Version classiqueVersion mobile

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Les sources documentaires des études bloyennes : à propos d’une lettre « inédite » de Léon Bloy à Charles-Florentin Loriot

Émile Van Balberghe

Texte intégral

  • 1 Léon Bloy et Charles-Florentin Loriot. À propos d’une lettre inédite de Léon Bloy, dans Les Lettre (...)

1Il y a plus de dix ans déjà nous avions eu le plaisir d’éditer dans la revue Les Lettres romanes une lettre de Léon Bloy1. Cette lettre, adressée à un poète normand qui lui réclamait « diverses brochures » – Charles-Florentin Loriot (1849-1905) –, résume excellemment les événements qui marquèrent la vie de Bloy durant l’année 1884, année importante s’il en est dans la trajectoire littéraire de l’écrivain.

  • 2 Hubert COLLEYE, L’Âme de Léon Bloy, Paris, Desclée de Brouwer et Cie, 1930, p. 247.

2Quelle ne fut pas notre stupéfaction de lire récemment un extrait de cette lettre dans l’ouvrage L’Âme de Léon Bloy d’Hubert Colleye, paru en 19302 ! Nous en avions pourtant trouvé l’original dans un vieux logis normand avec des papiers du destinataire.

  • 3 Idem, p. 15 (c’est nous qui soulignons).
  • 4 Lettre du 11 nov. 1925, conservée aux Archives et Musée de la Littérature (Bruxelles, Bibliothèque (...)

3La lecture de l’introduction d’Hubert Colleye nous éclaira quelque peu : « Mes citations sont pour la plupart, des fragments inédits de lettres qui furent envoyées ou non, peu importe, et des passages empruntés aux plus anciens papiers de Bloy »3. Toute cette documentation avait été mise à sa disposition par la veuve de Léon Bloy, Jeanne Léon-Bloy. Ainsi, lorsque Colleye prépare son livre, elle lui écrit : « Quand vous aurez besoin de quelque renseignement relativement à votre livre, dites-le moi. Je vous avertis dès à présent de ce que je possède : [...] des brouillons de lettres de toutes sortes, éclairant des moments importants de sa vie »4.

  • 5 Brouillon : Hubert COLLEYE, L’Âme de Léon Bloy, p. 247 ; original : Les Lettres romanes, p. 210 (n (...)

4Hubert Colleye a édité en deux parties un paragraphe complet du brouillon de la lettre de Léon Bloy à Charles-Florentin Loriot. Nous le rééditons ici, en mettant en parallèle le texte de l’original de la lettre qui est parvenu à son destinataire. On relèvera ainsi quelques variantes. Ces dernières montrent le soin avec lequel Léon Bloy rédigeait ses textes. En cours de transcription, il corrige en supprimant le second mot « porte », malencontreusement proche du premier. De même, il ajoute quelques mots qui répercutent plus violemment son propos5.

  • 6 Suit un texte de Colleye. Après celui-ci, la citation continue ainsi : « Ce fut, dit Bloy dans la (...)

Brouillon (Colleye)

Original (Les Lettres romanes)

« Vers le commencement de l’année, le Rédacteur en chef du « Figaro », ayant lu de moi je ne sais quoi, fit ce rêve de servir à son innombrable public le régal inaccoutumé d’une espèce de monstre catholique qui dirait une bonne fois la vérité sans ménager personne et en s’exposant à tous les coups6. Ce fut la gloire pour moi pendant quelques semaines. On ne parlait à Paris que de ce fou furieux et solitaire armé d’un style brûlant qui déclarait la guerre à tous les triomphants malandrins au nom de vieilles idées mises depuis longtemps au rebut par la sagesse du siècle. Évidemment cela ne pouvait durer. Des réclamations s’élevèrent, et le lâche impresario me mit à la porte. Je secouai mes souliers à la porte de cette odieuse boutique et je rentrai dans l’ombre ».

