Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Le traitement électronique des actes pontificaux des XIVe et XVe siècles. Principes et méthode – essai de grille d’exploitation

Monique Maillard-Luypaert

Texte intégral

  • 1 Pour avoir une vue générale sur la question, le lecteur consultera : Actes du colloque « L’utilisa (...)

1Depuis longtemps déjà, l’ordinateur est un outil au service de l’historien1. Ses avantages sont indiscutables.

2Il permet en effet de traiter un nombre élevé de documents avec un gain considérable de temps et d’énergie, grâce à sa mémoire et à sa rapidité. Telle donnée, à tel moment, est instantanément retrouvée. Tris multiples et calculs complexes s’effectuent en un temps très court.

3Il permet aussi de saisir entre les séries de données des corrélations qui, de prime abord, ne sont pas visibles. De formuler ensuite toutes sortes d’hypothèses et de les vérifier. Bien maîtrisé, l’ordinateur stimule donc la réflexion du chercheur, son esprit d’initiative, son imagination. Il enrichit sa problématique.

4Sans lui, il serait très difficile, voire impossible, d’exploiter à la main toutes les richesses de documents aux données quantitatives. Car la manipulation classique de fiches volumineuses et détaillées gêne le chercheur et le décourage vite.

5La machine facilite la mesure. La méthode de traitement la plus simple et qui, à l’usage, comble le chercheur de satisfaction, consiste à effectuer des tris, simples ou croisés, faisant intervenir plusieurs variables. Les trois fournissent des listes, indispensables au calcul des moyennes et des médianes. L’historien peut alors établir des séries chronologiques, des répartitions, calculer des évolutions numériques, cerner des phases, tracer des courbes graphiques et en induire des tendances.

6Grâce à l’ordinateur, le chercheur aboutit à des résultats très précis, puisque chiffrés. Il élimine des adjectifs ou des adverbes tels que « nombreux », « rares », « fréquents », « beaucoup », « peu ». L’approximation est bannie.

7La machine « fait sortir de l’ombre les obscurs ». Le « beau cas » n’est plus privilégié. L’ordinateur permet d’être exhaustif et de tout prendre en compte. Tout et tous. Les illustres et les humbles. L’inhabituel et le banal. Le trait individuel comme le phénomène collectif.

  • 2 J. GLÉNISSON, Prosopographie et informatique, dans Informatique et histoire médiévale..., pp. 227- (...)
  • 3 J.P. GENET, Histoire sociale et ordinateur, dans Informatique et histoire médiévale..., pp. 231-23 (...)

8L’ordinateur met enfin au service de tous un véritable thesaurus d’informations historiques, utilisable par chacun selon ses besoins. Il contribue à « ouvrir » la recherche. Entreprises collectives et travaux individuels sont utiles dans la mesure où la mémoire de l’ordinateur conserve toutes les données introduites un jour. La machine devient une gigantesque banque d’« archives du second degré2 » ou de « métasources »3.

9Dans la mesure où son utilisation se fait d’une manière intelligente, avec méthode et rigueur et avec le souci constant de la critique historique, l’ordinateur offre au chercheur des possibilités accrues de recherche. Grâce à ses moyens d’analyse et de repérage – des anachronismes, par exemple –, il peut aider à dépister le faux. Voilà pourquoi il vaut mieux attendre les résultats de 1’enregistrement et du traitement pour se prononcer sur l’authenticité de documents suspects au premier abord.

10Cependant, nombreux sont les écueils. Devant sa machine, l’historien affronte aussi des dangers qui rendent difficile le dialogue entre elle et lui et suscitent les réticences de certains.

11L’ordinateur est mal adapté à la variété et à la fragilité des données historiques et de leur expression, surtout dans les textes médiévaux. Pour réduire cet inconvénient, le chercheur doit disposer de documents dont les données sont standardisables, où il ne doit guère opérer de transformation avant l’encodage. Car toute transformation préalable à la saisie des données expose à des dangers ! Erreurs, mauvaises interprétations, traitements statistiques faussés.

12D’autre part, la programmation exige un temps considérable. Les historiens ne sont pas encore capables d’élaborer eux-mêmes leur programme. Ils doivent recourir à un spécialiste.

13Le codage (condensation des informations sous une forme concise) et l’encodage (enregistrement des données) sont des opérations longues, fastidieuses, qui exigent un contrôle incessant. Il n’est pas possible au début du travail de prévoir l’ampleur exacte de l’investissement en temps et en énergie.

14L’orthographe des documents médiévaux fait également obstacle. Elle oscille notamment entre les multiples graphies d’un nom propre. Pour établir la fiche signalétique d’un individu, la machine doit disposer, pour lui, d’une seule graphie. Nous traiterons ce problème complexe plus loin.

15Enfin, les opérations de tri peuvent-être longues, difficiles et coûteuses. D’où la nécessité de limiter la quantité de données qu’on souhaite traiter. Les données historiques entraînent une consommation importante de mémoire parce qu’elles occupent un plus grand nombre de lignes.

16Le recours à l’informatique est aujourd’hui théoriquement nécessaire pour traiter toutes les données des textes médiévaux. Il n’est possible et rentable que pour les données quantifiables livrées essentiellement par les pièces d’archives. Il l’est moins pour les données qualitatives fournies par les sources littéraires ou narratives.

***

  • 4 A titre d’exemple, nous citons ici les travaux de H. MILLET, Les chanoines du chapitre cathédral d (...)
  • 5 L’entreprise a été décrite par L. GENICOT, Les concordances et listes de fréquence des textes narr (...)
  • 6 L. FOSSIER, G. CONTAMINE, J. GRAFF et T. BICHARD-BRÉAUD, Le traitement automatique des documents d (...)
  • 7 B. GUILLEMAIN, L’informatique aux Archives du Vatican, dans Académie des Inscriptions et Belles-Le (...)

