Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Une application de l’analyse de contenu à l’histoire de la presse illustrée belge

Paul de Theux

Texte intégral

  • 1 A. KIENTZ, Pour analyser les médias. L’analyse de contenu, Paris-Tours, 1971, p. 10.
  • 2 Un historique de l’évolution des méthodes en analyse de contenu est retracé dans L. BARDIN, L’anal (...)
  • 3 B. BERELSON, Content analysis in communication research, Glencoe (Illinois), 1952. Il définit l’an (...)
  • 4 C’est le point de vue exprimé dans J. PIROTTE, Images des vivants et des morts. La vision du monde (...)

1L’analyse de contenu est une méthodologie née au début de ce siècle en réaction aux anciennes analyses de textes pratiquées jusque-là et trop dépendantes de la subjectivité des chercheurs1. Ses initiateurs2 avaient le souci d’atteindre une plus grande rigueur scientifique en ayant recours à des méthodes quantitatives. Celles-ci seront surtout systématisées par B. Berelson3 à la fin des années 1940, et rencontreront un réel succès auprès des sociologues, historiens et critiques littéraires. Une seconde dimension de l’analyse de contenu, plus qualitative, s’est développée dans les années 1960, lorsque les recherches des linguistes – tel Ferdinand de Saussure-furent appliquées à l’analyse des récits ou à la sociologie de la vie quotidienne. Cependant, les historiens ont davantage gardé leurs distances par rapport à ce courant, malgré l’intérêt qu’il présente pour l’interprétation des traces du passé4.

  • 5 Plusieurs ouvrages en français décrivent diverses pistes de travail ouvertes en analyse de contenu (...)

2Faisant la synthèse des différentes pistes de travail élaborées par l’analyse de contenu5, L. Bardin donne une définition de celle-ci en la décrivant comme

  • 6 Elle définit le terme « inférence » de cette façon : « opération logique, par laquelle on admet un (...)
  • 7 L. BARDIN, L’analyse de contenu..., p. 43.

« un ensemble de techniques d’analyse des communications visant, par des procédures systématiques et objectives de description du contenu des messages, à obtenir des indicateurs [quantitatifs ou non] permettant l’inférence6 de connaissances relatives aux conditions de production/réception [variables inférées] de ces messages »7.

  • 8 P. de THEUX, L’information religieuse à travers deux hebdomadaires francophones, Le Patriote illus (...)

3L’application des méthodes de l’analyse de contenu à l’étude de l’histoire de la presse hebdomadaire posait quelques problèmes, les historiens s’étant peu intéressés – jusqu’à présent – à l’analyse des illustrations, surtout photographiques. Une recherche8, consacrée à l’étude de l’information religieuse du Patriote illustré et du Soir illustré, de 1918 à 1961, nous a permis d’élaborer quelques propositions méthodologiques. Nous les développerons ici, d’abord du point de vue quantitatif, puis qualitatif.

I. Analyse quantitative

4Les premiers travaux utilisant l’analyse quantitative, généralement consacrés à la presse, ont parfois cédé à l’illusion d’objectivité que suscite spontanément la perspective du mesurage systématique du contenu d’un journal. Il est cependant apparu clairement aux chercheurs que

  • 9 L. BARDIN, L’analyse de contenu..., p. 10.

« en tant qu’effort d’interprétation, l’analyse de contenu se balance entre les deux pôles de la rigueur de l’objectivité et de la fécondité de la subjectivité »9.

  • 10 A. KIENTZ, Pour analyser les médias..., p. 10.
  • 11 L. BARDIN, L’analyse de contenu..., p. 10.

5En effet, le souci de « description objective, systématique et quantitative »10 pour reprendre les termes de B. Berelson est accompagné, dans l’étude du chercheur, d’une « attirance vers le caché, le latent, le non-apparent »11 du moyen de communication étudié. S. Keuleers précise bien cette ambivalence en soulignant que

  • 12 S. KEULEERS, Quelques précisions sur la méthode d’analyse du contenu, dans E. WITTE, Le Moniteur b (...)

« l’habilité technique reste indispensable pour collecter, ordonner et analyser les matériaux statistiques, mais elle ne pourra jamais remplacer, pour l’interprétation, la connaissance intime du domaine des recherches. Il reste d’évidence le cercle méthodologique : la familiarité que le chercheur a acquise de la situation de communication étudiée, a toujours été élaborée en grande partie à partir des messages. Autrement dit, le chercheur est lui-même, naïvement ou non, dans une situation de communication avec les messages, sur base desquels il reconstitue et infère »12.

1. Le périodique

  • 13 Les différentes étapes de l’analyse, pour des champs de recherche très diversifiés, sont bien syst (...)
  • 14 Deux ouvrages francophones sont devenus des références en matière d’analyse de presse : J. KAYSER,(...)
  • 15 Dans son ouvrage déjà cité sur Le quotidien français.
  • 16 Au sujet de la méthodologie d’histoire de la presse, il est utile de consulter P. ALBERT, Remarque (...)
  • 17 G. RINGLET, Le mythe au milieu du village. Comprendre et analyser la presse locale, Bruxelles, 198 (...)

