Version classiqueVersion mobile

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Histoire romaine et tradition byzantine. Le cas du règne de Philippe l’Arabe (244-249)

Charles Prickartz

Texte intégral

I. La mort de Gordien III

  • 1 X. LORIOT, Les premières années de la grande crise du IIIe siècle. De l’avènement de Maximin (235) (...)

1Les Anciens divergent sur la question de la mort de l’empereur Gordien III (238-244). Celui-ci mourut-il près de Nisibis, chef-lieu de la province romaine de Mésopotamie, ou à l’endroit de sa sépulture, à quelque deux cents kilomètres de là (à Circesium), ou quatre cents kilomètres plus loin encore, aux environs de Ctésiphon, capitale sassanide ? Question insoluble, qu’a longtemps compensée l’unanimité des Anciens sur deux faits au moins, considérés dès lors comme établis : la victoire romaine dans le conflit de 241-244 contre les Perses, et la trahison de Philippe l’Arabe, préfet du prétoire (243-244) et successeur (244-249) de Gordien1.

2Cet « accord minimal » entre les Anciens ne devait cependant pas tarder à perdre sa valeur de viatique : une inscription, duc au fameux empereur Shahpour le Grand (241-272), fut en effet à l’origine de découvertes nouvelles accréditant une version perse des faits. Selon celle-ci, il n’y eut de victoire qu’iranienne, et cette victoire, survenue aux portes de Ctésiphon, fut consacrée par l’acceptation du versement d’une rançon par Philippe l’Arabe :

  • 2 Res Gestae Divi Saporis, 1.8-10 ; trad. A. MARICQ, Classica et Orientalia, V : Res Gestae Divi Sap (...)

« Et aux confins de l’Asôrestân, à Misikhè, il y eut une grande bataille rangée. Et le César Gordien périt, et nous anéantîmes l’armée romaine. Et les Romains proclamèrent Philippe César. Et le César Philippe vint à composition et, pour rançon de leur vie, il nous donna 500 000 deniers et il devint notre tributaire. Et nous, pour cette raison, nous avons rebaptisé Misikhè Pérôz-Sapor [Victorieux Sapor] »2.

  • 3 X. LORIOT, op. cit., pp. 772-773 ; Ch. PRICKARTZ, Le règne de Philippe l’Arabe (996-1002 a.V.c./24 (...)
  • 4 Ainsi pour l’Histoire Auguste, qui relève plutôt du genre « mythistorique » (R. SYME, Propaganda i (...)

3Dès lors qu’il fallut reconnaître l’authenticité du récit de Shahpour3, un grand vide se créa et bien des questions se retrouvèrent sans réponse : que penser d’une tradition classique désormais disqualifiée, puisqu’ignorante – voire mensongère4 – au point de transformer une défaite en triomphe ? de quoi trépassa Gordien III, et quelle responsabilité y prit Philippe, chef de sa garde ? pourquoi le tombeau du jeune empereur se situe-t-il si loin du lieu de la bataille décisive ?

  • 5 EUTROPE, Breviarium, IX, 2 ; Histoire Auguste, Gordianus tertius, 34, 2 ; Epitome de Caesaribus, 2 (...)
  • 6 ZOSIME, Histoire nouvelle, IIΙ, 32,4 ; également Epitome de Caesaribus, 27,2, et, chez les Byzanti (...)
  • 7 ZOSIME, Histoire nouvelle, III, 32, 4 ; sur le traité romano-perse de 244 : AURELIUS VICTOR, Liber (...)

4Avant de tenter quoi que ce soit pour répondre à ces interrogations, il importe de constater que tout, dans la tradition classique, n’est pas à rejeter. Certains Anciens situent avec raison la sépulture de Gordien à Circesium5 ; d’autres se souviennent d’un Gordien parvenu ou tombé « en plein territoire ennemi »6 ; d’autres encore rappellent la « paix tout à fait infamante »7 conclue avec les Perses. Autant d’éléments exacts, confirmant parfois le récit de Shahpour.

  • 8 X. LORIOT, op. cit., p. 772 ; S. MAZZARINO, La tradizione sulle guerre tra Shabuhr I e l’impero ro (...)
  • 9 ZONARAS, Annales, XII, 17.
  • 10 D. MacDONALD, The death of Gordian III. Another tradition, dans Historia. Revue d’histoire ancienn (...)
  • 11 Supra, n.9 ; il ne s’agit donc pas do Gordien II, qui, au cours de ses trois semaines de règne, ne (...)

