Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Les catalogues de ventes de libraires édités à Mons aux VIIIe siècle. Perspectives et problèmes d’exploitation

Bruno Merckx

Texte intégral

  • 1 La bibliographie sur l’histoire du livre est recensée dans l'A.B.H.B. Annual Bibliography of the Hi (...)

1Qu’il soit envisagé d’un point de vue économique, en tant que produit, ou comme un « véhicule de la pensée », révélateur de la vie intellectuelle d’une société, le livre suscite un intérêt historique croissant ; et tout particulièrement pour le XVIIIe siècle, époque où il connut un essor considérable1.

  • 2 Cet article se base sur notre mémoire de licence Le livre à Mons, d'après les catalogues de ventes, (...)

2Pour l’étude de cette période, les catalogues de ventes sont des documents précieux, mais longtemps ignorés ou négligés par les chercheurs. Certains de ces catalogues recensent des livres de particuliers destinés aux enchères publiques ; d’autres encore proposent un aperçu ou l’ensemble des titres disponibles dans une librairie. C’est à ceux-là que nous allons nous attacher ici, en nous basant sur des documents édités à Mons à la fin de l’Ancien Régime. Nous en présenterons l’historique, une description, des perspectives d’exploitation et enfin les principaux problèmes critiques2.

I. Historique des documents

  • 3 Pour un historique plus complet de ce type de sources, on pourra consulter J. FEATHER, A Dictionary (...)

3Les catalogues de libraires apparaissent dès les premiers temps de l’« ère Gutenberg ». Les imprimeurs devaient alors assurer eux-mêmes la diffusion de leurs livres, par des placards imprimés, ou par des listes de titres insérées dans les nouveaux ouvrages3.

  • 4 Index librorum qui in Antwerpen in officina Christophori Plantin excusi sunt, 1572,28 p., dans J. B (...)

4La pratique évolua au XVIe siècle, avec la réalisation par de grands imprimeurs – citons l’anversois Plantin en 1572 de catalogues reflétant l’état de leur production4. Utile pour les ventes au public et les transactions entre libraires, ce type de publication s’étendit rapidement à l’ensemble de l’Europe.

  • 5 J. BLOGIE, op. cit., col. 559-680.

5Dans nos régions, et d’après l’état des collections de la Bibliothèque Royale Albert Ier, leur développement ne semble se produire qu’au XVIIIe siècle : dans la Principauté de Liège en 1715, à Anvers en 1746, à Bruges en 1768 et à Bruxelles en 17735.

  • 6 Extrait du catalogue des livres qui se trouvent chez Henri Hoyois, imprimeur libraire, rue de la Cl (...)
  • 7 Catalogue des livres de Henri Hoyois, imprimeur-libraire, rue de la Clef à Mons, 168 p., Supplément (...)
  • 8 Catalogue des livres qui se trouvent chez la Veuve Bottin, imprimeur-libraire, rue de la Clef, Mons (...)
  • 9 Recueil des livres qui se trouvent chez la Veuve Carion-Bocquet, Mons, 1808, 51 p., dans H. ROUSSEL (...)

6Pour Mons, les premiers documents recensés datent de 1774, avec des Extraits du catalogue des livres de l’imprimeur et libraire Henri Hoyois6. En 1779, celui-ci publia la totalité de son catalogue et le compléta de suppléments jusqu’en 17807. Nous avons également repéré la parution en 1783 d’un catalogue édité par la libraire Veuve Bottin, au demeurant la tante du susnommé8. Il faut ensuite attendre 1808 pour retrouver trace d’une semblable expérience d’édition9.

***

  • 10 Sur la vie et l’œuvre d’Hoyois, voir E. PONCELET et A. MATHIEU, Les imprimeurs montois, Mons, 1913, (...)

7Né en 1749 à Mons, Henri Hoyois s’y était installé en 1772, après l’obtention de ses lettres patentes. Cultivé, doué dans son art et nourri de grandes ambitions, il développa une intense activité, dans la vente de livres, l’imprimerie et la reliure. Mais ses efforts ne furent pas payants : dix ans plus tard, ce fut la faillite, l’exil vers la Suisse et la mort à Kehl (Bade-Wurtemberg), en 178410. De ses catalogues, présentons pour suivre une brève description.

II. Une brève description des catalogues du libraire Hoyois

8Les extraits du catalogue (trois fascicules de 8 pages) sont de petit format (15,5/10 cm) et d’une présentation esthétique très soignée.

  • 11 Broché (broch.), relié (rel.), encartonné.
  • 12 Nouvelle édition, belle édition..., ainsi que les avis sur les fournitures et services proposés à l (...)