17Depuis longtemps déjà, des historiens, isolément4 ou en équipe, utilisent l’ordinateur. A l’Université catholique de Louvain, le Centre de traitement électronique des documents (CETEDOC), dirigé par Paul Tombeur, a mis en machine les textes édités, écrits en latin avant 1200, dans les limites actuelles de la Belgique : textes littéraires ou narratifs ; textes diplomatiques ensuite. Ce projet, inspiré dès 1962 par Léopold Genicot, fut soutenu par le Comité national du dictionnaire du latin médiéval et le Centre belge d’études de la latinité médiévale5. A Nancy, le Centre de recherche et d’applications linguistiques (C.R.A.L.) dirigé par Michel Parisse, a entrepris l’enregistrement du texte des chartes originales antérieures à 1121 conservées dans les archives françaises6. En Avignon, l’équipe de Michel et d’Anne-Marie Hayez enregistre les suppliques et les lettres pontificales. En 1977, le Comité national du Centre national de la Recherche Scientifique a créé la Recherche coopérative sur programme (RCP 484), placée sous la responsabilité de Bernard Guillemain. Associant l’École française de Rome, l’Institut de recherche et d’histoire des textes de Paris et d’Orléans, les Archives départementales de Vaucluse, la RCP 484 entreprit la confection d’une grande banque de données sur la papauté d’Avignon et choisit d’appliquer la méthode mise au point à l’I.R.H.T. par Lucie Fossier pour l’exploitation électronique des documents pontificaux de la période avignonnaise, dans le cadre de ses recherches sur les communautés ecclésiastiques du diocèse de Paris. Le choix de l’équipe s’est porté sur le pontificat d’Urbain V (1362-1370), soit une masse d’environ cinquante mille documents. L’objectif est de mettre au service de tous les chercheurs le contenu des documents dépouillés et, donc, de répondre à deux besoins différents : interroger le corpus sur un point particulier ; consulter des index généraux et des tables de matières. Ces index sont réalisés à Paris et consultables en trois endroits : l’I.R.H.T., l’École française de Rome et les Archives départementales de Vaucluse7.

  • 8 P. GASNAULT, Les registres de lettres secrètes du XIVe siècle, dans Informatique et histoire médié (...)
  • 9 Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident (1362-1394). Colloque international Avignon, 25-28 se (...)

18En 1975, le colloque « Informatique et Histoire médiévale », organisé par le C.N.R.S. à l’École française de Rome, avait déjà longuement discuté de l’opportunité d’appliquer au contenu des registres pontificaux un traitement électronique d’ensemble8. En 1977, le C.N.R.S. créa la RCP 484 et lui alloua les crédits indispensables. En 1978, au colloque d’Avignon organisé lui aussi par le C.N.R.S. sur le thème « Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident (1362-1394) », plusieurs communications furent consacrées au traitement électronique des suppliques et lettres pontificales9.

  • 10 H. DENIFLE, La désolation des églises, monastères, hôpitaux en France, Mâcon, 1897 ; B. GUILLEMAIN (...)

19Du Père Denifle à Bernard Guillemain, en passant par le Père Berlière et le chanoine Baix, une voix unanime a célébré l’intérêt que ces séries de documents présentaient pour l’histoire sociale et religieuse, mais, en même temps que les richesses de leur contenu, elle a montré, avec plus ou moins de force, les limites et les dangers de leur utilisation aveugle10.

  • 11 L. GENICOT, Introduction..., dans Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident (1362-1394)..., p.  (...)

20« Une documentation qui, d’elle-même, invite à recourir aux ordinateurs et suggère la façon de les utiliser »11. Séries homogènes de documents. Séries abondantes. Documents « sériels » aux formes et au vocabulaire stéréotypés, très souvent. Données répétitives aisément standardisables. Telles sont les suppliques pontificales et les lettres correspondantes. Elles sont donc justiciables du traitement par l’électronique.

***

  • 12 M. MAILLARD-LUYPAERT, À propos du grand Schisme d’Occident (1378-1417). Réflexions et approche mét (...)

21Nous aimerions faire part ici de notre expérience à propos d’une recherche en cours. Depuis quelque temps, nous enregistrons sur ordinateur les données relatives aux personnes et aux collectivités du diocèse de Cambrai contenues, pour une bonne part, dans les actes pontificaux de 1378 à 1417 (période du Grand Schisme d’Occident)12. À cette fin, nous avons élaboré une grille d’analyse des documents en nous inspirant, sur certains points, de la méthode utilisée par l’équipe d’Avignon. Nous avons conçu, avec l’assistance d’un informaticien, un programme spécialement adapté au matériel informatique que nous possédons (matériel composé d’un ordinateur comprenant un processeur 8000-2 à 4.77 ou 8 MHZ commutable par software et hardware, un coprocesseur 8087-2, une mémoire sur disque dur 30 MB de 640k ram et un clavier AZERTY avec pavé numérique, d’un moniteur et d’une imprimante).

  • 13 Madame L. Fossier a accepté de mettre à notre disposition la grille d’entrée qui est utilisée par (...)
  • 14 À la demande de M.L. Genicot, qui dirige notre thèse, le CETEDOC a bien voulu superviser l’entrepr (...)

22Nous exposerons d’abord les principes13 et la méthode d’enregistrement. Ensuite – et nous nous limiterons à ce seul aspect du travail – nous détaillerons la grille d’exploitation des données. Notre objectif est de montrer les difficultés que rencontre 1’historien qui utilise l’ordinateur pour une recherche donnée et les moyens d’y remédier, afin de concilier le plus possible rigueur scientifique et exigence informatique14.

