Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Une école et une ville. Les enseignements tirés des registres d’inscription du collège Saint-Michel à Bruxelles (1835-1905)

Xavier Dusausoit

Texte intégral

  • 1 Archives du collège Saint-Jean-Berchmans (ASJB), Registres d’inscription des élèves, 1835-1905.

1Les registres d’inscription des élèves d’une école sont un instrument essentiel pour définir la taille et le profil social d’un établissement d’enseignement1. Mais ces documents sont aussi, en quelque sorte, une éprouvette où est recueilli un échantillon assez représentatif de la population d’une ville. L’évolution de celle-ci va modifier la vie et la personnalité d’un collège.

I. Quelques chiffres globaux

  • 2 Archives du Gésù (A. GESU), Litterae annuae 1835-1840 ; ASJB, Note additionnelle au registre d’ins (...)

2En 1835, lorsque le collège Saint-Michel ouvre ses portes rue des Ursulines, dans le quartier de Notre-Dame-de-la-Chapelle, ses responsables sont très soucieux d’analyser la composition sociale de leur premier public2. Les registres d’inscription comporteront donc de nombreux renseignements. Outre le nom, le prénom et l’âge de l’élève, on indiquera son adresse exacte, ses études antérieures, la profession de ses parents, le montant du minerval que ceux-ci paieront et des remarques « spéciales ».

  • 3 X. DUSAUSOIT, Le collège Saint-Michel à Bruxelles, histoire et évolution d’un projet pédagogique ( (...)

3De 1835 à 1895, la population scolaire du collège des jésuites passera de soixante à mille cinq élèves avec deux crises de recrutement en 1860-1864 et en 1870-1875. Après 1895, un très net recul du nombre des élèves devra être enregistré et, en 1905, au moment de l’ouverture du nouveau collège Saint Michel à Etterbeek, la population scolaire sera tombée à huit cent cinquante élèves environ. Cependant, durant les meilleures années, le nombre d’inscriptions nouvelles dépassait cent ou cent cinquante élèves3.

4Voyons maintenant comment nous pouvons analyser chaque type d’information que nous fournissent des registres.

II. L’âge des élèves

5L’entrée en sixième latine ou en sixième commerciale devait normalement s’effectuer à l’âge de douze ans. La sortie de rhétorique ou de première commerciale devait donc se produire respectivement à dix-huit et dix-sept ans. En réalité, l’inscription était déterminée non par l’âge ou par la réussite en sixième primaire mais bien par le résultat d’un interrogatoire imposé par le père préfet au jeune postulant.

  • 4 ASJB, carton no 36, répartition des élèves par classe, 1835-1906.

6De ce fait, des enfants de dix, voire neuf ans seront admis dans le secondaire ; d’autres âgés de treize, quatorze ou quinze ans seront relégués en sixième primaire4.

III. L’origine sociale et géographique

7L’indication du milieu social et de l’origine géographique est beaucoup plus intéressante pour découvrir à la fois l’image du collège et la réalité sociale de Bruxelles au XIXe siècle.

  • 5 x. DUSAUSOIT, op. cit., p. 114.
  • 6 Le pensionnat est créé en 1841 et le statut de semi-pensionnaire en 1840 (cf. V.N., L’ancien pensi (...)

8Dans les dix premières années de son existence, l’école des jésuites a voulu assurer son développement rapide en accueillant un maximum d’élèves. Le collège recrute alors la majorité de son public dans les quartiers voisins (Notre-Dame-de-la-Chapelle, Saint-Nicolas, Sablon, Bon-Secours). Au point de vue social, l’origine des parents est très variée mais la majorité d’entre eux (49 %) exercent des professions commerciales et industrielles5. Il est aujourd’hui difficile de distinguer la classe sociale d’un « marchand de draperies », d’un « marchand de légumes » ou d’un « négociant ». Le même terme peut recouvrir un humble boutiquier ou un important homme d’affaires. Plus tard, le choix d’un minerval de pensionnaire (1000 francs par an) ou de demi-pensionnaire (200 francs par an) indiquera avec certitude le degré d’aisance d’un « marchand ». Mais pour les externes (100 francs par an), le problème reste entier6.