6La première étape13 d’une analyse de contenu appliquée à la presse14 consiste donc à s’informer sur le périodique étudié, son histoire, son contexte, son contenu, etc. L’historien, formé aux différentes techniques heuristiques, se référera sans difficultés aux orientations habituellement proposées en cette matière, et particulièrement bien systématisées par J. Kayser15, tout en étant attentif aux caractéristiques propres de sa discipline16. Par contre, son attention devra se porter plus particulièrement sur deux grandes étapes de l’analyse quantitative proprement dite, c’est-à-dire « le choix des catégories et de la quantification des données »17.

2. Le choix des catégories

7La recherche portera toujours, dans un premier temps, sur l’ensemble des catégories contenues dans un organe de presse car

  • 18 J. KAYSER, Le quotidien français..., p. 132.

« toute étude, si limitée soit-elle, doit être située dans son contexte : le numéro entier du journal. En effet, un numéro de journal constitue une unité, et l’étude risquerait d’apparaître extérieure à la réalité si elle négligeait de tenir compte de la physionomie générale du journal »18.

  • 19 Ibid., p. 131.

8D’autre part, « la catégorisation ne peut être établie a priori. On procédera par tâtonnements, par hypothèses de travail, par vérifications partielles, avant de fixer son choix »19.

  • 20 Dans le cadre de notre travail sur l’information religieuse, nous avons été confronté à une diffic (...)
  • 21 Pour élaborer son choix de catégories, il faut recourir aux ouvrages méthodologiques cités plus ha (...)
  • 22 A ce propos, il nous est apparu, lors des tests, qu’il s’avérait intéressant de distinguer, dans u (...)

9Ce dernier dépendra de l’histoire du journal et de son contenu, des objectifs de la recherche et des problèmes spécifiques qu’ils posent20. Lorsqu’une première ébauche de catégorisation aura été établie21, il faudra la tester sur un échantillonnage des différentes parties du corpus afin de vérifier sa validité et d’apporter les correctifs nécessaires. Cette étape est indispensable car, une fois la quantification commencée, la catégorisation ne peut en aucun cas être modifiée22, sans quoi elle perdrait toute sa pertinence.

3. La quantification

  • 23 Il est à noter cependant qu’un même intitulé recouvrira des contenus différents selon qu’il s’agit (...)
  • 24 J. KAYSER, Le quotidien français..., 1969, pp. 84-108.
  • 25 Dans notre calcul quantitatif, nous n’’avons pas cru nécessaire de distinguer texte et titrage ; n (...)
  • 26 Pour cela, nous avons distingué cinq formats différents : la page, la demi-page, le quart, le huit (...)
  • 27 S. DUQUESNOY, A travers l’objectif : la locale. Analyse de contenu de l’illustration des journaux (...)
  • 28 Précisons qu’il suffisait qu’un nom de personne soit mentionné dans la légende pour que la photo d (...)
  • 29 Le groupe commence à partir de deux personnes et s’étend jusqu’à la foule, considérée comme telle (...)
  • 30 Il faut noter cependant que l’étude du format et du contenu des illustrations ne nous a pas apport (...)

10Au niveau de la catégorisation, la présence de nombreuses illustrations, à laquelle nous étions confronté, n’entraînait pas l’utilisation d’une procédure particulière23. Par contre, sur le plan de la quantification, elle exigeait un traitement qui tienne compte des particularités propres de l’information photographique. En ce sens, nous avons d’abord suivi les directives de J. Kayser24 qui propose de distinguer, lors du mesurage quantitatif – et dans notre cas, pour chaque catégorie – le titrage, le texte et les illustrations25. Ensuite, nous avons voulu analyser quantitativement le format et le contenu des illustrations, afin de pouvoir comparer, de ce point de vue, les différentes catégories entre elles et de préciser la place propre de l’information religieuse. L’étude des formats ne posait pas de problèmes : il suffisait d’en prendre note, pour chaque photographie, proportionnellement à la totalité de la page26. En ce qui concerne le contenu, nous nous sommes référé aux classifications mises au point par S. Duquesnoy27 dans son étude consacrée à l’illustration de l’information locale de quatre quotidiens belges. Sa méthodologie consistait à distinguer d’une part les éléments non-vivants soit naturels – un ciel, un lac... –, soit issus de la production humaine et d’autre part les cléments vivants non-personnels – flore ou faune – ou personnels, qu’il s’agisse d’une personne seule ou d’un groupe. Les illustrations du Patriote illustré et du Soir illustré étant fortement personnalisées, nous avons subdivisé les photos de personnes seules et de groupe selon que les personnes représentées étaient identifiées ou non28, méthode que S. Duquesnoy utilise par ailleurs. De plus, il fallait introduire une catégorie distinguant un groupe d’une foule29. Par contre, les éléments non-vivants et non-personnels étant peu nombreux, nous les avons rassemblés dans une même catégorie. Nous avons donc opté pour six catégories de contenu : une personne seule ou un groupe, identifiable ou non, une foule et les éléments non-personnels30.

