Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les ursulines dans les Pays-Bas aux XVIIe et XVIIIe siècles

Philippe Annaert

Texte intégral

  • 1 La première Compagnie de Sainte-Ursule est fondée à Brescia le 25 novembre 1525. Sous l’impulsion (...)
  • 2 Sur l’origine des ursulines françaises, on consultera l’ouvrage essentiel de M.M. de Chantal GUEUD (...)
  • 3 Morts, Archives des Ursulines (A.U.M.), no 234, d.7. Relation de la fondation des ursulines de Liè (...)

1Les ursulines apparaissent dans nos régions à l’aube du XVIIe siècle, portées par 1’intense renouveau spirituel que connaissent alors les Pays-Bas catholiques. L’institut religieux fondé par sainte Angèle Merici compte alors quelque quatre-vingt ans d’existence1. Connu en Italie du nord sous sa forme séculière primitive, il évolue rapidement en ordre monastique quand il atteint le royaume de France. À partir des premières communautés cloîtrées de Paris, de Bordeaux ou de Lyon, les moniales de Sainte-Ursule rayonnent bientôt dans l’ensemble du pays et, de là, dans toute l’Europe et même au Canada, dès 16392. L’introduction des ursulines dans les anciens Pays-Bas et dans la principauté de Liège se fait d’une manière très semblable. L’initiative en revient au nonce apostolique de Cologne, monseigneur Antonio Albergati. Déplorant l’état pitoyable de l’instruction des petites liégeoises, il crée, au début du printemps 1614, « une congrégation de vierges sous le titre de Ste Ursule » et en commet « le soin à msgr Estienne Strecheus evesque...suffragant de Liège »3.

  • 4 A.U.M., no 234, d.7, Relation..., f° 1r.
  • 5 A.U.M., no 234, d.7, Relation..., f° 1r ; La Gloire de S. Ursule, Valenciennes, 1656, p. 355.
  • 6 Bruxelles, Archives Générales du Royaume (A.G.R.), Conseil Privé Espagnol (C.P.E.), carton no 1123 (...)
  • 7 Le monastère des ursulines de Bordeaux venait d’obtenir, en 1618, sa reconnaissance canonique. A.U (...)

2Bientôt, aux côtés de la compagnie primitive, s’organise une petite communauté régulière composée de quelques « demoiselles... inspirées de faire vœux de chasteté perpétuelle ». A sa tête, le prélat « establit pour gouvernante mademoiselle Anne Marotte fille de bonne naissance » qui devait mourir un an plus tard « laissant à un chacun le bon exemple de ses mœurs, et à ses cheres filles un regret tres sensible de sa perte »4. En 1619, la congrégation primitive de vierges séculières se transforme en véritable communauté monastique « sous la Reigle de St Augustin »5. Une première filiale est même fondée à Givet, deux ans plus tard. Les sœurs, appelées par le curé de Charlemont, s’engagent à tenir « escoles publicques pour gratuitement ÿ instruire en toutes sortes de vertus les filles dud(it) bourg »6. Enfin, en 1622, monseigneur Strecheus, désireux d’obtenir la reconnaissance canonique de sa petite congrégation, préfère réunir les ursulines de Liège au monastère des ursulines de Bordeaux plutôt que d’entamer de longues et incertaines démarches auprès du Saint Siège7.

  • 8 A.G.R., C.P.E., carton no 1287, Requête d’Agnès de Mailly à l’archiduchesse Isabelle, s.d. (c. 162 (...)
  • 9 A.G.R., C.P.E., carton no 1287, Octroi du 18 mai 1626 ; Lille, Archives départe mentales, 149H1, A (...)

3Saint-Omer est le second berceau de l’ordre de Sainte-Ursule dans nos régions. En 1607, une jeune fille d’ancienne noblesse picarde, Agnès de Mailly de Mametz, suivant les conseils de son évêque, « prins resolution de s’employer à l’instruction des jeunes filles de toute condition et qualité indifferement sans aucun salaire, estant ce sexe principallement en ces quartiers ordinairement plus negligé en ce quy touche l’instruction des choses necessaires pour le salut, et spécialement parmy les pauvres et disetteux »8. Bientôt l’initiative suscite l’émulation et plusieurs « bonnes demoiselles et autres filles de bon lieu » viennent rejoindre la fondatrice. Dix-huit années plus tard, afin de perpétuer son œuvre, Agnès de Mailly introduit la vie régulière dans sa communauté. La stricte clôture est alors adoptée ainsi que les usages des ursulines de Paris9.

4Chez les ursulines de Liège comme chez leurs sœurs de Saint-Omer, la plupart des textes normatifs et des écrits spirituels expriment clairement les finalités propres de l’institut. Ainsi le prologue des constitutions des ursulines de Paris définissent l’instruction morale ét religieuse comme la fin même pour laquelle leur monastère a été établi. Pour ces femmes consacrées à Dieu, il s’agit :

  • 10 Beaugency, Archives de la Province de France-Nord (A.U.F.N.), Ursulines d’Abbeville, B 2G01, Règle (...)

« de s’employer du tout à instruire les petittes filles affin de leur ayder à conserver la grace baptismale, et à en procurer l’accroissement, fontaine de tous biens, comme la perte d’icelle est la source de tant de maux qui se voyent entre les chrestiens »10.

  • 11 A.G.R., C.P.E., carton no 1123, Octroi de la fondation du monastère de Gand, 18 novembre 1665.

