Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Les rapports occupants-occupés à Nivelles pendant la deuxième guerre mondiale (résultats d’une enquête orale)

Laurence Van Ypersele

Texte intégral

1Cet article n’analyse qu’un seul aspect de l'occupation allemande à Nivelles : les relations occupants-occupés. C’est sous cet angle que l’histoire de Nivelles paraît la plus originale par rapport au reste du Brabant wallon : en tant que chef-lieu d’arrondissement, elle est la seule à avoir abrité autant d’occupants allemands de types différents. Nous commencerons par en faire l’énumération et la description, ensuite nous analyserons l’image laissée par l’occupant et l’attitude que cette image a suscitée chez les Aclots, enfin nous terminerons par quelques réflexions sur l’apport des sources orales en histoire.

2Cet article (tiré d’un travail réalisé dans le cadre du séminaire d’histoire contemporaine « Le Brabant wallon dans la deuxième guerre mondiale », sous la direction de M.J. Lory, UCL, 1986-1987) est fondé d’une part sur des sources écrites telles que les procès-verbaux du Collège des bourgmestre et échevins ou des archives privées trouvées chez les témoins, et d’autre part sur une dizaine de témoignages oraux.

  • 1 Le bilan de ces sept jours est lamentable : une usine et 355 maisons anéanties, de même que l’égli (...)
  • 2 L. GENTY, Quarante ans après, dans Rif tout Dju, no 238, mai 1980, p. 19.

3Nivelles a payé un lourd tribut à la guerre. Du 10 au 17 mai 1940, la ville vit un véritable cauchemar ; le centre est détruit et de nombreuses usines sont endommagées par des bombardements1. Le but poursuivi par l’état-major allemand en faisant bombarder la ville est double : d’abord, désorganiser les mouvements au sein des forces alliées – Nivelles étant un nœud important de communication-, ensuite produire un puissant choc psychologique chez les civils et les démoraliser, provoquer l’exode et les amener ainsi à gêner les manœuvres militaires... Ce but est dramatiquement atteint. Le vendredi 17 mai 1940 à 5 heures du matin, les premiers motorisés allemands entrent dans une ville pratiquement déserte : sur 12 000 habitants, il n’en reste pas 300 ! L’occupation allemande commençait. Elle allait durer plus de quatre ans2.

  • 3 J. HEYMAN, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 7. N.B. : les témoignages que nous avons re (...)
  • 4 J. COPPENS, Nivelles et la 2ème guerre mondiale Nivelles, 1964, p. 29.

4Depuis le 28 mai 1940, les combats ont cessé. Petit à petit, de juin à septembre, les Nivellois rentrent d’exode. C’est la désolation. Les premiers voient des prisonniers français déblayer les rues sous le regard des soldats allemands. L’ampleur de la catastrophe frappe tous les esprits aclots. Beaucoup s’effondrent en pleurant sur les décombres de la ville3. Nivelles est méconnaissable : certains doivent même demander leur chemin... Tout doucement la vie va reprendre, mais elle ne peut plus être la même. Un grand nombre de Nivellois sont absents : les uns sont morts lors des bombardements ou sur les routes de l’exode ; d’autres, sans foyer, se sont installés dans les environs chez des parents ou des amis ; les militaires prisonniers (plus de 300) resteront, à quelques exceptions près, enfermés dans les oflags et les stalags jusqu’à la fin de la guerre4. Les affiches et les pancartes en allemand, la présence des soldats et des feldgendarmes rappellent chaque jour que l’on vit en temps de guerre. Enfin, les mesures allemandes, le rationnement et le couvre-feu, sont aux yeux de la population les signes les plus évidents de l’occupation.

  • 5 Citons notamment : J. COPPENS, op. cit. ; Nivelles en 1940, dans Rif tout Dju, no 281, mai 1984 (n(...)

5Pendant ce temps, l’occupant, lui aussi, s’installe. Et voici que les difficultés commencent pour l'historien. En effet, il est curieux de noter combien on parle peu des Allemands : les travaux déjà réalisés sur Nivelles et la guerre5 ne les présentent pas, les procès-verbaux du Collège et du Conseil en parlent le moins possible, les témoins sont très peu précis... Somme toute la présence allemande n’a pas tellement marqué les mémoires nivelloises. Pourtant, un peu partout dans la ville, les Allemands sont bel et bien présents !

