Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Critique de restitution et critique de compréhension : leur application aux sources orales

Gaston Braive

Texte intégral

  • 1 Il s’agit ici de sources orales et non de tradition orale. Cette dernière suppose la transmission (...)

1L’utilisation de plus en plus fréquente de sources orales1 en histoire amène l’historien à aborder des problèmes critiques dont la spécificité relève autant de l’accentuation que de la rénovation de certaines phases de la critique classique.

2Ainsi en est-il de la critique de restitution, trop souvent et trop longtemps minorisée par cette même critique classique qui la cantonne assez ou trop généralement aux documents antérieurs à l’imprimerie et encore, parmi ceux-ci, le plus souvent aux problèmes des lacunes ou des archétypes.

3Ces problèmes critiques ont retrouvé toute leur acuité avec l’apparition de l’audiovisuel, où le témoignage n’est plus écrit mais auditif ou/et visuel, ce qui rend le recours à l’original plus malaisé dans nombre de cas et nécessite en tous cas le passage par une copie pour atteindre la forme écrite, la plus souvent utilisée encore au niveau de la synthèse.

  • 2 Paul HARSIN, Comment on écrit l’histoire, 7e éd., Liège, Georges Thone, 1964, p. 60.

4L’interview en est l’exemple privilégié, dans lequel le travail de l’historien s’avère d’autant plus parsemé d’embûches que si, comme pour le texte écrit, « toute copie peut être présumée infidèle »2, en l’occurrence le danger de la mauvaise retranscription se trouve accru par le passage de l’audition à l’écriture et par cet a priori d’un chacun selon lequel il peut entendre aussi bien qu’il lit.

5Une déjà longue expérience de l’utilisation de ce genre de sources et de l’application à celles-ci des différentes phases de la critique nous a permis, en parallèle précisément avec l’enseignement théorique dispensé par le professeur Jacques Paquet aujourd’hui honoré, de pouvoir dresser une sorte de catalogue éloquent, incomplet sans aucun doute mais affiné, d’erreurs de copistes modernes.

6La plupart de ces erreurs possibles portent à sourire par les exemples qui les illustrent, un sourire cependant teinté d’une certaine présomption inconsciente qui fait croire à chacun d’entre nous que « cela n’arrive qu’aux autres »...

Premier type d’erreur : la lacune

7La lacune s’avère souvent l’erreur la plus grave du copiste, car elle tronque le texte et prive le lecteur, et donc l’historien, de certaines informations. Certes il y a, dans le cas de l’interview, les lacunes inévitables, indépendantes de la qualité du copiste, causées par les passages inaudibles. Ce sont les pendants modernes des documents anciens tronqués, écrits ou imprimés, que seules les conjectures peuvent compléter.

8Les lacunes dues, non plus au témoin ou à la mauvaise qualité de l’enregistrement, mais au copiste lui-même peuvent être, elles, soit anodines, s’il transcrit, par exemple, « J’ai été un an et demi environ... », alors que le témoin a dit « J’ai été pendant un an et demi environ », soit – et ce sont les cas qui intéressent le critique – avoir des implications sur la compréhension du texte. Dans ce dernier cas, elles peuvent aller jusqu’à ôter sa signification au texte, voire amener un contresens :

9Exemple :

Le copiste a transcrit : « Je n’y ai jamais été »
Le témoin avait déclaré : « Je n’y ai jamais été qu’une fois »

10Sans y avoir contresens, il peut se produire une perte, parfois importante, de la signification du texte :

11Exemple :

12Un témoin est interrogé sur les rapports qui s’établirent entre étudiants de la Faculté Saint-Louis et ceux de l’U.L.B. lorsqu’en novembre 1941, à la suite de la fermeture de l’université libre-exaministe, un fort contingent d’étudiants de l’U.L.B. débarqua à la Faculté Saint-Louis :

« Je me souviens de l’un d’entre eux et cela va vous faire rire. [...] Oui, il était plus âgé que nous et il avait quelque chose de très social »

13Cette phrase n’a guère de signification telle qu’elle a été retranscrite par le copiste, lequel a omis le nom du personnage en question ! Le témoin avait en effet déclaré :

  • 3 Guy CUDELL (° Woluwé Saint-Pierre, 12.02.1917), bourgmestre de l’une des communes de l’agglomérati (...)

