Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Libéralisme et démocratie : la question du suffrage universel en Belgique entre 1894 et 1914. Considérations de méthode – données heuristiques – aperçu des résultats

Danielle Van Gottom

Texte intégral

« Robespierristes, antirobespierristes, nous vous crions grâce : par pitié, dites-nous simplement quel fut Robespierre ? »
Marc Bloch

  • 1 Cité dans Pour une histoire politique, éd. R. RÉMOND (L’univers historique), Paris, 1988.

1Si Marc Bloch1 s’adresse plus particulièrement aux spécialistes de la Révolution française – fort sollicités en cette année du bicentenaire –, il définit aussi le « métier d’historien » et nous permet par là même de préciser d’emblée l’optique dans laquelle se situe le présent travail.

2Le sujet, non sans rapport avec 1789 – ne fût-ce qu’à titre de référence historique et mythique –, s’inscrit à plus d’un siècle d’intervalle dans le cadre de la Belle Époque en Belgique, à savoir entre 1894 et 1914. Pendant ces vingt années, notre pays, gouverné sans interruption par le parti catholique, expérimenta un mode spécifique de scrutin, « le suffrage universel plural », qui suscita nombre de récriminations et fut l’un des thèmes politiques récurrents, au même titre que la question militaire, coloniale ou scolaire (par le biais de l’instruction obligatoire). Ce n’est certes pas en vain que les textes évoquent à moult reprises « la question du suffrage universel pur et simple » ! Quels sont ces textes, quels sont les méthodes et les angles d’approche, à quels résultats ont-ils abouti ? Autant d’interrogations auxquelles cette étude s’est efforcée d’apporter une réponse.

  • 2 Abréviation – fort usitée dans les textes d’époque – pour « suffrage universel ».

3Et, plus largement, la question du SU2 contribue également à alimenter le débat séculaire des rapports entre droit et société. Quelles relations existe-t-il entre les institutions – le droit constitutionnel – et l’ensemble de la société de fait, dont nous avons extrait une composante, en l’occurrence l’opinion libérale ? La réponse est loin d’être linéaire : le jeu de flèches part dans les deux sens, les influences et conditionnements sont réciproques.

I. Considérations de méthode

4L’objectif consiste à renouveler les questions, afin de multiplier les éclairages et d’élargir les perspectives. Le phénomène politique ne se cantonne nullement au domaine du contingent, mais il est relié aux forces profondes, qui agissent dans la durée. À cet égard, il importe d’évoquer les structures socio-économiques, culturelles et religieuses.

5Au niveau social, les catégories professionnelles constituent un facteur explicatif – mais non exclusif – de certaines positions et décisions politiques. Parmi les élus et les hommes d’influence du libéralisme entre 1894 et 1914, sur un nombre total de septante-cinq personnalités, les deux tiers étaient juristes, avec des avocats d’affaires comme le Liégeois X. Neujean ; l’autre tiers se partageait entre ingénieurs, industriels et administrateurs de sociétés, à l’exception d’un médecin, d’un professeur d’athénée, de deux instituteurs et d’un employé de bureau.

  • 3 Cf. E. SOLVAY, Notes, lettres et discours, Bruxelles, 1929, 2 vol. ; G. BARNICH, Principes de poli (...)

6Il n’est pas sans intérêt, pour dépeindre le milieu libéral, de signaler dans le même ordre d’idées que P. Hanrez, parlementaire progressiste, était associé-gérant chez Solvay, en tant que responsable des usines françaises. Le frère de Maurice Lemonnier, à savoir Alfred Lemonnier, était quant à lui l’homme de confiance par excellence des Solvay ; ingénieur de formation, il dirigeait les usines chimiques de Jemeppe-sur-Sambre ; par ailleurs, il occupait le poste d’administrateur-délégué du grand journal L’Indépendance belge. Or, E. Solvay n’était pas sans influencer le milieu des libéraux progressistes par son amitié avec P. Janson, par ses écrits théoriques sur la « politique positive » et « l’égalité au point de départ3 » ainsi que par la création de l’Institut de Sociologie sous la direction de E. Waxweiler.