4. Le comptage et V échantillonnage

11Le comptage se fait à partir de l’entité de base appelée « unité rédactionnelle » et correspondant à un article, celui-ci s’étendant

  • 31 J. KAYSER, Le quotidien français..., p. 109.

« Depuis deux lignes consacrées à un objet perdu dans un hameau jusqu’à l’ample dissertation d’un académicien, depuis le tableau des cours de la Bourse ou un montage photographique jusqu’au communiqué succinct d’une société de chasse, la chronique philatélique, les mots croisés »31.

12Pour le recensement de chaque unité rédactionnelle, nous avons établi une grille permettant de relever l’année, le numéro et le nombre total de pages de l’exemplaire analysé, la page, le thème et la surface de ses illustrations et de son texte, ainsi que le format et le contenu de chaque photographie qui la compose. Le comptage, J. Kayser recommande de ne pas vouloir le réaliser de façon excessivement méticuleuse :

  • 32 Ibid., p. 135.

« On a vu que les limites des catégories entre lesquelles on peut répartir la matière du journal sont imprécises. Faute d’un critère exclusivement objectif, les options résultent en partie d’une appréciation personnelle. Est-on alors en droit de tirer des conclusions que l’on voudrait incontestables à partir de données que l’on dirait rigoureuses parce qu’elles auraient été établies à [...] quelques millimètres carrés près [...], mais qui n’auraient pu l’être que subjectivement ? »32.

13C’est pourquoi il suggère un comptage par colonnes ou par parties de colonnes. Cependant, les illustrés que nous étudions n’ont suivi que rarement ce type d’agencement : les illustrations varient de format, de présentation, le texte et l’image se mêlent... Nous avons donc choisi un calcul en centimètres carrés, mais en arrondissant chaque résultat à la dizaine.

  • 33 Celui-ci ne dispense pourtant pas le chercheur d’un rapide parcours de l’ensemble du corpus.
  • 34 Cela représentait 2.061 numéros pour Le Patriote illustré et 1.534 numéros pour Le Soir illustré.
  • 35 Ce qui ramenait à 166 le nombre de numéros étudiés pour Le Patriote illustré et à 116 pour Le Soir (...)
  • 36 R.A. FISCHER et F. YATES, Statistical tables for biological, agricultural and medical research, 6è (...)

14Enfin, l’échantillonnage s’imposait33 vu la masse de documentation susceptible d’être traitée et la longueur de la période étudiée34. Nous avons donc limité notre étude à quatre numéros par an pour chaque illustré35. Le choix a été effectué au hasard à partir de la table des nombres élaborée par R. A. Fischer et F. Yates36.

15Après avoir recueilli toutes les données, nous les avons introduites sur ordinateur, en réalisant une fiche par unité rédactionnelle, ce long travail permettant par la suite un traitement développé et varié de la matière rassemblée.

5. Résultats

16Cette analyse quantitative nous a permis d’élaborer une présentation générale de l’évolution des différentes catégories des deux illustrés au cours d’une quarantaine d’années. Nous ne retiendrons ici que quelques résultats principaux concernant directement l’information religieuse.

  • 37 Dans notre travail, nous avons évidemment détaillé chronologiquement les caractéristiques propres (...)

17Celle-ci est composée essentiellement d’illustrations et occupe entre 2 et 2,5 % de l’information du Patriote illustré durant toute la période étudiée37, suivant le mouvement général de l’hebdomadaire, qui consiste à accorder, au fil du temps, davantage d’importance à l’information étrangère qu’à l’information belge. Cependant, après la deuxième guerre mondiale, l’information religieuse belge s’accroît proportionnellement de façon très perceptible. Le Soir illustré, pour sa part, voit la part de l’information religieuse, essentiellement consacrée à l’étranger, passer de 1,7 % avant le 2ème conflit mondial, à moins de 1 % après celui-ci.

II. Analyse qualitative

  • 38 A ce sujet, il faut consulter les ouvrages concernant l’analyse de contenu déjà cités.

18L’analyse quantitative des deux illustrés une fois réalisée, et de ce fait celle de leurs informations religieuses, il restait à étudier ces dernières de façon davantage qualitative. A ce stade de la recherche, différentes méthodes s’offraient à nous38. Parmi celles-ci, nous avons décidé d’en utiliser deux : d’une part, une analyse systématique des informations religieuses reprises dans l’échantillonnage de l’analyse quantitative et, d’autre part, une étude du récit journalistique mis en œuvre lors du traitement d’un sujet, les successions pontificales, mais cette fois en reprenant les reportages dans leur ensemble, sans recours à l’échantillonnage.