Principes et méthode d’enregistrement

23Les actes pontificaux sont largement stéréotypés. Pour les exploiter quantitativement, il est nécessaire d’imaginer une structure et de formaliser leurs données, c’est-à-dire d’élaborer une grille susceptible de retenir un maximum d’éléments d’information.

I. Les difficultés inhérentes au traitement informatique des documents pontificaux

24Les difficultés rencontrées pour soumettre la documentation aux impératifs de l’électronique ne sont pas spécifiques des actes pontificaux. Nous les percevons pour tous les documents. Difficultés nombreuses, dont certaines sont même très préoccupantes.

25Nous ne prétendons pas les résoudre toutes de la manière la plus satisfaisante. Car il faut opérer des choix, parfois difficiles. Nous expliquerons ici les problèmes les plus graves.

1. Le problème de la grille d’analyse

26Tout d’abord, l’élaboration d’une grille d’analyse et d’exploitation des documents médiévaux est laborieuse : les données historiques sont complexes. Le chercheur est obligé de les « catégoriser », c’est-à-dire de découper l’information et de l’orienter. Ici, il engage sa responsabilité scientifique. Avec sa manière classique de travailler, l’historien pouvait encore, sous prétexte de nuances, user parfois d’une expression plus floue ! L’usage de l’ordinateur condamne toute approximation. Il impose de la rigueur dans les choix. L’historien doit aussi justifier ses choix : pourquoi sélectionner telle donnée et non telle autre ? Il doit encore se méfier des fausses catégories : éviter, par exemple, de classer dans telle ou telle rubrique des personnes de condition très différente, là où, dans le document, un terme a été utilisé de manière indifférente. Le médiéviste est rarement certain que deux termes soient réellement équivalents !

27Ensuite, malgré le caractère largement stéréotypé de la documentation, des données intéressantes, parfois insolites, émaillent les textes. Ces renseignements passeraient au travers de la grille s’il n’étaient retenus par un signal particulier qui permet de retrouver leur trace. Les données ainsi écartées de la grille, mais non perdues, seront précisées plus loin.

28Enfin, une grille d’enregistrement trop affinée, trop détaillée donc trop compliquée, est lourde et comporte des risques : erreurs nombreuses au moment de l’encodage, ennuis techniques pendant les procédures de saisie et d’interrogation (des fichiers peuvent « se casser » !).

2. Le problème des graphies différentes des noms de personnes et de lieux

  • 15 Tous les médiévistes qui utilisent l’ordinateur sont bien conscients du problème. Le lecteur trouv (...)

29Nombreux sont les noms propres orthographiés de manière différente même dans un seul document. Les scribes de l’époque n’y regardaient pas de si près, soit par négligence, soit par ignorance. Si toutes les graphies d’un même nom propre sont enregistrées, l’ordinateur ne s’y retrouve pas au moment du tri. Il faut concilier deux impératifs : le respect du texte et les exigences de l’informatique15.

30Il est donc préférable de « lemmatiser » les noms propres, anthroponymes et toponymes, par la restitution, pour ceux qui posent problème à cause de leurs multiples graphies, d’une forme unique et correcte, en prenant soin de retenir, hors index, toutes les variantes et toutes les formes incorrectes. Aller plus loin est dangereux, par exemple opter pour la solution, trop osée, de ramener les toponymes à leur forme moderne. Le risque d’erreur dans l’identification est trop grand !

3. La complexité de certaines informations

31Les textes comportent parfois des éléments trop complexes pour trouver facilement une place dans les structures d’enregistrement prévues. Deux exemples. D’abord, les alternatives. Dans un certain nombre de suppliques pontificales, le requérant propose au pape un choix entre deux ou plusieurs bénéfices. Le Fiat pontifical n’est pas toujours explicite au sujet de celui qui a été finalement concédé. Même dans ce cas, il est intéressant de noter la proposition de choix. Mais le codage en est plus compliqué. Ensuite, les décalages de niveau. Un haut personnage reçoit du pape l’autorisation (facultas, licentia) de conférer des chapellenies à plusieurs personnes, nommées ou non dans le texte. Qui donc sont les bénéficiaires de la lettre pontificale ? Le respect du texte nous conduit à répondre : le haut personnage ! Cependant, le résultat du traitement électronique en serait faussé. Il importe plutôt de considérer comme véritables bénéficiaires les personnes qui, en fin de compte, recevront ces chapellenies. D’où la nécessité de procéder toujours de la même façon, dans tous les cas.

II. « Déontologie » du traitement

32Nous insistons une fois de plus sur la nécessité de reproduire le texte de départ au moment de l’enregistrement. Cependant, pour nous plier aux exigences de l’informatique et être comprise de la machine, nous sommes obligée parfois de simplifier et de normaliser le vocabulaire et l’orthographe des données. Avec extrême prudence, car ceux qui, aux XIVe-XVe siècles, rédigeaient les actes, n’employaient pas nécessairement – nous y avons fait allusion – le même terme pour nommer la même réalité ou encore désignaient par le même mot des réalités différentes. Seuls le contexte du document et le contact familier avec une grande masse de textes permettent de préciser. Un exemple. Dans les actes pontificaux de collation de bénéfices ecclésiastiques, il arrive que provisio soit employé dans le sens de reservatio et non dans le sens, habituel, de collatio.

33La recherche de solutions acceptables pour régler les problèmes les plus aigus ne doit pas faire oublier ce qui reste l’objectif premier d’un traitement électronique des documents : obtenir rapidement des tris et des classements précis, clairs et complets d’une grande quantité de données.