5D’autre part, certains érudits8 ont pu isoler, au sein de la tradition classique, une version fort tardive, représentée essentiellement par un Byzantin du XIIe siècle, Jean Zonaras9, et dont la caractéristique est, en même temps que de faire preuve d’une remarquable objectivité10, de constituer un pont entre les traditions gréco-romaine et iranienne. Gordien III – Gordien II croit Zonaras – fut accidentellement blessé « en campagne contre les Perses » κατὰ Περσῶν... ἐκστρατεύσαντα. « ramené ainsi en territoire romain » οὕτως ἀνακομισθήναι είς’Ρώμην, où il mourut des suites de sa blessure, « après avoir régné six ans » ἐττὶ ἕξ ἐνιαυτούς αὐταρχήσαντα11.

  • 12 Ainsi, à la lumière d’une version des faits admettant la possibilité d’une défaite romaine, on com (...)
  • 13 GEORGES HAMARTOLE, Chronique, IIΙ, éd. Teubner (1978), p. 461 ; CEDRENUS, Abrégé d’histoires, éd. (...)

6Le mérite de Zonaras est considérable : sa version permet de résoudre l’énigme géographique et de réconcilier sur cette question presque toutes les traditions de la mort de Gordien III (celui-ci tomba bien en territoire perse, mais n’y mourut pas ; blessé à Misikhè, il fut ramené in extremis près de Circesium, où il agonisa) ; elle peut sous-entendre une défaite romaine inattendue en territoire perse (l’armée aurait été mise en déroute une fois son chef hors de combat) et justifier ainsi les négociations entreprises par Philippe l’Arabe ; elle n’éprouve nul besoin d’ériger celui-ci en bouc-émissaire. Proche, par ces différents aspects, de la très antique version perse, Zonaras permet à celle-ci de corriger les erreurs dont les Anciens sont restés prisonniers ou qu’ils ont eux-mêmes introduites12. Zonaras, en outre, est le plus complet et le plus exact de tous les Byzantins qui se sont faits l’écho de la même tradition13.

II. Marc et Sévère Hostilien

  • 14 E. STEIN, M. Iulius Philippus, römischer Kaiser 244-249, dans Realencyclopädie der klassischen Alt (...)

7À en croire les Anciens, Philippe l’Arabe ne rencontra aucune rivalité ni opposition à son avènement, une fois Gordien III mort. Au début du siècle, et à l’appui de cette vision des choses, Ernst Stein écarta, de façon assez sommaire14, une autre vieille tradition byzantine transmise par Zonaras, qui faisait allusion à la proclamation par le Sénat romain de deux successeurs de Gordien III avant la reconnaissance officielle de Philippe, élu par l’armée en Mésopotamie :

  • 15 ὡδ δ’ἀπηγγέλη τῆ γερουσίμ ή τοῦ Γορδιανοῦ σφαγὴ έτερον αὐτοκράτορα διήγειρεν αὐτὴν προχειρίσασθαι (...)

« Quand le meurtre de Gordien fut annoncé, le Sénat nomma un autre empereur et proclama Marc – un philosophe – César. Avant même que celui-ci ne fût solidement établi au pouvoir, il disparut subitement sans avoir quitté le Palatin. Celui-ci mort, Sévère Hostilien domina l’empire des Romains. Mais celui-ci, le pouvoir à peine saisi, n’honora pas encore sa charge ; il mourut, une veine s’étant rompue au cours d’une maladie. Étant donc de retour, Philippe devint maître de l’empire des Romains »15.

8Il n’est pas question ici d’admettre telle quelle une information aussi surprenante, ni d’en débattre tous les aspects et conséquences, mais seulement de tenter de la placer sous un jour nouveau, à la lumière de découvertes plus récentes.

  • 16 ZONARAS et la Chronique synoptique utilisent les mêmes termes ; chez GEORGES HAMARTOLE et CEDRENUS (...)
  • 17 J. SCHLUMBERGER, Die Epitome de Caesaribus. Untersuchungen zur heidnischen Geschichtsschreibung de (...)
  • 18 Epitomede Caesaribus, 30, 2 : « Horum temporibus Hostilianus Perpenna a senatu imperator creatus, (...)