7Le libéralisme rassemblait des intellectuels de haut niveau, parmi lesquels des professeurs d’université et scientifiques renommés tels E. Goblet d’Alviella, L. Vanderkindere, P. Errera, M. Vauthier, M. Ansiaux, H. Pergameni, etc. Le Liégeois C. Magnette participa à la vie des cénacles littéraires et fut l’un des collaborateurs de Max Waller au moment de la fondation de « La Jeune Belgique ».

  • 4 Cf. Annales parlementaires. Chambre. Session 1900-1901. Séance du 20 juin 1901, Bruxelles, 1901, p (...)

8Car, au-delà des structures socio-économiques, plusieurs éléments idéologiques et culturels explicitent l’évolution du libéralisme belge au début du XXe siècle, ainsi que la persistance des clivages entre la constellation progressiste et modérée. P. Janson, le chef de file de l’aile avancée, avait foi dans les conquêtes des sciences naturelles et sociales. Se référant à Condorcet et à Tocqueville, il était convaincu que la cause du droit et de la justice triompherait un jour en vertu de « la loi de l’histoire » qui, nécessairement d’après lui, induisait le progrès. Détracteur virulent de toute souveraineté de droit divin, il se vouait par conséquent à la défense du droit public nouveau, issu de 17894.

9Si certains progressistes belges s’apparentaient relativement bien aux radicaux-socialistes français sur le plan des idées générales, il est clair que la plupart d’entre eux ne franchirent jamais le pas vers le parti ouvrier dirigé par E. Vandervelde, J. Destrée et E. Anseele ; ils récusaient même, dans le contexte belge, jusqu’à l’épithète « socialiste » de leurs homologues d’outre-Quiévrain. Les positions philosophiques n’y étaient certainement pas indifférentes. À cet égard, l’annotation d’E. De Seyn concernant le radical H. Pergameni – fidèle aux Congrès progressistes depuis leur origine –, trouve toute sa signification :

  • 5 E. DE SEYN, Dictionnaire des écrivains belges. Bio-bibliographie, t. II, Bruges, 1931, p. 1433.

« Pergameni dirigeait souvent des critiques acérées contre les partisans du déterminisme et du matérialisme historique »5.

  • 6 A. SIMON, België onder katholiek bewind van 1884 tot 1914, dans Algemene geschiedenis der Nederlan (...)

10Parmi les libéraux modérés, P. Hymans était attiré par d’autres maîtres à penser, notamment par le juriste A. Prins, qui n’hésitait pas à critiquer certains principes de la Révolution française et envisageait le suffrage universel non comme un « droit naturel » (à l’instar de P. Janson), mais plutôt comme une « fonction ». Au demeurant, en matière religieuse, Μgr A. Simon estime que Paul Hymans incarnait une nouvelle forme de libéralisme, « moins sectaire et dogmatique » qu’auparavant et somme toute « plus tolérant » et « plus éclectique »6.

11Au contraire des radicaux, P. Hymans n’avait pas les yeux rivés sur la France ; il observait avec intérêt la politique des libéraux anglais (le gouvernement Asquith – Lloyd George) ; il recommandait souvent dans les débats politiques le plus grand pragmatisme, afin de procéder aux réformes nécessaires sans violence et de maintenir ainsi la paix sociale.

12In fine, pour mieux cerner encore la multiplicité des milieux libéraux – l’aile modérée et le camp progressiste –, il n’est pas possible de faire abstraction des différentes théories économiques ni des philosophies sociales au sein du parti. Aux plus ardents défenseurs du manchestérianisme pur et dur s’opposaient les tenants de l’économie mixte et de la solidarité sociale. En contrepoids à l’organisation socialiste, certains progressistes avaient fondé le « parti ouvrier libéral ».Il est d’ailleurs difficile de nier l’existence d’un libéralisme « populaire » flamand, qui répondait aux maîtres-mots du Vlaamse Bond : « vlaams, vrijzinnig en volksgezind ». J. Van Rijswijck, L. Franck et J. De Vigne en étaient, à leur manière et parmi d’autres, les promoteurs. Et, en tout état de cause, il est extrêmement caractéristique que le parti libéral progressiste a toujours rejeté l’idée qu’il pouvait ne représenter qu’une catégorie sociale déterminée, vu qu’il refusait jusqu’à l’hypothèse d’une société divisée en classes.