« [...] Oui, il était plus âgé que nous et il avait quelque chose de très social : Cudell3 »

14Autre exemple :

« mon oncle, qui lui aussi avait été rappelé [en 1940] »

15alors que le témoin avait précisé :

« mon oncle de Liedekerke, qui lui aussi avait été rappelé... »

16Ces deux derniers exemples montrent que la restitution du texte lacunaire permet d’éviter une démarche d’identification qui peut se révéler longue et laborieuse. La critique de restitution, classiquement rangée dans les opérations de critique externe, ne peut être isolée de la critique interne, du contenu du texte. Son application dans le cas présent accroît la précision du témoignage et évite une démarche de la critique de compréhension, l’identification du personnage ou de l’oncle en question. L’inverse se produit également, nous le verrons, lorsque la compréhension d’un texte vient au secours de son éventuelle restitution à l’état original.

17La lacune guette particulièrement le copiste chargé de la retranscription d’une interview, dans la mise au net de sa première copie, copie de base ou copie de travail. Généralement, lorsqu’on retranscrit une interview il convient de passer d’abord par une première version littérale pour utiliser ensuite une version plus littéraire faisant la part au style écrit et au style oral, corrigeant celui-ci. La nouvelle version ou copie omet notamment nombre d’interjections, d’onomatopées, de répétitions, de mots tronqués ou de tics de langage de la personne interrogée.

  • 4 L’original est ici la bande magnétique et, non, comme le prétendent certains, la copie manuscrite (...)

18Lorsque l’historien utilise donc et veut citer un témoignage oral, il est amené à le transcrire du style oral utilisé par le témoin en un style littéraire, celui de l’article ou de l’ouvrage qu’il rédige. Il convient cependant que cette copie de copie, c’est-à-dire cette adaptation du témoignage, soit la plus fidèle possible à l’original4 et ne le modifie donc que lorsque cela s’avère indispensable et surtout sans influencer la compréhension et la portée du témoignage.

19La version littérale ou première copie doit, elle, demeurer entièrement fidèle à l’original, quitte à s’adjoindre des notes correctives ou informatives infrapaginales pour expliquer les anomalies de langage ou de retranscription.

20Ces deux versions, lorsqu’il s’agit de copies de copie, peuvent entraîner de nouvelles lacunes importantes, soit par la non-perception de l’intérêt d’un mot supprimé, fût-il une onomatopée, soit par l’introduction de nouvelles fautes de copie, dont l’une des plus fréquentes – quant aux lacunes-est celle de l’omission de tout un membre de phrase séparant deux usages d’un même mot.

21Exemple :

« [Au collège], il y avait les rexistes et les anti-rexistes. Moi j’étais rexiste, tout à fait convaincu »

22La réapparition du mot rexiste a fait commettre au copiste une lacune dans la relecture de son propre texte de base qui comportait la phrase suivante :

« [Au collège], il y avait les rexistes et les anti-rexistes, par exemple. Je parle de ‘36, hein. En ‘36, la moitié des étudiants à peu près étaient rexistes. Moi j’étais rexiste, tout à fait convaincu »

23La lacune est d’importance...

Deuxième type d’erreur : l’inaudibilité ou la mauvaise audition

24Directement liée à la lacune involontaire due au caractère inaudible de certains passages du témoignage oral enregistré, la retranscription erronée du témoignage en raison d’une mauvaise audition ou d’une interprétation erronée de cette audition, provoque les pires désastres.