9Ainsi, le détail d’ordre médical accompagnant le récit de la mort de Sévère Hostilien16 rappelle un auteur du IVe siècle, spécialiste de ce genre de description lorsqu’il parle d’un décès impérial, inconnu, mais dont on détecte la trace chez d’autres chroniqueurs17. Peut-être Zonaras parle-il sans le savoir d’Hostilien (C. Valens Hostilianus Messius Quint us), le plus jeune fils de Dèce (249-251), mort durant une épidémie de peste après avoir régné quelques mois seulement (seconde moitié de 251)18.

  • 19 DEXIPPE, La guerre des Scythes, éd. F. JACOB Y, Die Fragmente der griechischen Historiker, t. II, (...)
  • 20 J. GAGE, Le paganisme impérial à la recherche d’une théologie vers le milieu du IIIe siècle (Abhan (...)
  • 21 Après avoir accompagné l’expédition persique de 241-244 : S.I. OOST, The death of the emperor Gord (...)
  • 22 L’ouvrage d’Hérodien est d’ailleurs une Histoire des successeurs de Marc-Aurèle ; R.C. WHITTAKER, (...)
  • 23 Ch. PRICKARTZ, op. cit., pp. 116-118.
  • 24 Cette conviction fut suffisamment vigoureuse pour motiver la persécution de Dèce en 250 et 251.

10Plus troublant est le cas de l’empereur-philosophe Marc contemporain de Philippe l’Arabe, alors que la philosophie constituait précisément à cette époque un idéal de gouvernement salutaire. C’est un philosophe que la ville de Marcianopolis, assiégée par les Goths, se donne comme chef en 248/919, et ce sont des sages qui dirigent la cité idéale de Porphyre20, disciple de Plotin, qui enseigne à Rome sous Philippe21. C’est Marc-Aurèle qui sert d’empereur-modèle à l’Histoire qu’Hérodien rédige peu avant le millénaire de Rome22, et c’est également à Marc-Aurèle que Philippe l’Arabe semble être comparé par le panégyrique Eis Basilea23. Tout ceci parce qu’on était alors convaincu que le renouveau des affaires, de la vie civile et de l’État tout entier ne coïnciderait qu’avec l’avènement d’un prince vertueux24.

  • 25 Sur l’ancienneté des sources de Zonaras : K. KRUMBACHER, Histoire de la littérature byzantine (Con (...)

11Zonaras ignorait l’importance de la figure de Marc-Aurèle à l’époque qui nous intéresse, mais il nous la remémore, en même temps qu’il évoque toute une atmosphère par la seule mention fidèle de ce qu’il aura trouvé dans des sources de fort ancienne origine25.

III. La chute de Philippe l’Arabe

  • 26 X. LORIOT, Chronologie du règne de Philippe l’Arabe (244-249 après J.C.), dans Aufstieg und Nieder (...)
  • 27 Ibidem, p. 796. Cette version des faits repose sur une tradition contradictoire : certains auteurs (...)

12D’après la version couramment admise de la chute et de la mort de Philippe l’Arabe, Dèce (C. Messius Quintus Decius) prend le pouvoir en Pannonie en mai/juin 24926, alors que Philippe se trouve à Rome. Après une période de tractations assez obscures, Philippe quitte Rome à la tête d’une grande armée et se porte à la rencontre de son rival ; il tombe sur le champ de bataille de Vérone en septembre 24927.

  • 28 S. DUSANIC, The end of the Philippi, dans Chiron. Mitteilungen der Kommission für alte Geschichte (...)
  • 29 G.M. BERSANETTI, L’abrazione del nome del prefetto del pretorio C. Iulius Priscus in un iscrizione (...)
  • 30 S. DUSANIC, op. cit., pp. 436-437.