13Si, à propos du libéralisme entre 1894 et 1914, l’historien insiste sur les différences et les divisions du parti, il n’en demeure pas moins que les élus – quelles que fussent leurs nuances – s’identifiaient en dernier ressort à cette vaste famille de pensée. Ils disposaient d’un héritage commun : des souvenirs historiques, des événements-clés, des héros consacrés, certaines références doctrinales. Le climat culturel particulier qui régnait dans cette mouvance idéologique explique en définitive qu’à certains moments de l’histoire, les appels à l’unité du parti étaient plus forts que toutes les divergences d’opinion.

II. Données heuristiques

14Actuellement, l’histoire politique s’intéresse à des sources qui, auparavant, étaient négligées. Il n’est plus question de se limiter aux grandes œuvres de la théorie politique moderne, ni aux personnalités-phares de l’histoire-galerie. II importe surtout d’intégrer tous les acteurs du jeu politique, y compris les plus modestes. Par conséquent, les sources, nécessairement parcellaires, se situent souvent en périphérie et à plusieurs niveaux interdépendants : annales parlementaires, presse (toutes tendances), archives de partis et registres (manuscrits) d’associations locales, fonds P. Hymans, archives du Palais Royal, résultats électoraux (aux niveaux national et communal), pamphlets, tracts de propagande et almanachs qui donnent les mots d’ordre et vulgarisent la pensée politique.

15La source par excellence est le témoignage d’époque, de première main, écrit si possible au moment de l’événement, ce qui met dans une certaine mesure à l’abri de l’anachronisme psychologique.

16Lorsque le chercheur consulte les archives inédites – fort riches – de P. Hymans, il est confronté à une vaste correspondance qui avait une portée essentiellement pratique et révèle, mieux que tout autre texte, les raisonnements, les calculs, les motivations profondes du dirigeant politique.

17De même, dans ses registres manuscrits, le secrétaire de l’Association libérale de Liège visait simplement à consigner les délibérations du jour (comités de parti et assemblées), sans chercher à perpétuer « officiellement » l’image du libéralisme pour les générations futures. Les registres répondaient à une nécessité bien précise : l’organisation interne du parti dans la Cité ardente. Ils laissent volontairement apparaître au grand jour les controverses entre libéraux, et ce d’une manière plus claire, plus nuancée et plus approfondie que l’ensemble des journaux. Que ces derniers soient catholiques, libéraux progressistes ou modérés, ils abondent effectivement en simplifications outrancières, cultivent la polémique, déforment souvent les faits, les amplifient ou les minimisent à l’extrême.

18La presse n’est toutefois pas sans intérêt : elle prodigue de minutieux détails au jour le jour et permet dans certains cas de compléter les données lacunaires des archives. Néanmoins, elle requiert une critique serrée car les journalistes ne sont pas toujours des témoins informés directement et amalgament fréquemment les faits aux opinions de la Rédaction, en les gauchissant notablement.

19Les mémoires et biographies sont loin d’être fiables : ils adoptent, souvent a posteriori et à des degrés divers, une perspective justificatrice qui limite leur utilisation par l’historien. Dans ce genre d’écrits, les faits retenus et les documents cités servent uniquement le point de vue de l’auteur.

  • 7 M. WILMOTTE, Mes mémoires, Bruxelles, 1948.