  • 6 Les Kreiskommandantur ne faisaient pas partie du schéma allemand initial. Elles furent créées le 1(...)
  • 7 L. GENTY, C’était Nivelles, dans Rif tout Dju, no 290, mai 1986, p. 46. En fait, les témoignages n (...)
  • 8 P. VANDERBORGHT, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 8 ; E. de Lichtervelde a cité le nom (...)

6Nivelles abrite un poste de commandement allemand, appelé Kreiskommandantur 6896. C’est une Kommandantur de chef-lieu d’arrondissement dépendant directement de l’Oberfeldkommandantur de Bruxelles. La Kreiskommandantur 689 était divisée en deux administrations : la Kommandantur militaire, installée à l’angle de la place Albert Ier et du square Gabrielle Petit dans la maison bourgeoise de Monsieur Tombeur père (démolie en 1956-1957), est dirigée par le commandant Lembke d’origine autrichienne7 ; la Kommandantur civile, installée en 1940-1941 place Albert Ier chez les Vanderborght voisins des Tombeur, et à partir de 1942 chez Mademoiselle Wiringer (à l’emplacement du Waux-Hall actuel), est dirigée par le commandant Comte von Durkheim, aristocrate allemand, remplacé en 1942 par un certain Hoffman (ou Hoopman)8. La Kommandantur est composée de quelques officiers, deux ou trois secrétaires, et deux personnages dont nous aurons à reparler : le caporal Hupper, industriel de Leipzig, et le lieutenant Putzer, Autrichien, docteur en droit et interprète. À partir de la fin 42, on voit arriver des femmes militaires allemandes s’occupant de l’administration : les « souris-grises ».

  • 9 J. GONDRY, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 1.
  • 10 Nous n’avons pas de chiffre officiel, mais il semble qu’ils ne devaient pas être plus de 500.
  • 11 R. LECHIEN, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 3.

7Les troupes allemandes sont progressivement installées à l’Institut de l’Enfant-Jésus, au Collège Sainte-Gertrude et à l’École Normale de l’État. Le terrain d’aviation n’est pratiquement utilisé que comme atelier de réparation (Luftwaffebauleitung). Les Allemands y aménagent des pistes en béton – il n’y avait jusqu’alors que de l’herbe-. Un témoin y a vu quelques avions de commerce, jamais d’avions militaires9. Les troupes allemandes sont relativement peu nombreuses10. En 1943, elles auraient inclus quelques soldats russes au service du IIIe Reich11 !

  • 12 Selon L. Goche et A. Grégoire, ils faisaient purement et simplement partie des Feldgendarmes. Selo (...)

8La Feldgendarmerie est située rue de Bruxelles, au siège du Crédit Anversois, et dans les dépendances de la brasserie Defalque, impasse de la Porte Rouge. Elle comprend entre dix et vingt Allemands commandés par le capitaine Muller. Dès 1942, ils sont aidés par des collaborateurs belges : les Hilffeldgendarmes12, et en 1943, par les Zivilfandhers chargés de traquer les réfractaires.

9La Gestapo et la G.F.P. (Geheimfeldpolitzei), que les témoins ne distinguent pas, vont et viennent à Nivelles pour mener des enquêtes plus approfondies, mais elles ne semblent pas y être à demeure.

  • 13 L. GOCHE, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 2. Notons que souvent les témoins n’aiment p (...)

10Enfin, au palais de justice, on trouve l’office des réquisitions (QuartierAmt). À partir de 1943, la Werbestelle, chargée de recruter de la main-d’œuvre pour l’Allemagne, s’y installe aussi. Cette dernière semble dirigée par deux ou trois Allemands ; le reste du personnel est belge. Nous manquons d’informations à ce sujet, mais il est certain que le personnel de la Werbestelle accomplissait son travail avec efficacité puisque les résistants estimèrent utile de détruire ses fichiers (janvier 1944)13.

  • 14 Avec leurs avantages et leurs limites, cf. infra, p. 299 et sv.