13Le savant yougoslave Slobodan Dusani a, en 1976, entièrement revu cette vision des choses sur base d’un fragment méconnu de la Chronique d’un des meilleurs historiens de Byzance, Jean d’Antioche (VIe ou VIL siècle)28. Selon lui, il faut mettre au compte de Philippe une campagne militaire – inconnue jusqu’à présent – contre les Goths au printemps 249, campagne qui mena vraisemblablement cet empereur sur le Danube, puis en tout cas sur le Bosphore, où son intention aurait été de passer en Orient pour y affronter l’usurpateur Jotapien (M.F. Ru. Jotapianus), connu par ailleurs29. C’est au moment de passer en Asie que Philippe aurait appris l’usurpation de Dèce, ancien préfet de la Ville, en Pannonie, et l’existence d’émeutes à Rome, orchestrées par son nouvel ennemi. Après une vaine tentative d’accord avec le Sénat, Philippe l’Arabe serait mort assassiné en Thrace (Bulgarie), à Béroé (Augusta Traiana)30.

  • 31 Nous tâcherons de revenir au cas présent en une autre occasion ; les travaux de DUSANIC ont suscit (...)

14Une fois encore, nous ne pouvons, dans le cadre de cet article, nous permettre de rendre compte de l’ensemble du problème soulevé31 ; qu’il nous suffise cependant de signaler ici des possibilités de concordance entre Jean d’Antioche et une source contemporaine des faits, à savoir la propagande monétaire impériale.

  • 32 H. MATTINGLY observe que la dernière émission monétaire romaine de Philippe l’Arabe est antérieure (...)
  • 33 Sur la dernière émission monétaire antiochène : X. LORIOT, Chronologie..., p. 790, et n. 6.

15La numismatique a en effet observé certains phénomènes qui restent, à la lumière des connaissances actuelles, l’objet d’une interprétation boiteuse32, quand ils ne sont pas tout simplement dépourvus de toute explication33 ; le nouveau tableau des événements fourni par Dusanic permet de leur trouver une place naturelle.

  • 34 Supra, n. 32.
  • 35 Un vœu de retour de Philippe suppose un départ de celui-ci ; or, la version traditionnelle ne conn (...)
  • 36 Ces légendes ne peuvent qu’être anticipatives puisque Philippe ne prit que trois fois le consulat (...)
  • 37 Notons aussi que la mention par Jean d’Antioche de troubles à Rome durant l’été 249 fait écho à pl (...)

16Ainsi, en 249, la légende monétaire FORTVNA REDVX, exceptionnelle chez Philippe, exprime un vœu d’heureux retour formulé par ou pour l’empereur, probablement parti en expédition militaire, à une date antérieure à l’usurpation de Dèce34 ; contre quel autre ennemi, s’il ne s’agit point de Dèce, que les Goths dont parle Jean d’Antioche ou que Jotapien, comme le suggère aussi Dusanic35 ? De son côté, et plus tard dans l’année, l’atelier d’Antioche, qui avait commémoré 1’avènement de Philippe en Orient en 244 par la première émission monétaire du règne, reprend de l’activité après une longue interruption et termine la série des émissions de cet empereur par des légendes anticipatives (LIBERALITAS AVGG IIII et COS IIII)36. Celles-ci sont l’indice sûr de circonstances exceptionnelles non éclaircies : d’après la nouvelle version des faits, ces circonstances seraient l’imminence de l’arrivée de l’empereur dans cette région ou celle de sa chute suite aux événements romains et pannoniens37.

Conclusion

17Nous l’avons dit et répété : il n’a guère été question ici de donner une vue complète des problèmes abordés, mais d’évoquer ceux-ci en tentant de mettre en évidence l’apport ou l’intérêt de certaines sources byzantines. Celles-ci parfois -comme dans le cas de la mort de Gordien III s’imposent désormais dans la critique ; dans les autres cas, elles méritent tout au moins d’être reprises en considération.

  • 38 Voir la légende PAX FVNDATA CVM PERSIS sur les monnaies antiochènes de 244 : H. MATTINGLY, op. cit (...)

18L’on sait aujourd’hui que Philippe l’Arabe a pris le pouvoir dans un contexte proche du désastre : le jeune Gordien III ayant été mis accidentellement dans l’impossibilité de commander, l’ascension rapide de son successeur répondait à l’impérieuse nécessité de faire face à une situation prête à se renverser complètement. Rassembler, puis démobiliser en bon ordre l’armée dispersée, acheter à prix d’or la liberté des soldats tombés prisonniers, sauver les avantages retirés de la guerre et consolider ceux-ci par une paix qu’on espérait durable38 : autant de tâches qui incombaient au préfet du prétoire plus qu’à l’empereur sans doute moribond dont il était devenu le tuteur.