« Vers le commencement de l’année, le rédacteur en chef du Figaro, ayant lu de moi je ne sais quoi, fit le rêve de servir à son innombrable public le régal inaccoutumé d’une espèce de monstre catholique qui dirait une bonne fois la vérité sans ménager personne & en s’exposant à tous les coups. Ce fut la gloire pour moi pendant quelques semaines. On ne parlait à Paris que de ce fou furieux & solitaire armé d’un style brûlant qui déclarait la guerre à tous les malandrins triomphants, au nom de vieilles idées mises depuis longtemps au rebut par la sagesse du siècle. Évidemment, cela ne pouvait durer. Des réclamations s’élevèrent & le lâche impressario [sic], menacé de désabonnements motivés, me mit à la porte. Je secouai mes souliers au* seuil de cette odieuse boutique & je rentrai dans l’ombre ».

* Bloy avait d’abord écrit « à » puis sans doute un 1. Il a barré l’accent, ajouté le u et soigneusement maculé le 1 présumé.

5Si nous donnons ces éléments complémentaires sur la lettre de Léon Bloy adressée à Charles-Florentin Loriot que nous avions éditée, c’est qu’ils nous permettent de poser le problème des sources documentaires des études bloyennes. Deux dossiers semblent avoir servi de base à ces dernières : les brouillons de lettres et le livre de presse que Léon Bloy constitua lui-même.

Les lettres

  • 7 Antoinette PESKÉ et Pierre MARTY, Les Terribles, Paris, Frédéric Chambriand, 1951, pl. hors texte (...)
  • 8 Voir, par exemple, l’excellent travail qu’accomplit pour Céline notre confrère Henri Thyssens depu (...)

6Comme la petite mésaventure qui nous est arrivée le démontre, un ensemble de lettres ou du moins de leurs brouillons a servi de base à plusieurs travaux. Un répertoire des lettres de Léon Bloy devrait permettre de s’y retrouver. On pourrait donc imaginer un relevé des lettres éditées partiellement ou entièrement ou encore simplement reproduites, en donnant autant que faire se peut : la date, le nom du destinataire, les incipit et explicit (de la lettre ou des extraits), le lieu de conservation et les références bibliographiques des ouvrages où elles sont éditées ou citées. On pourrait ajouter un résumé du contenu et une liste des mots-clés. (Faut-il dire qu’un petit programme d’ordinateur ferait merveille ?) On constaterait alors sans doute que plusieurs lettres ne sont connues que par leurs brouillons ou/et qu’on ne connaît pas leur lieu de conservation, ou encore qu’elles ne sont connues qu’indirectement, mais ce dernier cas n’est pas un problème propre à la correspondance de Bloy. Exemple entre cent : où est conservée la belle lettre de Léon Bloy à Maurice Leblanc (24.11.1892) reproduite par Antoinette Peské et Pierre Marty en 19517 ? Pensons également à toutes les lettres qui passent dans des catalogues de librairies et de ventes aux enchères8.

Le livre de presse

7Nous avons eu le bonheur de mettre la main sur le livre de presse que Léon Bloy constitua lui-même. Formé de deux volumes in-4°, il contient près de cinq cents coupures de journaux et revues dans toutes les langues, y compris quelques épreuves d’articles de Bloy lui-même. Ces coupures s’échelonnent chronologiquement de 1884 à 1906. Plusieurs notes de la main de Léon Bloy parsèment l’ensemble.

  • 9 Hubert COLLEYE, L’Homme de l’absolu (Léon Bloy), Bruxelles, Éditions universitaires, 1943.
  • 10 Joseph BOLLERY, Léon Bloy. Essai de biographie avec de nombreux documents inédits, Paris, Albin Mi (...)
  • 11 Hubert COLLEYE, L’Homme de l’absolu..., p. 17.
  • 12 Le livre de presse faisait partie de documents achetés après la mort de Colleye (31.01.1972) par l (...)

