Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Cassandre, un hebdomadaire belge d’avant-guerre. Aspects méthodologiques et critiques d’une analyse du contenu1

Christian Hubin

Texte intégral

  • 1 D’après C. HUBIN, Les débuts de Cassandre (déc. 1934-déc. 1936). Essai d’analyse du contenu, mémoir (...)

1Énoncer ici les raisons de l’intérêt que l'historien du XXe siècle porte à la presse serait un truisme. Les façons de l’exploiter sont multiples. Mais l’analyse du contenu demeure un travail fascinant car le « regard imprimé » d’un groupe de témoins, à une époque donnée, constitue une matière qui combine la richesse des archives écrites avec la vie animée d’un film d’époque.

  • 2 J. KAYSER, Le quotidien français, Paris, 1963.

2L’historien Jacques Kayser, qui nous a largement inspiré dans notre démarche méthodologique, défend l’idée qu’une analyse du contenu doit être envisagée en tant que produit fini et homogène, dont les limites sont clairement circonscrites par celles de la surface imprimée du journal, même si ce produit n’est que l’ultime étape d’un processus antérieur2.

3Ce travail, nous l’avons envisagé d’abord sous forme d’une double démarche convergente : une analyse qualitative classique, structurée sur base des résultats qu’offrait une analyse quantitative de la surface imprimée. Si cette dernière est bâtie selon les principes et la méthode préconisés par l’historien déjà cité, notre seconde démarche demandait, cette fois, que l’on sorte du cadre strict du journal. Le contenu ne pouvant être coupé de ses créateurs, nous devions nous atteler à connaître ceux qui avaient rédigé ce que nous lisions. C’est ainsi que nous avons été amené à dresser un fichier biographique qui constitue en réalité le troisième volet de notre travail.

I. Analyse quantitative du contenu

1. Remarques générales

4La surface qu’un journal accorde à une matière est le reflet d’un choix, d’une sensibilité et d’une hiérarchie de valeurs. Cela apparaît plus clairement encore lorsqu’il s’agit d’un hebdomadaire, moins sensible que le quotidien aux humeurs imprévisibles de l’actualité.

5L’improvisation n’y est probablement pas totalement absente – une semaine de délai, c’est court – mais la structuration de l’hebdomadaire, plus simple et plus « lisse », permet de mieux cerner sa personnalité et les intentions de ses concepteurs.

  • 3 Cassandre se présentait comme un quotidien grand format d’aujourd’hui.

6Par son travail de découpage et de classification de la surface imprimée en catégories d’unités rédactionnelles, l’analyse quantitative du contenu permet de dégager de manière rationnelle et rigoureuse la hiérarchie des centres d’intérêt de l’hebdomadaire, au-delà des apparences parfois trompeuses qu’offre une approche du contenu trop linéaire. Le risque, dans ce cas-ci, est d’être surtout sensibilisé par la morphologie du journal. L’emplacement accordé à une rubrique, son titrage, sa typographie, etc. constituent pourtant des choix importants. Quand Cassandre propose un éditorial de Paul Colin à la « une », au titre accrocheur3 tant par sa forme que par son contenu, avec photo ou caricature..., ce n’est, bien évidemment, pas neutre : ces problèmes importants ne concernent pas l’analyse quantitative, mais plutôt une étude complémentaire que l’on a décrite sous le titre Description morphologique. On y constate d’ailleurs que les changements morphologiques ne sont pas nécessairement liés aux modifications quantitatives.

7Une fois que le travail de quantification a été réalisé, on peut procéder aux comparaisons entre catégories et observer leurs évolutions respectives. Leur mouvance est révélatrice des pulsions, des virages, mais plus souvent, des nombreux petits changements, peu perceptibles, qu’opère l’hebdomadaire au fil des semaines, et qui aboutissent dans certains cas à une évolution tangible d’une année à l’autre.

  • 4 G. RINGLET & M. ELIAS, Média en question. La presse quotidienne, Bruxelles 1979 (Dossiers du C.I.M. (...)
  • 5 N. PIEPERS, La Revue Générale de 1865 à 1940. Essai d’analyse du contenu, Louvain - Paris, 1968.

8Il ne faut pas demander à l’analyse quantitative plus qu’elle ne peut nous donner. On ne peut la comparer à l’analyse qualitative mais elle est censée la compléter, et peut contribuer à l’élaboration de sa structure. On peut lui reprocher une problématique trop plate ou superficielle. C’est, à notre sens, largement compensé par le caractère global et systématique de sa démarche qui aboutit à des résultats clairs et difficilement contestables. « L’analyse quantitative offre ainsi l’avantage de dépasser le subjectivisme (non pas la subjectivité) pour atteindre une certaine objectivité »4. Même si, quelle que soit la méthode, l’interprétation de ces résultats est toujours en partie subjective5.

