Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Hadrien a-t-il été divinisé de son vivant à Athènes par l’appellation « Hadrien (Zeus) ΕΛΕΥΘΕΡΙΟΣ » ?

Anne Noël

Texto completo

  • 1 A. NOËL, Recherches sur la divinisation de l’empereur Hadrien, mémoire de licence en Philosophie et (...)
  • 2 Les principaux titres sont : σωτήρ, κρίστης, εὐεργέτης ; Ἐλευθέριος, Ὀλύμπιος, Πανελλήνιος ; titres (...)
  • 3 Ce titre constituait le chap. 2 de mon mémoire, pp. 109-143.

1Dans mon travail de fin de licence1, j’ai voulu vérifier, dans les inscriptions d’autels et de statues votives, ce qu’il en est d’une divinisation de l’empereur Hadrien de son vivant, dans la partie « grecque » de l’Empire romain (c’est-à-dire principalement à Athènes, pour la province d’Achaïe, et dans la province d’Asie). Le matériel épigraphique disponible mentionne différents titres pour Hadrien2, titres qui sont aussi des épiclèses divines. Dans la contribution rédigée ici en hommage à Monsieur le Professeur Paquet, j’ai choisi de retravailler (mais sans apports nouveaux, faute de temps) le titre (Zeus) Ἐλευθέριος3 pour la ville d’Athènes.

***

I. Le titre Ἐλɛυθέριος en lui-même

2Il n’est pas difficile de comprendre le sens de ce titre : il fait référence à un état de liberté, à une libération. Comme qui parle de libération parle aussi d’une entrave, d’un danger dont on est sauvé, on comprend également pourquoi un être qualifié d’ἐλευθέριος au sens de libérateur est aussi un σωτήρ, c’est-à-dire un sauveur.

3De la même manière que le titre σωτήρ avait été attribué à des dieux, le titre ἐλευθέριος a lui aussi été appliqué à la divinité. Mais, tandis que plusieurs dieux avaient reçu le premier titre, le second a été essentiellement réservé à Zeus, en considération de circonstances particulières.

4Enfin, exactement comme le titre σωτήρ avait été utilisé pour désigner des êtres humains, on observera que le titre ἐλευθέριος a également servi à qualifier des hommes, mais la plupart du temps en référence à des actions très particulières, comme l’octroi d’un statut de liberté. C’est sans doute ce qui explique que le titre ἐλευθέριος n’ait jamais été banalisé, contrairement au titre σωτήρ.

1.Zeus σωτήρ ou ἐλευθέριος4

  • 4 À ce sujet, pour un aperçu général, voir notamment : ZIEGLER, Zeus Beinamen), dans W.H. ROSCHER’s A (...)
  • 5 Voir à ce sujet : E. KIRSTEN, Plataiai, dans R.E., t. XX, 1950, no 2, col. 2314-2318 (§13) et col. (...)

5Ces deux épiclèses, souvent indifféremment utilisées pour désigner le même dieu, ont été attribuées à celui-ci dans des circonstances précises : après la victoire des Grecs contre les Barbares au cours des guerres médiques (début du Ve s. av. J.-C.). Parce que, dans leur victoire, les Grecs avaient senti un soutien divin, ils ont tenu ensuite à remercier leur dieu commun à tous, Zeus. Ce dieu a alors reçu le titre de σωτήρ ou de ἐλευθέριος pour avoir préservé la Grèce du péril barbare. D’autre part, toujours en l’honneur de ce Zeus libérateur, les Grecs décidèrent d’élever à Platées (lieu de la dernière victoire grecque) un autel commun et d’y fonder des jeux festifs destinés à rassembler les Grecs, jeux appelés Eleuthéria (nom rappelant le titre de Zeus ainsi que les événements auxquels il se rattachait). Comme cette libération inespérée avait été obtenue grâce à l’alliance défensive de tous les Grecs et grâce à l’assistance de leur dieu commun, il était assez normal que le culte rendu au dieu de la victoire et les jeux commémoratifs de celle-ci prennent une allure panhellénique. Mais ce panhellénisme restera à vocation limitée, et la gloire de Platées s’est sans doute progressivement estompée. On peut noter ici que, sous Hadrien, Platées connut un regain de célébrité5, ce qui devait être en rapport avec l’activité de cet empereur en faveur du monde grec et du panhellénisme.

