Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Waterloo village néerlandophone ? Quelques réflexions sur sa position linguistique aux XVIIe et XVIIIe siècles

Michel Erkens

Texte intégral

I. L’historien dans la tourmente politique

1Si la commune de Waterloo est célèbre dans le monde entier grâce à la victoire des armées coalisées sur les troupes impériales, victoire symbolisée par le lion tourné vers la France, notre pays l’est devenu presque autant à cause de ses querelles linguistiques.

2En effet, s’il y a un sujet qui a entretenu la discussion et alimenté l’imagination de la classe politique belge depuis le siècle dernier, c’est bien le problème des relations entre deux, puis trois communautés linguistiques différentes. Comment assurer à chacune un développement équivalent ? Quelle place réserve-t-on aux personnes de la communauté voisine et à leur langue ? De quelle façon peut-on déterminer des zones linguistiques homogènes ? Comment finalement fixer une frontière linguistique ? Voilà quelques-unes des questions qui tiennent le haut de l’actualité politique. Parler de frontière au lieu de zone linguistique frontalière révèle déjà la volonté de circonscrire chaque communauté de façon immuable, non seulement dans l’espace mais aussi dans le temps. C’est une notion claire, nette, compréhensible à tout un chacun, tandis que « zone » implique plutôt une fluidité qui permettrait une certaine interprétation et serait susceptible d’évoluer.

3Si le personnel politique est finalement parvenu à dessiner cette frontière, les hommes sur le terrain ont été moins disposés à s’adapter à leurs espérances. Croyait-on vraiment que, comme par enchantement, l’interpénétration linguistique que l’on tente de figer ainsi à un moment précis de son évolution allait cesser du jour au lendemain ou même se renverser ? N’est-il dès lors pas normal que le réel fasse régulièrement irruption, que les notions de frontière intouchable, de communauté homogène, immaculée créent des clivages, des difficultés insurmontables, que ce soit lors de l’octroi dans le pacte d’Egmont de nouvelles facilités « extinguibles » ou lors de l’introduction avec la « dernière » révision de la constitution de la fiction d’une connaissance présumée de la langue de la région ?

  • 1 Dans son étude sur La formation de la frontière linguistique en Belgique le professeur STENGERS a (...)
  • 2 G. VANDE PUTTE, Bijdrage tot de geschiedenis van een Overijses gehucht Maleizen-Bakenbos. De grond (...)

4Dès qu’il est interpellé par ceux-là même qui risquent de faire mauvais usage de ses recherches, pour les utiliser comme arguments dans le débat politique, le doute se jette aussi sur l’historien qui essaie d’analyser les phénomènes de formation et de changement de la zone frontalière ou frontière linguistique. Immédiatement on se met à scruter son appartenance linguistique, on s’interroge sur les buts poursuivis. Que prétend-il défendre ? Son objectivité est sérieusement mise en cause. Pour tenter d’échapper à cette suspicion, l’historien s’attèle plutôt actuellement à faire des études sur le(s) terrain(s) qu’il connaît bien, des recherches presque microscopiques qui ont peut-être une vision moins étendue que celles de ses prédécesseurs, qui globalisaient sans doute trop vite leurs observations1, mais qui permettent de mieux saisir les nuances d’une réalité qui s’avère plus complexe que l’on n’avait coutume de le croire. C’est ainsi que pour la région au sud de Bruxelles qui va de Rosières-Saint-André à La Hulpe et Malaise-Overijse, M. Vande Putte s’est attaché à cette option. Les premiers résultats de ses investigations indiquent que de ce côté-là de la frontière linguistique, il y eut plusieurs facteurs et formes d’interactions linguistiques entre les villages d’Overijse et Rosières-Saint-André et entre La Hulpe et Malaise-Overijse2.

II. A la recherche du langage parlé

  • 3 G. VANDE PUTTE, Pour une micro-toponymie... op. cit., p. 424.