2. Méthode

9L’élaboration des catégories doit tenir compte de deux exigences contradictoires.

    • 6 J. KAYSER, op. cit.

    Pour que le travail puisse être compris, comparé à d’autres, il faut utiliser un langage commun et des classifications analogues reposant sur des critères communément acceptés6.

  1. Il ne s’agit pas d’imposer une matrice préfabriquée construite à partir de critères généraux abstraitement définis. La personnalité du journal, ses caractéristiques propres imposent au chercheur que l’on parte du journal pour dégager progressivement les matières qui donneront aux catégories leur intitulé définitif.

10Définir les catégories se fera, au début, de manière empirique par réajustements successifs, avant d’aboutir à une grille définitive.

  • 7 Ibidem.

11Si l’on prétendait à la plus scrupuleuse des exactitudes, il faudrait presque envisager autant de matières qu’il y a d’unités rédactionnelles, ce qui rendrait le travail inutile « puisque l’intérêt de telles analyses est de décomposer les journaux en grandes masses significatives et comparables »7.

12Lors de cette phase, deux écueils sont cependant à éviter : la généralisation excessive où des matières très dissemblables se côtoient dans une même catégorie, la décomposition trop fouillée conduisant à des déformations regrettables dont la moindre n’est pas celle qui interdit les vues d’ensemble, puisque celles-ci constituent un des buts fondamentaux de l’analyse quantitative.

13Si le choix des mots de l'intitulé pour chaque catégorie se fera sans beaucoup de difficultés, il n’en va pas de même pour les délimitations du champ d’action de chacune d’elles. Les « clôtures » que l’on dresse à leurs confins seront les compléments indispensables à leurs définitions respectives.

3. Essai de catégorisation pour Cassandre

14Pour Cassandre, il nous a fallu établir dix catégories dont une « grande » comprenant elle-même cinq sous-catégories. Cette catégorie illustre bien ce que J. Kayser défend comme principe : s’adapter souplement à l’outil sollicité et non l’inverse. Nous avons intitulé cette catégorie Informations Culturelles et elle occupe pour les deux années 36 % de la surface totale imprimée. On y a inclus les sous-catégories suivantes : Lettres, Spectacles et Manifestations Culturelles, Arts et Tourisme et Reportages. Le lien culturel et informatif qui les caractérise les rapprochait sans les confondre tout en les distinguant des autres. En outre, leur importance quantitative respective était telle qu’elles étaient largement représentatives, donc autonomes. Nous ne prétendons nullement avoir proposé la seule solution utilisable. Une alternative aurait consisté, par exemple, à unifier la sous-catégorie Lettres et la catégorie Littérature. Si leurs points communs sont évidents, il est aussi vrai que leurs différences compensent celle-là : dans Lettres, on raconte l’Histoire, on critique un roman..., dans Littérature, on produit un récit continu, vécu ou de fiction, paru antérieurement ou non. Dans le premier cas, on entend informer ; dans le second, on s’adonne à un genre littéraire (conte, roman, souvenirs, carnets...).

15Fait significatif, on ne retrouve pas d’auteurs qui ont apporté leur signature dans les deux catégories à la fois. Cet exemple illustre bien le caractère à la fois rationnel et empirique de ce type de travail.

4. Application : procédés, résultats et interprétations

16Les procédés d’application que nous avons utilisés sont ceux que les spécialistes préconisent généralement :

  1. le calcul de la surface totale imprimée ou de la surface rédactionnelle (c’està-dire sans la publicité) transposée en pourcentage ;

  2. le procédé d’échantillonnage aveugle, soit un numéro traité tous les cinq. Ce qui nous amène à un total de vingt numéros traités pour les deux années.

17L’analyse quantitative n’a de sens que si les résultats sont lisibles, intelligibles et permettent une compréhension et des comparaisons rapides. Ainsi, les résultats intermédiaires et globaux sont présentés sous formes de tableaux et diagrammes, notamment par ceux que l’on désigne sous l’appellation « tuyaux d’orgues ».

18Les résultats, quoique abondants, ne comprennent que relativement peu de bouleversements spectaculaires : l’étude de la morphologie nous avait déjà renseigné sur les grands traits physiques de l’hebdomadaire.

19Il n’en est pas moins vrai que certains clichés qui ont la « peau dure » comme, par exemple, celui qui classait Cassandre dans la catégorie des hebdomadaires surtout politiques, voire satiriques, ont dû être sérieusement nuancés. 55 % de la surface totale imprimée sont consacrés à la culture (informations et fictions confondues) dont près de 35 % aux seules catégories Lettres et Littérature. La politique (belge et étrangère) ne vient qu’en seconde position, loin derrière le groupe précédent, avec moins de 20 % de la surface totale imprimée.