5Le programme d’éducation des filles de sainte Angèle se résume en quelques points. Elles se proposent ainsi de vaquer « journellement » au salut de leur prochain par « les instructions et les enseignemens qu’elles donnent aux filles, et a toutes les personnes de leur sexe »11. Leur enseignement vise à la fois le bienêtre moral et matériel des jeunes filles :

  • 12 A.G.R., C.P.E., carton no 1123, Octroi de Gand. La requête des ursulines de Mons au magistrat gant (...)

« elles [les] instruisent tant en la crainte de Dieu, bienseance, et bonnes mœurs qu’a lire, escrire en francois, flamand et latin, et travailler de plusieurs sortes d’ouvrages convenables a leur sexe et condition, aux pauvres pour gaigner leur vie et autres pour fuir l’oisiveté »12.

  • 13 Sur l’expansion des ursulines dans les anciens Pays-Bas, voir P. ANNAERT, L’évolution de l’ordre d (...)

6A partir de leurs premiers points d’implantation, les filles de sainte Angèle vont développer un vaste réseau d’écoles, couvrant l’ensemble des Pays-Bas et de la principauté de Liège. La plupart de leurs collèges sont établis dans des agglomérations importantes quoique, parfois, d’humbles cités aient pu attirer les sœurs jusque dans leurs murs. Ainsi fondent-elles à Stavelot en 171013. La structure même de l’institution s’adapte cependant fort bien aux grandes villes, dont les masses populaires comme les classes dirigeantes trouvent chez les ursulines un enseignement adapté à chacune. A côté de leur pensionnat payant, réservé aux jeunes filles de bonne condition, les religieuses tiennent un externat gratuit, accessible à tous les enfants, qu’ils soient riches ou pauvres. Les dimanches et les jours de fête, les ursulines consacrent aussi plusieurs heures à l’enseignement des filles de boutiques et des ouvrières de tout âge, que leurs occupations professionnelles empêchent de fréquenter l’école.

  • 14 A.G.R., C.P.E., carton no 1123, Requête des ursulines de Namur au gouverneur général des Pays-Bas, (...)
  • 15 A.G.R., C.P.E., carton no 1126, Mémoire pour les ursulines de Mons (c. 1634).
  • 16 A.G.R., C.P.E., carton no 1125, Mémoire du magistrat de Lille en faveur des ursulines, 31 décembre (...)
  • 17 A.G.R., C.P.E., carton no 1125, Requête des ursulines de Lille, mars 1651 ; Lille, Archives départ (...)
  • 18 Les constitutions des religieuses ursulines de la congregation de Paris, Paris, 1705 (C.P.), II, p (...)

7L’œuvre principale de l’ordre est incontestablement l’instruction gratuite des petites filles. Les ursulines rappellent volontiers qu’elles ont été fondées « pour tenir eschole publique »14. Elles s’engagent à « gratuitement enseigner aux pauvres filles »15 et à « endoctriner toutes qui se presentent pour apprendre a lire et escrire »16, sans prétendre à « aucun salaire nÿ retribution »17. Aussi développent-elles, dans chacune de leurs maisons, un vaste externat destiné aux filles pauvres de la ville. Cet enseignement populaire est leur travail quotidien. Il est aussi toute leur vie. Occupée aux classes dès son noviciat, l’ursuline passe souvent l’essentiel de son existence au service de ses jeunes élèves. Les religieuses se montrent d’ailleurs très attentives à déceler chez leurs postulantes les qualités morales et intellectuelles qui font la bonne éducatrice18.

  • 19 M.M. de Chantal GUEUDRE, Histoire de l’ordre..., t. I, pp. 104-105 ; M.A. JEGOU, Les ursulines du (...)
  • 20 C.P.P., f° 59r.
  • 21 A. MICHEL, Les décrets du concile de Trente (Histoire des conciles, t. X), Paris, 1938.
  • 22 La regle de S. Augustin, conforme aux constitutions des religieuses de Saincte Ursule, Liège, 1650 (...)

8La stricte clôture, adoptée au XVIIe siècle par la plupart des ursulines, ne les détourne nullement de leurs tâches pédagogiques. Elles s’adaptent rapidement à cette situation nouvelle et obtiennent du Saint Siège les garanties nécessaires à la poursuite de leur apostolat. Ainsi, les sœurs de Paris introduisent dans leur règle le quatrième vœu d’enseignement, qui les préserve, pour l’avenir, de toute visée restrictive des tenants de l’orthodoxie tridentine19. Leurs statuts primitifs, qui proclament l’éducation comme le but essentiel qu’elles doivent poursuivre, indiquent clairement que les « voeuts, closture, et autres constitutions religieuses » sont « subordonnées, et referées comme moyen necessaire pour accomplir la fin de cest institut »20. D’une manière plus générale, les ursulines aménagent leurs constitutions monastiques de façon à détourner ce grave obstacle à leur enseignement. Elles n’en respectent pas moins scrupuleusement les préceptes du Concile de Trente21. Les règles en usage à Liège prévoient ainsi « un lieu séparé dans la closture pour enseigner les filles, qui viennent de dehors à l’heure ordonnée pour estre instruites »22. Les statuts parisiens, plus explicites encore, ajoutent :

  • 23 C.P.P., f° 77v-78r.

« il y aura un lieu designé à cest effect proche de la porte conventuelle, où les petittes filles externes entreront le matin, et apres disner pour estre instruictes, au quel lieu seront conduites par la superieure, ou assistante autant de sœurs qu’il en sera besoing pour les enseigner, qui, durant qu’elles enseigneront, demeureront en ce lieu closes, et fermées »23.