8Ni Hubert Colleye qui cite abondamment la presse dans le second volume qu’il consacra à Bloy9, ni Joseph Bollery qui semble bien avoir relevé toutes les mentions de Léon Bloy dans la presse du vivant de celui-ci10, ne font état du livre de presse. Or, au moins Hubert Colleye l’a utilisé, puisqu’à un certain moment, il écrit : « Sous la coupure de journal que j’ai sous les yeux, Bloy a écrit de sa main... »11. Il s’agit bien d’un extrait de presse faisant partie du livre de presse et annoté de la main de Léon Bloy. Par ailleurs, notre enquête sur l’histoire de ce précieux document nous a permis d’établir qu’il avait été acquis par un libraire belge après le décès de Colleye avec de nombreux papiers de ce critique12.

9On peut donc dire que pour Hubert Colleye les choses sont claires : il a utilisé les brouillons des lettres mis à sa disposition par Jeanne Léon-Bloy et est entré en possession du livre de presse du maître vraisemblablement également par l’intermédiaire de sa veuve.

  • 13 Joseph BOLLERY, op. cit., t. I, p. 10. Joseph Bollery, à notre connaissance, ne fait pas mention d (...)

10Pour Joseph Bollery, nous ne pouvons déterminer de façon sûre s’il a eu entre les mains la même documentation. Il cite bien de très nombreux articles de presse et parfois longuement la correspondance de Bloy, mais il ne précise pas la nature de sa documentation : « Quinze ans de recherches, de relations avec la famille, les amis, voire les ennemis de Léon Bloy, m’ont fait le dépositaire d’une documentation unique qu’il m’a semblé utile de rassembler à l’intention du poète futur qui voudra et pourra écrire l’épopée d’amour, d’espérance et de douleur que fut la vie de Léon Bloy »13.

11Nous avons entrepris un dépouillement systématique du livre de presse de Léon Bloy. Nous espérons d’ici quelques années en publier les résultats.

***

  • 14 Cf. René FAYT et Auguste GRISAY, Charles Dumercy : Bibliographie des éditions originales, dans Le (...)
  • 15 André BLAVIER, Les Fous littéraires, Paris, Henri Veyrier, 1982, et ID., Corrections/Additions aux(...)

12Charles-Florentin Loriot était un personnage excentrique. Parfois nous ne pouvons nous empêcher de le comparer – la petite flamme de génie en moins – à Charles Dumercy (1848-1934), son contemporain et comme lui avocat14. D’excentrique, il glisserait même du côté de Blavier15 !

  • 16 Émile VAN BALBERGHE, Léon Bloy..., p. 207.
  • 17 Anatole FRANCE, Une Théorie du roman, dans Le Temps du 25 nov. 1888, repris sous le titre La Tress (...)
  • 18 Aux références bibliographiques concernant Loriot (cf. notre article cité, p. 207, n. l), ajoutez (...)

13Nous avions dit dans notre articulet qu’il avait été l’ami d’Anatole France16. Nous avons retrouvé depuis une chronique dans laquelle Anatole France parle de lui de façon fort ironique17. D’ailleurs, si on ne savait que le personnage existait réellement, on pourrait croire aisément qu’Anatole France introduit un personnage fictif dans sa chronique pour parler d’un ouvrage18.

  • 19 Anatole FRANCE, op. cit., p. 301 (ou p. 603).

« J’ai un ami qui vit dans la solitude, sous les pommiers du Perche. C’est Florentin Loriot qu’il se nomme. Il a l’âme exquise et sauvage. Il lit peu et médite beaucoup, et toutes les idées qui entrent dans sa tête prennent un sens mystique. Peintre et poète, il découvre des symboles sous toutes les images de la nature. Il est à la fois le plus naïf et le plus ingénieux des hommes. Il croit tout ce qu’il veut et ne croit jamais rien de ce qu’il entend. Innocent, candide, prodigieusement entêté, il se ferait hacher pour une idée, et, s’il n’est martyr à cette heure, la faute en est uniquement à la douceur des mœurs contemporaines »19.

