Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Critique de sources narratives (annales, chroniques et vitae) originaires du diocèse de liège entre les VIIe et XIIe siècles

Claire Baudewyns

Texte intégral

  • 1 Mémoire présenté en juin 1983 et qui a pour titre : La Croix dans la société médiévale. Le cas du d (...)

1Les sources narratives que nous allons analyser sont de trois types : annales, chroniques et Vitae. Ce sont les principaux genres de sources que nous avons utilisés dans notre mémoire1. Nous nous sommes attachée à présenter sommairement chacun de ces trois genres et à en préciser la valeur historique et les limites.

  • 2 Pour définir et dégager l’intérêt des annales, nous nous sommes basée sur le fascicule 14 de la Typ (...)

2L’origine des annales médiévales2 est liée à un genre étranger à l’historiographie : les tables pascales, ou listes de dates annuelles où l’on indiquait la date de la fête de Pâques. Une marge suffisamment large en regard de ces tables permettait d’y annoter les principaux événements de l’année. C’est ainsi qu’à partir de la fin du VIIe ou du début du VIIIe siècle naquirent les annales pascales. Les entrées marginales devenant de plus en plus longues et complexes, on transcrivit ces notations sur des feuilles blanches. Ces textes transcrits sont appelés annales mineures, par opposition aux annales majeures, issues des annales royales de la seconde dynastie franque.

3Les annales, surtout les annales pascales, sont écrites en une langue très simple, pétrie de clichés : en effet, les marges ne laissaient de place que pour de brèves notes historiques. De plus, les milieux où naquirent les annales pascales étaient marqués par une assez grande pauvreté culturelle.

4Les annales pascales ne sont pas dénuées de valeur historique et les renseignements qui y figurent méritent en général la confiance. Cependant, les notes ne sont pas toujours placées exactement en regard de l’indication de l’année et les erreurs de datation, dues à une erreur de copie, ne sont pas rares. Il faut également distinguer dans les annales la rédaction diachronique (le scribe note les événements historiques au fur et à mesure de leur déroulement) de la rédaction synchronique, beaucoup plus fréquente (l’auteur ajoute toute une série de notices en un seul moment). Il est évident que la rédaction synchronique aura moins de valeur historique que la rédaction diachronique.

5En ce qui concerne les annales majeures et mineures, on constate, comme dans les annales pascales, une tendance aux formules et aux phrases stéréotypées. Leur valeur historique dépend naturellement de leur mode de rédaction : certaines annales étaient rédigées annuellement, mais d’autres étaient composées d’un seul trait. Les annalistes voulaient en outre remonter plus haut que leur temps. Ils recouraient alors à la tradition, à d’autres sources historiques ou à des renseignements provenant d’autres monastères. Dans le choix des informations qu’ils transmettaient à la postérité, ils manifestaient également la plus grande souplesse.

6Pour terminer, ajoutons que l’intérêt des annales médiévales réside dans le grand nombre de domaines que celles-ci abordent : pour nous limiter à l’histoire ecclésiastique, on y trouvera des données sur la consécration et la mort d’évêques, d’abbés, de moines, sur les souvenirs des bienfaiteurs et sur des arrivées ou des translations de reliques.

  • 3 Sur les chroniques universelles, telle celle de Sigebert de Gembloux, voir K.H. KRUEGER, Die Univer (...)

7Annales et chroniques ont souvent été confondues au moyen âge. Les termes mêmes étaient de parfaits synonymes. Pourtant, si les deux genres historiques respectent l’ordre chronologique, les chroniques se distinguent des annales sur plusieurs points : elles s’intéressent à l’histoire depuis la création et non pas seulement aux faits décousus de l’histoire contemporaine ; elles s’occupent donc de l’histoire universelle tandis que les annales primitives étaient dépourvues de curiosité historique bien définie3. A partir du XIIe siècle, les chroniques prirent davantage de place aux dépens des annales et les deux traditions littéraires finirent par converger.

  • 4 Voir M. SOT, « Gesta episcoporum », « Gestaabbatum » (Typologie des sources du moyen âge occidental (...)

8Nous nous arrêterons plus particulièrement sur un genre de chronique très répandu du IXe au XIIe siècle dans le diocèse de Liège, les gesta4. Ceux-ci sont des ouvrages d’histoire retraçant la succession des évêques ou des abbés depuis l’origine de l’église ou du monastère jusqu’au temps présent du rédacteur. Les deux moments privilégiés sont donc d’une part les origines et de l’autre l’époque contemporaine. Cependant, les gesta ne sont pas considérés comme des ouvrages terminés : la plupart sont repris et continués par des contemporains.