III. La grille d’exploitation des données

34Afin d’élaborer une grille, il est nécessaire de relever les éléments d’information qui apparaissent dans tous les documents étudiés. Ils se rapportent essentiellement à la conservation proprement dite des documents, à des individus ou collectivités et à des « objets » sollicités ou reçus.

1. La conservation des documents

35Chaque document possède sa fiche de conservation signalant le dépôt d’archives, le cabinet de manuscrits ou la bibliothèque, le fonds, la source utilisée avec sa foliotation et des renseignements relatifs à d’éventuelles publications, la date du document (vraie ou conjecturale) est indiquée selon le nouveau style et reproduite sous sa forme numérique (année, mois, jour). En ce qui concerne les suppliques, on ne peut qu’indiquer, à défaut de Vorurkunde, la date d’enregistrement qui est celle du visa pontifical. L’identité (supplique ou lettre) et la forme du document (original, enregistrement, copie, etc.) sont précisées.

2. Les individus ou collectivités

36Chaque document révèle l’identité, parfois très sommaire, de plusieurs individus ou collectivités. Ceux-ci doivent figurer dans un fichier onomastique sous un numéro individuel d’enregistrement.

37Une personne, une collectivité peut apparaître sous un signalement différent selon les documents : auteur, destinataire, intercesseur, exécuteur.

  • 16 L. GENICOT, Le traitement électronique des textes diplomatiques belges antérieurs à 1200, dans op. (...)

38L’auteur, « au sens d’autorité sous le couvert de laquelle l’acte a été dépêché », est simple à reconnaître dans le cas des lettres16. Une « astuce » permet de traiter les suppliques de la même manière que les lettres, en considérant que l’auteur est celui qui accorde son visa (Fiat), c’est-à-dire le pape. L’auteur initial – le requérant – est alors signalé comme bénéficiaire.

39Pour plus de commodité, nous avons nommé « bénéficiaire « toute personne qui sollicite une grâce, une faveur, un bénéfice, ou qui reçoit cette grâce.

40L’intercesseur est le protecteur du requérant. Il introduit en Curie la demande de celui-ci : demande isolée ou insérée dans un rôle de suppliques émanant de toute une série de personnes. Il est généralement signalé dans les documents comme noyau d’une familia – le requérant est un de ses proches –, et/ou comme « patron » – le requérant se trouve à son service.

41L’exécuteur reçoit mandat du pape ou de toute autre autorité de veiller à la bonne application de la décision prise. Il agit seul ou en association avec deux autres mandataires.

42Des personnes interviennent également dans les documents à des titres divers, soit comme parent – père, mère, oncle, frère ou cousin –, soit comme conjoint, soit comme intermédiaire procureur, par exemple.

43Afin de suivre, autant que faire se peut, l’évolution d’une « carrière », on doit recueillir toutes les informations standardisables se rapportant à chaque individu : le nom de famille et le prénom, l’origine géographique, la filiation, le statut ou le titre, le niveau social ou économique, le niveau d’études, la charge ou la fonction, les liens de « familiarité » et de « dépendance ».

a. Le nom de famille

44Chaque nom se compose d’un patronyme et d’un prénom. Le patronyme lui-même se présente parfois sous deux formes, séparées par alias ou dictus. Nous avons enregistré, de manière bien distincte, le prénom, la première forme du patronyme et la deuxième que l’on pourrait appeler le surnom ou sobriquet.

  • 17 C. KLAPISCH, Exploitation démographique du catasto florentin de 1427, dans Informatique et histoir (...)

45Rares sont les individus signalés par leur seul prénom. En effet, depuis le XIIIe siècle, le deuxième nom s’est généralisé. « Véritable naissance sociale, le nom fait reconnaître par la collectivité une essence familiale excédant les limites fugaces de la cellule conjugale des pauvres ou de la communauté de vie paysanne »17.

46Ici commencent les problèmes déjà évoqués de manière générale. Depuis vingt ans, ils plongent dans l’embarras, la perplexité et l’hésitation tous les historiens qui recourent aux méthodes électroniques. Quelle attitude prendre devant les multiples graphies d’un même nom ? Faut-il rétablir la forme correcte d’un nom écrit erronément ? Doit-on restituer le nom d’un cardinal ou d’un évêque signalé par son prénom et son titre cardinalice ou épiscopal ?

47Devant ces problèmes, qui ne sont que trois parmi d’autres, il faut trancher. Tenter d’allier le respect du texte et la nécessité de soumettre ce dernier aux contraintes et aux règles de l’informatique : règles d’harmonisation et de codification. Simplifier le codage sans perdre l’information.

48Nous jugeons donc préférable d’opter pour une « lemmatisation » (normalisation) des noms, condition nécessaire pour que l’ordinateur puisse trier les individus sans en voir deux ou plusieurs là où il n’y en a qu’un. Nous enregistrons chaque nom sous une forme unique et nous conservons séparément les variantes et les formes erronées afin de ne perdre aucune information. Bien souvent, la confrontation des documents permet, face à des graphies douteuses, de corriger ou de confirmer l’une ou l’autre orthographe. Nous disposons ainsi d’un véritable thesaurus de noms de famille.

  • 18 Ibidem.

49Les noms d’origine italienne posent un problème particulièrement complexe18. Ils se composent de deux, trois ou quatre éléments facultatifs : le prénom de l’intéressé, celui du père mis au génitif par une terminaison en -i, le patronyme et le nom de lieu. Nous avons, dans le classement alphabétique, donné la priorité au patronyme, quand il existe, conservant ailleurs le prénom du père et le nom de lieu.