  • 24 C.L., p. 33 ; R.P., I, p. 173 ; A.U.M., Règlements généraux du monastère (R.G.), IIΙ, Chapitre no  (...)
  • 25 A.U.M., R.G., IV, p. 111.

9Ainsi les petites écolières entrent dans la clôture le temps de leur leçon, sans que jamais leurs maîtresses ne puissent être en contact direct avec le monde extérieur. L’ouverture et la fermeture des portes, matin, midi et soir, sont strictement réglementées. A l’appel de la cloche, les fillettes prennent le chemin de l’école24. Elles ont à cœur d’y arriver à l’heure « pour entrer ensemble »25. Une grande retenue leur est recommandée :

  • 26 A.U.M., R.G., IV, p. 111.

« pendant quelles seront dehors attendant que lon ouvre la porte elles ne feront point de bruict, mais estudieront et deieuneront en attendant que Ion ouvre la porte, elles entreront toutes deux a deux et feront le signe de la ste croix en entrant puis la reverence a celles qui leur ouvre la porte, allant modestem(ent) a leur classe »26.

10Leurs maîtresses les rejoignent dès que les grilles sont refermées, non sans avoir, au préalable, recommandé leur travail au Seigneur :

  • 27 C.L., p. 133.

« Tout aussi tost que la cloche sonnera pour entrer en classe, les regentes se trouveront au choeur deva[n]t le Tressainct Sacrement, & diront toutes ensemble les litanies des saincts, & apres iront prendre la benediction de la superieure »27.

11A tout moment, la clôture est scrupuleusement gardée :

  • 28 Regles et constitutions de l’Institut et Compagnie des Religieuses de Saincte Ursule, Bordeaux, 16 (...)

« quand les meres & soeurs maistresses arriveront pour enseigner, ouÿ que sera le dernier son des classes, les deux portes, sçavoir, celle de dehors, & de dedans, soient fermées à clef, & que là deux à deux elles entrent devant & apres midy, l’assistante estant presente ; d’où deux heures environ par apres elles se retirent dans leurs cloistres religieux à fin qu’iceux fermez, & non auparavant, les portes de la grande cour donnant au dehors soient fermées, & que les filles, qui ne sont pensionnaires, retournent chacune en leur maison »28.

  • 29 Regle de S. Augustin et constitutions des religieuses de Ste Ursule de l’Institut de Bourdeaux, Li (...)

12Enfin, pour garantir l’intégrité totale de la clôture, la supérieure tient « les clefs du college, pendant que les regentés » s’y trouvent29.

  • 30 C.M., ΙII, p. 104 ; Reglemens pour les religieuses de Sainte Ursule de la congregation de Paris, P (...)
  • 31 C.M., ΙII, pp. 104-105.
  • 32 C.M., III, p. 108.

13Constitutions et coutumiers règlent de manière minutieuse l’organisation de la vie scolaire. La supérieure du monastère délègue la plupart de ses pouvoirs à la « mère des classes », encore appelée « maîtresse générale des écolières externes »30. Cette sœur a « la charge de toutes les classes en général ». Lui incombe ainsi le « soin que le collège soit en bon estat, et que les regentes y fassent leur devoir »31. Son rôle premier touche à la fois à l’administration et à la discipline. La règle lui prescrit d’aller « une fois le jour par toutes les classes durant la leçon pour voir si les regentes font leur devoir, & si le silence s’observe »32. Loin de se limiter à cette tâche d’encadrement, elle prend une part active à l’enseignement :

  • 33 C.M., III, pp. 106-107.

« Outre l’instruction que chaques regentes doit donner à ses escolieres, elles les enseignera quelquefois à faire le bon propos du matin, l’examen de conscience, à se bien confesser, & communier, & elle donnera quelque pratique pour faire l’oraison mentale à celles qu’elle iugera y estre propres »33.

  • 34 R.P., I, p. 173.

14Elle se voit ainsi confier une tâche pédagogique majeure, celle de veiller « à l’avancement des ecolieres, tant en la vertu et pieté, qu’en tout le reste qu’on leur enseigne »34. La formation morale et spirituelle des enfants lui incombe donc avant toute chose. Dans le cadre de l’internat, la maîtresse générale des pensionnaires assure une fonction similaire auprès des enfants confiés à ses soins.

  • 35 R.P., I, p. 169.

15Dans les grands collèges d’ursulines, le nombre des régentes dépasse souvent la vingtaine et les effectifs scolaires peuvent atteindre le demi-millier d’élèves. Les écolières sont « divisées en plusieurs classes, selon la commodité du lieu »35. Cette pratique remonte aux origines de l’ordre en France et dans nos régions. Elle touche aussi bien les externes que les pensionnaires. On la rencontre ainsi dans les constitutions primitives du grand couvent de Paris, en usage à Abbeville, Boulogne ou Saint-Omer :

  • 36 C.P.P., f° 57v.

« Selon la quantité des pensionnaires on fera plus, ou moins de classes, et à chacune classe on mettra une, ou plusieurs maîtresses, le tout suivant l’advis et ordonnance des superieurs, et de la supérieure »36.

  • 37 A.U.M., no 13, Projet de répartition des élèves pour 1714.

16Le plus fréquemment, on compte ainsi deux religieuses par classe, la maîtresse et une sous-maîtresse, chargée de l’assister. Leur tâche n’en demeure pas moins ardue. A cette époque, il n’est pas rare, en effet, de leur voir confier jusqu’à cinquante ou soixante élèves37. Celles-ci sont réparties selon leur âge et leurs capacités :

  • 38 C.M., III, p. 105.