A. Les informations religieuses reprises dans l’échantillonnage

  • 39 Le premier article majeur est dû à R. BARTHES, Rhétorique de l’image, dans Communications, no 4, 1 (...)
  • 40 C’est ce que suggère F. LAMBERT, Mythographies. La photo de presse et ses légendes, Paris, 1987, p (...)

19La plupart des informations religieuses se présentaient sous forme d’une ou plusieurs illustrations accompagnées d’une légende. Leur analyse exigeait de résoudre les questions concernant les rapports entre le texte et l’image. Sur base des études réalisées à ce sujet39, nous avons décidé d’étudier dans un premier temps les photos et leurs légendes conjointement, puis de façon séparée40.

1. Étude conjointe des photos et légendes

  • 41 Sous le terme d’information religieuse, nous désignerons généralement, pour des raisons pratiques, (...)
  • 42 Explicitement situées dans la catégorie « information religieuse » et non « art ». Ainsi, par exem (...)

20Ce premier travail consiste en un simple classement thématique, proche de celui réalisé dans la catégorisation de la première partie. Il a révélé deux ensembles principaux, tant pour l’information religieuse41 belge qu’étrangère : d’une part, les personnalités ecclésiastiques et religieuses, présentées par des photos de groupe ou des portraits à l’occasion de nominations, d’anniversaires ou de décès et, d’autre part, des manifestations religieuses telles que des jubilés, des pèlerinages ou des cérémonies diverses. S’y ajoutent quelques œuvres d’art42, l’un ou l’autre reportage, et quelques textes sans illustrations. Notons que le Soir illustré présente très peu de personnages ecclésiastiques, contrairement au Patriote illustré, et se centre davantage sur les fêtes populaires.

2. Étude des photos et des légendes prises séparément

a. Les photographies

  • 43 Pour la sémiologie de la photographie de presse, nous nous sommes essentiellement référé à F. LAMB (...)

21L’étude des images indépendamment des légendes nous était suggérée par les recherches actuelles en sémiologie43. Un simple classement donnait déjà des catégories très différentes de celles vues précédemment, et redistribuait tout autrement les informations. En effet, nous avons obtenu cette fois quatre catégories principales : les processions – centrées sur un objet ou non –, les assemblées – photographiées de près ou de loin –, les personnages – présentés seuls ou en groupe – et les monuments ou objets d’art.

22Pour une analyse plus approfondie du contenu des images, nous nous sommes référé aux propositions élaborées par F. Lambert qui relève trois formes d’expressions photographiques :

  • 44 F. LAMBERT, Mythograhies..., pp. 138-139.

« une rhétorique qui organise la photographie de presse autour d’un vocable de figures que nous avons jugées réduites (la vie s’oppose à la mort, le blanc au noir, la femme à l’homme, etc.) ; une symbolique qui, profitant de notre crédulité face aux effets du réel, va dessiner discrètement des symboles, sans en alourdir l’image [... ] ; enfin l’intericonicité, qui fait de chaque image la citation d’une autre image, et permet ainsi à la photographie de presse de répéter sans cesse notre culture iconique »44.

  • 45 Il n’est pas possible, dans le contexte de ces quelques pages, de présenter un échantillonnage suf (...)
  • 46 A ce niveau, les différences entre. Le Patriote illustré et Le Soir illustré sont très ténues. Ell (...)

23L’analyse de ces trois formes d’expressions à travers le corpus étudié a révélé des traits fortement récurrents. Sur le plan de la rhétorique, les photos45 de pèlerinage, d’assemblées et de personnes distinguent de façon presque systématique le centre et les côtés, le haut et le bas, les acteurs et les spectateurs, en d’autres mots et d’un point de vue plus interprétatif, le sacré et le profane. La symbolique des pèlerinages et assemblées évoque l’unanimité et l’ordre social tandis que celle des personnalités et des monuments accentue l’idée de pouvoir et d’autorité. Enfin, toutes ces photographies jouent de l’intericonicité en rappelant, de près ou de loin, l’immense réservoir d’images de notre mémoire culturelle, depuis les mosaïques anciennes jusqu’aux gravures, photographies et même films récents46.

b. Les légendes

  • 47 R. BARTHES, Rhétorique de l’image..., οp. cit.
  • 48 L. BARDIN, Le texte et l’image..., p. 102.
  • 49 Le premier article paru à ce sujet est le suivant : J. GRITTI, Une grille pour analyser les journa (...)
  • 50 C.G. JUNG, Essai d’exploration de l’inconscient, Paris, 1964.
  • 51 Les termes principaux sont de Gritti. Ceux de Jung sont entre parenthèses.

