Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Le partage des charges d’entretien des églises entre Meuse et Rhin (XIIe-XVIIIe siècles)

Jean-Frédéric Staes

Texte intégral

  • 1 De ecclesiis aedificandis vel reparandis, Quicumque et De his (L.3, tit. 48, c.l et 4). Pour la bi (...)
  • 2 Voir, du côté catholique, Augustinus BARBOSA (1590-1649), Ius ecclesiasticum universum, L.2, c.45, (...)
  • 3 Ex omnibus his capitulis, collige laicos non esse compellendos ad reparationem fabricae ; sed tant (...)
  • 4 CIC 1917, can. 1186 (abandonné dans le code actuel).

1Qui doit entretenir le bâtiment des églises paroissiales ? En principe, les curés et bénéficiers1. Les canonistes admettaient cependant la validité de la coutume en cette matière ; c’était donc celle-ci qu’il fallait d’abord observer, même quand elle rejetait la charge sur la masse des fidèles2 et s’opposait ainsi à la glose du canon Quatuor du Décret de Gratien3. Cette primauté de la coutume finit par entrer dans le droit de l’Église en 19174.

  • 5 « On rencontre », car les limites entre bipartition et tripartition chevauchent souvent les fronti (...)
  • 6 J.-F. STAES, L’entretien..., pp. 513, n.4 ; 514, n.3. Sauf indication contraire, les circonscripti (...)
  • 7 Paul WAGNER, Die Kirchenbaulasten für inkorporierte Kirchen im Mainzer Erzbistum, dans Deutsche Ze (...)
  • 8 Albert Mich. KOENIGER, Quellen der Sendgerichte in Deutschland, Munich, 1910, p. 169, no 85, 4 ; p (...)
  • 9 J.B. TRENKLE, Beiträge zur Geschichte der Pfarreien in den Landcapiteln Ettlingen und Gernsbach, d (...)
  • 10 VON WEECH, Das wormser Synodale von 1496, dans Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, t. X (...)
  • 11 Sylvette GUILBERT, Destructions et reconstruction dans deux doyennés du diocèse de Reims au XVe si (...)
  • 12 J.-F. STAES, L’entretien..., p. 513, n.5 ; p. 514, n.3.
  • 13 À leur propos, voir dans le fascicule de John GILISSEN, La coutume (Typologie des sources du moyen (...)
  • 14 Les principales références, à leur sujet, se trouvent dans mon article cité n.1, p. 513 n.3. Franç (...)
  • 15 Voir répertoire en fin d’article, p. 93-97.
  • 16 À l’occasion, les cartulaires publiés in extenso ou sous forme de regestes ont été aussi mis à con (...)

2Par-delà la diversité des situations locales, il est possible de ramener les usages du nord-ouest de l’Europe à deux coutumes. En Grande-Bretagne, dans une partie de la France, de la Suisse et de 1’Allemagne, le chœur est entretenu par le patron, le curé ou les décimateurs, le reste de l’église par les paroissiens. L’édifice se divise en deux. Le partage des charges peut aussi se faire en trois : le chœur incombe au curé, la nef aux décimateurs, la tour aux paroissiens. On rencontre5 notamment cette répartition dans les diocèses de Cologne, Liège, Trèves, Metz, Toul, Verdun6, Mayence7, Spire8, Strasbourg9, Worms10 et Reims11. Cette division, attestée dès le XIIe siècle12, est plus complexe que la précédente ; aussi n’est-il sans doute pas inutile d’en donner une description générale d’après les records ou attestations de coutumes13, les records des conciles (doyennés) liégeois14, les statuts décanaux ou archidiaconaux15 et les actes de visite16.

I. Les obligations du curé : le chœur

  • 17 Si monachus (C.16 q.1 c.22) ; De decimis, Novum genus (L.3 t.30c.2) ; Antonio Domingues de SOUSA C (...)
  • 18 Graide 1338 et 1600 (voir la référence complète en fin d’article, p. 95).
  • 19 Jodoigne 1536.
  • 20 Jodoigne 1569 (p. 347), Saint-Remacle. 1479 (f° 206v) et 1540 ; Jakob MARX, Geschichte der Pfarrei (...)
  • 21 Bergheim 1472 (p. 202) ; Otto R. REDLICH, Jülich-bergische Kirchenpolitik am Ausgang des Mittelalt (...)
  • 22 Andenne 1423 (p. 166), Maastricht 1456 (p. 230), 1517 (p. 230), 1560 (p. [180]), Tongres 1448 (p.  (...)
  • 23 Bastogne 1365 (p. 21).
  • 24 Si la paroisse est incorporée à une maison religieuse, celle-ci peut exercer son privilège de deux (...)
  • 25 En 1629, le coadjuteur de l’évêque de Toul fait clairement cette distinction en attribuant le chœu (...)

3Le curé est responsable du chœur. Du moins, dans les diocèses de Liège, de Trêves et de Cologne, s’il prend part au revenu par excellence de la charge d’âme, les dîmes17 – qu’il s’agisse d’une part indéterminée des grosses dîmes18, d’une part ou d’un tiers19, d’un tiers20, de la menue dîme21, de la menue dîme ou d’une part des grosses22, de la dîme des laines ou de toutes les menues dîmes de la paroisse23. La disposition revient à exempter les vicaires perpétuels dont le bénéfice est annexé à une maison religieuse. Dans ce cas en effet, le chœur incombe à celle-ci24. S’il y a d’autres décimateurs dans la paroisse que le bénéficiaire de l’incorporation, la nef et le chœur seront donc réparés par des personnes ou des institutions différentes (ou selon une clef de répartition différente des frais)25.

  • 26 Aargau 1173 (p. 360), Zülpich 1251 (p. 185) ; Otto R. REDLICH, Jülichbergische..., p. 65*.
  • 27 Campine 1612 (c.21, 22, p. 326), Hesbaye 1612 (p. 341), Condroz 1633 (p. 400, 3, p. 403, 1), Arden (...)
  • 28 Condroz 1633 (p. 403, 1), Ardenne 1656 (p. 417, 5), Hainaut 1702 (p. 379, 5). De fait, la division (...)

4Dans le diocèse de Cologne, le curé seul décimateur de sa paroisse n’est tenu qu’au chœur, la charge du restant de l’église retombant sur les paroissiens26. En revanche, selon le record de 1338 du concile de Graide, dans le diocèse de Liège, quand le curé perçoit plus que sa cote, il doit contribuer avec les autres décimateurs au prorata du supplément. La disposition apparaît plus tard dans les statuts archidiaconaux liégeois du XVIIe siècle : le curé y est redevable des charges des autres décimateurs pour ce qui dépasse le tiers des grosses dîmes de sa paroisse27. Le lien étroit qui existe entre l’entretien du chœur et la part pastorale des dîmes est ainsi bien mis en évidence. Il est alors curieux de constater que, contrairement à l’usage normal, si le curé n’a plus de dîmes, c’est l’ensemble des décimateurs qui doit intervenir et pas seulement le curé primitif28.

  • 29 Andenne 1423 (p. 166), Tongres 1448 (p. 255), 1461 (p. 262), Maastricht 1456 (p. 230), 1517 (p. 23 (...)
  • 30 Rochefort 1338 (p. 86), 1378 (p. 137 – la leçon correcte est « Quis ad reparationem murorum eccles (...)
  • 31 Fleurus 1406 (p. 283), Gembloux 1420 (p. 272), 1562 (p. 432), Hanret 1453 (p. 86), 1547 (p. 182), (...)

5Toujours dans le diocèse de Liège, les décimateurs contribuent parfois à l’entretien du chœur à la décharge du curé, même doté de dîmes. En Hesbaye, ils doivent fournir la verrière au-dessus du grand autel29 ; dans le concile de Rochefort, ils entretiennent les murs30 ; dans les doyennés de Gembloux, Fleurus, Florennes et Hanret, le chœur entier31.