11L’analyse de l’attitude des Allemands à Nivelles et de l’image qu’ils ont laissée, est très délicate dans la mesure où l’on ne dispose pratiquement que des sources orales14. Si chaque témoin a sa vision personnelle, subjective et unique, en mettant bout à bout les multiples anecdotes, en mesurant l’importance des silences et en s’imprégnant des variations de ton, on peut, sans trop se tromper, dégager quelques lignes générales. L’occupation se divise en deux temps. D’abord, l’époque des victoires allemandes. Les Allemands n’ont aucune raison de s’inquiéter, ils paraissent disciplinés, parfois même sympathiques. Ensuite, à partir de 1942, la situation militaire se retourne, les difficultés se multiplient... Les Allemands s’aigrissent !

  • 15 J. HEYMAN, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 7.
  • 16 L. GENTY, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 10.

12Ce qui frappe le plus, c’est la discrétion des Allemands à Nivelles. Ils étonnent la population par leur comportement courtois et même compatissant. Durant toute la guerre, les soldats allemands restent disciplinés, corrects et réservés. Ils ne se mêlent guère à la population, et évitent tout heurt. On voit quelquefois des soldats se promener dans les rues. Le long de la Kommandantur, des sentinelles font le pas de l’oie. Au parc de la Dodaine ou dans les prairies environnantes, les troupes viennent entretenir leur condition physique. Au cinéma « Le Phare » les Allemands occupent la première rangée15. Bref, petit à petit « le vert de gris » s’intègre au paysage nivellois, on ne les remarque plus. Parfois ils aident la population : à l’Enfant-Jésus, des soldats distribuent de la soupe aux enfants du quartier. On les voit accomplir de menus travaux tels qu’accorder un piano chez un particulier16. Ces soldats ne sont pas nazis, ils n’ont pas demandé la guerre, ils la subissent.

  • 17 Document personnel du Secrétaire communal Léon Grégoire.

13Tel est aussi le cas des Allemands qui travaillent à la Kommandantur. Nivelles, dans la détresse et les destructions de l’époque, eut peut-être de la chance : ni Lembke, ni von Durkheim, ni Putzer, etc. ne sont nazis. La Kommandantur de Nivelles prend les mesures d’usage en temps de guerre : rationnement, couvre-feu, administration et imposition des lois allemandes. L’attitude de la Kommandantur semble dictée par la volonté de faire le travail avec modération, en évitant les excès et les heurts inutiles. Par exemple, les 24 et 31 décembre 1940, l’autorité allemande n’hésita pas à retarder la fermeture des établissements publics jusqu’à 01 heure du matin avec permission de circuler dans les rues jusqu’à 01h.3017.

  • 18 L. GENTY, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 10.
  • 19 J. HEYMAN, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 7.

14Les rapports entre les pouvoirs administratifs allemand et belge sont corrects : à la Kommandantur comme au collège communal, on fait preuve d’une grande diplomatie faite de sagesse et de réflexion. Enfin, dans un premier temps au moins, la justice allemande fut respectueuse des personnes : dès 40, le commandant allemand signifie au procureur du roi ff., Monsieur R. Van den Branden de Reeth, qu’il ne donnera pas suite aux dénonciations anonymes18. Le lieutenant Fritz Putzer semble chargé de régler les litiges entre la population et l’armée occupante. Si c’est nécessaire, on désigne un expert. Si l’armée allemande est en tort, le citoyen est dédommagé. Mais, à partir de 1943, ce n’est plus le cas19.

  • 20 Les témoins sont unanimes.
  • 21 P. VANDERBORGHT, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 8.
  • 22 Dans l’ensemble on peut dire que l’autorité communale fit son devoir en mai 1940, et qu’elle se dé (...)