« elle [la maîtresse générale] fera mettre celles qui sont de mesme leçon ensemble, separées des autres par classes ou par bancs »38.

  • 39 A.U.M., no 223, Inventaire du mobilier, 24 janvier 1793.

17Chez les ursulines de Mons, à la fin du XVIIIe siècle, l’externat se compose ainsi de six classes meublées de 12 à 18 bancs, d’un bureau pour la régente et d’une ou deux armoires39.

  • 40 R.P., I, p. 86 ; A.U.M., R.G., IV, p. 24.
  • 41 R.P., I, pp. 94 et 98 ; A.U.M., no 280, Règlements des maîtresses spécialisées.
  • 42 C.M., ΙII, pp. 116-117.

18D’autres religieuses interviennent encore dans l’œuvre d’instruction des externes. Souvent, une troisième maîtresse est attachée à chaque classe. Elle se charge plus particulièrement des leçons d’écriture40. A ses côtés, on trouve aussi une maîtresse d’orthographe, une maîtresse d’arithmétique, une autre pour les ouvrages tels que la broderie ou la dentelle41. Les enfants participent elles-mêmes activement à la bonne marche du collège. A tour de rôle, elles balayent les classes « chaque iour, après... le Salve Regina à la fin des leçons »42. A l’instar des hiéronymites et des jésuites, les ursulines adoptent très tôt le système des décurionnes, appelées aussi dixainières :

  • 43 R.P., I, pp. 217-218 ; A.U.M., no 280, Règlement des dixainières.

« les dixainieres ont l’honneur d’estre choisies pour soulager leurs maistresses en l’instruction des autres ecolieres, aussi se doivent elles efforcer d’estre toujours les plus sages, & vertueuses, les plus exactes à garder le reglement de la classe, & à obeïr à leurs maistresses »43.

19Les enfants les plus méritantes exercent ainsi une surveillance constante sur leurs petites camarades :

  • 44 R.P., I, p. 219.

« Elles prendront garde que les filles de leur dixaine se maintiennent en leur devoir, & ne fassent aucun desordre ; & les avertiront doucement de leurs fautes, sans les rudoyer, ny se mettre en colere contre elles »44.

  • 45 R.P., I, p. 218 ; A.U.M., no 280, Règlement des dixainières.

20Elles se chargent également de faire répéter leur leçon aux plus jeunes et aux moins savantes, leur apprenant ainsi « le catechisme, & les prieres »45. Leur soin s’étend autant aux autres écolières qu’au matériel scolaire dont elles assurent chaque jour la distribution et le rangement :

  • 46 R.P., I, p. 218.

« Elles auront chacune le soin des livres de leur dixaine, qu’elles serreront ; & rangeront sur les tablettes, ou dans l’armoire qui y est destinée, les livres françois separez des latins & les donneront promptement, & sans bruit, le matin & l’apresdinée, & la lecture finie, les reprendront de même »46.

21Véritables auxiliaires des sœurs régentes, les dixainières constituent un des fondements mêmes d’une pédagogie originale basée sur l’émulation et l’apprentissage mutuel.

22Loin de se limiter aux classes gratuites, l’apostolat des ursulines s’étend aussi à de nombreuses pensionnaires. Ces jeunes filles sont éduquées à l’intérieur même de la clôture. Cependant les règles cherchent à préserver au maximum l’enclos monastique contre toute atteinte au recueillement des sœurs. Aussi imposent-elles des conditions rigoureuses au séjour des séculières au monastère :

  • 47 C.M., I, pp. 2728.

« Il est permis aux religieuses de tenir des pensionnaires en un corps de logis separé, mais enfermé dans 1’enclos du monastere, où elles demeureront, mangeront, dormiront, & seront instruites par celles que la superieure ordonnera »47.

23Seules les religieuses commises à l’instruction et à l’entretien des internes ont en effet la permission de pénétrer au pensionnat :

  • 48 C.M., I, pp. 28-29.

« Les religieuses qui ne seront pas employées pour l’instruction des pensionnaires & des escolieres, ne pourront point aller à leur quartier sans la licence particuliere de la superieure »48.

  • 49 M.A. JEGOU, Les ursulines..., p. 148.
  • 50 F. SOURY-LAVERGNE, Chemin d’éducation. Sur les traces de Jeanne de Lestonnac, 1556-1640, Chambray, (...)

24Chez les ursulines, externes et pensionnaires sont, en règle générale, strictement séparées. Elles n’ont aucun cours en commun ni d’autres occasions de se rencontrer49. Ailleurs, comme chez les filles de Notre-Dame de Bordeaux, la césure ne semble pas avoir été aussi complète50.

  • 51 P. ANNAERT, L’apogée d’un monastère montois au début du XVIIIe siècle : la reconstruction du couve (...)
  • 52 Bulle de Bordeaux, p. 33 ; R.P., I, p. 3.

25L’internat occupe un emplacement bien délimité. Il se situe parfois à l’opposé des classes gratuites, comme à Mons ou à Tournai51. Souvent les règles insistent pour qu’il soit construit à l’écart des autres bâtiments claustraux52. Ces directives sont parfois impératives. Ainsi en va-t-il de l’infirmerie des internes :

  • 53 C.P.P., f° 76v.

« L’infirmerie des pensionnaires sera au lieu le plus esloigné du couvent affin que l’on puisse faire une grille, par la quelle les peres et meres puissent voir leurs filles lors qu’elles seront en grande extrémité de maladie »53.