1. La retranscription soi-disant phonique d’une phrase sans signification et, en tous cas, non comprise par le copiste :

25Exemple :

« A défaut d’Euclide, on a des [inaudible] »

26Euclide doit se demander ce qu’il vient faire dans un témoignage où le témoin avait tout simplement utilisé le dicton populaire :

« A défaut de grives on mange des merles »

27Il faut immédiatement relever que la responsabilité en l’occurrence ne tient pas uniquement au copiste, mais provient souvent de la mauvaise élocution du personnage interrogé ou de la mauvaise qualité de l’enregistrement. Nombre de personnes, en effet, parlent peu clairement, passent par des intonations trop faibles ou « mangent » les fins de mots ou de phrases. Dans la mise en place des conditions matérielles de l’enregistrement, il convient de veiller au bon fonctionnement de l’appareil utilisé, à la disposition adéquate du ou des micro(s), au réglage correct de l’intensité d’enregistrement et à l’accentuation des tonalités aiguës pour la captation claire de la voix humaine. Ces précautions, à première vue élémentaires, influent directement sur les résultats de la critique de restitution.

2. L’interprétation de déclarations peu audibles

28Critique d’interprétation et critique de restitution se donnent ici la main avec les risques inhérents à la bonne compréhension d’un texte dont la forme est peu assurée. Si la compréhension est mauvaise, la restitution le sera aussi et inversément.

29Certains cas apparaissent simples, tant le texte fourni paraît peu plausible au moment de la compréhension :

30Exemple :

« Le 10 mai 1940 je me suis dit : C’est fini, je ne dors plus, je suis parti pour la guerre »

31Si elle avait été correcte, cette version aurait causé à l’intéressé, un étudiant, une très longue insomnie. Heureusement pour lui, il avait déclaré :

« C’est fini, je ne bloque plus, je suis parti pour la guerre »

32Autre exemple :

« Au collège, on lisait Mérimée, le marquis de Sade »

33ce qui paraît pour le moins suspect au Collège Saint-Michel à Bruxelles en 1938 !

Le témoin avait déclaré : « On lisait Mérimée, Lamartine »

34La restitution avec changement de sens peut cependant imposer un travail critique de compréhension à la fois inutile et basé sur des prémisses à ce point erronées qu’il risque de s’orienter dès le départ vers des conclusions totalement fausses :

35Exemple :

« J’ai fait l’exode et j’ai fait dix jours de voyage »

36alors que le témoin a dit :

« J’ai fait l’exode comme tous les Belges de mon âge à peu près »

37Il serait vain de chercher à comprendre comment et pourquoi le témoin en question n’aurait effectué en 1940 qu’un exode de dix jours.

38Le contresens renvoie plus aisément le texte de la critique de compréhension à la critique de restitution, par les aberrations sur lesquelles il peut déboucher :

39Exemple :

« [Dans l’Italie fasciste d’avant guerre, il y avait] les grandes valeurs : la patrie, la famille, la foi, la religion... les communistes faisaient un peu la même chose »

40Le témoin avait dit :

« les grandes valeurs : la patrie, la famille, la foi, la religion... Mussolini se f... éperdument de la religion »,

41ce qui n’est évidemment pas tout à fait la même chose, les dites valeurs n’entrant pas dans l’idéologie défendue par les communistes à l’époque.

42Plus subtiles et plus dangereuses aussi sont les restitutions de textes erronées dont la compréhension peut passer pour cohérente. L’étape restitutionnelle apparaît à ce moment-là décisive :

43Exemple :

44Evoquant ses années de collège dans les années 1935-39 et plus particulièrement un voyage scolaire, un témoin déclarera, du moins selon la version qu’en donnera le copiste retranscripteur de l’interview :

« C’était du Rex intégral, comme cela, Vlan dans l’autocar »

45alors que le témoin avait dit :

« C’était du Rex vaincra, comme cela, des chants dans l’autocar »

46La première version n’est pas dépourvue de sens, d’autant plus qu’un des journaux rédigés par Degrelle avant la guerre s’intitulait Vlan...