5Une première préoccupation de l’historien consiste à déterminer le cadre institutionnel et à bien distinguer le langage qu’emploient les scribes de celui des locuteurs3. Il est en effet très important de pouvoir repérer les textes où l’emploi d’une langue est tributaire des usages administratifs, usages qui peuvent donner une fausse image de la réalité, ou même la cacher complètement, comme c’est encore le cas de nos jours. Si au niveau théorique il est aisé d’opérer cette distinction, il n’en va pas de même quand on revient à la pratique, où la plupart du temps on a précisément affaire à des textes d’ordre administratif.

6Les documents qui nous intéressent au premier chef sont ceux où la langue parlée par la population fait irruption dans l’habitude administrative qui ne parvient plus à la maîtriser et où elle ne masque pas intégralement la réalité. Ce sont des textes en français où tout à coup on a affaire à des mots ou des locutions flamandes ou vice versa, parce que le scribe ne sait pas traduire facilement l’expression, parce qu’il est en train de changer de langage sans s’en rendre compte.

7Là où il y a concordance entre la langue parlée et écrite, on n’observera pas ce phénomène. Ce n’est que dans les zones de rencontre, où une administration se sent obligée d’écrire une autre langue que celle de la plupart de ses administrés, que l’on pourra mettre la main sur des documents révélateurs. Ce constat vaut aussi bien pour la présence de néerlandophones dans le Roman Pays, que pour les francophones dans les quartiers de Bruxelles et de Louvain du duché. Dans cet article nous ne décrypterons pas les habitudes administratives en tant que telles, nous n’analyserons qu’un cas d’espèce où, à travers un texte néerlandophone, la présence de francophones apparaît.

III. Waterloo, village à présence néerlandophone ?

  • 4 Waterloo passe de 375 habitants en 1709 à 524 en 1755. En 1789 on recense 1250 personnes, en 1800 (...)

8Waterloo, au XVIIIe siècle, s’est fortement développé le long de la route Bruxelles-Charleroi, pour devenir le hameau le plus peuplé de Braine-l’Alleud. Rien d’étonnant s’il devient autonome en 17964.

  • 5 J. VERBESSELT, Waterloo, een reconstructie van een oude domeinentiteit dans Eigen Schoon en de Bra (...)

9La présence tout au long de l’ancien régime de toponymes flamands à Waterloo et dans les environs immédiats peut amener à penser que la bourgade est restée jusqu’à un passé rapproché un hameau où les néerlandophones étaient bien présents. M. Verbesselt estime que la francisation de Waterloo ne daterait que de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Il affirme que jusqu’au XVIIIe siècle il ne rencontre aucun toponyme francophone. D’autre part il constate que les fermiers de la ferme de Waterloo portent des noms flamands5.

10Loin de nous l’idée de réfuter en bloc les données que M. Verbesselt apporte. Mais nous tenons à les soumettre à notre propre lecture.

1. La toponymie

  • 6 A.G.R., Archives ecclésiastiques, no 7151.

11Personnellement, nous estimons que l’étude toponymique peut donner une idée de l’appartenance linguistique d’une communauté, mais principalement – pas exclusivement non plus – pour l’époque où les toponymes ont vu le jour. Leur utilisation même ininterrompue pendant deux ou trois cents ans est avant tout le fait d’une tradition principalement orale mais ne nous renseigne plus nécessairement sur la langue utilisée par la plupart des habitants à une époque ultérieure. Leur forme linguistique est parfois fonction de la langue du document dans lequel ils sont compris. Toutefois, quand les toponymes ne sont pas trop travestis par le scribe, on peut estimer qu’ils sont encore suffisamment compris par l’auteur du document. M. Verbesselt se base principalement sur la carte de De Deyn, dessinée pour l’abbaye de Forest en 16326. Les indications de lieux que nous repérons sont plus souvent des termes descriptifs du terrain et de son emploi que des toponymes bien spécifiques qui eux sont souvent intraduisibles. Nous songeons d’abord aux concepts qui correspondent aux trois grandes fonctions dans les exploitations agricoles : les champs (velden ou blokken), les prés (meers, weide) et les bois (bos), ou encore certains noms de chemins. Plus concrètement nous épinglons des termes comme « het block voor ’t hof » (le champ devant la ferme), « het block achter ’t schuer » (le champ derrière la grange), « de weyde achter ’t schure » (le pré derrière la grange), « het Waterlosvelt » (le champ de Waterloo), « den grooten bosch » (le grand bois), « de herestraete » (nom usuel pour désigner la voie publique), « den grooten heerwech naer Naemen » (la grand-route vers Namur).