20À titre d’exemple, les mémoires de M. Wilmotte7 recèlent en définitive peu d’informations pour l’histoire de la politique belge. La très grande discrétion sur son engagement et ses activités au sein du parti progressiste appartiennent aux nombreux silences significatifs de l’histoire. De plus, consignés tardivement (pendant la seconde guerre mondiale), ses souvenirs d’octogénaire s’altéraient ou, à tout le moins, s’estompaient...

  • 8 L. DELANGE-JANSON, Paul Janson (1840-1913). Sa vie généreuse. Son époque, Liège, 1962-64, 2 vol.

21Quant au biographe – et gendre – de P. Janson8, il est regrettable qu’il soit très prolixe sur certains points et trop concis sur d’autres, par exemple sur la question capitale de l’alliance avec le parti ouvrier entre 1896 et 1899.

22La collation de telles sources permet progressivement de mieux définir les composantes de chaque courant de pensée, d’en dépister les lignes de force qui exercèrent un impact politique réel et finalement de mesurer le travail des idées dans la société. Après la reconstitution minutieuse des faits, l’historien s’apprête alors à franchir une étape : il sera confronté au problème — encore plus complexe – de leur interprétation.

III. Aperçu des résultats

23Tout au long du XIXe siècle jusqu’à la veille de la Grande Guerre, la Belgique discuta la question du suffrage universel, une question essentielle – s’il en est – puisqu’elle concerne les fondements mêmes du régime démocratique, la source du pouvoir et, partant, l’ensemble de la vie sociale.

24Dans le temps et dans l’espace, les générations développèrent diverses solutions quant au principe de la « souveraineté populaire », cet héritage de la Révolution française.

25L’objet de la recherche consiste principalement à analyser l’orientation du libéralisme entre 1894 et 1914 suivant un fil conducteur, en l’occurrence la réforme électorale. Il s’agit d’approfondir les positions de principe et les arguments des libéraux sur le suffrage universel, pour dégager ensuite leurs rapports avec les forces complexes et multiformes qui travaillent l’intérieur du « parti », situé dans un vaste champ d’influences diverses. Plus globalement, le problème se pose en ces termes : en quoi le mouvement des idées est-il lié à la vie politique et à ses composantes ?

26Au moment de la révision constitutionnelle en 1893, Frère-Orban affirmait haut et fort qu’il ne voterait le suffrage universel « ni en un acte, ni en deux, ni en trois », tandis que les grands ténors radicaux, avec P. Janson et E. Féron à leur tête, avaient déjà conquis leur autonomie depuis le Congrès progressiste de 1887.

27Au terme de la période étudiée – donc sur deux décennies –, une évolution indéniable s’est en fait produite, puisque la Déclaration des Gauches libérales du 30 juin 1911 proclame l’adhésion unanime des mandataires libéraux au suffrage universel pur et simple.

  • 9 F. VAN KALKEN, Esquisse des origines du libéralisme en Belgique, dans Revue d’histoire moderne, t. (...)

28Est-il exact qu’en cette fin du XIXe siècle, à la Belle Époque, « le libéralisme évolua vers le radicalisme », comme le suggère l’historien F. Van Kalken9 ?

29Les jalons-clés de cette évolution sont les Déclarations des Gauches libérales (réunies en Assemblées plénières) du 21 décembre 1900, 6 avril 1906 et 30 juin 1911.

30Avant 1900, les antagonismes étaient particulièrement virulents entre les libéraux de tendances opposées. En 1894, deux Congrès séparés eurent lieu : le Congrès libéral et le Congrès progressiste.

31Les radicaux liégeois et gantois s’allièrent avec succès au parti ouvrier contre les doctrinaires lors des élections de 1894 ; leurs homologues bruxellois optèrent pour semblable coalition en 1896 et essuyèrent un cuisant échec.

32En 1899, le leader progressiste P. Janson entérina au Parlement la représentation proportionnelle, qui était un point du programme progressiste ; par là, il émit – indirectement – un vote favorable au gouvernement catholique.