9Assez curieusement, le nombre d’élèves issus de professions artisanales et de la domesticité est très important (20 %). Là encore, la distinction entre un artisan indépendant et un ouvrier salarié d’une même profession n’est pas facile à faire. Il est certain cependant que les ouvriers d’usine sont totalement absents.

  • 7 ASJB, Registres d’inscription des élèves, 1835-1880, 1881-1905. Ce fait est surtout sensible après (...)

10Les classes privilégiées de la société sont très peu présentes : nobles, rentiers, hauts fonctionnaires et professions libérales ne contribuent que pour 13,5 % au recrutement du collège. Mais qu’est-ce qu’un rentier ? Un simple pensionné ou un actionnaire d’une société importante ? D’autre part, quelles sont les occupations d’un noble ? Les jésuites du collège considèrent la noblesse comme un ordre clos dont l’occupation professionnelle des membres n’a pas d’importance en soi. Seuls les nobles occupant une fonction politique échappent à cette règle7.

  • 8 Sur l’évolution des quartiers de Bruxelles, voir L. VERNI ERS, Bruxelles et son agglomération de 1 (...)
  • 9 ASJB, Registres d’inscription des élèves 1835-1836. Le comte Pierre de la Sema-Santander (1806-188 (...)

11En ce qui concerne la ville de Bruxelles, encore limitée par le tracé de ses anciens remparts, on peut y remarquer une grande variété sociale. Si la paroisse de Saint-Jacques est plutôt aristocratique, si la paroisse des Minimes est plutôt prolétarisée, chaque quartier reste socialement très mêlé8. Dans le quartier de Notre-Dame-de-la-Chapelle, et plus particulièrement le long de la rue Haute, on peut trouver côte à côte (sur les bancs de l’école comme dans la rue) les enfants du comte Pierre de la Serna9, ceux des boutiquiers de cette artère commerçante et ceux des artisans plafonneurs ou ferblantiers logés dans les impasses sordides qui bordent cette rue.

12A ce point de vue, le XIXe siècle va connaître une évolution tout à fait considérable.

  • 10 A. GES U, Litterae annuae collegii Bruxellensis, 1839-1840.
  • 11 Introduction de L’Index des éligibles au Sénat. 1831-1893, Bruxelles, 1975, p. 107 (citation du co (...)

13Vers 1840, une fois que l’institution eût été lancée, les jésuites décidèrent de relever le minerval minimum exigé de 40 à 100 francs et de devenir plus sélectifs au point de vue du recrutement10. Très vite, la part de l’élite (noblesse, hauts fonctionnaires) bondit à 20-25 %, celle des professions libérales à 20-30 %, alors que la proportion d’enfants d’artisans, d’ouvriers et de domestiques tomba sous la barre des 10 %. Le collège Saint-Michel devint alors l’école privilégiée de la noblesse et de la bourgeoisie catholiques de Bruxelles11.

  • 12 E. JANSSENS, Topographie médicale et statistique démographique de Bruxelles, Bruxelles, 1868 (cité (...)

14En 1866, par rapport à la moyenne de la population active bruxelloise12, la population scolaire du collège comprend sept fois plus de parents rattachés à l’industrie et au commerce, quatre fois plus de propriétaires et de rentiers, trois fois plus d’employés et deux fois et demie plus de membres de professions libérales. A l’inverse, les ouvriers et artisans sont sept fois moins nombreux et les domestiques le sont dix fois moins.