20L’étude morphologique montrait cependant que la politique (belge surtout) jouissait d’une priorité dans la présentation. Il s’avère donc que cette matière, véritable « locomotive rédactionnelle » – nous pensons ici surtout aux éditoriaux de P. Colin – avait pour but d’appâter un lecteur sensible peut-être au pamphlet et à la polémique politique, mais qui, une fois la première page tournée, trouvait une nourriture plus conforme aux goûts classiques de son milieu socio-culturel.

21Nous terminerons par l’énoncé de ce qui illustre en partie le bénéfice que l’on peut tirer d’une analyse quantitative détaillée. En dépit des évolutions morphologiques et d’une grande mobilité rédactionnelle, on constate que les éléments de stabilité sont beaucoup plus nombreux que les éléments de changement : la hiérarchie et la quantité des matières respectives ne bougent quasiment pas d’une année à l’autre, sauf dans une certaine mesure pour les catégories secondaires.

II. L’enquête biographique

22Connaître ceux qui avaient rédigé ce que nous lisions... écrivions-nous plus haut. Par cette démarche nous sortions du contenu proprement dit, mais ce travail était indispensable pour replacer ce contenu dans son contexte global. En outre, le travail de synthèse effectué parallèlement soulevait une foule de questions qui nécessitaient des recherches complémentaires. La plus immédiate était celle de savoir qui se cachait derrière la collection de pseudonymes en tous genres que Paul Colin et ses collaborateurs utilisaient en vrais journalistes qu’ils étaient. Plus instructif encore était tout ce qui concernait les origines, les compétences, les participations des collaborateurs et qu’allaient nous fournir, nous l’espérions, les répertoires bio-bibliographiques et autres dictionnaires.

1. Procédure

23Dans son numéro de lancement, Cassandre publie une liste de 61 personnalités comprenant pour chacune d’elles un curriculum vitae rehaussé d’un portrait. Dans notre travail, nous avons comptabilisé 286 signatures différentes pour les deux années : 210 pour 1935 et 170 pour 1936. En outre, 100 signatures sont communes aux deux années. Parmi les collaborateurs annoncés initialement par Cassandre, seuls quatre d’entre eux ne signeront finalement pas.

24Confronté au nombre total de 280 signatures, il fallait que nous opérions une sélection basée sur des critères rationnels. C’est ainsi que nous avons dégagé quatre catégories de fréquence :

  • les permanents : ceux qui signaient une fois par semaine au moins ;

  • les réguliers : ceux qui signaient une fois par mois au moins ;

  • -les occasionnels : ceux qui signaient sept fois au moins pendant l’année ;

  • les exceptionnels : tous les autres.

25Seules les trois premières catégories ont fait l’objet d’une enquête biographique. Ce qui nous ramenait au nombre encore élevé de 78 signatures, dont 48 finalement ont pu être identifiées formellement. Les autres sont, pour la plupart, des pseudonymes qui n’ont laissé aucune trace dans les instruments spécialisés.

2. Éléments de synthèse

26La synthèse des données sociologiques et culturelles recueillies pour l'établissement de ces fiches a permis de dresser un tableau assez précis du visage de cette collaboration. Sexe, âge, lieu de naissance, formation, niveau et genre d’études, collaborations et productions diverses dans des revues, journaux, etc., constituent l’armature essentielle des renseignements obtenus. À ce stade nous avions la possibilité de vérifier déjà la véracité de certaines affirmations de l’hebdomadaire relatives à ses objectifs de départ. L’identité belge du journal et de ses rédacteurs, la qualité de ces derniers et le pluralisme pouvaient faire l’objet d’une vérification. Si les deux premières assertions sont largement respectées, la troisième mérite un jugement plus réservé.

27Le pluralisme idéologique peut être vérifié par la diversité des provenances et des milieux professionnels. Dès lors on a observé que : les attaches diverses des collaborateurs montrent qu’ils sont issus essentiellement des milieux laïques et, dans une moindre mesure, catholiques mais quasi exclusivement conservateurs ou « réactionnaires ». Les couleurs démocrates chrétiennes, socialistes et – a fortiori – communistes sont pratiquement inexistantes. Pourtant, cette époque, beaucoup plus riche que la nôtre en titres de journaux et revues, aurait aisément pu fournir une participation « progressiste » de qualité. Cassandre en a voulu autrement.