  • 20 Paris, Quantin, 1888.

14Nous renvoyons à la suite du texte le lecteur plus curieux. Disons simplement qu’Anatole France met en scène Loriot et l’utilise comme paravent pour faire la critique du naturalisme et définir ce qu’il appelle le roman « moral » auquel lui fait penser le livre La Tresse blonde de Gilbert-Augustin Thierry20.

  • 21 Anatole FRANCE, op. cit., pp. 303-304 (ou p. 605).

« M. Stéphane Mallarmé a pris, diton, pour héros d’un drame de cape et d’épée un fakir qui n’a pas fait un seul mouvement depuis cinquante ans, mais dont le cerveau est le théâtre de vicissitudes incessantes. Je ne répondrais pas que, s’il lui fallait absolument choisir un héros, mon ami Florentin Loriot ne préférât au Porthos d’Alexandre Dumas père le fakir de M. Stéphane Mallarmé. En somme, et sans chicaner davantage, ce que veut Florentin Loriot, c’est que le roman cesse d’être naturaliste parce qu’être naturaliste c’est n’être rien. Ce qu’il demande, c’est que le roman soit moral, qu’il procède d’une conception systématique du monde et soit l’expression concrète d’une philosophie. C’est pourquoi je me propose de lui envoyer le nouveau roman de M. Gilbert-Augustin Thierry, la Tresse blonde »21.

  • 22 Tome II, 1ère année, n° 8, octobre 1912.
  • 23 Paris, Calmann-Lévy, 1888, 1890, 1891 et 1892, 4 vol.
  • 24 P. II des deux feuillets de papier bleu ajoutés à la fin du fascicule et paginés I à IV.
    – En 1969, (...)

15Terminons en relevant qu’en 1912, dans le Fascicule spécial consacré à Léon Bloy à l’occasion de son nouveau livre L’Âme de Napoléon de la revue Les Marches de Provence22, Anatole France, pour les quatre volumes alors parus de La Vie littéraire23, est dénoncé comme faisant partie de « ceux qui n’ont pas parlé de Léon Bloy »24.

Notes

1 Léon Bloy et Charles-Florentin Loriot. À propos d’une lettre inédite de Léon Bloy, dans Les Lettres romanes, t. ΧΧΧIIΙ, 1979, pp. 207-211.

2 Hubert COLLEYE, L’Âme de Léon Bloy, Paris, Desclée de Brouwer et Cie, 1930, p. 247.

3 Idem, p. 15 (c’est nous qui soulignons).

4 Lettre du 11 nov. 1925, conservée aux Archives et Musée de la Littérature (Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier).

5 Brouillon : Hubert COLLEYE, L’Âme de Léon Bloy, p. 247 ; original : Les Lettres romanes, p. 210 (nous n’avions pas signalé la petite correction).

6 Suit un texte de Colleye. Après celui-ci, la citation continue ainsi : « Ce fut, dit Bloy dans la lettre à Loriot, la gloire... ».

7 Antoinette PESKÉ et Pierre MARTY, Les Terribles, Paris, Frédéric Chambriand, 1951, pl. hors texte entre les pp. 22 et 23 (Visages, 2).

8 Voir, par exemple, l’excellent travail qu’accomplit pour Céline notre confrère Henri Thyssens depuis 1981 : Tout Céline. Répertoire des livres, manuscrits et lettres de Louis-Ferdinand Céline passés en vente au cours des années 1979 et 1980 [dernier volume paru :... au cours des années 1985 et 1986]. Catalogues de librairies et ventes aux enchères, Paris (puis Liège), 1981-1987, 4 vol.

9 Hubert COLLEYE, L’Homme de l’absolu (Léon Bloy), Bruxelles, Éditions universitaires, 1943.

10 Joseph BOLLERY, Léon Bloy. Essai de biographie avec de nombreux documents inédits, Paris, Albin Michel, 1949-1954, 3 vol.