15En 1942-1943, le vent tourne, l’attitude des Allemands change. À l'extérieur les défaites se multiplient, à l’intérieur la résistance s’organise, de même que la collaboration d’ailleurs. C’est l’époque des dénonciations, des arrestations, du travail obligatoire, des rafles... Les Allemands deviennent « grincheux » et « difficiles »20. À Nivelles le personnel allemand est progressivement renouvelé, l’élite est envoyée sur le front de l’Est. Les nouveaux arrivés sont moins cultivés, plus bureaucrates et donc plus dangereux. Les « souris-grises » se multiplient. Elles sont, selon P. Vanderborght, hautaines, agressives et particulièrement désagréables. Les Feldgendarmes, reconnaissables de loin avec leur « scapulaire » en métal autour du cou, font de plus en plus peur. Au début, ils n’ennuyaient personne si ce n’est après le couvre-feu, mais par la suite ils deviennent moins tolérants. Là aussi on voit arriver des nouveaux, « des gens qui avaient fait des camps de formation SS et qui transpiraient le nazisme »21. Leur siège au Crédit Anversois est, dit-on, équipé d’une salle de torture. La population nivelloise les assimile à la Gestapo et les évite. Elle les méprise davantage quand elle découvre que les plus dangereux d’entre eux sont les collaborateurs belges. Car ce sont bien ceux-ci et les dénonciateurs que la population hait le plus. Cette haine occultée par l’impuissance et la peur, est une bombe à retardement qui suscitera à la Libération la vengeance populaire. Toutefois, il ne faut rien exagérer : la vie à Nivelles, grâce à la sagesse des autorités allemandes et à la diplomatie de l’autorité communale22, demeure plus tolérable que dans bien d’autres villes belges.

  • 23 A. GREGOIRE, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 6.

16Malgré la bonne volonté dont ils font preuve, les Allemands restent aux yeux des Nivellois, les ennemis, les occupants qu’on n’aime pas, bien qu’on admette qu’« ils ne soient pas bien méchants ». Voir un Allemand se casser la figure, jeter un pavé dans un carreau ou « faire pipi » sur la Kommandantur, fit toujours un immense plaisir aux gamins aclots (et peut-être aussi à d’autres !). Si les uns constatent avec soulagement la courtoisie et la correction de l’occupant, d’autres, le plus souvent des intellectuels, le détestent plus encore, voyant dans ce comportement une perfidie odieuse : les Allemands de 40-45 ont décidé de faire faire leur sale boulot par des collaborateurs belges, et il s’en trouve à Nivelles comme ailleurs. À Nivelles, comme dit L. Goche, « tout le monde détestait l’occupant, mais on a continué à vivre avec les Allemands dans les pattes en faisant semblant de rien... D’ailleurs ils étaient gentils ». La majorité de la population veut les ignorer tout en les méprisant, et, pour leur garder toute leur haine, éviter les contacts, ne pas apprendre à les connaître... Plus que les personnes, c’est ce qu’elles représentent qui est détesté ! Cette attitude s’explique d’abord par l’héritage de la guerre 14-18 : les souvenirs de l’occupation, la terreur des déportations, la « haine du boche » qui s’étaient transmis à la nouvelle génération, restaient vivaces. La haine viscérale du germanique s’étendait à la majorité de la population, jeune comme adulte. Cette hostilité est renforcée à Nivelles par les destructions subies lors des bombardements de mai 40. Si certains, étonnés par la discipline et l’efficacité allemandes, purent croire un instant en l’Ordre Nouveau... l’hésitation fut rapidement balayée : la majorité des Aclots ne pardonnera jamais aux Allemands, quels qu’ils soient, la destruction du centre de la ville. « Qui aurait pu chanter les louanges du nazisme alors que le centre de Nivelles n’existait plus ? », dit A. Grégoire, le fils du secrétaire communal sous l’occupation23. Il y eut donc relativement peu de collaborateurs par rapport à l’importance de la population et au nombre d’Allemands présents dans la ville. La haine, d’ailleurs, joua peut-être autant que le patriotisme en faveur de la résistance. L’évolution de 1943-1944 confirme la population dans ses positions. Son mépris se cristallise sur les feldgendarmes et les collabos craints par-dessus tout à cause des dénonciations. Le reste des soldats est rejeté dans une indifférence nourrie d’ignorance.

17Cette position est cependant impossible à tenir lorsque, par la force des choses, on apprend à les connaître. Les images reçues craquent alors de toutes parts. Derrière l’ennemi, on découvre des hommes de chair et de sang... Laissons la parole aux témoins eux-mêmes.

