Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le droit au travail entre histoire et utopie

 | 
Fernand Tanghe

Chapitre IV. Travail et propriété

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1789, la propriété constituait certes un des thèmes majeurs des débats politiques, mais son rapport avec le droit au travail n’était pas thématisé, les deux questions demeurant largement séparées. En tout cas, la réflexion ne portait guère sur la tension virtuelle entre ce droit d’une part, le principe de la propriété privée, son destin ou ses avatars d’autre part. A quelques exceptions près - la plus notable étant Babeuf - personne ne contestait le droit de propriété. Si ses modalités et ses éventuelles concrétisations pouvaient faire problème, c’était uniquement dans la mesure où (et parce que) son existence même n’était pas mise en question. En 1848, par contre, la question du droit au travail et celle du droit de propriété se présenteront comme étroitement imbriquées : pour les uns, il y a présupposition réciproque entre les deux ; les autres prétendent que le premier constitue la négation, voire la destruction du second.

Généraliser la propriété

Examinons d’abord la position d...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540