9Tous les ouvrages proposés sont classés par ordre alphabétique des titres. Suivent l’état matériel de l’exemplaire11 et le prix en monnaie de Brabant. L’auteur, le nombre de volumes éventuels, le format et le lieu d’édition ne sont pas systématiquement présents et seules les dates d’édition de l’année en cours sont signalées. Les titres en langue étrangère et les notations annexes12 sont libellés en caractères italiques.

10Les documents de 1779-80 sont présentés comme l’ensemble de l’assortiment du libraire ; 168 pages, enrichies d’annexes et de 8 suppléments de 4 à 23 pages, contenant des mises à jour du fonds et des publicités pour des périodiques.

  • 13 Les dates semblent systématiquement notées pour les titres des quatre ou cinq dernières années avan (...)

11Par rapport aux publications de 1774, le format est plus grand (21/16,5 cm) et la présentation générale plus sobre. Mais les caractéristiques du contenu sont sensiblement identiques ; remarquons seulement un plus grand nombre de notices détaillées, surtout pour des livres anciens, imposants ou parus récemment13.

12On l’aura bien compris au travers de cette description, les principaux renseignements que fournissent les catalogues de ventes sont d’ordre quantitatif : de nombreux comptages et mises en tableaux et graphiques des différentes données seront nécessaires avant de se livrer à leur interprétation.

13Toute la visualisation des résultats chiffrés peut être aisément réalisée à l’aide de procédés informatiques. Quoique plus complexe, l’emploi de ceux-ci pour le traitement complet des données pourrait également être envisagé.

14Pour suivre, regardons les principaux caractères d’un fonds de librairie tels qu’ils peuvent être dévoilés par l’exploitation de sources comme les nôtres.

III. Les perspectives et méthodes d’exploitation

1. Une vision du volume global de la librairie

  • 14 Citons pour exemple l’étude d’un grand libraire lillois : S.TUCHOO-CHALA, Charles-Joseph Panckouke (...)

15Par le comptage des données du catalogue général, on prendra d’abord connaissance de l’étendue du fonds, lequel peut alors être comparé à celui d’autres librairies déjà étudiées14. S’ils sont complets et datables, les suppléments éventuels montreront l’importance et la fréquence des accroissements effectués au cours d’une période déterminée (une année, un mois...).

2. L’étude des titres datés

16Selon leur nombre, ils pourront faire l’objet d’un classement par siècles, ou par tranches de 50, 25 ou 10 années. Les résultats refléteront alors la part de tradition, de conservatisme ou à l’inverse de modernité dans le fonds, sans oublier que la datation était souvent indiquée pour attirer l’attention des « amateurs » sur les livres rares, anciens ou matériellement remarquables.

17Les titres édités peu d’années avant la confection du catalogue mériteront une attention particulière. Classés à part, ils montreront dans quelle mesure le libraire suit l’actualité de l’édition.

  • 15 Citons A. BARBIER, Dictionnaire des ouvrages anonymes, Paris, 1872-1879, 4 vol. ; Ch.-A. BRUNET, Ma (...)

18Enfin, la masse d’ouvrages sans indications pourra être sondée, avec la datation à l’aide d’instruments bibliographiques de l’un ou l’autre titre15.

3. La répartition linguistique des titres

  • 16 Cf. A. CORVISIER, Précis d'histoire moderne, Paris, 1971, p. 379.

19Ce classement montrera la part respectivement prise par le français et le latin, dont le recul se manifesta au XVIIIe siècle16, ainsi que l’intérêt porté ou non aux langues étrangères.

4. Le recensement des lieux d’édition

  • 17 Cf. H.-J. MARTIN, La prééminence de la librairie parisienne, dans Histoire de l’édition française, (...)

20Classés selon le nombre de données qu’ils obtiennent, et ensuite regroupés par pays, on pourra percevoir ceux qui dominent dans les approvisionnements du libraire. À travers eux, on saisira les axes principaux du commerce du livre et, par extension, la provenance des influences culturelles17.

5. L'étude des formats et des prix

21On verra ici l’aspect purement matériel des ouvrages, ceux qui, imposants ou luxueux, sont réservés à un public averti, spécialisé (in-plano, in-folio, inquarto), et les autres, promis à une plus large diffusion (in-octavo et formats plus petits).

  • 18 Cf. B. DESMAELE, Le prix du livre en Brabant au XVIIIe siècle, un obstacle économique à sa diffusio (...)