  • 6 Pausanias, I, 3, 1.
  • 7 Voir à ce sujet ZIEGLER, Zeus (Beinamen), dans R.L.M., t. VI, 1924-1937, col. 619.

6Le culte de Zeus Eleuthérios ne se limita pas à Platées. On le retrouve aussi à Athènes, où on connaît l’existence d’une stoa portant le nom de dieu, ainsi que l’existence d’une statue de ce dieu mentionnée par Pausanias6, statue qui se trouvait près d’un autel dédié au dieu dans l’agora. On notera qu’à Athènes le culte voué à Zeus Eleuthérios était peut-être aussi à mettre en relation avec la chute des « Trente Tyrans » (403 av. J.-C.), autrement dit avec la libération du joug Spartiate7. Le culte aurait ici une résonnance politique beaucoup plus étroite, non panhellénique : Zeus y serait le protecteur de la cité d’Athènes, de sa culture, de sa démocratie, contre l’ennemi qui amène le désordre (ici, l’ennemi grec d’Athènes, Sparte).

  • 8 Voir à ce sujet ZIEGLER, Zeus (Beinamen), dans R.L.M., t. VI, 1924-1937, col. 671-685, et H. SCHWAB (...)

7Le culte rendu à Zeus Eleuthérios existait également en d’autres lieux de Grèce et dans les colonies grecques d’Asie mineure, mais il n’est pas dans mon propos d’en dresser ici une liste détaillée8.

2. Le titre ἐλευθέριος attribué à des êtres humains

8Le processus qui a conduit à qualifier des hommes du titre ἐλευθέριος est assez simple : il devait suffire de la constatation d’une œuvre de libération dont ces êtres humains étaient les acteurs, pour que l’octroi du titre soit décidé (le plus souvent par la collectivité concernée). Assez logiquement, une telle action libératrice était plus facile à mener pour des hommes dotés de pouvoirs particuliers, plus spécialement encore pour ceux qui détenaient, directement ou indirectement, un pouvoir politique ou militaire (l’un étant souvent lié à l’autre). Pratiquement, il s’agit le plus souvent de souverains ou de leurs proches.

  • 9 Voir à ce sujet : H. SCHWABL, Zeus (Teil II), dans R.E., suppl., t. XV, 1978, col. 1405-1408 et col (...)
  • 10 A. BENJAMIN et A.E. RAUBITSCHEK, Arae Augusti, dans Hesperia, t. XXVIII, 1959, pp. 65-85 ; voir spé (...)

9Avant Hadrien, quelques empereurs romains ont porté le titre ἐλευθέριος, Malheureusement, il n’est pas toujours facile de déterminer les raisons de cette qualification, parce qu’aussi bien les circonstances que l’appellation peuvent être tout à fait locales. Les empereurs concernés sont : Auguste, Néron, Domitien et peut-être Trajan9. Parmi ces cas, si celui d’Auguste n’est pas sans intérêt10, c’est celui de Néron qui est apparemment le plus facile à expliquer : Néron a été appelé ἐλευθέριος pour avoir proclamé la liberté de l’Achaïe à Platées. On peut donc voir une double motivation à l’attribution de ce titre : d’une part, il y avait eu octroi d’un statut de liberté, d’autre part, cela s’était produit à Platées, dont on a dit l’importance à propos du culte de Zeus Eleulhérios.

10En ce qui concerne la valeur du titre lorsqu’il est attribué à des hommes, rien n’indique clairement dans son usage qu’il ait été divinisant. Autrement dit, rien ne prouve, en soi, que la personne appelée du titre ἐλευθέριος ait été complètement assimilée à Zeus par le simple fait de porter une qualification qui est aussi une épiclèse de ce dieu. En fait, le titre apparaît en général plutôt comme une marque de gratitude, de reconnaissance pour une action précise.

II. Hadrien (Zeus) ἐλευθέριος dans les inscriptions d’Athènes

  • 11 P. GRAINDOR, Athènes sous Hadrien, Le Caire, 1934. Voir pp. 167-168 pour les inscriptions concernan (...)
  • 12 Il s’agit de l’inscription IG, t. ΙII, 1.4-5, dont une restitution corrigée a été donnée en IG, t.  (...)

