Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Intransigeantisme, intégralisme et réformisme social. Structure et longue durée dans l’histoire du catholicisme contemporain (XIXe-XXe siècles) : réflexions historiographiques et méthodologiques

Jean-Louis Jadoulle

Texte intégral

  • 1 Sur cette méprise voir É. POULAT, Pour une nouvelle compréhension de la démocratie chrétienne dans(...)
  • 2 G. HOOG, Histoire du catholicisme social en France (1871-1931), nouv. éd., Paris, 1946 ; H. ROLLET (...)

1L’historiographie de la démocratie chrétienne s’est bâtie pendant longtemps sur un malentendu. Celui-ci semble, à vrai dire, avoir été induit par les démocrates chrétiens eux-mêmes dont la volonté d’investir le terrain politique parlementaire a fait naître chez les premiers historiens de ce courant l’idée d’une filiation entre le catholicisme libéral et la démocratie chrétienne1. Victimes donc, dans une plus ou moins grande mesure cependant, de ce qui nous apparaît désormais comme une erreur interprétative, ces premiers travaux, nés le plus souvent à la fin des années’40 et au début des années’50, n’en ont pas moins le mérite d’avoir dressé les grands cadres de l’histoire du catholicisme social et partant du courant démocrate chrétien : chronologie, écoles et courants, principaux acteurs et lignes de faîte. Les historiens français semblent avoir été à cet égard les plus précoces. Il faut citer ainsi les recherches de G. Hoog et de H. Rollet publiées en 1946 et 1947, et surtout la synthèse de J.B. Duroselle qui constitue, encore aujourd’hui, avec le travail postérieur de R. Talmy, une des bases essentielles de notre connaissance de l’histoire de l’engagement social des catholiques français2.

  • 3 J. HOURS, Les origines d’une tradition politique : la formation en France de la doctrine de la dém (...)
  • 4 Ibid., pp. 116-117.
  • 5 Ibid., pp. 120-121.

2C’est dans ce contexte que parurent, dans le courant des années ’50 déjà mais surtout au début des années ’60, quelques travaux novateurs. Ils mettaient à mal l’idée d’une origine libérale de la démocratie chrétienne. En 1952, J. Hours publie ainsi un article trop méconnu. Il y met clairement en lumière les origines antilibérales du catholicisme social et de la démocratie chrétienne en France comme en Allemagne. « Les fondateurs de la démocratie chrétienne n’étaient pas des démocrates ; l’idéal social qu’ils entendaient réaliser était tout opposé à celui de la Révolution et ils n’en faisaient aucun mystère »3. Il attirait aussi très judicieusement l’attention sur l’importance de déconnecter le terme de démocratie dont se réclamaient ces chrétiens, de toute connotation libérale : « démocratie signifie [...] l’intérêt porté au sort de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre de la population »4. Loin de renvoyer à toute forme de libéralisme, il est le signe de la fibre populiste des démocrates chrétiens et de leur tactique : restaurer, via les foules et non plus via l’État, devenu libéral, un mode d’influence de l’Église et de la foi sur la société5.

  • 6 C’est É. Poulat lui-même qui l’affirme (É. POULAT, Pour une nouvelle compréhension..., p. 5).
  • 7 Sur l’historiographie italienne du mouvement catholique, on verra utilement les deux mises au poin (...)
  • 8 F. FONZI, Dall’intransigentismo alla democrazia cristiana dans Aspetti della cultura cattolica nel (...)
  • 9 G. VERUCCI, L’eredita del tradizionalismo religioso..., p. 698.
  • 10 P. SCOPOLLA, Dal neoguelfismo alla democrazia cristiana. Antologia di documenti, Rome, 1963.
  • 11 Cette distinction peut être rapprochée de celle en vigueur en Belgique et qui désigne les catholiq (...)
  • 12 R. AUBERT, L’Église catholique de la crise de 1848 à la première guerre mondiale dans R.AUBERT, J. (...)

3C’est toutefois aux historiens italiens qu’il semble falloir attribuer les contributions les plus novatrices6. Dès le début des années’50, l’historiographie italienne débat en effet de la question des origines du mouvement catholique7. Forts de ces recherches, F. Fonzi et G. Verucci publient en 1961, dans le même volume, deux importantes mises au point sur les origines idéologiques des différentes démocraties chrétiennes européennes8. Ils s’accordent pour leur reconnaître une même origine, contre-révolutionnaire et traditionaliste, intransigeante comme l’appelle F. Fonzi, et un même projet : retrouver un mode d’emprise sur la société9. Deux ans plus tard, P. Scoppola reprend la même démonstration10. Emprunté donc à l’histoire politique italienne et à la distinction entre transigenti et intransigenli11, le concept-clé d’intransigeantisme désigne ainsi le refus de la société née de 1789 décelable aux origines de la plupart des courants démocrates chrétiens européens. Il contredit radicalement l’idée d’une filiation avec le catholicisme libéral. L’ensemble de ces apports se retrouvent dans la contribution de R. Aubert à la Nouvelle Histoire de l’Église12.