22La répartition des titres par formats pourra être utilement combinée avec celle des prix de ventes ; elle montrera alors mieux la clientèle visée et l’accessibilité des individus au livre, surtout si les résultats sont mis en parallèle avec une grille des prix et salaires pratiqués à l’époque18.

6. La répartition thématique

23Chaque titre doit être inséré dans une catégorie thématique, générale et particulière. La part de chaque thème dans le fonds de livres donne alors une image plus concrète de ce que proposait le libraire. Une démarche qui ne dispense bien sûr pas d’un examen qualitatif, où sera observée la présence de titres marquants pour l’histoire de la culture, des connaissances, du milieu régional...

24Telles sont les principales pistes d’un examen à des fins historiques d’un catalogue de libraire.

25Son exploitation, ainsi que l’interprétation des résultats obtenus posent, on s’en sera déjà douté, de multiples problèmes critiques. Nous allons maintenant les aborder, et motiver ainsi pour leur usage les réactions de prudence les plus adéquates.

IV. Les problèmes critiques posés

7. Une exhaustivité relative

26Si on excepte la détérioration éventuelle de ces documents, le premier problème qui soit posé est le décalage entre l’état réel du fonds de librairie et l’image qui en est donnée par les catalogues.

  • 19 Cf. A. PUTTEMANS, La censure dans les Pays-Bas autrichiens, Bruxelles, 1935 ; S. TASSIER, La censur (...)

27Tous les livres disponibles n’y sont peut-être pas mentionnés. La censure exerçait son contrôle sur le contenu des officines et rien ne dit que le libraire ne dissimulait pas chez lui des ouvrages « pernicieux », interdits et délivrés « sous le manteau » à des clients bien informés19.

  • 20 Pour le libraire Hoyois, nous possédons un inventaire partiel de ce type, édité dans P. FAIDER, Ren (...)

28Enfin les catalogues ne nous informent pas, ou très peu, sur le nombre d’exemplaires présents pour chaque titre dans la boutique. Ce n’est d’ailleurs pas leur but. Mais pour cerner cette dimension, importante, d’autres documents, tels des inventaires, sont indispensables20.

2. Des renseignements lacunaires

29C’est la finalité commerciale des catalogues qui est ici en question : le libraire y met en évidence les « nouveautés », les ouvrages imposants, célèbres, des « belles éditions », les livres rares et recherchés. Pour tous ceux-là, les notices sont généralement détaillées et pleinement utilisables par le chercheur ; c’est moins le cas pour tous les autres ouvrages.

3. Une exploitation délicate

30Qu’en est-il de la justesse des informations recueillies ? Tout d’abord, les listes de titres peuvent être entâchées d’erreurs de typographie ; ensuite, il existe des inexactitudes dans les ouvrages mêmes.

  • 21 Cf. A. SAUVY, Livres contrefaits et livres interdits, dans Histoire de l'édition française, op. cit (...)

31Les contrefaçons étaient très répandues au XVIIIe siècle. Ces reproductions illégales copient aussi les lieux et dates d’édition initiales ; mais elles ont pu être imprimées plusieurs années plus tard, dans une autre ville ou un autre pays. De même, nombreux étaient alors les écrits politiques, satiriques ou autres, sortis d’anonymes imprimeries sans autorisation ; et là, de fausses adresses telles que Londres, Villefranche, Oxford ou Philadelphie... sont légion21.

32Un autre problème posé concerne la répartition thématique des ouvrages : doit-on choisir une grille de classement moderne ou ancienne ?

  • 22 Cf. M. HODEIGE, Les catalogues de bibliothèques comme source pour l'historien, dans Bulletin de l'I (...)

33Avec la première, on utilise des divisions contemporaines, plus compatibles avec nos critères de pensée actuels ; une démarche suivie par exemple dans l’étude de bibliothèques liégeoises et dans celles de hauts dignitaires du régime autrichien22.

  • 23 Cf. F. FURET, La librairie du Royaume de France au XVIIIe siècle, dans Livre et société dans la Fra (...)
  • 24 Voir les tableaux présentés dans J.-M. CELS et A.-M. LOTTIN, Coup d'œil éclairé d'une bibliothèque (...)

34La seconde conserve les classements déjà existants à l’époque étudiée. Il s’agit en somme d’adapter notre système de pensée à celui des hommes du XVIIIe siècle pour mieux les approcher. Prônée et utilisée dans un nombre grandissant de travaux, elle nous semble la plus adéquate23. Elle suit le Système des libraires de Paris, ébauché dès 1705, et qui connut une large diffusion dans une grande partie de l’Europe. On y distingue cinq grandes catégories : Théologie et Religion, Droit et Jurisprudence, Histoire et Géographie, Sciences et Arts, et enfin Belles Lettres. Chaque thème comporte de multiples subdivisions internes24.