50De hauts personnages sont généralement signalés par leur prénom et leur titre (abbatial, épiscopal, cardinalice, par exemple). Pour la plupart d’entre eux, il est tout à fait possible de restituer le patronyme. Un exemple. Dans les suppliques et les lettres de Clément VII de 1378, Johannes de Grangia (Jean de la Grange) est signalé tantôt sous son patronyme, tantôt comme prêtre-cardinal de Saint-Marcel (il a reçu ce titre en 1375), tantôt encore comme cardinal d’Amiens, en référence à un titre épiscopal antérieur à 1375 ! Dans les actes de Benoît XIII de 1394, il est mentionné comme évêque de Frascati.

51Que faire en semblable cas ? Restituer systématiquement le patronyme initial en éliminant les autres appellations conduit à perdre des informations ; respecter scrupuleusement le texte, au contraire, rend la recherche plus malaisée. Dans ce genre de cas, nous optons pour l’enregistrement du patronyme, puisqu’il est connu par les documents. Un code de recherche permet de garder en réserve les autres appellations et de les retrouver instantanément en interrogeant l’ordinateur. Ainsi, aucune information n’est perdue. Le respect du texte reste la règle.

52Par contre, pour quelques personnages, on est obligé – sans préjuger du résultat – de se livrer à de plus longues investigations. Ainsi en est-il de l’un ou l’autre abbé de monastère...

53Les individus signalés par leur prénom et par le nom de leur père, voire de leur mère, d’un aïeul, d’un frère ou du conjoint, sont enregistrés sous le patronyme de cette autre personne. Le fait est signalé par un code de recherche. La solution n’est pas entièrement satisfaisante à cause du risque d’erreur. Ainsi, le fils enregistré sous le nom de son père peut être un bâtard ! Quant aux individus dont on ne connaît que le prénom, ils se trouvent dans l’index des noms sous la mention « Anonyme ».

b. Le prénom ou nom de baptême

  • 19 L. PÉROUVAS, B. BARRIÈRE, J. BOUTIER, J.C. PEYRONNET et J. TRICARD, Léonard, Marie, Jean et les au (...)

54À l’époque étudiée, les prénoms n’offrent pas une grande variété. Comme l’ont montré, il y a quelques années, des chercheurs du C.N.R.S., le prénom avait, dans les siècles antérieurs, une triple fonction d’intégration. Dans la communauté familiale, par les liens du parrainage, dans la communauté chrétienne, par le baptême, et dans la société régionale, par le patronage des saints vénérés localement19.

55Nous croyons préférable de normaliser les prénoms en prenant les mêmes précautions en ce qui concerne leurs variantes et leurs formes fautives. Quand le document ne fournit qu’une initiale, on restitue la forme complète dans la mesure où la confrontation des textes l’autorise.

c. L’origine géographique

56L’enregistrement des informations relatives à la localité et au diocèse d’origine pose problème. La plupart du temps, les documents ne fournissent que le nom du diocèse, tant pour les clercs que pour les laïcs. Dans certains cas, leurs données sont équivoques, car bien des patronymes ont été, à l’origine, des noms de lieux : Henricus de Anthonio, Guillelmus de Alost, Johannes de Barbenchon, etc.

57Comment savoir si on a à faire à un patronyme ou au nom du lieu d’origine ? Comment traiter le nom de lieu qui accompagne un patronyme ? Désigne-t-il l’origine géographique de l’individu ou celle de sa famille ? Il peut encore n’exprimer qu’un simple lieu de résidence, et non de naissance, ou encore l’endroit où le personnage, s’il est clerc, possède son bénéfice.

58Il vaut mieux garder toujours la même attitude : considérer comme toponymes tous les noms bien distincts du patronyme, à condition de pouvoir les renvoyer à celui-ci. Encore faut-il distinguer, parmi les toponymes, ceux qui désignent, soit un lieu de naissance, soit un lieu de résidence, soit l’endroit où la personne exerce ou est censée exercer une fonction. La distinction est malaisée à établir.

59D’autre part, les patronymes qui rappellent des noms de lieux sont considérés comme patronymes, sauf si une ponctuation nettement visible sur le document autorise à affirmer le contraire. Ce qui ne met pas notre jugement à l’abri d’une éventuelle erreur de transcription.

  • 20 Une vaste entreprise de recensement des toponymes a été lancée en France par le Service de l’Infor (...)

60Les toponymes offrent des graphies diverses20. Nous optons pour la même solution : enregistrer les noms sous une seule forme correcte et sauvegarder les variantes et les formes incorrectes au moyen d’un code de recherche. Dans certains cas particulièrement difficiles, il est préférable d’enregistrer le toponyme tel quel, plutôt que de se livrer à de périlleuses tentatives d’identification ou de rapprochement avec des formes familières.

d. La filiation

61Chaque fois que les actes pontificaux le mentionnent, nous enregistrons les noms et prénoms du père, de la mère, d’un oncle, d’un frère, d’un cousin ou du conjoint. Ces indications permettent de vérifier dans quelle mesure les parents sont aussi intercesseurs auprès du pape.

e. Le statut et le niveau social ou économique

62Nous enregistrons toutes les informations relatives à l’état de vie des ecclésiastiques et des laïcs, en prenant soin de distinguer, pour les premiers, le presbyter du simple clericus. Les données relatives au niveau social sont encodées avec le respect scrupuleux du texte : dux Bavariae, cornes Hannoniae et Zelandiae. Les informations concernant le niveau économique de certains individus sont rarissimes.

f. Le niveau d’études

63Les documents sont relativement explicites sur ce point : indication des grades obtenus, parfois des matières étudiées, plus accessoirement du lieu où les études ont été accomplies, de la durée de celles-ci et de la date des examens subis. En certaines occasions, la simple mention de expertus ou peritus.

g. La charge ou fonction

64Charge, fonction, activité professionnelle, la nuance n’est pas toujours évidente. Nous définissons la fonction par rapport à un personnage ou à une institution, en quelque sorte le « patron » de l’intéressé : membre du haut clergé ou de la noblesse, roi de France, pape, université, etc.