Troisième type d’erreur : le vocabulaire et l’orthographe

1. Le vocabulaire

47Le copiste peut disposer d’un vocabulaire restreint qui lui fait ignorer certains mots et donc l’amène à les remplacer par d’autres à sa portée, mais qui provoquent : des modifications de sens :

48Exemples :

« Des slogans ou des idées qui nécessairement auraient provoqué les délires ou la colère [...] de l’occupant [entre 1940 et 1944] »

49alors que le témoin a parlé de :

« l’ire ou la colère [...] de l’occupant »

50Un copiste, marqué sans doute par la libido freudienne, évoqua les « activités libitives » des étudiants d’avant-guerre, alors que le témoin avait tout simplement évoqué les « activités bibitives »

51des contresens :

52Exemple :

« J’ai aussi lu tout Rabelais, mais alors dans le texte. Ça c’était pas intéressant »

53Le témoin avait déclaré :

« Ça c’était par pensum »

54Parmi les sources d’erreurs provenant du vocabulaire, les plus redoutables sont les « faux amis » ou mots se ressemblant euphoniquement mais dont la signification est cependant divergente :

55Exemples :

« Un moulin désinfecté », alors que le témoin a dit « désaffecté »
« Les imminents services » pour « les éminents services »
« Les partisans de l’ordre nouveau, on les fouillait, c’est tout », alors que le témoin déclarait « on les fuyait »
« On a dû parquer » pour « on a débarqué »
« Plus loin, tu vas voir dans le sommet » pour « tu vas voir dans le sommaire »

56Avec contresens :

« Je vous dis, ce n’était pas une morale » pour « ce n’était pas immoral »
Le copiste écrit : « Je n’en ai connu aucun »
le témoin avait dit : « Je n’en ai connu qu’un »
etc.

2. L’orthographe

57Les fautes d’orthographe peuvent entraîner des modifications de sens, parfois cocasses :

58Exemple :

« Les jeunes filles portaient la toque et c’était même très saillant »

59alors que le témoin a voulu dire « très seyant » évidemment, ou plus sérieuses :

60Exemple :

« Degrelle, c’était d’ailleurs cet élément-là, l’anticommunisme, qui l’agitait », alors qu’il convenait d’écrire « qu’il agitait »

61L’usage de la majuscule ou non a son importance :

Le « On aurait été au cap s’il avait fallu » du copiste n’équivaut pas au « On aurait été au Cap [en Afrique du Sud] s’il avait fallu »

62De même le mauvais usage de la ponctuation peut mener au contresens, d’autant plus facilement qu’elle est parfois malaisée à établir à partir du style oral utilisé par le témoin :

63Exemples :

« Attention ! Cela ne veut pas dire qu’on les fréquentait »

64alors que le témoin a déclaré tout au contraire, interrompant sa première phrase :

« Attention ! Cela ne veut pas dire que... On les fréquentait ! »

De la même aune : « Je n’ai pas l’impression que je m’en rappellerais »,

65alors que le témoin a dit :

« Je ne crois pas que... Je m’en rappellerais »

3. Les noms propres

66Il s’agit à l’évidence du domaine dans lequel le copiste se laissera surprendre le plus aisément. Il peut disposer d’un vocabulaire étendu, mais ses connaissances onomastiques ne s’étendent pas nécessairement à celles du témoin dont il retranscrit le témoignage.

67Quelques exemples :

Le copiste écrit : « A côté de Giraudoux [...] il y avait bien d’autres »

Le témoin avait dit : « A côté de Giraudoux [...], il y avait Bernanos »

« Nous avions un professeur de droit, le professeur de l’Athénée de Boitsfort comme professeur de droit pénal »

68Le bâtonnier Braffort n’avait évidemment rien à voir avec l’Athénée de Boitsfort...

« Il y avait des Nicolas Jacques, Poupée, enfin il y avait toute une tapée »

69Le témoin avait déclaré :

« Il y avait des Mikolajczak, Pouppez [de Kettenis], enfin il y avait toute une tapée... »

70Dans sa tentative d’identifier des noms propres qu’il entend et doit retranscrire, le copiste aura souvent tendance à tomber dans des anachronismes, les noms meublant sa mémoire ne coïncidant pas à ceux, le plus souvent antérieurs, du témoin. Ici encore, critique de restitution et de compréhension vont de pair, étroitement :

71Exemple :

72Les écrivains : « Georges Duhamel, François Mauriac, Mauroy... »

assimilation manifeste avec le maire de Lille, mieux connu du copiste de 1986 que l’écrivain Maurois d’avant-guerre...