33En décembre 1900, les libéraux rétablirent au sein de leur groupe une certaine unité de vue et d’action, par un programme de réformes pratiques : 1° la réorganisation de l’enseignement et l’instruction obligatoire ; 2° le renforcement de la défense nationale ; 3° la réforme électorale ; 4° la lutte contre la mainmorte ; 5° les « mesures en vue de l’amélioration du sort des classes laborieuses ».

34Au chapitre de la réforme électorale, le manifeste condamnait le « privilège plural ». Davantage, « une majorité » s’était dégagée en faveur du SU pur et simple, mais la fraction modérée émit les plus vives réserves sur cette question :

  • 10 G. RAHLENBECK, Ce que veulent les libéraux. L’enjeu de la bataille. Exposé populaire du programme (...)

« Les Gauches, poursuivant un but d’union et d’action commune, et désirant respecter des divergences de vues que l’avenir pourra dissiper, réservent la liberté de ceux de leurs membres qui ne partagent pas l’avis de la majorité et ne croient pas pouvoir se rallier à un système électoral uniquement basé sur le suffrage universel pur et simple »10.

35En juin 1901, les représentants modérés de Bruxelles (Huysmans, Lepage, Hymans à la Chambre, Wiener et De Mot au Sénat), Gand (Braun et De Vigne), Liège et Verviers (Neujean en tête) votèrent d’ailleurs contre la proposition de referendum sur le SU et la représentation proportionnelle, déposée par P. Janson. Par contre, le banc d’Anvers et le reste des Flandres se prononcèrent pour le SU à l’unanimité, y compris F. Delvaux, l’incarnation par excellence du « libéralisme sage et traditionnel ». En Wallonie, la plupart des mandataires de province y étaient également ralliés.

36En somme, tous les députés libéraux, à sept ou huit unités près sur un total de trente-trois, votèrent la proposition Janson. Les foyers de résistance se situaient essentiellement dans l’une ou l’autre grande ville.

37Tandis que la campagne d’opinion en faveur du suffrage universel s’intensifiait dans tout le pays, l’Association et la Ligue libérale de Bruxelles conclurent un Traité d’alliance pour présenter une liste commune aux élections de 1902 ; ce texte stipulait que tous les représentants libéraux acceptaient désormais la révision constitutionnelle et la démocratisation du droit de suffrage. P. Hymans avait alors publiquement opté, à la Chambre, pour la formule du double vote au père de famille sur le plan législatif.

38En 1904, à l’instar du Bloc des Gauches en France, la politique de cartel avec le parti ouvrier tendait à se généraliser en Belgique, sur la base du clivage clérical/anticlérical. La création en 1906 du journal très avancé La Dernière Heure, à l’instigation notamment d’A. Devèze, répondait à ces préoccupations.

39En 1906, à la veille des élections partielles (qui avaient lieu tous les deux ans), les socialistes et quelques progressistes menèrent campagne pour obtenir le suffrage universel pur et simple à la province et à la commune. Or, pour amender la loi de 1895 sur le suffrage communal, seule la majorité simple était requise au Parlement. Les Gauches libérales votèrent le 6 avril 1906 un ordre du jour qui supprima définitivement toutes les réserves émises en 1900 sur la question électorale. L’assemblée adopta une formule identique pour tous les niveaux communal et législatif –, à savoir le double vote au père de famille, avec des garanties concernant les finances communales. P. Hymans relate la réunion des Gauches à Ch. Graux :

« À Gand, Lippens, Hip. Callier, De Vigne, Mechelynck sont devenus des partisans résolus du pur et simple. Les dirigeants anversois aussi. Et de même les députés de Mons, de Charleroi, de Tournai. Seule dans la presse, L’Étoile m’a soutenu [...]

J’ai été l’objet d’adjurations pressantes des députés des Flandres. Ils ont déclaré que le maintien à la commune, même provisoirement et en attendant la révision et une réforme intégrale, du vote plural censitaire, était inacceptable, que si mon système sur ce point était admis, toute propagande libérale devenait impossible. Même thèse et même situation chez les Wallons. Seul, de toute la gauche, Neujean m’a soutenu : il est intervenu pour déclarer qu’il se solidarisait avec moi, mais que la situation exigeait des concessions et il a proposé une transaction. Je la crois honorable et loyale.