9Les gesta se caractérisent aussi par leur relation avec l’hagiographie : ils sont en effet composés de notices consacrées à des évêques ou des abbés qui se sont distingués par une vie sainte, ce qui donne à ces ouvrages l’aspect de recueils de Vies de saints. Le but des auteurs est de reconstituer une généalogie, non pas charnelle, mais sacrée, une lignée sainte. Il en résulte une conception de l’histoire qui est celle d’une histoire sainte.

10Pour composer leurs gesta, les rédacteurs, que ce soit l’abbé lui-même, comme Folcuin de Lobbes, ou des auteurs sans prétention dont l’information est surtout locale, établissent un catalogue des prélats et y inscrivent, dans un ordre chronologique, tous les témoignages qu’ils ont pu recueillir grâce à la tradition orale, à des archives ou à des traces archéologiques. Du fait du but qu’ils poursuivent – mettre par écrit la mémoire de leur église ou de leur abbaye, illustrée par de saints personnages –, les gesta sont des ouvrages orientés.

  • 5 Sur les Gesta d’Anselme, voir en dernier lieu l’étude de J.L. KUPPER. Les « Gesta pontificum Leodic (...)

11Le diocèse de Liège voit fleurir ce genre historiographique et même hagiographique dès le Xe siècle : Hériger, disciple de Folcuin puis abbé de Lobbes, entreprend avant 980, à la demande de Notger de Liège, la rédaction des Gesta pontificum de Tongres et Liège. Sous l’épiscopat de Wazon (1042-1048), le chanoine Anselme rédigea à son tour des Gesta episcoporum Leodiensium, des origines jusqu’à l’époque de Wazon. Mais s’apercevant que la première partie de son travail faisait « double emploi » avec les Gesta d’Hériger, il substitua ceux-ci aux premiers chapitres que lui-même avait composés5. D’autres gesta virent encore le jour dans le diocèse de Liège aux XIe et XIIe siècles : ceux de Gembloux par Sigebert, continués par Godescalc de Gembloux ; ceux de Saint-Trond par Rodolphe au XIe siècle, également continués un siècle plus tard ; ceux de Saint-Servais à Maastricht rédigés par un auteur anonyme au début du XIIe siècle.

12Point n’est besoin d’insister sur le fait que la valeur historique des gesta primitifs (les textes au moment de leur « publication ») n’est pas la même que celle des continuations. Les premiers s’attachent à démontrer la sainteté globale de la lignée épiscopale ou abbatiale depuis les origines jusqu’à l’époque de rédaction. Les continuations par contre sont des ouvrages d’histoire rédigés par des contemporains, assez bien informés de l’histoire de leur temps. Il faudra donc faire la distinction entre une histoire ancienne et une histoire contemporaine. Dans la première, la chronologie est mal assurée et les faits eux-mêmes, d’histoire locale ou régionale, sont peu sûrs. En revanche, les dernières notices et les continuations sont en général plus fiables. On tiendra compte enfin de l’état d’esprit des rédacteurs : les moines ou les abbés sont marqués par leur existence monastique et le but qu’ils poursuivent est de raconter l’histoire sainte de leur église ou de leur monastère. Ils nous informent en fait davantage sur l’époque de la rédaction que sur les époques dont ils prétendent relater l’histoire.

13Le troisième genre historique est de loin le plus important dans nos sources : les Vitae couvrent en effet 40 % de la production, contre 6 % pour les annales et 12 % pour les chroniques. C’est aussi le genre le plus discrédité parce que l’on a toujours considéré que la substance historique y est à peu près nulle. Ces documents, inspirés par le culte des saints et destinés à le promouvoir, sont en effet composés en majeure partie de légendes, d’emprunts et de lieux communs.

14Le but des hagiographes est essentiellement, non pas de retracer une histoire vraie, mais de glorifier et de magnifier leur héros tout en édifiant les fidèles. Cet objectif d’édification religieuse ajouté à leur indigence littéraire amène les rédacteurs à composer des éloges stéréotypés d’un saint personnage rempli de vertus et menant une vie exemplaire. Les hagiographes ne présentent pas le saint comme une personnalité individualisée mais comme une image de Dieu. L’important est de montrer qu’il a surmonté tous les obstacles et les tentations et qu’il a déjà acquis sur terre un tel degré de sainteté qu’il est un ami de Dieu et peut faire des miracles.