12Ce sont des termes généraux, descriptifs, écrits dans la langue « administrative » du document. D’autres cas sont moins explicites. Nous pensons à « de hoeve » (la ferme), qui désigne sur la carte un champ important, et « ’t groot lanck stuck » qui est en effet une grande pièce de terre, longue mais peu large. Dans ces cas il peut s’agir de toponymes spécifiques bien établis.

  • 7 J. TARLIER et A. WAUTERS, Géographie et histoire des communes belges. Canton de Nivelles (communes (...)

13Deux toponymes avec leur suffixe en -inghen, donc d’origine franque, sautent encore aux yeux : Reeweerdinghen et Jeuninghen. Commençons par Reeweerdinghen. Sur la carte, le dessinateur a indiqué « het block te Reeweerdinghen weert », c’est-à-dire vers et non à Reeweerdinghen. De ce champ part un chemin « naer Reeuwelinghen ou Chenoy ». Nous estimons que les deux lieux, Reeweerdinghen et Reeuwelinghen, n’en sont qu’un ; le doublet français, Chenois, apparaît déjà sur cette carte flamande de 1632. De Reeweerdinghen il existe une forme francisée dès 1374 (Ruwendenges), tandis que Revelinghen se lit et se dit aussi Revelinges7.

  • 8 Cartes publiées dans E.PAYS, Braine-l’Alleud et la forêt de Soignes, Braine l’Alleud, 1983.
  • 9 S. PIERRON, Histoire de la forêt de Soigne, Bruxelles, 1905, p. 81 :« zuyningen bosch ». Nous teno (...)

14Quant à Jeuninghen et « Bos van Jeuninghen « entourant la partie est et nord de la ferme, il s’agit en fait de la forêt de Soignes. Une comparaison de la carte de De Deyn avec la carte de la forêt de Van Werden (1659) et Van Weerden (1749) est instructive à cet égard8. On y décèle les mêmes chemins et la même forme des terres (sauf dans la partie nord-est où il y a un champ entre la forêt et les biens de l’abbaye, qui n’est pas repris sur la carte de De Deyn parce qu’il n’appartient pas à celle-ci). De Deyn dessine aussi des bornes. Elles ne délimitent pas les possessions de Forest mais celles du prince. Il s’agit du bornage de la forêt de Soignes. Comment est-on parvenu à ce nom ? Il doit s’agir d’une mauvaise lecture de la part de celui qui a mis la carte au net de « Zeuninghen »9, appellation couramment utilisée encore de nos jours par des riverains néerlandophones pour désigner la forêt de Soignes. Le Z allongé a été lu J, d’où l’erreur sur la carte et dans le texte. À la fin du texte, on a encore ajouté un bien qui se nomme « eenen meersch gheleghen inden ghemeenen meersch daer ment noempt de Preyé » (e accentué), « un pré situé dans le pré commun que l’on nomme là le Preye ». N’est-ce pas une indication que là aussi, pour cette terre située près du couvent de Sept-Fontaines, le toponyme a subi l’influence de la communauté francophone et était en train de se franciser ?

  • 10 Voir la carte de HARREWIJN, 1706, publiée dans L. GERKE. Lesite médiéval du « Domaine de la cense  (...)