  • 24 Membre du F.I., elle participa à plusieurs actions dont le vol des fiches de la Werbestelle, le 10 (...)

18Lucienne Goche, femme de charge au palais de justice, est une résistante acharnée et efficace depuis 194224. On ne peut pas la soupçonner de sympathie pour l’Allemagne ! Pour elle, le capitaine Lembke était un homme « très gentil » :

« il ne faisait aucun problème pour apposer son cachet allemand sur les certificats médicaux que je lui présentais pour éviter les déportations en Allemagne ».

  • 25 R. Lechien, beau-fils de M. Tombeur, échevin pendant la guerre et ensuite bourgmestre, possède que (...)

19Elle ajoute : « J’ai toujours regretté de ne pas avoir son adresse ». Il semble qu’à la fin de la guerre Lembke écrivit à Schergen, l’interprète du bourgmestre. Il espérait avoir laissé un bon souvenir et demandait un certificat établissant qu’il n’avait pas nui à la population. Ce qui lui fut accordé25. L. Goche raconte encore :

  • 26 En fait, c’était surtout la Gestapo et la G.F.P. qui étaient dangereuses.
  • 27 L. GOCHE, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 2.

« Les feldgendarmes étaient dangereux26. Il y avait parmi eux quelques franches crapules. Un jour, je vois un vieux feldgendarme pleurer parce que son fils est prisonnier des Anglais. Je lui réponds que tous les jeunes d’ici faits prisonniers par les Allemands, c’est aussi triste ! Il acquiesça tristement. Nous nous comprenions... et bientôt il donna aux prisonniers la nourriture que je lui confiais. Malheureusement, ils n’étaient pas tous comme ça »27.

20Pierre Vanderborght a huit ans en 1940. Lorsqu’il rentre d’exode, la maison est occupée de la cave au grenier par des soldats, des dactylos, des officiers. Voici son témoignage :

« Dans le grand salon se trouvait le commandant von Durkheim avec son secrétaire. Il y avait le lieutenant Fritz Putzer qui était un autrichien de l’université de Weithoven, qui parlait un français impeccable. C’était un homme de parfaite éducation et qui a été le premier à faire un trait d’union entre la famille Vanderborght et ce qu’on devait espérer de l’armée allemande pour mettre pied à terre dans la maison. Lui était interprète, c’est lui qui recevait la population ou qui accompagnait le commandant von Durkheim ».

21Petit à petit, chambre par chambre, les Vanderborght reconquièrent leur maison.

  • 28 Le mess des officiers était situé rue Sainte-Anne.

« Les Allemands finalement étaient très sympathiques pour nous. J’avais 8 ans, je représentais un bon gamin à leurs yeux. La plupart de ces officiers avaient 30 ou 40 ans et avaient eux-mêmes des enfants de mon âge. Ils retrouvaient un peu de l’image de leur famille. J’étais même très gâté par eux car ils se privaient de dessert au mess des officiers28 pour m’amener du chocolat, des oranges, de la crème. En 1942 les Allemands ont quitté la maison ; seul reste comme hôte Fritz Putzer qui est resté jusqu'à la Libération. Il est resté pour avoir la paix avec le haut commandement. Il était Autrichien et pas nazi... même antinazi, je peux le garantir. C'est un homme qui a donné tous les jours à ma mère une enveloppe de dix à douze lettres anonymes de dénonciation des Nivellois (des femmes qui dénonçaient leur mari, des maîtresses leur amant, des fils leur père, etc.). Putzer ne supportait pas les lettres anonymes et les donnait à ma mère en disant : Voyez ce que vos compatriotes peuvent faire ! Vous allez brûler ça dans le four. Ce qu’elle faisait.