II. Les obligations des décimateurs : la nef

  • 32 Joh. Bapt. KAISER, Das Archidiakonat Longuyon am Anfange des 17. Jahrhunderts. Visitationsbericht (...)
  • 33 Trèves 1400 (p. 218), Bitburg 1461 (p. 202), Zell 1461 (p. 19), 1625 (p. 52), Wadrill 1590 (p. 361 (...)
  • 34 Aargau 1173 (p. 360), Zülpich 1251 (p. 185), Xanten 1393 (p. 253), Bergheim 1472 (p. 202), Eifel 1 (...)
  • 35 Fleurus 1312 (p. 197), Ciney 1556 (p. 174), Biesme 1564 (p. 193).
  • 36 Rochefort 1378 (p. 138-139), Ciney 1534 (p. 189), 1538 (p. 192), 1556 (p. 174), Saint-Remacle 1540 (...)
  • 37 Joh. Bapt. KAISER, Das Archidiakonat..., t. II, 1929, pp. 106, 179, 221, 230 ; Luzian PFLEGER, Unt (...)
  • 38 Jacob GRIMM, Weisthümer, t. V, Göttingen, 1866, p. 475 ; HARDT, Luxemburger Weisthümer, Luxembourg (...)
  • 39 Bernard VOGLER, Vie religieuse en pays rhénan dans la seconde moitié du XVIe siècle (1556-1619), t (...)

6L’entretien de la nef grève les dîmes non pastorales. Les décimateurs sont parfois désignés dans les sources simplement sous le terme de collatores, les deux qualités étant souvent cumulées32. Les statuts décanaux du diocèse de Trèves les appellent les feodales33, souvenir évident de l’époque où la plupart des dîmes étaient en mains laïques. À l’instar des statuts décanaux du diocèse de Cologne34, les records liégeois attribuent les réparations de la nef à la grosse ou grande dîme, mais quelques-uns précisent que tous les décimateurs autres que le curé sont réputés gros décimateurs35. Dans certaines paroisses, plusieurs décimateurs en effet se partagent les dîmes. Ils peuvent soit répartir les dépenses suivant la cote de dîmes qu’ils perçoivent36, soit supporter les frais de réparation d’une partie de l’édifice. Celui-ci peut être divisé en long, un des décimateurs se chargeant du côté gauche et l’autre du côté droit37, ou en large, l’un assurant l’entretien de la moitié antérieure, près de l’entrée, et l’autre de la partie postérieure, près du chœur38. La division peut être poussée beaucoup plus loin, toujours d’après le même principe. Bernard Vogler a ainsi relevé le cas exceptionnel de l’église de Hirsau, dans le diocèse de Mayence, dont la nef se répartit entre dix décimateurs différents selon un découpage très précis, dont il donne le schéma39.

III. Les obligations des paroissiens

  • 40 Maastricht 1297 (p. 78 ou p. [85]), 1517 (p. 231 n.1), 1560 (p. [180]), Graide 1338, Jodoigne 1466 (...)
  • 41 Bastogne 1365 (p. 21), 1577 (p. 246) ; Eifel 1513 (p. 232, n.l).

7Les obligations des paroissiens restent nombreuses. Ils doivent le charriage des matériaux40 et la fourniture de la main-d’œuvre non qualifiée41. Mais surtout, par endroit, ils doivent encore contribuer aux frais de réparations de la nef ou du chœur.

  • 42 Jacob GRIMM, Weisthümer t. IV, 1863, pp. 21, 93, 105 ; Luzian PFLEGER, Untersuchungen..., p. 31 (L (...)
  • 43 Jacob GRIMM, Weisthümer t.I,1840, p. 705 ; t. IV, pp. 70, 139 ; t. V, 1866, pp. 455 § 11, 458 § 8  (...)
  • 44 Bastogne 1365 (p. 21) ; voir à ce propos les lettres des doyens et curé de Bastogne des 14 mai 162 (...)
  • 45 Aargau 1173 (p. 360), Zülpich 1251 (p. 185), Bergheim 1472 (p. 202) ; sentences de 1424 du chapitr (...)
  • 46 Zülpich 1251 (p. 185), Xanten 1393 (p. 252), Bergheim 1472 (p. 202) ; Piesport 1618 (p. 24). Les s (...)

8Nous avons vu que dans le diocèse de Cologne, les fidèles doivent entretenir la nef quand le curé a toutes les dîmes. En Alsace, il arrive que le décimateur se contente d’entretenir la moitié seulement de la nef, que ce soit la partie postérieure, près du chœur42, ou le côté septentrional43, le restant incombant aux habitants. L’intervention des curés et décimateurs peut aussi se limiter au toit44 ou même simplement à la couverture d’ardoises45, la charge d’entretien se réduisant ainsi à sa plus simple expression. Les statuts décanaux de Cologne et de Trèves rejettent enfin la reconstruction totale de l’édifice irréparable ou totalement détruit sur les paroissiens46.

  • 47 P. 341.
  • 48 Fleurus 1312(p. 198), 1616(p. 290), Tongres 1367(p. 270), 1448(p. 255), 1461 (p. 262), Andenne 142 (...)
  • 49 Luc-Francis GENICOT, Les églises mosanes du XIe siècle. I. Architecture et société (Université de (...)

9On notera aussi que les décimateurs ne sont responsables de l’édifice que, comme le dit le record du concile de Jodoigne de1466Juxta primant edificationem, non ita nova edificia succrescentia47. Les aménagements réalisés à la demande et par les paroissiens restent à leur charge. Les records liégeois notent que les décimateurs doivent livrer une cloche suffisamment grosse pour qu’elle soit entendue dans toute la paroisse48, mais ils ne leur enjoignent pas de construire une nef capable de contenir tous les paroissiens ce qui serait pourtant logique. Si les fidèles se sentent à l’étroit dans la nef, c’est à eux de l’agrandir par la construction de basses-nefs49.

  • 50 Rochefort 1378 (p. 137), Ouffet 1512, Ciney 1534 (p. 188), 1538 (p. 191), 1556 (p. 173), Maaseik 1 (...)
  • 51 Le pavement et le plafond sont attribués aux paroissiens par le record du concile de Graide de 133 (...)
  • 52 Jakob MARX, Geschichte .... p. 281.
  • 53 [Jacques-Marie MATHIEU]. L’Ancien Régime en Lorraine, Paris, 1907, p. 154 ; Guy CABOURDIN, Terres (...)
  • 54 Graide 1338, Rochefort 1338 (p. 86), 1378 (p. 137), Ouffet 1512, Saint-Remacle 1540.
  • 55 Ciney 1534 (p. 188), 1538 (p. 191), 1556 (p. 172), Condroz 1633 (p. 401, 1), Ardenne 1656 (p. 417, (...)
  • 56 Pondrôme 1572 (p. 87). Pour le diocèse de Trèves, cf. Le domaine d’Orval, t. II, L’économie d’Orva (...)
  • 57 Hesbaye 1612 (p. 343), Condroz 1633 (p. 403, 2), Ardenne 1656 (p. 418, 11), Hainaut 1702 (p. 381, (...)
  • 58 Ciney 1534 (p. 188), 1538 (p. 192), 1556 (p. 173), Campine 1612(c. 31, p. 327), Hesbaye 1612 (p. 3 (...)
  • 59 Voir par exemple VON WEECH, Das wormser Synodale..., passim.
  • 60 Jusqu’à 7 pieds au-dessus de la nef selon les records des conciles de Fleurus 1312 (p. 198), 1406 (...)
  • 61 Zell 1625 (p. 52), Merzig 1625 (p. 64) ; Albert M. KOENIGER, Quellen..., p. 37, no 16, 16 ; p. 124 (...)
  • 62 Luc-Francis GENICOT, Les églises..., pp. 280-298. Un bon exemple pour le diocèse de Trèves : N. TI (...)
  • 63 Rochefort 1338 (p. 87), 1378 (p. 138), Ciney 1534 (p. 188), 1538 (p. 191), 1556 (p. 172), Pondrôme (...)
  • 64 Graide 1338, 1604 (p. 210), Bastogne 1365 (p. 21), Condroz 1633 (p. 400, 1), Ardenne 1656 (p. 415, (...)
  • 65 Aargau 1173 (p. 360), Zülpich 1251 (p. 185), Xanten 1393 (p. 253), Bergheim 1472 (p. 202), Eifel 1 (...)