  • 39 Voir les termes que réserve l’Histoire Auguste à Macrin (217-218) (ignobilis, sordidus, spurcus) e (...)
  • 40 « Philippe était en effet d’ascendance arabe, peuple détestable... » Ὁρμώμενος γὰρ ἐξ Ἀραβίας, ἔθν (...)

19Peut-être s’accordera-t-on un jour sur la façon dont il faut comprendre l’épisode de Marc et de Sévère Hostilien. Doit-on l’accepter plus ou moins tel quel, et mettre l’accent sur la gravité de notre méconnaissance de cette époque ? Doit-on plutôt y lire l’expression déformée et maladroite de faits d’une autre nature ou d’une moindre ampleur ? Ou doit-on malgré tout continuer à n’y voir que le résultat d’inintéressantes confusions dont nous ignorons le processus – « nichtiges Geschwätz » disait Stein ? La critique nous le dira sans doute, mais le principal est que la question soit à nouveau posée. Ajoutons à cela que l’apparition de concurrents au trône dès mars 244 cadrerait bien avec l’impopularité, si perceptible dans les sources, de Philippe, troisième empereur romain d’origine roturière39, Arabe de surcroît40.

  • 41 Supra, n. 37.
  • 42 JEAN D’ANTIOCHE, Chronique historique, éd. C. MULLER, F.H.G., IV, Paris, 1851, p. 598 (frg. 148).

20Le fragment 148 de la Chronique de Jean d’Antioche pose un problème beaucoup plus vaste et permet notamment de suggérer un nouveau tableau des événements ainsi qu’une nouvelle chronologie pour les dix-sept derniers mois du règne de Philippe l’Arabe41. Signalons aussi que nous retrouvons chez Jean d’Antioche la trace de l’inimitié du Sénat envers cet empereur, auquel les patres préférèrent Dèce, « consulaire et préfet de la Ville »42.

  • 43 Supra, pp. 51 et 54-55.

21L’intérêt et – il faut le dire, car ils ont souvent mérité qu’on leur reprochât leur servilité – l’originalité des auteurs byzantins pose aussi la question de leurs sources ; question trop complexe pour que nous ayons pu l’aborder ici. ces sources, certainement fort anciennes, ont permis aux Byzantins d’atteindre parfois une pertinence qui les porte loin au-dessus d’auteurs pourtant moins tardifs, et les rapproche des témoignages contemporains des faits43.

  • 44 Voir par exemple, pour l’activité législative et administrative : L. de BLOIS, op. cit., p. 33 (le (...)

22Finalement, réjouissons-nous de voir encore progresser notre connaissance d’un règne qui compte parmi les plus actifs de l’époque de l’anarchie militaire44.

Notes

1 X. LORIOT, Les premières années de la grande crise du IIIe siècle. De l’avènement de Maximin (235) à la mort de Gordien III (244), dans Λ ufstieg und Niedergang der römischen Welt. Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung, t. II, 2, Berlin, 1975, pp. 770-771.

2 Res Gestae Divi Saporis, 1.8-10 ; trad. A. MARICQ, Classica et Orientalia, V : Res Gestae Divi Saporis, dans Syria. Revue d’art oriental et d’archéologie, t. XXXV, 1958, pp. 306-308.

3 X. LORIOT, op. cit., pp. 772-773 ; Ch. PRICKARTZ, Le règne de Philippe l’Arabe (996-1002 a.V.c./244-249p.C.n.), mémoire de licence, Louvain-la-Neuve, 1987, pp. 234-235.

4 Ainsi pour l’Histoire Auguste, qui relève plutôt du genre « mythistorique » (R. SYME, Propaganda in the Historia Augusta, dans Latomus. Revue des études anciennes, t. XXXVII, 1978, p. 179), ou pour Zosime.

5 EUTROPE, Breviarium, IX, 2 ; Histoire Auguste, Gordianus tertius, 34, 2 ; Epitome de Caesaribus, 27,3 ; AMMIEN MARCELLIN, Historia, ΧΧIIΙ, 5,7-8 et 5,17.

6 ZOSIME, Histoire nouvelle, IIΙ, 32,4 ; également Epitome de Caesaribus, 27,2, et, chez les Byzantins : GEORGES LE SYNCELLE, Chronographie, éd. Teubner (1984), p. 443 ; ZONARAS, Annales, XII, 18.