73L’erreur peut se présenter dans le sens inverse, le copiste croyant entendre un nom propre alors qu’il s’agit tout bonnement d’un nom commun. Ainsi un copiste évoqua un jour « la mère Defays », qui n’était autre, dans le témoignage qu’il retranscrivait, qu’une bonne et digne « mère de famille ». De même, un copiste fit dire à un témoin, racontant son exode en France en ‘40, qu’il avait « noué des contacts aussi avec une famille d’Alost, les Brasseur ». Il s’agissait tout simplement d’« une famille d’Alost, des brasseurs ».

4. Les mots en langues étrangères

74Tout autant que les noms propres, les mots en langues étrangères, lorsque ces langues ne sont pas connues du copiste, entraînent des fautes de copie ou des lacunes : des lacunes :

75Exemple :

« Je me souviens très bien d’un soldat allemand passant la tête dans un compartiment et demandant : [inaudible] ».

76Le copiste ne connaissant pas l’allemand n’a pu retranscrire le mot prononcé par le témoin et qui, ici, a son intérêt :

« Keine Juden ? »

77des erreurs de copie et d’interprétation :

78Exemple :

« Je suivais un cours d’italien [en 1940], je me rappelle [...], j’allais à la « Tageltabel », rue de Bourgogne »

79Ce centre aux consonnances très allemandes pour des cours italiens n’était autre que :

« la Casa d’Italia, rue de Livourne »

80Le cas le moins étonnant n’est pas celui où le copiste, ne connaissant pas le mot recherché dans la langue ou le patois utilisé par le témoin, le transforme en un vocable d’une autre langue.

81L’exemple fourni est typique pour la Belgique.

82Il s’agit d’un ministre wallon interrogé sur son expérience de l’exode, témoin auquel le copiste fait dire :

« On est remonté dans la bagnole et vooruit, toujours vers le sud »

83« Vooruit » est un mot flamand, peu dans les usages du témoin originaire du Luxembourg belge et qui signifie « en avant ». Il est le fruit de l’interprétation – exacte quant à la compréhension mais non quant à la restitution – du mot wallon utilisé par le témoin :

« On est remonté en bagnole, evôie vers le Sud... »

84Croyant bien faire, le copiste peut aussi traduire des mots étrangers ou argotiques, modifiant ainsi, sinon le contenu, du moins la forme du témoignage :

85Exemple :

  • 5 « Scherp » est un mot néerlandais signifiant « acéré, tranchant », utilisé dans l’expression bruxe (...)

Un copiste avait transcrit « Ce sera un peu juste », alors que le témoin avait déclaré « Ce sera un peu scherp »5

5. Le lapsus calami

86Outre les fautes de frappe, le copiste peut fort bien, par distraction, ne pas écrire le mot qu’il entend parfaitement, mais qu’il retranscrit mal :

87Exemple :

« Je me souviens d’avoir vu des soldats allemands à l’intérieur de l’armoire »,

88alors que le témoin, très clairement, déclare

« à l’intérieur de l’immeuble »

Quatrième type d’erreur : la compréhension

89Il s’agit de la source d’erreurs la plus fréquente qui fait d’ailleurs se relier intimement critique de restitution ou critique externe et critique d’interprétation ou critique interne, l’une justifiant et épaulant l’autre.

90Les sources d’erreurs de compréhension sont très nombreuses, les plus fréquentes provenant cependant de lacunes dans les connaissances du copiste : historiques

91Exemples :

« Degrelle, bon, réussit. Il va à Paris, à la préfecture »

92Le témoin a déclaré :

« Degrelle, bon, réussit. Il va balayer la pourriture »

93Du même acabit :

« Degrelle avait banni la torture »

94pour

« Il allait bannir la pourriture »

95Ces deux exemples dénotent chez le copiste une méconnaissance des thèmes
de propagande rexistes.