L’opinion publique l’approuve, il n’y a pas de résistance du côté des modérés. Le ralliement est général. Et l’unité assurée pour les élections. C’est beaucoup.

  • 11 AGR, Fonds Hymans, Dossier 381, Farde 1, Minute d’une lettre de Hymans à Graux, 7 avril 1906. Soul (...)

En ce qui me concerne, j’ai sur-le-champ pris mon parti. L’intransigeance devait avoir pour conséquence soit la retraite et l’abdication, soit la rupture. Étant seul, où donc aurait conduit la rupture ? Et à quoi aurait servi l’abdication ? Il faut faire de la politique avec les hommes qu’on a, tenir compte des nécessités et, en un mot, de l’inévitable. Or le SU est l’inévitable à terme prochain ou à échéance immédiate. Et la solution admise est de nature à en tempérer les effets. J’ai cru sage de transiger en précisant mes conditions. J’ai fait tout ce que j’ai pu et je suis en règle avec ma conscience »11.

40En 1910, lors de l’adresse en réponse au Discours du Trône, la majorité des libéraux, au nombre de 29 – tant modérés que radicaux – votèrent l’amendement socialiste en faveur du SU pur et simple. Pour ménager quelque peu la sensibilité des plus modérés et maintenir l’union du parti, les leaders progressistes s’abstinrent, par respect pour la formule de 1906.

  • 12 AGR, Fonds Hymans, Dossier 513, Farde 1, Lettre personnelle (sic) de Waxweiler à Hymans, s.d. (jui (...)

41Le projet de loi scolaire déposé par le gouvernement catholique en 1911 eut raison des dernières réticences libérales. Sous l’égide de la Ligue de l’Enseignement, l’anticléricalisme rapprocha le parti libéral du parti ouvrier dans leur campagne commune contre le Ministère Schollaert. Comme l’élan était donné au mouvement d’opinion, les deux Gauches pratiquèrent la politique du cartel, afin de vaincre les catholiques aux élections de 1912. Dans cette perspective, l’ensemble des élus libéraux adhérèrent désormais, par leur Déclaration du 30 juin 1911, au suffrage universel pur et simple à 25 ans et à tous les niveaux, sans plus aucune restriction. Et, dans une lettre, E. Waxweiler d’ajouter que l’accord est complet sur un autre point : ne pas compromettre la victoire par une aventure révisionniste prématurée, car il y aura d’autres tâches prioritaires (textuellement « le bon sens l’indique »)12.

42En conclusion, l’hypothèse de F. Van Kalken, selon laquelle « le libéralisme a évolué vers le radicalisme », se vérifie-t-elle dans les faits ? Cette affirmation est globalement exacte. Nous la discuterons en deux temps.

431. Comme l’illustrent les trois Déclarations des Gauches qui ont pour gage concret la politique d’alliances menée par le parti libéral, la question du suffrage universel fut l’un des moteurs de l’évolution vers le radicalisme, à la fois sous l’effet de facteurs internes et de pressions extérieures.

44Facteurs internes : l’inversion du rapport des forces en faveur des progressistes et au détriment des modérés ; le poids excessif de la tradition et de l’école de Frère-Orban – quelque peu obsolète – chez les plus conservateurs ; la logique de substitution dont les progressistes ont tiré parti, vu les difficultés de la relève des générations dans le camp modéré – P. Hymans a trente-cinq ans en 1900 – ; l’insuffisance de l’organisation du parti libéral au moment de l’avènement du nombre en politique ; l’importance des sensibilités régionales.