Voici un souvenir : tant Putzer que Hupper, simple caporal, qui était un gros industriel de Leipzig, très fortuné dans la vie privée, il disait toujours à mon père : Moi, dans la vie civile je suis général, à l’armée je suis caporal ! Et lui se contentait de suivre car il était réquisitionné, on l’avait mobilisé, et il en faisait le moins possible. C’était le parfait tire-au-flanc qui se cachait tout le temps, qui essayait de ne pas avoir de corvée. Il tramait ses savates dans un bureau bien calmement, derrière une machine à écrire et tapait très lentement pour user sa journée. Mais le soir ils venaient à l’étage et demandaient à écouter Radio Londres tous les deux ! C’étaient des intellectuels ces deux-là ! Ils voulaient connaître exactement la vérité... et ils écoutaient Radio Londres tous les soirs avec les Vanderborght. Putzer et Hupper étaient dans le fond des indisciplinés, mais devant leur commandant, ils claquaient des talons : ils jouaient le jeu, Heil Hitler !

  • 29 P. VANDERBORGHT, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 8.

Je me souviens. Lors de l’évacuation de l’armée allemande en septembre 1944, un camion chargé de dynamite et de munitions est tombé en panne, square Gabriel Petit. L’armée allemande en débâcle voulait le faire exploser ; et Putzer – toujours en place, il est pratiquement parti le dernier de Nivelles – a été interpelé par ma mère qui lui a dit : « Doctor Putzer, vous devez faire quelque chose. On ne peut pas à nouveau sacrifier le centre de la ville ». Putzer a interdit qu’on fasse exploser le camion. Un fermier du Mont Saint-Roch a été réquisitionné pour tirer le camion en dehors de la ville où on l’a fait exploser. Voilà une action que Putzer a fait pour le bien de Nivelles. Deux jours après, l’armée blanche nouvelle version (c’est-à-dire les résistants de la dernière heure) est venue trouver mon père en disant : On va descendre Putzer ici. Vous allez le retenir dans le garage. Vous, vous laissez les portes ouvertes et on arrive et on l’abat. Mon père a dit : Il n’en est pas question. Cet homme a fait beaucoup pour la population nivelloise ! Il a donc refusé »29.

  • 30 Il y eut, à Nivelles, plusieurs drames. Mais les arrestations et les déportations furent, le plus (...)

22Bref, l’occupation allemande à Nivelles ne fut pas dramatique30. La présence de l’occupant n’a pas laissé de marque profonde dans la mémoire des Aclots. Aussi les témoignages sont-ils souvent peu précis et laissent-ils de nombreuses questions en suspens. Qui étaient les Allemands de la Kommandantur ou de la Feldgendarmerie avant et après 1943 ? Quelle était la fréquence des passages de la Gestapo ou de la G.F.P. à Nivelles ? Quels étaient les rapports des Allemands de la Kommandantur avec ces « outsiders ? » Etc.

23Ces questions nous mènent à quelques considérations méthodologiques sur les sources orales. Celles-ci ont des avantages qui leur sont propres. Aucune autre source ne peut rendre compte, de manière aussi subtile, aussi profondément humaine, de l’atmosphère d’une époque. À travers les flots de paroles, les anecdotes, les hésitations, les brusques silences, les mensonges ou les transformations, c’est toute une vision de l’intérieur, pleine de chaleur et d’émotion, qui nous est offerte. L’historien découvre que ce qui a été important pour les témoins, n’est pas nécessairement ce que l’« Histoire » aurait retenu : à Nivelles, la recherche quotidienne de nourriture ou le couvre-feu a marqué davantage la population que la présence des Allemands. L’histoire orale n’est pas une histoire « objective », détachée, rigoureuse. Elle est, au contraire, une histoire engagée, pleine de contradictions et de richesses : une histoire fondamentalement humaine. Son apport le plus intéressant concerne l’histoire des mentalités et de la vie quotidienne. Nous avons vu combien elle était indispensable pour percevoir et reprendre l’image laissée par l’occupant. Il est frappant de sentir combien les témoins replongent, tout au long des interviews, dans la peau du gamin, de l’adolescent ou du jeune adulte qu’ils étaient à l’époque. D’une part, ils revivent en quelques heures ces quatre années ; d’autre part, le recul leur permet de voir certaines choses de manière plus claire et plus sereine : on avait cru être des héros, aujourd’hui, on sourit... les feldgendarmes faisaient peur, aujourd’hui, on en rit. Il est aussi intéressant de constater que certains sujets restent tabou même après quarante ans : la collaboration, la médisance, les eaux sombres de la résistance, les fermiers et le marché noir... Enfin, les enquêtes orales peuvent mener à la découverte de toutes sortes de documents inédits appartenant aux témoins.