35Classer de la sorte des livres grâce à l’unique connaissance de leur intitulé n’est pas une démarche aisée : des titres ont été abrégés, possèdent une signification ambiguë ou sont susceptibles d’être accueillis dans plusieurs catégories, d’où des choix, avec tous les risques d’arbitraire, voire d’erreurs, qu’ils comportent inévitablement.

36Exhaustivité contestable, lacunes diverses, exactitude relative des données et des classements, voilà qui fragilise les bases des résultats chiffrés qui sont obtenus. Contester systématiquement leur valeur serait toutefois peu judicieux : les chiffres sont de sérieux indicateurs de tendances, parfois claires et significatives ; mais ils ne sont jamais des comptes précis et sans failles.

***

37Malgré les problèmes qu’ils posent, les catalogues de ventes de libraires sont précieux ; ils font percevoir la diversité chronologique, matérielle, géographique, linguistique et thématique de livres proposés à la vente.

38Mais, même si c’est souvent l’évidence, il convient pour finir de souligner :

  • que des sources quantitatives suffisent rarement pour expliquer une situation ;

  • qu’un seul libraire est peu représentatif de tout le commerce du livre d’une ville ou d’une région ;

  • que ces documents montrent ce qui est proposé au public et que les goûts de celui-ci ne sont perçus qu’indirectement ;

  • que ce public d’acheteurs est limité aux individus sachant lire et possédant un pouvoir d’achat suffisant.

  • 25 Trois sources pouvant être groupées sous un terme général : « catalogues de livres ». Cf. A. TAYLOR (...)

39Aussi, on étudiera autant que possible ces catalogues en examinant également des sources administratives ou littéraires, ou encore des inventaires de livres après décès, d’autres fascicules de libraires ou des catalogues de bibliothèques privées25.

40Autant de renseignements et de comparaisons avec lesquels des documents tels que ceux d’H. Hoyois prendront toute leur valeur.

Notes

1 La bibliographie sur l’histoire du livre est recensée dans l'A.B.H.B. Annual Bibliography of the History of the Printed Book and Libraries, 1970, et dans B.B B. Bibliographie der Buch-und Bibliotheksgeschichte, 1980-81. Une bibliographie spécifique pour la Belgique est parue entre 1960 et 1970 dans la revue De Gulden Passer.

2 Cet article se base sur notre mémoire de licence Le livre à Mons, d'après les catalogues de ventes, 1774-1794, UCL, 1987-1988.

3 Pour un historique plus complet de ce type de sources, on pourra consulter J. FEATHER, A Dictionary of Book History, Londres-Sidney, 1987 ; G. POLLARD et A. EHRMAN, The distribution of books by catalogue, from the invention of printing to A D. 1800, Cambridge, 1965 Le livre. Catalogue de l'exposition de la Bibliothèque Nationale, Paris, 1972.

4 Index librorum qui in Antwerpen in officina Christophori Plantin excusi sunt, 1572,28 p., dans J. BLOGIE, Répertoire des catalogues de ventes de livres imprimés, t. I, Catalogues belges appartenant à la Bibliothèque Royale Albert Ier, Bruxelles, 1982, col. 572 (Centre national de l'archéologie et de l’histoire du livre, 4).

5 J. BLOGIE, op. cit., col. 559-680.

6 Extrait du catalogue des livres qui se trouvent chez Henri Hoyois, imprimeur libraire, rue de la Clef, vis-à-vis de la Comédie à Mons, Mars, Mai, Juillet 1774, 8+8+8 p. (Bibl. Musée Royal de Mariemont, recueil 1033 A 3).

7 Catalogue des livres de Henri Hoyois, imprimeur-libraire, rue de la Clef à Mons, 168 p., Suppléments au catalogue, 1779-1780. Huit sont connus. (Bibl. Université de Mons, no 57 1/0, Bibl. Rijksuniversiteit Gent, cotes HIST 10046 et HIST 13061).

8 Catalogue des livres qui se trouvent chez la Veuve Bottin, imprimeur-libraire, rue de la Clef, Mons, 1783,160 p., dans H. ROUSSELLE, Bibliographie montoise. Annales de l'imprimerie à Mons de 1580 à nos jours, Mons-Bruxelles, 1858, no 970.

9 Recueil des livres qui se trouvent chez la Veuve Carion-Bocquet, Mons, 1808, 51 p., dans H. ROUSSELLE, op. cit., no 1400.