11À Athènes, il n’existe plus aujourd’hui de trace probante de l’existence d’une appellation « Hadrien (Zeus) ἐλευθέριος » du vivant de l’empereur. Déjà en 1934, au moment de la parution de son livre11, P. Graindor constatait cette lacune, mettant en évidence le peu de consistance des documents disponibles12, tant pour la période précédant la mort de l’empereur que pour la période qui la suivit...

  • 13 A.E. RAUBITSCHEK, Hadrian as the son of Zeus Eleutherios, dans American Journal of Archaeology, t.  (...)
  • 14 A.E. RAUBITSCHEK propose d’expliquer le caractère unique de cette appellation par le fait que l’ann (...)
  • 15 Le titre ἐλευθέριος serait alors en quelque sorte une version grecque du titre Parthicus.
  • 16 Cette idée a également été retenue par M.K. THORNTON, Hadrian and his reign, dans Aufstieg und Nied (...)

12Cependant, depuis la restitution groupée de A.E. Raubitschek13, on possède undocumentquipourraitéventuellcmentéclairerlesrelationsquiauraientexisté entre Hadrien et Zeus Eleuthérios. 11 s’agit d’une inscription figurant sur la base d’une statue érigée en l’honneur d’« Hadrien fils de Trajan Zeus ἐλευθέριος » (et c’est ici le seul cas où Trajan porte ce nom14. A.E. Raubitschek propose comme commentaire à cette inscription le fait que le titre ελευθέριος aurait pu avoir été octroyé à Trajan pour ses victoires contre les Parthes15, mais aussi et peut-être surtout, le fait qu’il aurait pu avoir été donné à Trajan dans le but d’assurer la légitimité de la succession d’Hadrien (dont l’adoption in extremis par Trajan n’avait pas été sans poser quelques problèmes...). On aurait donc ici un des aspects de la propagande de légitimation du pouvoir, propagande utilisée par les empereurs en général, et ici par ou pour Hadrien16. Ceci expliquerait aussi en partie l’apparition de ce titre après la mort de Trajan, et de manière isolée : la nécessité de garantir cette légitimité de la succession ne devait pas se maintenir longtemps, d’autres formes de propagande allaient lui succéder.

13Quoi qu’il en soit, l’appellation Hadrien (Zeus) ἐλευθέριος reste tout aussi hypothétique puisque non fondée sur un ou des documents clairs.

  • 17 P. GRAINDOR, op. cit., p. 169.
  • 18 À Athènes, aucun autel, aucune base de statue ne porte ce titre en l’honneur d’Hadrien. Ce titre es (...)

14Malgré ce manque de données, P. Graindor a tenu à signaler (et d’autres auteurs après lui) la possibilité de l’existence d’une appellation « Hadrien (Zeus) Eleuthérios » à Athènes suite à la création du Panhellènion et des Panhellénies, « fêtes imitées des Eleuthèria que les Grecs célébraient à Platées en souvenir de la victoire qui avait définitivement libéré la Grèce du péril perse »17. Une telle explication de l’hypothétique (et P. Graindor souligne ce caractère incertain) appellation d’Hadrien ἐλευθέριος ne paraît pas, en soi, inacceptable : elle rejoindrait en tout cas en partie l’explication donnée à l’usage initial de ce titre à Platées, particulièrement le caractère panhellénique de ce lieu ; de ce dernier élément, on pourrait déduire que le titre ἐλευθέριος rejoindrait aussi le titre πανελλήνιος et les circonstances de son attribution. Malheureusement, il faut signaler que ce dernier titre est quasi tout aussi peu explicitement attribué à Hadrien à Athènes...18.

  • 19 J. BEAUJEU, La religion romaine à l’apogée de l’Empire, t. I : La politique religieuse des Antonins (...)

15Tous les auteurs n’ont pas eu la même prudence que P. Graindor. Ainsi, J. Beaujeu19, quant à lui, laisse croire que le titre ἐλευθέριος peut être considéré comme bien établi pour Hadrien dans la ville d’Athènes. Reste à voir sur quelles bases cet auteur a bâti sa conclusion. Voici tout d’abord la façon dont J. Beaujeu expose son point de vue :

  • 20 J. BEAUJEU, op. cit., pp. 203-204.