15M. Verbesselt cite encore d’autres noms de lieux en dehors de ceux qui figurent sur la carte de De Deyn. « Den Drossart » (le bailli) n’est qu’une flamandisation de « Roussart » (1470). Près de Revelingen, il y a par ailleurs « Baudrissart ». Le « Spaignaerts Eyck » devient sans problème « Cheine de l’Espagnol » sur une carte francophone de 170610. Il se situe dans la forêt à côté de « la Croix Rouge » ; « Crassebache » (1412) devient dès 1637 Cravaiche7. Des toponymes flamands apparaissent dans d’autres hameaux de Braine : ’t hof van Ham,de Vrancke Haye, de Handt, ’thoff te Bladerveldt (= la ferme de Tout-Lui-Faut) ; il est vrai qu’ils sont plus nombreux à mesure que l’on approche de la lisière de la forêt. D’autre part, plus près de Waterloo, surgit Verd Coucou, tout près de l’emplacement de l’ancienne « Verckenshutte » (hutte des cochons). Des toponymes flamands sont incontestablement présents à Waterloo, toutefois moins massivement que ne le laisse supposer l’article de M. Verbesselt. Quelques toponymes francophones percent dès le début du XVIIe siècle, si ce n’est plus tôt.

16Les toponymes, cités en dehors de leur contexte, ne semblent pas constituer à eux seuls une base solide pour formuler une hypothèse quant à l’appartenance linguistique de Waterloo au XVIIe et au XVIIIe siècle. Il faudrait une étude plus affinée, portant sur une plus longue période et avec plus de documents pour mieux pouvoir en suivre l’évolution.

2. Les patronymes

17M. Verbesselt affirme que jusqu’au XVIIIe siècle, les fermiers de la ferme de Waterloo étaient des néerlandophones.

  • 11 J. LINDEMANS, De pachthoven der abdij van Vorst 2. Het hof te Waterloo dans Eigen Schoon en de Bra (...)
  • 12 J. VERBESSELT, Langs de taalgrens...op. cit., p. 132 : « ...omzeggens een homogeen waals dorp... »

18Une première remarque s’impose : nous estimons que l’appartenance linguistique d’une famille, fût-elle la plus importante économiquement, ne préjuge en rien de la langue que parlent les autres habitants du lieu. Quelle est cette famille de fermiers ? Il s’agit de la famille Theys, présente à la ferme de Waterloo depuis 1518 jusqu’à la fin du XVIIe siècle. Cette famille est justement celle qui est la plus représentée au XVIIe et au XVIIIe siècle dans les communes de Braine-l’Alleud et Waterloo, avec pas moins de 178 ménages entre 1715 et 1796. Dira-t-on qu’avec leur patronyme flamand ils sont tous néerlandophones, que régulièrement il y eut des échevins flamands à Braine, en 1669 même trois à la fois11 ? Peut-on affirmer que Pierre François Put, curé de Braine entre 1767 et 1802, originaire de Lummen dans le Limbourg actuel, aurait exercé son ministère en néerlandais parce qu’il était d’origine flamande ? Certainement pas : la francité de Braine n’est remise en cause par personne12.

  • 13 Les premiers affermages (16e siècle) étaient rédigés en néerlandais. Cf. A.G.R., Archives ecclésia (...)
  • 14 M. ERKENS, Het huwelijk op de taalgrens, Braine-l’AlleudWaterlooSint Genesius-Rode, 1715-181 (...)