65Les données relatives à l’état bénéficiai sont reprises sous la rubrique « objets ».

h. Les liens de « familiarité » et de « dépendance »

66Notre objectif est de réunir autour de la personne du « requérant-bénéficiaire », telle une toile d’araignée, l’ensemble des personnes et des institutions auxquelles il est attaché par des liens de « familiarité » et de « dépendance ».

67Les suppliques pontificales et, dans une moindre mesure, les lettres fournissent des renseignements sur les liens de « familiarité » qui unissent les « requérants bénéficiaires » à de hauts personnages, ceux-ci intercèdent en leur faveur à la cour pontificale. Certains d’entre eux sont aussi leurs « patrons ». Nous pouvons ainsi reconstituer partiellement des familiae ecclésiastiques et laïques.

68Ici interviennent également des « liens » de nature très diverse. Liens avec un ordre religieux, un « patron » qui emploie la personne dans telle ou telle fonction, un intercesseur en Cour de Rome, l’exécuteur qui reçoit mandat du pape ou un procureur chargé de défendre le requérant au moment de la présentation de sa demande ou de l’acceptation du bénéfice.

3. Les objets

69Par ce terme général, nous entendons essentiellement les grâces de toute nature, sollicitées dans les suppliques, accordées suivant les lettres – ou déjà acquises précédemment –, les règlements de litige, les obligations et quittances de paiement, etc.

70Dans une large proportion, les grâces sont d’ordre bénéficiai. Pour elles, nous affinons le codage en épinglant toutes les informations relatives à la désignation du bénéfice, à sa localisation, à la personne ou institution collatrice et à l’état bénéficiai proprement dit du requérant.

  • 21 Ces valeurs ne sont pas régulièrement fournies par les documents. De plus, elles sont calculées, t (...)

71Le bénéfice est défini avec précision – par exemple canonicatus – ou de façon plus imprécise par l’une ou l’autre formule : de beneficio cum cura vel sine cura ou de dignitate, personatu, administratione seu officio cum cura vel sine cura. La mention du bénéfice est éventuellement accompagnée de la valeur de celui-ci, exprimée en florins, en livres tournois ou parisis, ou en marcs d’argent21.

72Sa localisation est donnée par une institution, un lieu, un diocèse. Soit une institution régulière-abbaye, prieuré, béguinage –, soit une institution séculière –, chapellenie, église paroissiale, personnat, doyenné rural, archidiaconé, chapitre cathédral ou collégial.

73Le collateur est généralement un évêque, un doyen de chapitre, un abbé de monastère que le pape désigne à cet effet. Son nom est cité dans toutes les grâces expectatives où le pape confère un beneficium ad collationem...

74Dans la description de l’état bénéficiai du requérant, la précision s’impose. S’agit-il d’une collation – ou provision – d’un bénéfice vacant par l’autorité ordinaire ou pontificale, d’une réservation d’un bénéfice qui doit vaquer un jour, d’une confirmation d’une collation ancienne, d’une subrogation – lorsqu’en cas de litige l’un des adversaires demande d’être subrogé dans les droits de l’autre, si celui-ci décède ou abandonne la partie –, d’une correction ou d’un complément (reparatio gratiae) – quand le requérant revient à la charge s’il n’a pas obtenu satisfaction la première fois en raison d’une erreur ou d’une lacune dans sa demande –, d’une amplification (ampliatio gratiae) – quand le bénéfice reçu déçoit par son maigre revenu ? Ajoutons ici que nous désignons les concessions motu proprio par un signe particulier.

75Nous notons également si les bénéfices sont devenus vacants par la mort de leur ancien titulaire ou par toute autre raison, s’ils étaient déjà en possession du requérant, si celui-ci est prêt à en résilier pour obtenir le nouveau, s’il n’a pu profiter de son bénéfice en raison du Schisme ou de la non-exécution des lettres de concession du pape décédé, s’il en a été privé pour avoir adhéré à l’« antipape » ou si ce bénéfice a fait l’objet d’un litige.

76Les grâces autres que bénéficiales intéressent la vie spirituelle et matérielle des clercs et des laïcs. À titre d’exemple, nous citerons les diverses grâces-conservateurs des biens des monastères, office de tabellion, indulgence, absolution à l’article de la mort, confesseur, autel portatif, etc. –, les autorisations (facultates, licentiae) – célébration de la messe dans les lieux frappés d’interdit, avant le jour et à voix basse, présentation de plusieurs personnes à des offices, etc. –, les dispenses (dispensationes) – promotion aux ordres mineurs ou majeurs malgré l’âge ou la naissance, mariage, résidence, cumul de charges, alimentation pendant les jours maigres, perception illégale de revenus, etc. –, les « réceptions » comme moine (ou moniale) ou chanoine régulier (ou chanoinesse).

77Certains actes pontificaux se rapportent à des questions juridiques et fiscales – exemption de certaines taxes, demande de pension, droit de patronage sur un bénéfice, conflits de juridiction entre institutions ecclésiastiques, litiges pour motifs divers – et à des « problèmes » politiques – les guerres et leurs ravages, par exemple.

4. Les autres éléments d’information

  • 22 Parmi les personnes qui nous ont aidée, jusqu’à présent, à saisir toutes les subtilités de la term (...)