  • 13 J.M. MAYEUR, Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne dans Annales. (...)
  • 14 Pour J.M. MAYEUR, il faut citer surtout Un prêtre démocrate. L’abbé Lemire, 1853-1928, Paris, 1969 (...)
  • 15 C’est le cas des recherches d’É. Poulat sur Mgr Benigni qui allaient donner heu à deux publication (...)

4Ce revirement historiographique allait être consacré et amplifié par la publication, en 1972 et 1975, des articles fondamentaux de J.M. Mayeur et É. Poulat13. Ils tentaient tous deux de renouveler de fond en comble la problématique de l’histoire de la démocratie chrétienne. Redevables des travaux des historiens italiens mais aussi de leurs propres recherches, publiées14 ou en cours15, ils étoffaient toutefois considérablement l’idée d’une origine intransigeante de la démocratie chrétienne. Intransigeantisme, intégralisme, populisme et réformisme social, tels sont à leurs yeux les concepts-clés pour une nouvelle compréhension de la démocratie chrétienne.

5Intransigeante, la démocratie chrétienne se définit d’abord contre : contre le libéralisme, tenu pour responsable de la prolétarisation et surtout de la déchristianisation des masses, contre le socialisme aussi, considéré comme un développement pervers des idées libérales. Face à ces deux idéologies, la démocratie chrétienne clame son non. Ce ne sera ni l’une ni l’autre. Aussi s’attache-t-elle à tracer une troisième voie : chrétienne et populaire. La démocratie chrétienne propose ainsi de renouer avec l’ordre social tel qu’il prévalait avant l’avènement du libéralisme et a fortiori du socialisme, et que symbolise pour elle la société médiévale, unanimement chrétienne et par là période de paix et de bien-être pour la masse.

  • 16 J.M. MAYEUR, Des partis catholiques à la démocratie chrétienne, XIXe-XXe siècles, Paris, 1980, p.  (...)
  • 17 Pour la question controversée de l’attitude de Léon ΧIIΙ vis-à-vis de l’abbé Pottier, nous nous pe (...)

6Adossé au refus intransigeant se découvre ainsi un second ressort, tout aussi agissant. Il fait de la foi chrétienne intégralement appliquée la solution à la question sociale. L’harmonie de la société médiévale ne tire-t-elle pas son origine ultime de l’unanimité chrétienne qui y régnait alors ? Le refus des idéaux libéraux et socialistes – intransigeantisme – et la mise en évidence de la vérité sociale du christianisme – intégralisme – sont donc les deux sources des prétentions réformistes des démocrates chrétiens confrontés aux dysfonctionnements de la société née de la première révolution industrielle. Ni libérale ni socialiste mais chrétienne, la société à construire devra rendre au peuple le bonheur social, perdu par la perte de la référence chrétienne. Le travail de relèvement de la classe ouvrière se trouve du même coup affecté d’une haute valeur tactique : il est en effet aussi l’occasion d’un recentrement de la société autour de l’Église et de la vérité chrétienne. L’appui apporté par Léon XIII à la démocratie chrétienne en est le signe. Confinée à la sphère du privé par l’avènement du libéralisme politique et religieux, l’Église y a vu la possibilité de refaire chrétienne la société16. A contrario, le désaveu de Léon XIII vis-à-vis d’un Daens, d’un Murri ou d’un Lemire, ou le retrait imposé à un Antoine Pottier, l’illustre aussi17. Cette démocratie chrétienne qu’il rejette ou qu’il freine est en effet précisément celle-là qui, mettant à mal l’unité du front catholique, oublie qu’elle est un pion dans le jeu de l’Église.

  • 18 Sur l’intransigeantisme et l’intégra]isme fondamentaux de cette seconde génération démocrate chrét (...)
  • 19 É. POULAT, Une Eglise ébranlée. Changement, conflit et continuité de Pie XII à Jean Paul II, Paris (...)
  • 20 Ibid., pp. 296-299.
  • 21 É. POULAT, Catholicisme, démocratie et socialisme..., op. cit.
  • 22 J.M. MAYEUR, L’abbé Lemire..., op. cit.