28Parmi les renseignements biographiques recueillis, trois éléments reviennent plus régulièrement que les autres : il s’agit de l'Université Libre de Bruxelles, de l'Académie Royale et surtout de La Nation Belge. Le fait que l’on trouve 13 collaborateurs sur 48 travaillant pour La Nation Belge n’est pas fortuit : Paul Colin est devenu l’ami de Fernand Neuray, directeur du quotidien « belgiciste ». Cette double appartenance est partagée entre autres par Robert Poulet. Ces deux personnages ont à eux seuls constitué la colonne vertébrale de l’hebdomadaire. Leur fréquence rédactionnelle, leurs qualités journalistiques et littéraires furent telles durant ces années que nous avons cru nécessaire de substituer aux simples fiches biographiques une notice complète qui retrace pour chacun d’eux les principales étapes de leur parcours intellectuel durant l’entre-deux-guerres. Dans cette optique, une lecture plus attentive de leurs œuvres respectives s’est avérée indispensable. Elle nous a permis, entre autres choses, de porter un éclairage plus pénétrant sur l’analyse qualitative du contenu.

III. Analyse qualitative du contenu

29Notre démarche consistait ici à présenter le contenu de manière synthétique et globale pour une centaine de numéros, en essayant de respecter un équilibre entre les diverses composantes du journal. S’inspirer largement de la « grille » qu’offraient les résultats de l’analyse quantitative ne voulait pas signifier pour autant qu’on en devienne prisonnier. Une souplesse d’utilisation s’avérait indispensable ne fût-ce que pour dégager les traits saillants de l’hebdomadaire et mettre en valeur le fait que si « tous les écrits demeurent », certains le méritent plus que d’autres. Ici les choix subjectifs de l’analyse interviennent obligatoirement. Puisque l’analyse quantitative nous révélait le rôle dominant qu’occupait la Culture dans Cassandre, il nous semblait rationnel de commencer par elle en y consacrant une place plus large qu’à la Politique.

30Le chapitre culturel comprend ainsi cinq sections inspirées des quatre principales sous-catégories culturelles de l’analyse quantitative auxquelles on a associé la catégorie Littérature. Nous avons ensuite subdivisé ces sections en sous-sections pour répondre aux critères d’investigation plus spécifiques à ce type de travail. Ainsi, par exemple, la section Lettres comprend elle-même trois sous-section intitulées respectivement. La Littérature française, Les Littératures étrangères et L’Histoire. De la même manière, le second chapitre de cette partie consacré à la politique est lui-même divisé en deux sections, l’une consacrée à la politique belge et l’autre à la politique étrangère.

31Ces deux sections sont introduites par un bref cadre politique établi à partir des synthèses classiques couvrant la période. Ensuite, nous avons procédé à l’énoncé et à la description des rubriques politiques avant de présenter les principales prises de position de Cassandre durant les deux années. Pour la politique nationale on a condensé la « galerie de portraits » des hommes politiques en les regroupant par partis. L’étude de ce contenu est tirée essentiellement des longs éditoriaux de Paul Colin. La qualité journalistique de ces articles, qui est incontestable, a largement déterminé l’image que le public s’est faite du journal : polémique et pamphlétaire. Et il est tout aussi incontestable que c’était la volonté du directeur-rédacteur en chef : les données morphologiques le confirment par ailleurs.

***

32Envisager l’étude du contenu d’un hebdomadaire sous deux angles différents soutenus par une large enquête biographique, nous a permis de proposer un visage plus complet et plus riche de Cassandre que n’aurait pu le faire la seule analyse qualitative classique. La différence de nature entre ces approches n’a pas empêché les convergences nécessaires de s’établir – dans le jargon économico-médiatique d’aujourd’hui, on parlerait de « synergies » –. Ces apports mutuels se sont réalisés en plusieurs phases : de l’analyse quantitative vers l’analyse qualitative ; de l’enquête biographique vers l’analyse qualitative et inversément ; enfin, à l’occasion de la conclusion finale.

33D’un point de vue strictement critique, la plupart des problèmes soulevés ont été résolus dans le cadre même de l’hebdomadaire. À l’occasion de la double étude du contenu nous avons pu vérifier si les objectifs principaux du journal relatifs à son identité, ses options, sa qualité, etc., avaient été atteints. Enfin, l’enquête biographique, en tant qu’apport extérieur, avait également pu apporter des réponses partielles à ces questions tout en éclairant certaines zones d’ombre laissées par l’analyse qualitative.

Notes

1 D’après C. HUBIN, Les débuts de Cassandre (déc. 1934-déc. 1936). Essai d’analyse du contenu, mémoire UCL, 1980.

2 J. KAYSER, Le quotidien français, Paris, 1963.

3 Cassandre se présentait comme un quotidien grand format d’aujourd’hui.

4 G. RINGLET & M. ELIAS, Média en question. La presse quotidienne, Bruxelles 1979 (Dossiers du C.I.M.C.S.), Bruxelles, 1979.

5 N. PIEPERS, La Revue Générale de 1865 à 1940. Essai d’analyse du contenu, Louvain - Paris, 1968.

6 J. KAYSER, op. cit.

7 Ibidem.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540