24Les légendes ont un statut particulier, mis en valeur par R. Barthes47 lorsqu’il a souligné la dimension polysémique de l’image et la nécessité d’ancrer son sens au moyen du texte. L. Bardin a nuancé ce point de vue en notant que la légende peut être également polysémique, symbolique ou poétique48. Or, nous avions été frappé par le ton particulier des légendes, et l’usage fréquent de certains qualificatifs tels que « illustre prélat », « solennelle cérémonie », « vénéré prédécesseur », etc. Nous nous sommes proposé de les analyser à l’aide de la grille élaborée par J. Gritti concernant le paysage qualificatif49. Cette méthode consiste à relever tous les termes qualificatifs et à les répartir en différents registres. Ceux-ci, dans de nombreux cas, peuvent s’organiser en se référant au système mis en place par la caractériologie de Jung50, reprise dans le schéma suivant51 :

Merveilleux (intuition)

Passionnel (sentiment)

+

Rationnel (raison

Biologique (sens)

  • 52 Cependant, le volume de légendes fourni par l’échantillonnage du Soir illustré étant fort réduit, (...)

25En appliquant cette grille de répartition aux qualificatifs des légendes des deux ensembles les plus importants de l’information, les personnalités ecclésiastiques et les cérémonies, nous avons obtenu, pour Le Patriote illustré, une nette prédominance du merveilleux sur le biologique et du passionnel sur le rationnel, même s’il faut nuancer cette synthèse en fonction des périodes. Dans Le Soir illustré par contre, le biologique domine le merveilleux52.

B. Le récit journalistique

  • 53 Celles-ci concernent, en 1922, Benoît XV et Pie XI ; en 1939, Pie XI et Pie ΧΠ ; en 1958, Pie XII (...)
  • 54 J. GRITTI, Un récit de presse : les derniers jours d’un « grand homme », dans Communications, no 8 (...)
  • 55 Nous avons étudié pour cela les biographies pontificales, les conclaves et les annonces d’élection (...)

26Un aspect complémentaire des informations religieuses des deux illustrés nous est apparu grâce à l’étude d’un sujet pris dans son intégralité : les successions pontificales53. En effet, celles-ci nous ont permis de découvrir le récit journalistique utilisé à leur propos car, de façon frappante, une même structure revient à chaque fois, jusque dans certains détails, en 1922, 1939 et 1958. Nous l’avons résumée à grands traits grâce aux recherches de J. Gritti54 appliquées à ce sujet et inspirées des travaux d’E. Sourdiau et d’A.J. Greimas pour qui tout « récit-quête »-voire tout récit en général – se structure selon l’axe du désir. Les reportages étudiés se présentent de la façon suivante : le journal annonce le décès et effectue le travail du deuil en racontant la vie du défunt, les cérémonies des funérailles, la foule venue se recueillir, les lieux où le pape est décédé... ; puis, quand les cérémonies s’achèvent, le récit aborde les préparatifs du conclave et compense l’absence de photos prestigieuses par une description très détaillée des rites et procédures qui permettront de restituer un objet au désir ; enfin, la bonne nouvelle de l’élection est annoncée, l’attente trouve un aboutissement heureux, le récit exprime la joie et l’émotion, décrit les cérémonies du couronnement et raconte la vie de l’élu. Cette permanence d’une structure narrative s’est retrouvée dans l’analyse plus approfondie de certaines parties du récit, tant du point de vue du texte que de l’image55. René Pucheu donne une interprétation éclairante de ces processus narratifs journalistiques souvent répétés :

  • 56 R. PUCHEU, Le journal, les mythes et les hommes, Paris, 1962, pp. 16-17.

« Le journal est beaucoup moins un moyen d’information qu’un moyen d’incantation, il est à la société technique ce que le sorcier est à la religion primitive. En conséquence, tout l’univers journalistique est magie et orchestration des mythologies de l’humanité millénaire [...]. Nous devons d’ailleurs remarquer que cette reconnaissance de la nature magique du journal ne comporte de notre part aucune intention méprisante. L’une des leçons de notre siècle n’est-elle pas que l’homme se crée aussi à travers les mythes ? »56.

27Cette interprétation nous ouvre des perspectives qui permettraient d’examiner sous un nouveau jour les images sans cesse répétées de processions, jubilés et cérémonies analysées plus haut.

28De cette façon, l’information des illustrés étudiés nous serait mieux connue. D’autres travaux consacrés à d’autres périodes ou d’autres hebdomadaires permettraient de confirmer ou d’infirmer ces recherches et de préciser davantage l’histoire de la presse illustrée belge, peu étudiée jusqu’à ce jour.

Notes

1 A. KIENTZ, Pour analyser les médias. L’analyse de contenu, Paris-Tours, 1971, p. 10.

2 Un historique de l’évolution des méthodes en analyse de contenu est retracé dans L. BARDIN, L’analyse de contenu, Paris, 1977, pp. 11-25.