7Or, le modèle interprétatif ainsi brossé représente un acquis essentiel pour une compréhension en profondeur de la démocratie chrétienne mais aussi du catholicisme contemporain. Il permet en effet d’abord de réfuter l’idée d’une filiation avec le catholicisme libéral : la démocratie chrétienne est en son fondement antilibérale et contre-révolutionnaire, intransigeante. Plus encore, les concepts d’intransigeantisme et d’intégralisme permettent de dépasser le schéma gauche-droite, progressisme-conservatisme, qui a longtemps prévalu pour comprendre les relations entre l’aile démocrate chrétienne et le reste du catholicisme traditionnellement qualifié de « conservateur », voire l’intégrisme. L’analyse des discours de l’un comme de l’autre permet en effet de découvrir un même fond : intégral et intransigeant. Par-delà les oppositions bien réelles de programme, une parenté profonde se dégage ainsi : la conviction de détenir la vérité intégrale et la volonté de la restaurer en référence pour toute la société. Ceci sans gommer les conflits ni les différences indéniables que les séparent. La validité du modèle intransigeant et intégral nous semble ainsi dépasser de loin le cadre de la démocratie chrétienne et rejoindre une ligne de force, une permanence du catholicisme contemporain. Nombreux sont ceux qui y trouvent leur origine. Il est présent chez Pie IX comme chez Léon XIII, chez les catholiques sociaux corporatistes du dernier tiers du XIXe siècle comme chez les premiers démocrates chrétiens, ceux de Rerum Novarum mais aussi leurs successeurs plus malchanceux que visait Graves de Communi18. Plus avant dans notre siècle, il reste agissant, tant dans les mouvements d’action catholique que dans les résolutions de Vatican II19 ou la politique actuelle de Jean-Paul II20. Mais l’intransigeantisme n’est que matrice. Marqués pourtant par elle, ses fils se rejettent parfois. Démocrates chrétiens de Rerum Novarum et démocrates chrétiens de Graves de Communi ne se reconnaîtront pas. Leur hérédité est pourtant identique. Plus tardivement, en plein XXe siècle, militants de l’Action Catholique et intégristes se lanceront les pires anathèmes. Une évolution semblable se dessine d’ailleurs à travers certains itinéraires individuels. É. Poulat l’a montré pour Umberto Benigni21, J.M. Mayeur pour l’abbé Lemire22. À l’historien de ne pas prendre l’évolution pour une modification de fond. Celui-ci reste en effet identique : intégral et intransigeant.

  • 23 É. POULAT, Catholicisme, démocratie et socialisme. op. cit. et ID., Église contre bourgeoisie..., (...)
  • 24 Il faut citer ainsi les contributions de R. AUBERT, Mgr Benigni, un intégriste aux antécédents pro (...)
  • 25 Y. TRANVOUEZ, Catholiques d’abord. Approches du mouvement catholique en France (XIXe-XXe siècle), (...)
  • 26 J.-L. JADOULLE, Anthropologie et vision de la société chez Antoine Pottier (1849-1923). Contributi (...)
  • 27 J.-L. JADOULLE, De Pottier à Cardijn, un siècle de démocratie chrétienne dans La Revue Nouvelle, 4 (...)

8Le modèle interprétatif intransigeant nous paraît ainsi en mesure d’affiner l’intelligibilité du catholicisme contemporain. Il semble pourtant avoir encore assez peu pénétré les milieux historiens. La publication en 1977 par É. Poulat de ses deux travaux majeurs sur le sujet23 avait cependant donné lieu à un accueil critique mais favorable des concepts d’intransigeantisme et d’intégralisme24. Les travaux historiques utilisant et mettant effectivement à profit cette grille de lecture restent cependant assez peu nombreux. On citera ainsi à titre d’exemple et parmi les plus récents, l’excellent recueil d’articles publié par Y. Tranvouez et consacré « [...] à divers aspects de ce catholicisme intransigeant, de sa formation, de son essor et de sa mise en cause [...] »25. Nous avons nous-même pu mesurer la validité des concepts d’intransigeantisme et d’intégralisme aux toutes premières heures de la démocratie chrétienne belge26. Ceux-ci nous semblent d’ailleurs valables bien au-delà, jusqu’en pleine Action Catholique27.

9Il ne s’agit pas ici de faire du modèle interprétatif en question la voie unique, mais d’inviter, modestement, à une plus grande prise en compte de ce qui nous apparaît comme l’un des principaux acquis de la recherche en histoire du catholicisme contemporain. Nous voudrions aussi donner une ébauche d’explication à l’imperméabilité relative des travaux historiques à ce modèle. Cette explication semble se situer au niveau méthodologique. Si la mise en lumière de la permanence des réflexes intégral et intransigeant constitue en effet un tournant historiographique d’importance, il est porteur d’enjeux au niveau du processus de la connaissance historique.

  • 28 Sur les Annales et leur histoire, on verra notamment A. BURGUIERE, Histoire d’une histoire : la na (...)
  • 29 Sur cette nouvelle histoire et à titre de panel, on verra La Nouvelle Histoire (s. dir. J. LE GOFF (...)