19Quant au cas particulier de la ferme de Waterloo, nous ne pouvons affirmer, avec les données que l’on a actuellement en main, si les fermiers Theys au XVIIe et au XVIIIe siècle étaient néerlandophones, francophones ou bilingues13. Notre mémoire de licence nous a permis d’établir que ce sont d’ailleurs les fils et filles de fermiers qui ont le plus de propension à se marier non seulement en dehors de leur paroisse mais aussi en dehors de leur communauté linguistique. Sans doute leur meilleure instruction y joue-t-elle un rôle important14. La carte de De Deyn comporte des noms et prénoms aussi bien d’origine néerlandophone que francophone, parfois sous des formes bien brassées, comme ce Marcus Del Haize, Joos Dauderleu, Baudewijn Fiefvez. On indique sur la carte un Jan Opden Bergh à côté d’un Jean Ten Bergh. Il y a un exemple encore plus hybride avec « les heritiers Baudewijn Fivez ». Dans le texte explicatif beaucoup de prénoms et même un nom changent de consonance. C’est ainsi que Nicolas Berghé s’y trouve cité Niclais van den Berghe, Jean Nicaise est devenu un Jan et les héritiers de Baudouin Fievez y sont cités en tant que « d’erfgenaemen ». Dans ce domaine, la carte, pas le texte, devient encore moins unilingue qu’il n’y paraît avec des apports des deux communautés difficiles à évaluer.

3. L’appartenance paroissiale

20M. Verbesselt soutient aussi que Waterloo dépendait, sur le plan paroissial, de Rhode-Saint-Genèse. La situation sur le terrain était encore plus complexe.

21Sur la carte de Ferraris, nous observons que Waterloo dépend de deux paroisses différentes, la majeure partie, avec le no 8, relève de Braine-l’’Alleud, les maisons ainsi que la chapelle royale qui se situent à l’intérieur de la forêt domaniale ressortissent à Rhode (no 90). Quelques-uns des nouveaux-nés de Waterloo ont, comme l’indique M. Verbesselt, reçu le baptême à Rhode mais la majeure partie des baptisés figurent dans les registres de Braine, où l’on peut les repérer facilement grâce à l’indication du hameau dans la marge des actes. La reconstitution des familles brainoises et rhodiennes permet d’affirmer que ce choix ne se fait pas au gré de l’humeur du père ou du parrain. La règle est que tout le monde dans une famille se fait baptiser dans la même paroisse.

22Quelques familles séjournent un temps sous Rhode puis sous Braine, ou vice versa. La chapelle royale, construite en 1690, est située à l’intérieur de la forêt de Soignes et dépend donc logiquement, comme les habitants de cette partie de Waterloo, de Rhode. C’est donc bien dans cette section que la présence du néerlandais et des néerlandophones devrait se manifester en premier lieu.

IV. Le dénombrement de 1744

  • 15 A.G.R., Greffes scabinaux de l’arrondissement de Bruxelles, no 8443 : « Liste vande co(m)municante (...)

23En 1744, les échevins de Rhode et d’Alsemberg, Jan Berckmans et Jan Engels, effectuent à la demande du mayeur un dénombrement des communiants de la paroisse15. Cette liste comporte par ménage le nombre de personnes qui sont astreintes au devoir pascal. Les échevins ont établi le document dans leur langue maternelle et les paroissiens de Waterloo se retrouvent un peu à part, en dernier lieu.

24Quantité négligeable ? N’incriminons pas les échevins. Ils ont l’habitude de travailler et de compter dans le cadre administratif de l’échevinage où les habitants de Waterloo ne sont pas compris ; ces âmes ne sont « repêchées « qu’au niveau de la paroisse. Est-ce dès lors si anormal de les placer en dernier lieu ? Bien qu’ils disent qu’ils ont été chez les paroissiens pour noter le nombre de personnes soumises au devoir pascal, ou qu’ils l’ont demandé à leurs voisins, force est de constater que les deux échevins n’ont pas fait d’excès de zèle. Ils n’ont pas été jusqu’à Waterloo pour voir et contrôler les paroissiens du lieu. Là, leur dénombrement est un travail de pure mémoire, qui s’y caractérise par de nombreux « trous de mémoire », omissions qui sont totalement absentes à Rhode même.