15Cependant, l’image d’un collège jésuite présenté comme un ghetto de l’aristocratie n’est pas du tout vérifié dans la réalité. Les professions commerciales (marchands, industriels, boutiquiers) et administratives (employés) représenteront toujours environ un tiers des parents d’élèves. De plus, un nombre parfois considérable de fils d’artisans, d’ouvriers et de « pauvres » resteront toujours admis au collège (environ 10 %).

  • 13 X. DUSAUSOIT, op. cit., p. 103 ; ASJB, carton no 36, Listes des élèves par classe 1876-1911 et M. (...)

16Au cours du XIXe siècle, le recrutement social du collège connaîtra un lent renforcement des classes les plus favorisées. La date de 1884 est dans cette optique assez importante car elle verra l’installation d’une majorité catholique en Belgique mais aussi dans l’arrondissement de Bruxelles. Les députés, les sénateurs, les conseillers provinciaux et les bourgmestres catholiques bruxellois enverront leurs enfants au collège. De même ministres et hauts fonctionnaires installés à Bruxelles choisiront très souvent les jésuites pour leurs enfants13.

17Mais les deux autres phénomènes décisifs qu’illustrent les renseignements fournis par les registres d’inscription sont l’urbanisation des faubourgs et la différenciation sociale des quartiers de Bruxelles et de son agglomération.

  • 14 X. DUSAUSOIT, op. cit., p. 124.
  • 15 L. VERNIERS, op. cit., pp. 59-62.

18La part des élèves issus des faubourgs ne cessa de croître à partir de 1845 pour dépasser les 50 % pour la première fois en 189014. Vers 1850, Saint-Josse et le Quartier Léopold commencèrent à s’urbaniser ; en 1860, Molenbeek, Schaerbeek, Ixelles et Saint-Gilles furent touchés ; en 1880, Etterbeek, Jette et Anderlecht-village ; enfin en 1900, les limites de l’urbanisation touchaient Uccle, Woluwé, Koekelberg et Forest15.

  • 16 Voir sur Saint-Louis, G. BRAIVE, Histoire des Facultés universitaires Saint-Louis des origines à 1 (...)
  • 17 X. DUSAUSOIT, op. cit., p. 124.

19Dans les registres d’inscription, les noms de ces différentes localités apparurent successivement. La part de chaque commune progressa ou régressa essentiellement en fonction des implantations successives d’écoles archiépiscopales concurrentes de Saint-Michel (Saint-Louis au Nord en 1858, Saint-Boniface à Ixelles en 1866, Saint-Pierre à Uccle au début du XXe siècle)16. En 1905, les faubourgs Nord (Saint-Josse, Jette, Schaerbeek, Laeken) représentaient 8 % de la population scolaire ; les faubourgs Ouest (Cureghem, Molenbeek, Koekelberg) 9 %, mais surtout les faubourgs Sud (Saint-Gilles, Uccle, Forest) et les faubourgs Est (Ixelles, Quartier Léopold, Etterbeek) regroupaient respectivement 22 % et 25 % des élèves. Bruxelles-ville ne fournissait plus que 18 % du public de Saint-Michel17.

  • 18 A.GESU, carton histoire du collège de Bruxelles, statistiques des élèves établies par le R.P. Baes (...)
  • 19 Ibidem ; F. HOUTART, op. cit., p. 690.

20Cette nouvelle répartition s’explique par la nouvelle structure sociale et géographique de Bruxelles. Dans le pentagone de Bruxelles-ville d’abord et dans les faubourgs ensuite, les classes sociales auront de plus en plus tendance à se séparer. Après la disparition des taudis du quartier de Notre-Dame-des-Neiges (paroisse de Saint-Gudule), les deux grands quartiers miséreux de la capitale se situeront dans les Marolles (paroisse de la Chapelle) et dans les paroisses de Bon-Secours et des Riches-Claires18. A l’opposé, les paroisses du Sablon, de Saint-Jacques et de Sainte-Gudule seront de plus en plus aristocratiques. Au centre, Saint-Nicolas sera le quartier du commerce et de la boutique. Les registres du collège confirment tout à fait cette évolution19.