10Ces enjeux rejoignent à vrai dire deux débats parmi les plus controversés du monde historien. Le premier est celui qui oppose, depuis les Annales28, les tenants d’une histoire polémiquement qualifiée d’« événementielle », histoire-récit d’événements et d’hommes uniques, et les « nouveaux historiens », promoteurs d’une histoire « non événementielle », histoire des structures et des permanences, des masses et des gestes anonymes du passé29. Le second pose le problème des rapports entre l’histoire et la sociologie. Or, ces deux débats sont loin d’être étrangers l’un à l’autre. Derrière la « nouvelle histoire » se profile en effet l’influence de la discipline sociologique. Les deux controverses se recouvrent ainsi partiellement. En leur cœur deux questions étroitement reliées : quelle part faire à la conceptualisation en histoire et comment articuler continuité et changement ? Or ces deux questions sont au cœur de l’intransigeantisme.

  • 30 L. FEBVRE, Philippe II et la Franche-Comté. Étude d’histoire politique, religieuse et sociale, Par (...)

11L’histoire est chaos, entrelacs d’hommes dont les gestes et les motivations sont tous bel et bien morts. C’est dire combien la connaissance historique est forcément médiate. Dans son effort pour comprendre et mettre en ordre le passé, l’historien ne dispose en effet que de traces, toujours secondes par rapport aux hommes dont elles enregistrent la marque. Cet outil de l’historien, unique et essentiel, constitue un objet de recherche scientifique de premier choix. Objet donc, le discours de la source ne peut cependant être pris pour un discours scientifique. A tout prendre, il apparaît bien aussi confus que les gestes morts dont il porte la trace. Pour éviter de prendre pour monnaie comptante le discours de la source, l’historien dispose, il est vrai, de la critique historique. Celle-ci lui permettra d’écarter tel ou tel témoignage, jugé peu valide, de nuancer tel autre, de mieux cerner les raisons qui poussent tel ou tel acteur à apprécier ainsi le cours des choses. Le travail historique ne nous semble pourtant pas pouvoir s’arrêter là. Au-delà de la narration, la plus valide qui soit, des faits, gestes et pensées des hommes du passé, il s’agit en effet de faire œuvre de compréhension. Et comprendre, c’est thématiser. Validé, le discours des sources doit encore être ordonné : l’histoire est du côté de l’explicitation, pas de la résurrection du passé. Remontons aux origines : 1911, Lucien Febvre soutient sa thèse sur Philippe II et la Franche-Comté30. Que l’art de la critique et de la narration historiques y trouve une expression maîtrisée, nul n’en disconviendra. Mais L. Febvre va plus loin : il y parle de grands mais aussi et surtout de conflit économico-social. Et c’est ainsi qu’il nous semble le plus faire œuvre de compréhension :

  • 31 Ibid., p. 243. Cité d’après K. POMIAN, L’histoire des structures dans La Nouvelle Histoire (s. dir (...)

« Rivalité des Rye, des La Baume, des Bonvalot et des Perrenot pour la possession de l’archevêché ; affaire Quiclet ; duel sans merci d’un Simon Renard et d’un Antoine Perrenot ; turbulence d’une noblesse inquiète et agitée, accrue encore, au milieu, au tournant du siècle, par les conséquences d’une abdication, d’un avènement et d’un traité de paix qui introduisent dans ses conditions d’existence un trouble, une gêne nouvelle – il ne nous a point semblé que ces événements pussent s’expliquer seulement par des circonstances de fait, des incompatibilités d’humeurs individuelles, des considérations morales ou psychologiques. Nous avons cru au contraire [...] que ces faits politiques, ces rivalités de personnes trouvaient dans un malaise social, dans un conflit économique de profondes raisons d’être »31.

  • 32 P. VEYNE, L’histoire conceptualisante dans J. LE GOFF et P. NORA, Faire de l’histoire, t. I : Nouv (...)
  • 33 Il ne s’agit pas ici de faire des structures économiques et sociales les seules catégories suscept (...)

12A moins de se résoudre à la confusion du « tout mêlé » qu’est d’abord le spectacle du devenir historique32, le travail de compréhension qui incombe à l’historien nous semble passer par un effort de conceptualisation : pour mettre de l’ordre dans le confus, il faut des mots, des catégories, des schémas. Fussent-ils élémentaires comme ceux de « malaise social » ou de « conflit économique » employés par Lucien Febvre33.

13Dans ce travail de conceptualisation du passé, la sociologie propose à l’historien des outils : les modèles. Le modèle peut se définir comme un système d’explication à valeur d’hypothèse et à usage récurrent :

  • 34 F. BRAUDEL, Histoire et sciences sociales. La longue durée dans Annales. ES C., t. ΧΙII, 1958, p.  (...)

« ...les modèles ne sont que des hypothèses, des systèmes d’explications solidement liées selon la forme de l’équation ou de la fonction : ceci égale cela, ou détermine cela. Telle réalité n’apparaît pas sans que telle autre ne l’accompagne et, de celle-ci à celle-là, des rapports étroits et constants se révèlent. Le modèle établi avec soin permettra donc de mettre en cause, hors du milieu social observé – à partir duquel il a été, en somme, créé – d’autres milieux sociaux de même nature, à travers temps et espace. C’est sa valeur récurrente »34.