3 B. BERELSON, Content analysis in communication research, Glencoe (Illinois), 1952. Il définit l’analyse de contenu comme « une technique de recherche pour la description objective, systématique et quantitative du contenu manifeste des communications ayant pour but de les interpréter » (cité par A. KIENTZ, Pour analyser les médias..., p. 10).

4 C’est le point de vue exprimé dans J. PIROTTE, Images des vivants et des morts. La vision du monde propagée par l’imagerie de dévotion dans le Namurois, 1840-1965, Louvain-la-Neuve – Bruxelles, 1987, pp. ΧΧΧΙΙ-ΧΧΧIIΙ.

5 Plusieurs ouvrages en français décrivent diverses pistes de travail ouvertes en analyse de contenu. Parmi ceux-ci, on peut citer, outre les ouvrages de L. BARDIN et A. KIENTZ déjà signalés, M.-C. d’UNRUG, Analyse de contenu et acte de parole. De l’énoncé à l’énonciation, Paris, 1974 ; R.GHIGLIONE, J.-L.BEAUVOIS, Cl. CHABROL et A. TROGNON, Manuel d’analyse de contenu, Paris, 1980 ; R. MUCCHIELI, L’analyse du contenu des documents et des communications, Paris, 1974.

6 Elle définit le terme « inférence » de cette façon : « opération logique, par laquelle on admet une proposition en vertu de sa liaison avec d’autres propositions déjà tenues pour vraies » (L. BARDIN, L’analyse de contenu..., p. 39).

7 L. BARDIN, L’analyse de contenu..., p. 43.

8 P. de THEUX, L’information religieuse à travers deux hebdomadaires francophones, Le Patriote illustré et Le Soir illustré (1918-1961), mémoire de licence dactylographié, UCL, 1988.

9 L. BARDIN, L’analyse de contenu..., p. 10.

10 A. KIENTZ, Pour analyser les médias..., p. 10.

11 L. BARDIN, L’analyse de contenu..., p. 10.

12 S. KEULEERS, Quelques précisions sur la méthode d’analyse du contenu, dans E. WITTE, Le Moniteur belge, le gouvernement et le parlement pendant l’unionisme (1831-1845), Bruxelles, 1985, p. 132.

13 Les différentes étapes de l’analyse, pour des champs de recherche très diversifiés, sont bien systématisées dans L. BARDIN, L’analyse de contenu..., pp. 93-101.

14 Deux ouvrages francophones sont devenus des références en matière d’analyse de presse : J. KAYSER, Le quotidien français, Paris, 1963 et V. MORIN, L’écriture de presse, Paris-La Haye, 1969. Ils étudient essentiellement les quotidiens mais un certain nombre de recherches se sont orientées vers la presse hebdomadaire et illustrée, dont celles de F. BATAILLE, A. SCHIFFRES & Cl. TANNERY, Analyse de presse, Paris, 1963 et E. SULLEROT, La presse féminine, Paris, 1966. L’information religieuse de quelques hebdomadaires a été étudiée dans J. GRITTI, Bible et techniques de masse, Paris, 1970 et J. DIMNET, La religion dans Paris-Match, Paris, 1967.

15 Dans son ouvrage déjà cité sur Le quotidien français.

16 Au sujet de la méthodologie d’histoire de la presse, il est utile de consulter P. ALBERT, Remarques sur les recherches en histoire de la presse, dans Bulletin d’histoire moderne et contemporaine, 1975, no 9, pp. 39-72 ; H. Th. DESCHAMPS, La presse, comme document d’histoire de l’opinion, un cas d’application, dans Annales du XXXVIIème congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique, Gand, 1956, pp. 311-320 ; P. GUIRAL, Problèmes d’histoire de la presse, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XVIII, 1971, pp. 481-488 ; J. KAYSER, L’historien et la presse, dans Revue historique, t. CCXVIII, 1957, pp. 284-309 ; R. AUBERT, Comment étudier l’histoire d’un journal catholique, dans Colloque « Sources de l’histoire religieuse de Belgique » (Cahier du C.I.H.C., no 54), Louvain - Paris, 1968, pp. 70-82.

17 G. RINGLET, Le mythe au milieu du village. Comprendre et analyser la presse locale, Bruxelles, 1981, p. 147.

18 J. KAYSER, Le quotidien français..., p. 132.

19 Ibid., p. 131.

20 Dans le cadre de notre travail sur l’information religieuse, nous avons été confronté à une difficulté nécessitant l’élaboration d’une solution originale. En effet, indépendamment de la catégorie « information religieuse » proprement dite, nous voulions tenir compte des éléments religieux secondaires présents dans les autres informations, tels que la présence d’un personnage ecclésiastique lors d’une manifestation, par exemple. Dans certains cas, cette prise en compte s’avérait indispensable, notamment lorsque des œuvres d’art, classées dans la catégorie « art », présentaient des sujets religieux. C’est ainsi que nous avons mis au point un « coefficient religieux », affecté à chacune de ces informations. De cette façon, nous avons pu les reprendre par la suite et déterminer quelles étaient les catégories non-religieuses comprenant le plus ou le moins d’éléments religieux secondaires.