  • 54 Tournai, Archives des Ursulines (A.U.T.), Série B M, Manuscrit de mademoiselle Calluy, f° 20s.

26Dans la pratique, l’exiguïté de certains enclos monastiques réduit ces exigences à bien peu de choses. Ainsi, à la fin du XVIIIe siècle, les ursulines de Tournai se plaignent encore d’être dérangées pendant l’office par le bruit venant du réfectoire des internes, voisin de la chapelle54.

27Avec quelques variantes, on retrouve au pensionnat un modèle d’organisation très proche de celui de l’externat. Une maîtresse générale des pensionnaires dirige l’institution au nom de la supérieure. Chaque classe est confiée au soin de deux régentes, que viennent épauler plusieurs maîtresses spécialisées :

  • 55 R.P., I, pp. 4-5.

« il y aura... à chaque classe deux maistresses particulieres, lesquelles alternativement, chacune en sa semaine, auront le principal soin de la classe... De plus, une maistresse pour montrer les ouvrages : & une autre pour enseigner à jetter, compter, lire en lettre à la main, & orthographier ; l’une de ces deux sera nommée par la mere superieure, pour supléer aux maistresses de la classe, & faire leur charge, lors qu’elles seront malades »55.

  • 56 R.P., I, p. 2.
  • 57 R.P., I, pp. 2-3.
  • 58 R.P., I, pp. 3-4.
  • 59 A.U.M., R.G., IV, pp. 24-37 ; R.P., I, pp. 3-4.
  • 60 A.U.M., R.G., IV, pp. 48, 71 et 87 ; A.U.T., Série B M, Manuscrit de mademoiselle Calluy, f° 7v.

28Les pensionnaires, comme les externes, sont « separées, selon leur âge & capacité, en autant de classes, que le nombre le requerra »56. Ici cependant, les règles fixent le nombre d’élèves à « dix-huit ou vingt à chaque classe : si ce n’estoit qu’il fust necessaire d’y en laisser davantage pour quelque temps »57. Les élèves de chaque classe disposent d’un « lieu particulier, destiné pour y faire leurs exercices de lecture, ouvrages,... » et d’un dortoir où elles dorment « en des lits separez »58. Dans les grands collèges, l’environnement des internes s’agrémente d’un ou de plusieurs oratoires et d’un vaste réfectoire, qui sert parfois de salle d’écriture59. Cours et jardins complètent l’ensemble, permettant aux enfants de s’ébattre aux heures de récréation60.

  • 61 Bulle de Bordeaux, p. 10.
  • 62 Sur cette question de l’apostolat des premières ursulines, il est clair qu’il faille abandonner le (...)
  • 63 M.M. de Chantal GUEUDRE, Histoire de l’ordre..., pp. 25s. ; J. de VIGUERIE, Une œuvre d’éducation (...)
  • 64 C.M., IIΙ, p. 113.
  • 65 A.U.M., no 16, d.l. Attestation du magistrat de la ville de Mons, 4 avril 1656.
  • 66 A.U.T., Série B G, Registre des résolutions du Chapitre, p. 68 ; J. DUMOULIN, Le monastère..., p.  (...)
  • 67 A.U.M., no 280, Règlement de la classe d’une heure.

29L’institution de l’école dominicale constitue le troisième volet de l’apostolat des ursulines. Avant leur transformation monastique, les sœurs de Bordeaux instruisent déjà « aux iours de festes les servantes & simples femmes, qui n’ont iamais rien ou peu entendu, ny ne sçavent aucune chose de la Foy »61. Cette tradition remonte très loin dans l’histoire de l’ordre, sans doute à la Compagnie de Sainte-Ursule de Milan, fondée à Γ initiative de saint Charles Borromée, et peut-être aux premières ursulines de Brescia, quoiqu’on ne leur connaisse pas réellement d’activités caritatives bien définies62. A l’extrême fin du XVIe siècle, des liens étroits existent également, en France, entre les confréries de la doctrine chrétienne et les émules de sainte Angèle63. Dans les Pays-Bas, les ursulines étendent ainsi « leur zele iusques aux personnes âgées de leur sexe »64. En 1656, le magistrat de Mons témoigne qu’elles employent « tous leurs soins et travaux a l’education du prochain sans mesme espargner les iours des dimanches, desquels une bonne partie de l’aprez midy est destinée pour instru(i)re les servantes et filles de mestier, qui n’ont les autres iours loisir d’ÿ pouvoir vacquer »65. A Tournai, à la demande de l’évêque, elles exercent un apostolat similaire à partir de 1684. Le succès de ces classes du dimanche est rapidement assuré66. Dans certains monastères, les ursulines tiennent également ces classes populaires, tôt le matin, avant l’ouverture de l’externat, ou même à l’heure de midi, quand leurs élèves ont déserté l’école pour aller déjeuner. Cet enseignement est souvent désigné sous le nom de « classe d’une heure » parce qu’il ne dure en général qu’une heure67.

  • 68 Sur les notions de collèges et de petites écoles, voir par exemple J. de VIGUERIE, L’institution d (...)

30Les filles de sainte Angèle développent ainsi dans les Pays-Bas un type d’institution qui n’avait alors d’équivalent que chez les garçons. Loin d’être un simple pensionnat ou une « petite école », le collège de jeunes filles recouvre une réalité infiniment plus complexe68. C’est un organisme déjà bien structuré et hiérarchisé. Au départ, il est calqué sur le modèle du collège d’humanité, mais il s’adapte aux impératifs de l’éducation féminine. Dès 1618, la bulle des ursulines de Bordeaux, tout en donnant une définition claire des objectifs de l’ordre, en décrit très bien le cadre d’application spécifique :

  • 69 Bulle de Bordeaux, pp. 8-10.