  • 35 F. BRAUDEL, Histoire et sociologie dans Écrits sur l’histoire, Paris, 1969, pp. 112-115.
  • 36 Ibid., p. 114. Voir aussi ibid., pp. 106, 110.
  • 37 Ibid., p. 110.
  • 38 Ibid., p. 102.

14Cette valeur récurrente du modèle à travers le temps montre que les rapports entre l’histoire et la sociologie doivent être diversement envisagés suivant les types de temporalités historiques auxquelles on a affaire : temps court, temps conjoncturel et longue durée35. Si à chacune des ces durées, le dialogue peut s’amorcer, c’est au niveau de la troisième qu’il semble le plus s’indiquer. A tel point que Fernand Braudel n’hésite pas à faire de la longue durée leur terrain commun. Ni plus ni moins. « Sur le plan de l’histoire de longue durée, histoire et sociologie ne se rejoignent pas, ne s’épaulent pas, ce serait trop peu dire : elles se confondent »36. Le débat entre une histoire-science du passé et une sociologie-science du présent, une histoire-culte de l’inédit et une sociologie-recherche du toujours répété, trouve ainsi son dépassement. Du passé au présent et du présent au passé, chacune s’introduit désormais plus avant sur le territoire classiquement réservé à l’autre37. Le confinement de l’histoire dans la sphère de l’unique ne tient par ailleurs plus depuis l’avènement de la « nouvelle histoire »38.

15À l’historien du temps long, la sociologie fournit donc des outils sinon une démarche : les modèles. Ceux-ci lui permettent de discerner dans le mouvement lent du temps la permanence de structures, quasi immobiles.

16Il ne s’agit pas ici de définir le métier d’historien mais, tout au plus, de donner de son travail une conception, forcément personnelle. Il ne peut s’agir non plus de choisir – et donc de rejeter – entre structure et événement, temps long et temps court. Encore moins de confondre entièrement histoire et sociologie. L’insistance mise sur la conceptualisation et le recours à une démarche de type sociologique ne peut en effet être exclusive et faire oublier la nécessité pour l’historien de conserver sa sensibilité à l’évolution du temps et à l’irruption de la nouveauté. Nous rejoignons là un des reproches le plus couramment adressés au modèle intransigeant. A faire de Pie IX et de Jean-Paul II, de Léon XIII et de Cardijn des intransigeants, ne risque-t-on pas en effet de retirer au devenir historique toute aspérité ? Sous prétexte de donner à l’histoire davantage d’intelligibilité, la recherche des continuités et des permanences ne risque-t-elle pas de la plonger dans un immobilisme bien peu intelligible ? Paul Ladrière a posé la question à Emile Poulat :

  • 39 É. POULAT, Église contre bourgeoisie..., p. 107.
  • 40 ID., Catholicisme, démocratie et socialisme..., p. 484.
  • 41 Ibid., p. 468.
  • 42 ID., Église contre bourgeoisie..., p. 83.
  • 43 Ibid., pp. 101-102.
  • 44 P. LADRIERE, L’intransigeantisme des origines et le devenir du catholicisme actuel.... pp. 309-310

« Pour ce qui concerne le catholicisme [actuel] et ses divisions, nous ne doutons pas qu’il faille, selon le vœu d’Emile Poulat, « remonter à la matrice commune d’où proviennent tous ces courants, où ils se sont formés, avant de se séparer »39, mais en faire la clé de la situation actuelle est aller trop loin. Trop loin, croyons-nous. Si les crises n’ont pas suffi à désintégrer totalement le système, elles ont cependant été assez graves pour le désarticuler au point qu’il ne soit plus possible de lui rapporter le devenir de toutes ses fractions. Pour le faire malgré tout, pour ériger le catholicisme intransigeant en principe explicatif du catholicisme actuel, É. Poulat est conduit à ne plus voir dans le présent qu’« opposition pendulaire »40, mouvement de « balancier »41, phénomène de caractère « cyclique »42. Le présent est voué à l’inconsistance. Plus rien n’arrive. La période qui sert à forger le modèle est soumise au régime de la rupture et du devenir. La période présente, à laquelle le modèle est appliqué, est soumise au régime du même et de la répétition. La longue durée est-elle donc vouée à ce que ce qui arrive soit toujours identique à ce qui est arrivé ? [...] Le recommencement est-il si souvent, inconsciemment la loi ? [...] Tout ce que nous vivons aujourd’hui était-il donc joué, sans nous, à l’avance ? [...] Il ne s’agit pas de nier les continuités. Nous les avons personnellement trop souvent constatées pour les mettre en doute. [...] Mais ne faut-il pas, en même temps, pressentir et chercher ce qui est en train de naître ? Dire que Vatican Π se situe dans la continuité du Syllabus43 est énoncer une vérité, mais ici aussi, comme dans le passé intransigeant, il y a des ruptures, des reclassements qui s’opèrent et de l’inattendu qui advient. Peut-être un éloignement devient-il là irréversible. Il faut aller voir. C’est une nouvelle tâche. Le modèle triangulaire n’y suffit pas »44.