25A Waterloo on retrouve les prénoms Hubert, Bartholomee, Anthoine, Nicolas, Jean-Baptiste, Pierre, Michel alors qu’au centre de la paroisse de Rhode on porte les prénoms Huybrecht, Bertel, Anthoon, Nicolaes, Jan, Peter, Michiel. Nouel et Ambroise sont aussi des prénoms à consonance francophone ; ils n’ont pas d’équivalent à Rhode. Thomas est un prénom qui peut s’appliquer aux habitants des deux communautés, tandis que Guilliam est le seul prénom néerlandophone dans cette partie du dénombrement. Un peu plus loin, sur la route de Braine vers Bruxelles à l’Espinette, « de grote Hut », on retrouve les prénoms flamands : Guilliam, Anthoon, Andries et Carolus. À Rhode même nous n’épinglerons qu’un seul prénom bien francophone : Jean Laurent (Thielemans) où en principe on aurait dû lire Jan Laureys. Certains paroissiens s’appellent Louys, mais c’est une forme courante dans le dialecte parlé (= Lowie).

  • 16 Pourtant des enfants du hameau « den hoeck » de Rhode vont à l’école à Waterloo. A.G.R. Greffes sc (...)

26Les échevins de Rhode et d’Alsemberg n’ont pas de souvenir du nom de l’instituteur de Waterloo, ce qui tend à prouver que ce personnage pourtant bien connu dans chaque commune par la population a son audience dans le hameau de Waterloo et non dans le centre de Rhode16. D’un autre habitant, les échevins se rappellent le prénom et le métier, métier exprimé en français : « Nicolas, marchand de lin, twee communicanten ». Si les échevins indiquent ces prénoms en français, c’est parce qu’ils se souviennent que les gens s’appellent ainsi de leur prénom, parce que, dans la conversation de chaque jour, ils sont connus en tant que Jean et non comme Jan.

27Ainsi ce document écrit par des échevins néerlandophones nous révèle, bien malgré lui, que la section de Waterloo qui était susceptible d’avoir le plus de relations avec Rhode était déjà si pas entièrement du moins très fortement romanisée en 1744. Pour soutenir cette thèse, nous apportons encore quelques autres éléments.

  • 17 Dans un dossier de 1747 avec quatre dépositions en français et trois en néerlandais, Pierre Ghigne (...)

28La recherche généalogique indique bien la partie du pays vers laquelle certaines familles sont orientées. Ainsi le sacristain Petrus Ghignet17 de Waterloo a eu treize enfants dont neuf baptisés à Rhode, quatre à Braine. Sept de ses enfants se marient : quatre avec des gens de Braine et de Plancenoit, une fille avec un certain Hasaert, nom qu’on retrouve aussi bien à Rhode qu’à Braine, tandis que l’origine de deux conjoints demeure inconnue (Deckers et Dechamps). Des dix petits-enfants, baptisés à Rhode, aucun ne se marie avec une personne du Brabant flamand. Nous avons par ailleurs constaté que ces familles waterlotoises de Rhode suivent la mode wallonne pour donner des prénoms ; c’est ainsi que chez eux comme à Braine on retrouve souvent le prénom Joseph comme deuxième prénom, alors qu’à Rhode même c’est le fait de familles originaires de Wallonie ou de familles de grands fermiers.

Conclusion

  • 18 Nous prenons le recensement de 1866 au lieu de 1846, parce que ce dernier mentionne 100 % de franc (...)

29Vu la forte romanisation, dès 1744, de la section de Waterloo qui était susceptible d’avoir le plus de relations avec des néerlandophones, nous croyons pouvoir affirmer qu’il en allait de même pour les parties dépendantes de Braine. Les données du recensement de 1866, le premier qui nous procure des chiffres plus au moins fiables, n’étonnent guère : 95,5 % de francophones, 4,5 % de bilingues et deux néerlandophones18.

  • 19 Contrairement à ce qu’affirme M. Verbesselt, Langs de taalgrens..., p. 131.