24Après avoir interrogé ces témoins, remué les papiers, l’historien voit s’esquisser une gigantesque fresque où chaque personnage a son rôle, où les ombres et les couleurs se mêlent et se complètent, où les nuances les plus subtiles sollicitent le regard... Tableau mouvant, insaisissable. Lorsque l’on tente de le décrire, il se fige et perd ses nuances.

25Les sources orales comportent cependant des difficultés et des lacunes. Les témoignages reposent sur la mémoire : la chronologie est plus qu’approximative. On peut s’estimer heureux si le témoin parle du début, du milieu ou de la fin de la guerre. Dans les mémoires, un certain nombre d’événements ont été déplacés ou même supprimés. La précision des chiffres est très variable : le nombre de rexistes, de collaborateurs ou d’Allemands présents à Nivelles, varie du simple au triple ; par contre, bon nombre de témoins se souviennent du prix de certaines denrées au marché noir... Il y a des choses qui frappent ! Les témoignages sont une reconstruction complexe du passé où se superposent ce que le témoin a vécu ou cru vivre, ce que d’autres ont vécu, ce qu’il a appris par après et ce qu’il a oublié, effacé, transformé, inventé pour combler les vides ou donner quelque cohérence à son récit. Le témoin a une vision personnelle, partielle, subjective et tronquée, pleine d’intérêt pour peu que l’historien la prenne pour ce qu’elle est et qu’il en fasse la critique. Les sources orales doivent donc être analysées à la lumière d’autres sources plus précises, plus neutres, mais sans doute moins humaines.

  • 31 J. THÉVENOT, Les machines parlantes, dans L’Histoire et ses méthodes, Paris, 1961, p. 818.

26Enfin, les sources orales ont leurs limites. Les témoins n’ont pas tout vécu. Pour certains événements l’historien ne trouve pratiquement plus de témoin. À Nivelles le cas est frappant : la plupart des Aclots sont partis en exode, ne laissant sur place que les vieux et les malades. Aujourd’hui, plus personne ne peut nous raconter les premiers jours de l’occupation. Comment les Allemands se sont-ils installés ? Quelle fut la réaction des habitants ? Etc. Le regard du vieillard ou de l’homme mûr pendant la guerre ne nous est plus accessible. L’échantillon des témoins rétrécit chaque année. Laisser disparaître cette immense mémoire collective dans le silence, serait une erreur. À l’heure où « le mot imprimé recule devant l’image et le son », comme l’écrit J. Thévenot, « le temps est venu de lire et relire avec l’oreille. Fût-on historien »31.

Notes

1 Le bilan de ces sept jours est lamentable : une usine et 355 maisons anéanties, de même que l’église Saints-Jean-et-Nicolas, l’Hôtel de Ville, le Waux-Hall, les belles maisons patriciennes du centre de la ville et le monument Tinctoris, outre 657 maisons et 8 usines endommagées. N’existent plus : la rue des Bouchers, la rue de la Tranquillité, la me du Hautbergeon, l'impasse Wellington. Sont amputées : la me de l’Evêché, la me de Soignies, la me de Charleroi, la me de Mons, la me de Namur. La collégiale est gravement touchée, et de la châsse de sainte Gertrude, orgueil des vrais Nivellois, il ne reste qu’un quart des figurines et autres éléments constitutifs. Du côté humain, le bilan est tout aussi navrant : on compte une centaine de victimes, autant de civils que de militaires.

2 L. GENTY, Quarante ans après, dans Rif tout Dju, no 238, mai 1980, p. 19.

3 J. HEYMAN, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 7. N.B. : les témoignages que nous avons recueillis l’ont été sur cassettes. Celles-ci sont conservées à Louvain-la-Neuve, au Séminaire d”histoire contemporaine.

4 J. COPPENS, Nivelles et la 2ème guerre mondiale Nivelles, 1964, p. 29.

5 Citons notamment : J. COPPENS, op. cit. ; Nivelles en 1940, dans Rif tout Dju, no 281, mai 1984 (no spécial).

6 Les Kreiskommandantur ne faisaient pas partie du schéma allemand initial. Elles furent créées le 1er décembre 1940 pour adapter les institutions allemandes aux réalités des pays occupés. Nous ignorons le nom que portait la Kommandantur de Nivelles du 17 mai au 1er décembre.