  • 45 On relira toutefois avec bénéfice Émile Poulat, notamment dans son Église contre bourgeoisie ainsi (...)
  • 46 Voir par exemple R. AUBERT, Léon XIII dans I Cattolici italiani dall’800 ad oggi, Brescia, (1963), (...)
  • 47 D. HERVIEU-LÉGER, Vers un nouveau christianisme ?.... pp. 322-342.

17Entre P. Ladrière et É. Poulat, nous ne trancherons pas le débat45. La requête du premier nous semble devoir être prise avec le plus grand sérieux. Deux tâches incombent ainsi à l’historien. La question de la sortie de l’intransigeantisme paraît en effet d’abord devoir être posée. Elle devrait faire l’objet d’investigations historiques précises. Le critère décisif de cette sortie pourrait être celui de la part de vérité propre accordée dans le monde catholique aux idéologies libérale et socialiste. Cette part devient-elle relativement importante, et le modèle triangulaire, construit sur un refus sans concession des deux idéologies, risque de perdre de sa valeur. Cette sortie a-t-elle eu lieu et dans quelle mesure ? Quand et dans quels milieux du monde catholique ? Par ailleurs, si dans les sphères dirigeantes de l’Église les réflexes intransigeants et intégraux nous semblent encore bien agissants, l’intransigeantisme d’un Jean-Paul II est-il en tous points identique à celui de Vatican II, ou à celui de Léon XIII ou de Pie IX ? Toute permanente qu’elle soit, la structure intransigeante n’évolue-t-elle pas ? Le déplacement tactique opéré par Léon XIII, rompant avec l’intransigeantisme défensif de Pie IX et optant pour une stratégie de reconquête, constitue une de ces modifications internes au modèle intransigeant, désormais bien connues de l’historiographie46. Cet intransigeantisme offensif semble bel et bien actif jusqu’assez tard dans le XXe siècle, jusqu’en pleine Action Catholique. L’humanisme chrétien et le concile Vatican II nous sembleraient pourtant redevables d’une troisième tactique intransigeante dont semblerait sorti, aujourd’hui, Jean-Paul II47.

  • 48 Plusieurs y insistent et de diverses manières : F. BRAUDEL, Histoire et sciences sociales,.., οp. (...)
  • 49 F. BRAUDEL, Histoire et sociologie..., p. 119.

18Une fois la structure mise à jour, il importe donc à l’historien d’en faire, précisément, l’histoire. Les structures se font et se défont ; elles ne subsistent qu’au prix de rééquilibrages internes. Quand et comment apparaissent-elles ? Quand et comment se défont-elles ? Comment survivent-elles ?48. À l’historien donc de retrouver, en quelque sorte, le sens du temps court et de l’événement, de l’inédit, en un mot le sens de la durée, « cette contrainte à laquelle l’historien n’échappe jamais »49 et qui fait, face au temps du sociologue, son irréductible originalité.

Notes

1 Sur cette méprise voir É. POULAT, Pour une nouvelle compréhension de la démocratie chrétienne dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. LXX, 1975, pp. 16, 16-17 note 3, 19 note 1.

2 G. HOOG, Histoire du catholicisme social en France (1871-1931), nouv. éd., Paris, 1946 ; H. ROLLET, L’action des catholiques en France (1871-1901), Paris, 1947 ; J.B. DUROSELLE, Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, 1951 ; R. TALMY, Aux sources du catholicisme social. L’École de La Tour du Pin, Tournai - Paris - New York - Rome, 1963.

3 J. HOURS, Les origines d’une tradition politique : la formation en France de la doctrine de la démocratie chrétienne et des pouvoirs intermédiaires, dans Libéralisme, traditionalisme, décentralisation. Contribution à l’histoire des idées politiques (s.dir. R. PELLOUX), Paris, 1952, p. 113.

4 Ibid., pp. 116-117.

5 Ibid., pp. 120-121.

6 C’est É. Poulat lui-même qui l’affirme (É. POULAT, Pour une nouvelle compréhension..., p. 5).

7 Sur l’historiographie italienne du mouvement catholique, on verra utilement les deux mises au point de G. VERUCCI, Recenti studi sul movimento cattolico in Italia dans Rivista storica italiana, 1955, fasc. IIΙ, pp. 425-448 ; fasc. IV, pp. 529-554 et ID., Il problema delle origini, dans Dizionario storico del movimento cattolico in Italia, 1860-1980 (s. dir. F. TRANIELLO et G. CAMPANINI), t. I, vol. 1 : Fatti e le idee, Turin, 1981, pp. 13-20.