« L’abbé Mercier, professeur de physique, ancien combattant de la guerre ‘14-‘18, grand gazier »

96L’abbé Mercier avait certes quelques dons de plomberie, mais était surtout
un gazé de ‘14-‘18 !

« Au Portugal, il y avait un régime de droite, il y avait Saint-Lazare »

97du nom d’une gare parisienne bien connue sans doute, confondue par le copiste avec Salazar, qu’il ne connaissait pas !

98Géographiques

99Exemples :

« [A Louvain, il fallait] descendre la rue de Namur jusqu’au Spoelberg de
l’Orangeoule »

100Le bâtiment en question – le Spoelberch de Lovenjoul – tire son nom d’un
des bienfaiteurs de l’université.

« Son hôpital était basé dans la Verron », pour l’« Aveyron »

« Je n’étais pas tellement loin de l’aérodrome de Schaerbeek, appelé le désert à l’époque »

101Le témoin avait déclaré en prononçant à la française (évère) : « l’aérodrome
de Schaerbeek, d’Evere à l’époque ».

102L’exemple suivant montre la combinaison dans une même phrase de deux
erreurs de copiste, l’une due à la méconnaissance d’un nom propre
géographique, l’autre à celle de la transformation d’une interjection :

« Je me souviens être allé à Louvain vers le mois de septembre ‘40 au Collège Duval. Le Collège Duval c’est, si vous voulez, là où on loge bien »

103Or le témoin avait dit :

« Je me souviens être allé à Louvain vers le mois de septembre ‘40 au Collège du Pape. Le Collège du Pape, c’est, si vous voulez, là où on loge, hein »

104Littéraires

105Exemples :

« Rex publiait des livres. C’était la collection Durand Gramm »

106La collection pour la jeunesse en question est la collection Durandal.

« Le cours de littérature de Bedyazard »

107traduction euphonique du cours de littérature de Bédier et Hazard !

« Si vous pensez au « Cid » de Kipling ».

108Il s’agit évidemment du « Si » ou « If » en anglais de Kipling.

« L’Etisticulabus » de Cicéron que le copiste a audacieusement pris pour le « De Tusculanibus », interprétation latine déjà libre du témoin pour les Tusculanes de Cicéron.

109philosophiques

« Une fois qu’on arrivait dans les [philosophes] allemands, là vous savez, Hegel, fichtre je ne sais pas tout quoi [...] Kant »

110Sous l’interjection « fichtre » du copiste se trouve impoliment caché le philosophe Fichte cité par le témoin...

« Nous avions envie de lire ce qu’on appelle les « léquistes » anglais ou même de Birange »

111Le copiste s’est rendu compte de son ignorance en plaçant par prudence les « léquistes » entre guillemets (pour « lakistes »), mais ne croyant pas estropier davantage encore Maine de Biran, qui suivait !

L’emendatio nécessaire ou le lapsus linguae du témoin

112Il est des cas où manifestement le témoin a commis un lapsus linguae. Dans ce cas, le copiste le corrigera en indiquant en note la formule originale du témoin, afin de permettre au lecteur de juger si sa correction est justifiée.

113Exemple :

114Un témoin déclara dans une interview :

« On évoquait l’Action française un peu de bouche à bouche ».

115Il voulait manifestement dire « de bouche à oreille ».

116C’était déjà le document oral... !

***

117Tous les exemples fournis ci-dessus sont authentiques et tirés de travaux de futurs historiens, étudiants des Facultés, dûment prévenus des difficultés du travail de copiste et dotés parallèlement d’une formation théorique par le biais d’un cours spécialisé de critique historique. Certes, il y aura toujours des maladroits, mais l’historien patenté lui-même se livrant à la restitution de documents oraux ne peut résoudre tous les cas litigieux – les mots ou morceaux de phrases inaudibles par exemple – et reste donc, lui aussi, soumis aux risques des interprétations erronées ou douteuses, aux chausses-trappes du copiste.