10Parmi les charges des paroissiens, on peut aussi trouver les « nouveautés », tout ce qui n’est pas jugé strictement indispensable et/ou a une utilité profane : à l’occasion, le plafond ou la voûte de l’église50, le pavement51, les fenêtres52, le pavement et les fenêtres de la nef53, les fenêtres latérales du chœur54, si le seigneur qui y a son banc ne s’en charge pas55, la sacristie56, les chapelles, en cas d’insuffisance du bénéfice et/ou à défaut de fondateur57 ; le parvis58, la clôture du cimetière59 ; enfin et surtout – sauf dans le sud-ouest du diocèse de Liège où elle incombe aux décimateurs60 – la tour. Celle-ci abrite certes les cloches de la paroisse, fournies d’ordinaire par celle-ci61, mais un simple clocher en charpente pouvait suffire. La tour, c’est surtout la forteresse du village où les habitants se réfugient en cas de danger. Nombre d’entre elles ont été construites et conservées dans un but défensif, par le seigneur local d’abord, puis par les paroissiens eux-mêmes62. Le partage des charges conserve sinon le souvenir de la chronologie, du moins celui de la hiérarchie des fonctions : c’est aux paroissiens de prendre en charge les inconvénients causés au décimateur par l’existence de la tour et non l’inverse. Ils doivent en effet réparer la junctura avec la nef63, voire le toit de celle-ci sur une courte distance64 afin que les gouttes de pluie tombant de la tour n’endommagent la partie du toit entretenue par le décimateur65.

IV. La fabrique

  • 66 Otto R. REDLICH, Jülich-bergische…, p. 64*, n.7.Cf. Franz Xaver KÜNSTLE, Die deutsche Pfarrei und (...)
  • 67 Gembloux 1420 (p. 274), Tongres 1448 (p. 256), 1461 (p. 262), Maastricht 1456 (p. 231), 1517 (p. 2 (...)
  • 68 La fabrique entretient la tour : VON WEECH, Das wormser Synodale..., pp. 270, 295, 408, 441 ; Albe (...)

11Le rôle de la fabrique est très réduit. Le fait n’a rien à voir avec la fréquence de l’incorporation66. L’institution est avant tout destinée à la fourniture des ornements67. Ici ou là, elle contribue cependant à l’entretien des bâtiments, surtout à la décharge des paroissiens68.

***

12Entre Meuse et Rhin, les dispositions du droit canon à l’égard du bâtiment des églises paroissiales étaient à peu près respectées : schématiquement, on pourrait dire que l’essentiel était à charge des bénéficiaires des revenus ecclésiastiques tandis que l’accessoire incombait aux paroissiens. La bipartition des charges se base apparemment sur une autre logique. Le partage se fait en fonction de la place qu’occupent peuple et clergé à l’office. Ces usages se ressemblent cependant. Dans quelle mesure sont-ils apparentés ?

  • 69 Hans E. FEINE, Kirchliche Rechtsgeschichte. Die katholische Kirche, Cologne Graz, 1964, p. 191.
  • 70 L. VOET, Bodium – redecima, dans Archivum latinitatis medii aevi, t. XX, 1950, pp. 207-232.
  • 71 Ibid., pp. 226-228.

13On sait que le patron d’une église privée se réservait d’ordinaire deux tiers des dîmes, laissant le tiers restant au desservant69. Dans quelques textes des XIe et XIIe siècles de la Flandre wallonne, région de bipartition, la dotation du prêtre est désignée, ici comme ailleurs, par le terme altare ; mais surtout on rencontre le terme bodium qui signifie à la fois le corpus ecclesiae (la nef) et les revenus qui s’y rattachent, les duae partes decimae seigneuriales70. Il est fort tentant de faire le rapprochement avec les usages mosans et rhénans qui lient précisément les dîmes non pastorales à l’entretien de la nef. Faut-il croire que la tripartition était en usage dans cette partie de la Flandre à cette époque ? Et que son abandon a entraîné la fin de l’emploi de bodium dans le sens de duae partes decimae au XIIe siècle71 ? Peut-on observer la même évolution dans d’autres régions ? La problématique se résumerait alors à cette question : pourquoi les obligations des décimateurs ont-elles disparu ou ont-elles été limitées au seul entretien du chœur ? Comme nous l’avons vu, la tour était souvent d’origine seigneuriale. En raison de sa fonction, son entretien a échu aux paroissiens, mais dans une partie du diocèse de Liège, elle était à charge des décimateurs. La même alternative a pu se présenter pour la nef qui, après tout, « sert » plus directement aux habitants que le chœur.

14L’hypothèse est séduisante. Malheureusement, elle est difficile à vérifier, car les textes sont rares. Toutefois, en étudiant attentivement les usages, en particulier leur géographie, même à une époque tardive, il sera sans doute possible d’en savoir plus.

Principaux records et statuts72

  • 72 On manque de bonnes éditions critiques de ces textes répandus, aux variantes nombreuses, et qui se (...)

15Aargau 1173 : statuts du doyenné de l’Aargau (diocèse de Cologne, archidiaconé du prévôt de Saint-Cassien à Bonn), G.H.C. MAASSEN, Geschichte der Pfarreien des Dekanates Hersel (Geschichte der Pfarreien der Erzdiöcese Köln, 24), Cologne, 1885, pp. 356-361.

16Andenne 1423 : record de 1423 du concile d’Andenne (diocèse de Liège, archidiaconé de Hainaut), Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique (=AHEB), t. IV, 1867, pp. 165-168.

17Ardenne 1656 : statuts de 1656 de l’archidiaconé d’Ardenne (diocèse de Liège) republiés en 1754 en annexe des statuts de 1716, Io. Henricus MANIGART, Praxis pastoralis seu continuatio theologiae moralis, t. III, Liège, s.d., pp. 414-418.

18Bastogne 1365 : statuts du concile de Bastogne (diocèse de Liège, archidiaconé d’Ardenne), V. HABRAN, Droit coutumier du concile de Bastogne, dans Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, t. LVIII, 1927, pp. 16-26. Les statuts de Bastogne valaient aussi pour le concile voisin de Stavelot (ibid., p. 26). 1365 est la date attribuée aux statuts par le chanoine Henri WAGNON, Les « records ecclésiastiques » des assemblées décanales de l’ancien diocèse de Liège, dans Proceedings of the Second International Congress of Medieval Canon Law, Boston College, 12-16 August 1963 (Monumenta iuris canonici, Series C. Subsidia, 1), Cité du Vatican, 1965, p. 478.

19Bastogne 1577 : record de 1577 du même concile, A. DE LEUZE, Documents relatifs à la vicairie de Laroche (Luxembourg), dans AHEB, t. XXIII, 1892, pp. 245-256.

20Bergheim 1472 : statuts de 1472 du doyenné de Bergheim (diocèse de Cologne, archidiaconé de la prévôté de la cathédrale), P.W.G. URCHS, Zur Geschichte der alten Christianität Bergheim, dans Annalendes historischen Vereins der Niederrhein insbesondere die alte Erzdiöcese Köln, t. XXVIII-XXIX, 1876, pp. 198-203.

21Bergheim 1755 : statuts de 1755 du même doyenné, Ant.Jos. BINTERIM et Jos. Hub. MOOREN, Die alte undneue Erzdiöcese Köln in Dekanate eingetheilt, t. II, Mayence, 1828, pp. 340-456. À propos de la date : Wilhelm CORSTEN, Zur Geschichte und zur Frage der Rechtskraft der bergheimer Dekanatsstatuten, dans Im Schatten von St. Gereon. Erich Kuphal zum 1. Juli 1960 (Veröffentlichungen des kölnischen Geschichtsvereins, 25), Cologne, 1960, p. 76.

22Biesme 1564 : record de 1564 du concile de Biesme (doyenné du premier diocèse de Namur correspondant au concile liégeois de Florennes dans l’archidiaconé de Hainaut), AHEB, t. IV, 1867, pp. 191-196.

23Bitburg 1461 : statuts de 1461 du doyenné de Bitburg (diocèse de Trèves, archidiaconé de Saint-Pierre à Trèves), Albert HEINTZ, Die Statuten des Landkapitels Bitburg vom Jahre 1461, dans Archiv für mittelrheinische Kirchengeschichte, 6e a., 1954, pp. 197-203.

24Campine 1612 : résumé des statuts de 1612 de l’archidiaconé de Campine (diocèse de Liège), Io. Henricus MANIGART, Praxis..., pp. 323-332.