10 Sur la vie et l’œuvre d’Hoyois, voir E. PONCELET et A. MATHIEU, Les imprimeurs montois, Mons, 1913, pp. 126-130. (Publications de la Société des bibliophiles belges de Mons, no 35). Cf. aussi notre mémoire, pp. 91-102.

11 Broché (broch.), relié (rel.), encartonné.

12 Nouvelle édition, belle édition..., ainsi que les avis sur les fournitures et services proposés à la clientèle.

13 Les dates semblent systématiquement notées pour les titres des quatre ou cinq dernières années avant la parution du catalogue.

14 Citons pour exemple l’étude d’un grand libraire lillois : S.TUCHOO-CHALA, Charles-Joseph Panckouke et la librairie française (1738-1798), Pau - Paris, 1975.

15 Citons A. BARBIER, Dictionnaire des ouvrages anonymes, Paris, 1872-1879, 4 vol. ; Ch.-A. BRUNET, Manuel du libraire et de l'amateur de livres, Paris, 1860-1865, 6 vol., Suppléments 1878-1880, 2 vol. ; A. CIORANESCU, Bibliographie de la littérature française du dix-septième siècle, Paris, 1969, 3 vol. et du même auteur, son travail similaire sur le dix-huitième siècle ; J.-M. QUÉRARD, Les supercheries littéraires dévoilées, Paris, 1869-1889, 3 vol.

16 Cf. A. CORVISIER, Précis d'histoire moderne, Paris, 1971, p. 379.

17 Cf. H.-J. MARTIN, La prééminence de la librairie parisienne, dans Histoire de l’édition française, t. III, Le livre triomphant, 1660-1830, Paris, 1984, pp. 263-281. Pour la traduction des lieux d’édition notés en latin, voir G.-B. PECHL, Orbis Latinus. Lexicon Lateinischer Geographischer Namen des Mittelalters und der Neuzeit, éd. augmentée, Brunswick, 1972, 3 vol.

18 Cf. B. DESMAELE, Le prix du livre en Brabant au XVIIIe siècle, un obstacle économique à sa diffusion, dans Archives et bibliothèques de Belgique, t. LV, 1984, pp. 341-353.

19 Cf. A. PUTTEMANS, La censure dans les Pays-Bas autrichiens, Bruxelles, 1935 ; S. TASSIER, La censure dans les Pays-Bas autrichiens, dans Revue belge de philologie et d’histoire, t. XV, 1936, pp. 141-148.

20 Pour le libraire Hoyois, nous possédons un inventaire partiel de ce type, édité dans P. FAIDER, Renseignements inédits concernant une librairie montoise, dans Mémoires et Publications de la Société des sciences, arts et lettres du Hainaut, t. LXII, 1911, pp. 1-16.

21 Cf. A. SAUVY, Livres contrefaits et livres interdits, dans Histoire de l'édition française, op. cit., pp. 104-112.

22 Cf. M. HODEIGE, Les catalogues de bibliothèques comme source pour l'historien, dans Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, t. LXXXIX, 1977, pp. 63-85 ; D. DROIXHE, Étude quantitative et analyse interne de quelques bibliothèques liégeoises du XVIIIe siècle, dans Études sur le XVIIIe siècle, t. VII, 1981, pp. 151-175, ou encore Cl. SORGELOOS, Les bibliothèques de Patrick Mac Neny et de Patrice-François de Neny, dans Études sur le XVIIIe siècle, t. ΧII, 1985, pp. 87-112.

23 Cf. F. FURET, La librairie du Royaume de France au XVIIIe siècle, dans Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, t. I, Paris, 1968, pp. 14-17 (École pratique des Hautes Études,6e section, 1, 16) ; L. TRÉNARD, Diffusion du livre et de la culture. Conclusions, dans Transactions of the fifth international congress of enlightenment, t. IV, Oxford, 1980, p. 1874.

24 Voir les tableaux présentés dans J.-M. CELS et A.-M. LOTTIN, Coup d'œil éclairé d'une bibliothèque à l'usage de tout possesseur de livres, Paris, 1773 ; Ch.-A. BRUNET, Manuel du libraire, op. cit., t. VI, pp. XXVII-LXII ; F. FURET, op. cit., pp. 14-16 ; M. MARION, Les bibliothèques privées à Paris au milieu du XVIIIe siècle (1750-1759), Paris, 1978, pp. 137-143 ; cf. aussi notre mémoire, pp. 131-154.

25 Trois sources pouvant être groupées sous un terme général : « catalogues de livres ». Cf. A. TAYLOR, Books catalogues. Their varieties and uses, Chicago, 1957.

Auteur

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540