78Pour certaines informations, intéressantes mais plus rares, nous prévoyons l’enregistrement de « commentaires ». Ainsi en est-il des données relatives à tel ou tel épisode de la vie ou de la « carrière » de l’intéressé. Ou encore quand le visa pontifical des suppliques se présente autrement que sous le traditionnel Fiat ou Fiat ut petitur : le pape ajoute alors de sa main quelques mots ou quelques lignes pour modifier le lieu du bénéfice, ou en diminuer la valeur, ou restreindre le nombre des bénéfices dont dispose le requérant, ou rejeter purement et simplement la demande. De même, les indications marginales des scribes qui signalent des corrections ou cancellations opérées sur les documents originaux. Également les allusions à d’autres lettres qui n’ont pas été conservées. Toutes ces mentions supplémentaires ont été annotées soigneusement22.

***

79Grâce à ce rapide survol des problèmes que le médiéviste, désireux d’employer l’outil informatique, rencontre quotidiennement dans son travail, nous espérons avoir quelque peu répondu à l’attente de tous ceux qui s’interrogent sur la possibilité d’utiliser cet outil dans la recherche historique.

Notes

1 Pour avoir une vue générale sur la question, le lecteur consultera : Actes du colloque « L’utilisation des ordinateurs et la recherche en sciences humaines » (Bruxelles, 25-27février 1971). Handelingen van het colloquium « Het gebruik van computers en het onderzoek in de menswetenschappen » (Brussel, 25-27februari 1971), éd. D. DE STOBBELEIR et E. PERSOONS, dans Archives et bibliothèques de Belgique, no spécial 6, Bruxelles, 1971 ; C. CARDIN, Effets logiques des bases de données sur les disciplines d’érudition, dans Revue internationale des sciences sociales, t. XXVII, 1975, pp. 815-830 ; L. GENICOT, L’informatique au service de l’histoire des institutions et de la société, dans La lexicographie du latin médiéval et ses rapports avec les recherches actuelles sur la civilisation du moyen âge, Paris, 18-21 octobre 1978, éd. Y. LEFEVRE, Paris, 1981, pp. 231-239 ; Impact de l’informatique sur la recherche historique, dans Le Courrier du Centre national de la recherche scientifique, mai-juillet 1986. Cette liste constitue une orientation ; elle n’est pas exhaustive.
Sur le traitement électronique des documents médiévaux, consulter : L. GENICOT, Pour une organisation de la recherche en histoire médiévale, II : L’information sur les recours aux ordinateurs, dans Francia, t. IIΙ, 1957, pp. 643-647 ; Informatique et histoire médiévale. Communications et débats de la Table ronde C.N.R.S. organisée par l’Ecole française de Rome et l’Institut d’histoire médiévale de l’Université de Pise (Rome, 20-22 mai 1975), éd. L. FOSSIER, A. VAUCHEZ et C. VIOLANTE, Rome, École française de Rome, 1977 ; S. LUSIGNAN, Le traitement des textes médiévaux par ordinateur, dans Archives et bibliothèques de Belgique, t. XLV, 1974, pp. 518-544 ; P. TOMBEUR, Le traitement électronique des documents et l’étude des textes médiévaux, dans Sprache und Erkennlnis im Mittelalter. Akten des VI. intern. Kongressesfür mittelalterliche Philosophie der Société internationale pour l’étude de la philosophie médiévale (29.Aug. bis 3. Sept. 1977 in Bonn), (Miscellanea Mediaevalia, 13), Berlin, 1981, pp. 329-339.
Sur le traitement électronique des documents diplomatiques, consulter plus spécialement R.H. BAUTIER, Les demandes des historiens à l’informatique : la forme diplomatique et le contenu juridique des actes, dans Informatique et histoire médiévale, pp. 179-186 ; L. FOSSIER, Ordinateur et diplomatique médiévale, dans Annali della Scuola Speciale per Archivisti e Bibliotecari dell’Università di Roma, t. XII, 1972, pp. 98-107 ; L. FOSSIER et M. CRÉHANGE, Un essai de traitement sur ordinateur des documents diplomatiques du moyen âge, dans Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, t. XXV, 1970, pp. 249-284 ; A. PRATESE, Limiti e difficoltà dell’uso dell’Informatica per lo studio della forma diplomatica e giuridica dei documenti medievali, dans Informatique et histoire médiévale..., pp. 187-190.

2 J. GLÉNISSON, Prosopographie et informatique, dans Informatique et histoire médiévale..., pp. 227-229.

3 J.P. GENET, Histoire sociale et ordinateur, dans Informatique et histoire médiévale..., pp. 231-237.

4 A titre d’exemple, nous citons ici les travaux de H. MILLET, Les chanoines du chapitre cathédral de Laon, 1272-1412, Rome, École française de Rome, 1982 et d’A. ZYSBERG, Les Galériens. Vies et destins de soixante mille forçats sur les galères de France, 1680-1748, Paris, 1987.

5 L’entreprise a été décrite par L. GENICOT, Les concordances et listes de fréquence des textes narratifs latins composés en Belgique avant 1200, dans Actes du colloque « L’utilisation des ordinateurs et la recherche en sciences humaines » (Bruxelles, 25-27 février 1971)..., pp. 241-248 ; ID., Le traitement électronique des textes diplomatiques belges antérieurs à 1200, dans Informatique et histoire médiévale..., pp. 97-104 ; P. TOMBEUR, Le nouveau répertoire des œuvres médio-latines belges. Implications d’une informatisation, dans Archivum latinitatis medii aevi. Bulletin du Cange, t. XLI, 1977-1978, pp. 110-122.