« Il ne fait aucun doute, selon nous, que le titre Eleuthérios dont le [Hadrien] parent de nombreuses inscriptions d’Athènes, de Périnthe, de Lesbos, représente le prédicat de Zeus Eleuthérios ; P. Graindor, puis A.E. Raubitschek se sont attachés à démontrer qu’aucun document n’atteste l’identification formelle d’Hadrien avec Zeus Eleuthérios, ce qui est exact ; mais comment croire qu’un homme assimilé couramment à Zeus Olympios, proclamé fils de Trajan/Zeus Eleuthérios par une dédicace située près de l’Acropole, sans doute dans le Parthénon, [...] et qui lui-même, à Athènes, avait sa statue à côté de Zeus Eleuthérios [...] ait pu recevoir le titre d’Eleuthérios sans que la personne de Zeus Eleuthérios se substitue ou se surimpose automatiquement, dans l’esprit des Grecs, à celle de l’empereur ? »20.

16Il me semble que, dans ce passage, J. Beaujeu a fait un amalgame de différents éléments, et que son argumentation n’est pas suffisamment fondée pour établir une conclusion aussi affirmative. En effet :

    • 21 On trouve, à Lesbos, 11 inscriptions (sur bases d’autels) où Hadrien porte le titre έλευθέριος, tit (...)
    • 22 Le cas de Périnthe est très confus. La ou les ( ?) dédicaces (une ou deux, suivant restitution) qu’ (...)

    Il est assez étrange de parler des « nombreuses inscriptions » où Hadrien porterait le titre ἐλευθέριος : les inscriptions ne sont « nombreuses » qu’à Lesbos21. À Athènes, on a vu ce qu’il en était, et à Périnthe, le cas n’est pas plus probant qu’à Athènes et n’est pas fondé sur de « nombreuses inscriptions »22.

  1. Il faut signaler que P. Graindor et d’autres auteurs à sa suite n’ont pas d’abord cherché à montrer que l’identification formelle d’Hadrien avec Zeus Eleuthérios n’était pas attestée par des documents : ils ont d’abord montré que le titre ἐλευθέριος n’est pas attesté de manière indubitable pour la ville d’Athènes et pour la personne d’Hadrien.

    • 23 Inscriptions à Hadrien (Zeus) Olympios : sur 98 inscriptions d’autels ou statues trouvées à Athènes (...)
    • 24 Il n’est pas dans mon propos de parler ici du titre Olympios et du contexte général de son attribut (...)

    J. Beaujeu parle d’Hadrien assimilé couramment à Zeus Olympios, assimilation qui permettrait, selon lui, de penser à une assimilation d’Hadrien à Zeus Eleuthérios. Il faut ici remarquer que les cas d’inscriptions à Hadrien Zeus Olympios sont les moins fréquents23 ; les plus fréquents mentionnent seulement Hadrien Olympios, et ce titre y est le plus souvent intégré à la titulature impériale, où il figure en fin de liste. De cet usage, rien n’indique clairement qu’il y ait eu assimilation au dieu. Le terme Ὀλύμπιος pouvait tout aussi bien être un qualificatif de comparaison-comparaison flatteuse sans doute-destiné à caractériser l’empereur pour une de ses actions ou pour l’ensemble de son activité dans un domaine. Dans le cas du titre Ὀλύμπιος, on songe évidemment à l’inauguration de l’Olympieion (la construction de ce temple, commencée depuis très longtemps, ayant été achevée sous Hadrien) et à l’activité en général très bienveillante – rejoignant ainsi celle du souverain modèle, Zeus, roi de l’Olympe, ou autrement dit Zeus Olympien – de l’empereur envers le monde grec24.

    • 25 Voir pp. 40-41 où il a été question de cette statue.

    J. Beaujeu fait référence à la statue sur la base de laquelle Hadrien est appelé fils de Trajan/Zeus Eleuthérios25, comme s’il s’agissait d’une indication devant soutenir l’idée qu’Hadrien aurait lui-même porté ce titre. Rien ne permet d’arriver à une pareille conclusion. On peut noter que, d’un point de vue purement « logique », il me semble qu’Hadrien ne pouvait pas être à la fois fils de Zeus Eleuthérios et Zeus Eleuthérios lui-même... Or, si l’on se fonde uniquement sur cette inscription pour justifier l’existence du titre ἐλευθέριος pour Hadrien, c’est là la conclusion à laquelle on devrait aboutir ! Comme indiqué plus haut, il faut donc plutôt réserver, dans ce cas, le titre Eleuthérios à Trajan, auquel il est effectivement attribué, même si c’était en partie au bénéfice d’Hadrien. Ainsi, cette dédicace ne peut pas confirmer l’existence du titre ἐλευθέριος pour Hadrien, et encore moins son éventuelle assimilation à Zeus Eleuthérios.