« plusieurs classes estans en cette maison distinctes comme dans quelque College, elles enseignent en icelles à toute sorte de filles, premierement la doctrine chrestienne, & les instruisent de documents salutaires..., incontinent apres leur apprennent toute sorte d’arts honnestes & bien seants au sexe : & pour attirer davantage les plus pauvres à l’estude de la doctrine chrestienne, elles enseignent avec un soin singulier aux pauvres & estrangeres, les arts par le moyen desquels elles puissent gaigner leur vie : & aussi avec pareil soin & vigilance elles instruisent aux iours de féstes les servantes & simples femmes... & exerce[n]t par une tres grande charité le mesme office de doctrine & instruction à l’endroict des filles, qui pour leur éducation sont... mises en ladite maison, & vivent en lieu separé desdites vierges regulieres »69.

  • 70 C.M., ΙII, p. 105.
  • 71 A.U.M., R.G., IV, Règlements des élèves pour chaque classe.
  • 72 Statistiques inédites rassemblées par l’auteur dans le cadre de sa thèse de doctorat. Ces chiffres (...)
  • 73 H. RISSELIN-STEENEBRUGEN, Une famille de dentelliers bruxellois au XVIIIe siècle, dans Annales de (...)
  • 74 Voir la note 72.

31Dans ces vastes maisons d’éducation, un véritable cursus scolarum s’organise également. A leur entrée à l’école, les fillettes sont réparties entre les classes « selon leur capacité », puis montent progressivement « de l’une à l’autre »70. Ces différents degrés de l’instruction sont décrits avec une grande minutie dans les règlements des ursulines de Mons71. Bien sûr, la scolarité des élèves reste à l’époque un concept très fluctuant. Toutes les jeunes filles ne fréquentent pas l’école avec la même assiduité. Leur séjour au collège est parfois fort court. Souvent, il apparaît très fragmenté, l’enfant partageant son temps entre le pensionnat et la maison paternelle. L’absence presque totale de sources statistiques ne permet guère de se faire une idée très précise de la réalité. En moyenne, les pensionnaires demeurent deux années complètes au couvent72. Cela n’exclut pourtant pas qu’elles soient externes à d’autres moments. Ainsi, au milieu du XVIIIe siècle, telle jeune bruxelloise fait d’abord ses classes chez les chanoinesses de la congrégation de Notre-Dame puis chez les dominicaines anglaises de sa ville natale, avant d’être envoyée en pension auprès des ursulines de Valenciennes73. En fait, l’internat paraît réservé à l’une ou l’autre période de l’existence, sans qu’un séjour prolongé soit vraiment envisagé pour la plupart des jeunes filles. Les ursulines reçoivent surtout leurs pensionnaires vers la douzième année, pour les préparer à la première communion, et, plus tard, aux alentours des quinze ans, afin de parfaire leur éducation et de les former à leur future tâche d’épouse dévouée et de mère chrétienne74.

  • 75 P. ANNAERT, Les ursulines..., t. II, p. 304 ; Th. PIS VIN, La vie intellectuelle à Namur sous le r (...)
  • 76 P. ANNAERT, Les ursulines..., t. II, pp. 304-305.
  • 77 P. ANNAERT, Les ursulines..., t. II, pp. 306-308.
  • 78 P. ANNAERT, Les ursulines..., t. II, p. 305.

32Ouvert à des catégories d’élèves très diverses, l’enseignement des ursulines touche finalement un nombre considérable de femmes de tout âge. Les effectifs de la plupart des collèges avoisinent les 300 ou 400 unités. C’est le chiffre le plus souvent cité à Mons ou à Namur75. Parfois, le demi-millier d’écolières est atteint, voire dépassé, comme à Bruxelles, à la fin du XVIIe siècle. On parle alors de 800 à 900 personnes76. Dans le meilleur des cas, on peut donc estimer à 300 ou 500 le nombre des externes. Les pensionnaires sont généralement moins nombreuses. Une trentaine de jeunes filles suffisent ainsi à remplir un internat moyen. Cependant, de grandes maisons d’éducation, comme celle des ursulines de Lille ou de Tournai, peuvent accueillir plus de cent élèves dans leur pensionnat77. Chaque semaine, l’école dominicale permet encore à quelque deux cent adultes ou jeunes filles pauvres d’acquérir des rudiments d’instruction78.

33Apparues dans nos régions à l’aube du XVIIe siècle, les ursulines vont participer pleinement à l’œuvre de reconstruction religieuse, née du Concile de Trente. Instruments précieux entre les mains des évêques, elles œuvrent pour la reconquête catholique et propagent leur enseignement jusqu’au plus profond de la société féminine de leur temps. Leur apostolat ne connaît pas d’exclusive. Il s’adresse aussi bien aux plus humbles qu’aux filles de notables. Le succès de ces nouvelles éducatrices est immédiat. Il va se perpétuer jusqu’à la fin de l’ancien régime. Arrivées à ce terme, les filles de sainte Angèle auront fini par imposer leurs écoles comme le modèle type de l’institution d’enseignement féminin. Pour les contemporains des lumières et de Joseph II, les ursulines seront ainsi devenues le symbole même de la religieuse enseignante.