30Au XVIIIe siècle, il y a entre Braine-Waterloo et Rhode une vraie frontière linguistique. Les échanges existent, les déménagements de familles certes aussi, mais ils sont peu nombreux. Rhode et Waterloo n’ont que des contacts obligés. Il en va d’une toute autre manière entre les habitants d’Alsemberg et de Rhode et entre ceux de Waterloo et de sa commune-mère, Braine. Il est vrai que la frontière linguistique y est doublée d’une frontière naturelle : la forêt de Soignes. Peut-être la situation au XVIIe siècle était-elle autre. Rappelons que le dénombrement porte sur le deuxième tiers du XVIIIe et ne permet nullement de juger de la situation au siècle précédent. Quoique l’on ait, au XVIIe siècle, de nombreux documents en néerlandais, la présence de francophones commence toutefois à percer aussi bien dans les noms de lieux que dans les noms et prénoms dès 1632. L’écart entre le hameau de Waterloo et le centre de Rhode (5 km) et le peu de relations qui se manifestent au XVIIIe siècle incitent à formuler l’hypothèse que Waterloo était orienté vers Braine et que l’augmentation du trafic entre Bruxelles et Charleroi, dont le hameau dépendait pour une partie non négligeable19, a accéléré le processus de romanisation, entamé au moins dès le XVIIe et terminé au XVIIIe siècle, la dépendance paroissiale de la chapelle royale de Rhode n’ayant pu inverser la tendance.

***

31Dès le début de son cours de critique historique, le professeur Paquet attirait notre attention sur le fait qu’il fallait questionner les textes que l’histoire nous a légués sans préjugés ni idées préconçues pour en retirer tout ce qui était possible d’y lire. Qu’il trouve ici une petite application de ces principes. Ils nous incitent à aborder tout ce qui a trait à la formation de la frontière linguistique avec beaucoup de circonspection. Les conclusions auxquelles on arrive seront toujours différentes selon le lieu et l’époque dans lesquels les investigations se situent. La recherche y avance comme la frontière linguistique : à petits pas.

Notes

1 Dans son étude sur La formation de la frontière linguistique en Belgique le professeur STENGERS a mis clairement en garde les historiens contre le danger de formuler des hypothèses sans que l’on ait suffisamment de données pour les fonder.

2 G. VANDE PUTTE, Bijdrage tot de geschiedenis van een Overijses gehucht Maleizen-Bakenbos. De grondbezittingen van Groenendaal te Overijse dans Zoniën, 5e a., 1981, no 3, pp. 189-208 ; ID., Maleizen of Malaise. Taal-en volksbewustzijn in Hoeilaart-Overijse-Tervuren (1789-1989) dans Spoorslag, 15e a., 1985, no 4, pp. 10-14 ; ID., Pour une micro-toponymie pluridisciplinaire. Le cas de « Rosières-lez-Overijse » et la frontière linguistique au pays de l’Yssche et de la Lasne dans Taal en sociale integratie, no 8, 1986, pp. 415-459. Le texte a été traduit en néerlandais : Studie van de taalgrens in het land van Use en Lane : Het geval « Rozieren-bij-Overijse » dans Handelingen der Koninklijke Zuidneder landse Maatschappij voor Taal-en Letterkunde en Geschiedenis, t. XL, 1986, pp. 121-158.

3 G. VANDE PUTTE, Pour une micro-toponymie... op. cit., p. 424.

4 Waterloo passe de 375 habitants en 1709 à 524 en 1755. En 1789 on recense 1250 personnes, en 1800 et 1804 respectivement 1571 et 1728. Sans doute la base territoriale est-elle différente d’un dénombrement à l’autre parce que d’autres hameaux ont pu être incorporés sous Waterloo. Il faut donc utiliser les chiffres avec prudence, mais néanmoins la tendance est clairement tracée.

5 J. VERBESSELT, Waterloo, een reconstructie van een oude domeinentiteit dans Eigen Schoon en de Brabander, 67e a., 1984, pp. 171-180 et J. VERBESSELT, Langs de taalgrens in Brabant dans Eigen Schoon en de Brabander, 70e a., 1987, pp. 125-154. Pour Waterloo et Braine consulter les pages 131-133.