    • 26 A.S. BENJAMIN, The Altars of Hadrian in Athens and Hadrian’s Panhellenic program, dans Hesperia, t. (...)
    • 27 H.A. THOMPSON, The Annex to the Stoa of Zeus in the Athenian Agora, dans Hesperia, t. XXXV, 1966, p (...)
    • 28 R. TRUMMER, op. cit., p. 106.

    J. Beaujeu se sert de l’information selon laquelle une statue d’Hadrien aurait été élevée à côté ou dans les environs de celle de Zeus Eleuthérios, comme d’une nouvelle preuve de son association ou assimilation à ce dieu. Si cet avis a été repris – l’assimilation étant explicitement exprimée – par A.S. Benjamin, qui écrit : « In Athens, there is no known instance of the identification of Hadrian with Zeus Eleutherios, but his statue as son of Trajan, Zeus Eleutherios, and the position of his statue near the Royal Stoa associated him closely with the god. Again, the assimilation to the god bore with it Panhellenic implications »26, d’autres auteurs ayant écrit plus récemment n’ont pas repris une telle affirmation. Ainsi, H.A. Thompson s’est-il contenté de dire que « the fact that Pausanias (1, 3, 3) saw a statue of Hadrian beside the statue of Zeus in front of our stoa is suggestive but certainly not décisive »27. Plus récemment encore, R. Trummer, soulignant que l’existence de cette statue n’est attestée que par Pausanias, ajoutait : « Dajedoch ausserder cher knappen Überlieferung beim Pausanias keine weiteren Nachrichten zur Verfügung stehen, muss es bei einer Vermutung bleiben »28.

17Bref, il me paraît imprudent de donner, comme le fait J. Beaujeu, l’impression que le titre ἐλευθέριος ait pu être attribué généralement à Hadrien, et plus imprudent encore de supposer qu’une telle appellation devait forcément assimiler l’empereur à Zeus Eleuthérios, constituant ainsi une preuve de la divinisation d’Hadrien de son vivant.

***

  • 29 R. TRUMMER, op. cit., p. 106, n. 4, renvoie pourtant à P. GRAINDOR, op. cit., p. 57, n. 2. Mais il (...)

18En guise de conclusion, je commenterai ici l’avis le plus récemment émis sur l’existence d’un rapprochement ou d’une association entre Hadrien et Zeus Eleuthérios : il s’agit de l’avis de R. Trummer. D’une manière générale, cet auteur suit l’avis de P. Graindor en ne considérant pas comme établi, dans les très rares et peu probants documents laissés par la ville d’Athènes (ou y retrouvés), le fait qu’Hadrien ait été qualifié du titre ἐλευθέριος à Athènes. Cependant, R. Trummer signale la possibilité qu’Hadrien ait été vénéré avec Zeus Eleuthérios dans un temple. À ce sujet, il me semble que R. Trummer commet une erreur en renvoyant à l’inscription IG, t. II2, 1081 qu’elle présente exactement sous la forme transcrite précédemment en IG, t. III, 9, et non sous celle de sa révision...29. D’autre part, cette inscription peut-elle, à elle seule, prouver une vénération de l’empereur dans un temple ? En effet, le texte, incomplet, ne mentionne que... κολ]οσσικὴν εὐκ[όνα...

19Tout ceci m’amène à dire qu’il n’existe aucune indication indiscutable montrant que :

  1. Hadrien aurait été appelé ἐλευθέριος à Athènes, et cela aussi bien avant qu’après sa mort ;

  2. un titre ἐλευθέριος, s’il avait été octroyé à l’empereur, aurait impliqué de fait une assimilation d’Hadrien à Zeus Eleuthérios lui-même, conduisant ainsi à sa divinisation de son vivant sous ce nom ;

  3. Hadrien, même sans avoir porté le titre ἐλευθέριος, aurait été vénéré à Athènes en association avec Zeus Eleuthérios.

Notas

1 A. NOËL, Recherches sur la divinisation de l’empereur Hadrien, mémoire de licence en Philosophie et Lettres (Histoire), Université catholique de Louvain, septembre 1982, 2 vol., XXXII, 407 p. et cartes et tableaux chronologiques des voyages d’Hadrien en Grèce et en province d’Asie.