7 ZOSIME, Histoire nouvelle, III, 32, 4 ; sur le traité romano-perse de 244 : AURELIUS VICTOR, Liber de Caesaribus, 28, 1 ; chez les Byzantins : ZOSIME, Histoire nouvelle, I, 19, 1 ; GEORGES LE SYNCELLE, Chronographie, éd. Teubner (1984), p. 444 ; LÉON LE GRAMMAIRIEN, Chronique, éd. Bonn, p. 76 ; CEDRENUS, Abrégé d’histoires, éd. Bonn, p. 451 ; ZONARAS, Annales, XII, 19.

8 X. LORIOT, op. cit., p. 772 ; S. MAZZARINO, La tradizione sulle guerre tra Shabuhr I e l’impero romano : « prospettiva » e « deformazione storica », dans Acta antiqua Academiae scientiarum hungaricae, t. XIX, 1971, no 1, pp. 73 et sv.

9 ZONARAS, Annales, XII, 17.

10 D. MacDONALD, The death of Gordian III. Another tradition, dans Historia. Revue d’histoire ancienne, t. XXX, 1981, p. 506.

11 Supra, n.9 ; il ne s’agit donc pas do Gordien II, qui, au cours de ses trois semaines de règne, ne quitta jamais l’Afrique proconsulaire. Sur la traduction des termes « єἰς’Ρώμην », voir X. LORIOT, op. cit., p. 772.

12 Ainsi, à la lumière d’une version des faits admettant la possibilité d’une défaite romaine, on comprend mieux certains passages de Zosime où il est question de soldats « enclins à changer l’ordre établi » τῶν στρατιοτῶν τοὺς εἰς τò νεωτερίζειν ἐπιρρєπєῖς et tenant le jeune empereur pour « responsable de la perte de l’armée » ὡς αἴτιον τῆς τοῦ στρατοπέδου ϕθορᾶς ΖΟSΙΜΕ, Histoire nouvelle, I, 18, 3-19,1.

13 GEORGES HAMARTOLE, Chronique, IIΙ, éd. Teubner (1978), p. 461 ; CEDRENUS, Abrégé d’histoires, éd. Bonn, p. 451 ; Chronique synoptique, éd. C. SATHAS, p. 36.

14 E. STEIN, M. Iulius Philippus, römischer Kaiser 244-249, dans Realencyclopädie der klassischen Altertumswissenschaft, t. X, 1, Stuttgart, 1918, col. 759, 1.20-24 : « ...und der Senat zögerte nicht - Zon. ΧII.18 ex. bietet nichtiges Geschwatz, das nur Ranke seltsamerweise für bare Münze annimmt - die Wahl des Heeres zu bestätigen... ».

15 ὡδ δ’ἀπηγγέλη τῆ γερουσίμ ή τοῦ Γορδιανοῦ σφαγὴ έτερον αὐτοκράτορα διήγειρεν αὐτὴν προχειρίσασθαι καί. ἀνεῖπεν αὐτίκα Καίσαρα Μάρκον τινὰ ϕιλόσοϕον ὁ δὲ πρὶν ἐρεῖσαι τòν πόδα τῆ αὐταρχία θνήσκει, αἰϕἰνίδιον ἐν τῷ παλατίψ διάγων. τοῦ δὲ θανόντος κρατεῖ τῆς ‘Ρωμαίων ἡγεμονίαε Σευῆρος Ὀἀλλὰ καὶ οὗτος οὔπω σχεδòν ταύτης ἐπειλημμένος ἀττέτισε τò χρεών νοιήσας γάρ καὶ ϕλεβοτομηθεὶς ἐτελευτησεν. Ἐπανελθὼν οὗν ὁ Φίλιππος ἐγκρατής ἐγένετο τῆς τῶν ‘Ρωμαίων ἀρχῆς.
ZONARAS, Annales, XII, 18-19 ; cette tradition est également rapportée par GEORGES HAMARTOLE (Chronique, IIΙ, éd. Teubner [1978], p. 465), CEDRENUS (Abrégé d’histoires, éd. Bonn, p. 451), et l’auteur de la Chronique synoptique (éd. C. SATHAS, p. 37).