7 L. GENTY, C’était Nivelles, dans Rif tout Dju, no 290, mai 1986, p. 46. En fait, les témoignages ne concordent pas : L. Goche parle du « capitaine » Lembke (cf. infra) ; P. Vanderborght et J. Heyman se souviennent du nom, mais ne parviennent plus à le situer ; enfin, X. Dusausoit, dans son séminaire sur la libération de Nivelles, parle, d’après un témoin, pour 1940 du major Hans Petry, grand spécialiste de l’art roman qui s’activa à préparer la restauration de la collégiale, et pour 1944 du major Best, officier assez conciliant d’origine autrichienne. Aucun des témoins que nous avons interrogés n’en parle.

8 P. VANDERBORGHT, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 8 ; E. de Lichtervelde a cité le nom de Hipman.

9 J. GONDRY, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 1.

10 Nous n’avons pas de chiffre officiel, mais il semble qu’ils ne devaient pas être plus de 500.

11 R. LECHIEN, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 3.

12 Selon L. Goche et A. Grégoire, ils faisaient purement et simplement partie des Feldgendarmes. Selon R. Lechien et J. Heyman, ils étaient en civil.

13 L. GOCHE, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 2. Notons que souvent les témoins n’aiment pas qualifier le personnel belge de la Werbestelle de collabos, mais L. Genty évoque la haine qu’ils suscitaient et affirme qu’une des ces personnes au moins eut de graves ennuis à la Libération.

14 Avec leurs avantages et leurs limites, cf. infra, p. 299 et sv.

15 J. HEYMAN, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 7.

16 L. GENTY, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 10.

17 Document personnel du Secrétaire communal Léon Grégoire.

18 L. GENTY, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 10.

19 J. HEYMAN, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 7.

20 Les témoins sont unanimes.

21 P. VANDERBORGHT, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 8.

22 Dans l’ensemble on peut dire que l’autorité communale fit son devoir en mai 1940, et qu’elle se défendit habilement contre les rexistes pourtant soutenus par l’occupant. Par exemple, dès juin 40, le bourgmestre, Léon Jeuniaux, remplaça immédiatement les conseillers manquants par des hommes de confiance. Ce n’est qu’en décembre 1942 que deux rexistes se font nommer échevins, en vertu de l’ordonnance du 7 mars 1941. Ils n’eurent cependant jamais de véritables moyens d'action ! Dès leur arrivée, L. Jeuniaux, d’accord avec l’échevin Tombeur, s’attribue l’état-civil et redistribue les portefeuilles afin de laisser aux rexistes des attributions où leur idéologie aurait le moins d’influence (hygiène publique, instruction, commerce, etc.). Le scrutin 2-2 (les rexistes contre Jeuniaux et Tombeur) permit au bourgmestre de prendre toutes les décisions. D sut éviter les heurts avec l’occupant, tout comme il sut aider les démunis, les réfractaires et les résistants.

23 A. GREGOIRE, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 6.

24 Membre du F.I., elle participa à plusieurs actions dont le vol des fiches de la Werbestelle, le 10 janvier 1944.

25 R. Lechien, beau-fils de M. Tombeur, échevin pendant la guerre et ensuite bourgmestre, possède quelques documents dont cette lettre. Malheureusement, il refuse de les communiquer.

26 En fait, c’était surtout la Gestapo et la G.F.P. qui étaient dangereuses.

27 L. GOCHE, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 2.

28 Le mess des officiers était situé rue Sainte-Anne.

29 P. VANDERBORGHT, Nivelles dans la guerre 1940-1944, cass. no 8.

30 Il y eut, à Nivelles, plusieurs drames. Mais les arrestations et les déportations furent, le plus souvent, l’œuvre de la Gestapo et de la G.F.P. envoyées – semble-t-il – de Bruxelles.

31 J. THÉVENOT, Les machines parlantes, dans L’Histoire et ses méthodes, Paris, 1961, p. 818.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540