2 Les principaux titres sont : σωτήρ, κρίστης, εὐεργέτης ; Ἐλευθέριος, Ὀλύμπιος, Πανελλήνιος ; titres marquant des épiphanies ; épithètes locales. A cela s’ajoutent les cas où l’empereur partage un autel avec un dieu.

3 Ce titre constituait le chap. 2 de mon mémoire, pp. 109-143.

4 À ce sujet, pour un aperçu général, voir notamment : ZIEGLER, Zeus Beinamen), dans W.H. ROSCHER’s Ausfürliches Lexikon der griechischen und römischen Mythologie, t. VI, Leipzig - Berlin, 1924-1937, col. 619-623 (cet ouvrage sera abrégé par la suite : R.L.M.) ; H. SCHWABL, Zeus I. Epiklesen, dans Realencyclopädie der klassischen Altertumswissenschaft, 2ème sér., t. XIX, 1972, col. 362-364 (cet ouvrage sera abrégé par la suite : R.E.) ; H. SCHWABL, Zeus (Teil II), dans R.E., suppl., t. XV, 1978, col. 1055-1057 (§25) et col. 1066-1067 (§29) ; H. SCHWABL, Zeus. Nachträge, dans R.E., suppl., t. XV, 1978, col. 1452-1454. On peut aussi consulter : L.R. FARNELL, The cuits of the Greek States, t. I, New Rochelle - New York, 1896 (réimp. 1977), pp. 60-62 ; et H. KASPER, Griechische Soter-Vorstellungen und ihre Uebernahme in das politische Leben Roms, diss., Mayence, 1959, pp. 30-31.

5 Voir à ce sujet : E. KIRSTEN, Plataiai, dans R.E., t. XX, 1950, no 2, col. 2314-2318 (§13) et col. 2326-2328 (§14). On notera cependant que Platées n’a pas livré d’inscription à Hadrien (Ζeus) ἐλευθέριος.

6 Pausanias, I, 3, 1.

7 Voir à ce sujet ZIEGLER, Zeus (Beinamen), dans R.L.M., t. VI, 1924-1937, col. 619.

8 Voir à ce sujet ZIEGLER, Zeus (Beinamen), dans R.L.M., t. VI, 1924-1937, col. 671-685, et H. SCHWABL, Zeus (Teil II), dans R.E., suppl., t. XV, 1978, col. 1063-1174 (Kultbelege...).

9 Voir à ce sujet : H. SCHWABL, Zeus (Teil II), dans R.E., suppl., t. XV, 1978, col. 1405-1408 et col. 1453, pour une approche d’ensemble. On peut également consulter (par ordre d’ancienneté) : P. RIEWALD, De imperatorum Romanorum cum certis dis et comparatione et aequatione (Diss. Phil. Halenses, XX, 3), Halis Saxonum, 1912, pp. 287-290 (l’auteur cite pour chaque empereur les documents de sa connaissance où le titre ἐλευθέριος apparaît – on verra que, depuis lors, quelques modifications importantes ont été faites, à propos d’Hadrien notamment –) ; H.A. THOMPSON, The Annex to the Stoa of Zeus in the Athenian Agora, dans Hesperia, t. XXXV, 1966, pp. 171-187, particulièrement pp. 184-185 ; R. TRUMMER, Die Denkmaler des Kaiserkults in der römischer Provint Achaia (Dissertationen der Universität Graz, 52), Graz, 1980, p. 67 [Auguste, Athènes] ; p. 158 [Auguste, Gytheion] ; p. 184 [Néron, Akraiphia] ; p. 189 [Domitien, Delphes], Pour le cas de Trajan, voir ci-après, pp. 4-5.

10 A. BENJAMIN et A.E. RAUBITSCHEK, Arae Augusti, dans Hesperia, t. XXVIII, 1959, pp. 65-85 ; voir spécialement p. 73, où les auteurs établissent un parallèle entre la fondation de Nicopolis après Actium et celle des Eleuthéria à Platées après les victoires contre les Perses.