118Certes des progrès considérables ont pu être obtenus dans le domaine de la retranscription par le transfert mécanique ou électronique des données, ce qui évite pas mal d’erreurs humaines, mais non toutes, car de simples variantes de logiciels en informatique, par exemple, ou, pire, une coupure de courant tout simplement peuvent altérer – et comment ! – des textes, sans que l’auteur de la copie s’en rende compte si, trop confiant dans les performances de la machine, il ne collationne pas les deux versions, précaution élémentaire pour s’assurer de la conformité de la copie avec l’original. On en revient à la critique de restitution...

Notes

1 Il s’agit ici de sources orales et non de tradition orale. Cette dernière suppose la transmission de récits ou de faits historiques entre différents témoins par voie orale, « de bouche à oreille », tradition recueillie finalement par l’historien. Pour autant que le dernier maillon de la chaîne ait transmis son témoignage par voie orale et non par écrit, il s’agira aussi d’une source orale. Nous entendons donc par là tout témoignage exprimé oralement et recueilli par l’historien, le journaliste, le juge ou tout autre interrogateur ou récepteur, soit par transposition immédiate vers l’écrit, soit par un procédé d’enregistrement auditif ou audio-visuel : interview, film parlant, vidéo, disque, cassette etc.
Les problèmes de critique de restitution ont été peu posés et abordés par les théoriciens de la critique, même récente, des sources orales. Leur attention s’est davantage portée vers la valeur des témoignages utilisés, leur autorité, leur compétence, notamment en liaison avec la qualité de la mémoire, l’originalité et la sincérité du témoin. Voir notamment : Anthony SELDON et Joanna PAPPWORTH, By Word of Mouth. « Elite » oral History, Londres-New York, Methuen, 1983, XI-258 p. ; David HENIGE, Oral Historiography, Londres-New York, Longman, 1982, X-150 p.

2 Paul HARSIN, Comment on écrit l’histoire, 7e éd., Liège, Georges Thone, 1964, p. 60.

3 Guy CUDELL (° Woluwé Saint-Pierre, 12.02.1917), bourgmestre de l’une des communes de l’agglomération bruxelloise, Saint-Josse-ten-Noode, ancien député et ministre, affilié au parti socialiste belge, entra, en effet, à l’U.L.B. en 1941, puis passa par Saint-Louis et l’Université catholique de Louvain, en raison de la fermeture de l’U.L.B. par l’occupant en novembre 1941. A cette date, il était effectivement plus âgé que la majorité des étudiants de première candidature à Saint-Louis, puisqu’il avait vingt-quatre ans alors que la plupart de ses condisciples en avaient dix-huit ou dix-neuf. Voir à son sujet : Dictionnaire des Belges, Bruxelles, Pierre Legrain, 1981, p. 102.

4 L’original est ici la bande magnétique et, non, comme le prétendent certains, la copie manuscrite du témoignage enregistré. Nous nous rangeons sur ce point entièrement aux vues de Philippe JOUTARD : Pour une lecture critique du document oral, dans Problèmes de méthode en histoire orale, Paris, C.N.R.S. Institut d’histoire du temps présent, 1981, p. 30.
Même si la relecture par la personne interrogée du texte retranscrit donne une certaine – et nouvelle – autorité au document écrit, il n’en reste pas moins que l’on se trouve à ce moment-là devant deux originaux : la bande magnétique (source orale) et la copie (source écrite) amendée, laquelle peut, en effet, être considérée à son tour comme une nouvelle version « originale » parce que revue par son auteur. Cf. dans ce sens également : ID., Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983, pp. 217-218 (Le temps et les hommes).

5 « Scherp » est un mot néerlandais signifiant « acéré, tranchant », utilisé dans l’expression bruxelloise, mi-française mi-flamande, reprise par le témoin et dont la signification est celle de « justesse proche de l’insuffisance ».

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540