21 Pour élaborer son choix de catégories, il faut recourir aux ouvrages méthodologiques cités plus haut. Cependant, dans un premier temps, il est préférable de voir comment ont procédé concrètement d’autres chercheurs. Parmi les travaux belges, on peut citer E. WITTE, Le Moniteur belge, le gouvernement et le parlement pendant l’unionisme (1831-1845), Bruxelles, 1985 ; I. KOVALOVSKY, L’Universel (1859-1861), un quotidien catholique libéral bruxellois, Louvain-la-Neuve - Bruxelles, 1985 ; N. PIEPERS, La Revue Générale de 1865 à 1940. Essai d’analyse de contenu, Louvain Paris, 1968 ; J. PIROTTE, Les périodiques missionnaires belges d’expression française reflets de cinquante années d’évolution d’une mentalité, Louvain, 1973.

22 A ce propos, il nous est apparu, lors des tests, qu’il s’avérait intéressant de distinguer, dans un certain nombre de catégories, les informations belges et étrangères. Par la suite, cette distinction s’est révélée particulièrement éclairante et indispensable pour une bonne interprétation de l’information religieuse.

23 Il est à noter cependant qu’un même intitulé recouvrira des contenus différents selon qu’il s’agit de la presse illustrée ou non. La catégorie « politique », par exemple, désignera la description des faits politiques dans la presse écrite alors que, dans la presse illustrée, elle concernera la représentation de personnalités politiques, généralement lors d’un événement officiel.

24 J. KAYSER, Le quotidien français..., 1969, pp. 84-108.

25 Dans notre calcul quantitatif, nous n’’avons pas cru nécessaire de distinguer texte et titrage ; nous les avons donc calculés ensemble. Mais une analyse approfondie peut les étudier séparément, voire même calculer l’espace des blancs. C’est le travail auquel s’est livré J.P. Pain dans son étude comparative de cinq magazines : Paris-Match, L’Express, Le Point, Le Nouvel Observateur et L’Humanité-Dimanche (J.P. PAIN, La « parole graphique » du journal, dans Communication et langages, no 32, 1976, pp. 95-111).

26 Pour cela, nous avons distingué cinq formats différents : la page, la demi-page, le quart, le huitième et le seizième de page, chaque format étant considéré comme s’étendant jusqu’à mi-distance du format suivant, le seizième de page comprenant évidemment toutes les photographies d’une taille inférieure à la sienne.

27 S. DUQUESNOY, A travers l’objectif : la locale. Analyse de contenu de l’illustration des journaux « Vers l’Avenir », « Le Jour », « Nord-Éclair », « La Nouvelle Gazette », mémoire de licence dactylographié, UCL, 1985.

28 Précisons qu’il suffisait qu’un nom de personne soit mentionné dans la légende pour que la photo de groupe soit classée parmi les photos de personnes identifiables. Une exception cependant : les tableaux, peintures et gravures ont été considérés non en fonction de leur contenu mais à partir de leur substrat, c’est-à-dire une toile ou un document. Ainsi, une peinture représentant la Passion du Christ n’a pas été classée parmi les personnes identifiables mais parmi les éléments non-vivants. Par cette distinction, nous avons voulu différencier la photo prise sur le vif de la reproduction d’une œuvre d’art.

29 Le groupe commence à partir de deux personnes et s’étend jusqu’à la foule, considérée comme telle à partir du moment où la plupart des personnes qui la constituent ne sont pas reconnaissables à l’œil nu.

30 Il faut noter cependant que l’étude du format et du contenu des illustrations ne nous a pas apporté d’éléments particulièrement neufs. Elle nous a simplement permis de confirmer des résultats obtenus par ailleurs.

31 J. KAYSER, Le quotidien français..., p. 109.

32 Ibid., p. 135.

33 Celui-ci ne dispense pourtant pas le chercheur d’un rapide parcours de l’ensemble du corpus.

34 Cela représentait 2.061 numéros pour Le Patriote illustré et 1.534 numéros pour Le Soir illustré.

35 Ce qui ramenait à 166 le nombre de numéros étudiés pour Le Patriote illustré et à 116 pour Le Soir illustré.

36 R.A. FISCHER et F. YATES, Statistical tables for biological, agricultural and medical research, 6ème éd., Edimbourg - Londres, 1963, pp. 134-139.

37 Dans notre travail, nous avons évidemment détaillé chronologiquement les caractéristiques propres aux différentes parties du corpus analysé.