11 P. GRAINDOR, Athènes sous Hadrien, Le Caire, 1934. Voir pp. 167-168 pour les inscriptions concernant Hadrien ἐλευθέριος.

12 Il s’agit de l’inscription IG, t. ΙII, 1.4-5, dont une restitution corrigée a été donnée en IG, t. II2, 1081 ; et de l’inscription IG, t. IIΙ, 253 ( ?). Ces inscriptions sont postérieures à la mort d’Hadrien et sont très lacunaires.

13 A.E. RAUBITSCHEK, Hadrian as the son of Zeus Eleutherios, dans American Journal of Archaeology, t. XLIX, 1945, pp. 128-133 ; voir l’inscription p. 129, elle regroupe des fragments édités en IG, II2, 3312, 3321, 3322.

14 A.E. RAUBITSCHEK propose d’expliquer le caractère unique de cette appellation par le fait que l’annonce des victoires de Trajan aurait pu n’avoir atteint Athènes que très peu de temps avant la mort de l’empereur. La guerre contre les Parthes avait débuté en 113/114, les premières victoires étant marquées par l’attribution du titre Parthicus (Maximus), le 20 février 116. La guerre se poursuivait encore 1’année de la mort de Trajan (117).

15 Le titre ἐλευθέριος serait alors en quelque sorte une version grecque du titre Parthicus.

16 Cette idée a également été retenue par M.K. THORNTON, Hadrian and his reign, dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt (cette série d’ouvrages sera abrégée par la suite : ANRW), t. II, 2 : Principal. Politische Geschichte (Allgemeines), éd. H. TEMPORINI, Berlin - New York, 1975, pp. 432-476 ; voir particulièrement p. 443, n. 28.

17 P. GRAINDOR, op. cit., p. 169.

18 À Athènes, aucun autel, aucune base de statue ne porte ce titre en l’honneur d’Hadrien. Ce titre est en outre rare du vivant d’Hadrien dans d’autres types de documents, où le mot est le plus souvent fort restitué... Après la mort d’Hadrien, on trouve une base de statue dédiée à Hadrien Panhellènios (/G, t. II2, 3386). Bref, comme pour le titre ἐλευθέριος, on ne peut qu’émettre des « hypothèses » concernant les motivations d’une éventuelle attribution du titre πανελλήνιος à Hadrien de son vivant, ainsi que des « hypothèses » concernant une divinisation de l’empereur sous ce nom... En province romaine d’Asie, on trouve davantage d’inscriptions (8) portant mention d’Hadrien πανελλήνιος ou πανιώνιος. Aucune inscription ne comporte la formulation Hadrien Zeus Panhellènios/Paniônios. Pour ces inscriptions, voir S.E.G., t. XV, no 530 [Chios, base de statue] ; Die Inschriflen von Ephesos (Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien, t. V), no 1501 [Ephèse, statue] ; ibid., t. II, no 271 F ; IGR, t. IV, 519 et 1157 [Germé et Stratonicée-Hadrianopolis, statues] ; IGR, t. IV, 552 [Golis, statue] ; Milet, éd. Th. WIEGAND, t. I, 2 : H. KNACKFUSS, Dos Rathaus von Milet, Berlin, 1908, no 20 [Milet, statue] ; A.S. BENJAMIN, The Altars of Hadrian in Athens and Hadrian’s Panhellenic program, dans Hesperia, t. XXXII, 1963, p. 85, no 104 [Pergame, statue].

19 J. BEAUJEU, La religion romaine à l’apogée de l’Empire, t. I : La politique religieuse des Antonins (96-192), Paris, 1955.

