont devenus impensables, et à plus forte raison indisponibles. Ce qui ne les empêche pas de s’accuser réciproquement de vouloir saper la croissance ou de la rendre impossible. Ceci est nouveau : en 1789, il n...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search