Notes

1 La première Compagnie de Sainte-Ursule est fondée à Brescia le 25 novembre 1525. Sous l’impulsion de saint Charles Borromée, l’institut se développe ensuite dans le nord de l’Italie et en Provence. Au début du XVIIe siècle, il est présent dans la majeure partie de la France. Sur les origines de l’ordre, voir principalement L. MARIANI, E. TAROLLI et M. SEYNAEVE, Angèle Merici. Contribution pour une biographie, Milan, 1987.

2 Sur l’origine des ursulines françaises, on consultera l’ouvrage essentiel de M.M. de Chantal GUEUDRE, Histoire de l’ordre des ursulines en France, Paris, 1957-1963, 3 vol.

3 Morts, Archives des Ursulines (A.U.M.), no 234, d.7. Relation de la fondation des ursulines de Liège ; J. HOYOUX, Quatre inspections d’églises liégeoises faites par le nonce Antonio Albergati, dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. XXXVI, 1964, pp. 128-129, 157, 176-177 ; P. ANNAERT, Les ursulines au XVIIe et au XVIIIe siècle, mémoire de licence en histoire, Université catholique de Louvain, 1981, t. II, pp. 195-198.

4 A.U.M., no 234, d.7, Relation..., f° 1r.

5 A.U.M., no 234, d.7, Relation..., f° 1r ; La Gloire de S. Ursule, Valenciennes, 1656, p. 355.

6 Bruxelles, Archives Générales du Royaume (A.G.R.), Conseil Privé Espagnol (C.P.E.), carton no 1123, Givet, Augustines 1621.

7 Le monastère des ursulines de Bordeaux venait d’obtenir, en 1618, sa reconnaissance canonique. A.U.M., no 234, d.1-2, Lettres des Ursulines de Bordeaux, 1621-1622 ; Bordeaux, Archives Départementales, G 628, f° 133-134, Lettres du vicaire général de Bordeaux à monseigneur Strecheus, 1622 ; M.M. de Chantal GUEUDRE, Histoire de l’ordre..., t. II, p. 220 ; P. ANNAERT, Les ursulines..., t. II, pp. 200-201.

8 A.G.R., C.P.E., carton no 1287, Requête d’Agnès de Mailly à l’archiduchesse Isabelle, s.d. (c. 1625).

9 A.G.R., C.P.E., carton no 1287, Octroi du 18 mai 1626 ; Lille, Archives départe mentales, 149H1, Approbation canonique des ursulines de Saint-Omer ; Saint-Saulve, Archives des Ursulines de Valenciennes, 1C, Ursulines de Saint-Omer, B 1H01, Livre des bienfaiteurs.

10 Beaugency, Archives de la Province de France-Nord (A.U.F.N.), Ursulines d’Abbeville, B 2G01, Règle manuscrite des ursulines de Paris, c. 1623 (C.P.P.), f° 43v 44r.

11 A.G.R., C.P.E., carton no 1123, Octroi de la fondation du monastère de Gand, 18 novembre 1665.

12 A.G.R., C.P.E., carton no 1123, Octroi de Gand. La requête des ursulines de Mons au magistrat gantois est presque similaire. Elles s’y proposent, plutôt que d’instruire les filles « en la crainte de Dieu », de leur enseigner « les principes de la foy » et de la « piété ». C.P.E., carton no 1126, Requête des ursulines de Mons, 27 septembre 1664.

13 Sur l’expansion des ursulines dans les anciens Pays-Bas, voir P. ANNAERT, L’évolution de l’ordre de Sainte-Ursule dans les Pays-Bas et la principauté de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles, dans XLVIIe Congrès de la Fédération des cercles d’archéologie et d’histoire de Belgique, Actes, t. IV, 1984, pp. 379-388.

14 A.G.R., C.P.E., carton no 1123, Requête des ursulines de Namur au gouverneur général des Pays-Bas, mai 1646.

15 A.G.R., C.P.E., carton no 1126, Mémoire pour les ursulines de Mons (c. 1634).

16 A.G.R., C.P.E., carton no 1125, Mémoire du magistrat de Lille en faveur des ursulines, 31 décembre 1648.

17 A.G.R., C.P.E., carton no 1125, Requête des ursulines de Lille, mars 1651 ; Lille, Archives départementales, 149H4, Requête des ursulines pour la fondation d’un monastère à Gand.

18 Les constitutions des religieuses ursulines de la congregation de Paris, Paris, 1705 (C.P.), II, p. 72.

19 M.M. de Chantal GUEUDRE, Histoire de l’ordre..., t. I, pp. 104-105 ; M.A. JEGOU, Les ursulines du faubourg Saint-Jacques à Paris (1607-1662). Origine d’un monastère apostolique, Paris, 1981, p. 147.

20 C.P.P., f° 59r.

21 A. MICHEL, Les décrets du concile de Trente (Histoire des conciles, t. X), Paris, 1938.

22 La regle de S. Augustin, conforme aux constitutions des religieuses de Saincte Ursule, Liège, 1650 (C.L.), p. 23.

23 C.P.P., f° 77v-78r.

24 C.L., p. 33 ; R.P., I, p. 173 ; A.U.M., Règlements généraux du monastère (R.G.), IIΙ, Chapitre no 36.

25 A.U.M., R.G., IV, p. 111.

26 A.U.M., R.G., IV, p. 111.

27 C.L., p. 133.

28 Regles et constitutions de l’Institut et Compagnie des Religieuses de Saincte Ursule, Bordeaux, 1646 (Bulle de Bordeaux), pp. 33-34.