11 Hubert COLLEYE, L’Homme de l’absolu..., p. 17.

12 Le livre de presse faisait partie de documents achetés après la mort de Colleye (31.01.1972) par le libraire Félix Nicolas. Il fut acquis ensuite à la veuve de ce dernier par le libraire Alain Ferraton qui nous le céda. Enfin, nous le vendîmes en 1988 aux Archives et Musée de la Littérature (Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier).

13 Joseph BOLLERY, op. cit., t. I, p. 10. Joseph Bollery, à notre connaissance, ne fait pas mention de la lettre à Loriot, alors que parfois il cite longuement une lettre de B loy en disant que Colleye n’en a cité qu’un extrait. Par contre, il connaît l’article de Loriot sur Le Révélateur du globe (cf. notre article, pp. 209-210, n.7 ; cette coupure de presse est conservée dans le livre de presse).

14 Cf. René FAYT et Auguste GRISAY, Charles Dumercy : Bibliographie des éditions originales, dans Le Livre & l’Estampe, t. XXX, 1984, pp. 42-46.

15 André BLAVIER, Les Fous littéraires, Paris, Henri Veyrier, 1982, et ID., Corrections/Additions aux Fous littéraires, dans Temps mêlés. Documents Queneau, mars 1983, 150 + 00, pp. 9-22.

16 Émile VAN BALBERGHE, Léon Bloy..., p. 207.

17 Anatole FRANCE, Une Théorie du roman, dans Le Temps du 25 nov. 1888, repris sous le titre La Tresse blonde, dans La Vie littéraire, 2e série. Paris, Calmann-Lévy, 1890, pp. 301-306, puis dans Œuvres complètes illustrées, t. VI, La Vie littéraire, 1e-2e séries, Paris, Calmann-Lévy, 1926, pp. 603-608.

18 Aux références bibliographiques concernant Loriot (cf. notre article cité, p. 207, n. l), ajoutez e.a. : Ad. VAN BEVER, Les Poètes du terroir du XVe au XXe siècle, t. IIΙ, Paris, Delagrave, 1919, pp. 497 sv., et Anthologie critique des poètes normands de 1900 à 1920. Poèmes choisis. Introduction, notices et analyses par Charles-Théophile FÉRET, Raymond PORTAL et divers auteurs, Paris, Garnier, 1920, pp. 25 sv.

19 Anatole FRANCE, op. cit., p. 301 (ou p. 603).

20 Paris, Quantin, 1888.

21 Anatole FRANCE, op. cit., pp. 303-304 (ou p. 605).

22 Tome II, 1ère année, n° 8, octobre 1912.

23 Paris, Calmann-Lévy, 1888, 1890, 1891 et 1892, 4 vol.

24 P. II des deux feuillets de papier bleu ajoutés à la fin du fascicule et paginés I à IV.
– En 1969, la Bibliothèque municipale de La Rochelle a acquis la collection de livres, revues, journaux et manuscrits de Joseph Bollery (cf. n.13), mort à La Rochelle en 1967. Cf. Annick BERNARD, Le Fonds Bollery de la Bibliothèque municipale de La Rochelle, dans Bulletin du bibliophile, 1981, pp. 195-205.
– Nous avons pris connaissance après la rédaction de cette notule du beau cahier de L’Herne consacré à Léon Bloy. Ce cahier a été dirigé par Michel ARVEILLER et Pierre GLAUDES, Paris, Éditions de l’Herne, 1988 (L’Herne, 55). On y lira e.a. l’excellent article d’Albert ROMBEAUT, Post mortem (pp. 121-135), sur la correspondance bloyenne. On remarquera aussi que plusieurs lettres de Bloy sont éditées pour la première fois et qu’il est dit s’il s’agit de brouillons ou non, sans toutefois – sauf erreur de notre part donner plus de précisions sur la provenance des documents édités.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search