  • 20 A. GESU, Dossier de aedificandi novum collegium 1901.

21La construction des Quartiers Léopold, Louise et Nord-Est avait pour projet de créer des zones résidentielles uniquement bourgeoises. L’Est de l’agglomération en sera profondément marqué. Etterbeek et Ixelles suivront globalement cette évolution sociologique. Après 1880, cette zone deviendra la réserve de recrutement privilégiée de la section latine de Saint-Michel20.

  • 21 A. GESU, Dossier de non supprimendi veterum collegium 1906.

22Au Sud, Saint-Gilles et plus tard les premiers quartiers urbanisés d’Uccle et de Forest sont marqués par la prédominance de la petite bourgeoisie (employés et fonctionnaires) qui choisit aussi bien les sections latine que commerciale21.

23Le Nord « tenu » par Saint-Louis est peu représenté.

  • 22 Ibidem. Ces parents voulaient que leurs enfants deviennent surtout comptables, commis, employés, t (...)

24A l’Ouest du canal Bruxelles-Charleroi, habite la petite et moyenne bourgeoisie liée à la zone industrielle établie le long de la voie d’eau. Ces comptables, ces typographes, ces agents de maîtrise envoyent surtout leurs enfants vers la section commerciale du collège22.

  • 23 X. DUSAUSOIT, L’implantation du collège à Bruxelles et les raisons de son transfert à Etterbeek (1 (...)

25La poursuite de l’expansion tous azimuts de l’agglomération de Bruxelles, l’exode vers le Sud et vers l’Est de la clientèle favorisée de la section latine expliqueront l’ouverture d’un nouveau collège à Etterbeek en 190523.

IV. Les études antérieures

26L’immense majorité des élèves étant des Bruxellois de naissance, les registres d’inscription peuvent essentiellement nous fournir des renseignements sur les instituts primaires et secondaires existant dans la Capitale.

  • 24 Sur ces différents instituts, voir M. SOYER, L’organisation de l’enseignement moyen à Bruxelles, 1 (...)

27Au début du XIXe siècle, le fait marquant semble avoir été la prédominance dans l’enseignement primaire et secondaire d’instituts privés aux orientations philosophiques variables. Jusqu’en 1860, plus de 30 % des élèves viennent de ces écoles (Collège de l’Union, Instituts Regnault et Schneider). Ces instituts semblaient être plutôt catholiques24.

28De 1835 à 1905,5 % des élèves viennent directement de leurs familles dans lesquelles parents ou précepteurs ont assuré leur éducation.

29Plus intéressant aux points de vue politique et philosophique : entre 15 et 35 % des élèves du collège ont commencé leurs études dans l’enseignement officiel (État et communes). La guerre scolaire (1879-1884) ne semble pas avoir renforcé considérablement le transfert de ces enfants vers le collège des jésuites. Bon nombre de parents bruxellois semblent avoir été tièdes et indécis dans ce domaine particulièrement sensible au XIXe siècle, car le « retour » vers des écoles officielles ou vers l’Université libre de Bruxelles s’est aussi pratiqué sans beaucoup d’états d’âme.

  • 25 H. BOON, Enseignement primaire et alphabétisation dans l’agglomération bruxelloise de 1830 à 1879,(...)

30Entre 15 et 30 % des nouveaux inscrits viennent de l’enseignement congréganiste. Des autres collèges jésuites bien sûr mais aussi et surtout des Frères des Écoles chrétiennes et des Frères de la Charité dans l’enseignement primaire. Les écoles élémentaires de ces deux congrégations étaient en effet bien implantées un peu partout à Bruxelles (rue des Alexiens et rue des Minimes en particulier)25.

  • 26 A. GESU, carton histoire du collège de Bruxelles, statistiques des élèves établies par le père Bae (...)