6 L. FOSSIER, G. CONTAMINE, J. GRAFF et T. BICHARD-BRÉAUD, Le traitement automatique des documents diplomatiques du haut moyen âge, dans Cahiers du C.R.A.L., 1e série, 1973, no 21.

7 B. GUILLEMAIN, L’informatique aux Archives du Vatican, dans Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Comptes rendus des séances de l’année 1977, pp. 86-94 ; ID., L’exploitation des suppliques du pape Urbain V par l’informatique, dans Clio et son regard. Mélanges d’histoire, d’histoire de l’art et d’archéologie offerts à Jacques Stiennon à l’occasion de ses 25 ans d’enseignement à l’Université de Liège, éd. R. LEJEUNE et J. DECKERS, Liège, 1982, pp. 357-363 ; ID., Une opération en cours : le traitement informatique des suppliques d’Urbain V, dans L’Archivio Segreto Vaticano et le ricerche storiche, Città del Vaticano, 4-5 giugno 1981, éd. P. VIAN, Rome, 1983, pp. 193-213.

8 P. GASNAULT, Les registres de lettres secrètes du XIVe siècle, dans Informatique et histoire médiévale..., pp. 47-49 ; Μ. HAYEZ et A.M. HAYEZ, Les lettres communes des papes d’Avignon, dans Informatique et histoire médiévale..., pp. 51-53 ; G. MOYSE, Les suppliques médiévales, documents lacunaires, documents répétitifs ?, dans Informatique et histoire médiévale..., pp. 55-72 ; J. VERGER, Que peut-on attendre d’un traitement automatique des suppliques ?, dans Informatique et histoire médiévale..., pp. 73-78.

9 Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident (1362-1394). Colloque international Avignon, 25-28 sept. 1978 (Colloques internationaux du Centre national de la recherche scientifique), Paris, 1980 ; L. GENICOT, Introduction à Traitement informatique des documents pontificaux, dans Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident (1362-1394)..., pp. 373-375 ; L. FOSSIER, Les registres de suppliques et l’informatique, dans Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident (1362-1394)..., pp. 377-383 ; A.M. HAYEZ et J.P. VOLA, Traitement informatique des suppliques d’Urbain V, dans Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident (1362-1394)..., pp. 385-393.

10 H. DENIFLE, La désolation des églises, monastères, hôpitaux en France, Mâcon, 1897 ; B. GUILLEMAIN, op. cit. ; U. BERLIÈRE, Suppliques de Clément VI (1342-1352) (Analecta Vaticano-Belgica, I), Bruxelles, 1906, pp. ΙΧ-ΧΧΧΙII ; F. BAIX, De la valeur historique des actes pontificaux de collation de bénéfices, dans Hommage à Dom Ursmer Berlière, Maredsous, 1931, pp. 57-66.

11 L. GENICOT, Introduction..., dans Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident (1362-1394)..., p. 373.

12 M. MAILLARD-LUYPAERT, À propos du grand Schisme d’Occident (1378-1417). Réflexions et approche méthodologique, dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. LXXXII, 1987, no 3-4, pp. 549-553.

13 Madame L. Fossier a accepté de mettre à notre disposition la grille d’entrée qui est utilisée par Madame A.M. Hayez, au centre d’Avignon, pour l’exploitation des suppliques d’Urbain V. Nous la remercions pour sa précieuse collaboration.

14 À la demande de M.L. Genicot, qui dirige notre thèse, le CETEDOC a bien voulu superviser l’entreprise. Nous remercions ici MM. P. Tombeur et J. Schumacher pour l’aide qu’ils nous apportent à Louvain-la-Neuve.

15 Tous les médiévistes qui utilisent l’ordinateur sont bien conscients du problème. Le lecteur trouvera dans les travaux cités plus haut, notamment dans ceux de L. Fossier, d’intéressantes observations sur le sujet. Nous citons également K. F. WERNER, Problèmes de l’exploitation des documents textuels concernant les noms et les personnes du monde latin (IIIe-XIIe siècles), dans Informatique et histoire médiévale..., pp. 205-212.

16 L. GENICOT, Le traitement électronique des textes diplomatiques belges antérieurs à 1200, dans op. cit., p. 101.

17 C. KLAPISCH, Exploitation démographique du catasto florentin de 1427, dans Informatique et histoire médiévale..., p. 220.

18 Ibidem.

19 L. PÉROUVAS, B. BARRIÈRE, J. BOUTIER, J.C. PEYRONNET et J. TRICARD, Léonard, Marie, Jean et les autres. Les prénoms en Limousin depuis un millénaire, Paris, C.N.R.S., 1984.

20 Une vaste entreprise de recensement des toponymes a été lancée en France par le Service de l’Informatique des Archives nationales, afin de constituer un répertoire général. Voir à ce sujet M. MULON, Une réalisation expérimentale du fichier automatisé des formes anciennes. Le répertoire de l’Ain, dans Informatique et histoire médiévale..., pp. 199-201.

21 Ces valeurs ne sont pas régulièrement fournies par les documents. De plus, elles sont calculées, tantôt selon la taxe de la décime, tantôt selon l’estimation courante. Certaines mentions sont vraisemblablement théoriques et n’expriment donc pas les revenus réels qui sont, sans doute, parfois bien inférieurs.

22 Parmi les personnes qui nous ont aidée, jusqu’à présent, à saisir toutes les subtilités de la terminologie des actes, nous remercions M.J. Paquet, notre ancien professeur aux Facultés, et M. J. Pijcke pour leurs précieuses lumières en matière de clercs universitaires, pour l’un, et de chanoines séculiers, pour l’autre.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540