15On peut classer les Vitae de multiples manières. Dans cet exposé, nous avons choisi de les diviser en deux groupes : celles qui sont rédigées plusieurs siècles après la mort du saint et celles qui sont écrites par des auteurs contemporains de leur héros.

  • 6 L. Génicot l’a démontré à propos de la Vita prima Huberti : l’auteur, pourtant contemporain de l’év (...)

16Le premier groupe, de loin le plus important, est composé principalement de saints mérovingiens : Bertuin de Malonne (mort au VIIIe siècle), Foillan de Fosse (mort vers 655), Remacle (mort en 668), Hadelin de Celles (mort en 690), Trudon (mort en 693), Begge d’Andenne (morte en 695), Rombaud de Malines (mort en 775), etc. dont les Vies primitives furent écrites entre le VIIIe et le XIe siècle, et de quelques saints carolingiens, Gérard de Brogne (mort en 959) et Forannan de Waulsort (mort en 982) par exemple, qui ne trouvèrent un premier biographe qu’aux XIe et XIIe siècles Préoccupés de prouver les vertus liées à une perfection sans égale de saints morts depuis plusieurs siècles et dont ils ne savent presque rien, les hagiographes laissent libre cours à leur imagination, utilisent la tradition locale et orale ou vont puiser plus ou moins largement dans d’autres biographies pour composer leur œuvre. La valeur historique des Vitae est donc à peu près nulle ; mais ces récits naïfs portent un témoignage fidèle, sinon pour le saint concerné, du moins pour l’époque de leur composition. En outre, les emprunts eux-mêmes sont utiles à examiner : d’une part en effet, et dans un premier temps, l’hagiographe opère des choix dans les Vitae qu’il utilise, et ces choix peuvent être significatifs ; d’autre part, et dans un second temps, il peut s’écarter du modèle qu’il recopie, ajouter ou supprimer des détails, divergences qui sont révélatrices de sa mentalité, de son milieu, des conceptions de son temps6.

17Au cours des siècles, le culte des saints se développe et les Vitae se succèdent. La figure historique du héros est de plus en plus floue, mais ici aussi les choix du remanieur vis-à-vis de son modèle – éliminations, amplifications, interpolations, transformations – reflètent les conceptions du temps et les mentalités de l’époque de la rédaction.

  • 7 Sur tout ceci, voir S. BALAU, Les sources de l’histoire de Liège au moyen âge. Etude critique (Mémo (...)

18Le deuxième groupe de Vitae est composé d’œuvres écrites par des auteurs à peu près contemporains de leur héros. Ils ont été témoins oculaires de certains faits ou ont connu des personnes de l’entourage du saint. Cela n’empêche pas certains d’entre eux d’aller également puiser parfois dans d’autres vies ou de recourir à leur imagination pour compléter leurs renseignements7.

  • 8 Font également partie des sources hagiographiques les Livres de Miracles, dont le but est de répand (...)

19En conclusion, il apparaît évident que tous les saints furent plus ou moins remodelés par leurs biographes selon l’idée que ceux-ci se faisaient de la sainteté et les exigences du genre hagiographique. Cette méthode a fait peser longtemps le discrédit sur les Vitae. Mais depuis quelques dizaines d’années, certains érudits soulignent l’intérêt de ce genre historique et estiment que, du moment que l’on a une claire conscience des limites de ces témoins du passé, ils peuvent malgré tout nous permettre d’atteindre à une meilleure connaissance du haut moyen âge8.

Notes

1 Mémoire présenté en juin 1983 et qui a pour titre : La Croix dans la société médiévale. Le cas du diocèse de Liège. VIIe-XIIe siècles. Les sources narratives utilisées dans ce mémoire étaient particulièrement nombreuses puisqu’on en comptait 128. Il n’était évidemment pas possible d’exposer ici le jugement de valeur qui a été porté sur chacune d’elles et il a donc fallu les regrouper en trois catégories : annales, chroniques et Vitae.