25Ciney 1534, 1538, 1556 : records de 1534, 1538 et 1556 du concile de Ciney (diocèse de Liège, archidiaconé de Condroz), R. BLOUARD, Mozet, histoire et archéologie, Namur, 1939, pp. 187-190 ; AHEB, t. IV, 1867, pp. 169-176 ; t. V, 1868, pp. 189-194.

26Condroz 1633 : statuts de 1633 de l’archidiaconé de Condroz (diocèse de Liège), Io. Henricus MANIGART, Praxis..., pp. 388-410.

27Düsseldorf 1621 : statuts de 1621 du doyenné de Düsseldorf (créé par démembrement du doyenné de Neuss dans le diocèse de Cologne), Ant. Jos. BINTERIM et Jos. Hub. MOOREN, Die alte und neue..., pp. 327-339.

28Eifel 1513 : statuts de 1513 du doyenné de l’Eifel (diocèse de Cologne, archidiaconé du prévôt de Saint-Cassien à Bonn), Ioannes Iacobus BLATTAU, Statuta synodalia, ordinationes, et mandata archidioecesis Trevirensis, t. III, Trèves, 1844, pp. 228-246.

29Fleuras 1312, 1406, 1574, 1616 : records de 1312, 1406, 1574 et 1616 du concile de Fleuras (diocèse de Liège, archidiaconé de Hainaut), AHEB, t. II, 1865, pp. 282-284, 288-292 ; t. IV, 1867, pp. 197-199 ; t. XVII, 1881, pp. 438-441.

30Gembloux 1420, 1562 : records de 1420 et 1562 du concile de Gembloux (diocèse de Liège, archidiaconé de Hainaut), AHEB, t.1, 1864, pp. 430-436 ; t. V, 1868, pp. 270-274.

31Graide 1338, 1600 : records de 1338 et 1600 du concile de Graide (diocèse de Liège, archidiaconé de Famenne), Archives de l’État à Saint-Hubert, Abbaye de Saint Hubert, 1526.

32Hainaut 1702 : statuts de 1702 de l’archidiaconé de Hainaut (diocèse de Liège), Io. Henricus MANIGART, Praxis..., pp. 358-383.

33Hanret 1453, 1547, 1566 : records de 1453,1547 et 1566 du concile de Hanret (diocèse de Liège, archidiaconé de Condroz), AHEB, t. IV, 1867, pp. 180-186 ; t. VI, 1869, pp. 83-86.

34Hesbaye 1612 : statuts de 1612 de l’archidiaconé de Hesbaye (diocèse de Liège), Io. Henricus MANIGART, Praxis..., pp. 332-358.

35Jodoigne 1466 : record de 1466 du concile de Jodoigne (diocèse de Liège), archidiaconé de Brabant), AHEB, t. I, 1864, pp. 339-345.

36Jodoigne 1536 : extrait d’un registre aux records donné par le doyen du concile de Jodoigne en 1536, Archives de L’État à Liège, Chapitre Saint-Pierre, 667.

37Jodoigne 1569, 1611 : records de 1569 et de 1611 du même concile, AHEB, t. I, 1864, pp. 345-356.

38Maaseik 1592 : record de 1592 du concile de Maaseik (diocèse de Liège, archidiaconé de Campine), Joseph HABETS, De archieven van het kapittel der vorstelijke Rijksabdij Thorn, t. II, s.l., 1899, pp. 433-434.

39Maastricht 1297 : record de 1297 du concile de Maastricht (diocèse de Liège, archidiaconé de Hesbaye), G.D. FRANQUINET, Beredeneerde inventaris der oorkonden en bescheiden van het kapittel van O.L. Vrouwekerk te Maastricht, t. I (Beredeneerde inventaris der oorkonden en bescheiden berustende op het provinciaal archief van Limburg, 2), Maastricht, 1870, pp. 77-79. Version romane : Stanislas BORMANS, Notice des cartulaires de la Collégiale Saint-Denis, dans Compte rendu des séances de la Commission royale d’histoire, 3e s., t. XIV, 1872, pp. 84-85 (extrait).

40Maastricht 1456 : record de 1456 du même concile, G.D. FRANQUINET, Beredeneerde inventaris..., pp. 227-232.

41Maastricht 1462 : record de 1462 du même concile, Stanislas BORMANS, Notice..., pp. 168-169 (extrait).

42Maastricht 1517 : record de 1517 du même concile, G.D. FRANQUINET, Beredeneerde inventaris..., pp. 227-232, 279-280.

43Maastricht 1560 : record de 1560 du même concile, Stanislas BORMANS, Notice..., pp. 179-181 (extrait).

44Merzig 1625 : statuts de 1625 du doyenné de Merzig (diocèse de Trèves, archidiaconé de Saint-Maurice à Tholey), Ioannes Iacobus BLATTAU, Statuta..., t. III, pp. 58-69.

45Neuss 1701 : statuts de 1701 du doyenné de Neuss (diocèse de Cologne, archidiaconé du doyen de la cathédrale), Ant. Jos. BINTERIM et Jos. Hub. MOOREN, Die alte und neue Erzdiöcese Köln..., pp. 269-312.

46Ouffet 1512 : statuts de 1512 du concile d’Ouffet (diocèse de Liège, archidiaconé de Condroz), Archives de l’État à Liège, Abbaye de Stavelot-Malmédy, 414.

47Piesport 1618 : statuts de 1618 du doyenné de Piesport (diocèse de Trèves, archidiaconé de Saint-Pierre à Trèves), Ioannes Iacobus BLATTAU, Statuta..., t. III, pp. 17-28.

48Pondrôme 1572 : record de 1572 du concile de Pondrôme (doyenné du premier diocèse de Namur tiré du concile liégeois de Graide dans l’archidiaconé de Famenne), Eug. NÉMERY DE BELLEVAUX, L’ancien doyenné de Rochefort des origines à 1559, dans Annales de la Société archéologique de Namur, t. LXII, 1982, pp. 87-89.

49Remich 1596 : statuts de 1596 du doyenné de Remich (diocèse de Trèves, archidiaconé de Saint-Maurice à Tholey), Ioannes Iacobus BLATTAU, Statuta..., t. II, pp. 468-475.

50Rochefort 1338 : record de 1338 du concile de Rochefort (diocèse de Liège, archidiaconé de Famenne), Eug. NÉMERY DE BELLEVAUX, L’ancien doyenné..., pp. 86-87.

51Rochefort 1378 : record de 1378 du même concile, Emile BROUETTE, Record du concile de Rochefort (1378), dans Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, t. LXXIX, 1948, pp. 137-139. Édition d’après un registre paroissial de Celles (Archives de l’État à Namur, Registres paroissiaux, 1392).

52Saint-Remacle 1479 : record de 1479 du concile de Saint-Remacle (diocèse de Liège, archidiaconé de Condroz) inséré dans un acte de 1513, Archives de l’Evêché de Liège, Abbaye de Saint-Laurent, G III 4 [Liber tertius] f° 205-207.

53Saint-Remacle 1540 : record de 1540 du même concile, Archives de l’État à Liège, Abbaye de Stavelot-Malmédy.414.

54Tongres 1367 : record de 1367 du concile de Tongres (diocèse de Liège, archidiaconé de Hesbaye) inséré dans un acte de 1458, Jean PAQUAY, Records ecclésiastiques de l’ancien concile de Tongres, archidiaconé de Hesbaye, dans Bulletin de la Société scientifique et littéraire du Limbourg, t. XXIV, 1906, pp. 35-37.

55Tongres 1448,1461 : records de 1448 et 1461 du même concile, ibid., pp. 252-256, 260-263.

56Trèves 1400 : statuts de 1400 environ du doyenné de Trèves (diocèse de Trèves, archidiaconé de Saint-Pierre à Trèves), Ioannes Iacobus BLATTAU, Statuta..., t. I, pp. 214-221.

57Wadrill 1590 : statuts de 1590 du doyenné de Wadrill (diocèse de Trèves, archidiaconé de Saint-Maurice à Tholey), ibid., t. II, pp. 357-363.

58Xanten 1393 : statuts de 1393 de l’archidiaconé de Xanten (diocèse de Cologne), Ant. Jos. BINTERIM et Jos. Hub. MOOREN, Die alte und neue Erzdiöcese Köln..., pp. 246-268.