31Enfin, les écoles archiépiscopales (Saint-Louis, Saint-Boniface) ne fournissent que peu de recrues à Saint-Michel (moins de 10 %). Ce faible nombre s’explique par la lutte sourde régnant entre les deux réseaux d’enseignement catholique pour « s’arracher » des élèves26.

V. Le minerval

32Nous avons déjà signalé l’intérêt qu’il y a à connaître le type de minerval que choisissaient les parents afin de permettre de déterminer le degré de fortune d’une famille de « rentiers » ou de « marchands ».

33Les 100 francs payés par l’élève externe ne permettaient pas à celui-ci d’éviter de faire quatre fois par jour le chemin entre son domicile et le collège (le matin, à l’heure du déjeuner et à la fin des cours). Outre l’accumulation de fatigue, ces navettes exposaient l’adolescent à tous les périls moraux et physiques du centre de la capitale.

  • 27 Sur les dangers de Bruxelles et les avantages du statut de demi-pensionnaires, voir ASJB, carton n(...)

34Les 200 francs payés par les parents du demi-pensionnaire lui assuraient le gîte et le couvert à l’heure du déjeuner et, à seize heures, un retour accompagné vers son domicile. Ce choix sécurisant s’imposait à tout parent bruxellois soucieux de la sécurité et du confort de ses enfants et qui jouissait d’une certaine richesse27.

  • 28 Ibidem et A. GESU, carton histoire du collège de Bruxelles. Lettres du père Moeremans, supérieur d (...)

35Le pensionnat était choisi non seulement par des provinciaux et des étrangers mais aussi par des habitants de la capitale (30 % des pensionnaires étaient bruxellois). Ceux-ci voulaient que leur fils vécût dans une atmosphère saine, studieuse, luxueuse et religieuse vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept et presque trois cent soixante-cinq jours par an. Une telle éducation « totale » était payée du prix pharamineux de 1000 francs par an (dix fois le minerval de l’élève externe). Le profil social du pensionnaire était dès lors évident28.

36Mais certains élèves ne payaient pas du tout de minerval !

VI. Les remarques « spéciales »

37Parmi ces remarques spéciales insérées dans la dernière colonne des registres d’inscription, se trouvent essentiellement des dispenses partielles et plus souvent totales de minerval. Celles-ci étaient pratiquées par les jésuites avec une intention sociale : permettre à des élèves brillants mais pauvres de poursuivre leurs études. Parfois aussi avec une intention politique : détourner un maximum d’enfants des écoles de l’État et des communes libérales. Mais il est assez curieux de noter que le nombre de dispenses varie considérablement.

38Ce phénomène s’explique par une politique de prestige de l’institution : quelles que soient les circonstances politiques, économiques ou démographiques, le nombre des élèves du collège doit progresser ou, au pire, se maintenir. Or, vers 1860, après l’ouverture de l’Institut Saint-Louis ; vers 1870, après l’apparition de Saint-Boniface ; vers 1890, lors de la grave crise de recrutement du collège, la population scolaire se met à régresser.

39Dans de telles conditions, les dispenses de minerval joueront un rôle de parachute : cinquante ou cent élèves seront acceptés sans payer de minerval, la sélection des postulants sera moins sévère. Ainsi le collège maintient le nombre de ses élèves dans les années difficiles et peut attendre la fin de la crise.

  • 29 Le rôle des dispenses de minerval et l’adoucissement de la sélection sont reconnus explicitement c (...)

40Les autres « remarques spéciales » sont plus rares. Elles sont parfois d’ordre médical : myopie, ouïe, mauvaise santé. Un peu plus souvent, elles sont linguistiques : « comprend mal le français », « parle mal le français »29.

41Cette source de renseignements va-t-elle nous permettre de mesurer le rôle indéniable du collège Saint-Michel dans la francisation de Bruxelles ?

  • 30 Voir notamment ASJB, Registres d’inscription des élèves, 1881-1894.