16 ZONARAS et la Chronique synoptique utilisent les mêmes termes ; chez GEORGES HAMARTOLE et CEDRENUS : « ... καὶ φλεβοτομηθεὶς ἐξεχύτη τò αἶμα αὐτοũ ἐν τῷ καθεύδειν καὶ λιποθυμησας ἀπέθανεν ».

17 J. SCHLUMBERGER, Die Epitome de Caesaribus. Untersuchungen zur heidnischen Geschichtsschreibung des 4. Jahrhunderts n. Chr. (Vestigia, 18), Munich, 1974, p. 239. La marque de cet auteur se retrouve aussi dans le récit que donne de la mort de Philippe l’Arabe l’Epitome de Caesaribus, 28,2 : « ...interfectus est medio capite supra ordines dentiumpraeciso ».

18 Epitomede Caesaribus, 30, 2 : « Horum temporibus Hostilianus Perpenna a senatu imperator creatus, nec multo post pestilentia consumptus est ».

19 DEXIPPE, La guerre des Scythes, éd. F. JACOB Y, Die Fragmente der griechischen Historiker, t. II, A, Berlin, 1926, p. 467 (= frg. 25,2).

20 J. GAGE, Le paganisme impérial à la recherche d’une théologie vers le milieu du IIIe siècle (Abhandlungen. Akademie der Wissenschaften und der Literatur. Geistesund Sozialwissenschaftliche Klasse. Jahrgang 1972, 12), Wiesbaden, 1972, p. 3.

21 Après avoir accompagné l’expédition persique de 241-244 : S.I. OOST, The death of the emperor Gordian III, dans Classical Philology, t. LIII, 1958, pp. 106-107.

22 L’ouvrage d’Hérodien est d’ailleurs une Histoire des successeurs de Marc-Aurèle ; R.C. WHITTAKER, Herodian in two volumes (The Loeb Classical Library), I, Cambridge (Mass.) - Londres, 1970-1971, pp. XVIIIXIX et LXXII-LXXX.

23 Ch. PRICKARTZ, op. cit., pp. 116-118.

24 Cette conviction fut suffisamment vigoureuse pour motiver la persécution de Dèce en 250 et 251.

25 Sur l’ancienneté des sources de Zonaras : K. KRUMBACHER, Histoire de la littérature byzantine (Connaissance de la Grèce), t. III, Aix-en-Provence, 1969, pp. 1-3.

26 X. LORIOT, Chronologie du règne de Philippe l’Arabe (244-249 après J.C.), dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt. Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung, t. II, 2, Berlin, 1975, p. 795.

27 Ibidem, p. 796. Cette version des faits repose sur une tradition contradictoire : certains auteurs (Eusèbe de Césarée, Zosime, Léon le Grammairien, Cedrenus et Zonaras) croient Philippe l’Arabe mort avec son fils au cours d’un combat, d’autres (les abréviateurs latins, Orose et Jean d’Antioche) les pensent morts par assassinat en des lieux distincts ; d’autres encore (Georges le Syncelle, Nicéphore, Georges Hamartole, la Chronique synoptique) ne connaissent qu’un seul Philippe, mort soit sur un champ de bataille, soit à Rome.

28 S. DUSANIC, The end of the Philippi, dans Chiron. Mitteilungen der Kommission für alte Geschichte and Epigraphik des Deutschen archaeologischen Instituts, t. VI, 1976, pp. 427-439 ; JEAN D’ANTIOCHE, Chronique historique, éd. C. MULLER, Fragmenta Historicum Graecorum, t. IV, Paris, 1851, pp. 597-598 (=frg. 148). Citent Jean d’Antioche sans plus : L. de BLOIS, The reign of the emperor Philip the Arabian, dans Talanta. Proceedings of the Dutch archaeological and historical Society, t. X-XI, 1978-1979, p. 22, n. 34 ; X. LORIOT, Chronologie..., p. 795, n. 33 ; E. STEIN, op. cit., col. 756, 1.3-4.

29 G.M. BERSANETTI, L’abrazione del nome del prefetto del pretorio C. Iulius Priscus in un iscrizione palmirena e la rivolta di Jotapiano, dans Laureae Aquincenses memoriae Valentini Kuzsinzky dicatae, II : Disserlationes Pannonicae, sér. 2, 11, Budapest, 1941, pp. 265-268.