6 A.G.R., Archives ecclésiastiques, no 7151.

7 J. TARLIER et A. WAUTERS, Géographie et histoire des communes belges. Canton de Nivelles (communes rurales), Bruxelles, 1869, pp. 81-90). Nous ne sommes pas d’accord avec M. Verbesselt lorsqu’il prétend que les noms (francophones) qu’ils citent dans une longue liste (p. 82) dateraient du XIXe siècle. Les quelques indications chronologiques – Meis de la longue tombe (1472), Cortil dit le Beghyne (1471), Crasse bache (1412) ou Cravaiche (1637) – prouvent que toutes les dates y sont brassées.

8 Cartes publiées dans E.PAYS, Braine-l’Alleud et la forêt de Soignes, Braine l’Alleud, 1983.

9 S. PIERRON, Histoire de la forêt de Soigne, Bruxelles, 1905, p. 81 :« zuyningen bosch ». Nous tenons à confirmer la lecture de M. Verbesselt. Sur la carte et dans le texte on lit bien « Ieuninghen » et « Bos van Jeuninghen ».

10 Voir la carte de HARREWIJN, 1706, publiée dans L. GERKE. Lesite médiéval du « Domaine de la cense » à Waterloo : II. Approche historique des origines dans Amphora, no 34, décembre 1983, pp. 21-31.

11 J. LINDEMANS, De pachthoven der abdij van Vorst 2. Het hof te Waterloo dans Eigen Schoon en de Brabonder, 18e a., 1935, pp. 266-270. C. THEYS, Oude Brabantse geslachten : Theys dans Eigen Schoon en de Brabander, 46e a., 1963, pp. 56-70.

12 J. VERBESSELT, Langs de taalgrens...op. cit., p. 132 : « ...omzeggens een homogeen waals dorp... ».

13 Les premiers affermages (16e siècle) étaient rédigés en néerlandais. Cf. A.G.R., Archives ecclésiastiques, no 7269.

14 M. ERKENS, Het huwelijk op de taalgrens, Braine-l’AlleudWaterlooSint Genesius-Rode, 1715-1814. Socio-demografische proeve, Louvain, 1978, pp. 354-355.

15 A.G.R., Greffes scabinaux de l’arrondissement de Bruxelles, no 8443 : « Liste vande co(m)municanten der parochie van Rode Sancti Genesy opgenomen ende geformeert door den officier van aldaer ende door de gene van Alsembergh op ’t versoeck ende bij ordere van die Meyer ende schepenen van’t geseydt Rode ende is als volght »... « gedaen te hebben eene ronde de geheele parochie door »...« ende hebben die volgens het opgeven vande menschen van ieder huyshouden, ende van sommige huyshoudens, daer wij de menschen niet en hebben t’huys gevonden van hunne naeste gebueren... ».

16 Pourtant des enfants du hameau « den hoeck » de Rhode vont à l’école à Waterloo. A.G.R. Greffes scabinaux de l’arrondissement de Bruxelles, no 8363.

17 Dans un dossier de 1747 avec quatre dépositions en français et trois en néerlandais, Pierre Ghignet fait la sienne en néerlandais et sur celle de Martinus Fivé (en néerlandais) il écrit au dessous : « moi es present Pierre Ghignet ». A.G.R., Archives ecclésiastiques, no 7270.

18 Nous prenons le recensement de 1866 au lieu de 1846, parce que ce dernier mentionne 100 % de francophones à Waterloo. Le recensement de 1856 ne contient aucune information à cet égard. Recensement général du 15 octobre 1846 publié par le ministre de l’Intérieur, Bruxelles, 1849 ; Recensement général du 31 décembre 1866 publié par le ministre de l’Intérieur, Bruxelles, 1870.

19 Contrairement à ce qu’affirme M. Verbesselt, Langs de taalgrens..., p. 131.

Auteur

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540