8 F. FONZI, Dall’intransigentismo alla democrazia cristiana dans Aspetti della cultura cattolica nell’età di Leone XIII. Atti del convegno tenuto a Bologna il 27-28-29 dicembre 1960, Rome, 196 l, pp. 323-368 et G. VERUCCI, L’eredità del tradizionalismo religioso e politico nella Democrazia Cristiana del secondo Ottocento : aspetti generali, dans ibid., pp. 697-705.

9 G. VERUCCI, L’eredita del tradizionalismo religioso..., p. 698.

10 P. SCOPOLLA, Dal neoguelfismo alla democrazia cristiana. Antologia di documenti, Rome, 1963.

11 Cette distinction peut être rapprochée de celle en vigueur en Belgique et qui désigne les catholiques libéraux et les ultramontains. Le critère de distinction est en effet semblable : l’attitude d’ouverture ou de rejet par rapport au monde moderne. Voir O.C. PELEGRINO, Transigenti e intransigenti dans Dizionario storico del movimento cattolico in Italia, op. cit., pp. 20-28.

12 R. AUBERT, L’Église catholique de la crise de 1848 à la première guerre mondiale dans R.AUBERT, J. BRULS, P.E. CRUNICAN, J.T. ELIS, J. HAJJAR et F.B. PIKE, L’Église dans le monde moderne, de 1848 à nos jours, Paris, 1975, pp. 156-161.

13 J.M. MAYEUR, Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne dans Annales. E.S.C., t. LVII, 1972, no 2, pp. 483-499 et É. POULAT, Pour une nouvelle compréhension de la démocratie chrétienne..., pp. 5-38.

14 Pour J.M. MAYEUR, il faut citer surtout Un prêtre démocrate. L’abbé Lemire, 1853-1928, Paris, 1969, et pour É. POULAT, Intégrisme et catholicisme intégral. Un réseau secret international antimoderniste : la « Sapinière » (1909-1921), Paris - Tournai, 1969.

15 C’est le cas des recherches d’É. Poulat sur Mgr Benigni qui allaient donner heu à deux publications capitales : Catholicisme, démocratie et socialisme. Le mouvement catholique et Mgr Benigni de la naissance du socialisme à la victoire du fascisme, Paris-Tournai, 1977 et Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, Paris - Tournai, 1977.

16 J.M. MAYEUR, Des partis catholiques à la démocratie chrétienne, XIXe-XXe siècles, Paris, 1980, p. 56 ; J. HOURS, Les origines d’une tradition politique..., pp. 121-122 ; É. POULAT, Église contre bourgeoisie..., p. 120 ; G. VERUCCI, L’eredità del tradizionalismo religioso... pp. 704.

17 Pour la question controversée de l’attitude de Léon ΧIIΙ vis-à-vis de l’abbé Pottier, nous nous permettons de renvoyer à J.-L. JADOULLE, Question sociale et politique pontificale. L’itinéraire d’un démocrate chrétien : Antoine Pottier (1849-1923), dans Revue belge de philologie et d’histoire, à paraître.

18 Sur l’intransigeantisme et l’intégra]isme fondamentaux de cette seconde génération démocrate chrétienne, on lira les remarques de R. AUBERT, Les avatars de la démocratie chrétienne d’après É. Poulat dans La Revue Nouvelle, t. LXVII, 1978, no 4, p. 428 et ID., Democrazia Cristiana dans Enciclopedia del Novecento, t. II, s.l., 1977, p. 76.

19 É. POULAT, Une Eglise ébranlée. Changement, conflit et continuité de Pie XII à Jean Paul II, Paris - Tournai, 1980, pp. 292-293.

20 Ibid., pp. 296-299.

21 É. POULAT, Catholicisme, démocratie et socialisme..., op. cit.

22 J.M. MAYEUR, L’abbé Lemire..., op. cit.

23 É. POULAT, Catholicisme, démocratie et socialisme. op. cit. et ID., Église contre bourgeoisie..., op. cit.

24 Il faut citer ainsi les contributions de R. AUBERT, Mgr Benigni, un intégriste aux antécédents progressistes : une interprétation nouvelle du « catholicisme intégral » dans Revue théologique de Louvain, 1977, no 4, pp. 461-468 ; ID., Les avatars de la démocratie chrétienne d’après E. Poulat, dans La Revue Nouvelle, t. LXVII, 1978, no 4, pp. 417-432 ; C. CASTIAU, Problématique de l’appartenance à l’Église. Regards sur l’histoire du catholicisme de la Restauration à la première guerre mondiale, dans La Foi et le Temps, nouv. sér., t. ΙII, mai-juin 1977, pp. 288-313 ; E. FOUILLOUX, Du catholicisme contemporain selon Emile Poulat, dans Esprit, avril 1978, pp. 116-121 ; E. GOICHOT, Penser le changement religieux. À propos d’ouvrages récents de M.É. Poulat, dans Journal de Psychologie, 1977, no 4, pp. 471-482 ; F.A. ISAMBERT, Du « Syllabus » à Vatican II, ou les avatars de l’intransigeantisme, dans Revue française de sociologie, t. XIX, 1978, no 4, pp. 603-612 ; P. LADRIERE, L’intransigeantisme des origines et le devenir du catholicisme actuel, dans Cahiers internationaux de sociologie, t. LXVIII, 1979, pp. 297-311. Et plus récemment encore : D. HER VIEU-LÉGER, Vers un nouveau christianisme ? Introduction à la sociologie du catholicisme occidental, Paris, 1986, pp. 247-259, 289-300 et J.M. MAYEUR, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences françaises, Paris, 1986, pp. 39-45.