30 S. DUSANIC, op. cit., pp. 436-437.

31 Nous tâcherons de revenir au cas présent en une autre occasion ; les travaux de DUSANIC ont suscité la réaction de H.Α. POHLSANDER : Did Decius kill the Philippi ?, dans Historia. Revue d’histoire ancienne, t. XXXI, 1982, pp. 214-222.

32 H. MATTINGLY observe que la dernière émission monétaire romaine de Philippe l’Arabe est antérieure à l’usurpation de Dèce, mais présente la propagande diffusée par cette émission comme une allusion à cet événement ; Roman Imperial Coinage, t. IV, 3, Londres, 1949, pp. 63 et 64, note.

33 Sur la dernière émission monétaire antiochène : X. LORIOT, Chronologie..., p. 790, et n. 6.

34 Supra, n. 32.

35 Un vœu de retour de Philippe suppose un départ de celui-ci ; or, la version traditionnelle ne connaît pas d’absence impériale entre le moment du millénaire de Rome (avril 248) et celui de la bataille de Vérone (septembre 249). La version de Jean d’Antioche – et de DUSANIC – est donc seule à permettre l’interprétation de la légende FORTVNA REDVX.

36 Ces légendes ne peuvent qu’être anticipatives puisque Philippe ne prit que trois fois le consulat et ne donna que trois libéralités ; H. MATTINGLY, op. cit., p. 65, al supra, n. 33.

37 Notons aussi que la mention par Jean d’Antioche de troubles à Rome durant l’été 249 fait écho à plusieurs témoignages de « guerres civiles » pour d’autres provinces ; Alexandrie :DENYS D’ALEXANDRIE, Lettre, dans EUSÈBE DE CÉSARÉE, Histoire ecclésiastique, VI, 41, 19 ; Gaule : EUTROPE, Breviarium, IX, 4 ; Syrie : AURELIUS VICTOR, Liber de Caesaribus, 29, 2, et ZOSIME, Histoire nouvelle, I, 20, 2 ; sur les usurpations de Sponsianus et de Silbannacus : H. MATTINGLY, op. cit., pp. 6667 ; à Rome même, en 250 : AURELIUS VICTOR, Liber de Caesaribus, 29, 3 ; voir aussi OROSE, Adversus paganos, VII, 21,1 : « Decius, civilis belli incentor et repressor... ». Sur l’ensemble de la question et pour une reconstitution des faits basée sur Jean d’Antioche et S. DUSANIC : Ch. PRICKARTZ, op. cit., pp. 412-471.

38 Voir la légende PAX FVNDATA CVM PERSIS sur les monnaies antiochènes de 244 : H. MATTINGLY, op. cit., p. 64.

39 Voir les termes que réserve l’Histoire Auguste à Macrin (217-218) (ignobilis, sordidus, spurcus) et à Maximin (235-238) (Neque enim fuit crudelius animal in terris) : J.-J. BECK, Les mutations dans la société romaine du IIIe siècle après J.-C., dans Bulletin des Antiquités luxembourgeoises, t. X, 1979, p. 157 ; Histoire Auguste, Maximini duo, 9, 2. Sur Philippe : « ...Philippus Arabs, humili genere, sed superbus... » (Histoire Auguste, Gordianus tertius, 29, 1).

40 « Philippe était en effet d’ascendance arabe, peuple détestable... » Ὁρμώμενος γὰρ ἐξ Ἀραβίας, ἔθνους χειρίστου : ZOSIME, Histoire nouvelle, I, 18, 3.

41 Supra, n. 37.

42 JEAN D’ANTIOCHE, Chronique historique, éd. C. MULLER, F.H.G., IV, Paris, 1851, p. 598 (frg. 148).

43 Supra, pp. 51 et 54-55.

44 Voir par exemple, pour l’activité législative et administrative : L. de BLOIS, op. cit., p. 33 (le règne de Philippe est, au niveau juridique, le plus productif de toute la période) et P.J. PARSONS, Philippus Arabs and Egypt, dans Journal of Roman Studies, 57, 1967, p. 141 (l’effort de réorganisation de l’Egypte entrepris sous Philippe égale par l’ambition ceux de Septime Sévère et de Dioclétien). Dans le domaine de la réfection routière, voir, pour une nouvelle liste des militaires : Ch. PRICKARTZ, op. cit., pp. 345-346.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search