29 Regle de S. Augustin et constitutions des religieuses de Ste Ursule de l’Institut de Bourdeaux, Lille, 1660 (C.M.), IIΙ, p. 110.

30 C.M., ΙII, p. 104 ; Reglemens pour les religieuses de Sainte Ursule de la congregation de Paris, Paris, 1673 (R.P.), I, p. 173.

31 C.M., ΙII, pp. 104-105.

32 C.M., III, p. 108.

33 C.M., III, pp. 106-107.

34 R.P., I, p. 173.

35 R.P., I, p. 169.

36 C.P.P., f° 57v.

37 A.U.M., no 13, Projet de répartition des élèves pour 1714.

38 C.M., III, p. 105.

39 A.U.M., no 223, Inventaire du mobilier, 24 janvier 1793.

40 R.P., I, p. 86 ; A.U.M., R.G., IV, p. 24.

41 R.P., I, pp. 94 et 98 ; A.U.M., no 280, Règlements des maîtresses spécialisées.

42 C.M., ΙII, pp. 116-117.

43 R.P., I, pp. 217-218 ; A.U.M., no 280, Règlement des dixainières.

44 R.P., I, p. 219.

45 R.P., I, p. 218 ; A.U.M., no 280, Règlement des dixainières.

46 R.P., I, p. 218.

47 C.M., I, pp. 2728.

48 C.M., I, pp. 28-29.

49 M.A. JEGOU, Les ursulines..., p. 148.

50 F. SOURY-LAVERGNE, Chemin d’éducation. Sur les traces de Jeanne de Lestonnac, 1556-1640, Chambray, 1985, p. 235.

51 P. ANNAERT, L’apogée d’un monastère montois au début du XVIIIe siècle : la reconstruction du couvent des ursulines de 1704 à 1729, dans Revue des archéologues et historiens d’art de Louvain, t. XV, 1982, pp. 215216 ; J. DUMOULIN, Le monastère de Sainte-Ursule à Tournai (1667-1967), Tournai, 1967, pp. 20, 25-26.

52 Bulle de Bordeaux, p. 33 ; R.P., I, p. 3.

53 C.P.P., f° 76v.

54 Tournai, Archives des Ursulines (A.U.T.), Série B M, Manuscrit de mademoiselle Calluy, f° 20s.

55 R.P., I, pp. 4-5.

56 R.P., I, p. 2.

57 R.P., I, pp. 2-3.

58 R.P., I, pp. 3-4.

59 A.U.M., R.G., IV, pp. 24-37 ; R.P., I, pp. 3-4.

60 A.U.M., R.G., IV, pp. 48, 71 et 87 ; A.U.T., Série B M, Manuscrit de mademoiselle Calluy, f° 7v.

61 Bulle de Bordeaux, p. 10.

62 Sur cette question de l’apostolat des premières ursulines, il est clair qu’il faille abandonner les thèses défendues naguère par la sœur Ledochowska. Une relecture des origines de l’ordre s’impose aujourd’hui à la lumière de l’excellent ouvrage de L. Mariani et de ses collaboratrices : L. MARIANI, E. TAROLLI et M. SEYNAEVE, Angèle Merici..., Milan, 1987 ; T. LEDOCHOWSKA, Angèle Merici et la compagnie de Sainte-Ursule à la lumière des documents, Milan, 1968.

63 M.M. de Chantal GUEUDRE, Histoire de l’ordre..., pp. 25s. ; J. de VIGUERIE, Une œuvre d’éducation sous l’ancien régime. Les pères de la doctrine chrétienne en France et en Italie, 1592-1792, Paris, 1976, pp. 39s. ; M. VENARD, L’Eglise d’Avignon au XVIe siècle, Lille, 1980, pp. 1254-1267.

64 C.M., IIΙ, p. 113.

65 A.U.M., no 16, d.l. Attestation du magistrat de la ville de Mons, 4 avril 1656.

66 A.U.T., Série B G, Registre des résolutions du Chapitre, p. 68 ; J. DUMOULIN, Le monastère..., p. 20.

67 A.U.M., no 280, Règlement de la classe d’une heure.

68 Sur les notions de collèges et de petites écoles, voir par exemple J. de VIGUERIE, L’institution des enfants. L’éducation en France, 16e-18e siècle, Paris, 1978 ; B. GROSPERRIN, Les petites écoles sous l’ancien régime, Rennes, 1984 ; P. ARIES, L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Paris, 1973, pp. 143-376.

69 Bulle de Bordeaux, pp. 8-10.

70 C.M., ΙII, p. 105.

71 A.U.M., R.G., IV, Règlements des élèves pour chaque classe.

72 Statistiques inédites rassemblées par l’auteur dans le cadre de sa thèse de doctorat. Ces chiffres sont basés sur l’observation de plus de 3 000 pensionnaires des ursulines aux Pays-Bas.

73 H. RISSELIN-STEENEBRUGEN, Une famille de dentelliers bruxellois au XVIIIe siècle, dans Annales de la Société royale d’archéologie de Bruxelles, t. XLVIII, 19481955, pp. 203-204.

74 Voir la note 72.

75 P. ANNAERT, Les ursulines..., t. II, p. 304 ; Th. PIS VIN, La vie intellectuelle à Namur sous le régime autrichien, Louvain, 1963, pp. 33-34.

76 P. ANNAERT, Les ursulines..., t. II, pp. 304-305.

77 P. ANNAERT, Les ursulines..., t. II, pp. 306-308.

78 P. ANNAERT, Les ursulines..., t. II, p. 305.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540