38 A ce sujet, il faut consulter les ouvrages concernant l’analyse de contenu déjà cités.

39 Le premier article majeur est dû à R. BARTHES, Rhétorique de l’image, dans Communications, no 4, 1964, pp. 40-51. On peut consulter également L. BARDIN, Le texte et l’image, dans Communication et langages, no 26, 1975, pp. 98-112 ; G. BLANCHARD, L’image et sa légende, dans Ibid., no 38, 1978, pp. 30-42 ; Cl. COSSETTE, Image/texte et espace/temps, dans Ibid., no 34, 1977, pp. 7-14 ; D. GROJNOWSKI, L’image et le texte, dans Presse-Actualité, no 170, février 1983, pp. 49-53 ; A.-M. LAULAN, L’écrit et l’image : réalité de deux impérialismes, dans Communication et langages, no 38, 1978, pp. 7-16 et A. MOLES, L’image et le texte, dans Ibid., pp. 17-29.

40 C’est ce que suggère F. LAMBERT, Mythographies. La photo de presse et ses légendes, Paris, 1987, p.138.

41 Sous le terme d’information religieuse, nous désignerons généralement, pour des raisons pratiques, les informations concernant la religion catholique, car celle-ci prédomine massivement.

42 Explicitement situées dans la catégorie « information religieuse » et non « art ». Ainsi, par exemple, deux photos d’une croix offerte au Cardinal Mercier par un comité de dames.

43 Pour la sémiologie de la photographie de presse, nous nous sommes essentiellement référé à F. LAMBERT, Mythographies..., pp. 133-178. En ce qui concerne la sémiologie de l’image en général, on peut consulter G. GAUTHIER, Vingt leçons sur l’image et le sens, Paris, 1986 ; U. ECO, Sémiologie des messages visuels, dans Communications, no 15, 1970, pp. 11-51 ; ID., La structure absente. Introduction à la recherche sémiotique, Paris, 1984 ; A. MOLES, L’image, communication fonctionnelle, Paris-Tournai, 1981 ; J.-P. MEUNIER, Essai sur l’image et la communication, Louvain-la-Neuve, 1980 ; M. LACOSTE et C. METZ, Orientation bibliographique pour une sémiologie des images, dans Communications, no 15, 1970, pp. 222-232. Peu nombreux sont les historiens qui ont établi des liens entre leurs recherches et celles des sémiologues. Un premier colloque, organisé par Michel Vovelle, a abordé les relations susceptibles de s’établir entre les deux disciplines. Il a été publié sous le titre. Iconographie et histoire des mentalités, Paris, 1979. Récemment, J. Pirotte a mis au point une grille d’analyse de l’image très développée pour étudier l’histoire des images pieuses du Namurois (J. PIROTTE, Images des vivants et des morts..., pp. XXVII-XLIV).

44 F. LAMBERT, Mythograhies..., pp. 138-139.

45 Il n’est pas possible, dans le contexte de ces quelques pages, de présenter un échantillonnage suffisant de photos ainsi que leur interprétation. Signalons cependant qu’une évolution se marque au fil du temps.

46 A ce niveau, les différences entre. Le Patriote illustré et Le Soir illustré sont très ténues. Elles ne se marquent pas par la façon de présenter un thème mais plutôt par l’absence ou la présence de celui-ci, que nous avons déjà évoquée plus haut.

47 R. BARTHES, Rhétorique de l’image..., οp. cit.

48 L. BARDIN, Le texte et l’image..., p. 102.

49 Le premier article paru à ce sujet est le suivant : J. GRITTI, Une grille pour analyser les journaux, no 5 : Le paysage qualificatif, dans Presse-Actualité, no 85, sept.-oct. 1973, pp. 33-34. Par la suite, il a développé sa grille dans ID., Sport à la Une, Paris, 1975. Parmi les différentes applications qu’il en a proposé, une concerne l’information religieuse des trois journaux Le Monde, Paris-Match et Le Matin : ID., Le poids des mots, dans Dieu et les journalistes, Paris, 1982, pp. 197-211. Elle a été également reprise, de façon approfondie, par G. RINGLET, Le mythe au milieu du village. Comprendre et analyser la presse locale, Bruxelles, 1981.

50 C.G. JUNG, Essai d’exploration de l’inconscient, Paris, 1964.

51 Les termes principaux sont de Gritti. Ceux de Jung sont entre parenthèses.

52 Cependant, le volume de légendes fourni par l’échantillonnage du Soir illustré étant fort réduit, il faut prendre ce résultat avec des réserves.

53 Celles-ci concernent, en 1922, Benoît XV et Pie XI ; en 1939, Pie XI et Pie ΧΠ ; en 1958, Pie XII et Jean ΧΧΙΠ. Elles ont l’avantage de se situer au début, au milieu et à la fin de la période étudiée.

54 J. GRITTI, Un récit de presse : les derniers jours d’un « grand homme », dans Communications, no 8, 1966, pp. 94-95.

55 Nous avons étudié pour cela les biographies pontificales, les conclaves et les annonces d’élection relatés par les deux illustrés.

56 R. PUCHEU, Le journal, les mythes et les hommes, Paris, 1962, pp. 16-17.

Auteur

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540