2 Pour définir et dégager l’intérêt des annales, nous nous sommes basée sur le fascicule 14 de la Typologie des sources du moyen âge occidental, rédigé par M. McCORMICK, Les annales du haut moyen âge, Tumhout, 1975. Nous avons également consulté les quelques pages que S. BALAU consacre à ce sujet (Les sources de l’histoire de Liège au moyen âge. Etude critique [Mémoires couronnés par l’Académie royale de Belgique, 61], Bruxelles, 1903 ; pp. 250-252) et l’article de B. GUENEE, Histoires, annales, chroniques. Essai sur les genres historiques au moyen âge, dans Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, t. XXVIII, 1973, pp. 997-1016.

3 Sur les chroniques universelles, telle celle de Sigebert de Gembloux, voir K.H. KRUEGER, Die Universalchroniken (Typologie des sources du moyen âge occidental, 16), Tumhout, 1976. Sur les annales et chroniques, voir M.R.P. McGUIRE, Annals and Chronicles, dans New Catholic Encyclopedia, t. I, New York, 1967, p. 551 et l’article de B. GUENEE cité ci-dessus, n. 2.

4 Voir M. SOT, « Gesta episcoporum », « Gestaabbatum » (Typologie des sources du moyen âge occidental, 37), Tumhout, 1981.

5 Sur les Gesta d’Anselme, voir en dernier lieu l’étude de J.L. KUPPER. Les « Gesta pontificum Leodicensis aecclesiae » du chanoine Anselme, dans Problématique de l’histoire liégeoise, Liège, 1981, pp. 29-41.

6 L. Génicot l’a démontré à propos de la Vita prima Huberti : l’auteur, pourtant contemporain de l’évêque, a largement emprunté à la Vita Arnulfi. Mais la version liégeoise apporte des différences destinées à présenter le prélat essentiellement comme un prédicateur. On peut supposer que cela correspondait soit à la réalité, soit aux conceptions de son temps (Discordiae Concordantium. Sur l’intérêt des textes hagiographiques, dans Bulletin de l’Académie royale de Belgique, Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, 5e série, t. LI, 1965, pp. 6775).

7 Sur tout ceci, voir S. BALAU, Les sources de l’histoire de Liège au moyen âge. Etude critique (Mémoires couronnés par l’Académie royale de Belgique, 61), Bruxelles, 1903, pp. 19-25 ; L. VAN DER ESSEN, Etude critique et littéraire sur les Vitae des saints mérovingiens de l’ancienne Belgique (Université de Louvain, Recueil des travaux publiés par les membres des conférences d’histoire et de philologie, 8), Louvain-Paris, 1907, pp. IX-X ; H. DELEHAYE, Les légendes hagiographiques (Subsidia hagiographica, 18), 3e éd., Bruxelles, 1927, pp. 1-118 ; L. GENICOT, Aspects de saint Hubert, dans Leodium, t. LXIII, 1978, p. 6. La plupart des ouvrages relatifs aux Vies de saints consacrent un nombre plus ou moins important de pages à des problèmes de méthode ; citons par exemple F. GRAUS, Volk, Herrscher urui Heiliger im Reich der Merowinger, Prag, 1965 ; J.C. POULIN, L’idéal de sainteté dans l’Aquitaine carolingienne, d’après les sources hagiographiques, Québec, 1975, etc. B. de Gaiffier (dont on consultera par ailleurs les travaux : Etudes critiques d’hagiographie et d’icornologie, Bruxelles, 1967 et Mentalité de l’hagiographe médiéval, d’après quelques travaux récents, dans Analecta Bollandiana, t. LXXXVI, 1968, pp. 391-399 entre autres) et M. Van Uytfanghe préparaient un fascicule à paraître dans la Typologie des sources du moyen âge occidental : Les sources hagiographiques : « Vitae » et « Passiones ».

8 Font également partie des sources hagiographiques les Livres de Miracles, dont le but est de répandre la renommée du saint (les Miracula Huberti Leodiensis par exemple), les Passions des Martyrs (exemple : la Passion des martyrs thébains par Sigebert de Gembloux ; cf. H. DELEHAYE, Les passions des martyrs et les genres littéraires [Subsidia hagiographica, 13 b], 2· éd., Bruxelles, 1966) et les Translations de reliques (exemple : la Translation des Vierges de Cologne ; cf. M. HEINZELMANN, Translationsberichte und andere Quellen des Reliquienkultes [Typologie des sources du moyen âge occidental, 33], Tumhout, 1979). On consultera aussi les deux fascicules (24-25) de la Typologie des sources du moyen âge occidental que G. PHILIPPART a consacrés aux légendiers latins et autres manuscrits hagiographiques (Tumhout, 1977).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540