59Zell 1461,1625 : statuts de 1461 et 1625 du doyenné de Zell (diocèse de Trèves, archidiaconé de Saint-Castor à Karden), Ioannes Iacobus BLATTAU, Statuta..., t. II, pp. 15-21 ; t. III, pp. 46-58.

60Zülpich 1251 : statuts du doyenné de Zülpich (diocèse de Cologne, archidiaconé de Saint-Cassien à Bonn), PLÖNNIS, Statuta capituli ruralis Tolpiacensis, dans Pastoralblatt. Unter Mitwirkung eines Vereines von Curatgeistlichen der Erzdiöcese Köln, 24e a., 1890, pp. 145-147, 169-171, 184. Il s’agit de statuts recopiés d’un manuscrit de 1251 (ibid., p. 145).

Notes

1 De ecclesiis aedificandis vel reparandis, Quicumque et De his (L.3, tit. 48, c.l et 4). Pour la bibliographie principale du sujet, voir Jean-Frédéric STAES, L’entretien des églises et des presbytères dans les Pays-Bas autrichiens : les obligations des décimateurs et l’édit du 25 septembre 1769, dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. LXXXIII, 1987, p. 510, n.2.

2 Voir, du côté catholique, Augustinus BARBOSA (1590-1649), Ius ecclesiasticum universum, L.2, c.45, no 3 et 4 (Lyon, 1634, p. 650) et, parmi les protestants, Justus Henningius BÖHMER (1674-1749), Ius ecclesiasticum protestantium, L.3, tit. 48 §71 et 72 (Halle, 1774, p. 1007).

3 Ex omnibus his capitulis, collige laicos non esse compellendos ad reparationem fabricae ; sed tantum clericos (Quatuor autem, gl. Doceat – C.12, q.2, c.27).

4 CIC 1917, can. 1186 (abandonné dans le code actuel).

5 « On rencontre », car les limites entre bipartition et tripartition chevauchent souvent les frontières ecclésiastiques. Dans le sud-ouest du diocèse de Liège, par exemple, on observait la bipartition des charges. Voir le record du concile de Thuin de 1447 (Joseph DARIS, Notices sur les églises du diocèse de Liège, t. VI, Liège, 1875, pp. 218, 219) et les statuts du concile de Chimay de 1622 (Io. Henricus MANIGART, Praxis pastoralis seu continuatio theologiae moralis, t. Ht, Liège, s.d., p. 419).

6 J.-F. STAES, L’entretien..., pp. 513, n.4 ; 514, n.3. Sauf indication contraire, les circonscriptions citées sont celles de la fin du moyen âge. La coutume liégeoise a été rappelée dernièrement par Marc BOUCHAT, Note sur un cas d’arbitrage concernant la restauration de la tour de l’église et du cimetière de Fize-le-Marsal en 1324, dans Bulletin de la Société de l’Institut archéologique liégeois, t. XCVIII, 1986, p. 46.

7 Paul WAGNER, Die Kirchenbaulasten für inkorporierte Kirchen im Mainzer Erzbistum, dans Deutsche Zeitschrift für Kirchenrecht, t. ΧΧII, 1912, pp. 27-34.

8 Albert Mich. KOENIGER, Quellen der Sendgerichte in Deutschland, Munich, 1910, p. 169, no 85, 4 ; p. 170, no 86, II, 1 ; p. 175, no 88, 1 et n.b ; p. 176, no 89, 1 et 4 ; p. 177, no 90, I, 1 à 4.

9 J.B. TRENKLE, Beiträge zur Geschichte der Pfarreien in den Landcapiteln Ettlingen und Gernsbach, dans Freiburger Diözesan-Archiv, t. X, 1876, p. 206 ; t. XII, 1878, pp. 70, 74, 83.

10 VON WEECH, Das wormser Synodale von 1496, dans Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, t. XXVII, 1875, pp. 229-326.

11 Sylvette GUILBERT, Destructions et reconstruction dans deux doyennés du diocèse de Reims au XVe siècle, dans Mémoires de la Société d’agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, t. XCIII, 1978, p. 123.

12 J.-F. STAES, L’entretien..., p. 513, n.5 ; p. 514, n.3.

13 À leur propos, voir dans le fascicule de John GILISSEN, La coutume (Typologie des sources du moyen âge occidental, fasc. 41-A-III, 1*), Turnhout, 1982, le chapitre rédigé par L. GENICOT, pp. 69-74.

14 Les principales références, à leur sujet, se trouvent dans mon article cité n.1, p. 513 n.3. François JACQUES, Record décanal pour l’ancienne paroisse d’Anseremme, dans Leodium, t. LXVIII, 1983, no 1-6, pp. 8-10, a donné une bibliographie des records décanaux pour le territoire du premier diocèse de Namur et celui de la province actuelle. Voir aussi la liste en fin d’article.

15 Voir répertoire en fin d’article, p. 93-97.

16 À l’occasion, les cartulaires publiés in extenso ou sous forme de regestes ont été aussi mis à contribution. On comprendra que, pour ne pas allonger démesurément les recherches, je me sois limité au diocèse de Liège.

17 Si monachus (C.16 q.1 c.22) ; De decimis, Novum genus (L.3 t.30c.2) ; Antonio Domingues de SOUSA COSTA, Posizione di Giovanni di Dio, Andrea Dias de Escobar e altri canonisti sulla funzione sociale delle decime, dans Proceedings of the Fourth International Congress of Medieval Canon Law, Toronto, 21-25 August 1972 (Monumenta iuris canonici. Series C ; Subsidia, 5), Cité du Vatican, 1976, pp. 411-466, spéc. p. 433 ; Henri GILLES, À propos des dîmes monastiques, dans Les moines noirs (XIIIe-XIVe s.) (Cahiers de Fanjeaux, 19), Toulouse, Privat, 1984, p. 299.

18 Graide 1338 et 1600 (voir la référence complète en fin d’article, p. 95).

19 Jodoigne 1536.

20 Jodoigne 1569 (p. 347), Saint-Remacle. 1479 (f° 206v) et 1540 ; Jakob MARX, Geschichte der Pfarreien der Diözese Trier, t. I, Trèves, 1923, p. 281.

21 Bergheim 1472 (p. 202) ; Otto R. REDLICH, Jülich-bergische Kirchenpolitik am Ausgang des Mittelalters und der Reformationszeit, t. II, 2 (Publikationen der Gesellschaft für rheinische Geschichtskunde, 28, II, 2), Bonn, 1915, p. 64*. Le record de 1466 du doyenné de Jodoigne attribue directement la fabrica chori à la menue dîme, sans parler du curé lui-même (p. 343).

22 Andenne 1423 (p. 166), Maastricht 1456 (p. 230), 1517 (p. 230), 1560 (p. [180]), Tongres 1448 (p. 255), 1461 (p. 262). Dans ces deux derniers textes, une négation rend le passage qui concerne les obligations du curé incompréhensible. Il faut lire, comme dans les autres records, « tamen locis in quibus investiti sive rectores, loco minute decime, in decimis aliis majoribus porcionem congruam habent, racione porcionis cujus antiquitus et huiusque chorum conservaverunt et detinaverunt » et non « ... non habent, racione... ».

23 Bastogne 1365 (p. 21).

24 Si la paroisse est incorporée à une maison religieuse, celle-ci peut exercer son privilège de deux façons. Ou elle laisse la jouissance du bénéfice pastoral au vicaire perpétuel contre le paiement d’une rente, ou, à l’inverse, elle l’annexe et verse un fixe au desservant. Dans le premier cas, les charges du bénéfice incombent au vicaire perpétuel, dans le second, au bénéficiaire de l’incorporation. Cf. Dominikus LINDNER, Inkorporation und Baulast im Bistum Regensburg, Munich, 1955, p. 1. Dans le cas précis du chœur, cf. Paul WAGNER, Die Kirchenbaulasten..., p. 27 ; Otto R. REDLICH, Jülichbergische..., t. II, 2, p. 64* ; Jakob MARX, Geschichte..., p. 281.