45Facteurs exogènes : l’émergence du parti ouvrier belge et la difficulté, pour les libéraux, de se définir comme « troisième voie » ; la longue période d’opposition du parti libéral et l’usure des catholiques au pouvoir ; la marche du siècle, l’évolution de la conjoncture et des idées sur la démocratie et la représentation populaire ; la politique étrangère, et singulièrement la politique française, caractérisée par le Bloc des Gauches.

462. Le rapport numérique des forces s’est inversé au sein du parti à l’avantage des progressistes et au détriment des modérés.

47Dès 1900, les premières élections à la représentation proportionnelle amenèrent parmi les libéraux une très nette majorité de députés progressistes ou se présentant comme tels – car leur appartenance était parfois mal définie.

48Il importe précisément ici de relativiser quelque peu l’affirmation de F. Van Kalken : le pouvoir d’influence est-il strictement proportionnel à la force du nombre ?

49Mentionnons d’abord que, dans deux bastions, les parlementaires modérés étaient plus nombreux que les progressistes : à Bruxelles, deux progressistes, sinon radicaux – P. Janson et E. Féron – étaient élus pour trois modérés – Huysmans, Lepage et P. Hymans –, tandis qu’à Liège, seuls deux modérés – Neujean et Trasenster – obtinrent des sièges. Ces deux citadelles du libéralisme pèsent-elles plus que d’autres au moment des choix et des décisions politiques ?

50Par ailleurs, si à la Chambre, les progressistes dominaient largement les bancs libéraux, il n’en allait pas de même au Sénat : celui-ci comptait quasi autant de modérés que de progressistes.

51Last but not least, il conviendrait de définir avec minutie le concept de « progressiste » par rapport à la notion de « modéré ». Car il est possible d’être progressiste à des degrés divers : F. Masson, député de Mons à partir de 1906, se réclamait de cette nuance d’opinion ; or, il fut systématiquement absent et excusé aux sept Congrès progressistes qui se déroulèrent entre 1906 et 1914.

52Au total, l’histoire des progressistes pourrait se résumer par la tentative, finalement avortée, de créer un « parti » autonome. Ils disposaient d’une Fédération qui, à intervalles répétés, rassemblait toutes les forces du « parti » en un Congrès dans le but de définir la doctrine et le programme. Ils s’appuyaient sur de nombreuses associations indépendantes réparties dans tout le pays ainsi que sur plusieurs organes de presse, qui leur servaient de voies d’influences. Toutefois, ni l’alliance avec les socialistes (contre les doctrinaires), ni l’autonomie de candidature ne leur réussit. Dès lors, à partir de 1900, les progressistes agirent au sein même du parti libéral : ils tentèrent de le transformer de l’intérieur afin de le « démocratiser ».

53Il n’en demeure pas moins vrai que, globalement, le rapport de forces s’est réellement inversé en faveur des progressistes à l’intérieur du parti libéral à l’aube du XXe siècle. Ainsi, les propositions de M.L. Gérard pour reconstituer le parti modéré, suite à la défaite du cartel des Gauches en 1912, furent vouées à l’échec. En fin tacticien, P. Hymans estimait qu’un Congrès libéral – en contrepoids aux Congrès progressistes – ne se justifiait aucunement et qu’une assemblée de quelques associations, représentées au Parlement par une douzaine de députés sur quarante-quatre membres de la Gauche libérale, équivaudrait soit à un aveu d’impuissance, soit à une manifestation séparatiste :

  • 13 AGR, Fonds Hymans, Dossier 309, Farde 2, Minute de la lettre de Hymans à M.L. Gérard, Petit Spay, (...)

« Ce serait une faute, qu’aucune considération d’opportunité ou de principe n’excuserait. Nous avons en ce moment la faculté de nous recueillir, de réfléchir, et nous en avons besoin. Rien ne nous oblige de parler, de dresser des plans de campagnes, de fabriquer des programmes. Aucune échéance électorale prochaine ne nous invite à prendre des dispositifs de mobilisation [...] On discuterait le passé sans projet, et l’avenir sans nécessité. On livrerait à l’adversaire le secret de ses faiblesses ou de ses habiletés. Et cela au moment même où cet adversaire, lui-même aux prises avec des difficultés considérables, est contraint par son rôle de parler et de dévoiler au public sa politique [...] Et son attitude aura évidemment une répercussion sur la nôtre. Quelle imprudence d’ouvrir, la veille ou le lendemain, une discussion libre dans un Congrès d’hommes dépourvus pour la plupart de toute responsabilité ! »13.