42Malheureusement pas car ces remarques sont fort peu nombreuses (une ou deux par an) et concernent des élèves issus de communes lointaines du Brabant flamand (Vossem, Steenokkerzeel, Leefdaal)30.

  • 31 Ibidem.
  • 32 Par exemple Julien Vanderlinden (1848-1911), rhétoricien en 1866, président du Barreau flamand de (...)

43Il faut donc en conclure qu’aucun élève bruxellois (âgé de neuf à quinze ans) n’a dû déclarer des difficultés à comprendre ou à parler le français31. Pourtant des élèves natifs de l’agglomération bruxelloise s’engageront plus tard dans le mouvement flamand32. Cette absence de renseignements constitue quand même une indication sur la francisation opérée par les écoles primaires et la vie sociale en général à cette époque.

Conclusion

44Les registres d’inscription d’une école, document administratif sec et apparemment sans âme, constituent cependant une source riche et continue qui peut apporter une multitude de renseignements sur cette institution. L’évolution de la population scolaire d’un collège parle du changement même de sa substance aux points de vue social, économique et idéologique. Les modalités d’inscription, le cursus scolaire antérieur, l’origine socio-professionnelle des parents d’élèves illustrent souvent des pratiques spécifiques à l’époque et qui ont disparu aujourd’hui : choix du minerval et donc aussi d’un statut social, types d’études possibles, répartition professionnelle dans les différents secteurs d’activité économique.

  • 33 Ici la bourgeoisie catholique de Bruxelles.

45On en arrive progressivement à sortir de l’étude de l’institution en tant que telle pour s’intéresser à la ville qui l’entoure et qui change elle aussi. Les registres d’inscription sont comme une pellicule photographique qui s’imprègne de manière certes partielle et imparfaite des changements de structures géographiques, sociales, économiques et politiques de cette cité. Ce type de sources a le mérite d’être continu et impartial puisqu’elles n’avaient pas du tout pour but à l’origine de rendre compte de ce type de phénomènes. Elles peuvent être encore plus précieuses si le chercheur consent à limiter son étude à une classe sociale ou à une localité particulièrement bien représentée dans cette école33.

Notes

1 Archives du collège Saint-Jean-Berchmans (ASJB), Registres d’inscription des élèves, 1835-1905.

2 Archives du Gésù (A. GESU), Litterae annuae 1835-1840 ; ASJB, Note additionnelle au registre d’inscription de 1839. Le but avoué des jésuites est de repousser les plus pauvres vers les écoles des Frères.

3 X. DUSAUSOIT, Le collège Saint-Michel à Bruxelles, histoire et évolution d’un projet pédagogique (1835-1905), mémoire UCL, Louvain-la-Neuve, 1986, pp. 90-112.

4 ASJB, carton no 36, répartition des élèves par classe, 1835-1906.

5 x. DUSAUSOIT, op. cit., p. 114.

6 Le pensionnat est créé en 1841 et le statut de semi-pensionnaire en 1840 (cf. V.N., L’ancien pensionnat Saint-Michel dans Saint-Michel, 1907-1908, 3e a., pp. 65-71).

7 ASJB, Registres d’inscription des élèves, 1835-1880, 1881-1905. Ce fait est surtout sensible après 1884.

8 Sur l’évolution des quartiers de Bruxelles, voir L. VERNI ERS, Bruxelles et son agglomération de 1830 à nos jours, Bruxelles, 1958 et F. HOUTART, Les paroisses de Bruxelles 1803-1951 dans Bulletin de l’Institut de recherches économiques et sociales, t. XV, 1953, pp. 671-748.

9 ASJB, Registres d’inscription des élèves 1835-1836. Le comte Pierre de la Sema-Santander (1806-1887) avait été un des grands bienfaiteurs du collège et il avait même accueilli les jésuites dans son hôtel en 1834 (Index des éligibles au Sénat, Bruxelles, 1975, p. 177).