25 En 1629, le coadjuteur de l’évêque de Toul fait clairement cette distinction en attribuant le chœur au curé primitif et la nef aux décimateurs (Guy CABOURDIN, Terres et hommes en Lorraine (1550-1635). Toulois et comté de Vaudémont (Annales de l’Est, mémoires, 55), Nancy, 1977, p. 284, n.7). On peut trouver de nombreux exemples de cette disparité (VON WEECH, Das wormser Synodale..., pp. 234, 241, 246, 264, 280, 292, 296, 317, 386 ; A.M. KOENIGER, Quellen..., p. 31, no 15, art. 7 et n. 2 ; p. 51, no 21, 1 et 2 ; p. 124, no 53, 1 ; p. 143, no 67, A, 1, B, 2 et 4 ; p. 175, no 88, 1 et n.b ; p. 176, no 89, 1 et 4 ; p. 177, no 90, 1 à 5 ; p. 232, no 113, 1 et 2 ; p. 292, no 136, 5 et 7 ; pp. 299 et 300, no 146, 6 et 7).

26 Aargau 1173 (p. 360), Zülpich 1251 (p. 185) ; Otto R. REDLICH, Jülichbergische..., p. 65*.

27 Campine 1612 (c.21, 22, p. 326), Hesbaye 1612 (p. 341), Condroz 1633 (p. 400, 3, p. 403, 1), Ardenne 1656 (p. 416, 5), Hainaut 1702 (p. 379, 5).

28 Condroz 1633 (p. 403, 1), Ardenne 1656 (p. 417, 5), Hainaut 1702 (p. 379, 5). De fait, la division des charges entre le collateur et les autres décimateurs semble peu courante dans la diocèse de Liège. Je ne connais que le cas de l’église de Waremme, dans le concile de Saint-Trond. Voir la sentence arbitrale de 1353 publiée par S. BORMANS et E. SCHOOLMEESTERS, Cartulaire de l’église Saint-Lambert de Liège, t. IV (Com mission royale d’histoire, série in-4°), Bruxelles, 1900, pp. 170171.

29 Andenne 1423 (p. 166), Tongres 1448 (p. 255), 1461 (p. 262), Maastricht 1456 (p. 230), 1517 (p. 230), 1560 (p. [180]), Jodoigne 1466 (p. 343), 1611 (p. 352), Maaseik 1592 (p. 433), Campine 1612 (c.20, p. 326), Hesbaye 1612 (p. 341).

30 Rochefort 1338 (p. 86), 1378 (p. 137 – la leçon correcte est « Quis ad reparationem murorum ecclesiae et cancellorum » et non « Quis ad reparationem injurorum ecclesiae et cancellorum ») et 1562 (mention aux Archives de l’État à Saint-Hubert, Abbaye de Saint Hubert, 1527).

31 Fleurus 1406 (p. 283), Gembloux 1420 (p. 272), 1562 (p. 432), Hanret 1453 (p. 86), 1547 (p. 182), 1566 (p. 185). Les records des conciles de Fleurus de 1312 (pp. 198, 199) et de l616 (pp. 290, 291), ainsi que ceux de Biesme de 1564 (pp. 192, 193), indiquent expressément que les dîmes du curé sont exemptes de toute charge de ce genre.

32 Joh. Bapt. KAISER, Das Archidiakonat Longuyon am Anfange des 17. Jahrhunderts. Visitationsbericht von 1628-1629, t. I (Schriften der Elsass-Lothringischen Wissentschaftlichen Gesellschaft, Reihe A – Alsatica und Lotharingica, 3), Heidelberg, 1928, par exemple pp. 53, 62, 69, 79, 87-88, 111, 113, 122, etc. À l’occasion, on précise que la charge revient au collateur pro portione suarum decimarum (pp. 50, 103, 104, 211).

33 Trèves 1400 (p. 218), Bitburg 1461 (p. 202), Zell 1461 (p. 19), 1625 (p. 52), Wadrill 1590 (p. 361), Remich 1596 (p. 473), Merzig 1625 (p. 64), à comparer avec Piesport 1618 (p. 24).

34 Aargau 1173 (p. 360), Zülpich 1251 (p. 185), Xanten 1393 (p. 253), Bergheim 1472 (p. 202), Eifel 1513 (p. 232), Düsseldorf 1621 (p. 335), Neuss 1701 (p. 276).

35 Fleurus 1312 (p. 197), Ciney 1556 (p. 174), Biesme 1564 (p. 193).

36 Rochefort 1378 (p. 138-139), Ciney 1534 (p. 189), 1538 (p. 192), 1556 (p. 174), Saint-Remacle 1540, Ouffet 1512 ; Condroz 1633 (p. 399, 1).

37 Joh. Bapt. KAISER, Das Archidiakonat..., t. II, 1929, pp. 106, 179, 221, 230 ; Luzian PFLEGER, Untersuchungen zur Geschichte des Pfarrei-Instituts im Elsass, dans Archiv für elsässische Kirchengeschichte, t. VIII, 1933, pp. 31 (Bischofsheim), 32 (Volgelsheim), 34 (Andlau).

38 Jacob GRIMM, Weisthümer, t. V, Göttingen, 1866, p. 475 ; HARDT, Luxemburger Weisthümer, Luxembourg, 1870, p. 216, no 32.

39 Bernard VOGLER, Vie religieuse en pays rhénan dans la seconde moitié du XVIe siècle (1556-1619), t. I, Paris, 1972, p. 551. Voir aussi, à propos de cette église de l’archiprêtré de la Glan, les coutumes de l’Essweiler Tal publiées par A.M. KOENIGER, Quellen..., p. 126, no 54, IIΙ, 3.

40 Maastricht 1297 (p. 78 ou p. [85]), 1517 (p. 231 n.1), 1560 (p. [180]), Graide 1338, Jodoigne 1466 (p. 342), 1569 (p. 347), 1611 (p. 352), Ouffet 1512, Hesbaye 1612 (p. 341), Condroz 1633 (p. 403, 1), Ardenne 1656 (p. 417, 5) ; Remich 1596 (p. 473), Zell 1625 (p. 52) et Merzig 1625 (p. 64) ; Xanten 1393 (p. 253). Les paroissiens ne se soumettaient pas volontiers à cette charge. Parmi cent exemples, citons les démêlés qu’eurent les chanoines du chapitre Sainte-Croix de Liège avec les habitants de Havelange (concile de Ciney) à la fin du XIVe siècle (Edouard PONCELET, Inventaire analytique des chartes de la collégiale de Sainte-Croix, à Liège [Commission royale d’histoire, série in8°], Bruxelles, 1911, pp. 311-314, 346, 347, 352). Au XVIIe siècle, le visiteur de l’archidiaconé de Longuyon impose à des paroissiens récalcitrants le transport des matériaux sur 3 milles, selon ce qui est observé ailleurs (Joh. Bapt. KAISER, Das Archidiakonat..., t. II, p. 185).

41 Bastogne 1365 (p. 21), 1577 (p. 246) ; Eifel 1513 (p. 232, n.l).

42 Jacob GRIMM, Weisthümer t. IV, 1863, pp. 21, 93, 105 ; Luzian PFLEGER, Untersuchungen..., p. 31 (Lutterbach), p. 33 (St. Leodegar).

43 Jacob GRIMM, Weisthümer t.I,1840, p. 705 ; t. IV, pp. 70, 139 ; t. V, 1866, pp. 455 § 11, 458 § 8 ; Luzian PFLEGER, Untersuchungen..., p. 32 (Gressweiler).

44 Bastogne 1365 (p. 21) ; voir à ce propos les lettres des doyens et curé de Bastogne des 14 mai 1626, 8 avril 1628, 6 août 1659 et 17 septembre 1687 conservées aux Archives de l’État à Saint-Hubert, Abbaye de Saint Hubert, 1524 ; records du concile de M aastricht de 1297 (pp. 77, 78 ou p. [85]), 1428 (Stanislas BORMANS, Notice des cartulaires de la Collégiale Saint-Denis, dans Compte rendu des séances de la Commission royale d’histoire, 3e s., t. XIV, 1872, p. [158]), 1462 (pp. [168-169]), 1517 (p. 230 n.3 et 4), 1560 (p. [181]). L’archidiacre tranche un conflit en ce sens à Vlijtingen en 1382 (P. DOPPLER, Verzameling van charters en bescheiden betrekkelijk het Vrije Rijkskapittel van St. Servaes te Maastricht, dans Publications de la Société historique et archéologique dans le Limbourg, t. LXVIII, 1932, p. 403) ; Xanten 1393 (pp. 352, 353) ; Eifel 1513 (p. 232). L’usage n’a pas été constant. Le record de 1560 de la cour de Tavigny, dans le doyenné de Bastogne, l’ignore (HARDT, Luxemburger Weisthümer..., p. 701). Le record de 1456 du concile de Maastricht impose la totalité de la nef aux décimateurs (p. 230) ; dans la lettre de maintenue accordée par Philippe le Bon en 1451, le chapitre Saint-Denis de Liège est dit être tenu à l’entretien de l’église de Herve de fons et comble (S. BORMANS, Notice..., p. [164]) ; la limitation au toit n’apparaît pas non plus dans les coutumiers (Jos. HABETS, Limburgsche wijsdommenv ([Werken der Vereeniging tot uitgave der bronnen van het oude vaderlandsche recht, 1 ste reeks, no 12]), La Haye, 1891, pp. 14, 15, 53, 67, 114, 133, sauf p. 312).