54L’avenir est ouvert. Les questions se télescopent, car le cours des alliances et des coalitions n’est pas inéluctable. La défaite du cartel en 1912 mit-elle un terme au processus de radicalisation entamé de longue date au sein du parti libéral ? Les libéraux n’étaient-ils pas plus conservateurs, donc moins ancrés à gauche, dans les matières coloniale, militaire et socio-économique, où interviennent – plus que dans la question du suffrage universel – les multiples complexes d’intérêts de la bourgeoisie ? Comment le parti libéral, qui fut dépassé sur sa gauche à la fin du XIXe siècle, se reclassa-t-il au XXe siècle au centre, sinon à la droite de l’échiquier politique ? Mais ceci est une autre histoire.

  • 14 L’importante bibliographie de ce travail figure dans le mémoire de licence présenté à l’Université (...)

55Le renouvellement des sources et des méthodes permet désormais à l’historien de dépasser largement ce qu’on connaît du phénomène politique en première approche, grâce à l’analyse des faisceaux complexes de paramètres qui expliquent l’action humaine14.

Notes

1 Cité dans Pour une histoire politique, éd. R. RÉMOND (L’univers historique), Paris, 1988.

2 Abréviation – fort usitée dans les textes d’époque – pour « suffrage universel ».

3 Cf. E. SOLVAY, Notes, lettres et discours, Bruxelles, 1929, 2 vol. ; G. BARNICH, Principes de politique positive d’après Solvay, Bruxelles, 1919.

4 Cf. Annales parlementaires. Chambre. Session 1900-1901. Séance du 20 juin 1901, Bruxelles, 1901, p. 1515.

5 E. DE SEYN, Dictionnaire des écrivains belges. Bio-bibliographie, t. II, Bruges, 1931, p. 1433.

6 A. SIMON, België onder katholiek bewind van 1884 tot 1914, dans Algemene geschiedenis der Nederlanden, t. XI, Anvers – Bruxelles – Gand – Louvain, 1956, p. 267.

7 M. WILMOTTE, Mes mémoires, Bruxelles, 1948.

8 L. DELANGE-JANSON, Paul Janson (1840-1913). Sa vie généreuse. Son époque, Liège, 1962-64, 2 vol.

9 F. VAN KALKEN, Esquisse des origines du libéralisme en Belgique, dans Revue d’histoire moderne, t. I, 1926, no 3, p. 195.

10 G. RAHLENBECK, Ce que veulent les libéraux. L’enjeu de la bataille. Exposé populaire du programme contenu dans le « Manifeste des gauches libérales » du 20 décembre 1900, dans Bibliothèque de propagande libérale, Bruxelles, (1900) ; E. GOBLET d’ALVIELLA, Le programme des Gauches Libérales. Son origine. Sa portée, dans Publications libérales et démocratiques, Bruxelles, 1904, pp. 8-11.

11 AGR, Fonds Hymans, Dossier 381, Farde 1, Minute d’une lettre de Hymans à Graux, 7 avril 1906. Souligné dans le texte.

12 AGR, Fonds Hymans, Dossier 513, Farde 1, Lettre personnelle (sic) de Waxweiler à Hymans, s.d. (juin-juillet 1911).

13 AGR, Fonds Hymans, Dossier 309, Farde 2, Minute de la lettre de Hymans à M.L. Gérard, Petit Spay, 23 août 1912.

14 L’importante bibliographie de ce travail figure dans le mémoire de licence présenté à l’Université Catholique de Louvain en juin 1985. Il est conservé à la Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres à Louvain-la-Neuve.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540