25 Y. TRANVOUEZ, Catholiques d’abord. Approches du mouvement catholique en France (XIXe-XXe siècle), Paris, 1988, p. 8.

26 J.-L. JADOULLE, Anthropologie et vision de la société chez Antoine Pottier (1849-1923). Contribution à l’histoire de la pensée démocrate chrétienne, dans Revue d’histoire ecclésiastique, dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. LXXXIV, 1989, no 1, p. 30-47.

27 J.-L. JADOULLE, De Pottier à Cardijn, un siècle de démocratie chrétienne dans La Revue Nouvelle, 45e année, 1989, no 1, pp. 106-111.

28 Sur les Annales et leur histoire, on verra notamment A. BURGUIERE, Histoire d’une histoire : la naissance des Annales, dans Annales. E.S.C., nov.-déc. 1979, no 6, pp. 1347-1359 ; J. REVEL, Histoire et sciences sociales : les paradigmes des Annales, dans ibid., pp. 1360-1376 ; R. CHARTIER & J. REVEL, Lucien Febvre et les sciences sociales, dans Historiens et géographes, 1979, pp. 427-442.

29 Sur cette nouvelle histoire et à titre de panel, on verra La Nouvelle Histoire (s. dir. J. LE GOFF), Paris, 1978 et H. COUTAU-BEGARIE, Le phénomène « Nouvelle Histoire ». Stratégie et idéologie des nouveaux historiens, Paris, 1983.

30 L. FEBVRE, Philippe II et la Franche-Comté. Étude d’histoire politique, religieuse et sociale, Paris, 1912 (réédition en 1970).

31 Ibid., p. 243. Cité d’après K. POMIAN, L’histoire des structures dans La Nouvelle Histoire (s. dir. J. LE GOFF), Paris, 1978, p. 336.

32 P. VEYNE, L’histoire conceptualisante dans J. LE GOFF et P. NORA, Faire de l’histoire, t. I : Nouveaux problèmes, Paris, 1974, p. 62.

33 Il ne s’agit pas ici de faire des structures économiques et sociales les seules catégories susceptibles d’expliquer en profondeur le devenir historique, ni de disqualifier l’histoire politique dont un récent manifeste - Pour une histoire politique (s. dir. R. REMOND), Paris, 1988 - vient de rappeler bien à propos tout l’intérêt.

34 F. BRAUDEL, Histoire et sciences sociales. La longue durée dans Annales. ES C., t. ΧΙII, 1958, p. 740.

35 F. BRAUDEL, Histoire et sociologie dans Écrits sur l’histoire, Paris, 1969, pp. 112-115.

36 Ibid., p. 114. Voir aussi ibid., pp. 106, 110.

37 Ibid., p. 110.

38 Ibid., p. 102.

39 É. POULAT, Église contre bourgeoisie..., p. 107.

40 ID., Catholicisme, démocratie et socialisme..., p. 484.

41 Ibid., p. 468.

42 ID., Église contre bourgeoisie..., p. 83.

43 Ibid., pp. 101-102.

44 P. LADRIERE, L’intransigeantisme des origines et le devenir du catholicisme actuel.... pp. 309-310.

45 On relira toutefois avec bénéfice Émile Poulat, notamment dans son Église contre bourgeoisie ainsi que dans, Le catholicisme sous observation, du modernisme à aujourd’hui. Entretiens avec Guy Lafon, Paris, 1983.

46 Voir par exemple R. AUBERT, Léon XIII dans I Cattolici italiani dall’800 ad oggi, Brescia, (1963), pp. 205-206 et G. SPADOLINI, Lineamenti della politica del Papato. Da Pio IX a Pio XI dans Questioni di storia contemporanea (s. dir. E. ROTA), t. III, Milan, 1953, pp. 545-546.

47 D. HERVIEU-LÉGER, Vers un nouveau christianisme ?.... pp. 322-342.

48 Plusieurs y insistent et de diverses manières : F. BRAUDEL, Histoire et sciences sociales,.., οp. cit. ; E. LE ROY LADURIE, Le territoire de l’historien, Paris, 1973, pp. 169-186 ; K. POMIAN, L’histoire des structures..., op. cit. ; M. VOVELLE, L’histoire et la longue durée dans La Nouvelle Histoire... (s. dir. J. LE GOFF), pp. 346 s.

49 F. BRAUDEL, Histoire et sociologie..., p. 119.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540