45 Aargau 1173 (p. 360), Zülpich 1251 (p. 185), Bergheim 1472 (p. 202) ; sentences de 1424 du chapitre rural de Neuss (Otto. R. REDLICH, Jülich-bergische..., t. II, 1, Bonn, 1911, pp. 842-845) et de 1452 de celui de Siegburg (Ibid., t. II, 2, pp. 390-391). Bien entendu, les dégâts causés aux murs de la nef par le mauvais état du toit sont à charge du décimateur, selon un arbitrage de 1408 du chapitre rural de Juliers (Ibid., t. II, 1, p. 367). La limitation au toit disparaît dans les statuts des doyennés de Neuss 1701 (p. 276), Bergheim 1755 (p. 420). Au XVIe siècle, elle n’était déjà plus guère en usage : décimateurs et curés sont dits être schuldig zu bauen ou in Bau zu halten (Ibid. t. II, 1, pp. 213 n.1, 282, 366, 392, 405 n.3, 456-458, 538, 572, 586, 589, 596 n.a, 647, 653, 657, 676 ;t. II, 2, pp. 158, 163, 170, 176 n.2, 335 n.5), plus rarement zu decken ou in Dach zu halten (Ibid., t. II, 1, pp. 563, 567 n.b, 601 ; t. II, 2, pp. 14, 15). Certaines coutumes sont sans équivoque : la nef doit être construite et entretenue von der Erde bis an die Spitze (Ibid., t. II, 1, p. 456a ; Albert M.KOENIGER, Quellen..., p. 45, no 18, 5), ausder Erden bis zu dem Himmel (Ibid., p. 72, no 33, 4) ; les coutumes de 1590, à Barweiler, dans le doyenné de l’Eifel, attribuent avec force détails la nef et le chœur entiers aux curé et décimateur (Ibid., p. 17, 18, no 8, I, 2, IIΙ, 1).

46 Zülpich 1251 (p. 185), Xanten 1393 (p. 252), Bergheim 1472 (p. 202) ; Piesport 1618 (p. 24). Les statuts du doyenné de l’Eifel de 1513 (p. 232) font intervenir aussi le patron de l’église. Pour le chœur seulement : Aargau 1173 (p. 360) ; Trèves 1400 (p. 218-voir cependant n.5), Bitburg 1461 (p. 202) ; Zell 1461 (p. 18), 1625 (p. 52), Wadrill 1590 (p. 361), Remich 1596 (p. 473), Merzig 1625 (p. 64). La reconstruction de la nef est attribuée aux décimateurs dans les statuts du doyenné de Bergheim de 1755 (p. 420). Les termes cités dans la note précédente (bauen, in Bau halten) paraissent impliquer la même obligation.

47 P. 341.

48 Fleurus 1312(p. 198), 1616(p. 290), Tongres 1367(p. 270), 1448(p. 255), 1461 (p. 262), Andenne 1423 (p. 166), Maastricht 1456 (p. 230), 1517(p. 230), 1560 (p. [180]), Jodoigne 1466 (p. 341), 1569 (p. 347), 1611 (p. 351), Hanret l547 (p. 182), 1562(p. 185), Pondrôme 1572 (p. 88), Maaseik 1592 (p. 433), Campine 1612 (c.20, p. 326), Hesbaye 1612 (p. 341), Condroz 1633 (p. 400, 4), Ardenne 1656 (p. 416, 3), Hainaut 1702 (p. 379, 3). On trouve à ce sujet des décisions de conciles dès le ΧΙIIe siècle : cf. L. LAHAYE, Inventaire analytique des chartes de la collégiale de Saint-Jean-V Évangéliste à Liège, t. I (Commission royale d’histoire, série in-8°), Bruxelles, 1921, p. 78 (concile de Saint-Trond, 1259) ; V. BARBIER, Histoire de l’abbaye de Malonne de l’ordre des chanoines réguliers de Saint-Augustin, Namur, 1894, pp. 307-308 (concile de Jodoigne, 1274) ; Joseph DARIS, Notices sur les églises du diocèse de Liège, t. VI, Liège, 1875, p. 196 (concile de Maaseik, 1286). Même clause dans un record donné en 1304 par les échevins de Lincent (concile de Jodoigne – J. DARIS, Notices..., p. 216) et dans une sentence du concile de Maastricht rendue en 1282 (J. CUVELIER, Cartulaire du Val-Benoît [Commission royale d’histoire, série in-4°], Bruxelles, 1906, pp. 255-256). En 1262 cependant, le doyen du concile attribuait la grosse cloche aux paroissiens (Ibid., p. 170).

49 Luc-Francis GENICOT, Les églises mosanes du XIe siècle. I. Architecture et société (Université de Louvain. Recueil de travaux d’histoire et de philologie, 4e s., 48), Louvain, 1972, pp. 220, 260, 261. Un bon exemple dans le diocèse de Mayence : cf. Albert M. KOENIGER, Quellen..., p. 126, no 54, IV, 1. Ce sont des appendices, appendicia : Maastricht 1297 (p. 78 ou p. [85]), 1456 (p. 231), 1462 (p. 169), 1517 (p. 231), 1560 (p. [181]), Rochefort 1378 (p. 138), Tongres 1448 (p. 255), 1461 (p. 262), Saint-Remacle 1479 (f°206v), 1540, Ciney 1534 (p. 188), 1538 (p. 192), 1556 (p. 173), Ouffet 1512, Campine 1612 (c. 31, p. 327), Hesbaye 1612 (p. 343), Condroz 1633 (p. 401, 2), Ardenne 1656 (p. 417, 6), Hainaut 1702 (p. 380, 6), Piesport 1618 (p. 24), Neuss 1701 (p. 276) ; appendicula, dependicula : Aargau 1173 (p. 360), Zülpich 1251 (p. 185), Xanten 1363 (p. 253), Bergheim 1472 (p. 202), 1755 (p. 420), Eifel 1513 (p. 233), Düsseldorf 1621 (p. 335) ; latera, lateralia : VON WEECH, Das wormser Synodale..., pp. 235, 247, 250, 251, 252, 258, 298, etc. ; Hesbaye 1612 (p. 343), Condroz 1633 (p. 401, 2), Ardenne 1656 (p. 417, 6), Hainaut 1702 (p. 380, 6) ; manocques : Ouffet 1512, Saint-Remacle 1479 (f°206v) ; achintes, acintes, accinctes : Gembloux 1420 (p. 274), Hanret 1453 (p. 86), Saint-Remacle 1479 (f°206v) ; Afhenge, Abhänge, Behänge, Abbehänge : Albert M. KOENIGER, Quellen..., p. 37, no 16, 16 ; p. 51, no 21, 4 ; p. 117, no 47, 1 ; Otto R. REDLICH, Jülich-bergische..., t. II, 1, pp. 458, 538, 589 ; t. II, 2, p. 276) ; Absitten, Abseiten, Ebigseiten : Albert M. KOENIGER, Quellen..., p. 123, no 52, 3 ; p. 126, no 54, IV, 1 ; p. 137, no 62, 2 ; p. 159, no 75, 3 ; p. 170, II, 2 ; p. 298, no 146, 2 ; p. 300, no 146, 9 ; p. 302, no 147, 9.