10 A. GES U, Litterae annuae collegii Bruxellensis, 1839-1840.

11 Introduction de L’Index des éligibles au Sénat. 1831-1893, Bruxelles, 1975, p. 107 (citation du comte Giovanni Arrivabene).

12 E. JANSSENS, Topographie médicale et statistique démographique de Bruxelles, Bruxelles, 1868 (cité par E. GUBIN, Bruxelles au XIXe siècle, berceau d’un flamingantisme démocratique 1840-1873, Bruxelles, 1979, p. 57). Eugène Janssens, né à Bruxelles en 1831 était médecin, inspecteur en chef du service d’hygiène et de statistique à Bruxelles.

13 X. DUSAUSOIT, op. cit., p. 103 ; ASJB, carton no 36, Listes des élèves par classe 1876-1911 et M. GRUMAN, Origine et naissance du parti indépendant (1879-1884) dans Cahiers bruxellois, t. IX, 1964, pp. 159-181.

14 X. DUSAUSOIT, op. cit., p. 124.

15 L. VERNIERS, op. cit., pp. 59-62.

16 Voir sur Saint-Louis, G. BRAIVE, Histoire des Facultés universitaires Saint-Louis des origines à 1918, Bruxelles, 1984.

17 X. DUSAUSOIT, op. cit., p. 124.

18 A.GESU, carton histoire du collège de Bruxelles, statistiques des élèves établies par le R.P. Baesten (1864).

19 Ibidem ; F. HOUTART, op. cit., p. 690.

20 A. GESU, Dossier de aedificandi novum collegium 1901.

21 A. GESU, Dossier de non supprimendi veterum collegium 1906.

22 Ibidem. Ces parents voulaient que leurs enfants deviennent surtout comptables, commis, employés, typographes.

23 X. DUSAUSOIT, L’implantation du collège à Bruxelles et les raisons de son transfert à Etterbeek (1835-1905) dans Cahiers bruxellois, 1989, à paraître.

24 Sur ces différents instituts, voir M. SOYER, L’organisation de l’enseignement moyen à Bruxelles, 1830-1850, mémoire dactylographié UCL, Louvain, 1958.

25 H. BOON, Enseignement primaire et alphabétisation dans l’agglomération bruxelloise de 1830 à 1879, Louvain, 1969, p. 133.

26 A. GESU, carton histoire du collège de Bruxelles, statistiques des élèves établies par le père Baesten (1864) ; Projet de la Consulte visant à établir une succursale à Saint-Gilles (1889).

27 Sur les dangers de Bruxelles et les avantages du statut de demi-pensionnaires, voir ASJB, carton no 70, Prospectus du collège et du pensionnat 1840-1905.

28 Ibidem et A. GESU, carton histoire du collège de Bruxelles. Lettres du père Moeremans, supérieur du pensionnat sur la bonne marche de celui-ci (1847).

29 Le rôle des dispenses de minerval et l’adoucissement de la sélection sont reconnus explicitement comme moyens de pallier la baisse des recrutements par le père Baesten en 1864 et par la Consulte du collège en 1889-1890.

30 Voir notamment ASJB, Registres d’inscription des élèves, 1881-1894.

31 Ibidem.

32 Par exemple Julien Vanderlinden (1848-1911), rhétoricien en 1866, président du Barreau flamand de Bruxelles et de diverses associations flamingantes, député catholique de Bruxelles (1894-1911), auteur d’une loi sur l’emploi du néerlandais dans les tribunaux de l’arrondissement de Bruxelles en 1908 (H. VAN VELTHOVEN, Het gebruik van het Nederlands in strafzaken in het arrondissement Brussel : de taalwet Vander linden-Renkin (22/2/1908), dans Taal en sociale integratie, t. VII, 1985, pp. 97-104).

33 Ici la bourgeoisie catholique de Bruxelles.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540