50 Rochefort 1378 (p. 137), Ouffet 1512, Ciney 1534 (p. 188), 1538 (p. 191), 1556 (p. 173), Maaseik 1592 (p. 433). En 1379, les habitants de Herve demandent un selarium ou celeit sous le toit de leur église. Le chapitre de Saint-Denis le leur refuse en 1382 car il n’est pas jugé nécessaire (S. BORMANS, Notice..., pp. [144, 145]). Voir aussi la note suivante.

51 Le pavement et le plafond sont attribués aux paroissiens par le record du concile de Graide de 1338, de même que dans les actes de visite de plusieurs localités du diocèse de Trèves au XVIIe s. (Joh. Bapt. KAISER, Das Archidiakonat..., t. I, pp. 34, 51, 261, 269 ; t. II, pp. 76, 80). D’après les records du concile de Gembloux de 1420 (p. 272) et 1562 (pp. 432), le décimateur ne doit fournir ni voûte ni pavement mais seulement les réparer s’ils existent ou s’il en reste des vestiges. Même clause dans une sentence du concile de Saint-Trond de 1447 (S. BORMANS, Notice..., p. [162]). De même, les records du concile de Hanret de 1453 (p. 86), 1547 (p. 183) et 1566 (où le traducteur ne semble pas avoir compris la clause – p. 185) renvoient simplement à la coutume locale.

52 Jakob MARX, Geschichte .... p. 281.

53 [Jacques-Marie MATHIEU]. L’Ancien Régime en Lorraine, Paris, 1907, p. 154 ; Guy CABOURDIN, Terres et hommes..., p. 284, n.7.

54 Graide 1338, Rochefort 1338 (p. 86), 1378 (p. 137), Ouffet 1512, Saint-Remacle 1540.

55 Ciney 1534 (p. 188), 1538 (p. 191), 1556 (p. 172), Condroz 1633 (p. 401, 1), Ardenne 1656 (p. 417, 6), Hainaut 1702 (p. 380, 6).

56 Pondrôme 1572 (p. 87). Pour le diocèse de Trèves, cf. Le domaine d’Orval, t. II, L’économie d’Orval à travers les siècles, les églises : architecture, s.l., 1978, p. 124.

57 Hesbaye 1612 (p. 343), Condroz 1633 (p. 403, 2), Ardenne 1656 (p. 418, 11), Hainaut 1702 (p. 381, 11).

58 Ciney 1534 (p. 188), 1538 (p. 192), 1556 (p. 173), Campine 1612(c. 31, p. 327), Hesbaye 1612 (p. 343), Condroz 1633 (p. 401, 2).

59 Voir par exemple VON WEECH, Das wormser Synodale..., passim.

60 Jusqu’à 7 pieds au-dessus de la nef selon les records des conciles de Fleurus 1312 (p. 198), 1406 (p. 284), 1574 (p. 440), 1616 (p. 290), Gembloux 1420 (p. 273), 1562 (p. 432), Jodoigne 1466 (p. 341), 1569 (p. 347), 1611 (p. 351), 9 pieds dans celui de Hanret 1453 (p. 85), 1547 (p. 183), 1566 (p. 185) et 10 pieds d’après une sentence de 1436 du concile de Florennes (Léon LAHAYE, Chartes de l’abbaye de Brogne, dans Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. LXXVI, 1907, p. [704]), ce qui revient à attribuer l’entretien d’une flèche éventuelle aux paroissiens.

61 Zell 1625 (p. 52), Merzig 1625 (p. 64) ; Albert M. KOENIGER, Quellen..., p. 37, no 16, 16 ; p. 124, no 53, 1 ; p. 126, no 54, 1V, 2 ; p. 136, no 61, 5 ; p. 137, no 63, 3 ; p. 156, no 74, 12 ; p. 159, no 75, 3 ; p. 162, no 76, 3 ; p. 170, no 86, II, 3 ; p. 177, no 90, 3 ; p. 213, no 106, II, 3 ; p. 232, no 113, 3 ; p. 287, no 134, 10 ; p. 298, no 145, 5 ; p. 300, no 146, 9 ; p. 301, no 147, 4 ; p. 305, no 150, 9 ; p. 307, no 151, 10 ; p. 311, no 152, 11. Comme nous l’avons vu, dans le diocèse de Liège, la grosse cloche est fournie par les décimateurs. Les paroissiens pouvaient cependant en accrocher d’autres dans la tour. De là l’attribution d’une moitié des frais d’entretien des échelles à la communauté des habitants par les records du concile de Hanret 1453 (p. 86), 1547 (p. 183) et 1566 (p. 185). De même, les records de Jodoigne 1466 (p. 342), 1569 (p. 347) et 1611 (p. 351) n’obligent les décimateurs qu’à la moitié des échelles et du plancher sous les cloches.

62 Luc-Francis GENICOT, Les églises..., pp. 280-298. Un bon exemple pour le diocèse de Trèves : N. TILLJERE, Histoire de Jamoigne, dans Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, t. XLIV, 1909, p. 258.

63 Rochefort 1338 (p. 87), 1378 (p. 138), Ciney 1534 (p. 188), 1538 (p. 191), 1556 (p. 172), Pondrôme 1572 (p. 88).

64 Graide 1338, 1604 (p. 210), Bastogne 1365 (p. 21), Condroz 1633 (p. 400, 1), Ardenne 1656 (p. 415, 1), Hainaut 1702 (p. 378, 1).

65 Aargau 1173 (p. 360), Zülpich 1251 (p. 185), Xanten 1393 (p. 253), Bergheim 1472 (p. 202), Eifel 1513 (p. 233).

66 Otto R. REDLICH, Jülich-bergische…, p. 64*, n.7.Cf. Franz Xaver KÜNSTLE, Die deutsche Pfarrei und ihr Recht zu Ausgang des Mittelalters. Auf Grund der Weistümer dargestellt (Kirchenrechtliche Abhandlungen, 20), Stuttgart, 1905, p. 104.

67 Gembloux 1420 (p. 274), Tongres 1448 (p. 256), 1461 (p. 262), Maastricht 1456 (p. 231), 1517 (p. 231), 1560 (p. [181]), Jodoigne 1466 (p. 343), 1569 (p. 348), 1611 (p. 353), Campine 1612 (c. 26, p. 326), Hesbaye 1612 (p. 342), Condroz 1633 (p. 401, 4), Ardenne 1656 (p. 417, 6), Hainaut 1702 (p. 380, 6).

68 La fabrique entretient la tour : VON WEECH, Das wormser Synodale..., pp. 270, 295, 408, 441 ; Albert M. KOENIGER, Quellen.... p. 278, no 129, 3, 4 ; p. 305, no 150, 11 ; Otto R. REDLICH, Jülich-bergische. t. II, 2, p. 15 ; les bas-côtés : VON WEECH, Das wormser Synodale..., pp. 243, 258, 259, 262, 263 ; Albert M. KOENIGER, Quellen..., p. 44, no 19, 5 ; p. 170, no 86, II, 2 ; p. 305, no 150, 10 ; Otto R. REDLICH, Jülich-bergische..., t. II, l, p. 497, n.l ; t. II, 2, p. 15 et dans mon mémoire de licence sur La reconstruction des églises rurales du doyenné de Jodoigne au XVIIIe siècle, Louvain-la-Neuve, 1983, p. 45 ; les murs du cimetière : VONWEECH, Das wormser Synodale..., pp. 261, 266, 269, 270, 275, 285, 288, 295, 296, 408 ; Albert M. KOENIGER, Quellen..., p. 305, no 150, 10 et mon mémoire ; tour, bas-côtés ou murs conjointement avec les paroissiens : VON WEECH, Das wormser Synodale..., pp. 264-265, 275, 286, 452 ; Otto R. REDLICH, Jülich-bergische..., t. II, 1, p. 538 ; t. II, 2, p. 276.

69 Hans E. FEINE, Kirchliche Rechtsgeschichte. Die katholische Kirche, Cologne Graz, 1964, p. 191.

70 L. VOET, Bodium – redecima, dans Archivum latinitatis medii aevi, t. XX, 1950, pp. 207-232.

71 Ibid., pp. 226-228.

72 On manque de bonnes éditions critiques de ces textes répandus, aux variantes nombreuses, et qui se sont influencés mutuellement. La plupart des dates sont celles des éditeurs. Certaines sont douteuses ou ne se rapportent vraisemblablement pas à l’ensemble (par exemple Aargau 1173). Elles ne sont reprises ici que comme points de repère.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540