20 J. BEAUJEU, op. cit., pp. 203-204.

21 On trouve, à Lesbos, 11 inscriptions (sur bases d’autels) où Hadrien porte le titre έλευθέριος, titre suivant les autres mentions habituelles de la titulature (plus ou moins complète) de l’empereur, et précédant la mention Ὀλύμπιος (voir IG, t. XII, 2, 185, 191, 192, 193, 194, 195,196, 197, 198 ; IG, t. ΧII, suppl., no 53) ; une de ces 11 inscriptions comporte la mention Ἐλευθερί Διί (IG,t.XII,2,183(1) + correction en IGR, t. IV, 84).
Le cas de Lesbos semble être tout à fait particulier. Plusieurs auteurs émettent l’hypothèse de l’obtention du statut de liberté pour Mytilène. Voir à ce sujet, notamment : V. CHAPOT, La province romaine proconsulaire d’Asie depuis ses origines jusqu’à la fin du haut-empire (Bibliothèque de l’École des Hautes Études, fasc. 150), Paris, 1904,pp. 118-119 ; W. WEBER, Untersuchungen zur Geschichte des Kaisers Hadrianus, Leipzig, 1907 (réimp. 1973), p. 136 ; An economic survey of Ancient Rome, t. IV : Roman Africa, Roman Syria, Roman Greece, Roman Asia, éd. T. FRANK, Paterson (New Jersey), 1959, p. 740 (Cet ouvrage sera abrégé par la suite : Ec. Surv. IV). Un autre auteur est moins prudent, en ne disant pas qu’il s’agit d’une hypothèse et en mentionnant Mytilène parmi les villes ayant reçu la liberté d’Hadrien (voir B. D’ORGEVAL, L’empereur Hadrien, œuvre législative et administrative, Paris, 1950, p. 226).
Enfin, A.D. MACRO précise que l’île était de statut « libre », mais déjà sous le principat d’Auguste. Or, comme le statut des îles et villes a pu varier au cours du temps, on ne peut rien en déduire en ce qui concerne l’action d’Hadrien. Voir à ce sujet : A.D. MACRO, The cities of Asia Minor under the Roman Imperium, dans ANRW, t. II, 7, 2ème partie : Principat. Politische Geschichte (Provinzen und Randvölker : griechischer Balkanraum ; Kleinasien), éd. H. TEMPORINI, Berlin New York, 1980, p. 676.
D’autre part, il faut signaler qu’il n’y a pas, à Lesbos, de « tradition » en ce qui concerne l’octroi systématique ou fréquent du titre ἐλευθέριος à un empereur : tout au plus connaît-on le cas d’Auguste (voir IGR, T. IV, 62,72 et 95). On a vu plus haut qu’Auguste avait octroyé le statut de liberté à Lesbos, ce qui expliquerait l’attribution du titre. Si Hadrien a bien donné à nouveau ce statut à la ville ou à l’île, on peut donc aussi comprendre l’attribution du titre à ce dernier empereur. Il est à noter que, pour Mytilène, on possède un dernier cas d’être humain appelé du titre ἐλευθέριος avant Hadrien : il s’agit de l’écrivain Théophane, ami de Pompée (ce cas est donc antérieur à l’Empire), qui avait obtenu pour son île d’origine le statut de liberté (voir IG, t. XII, 2, 163, et, pour plus de commentaires, V. CHAPOT, op. cit., p. 118 et Ec. Surv. IV, p. 533). Dans ces cas connus, il y aurait donc eu chaque fois un lien entre une action politique conduisant à l’obtention d’un statut de liberté, et l’octroi du titre ἐλευθέριος pour la personne considérée comme étant à l’origine de ce statut nouveau. Ce sont donc bien des motivations propres à Lesbos, on ne peut rien en déduire pour d’autres régions.

22 Le cas de Périnthe est très confus. La ou les ( ?) dédicaces (une ou deux, suivant restitution) qu’on y a trouvée(s) ne sont pas avec certitude des dédicaces d’autels ou de statues. On notera cependant que, au sujet de Périnthe, P. GRAINDOR émettait l’avis suivant : « S’il fallait trouver une preuve qu’Hadrien à [sic] bien reçu le prédicat Eleuthérios, ce n’est pas à Athènes même qu’il faudrait la chercher mais bien plutôt, ainsi que l’a vu Riewald, dans des cités comme Périnthe où Hadrien est qualifié à la fois d’Olympios et d’Eleuthérios, sans doute à l’imitation d’Athènes ». (P. GRAINDOR, op. cit., p. 169). Ici, P. GRAINDOR s’est fondé sur le commentaire de P. RIEWALD, op.cit., p. 332, no 131 ; pour aboutir à cette conclusion. P. RIEWALD mentionne une seule inscription de Périnthe : CIG, 2021 = IGR, t. I, 785. Or, cette correspondance est peu évidente, étant donné la façon dont les deux textes sont présentés, tous les deux étant en outre fort lacunaires... P. RIEWALD ajoutait, en guise de commentaire : « Nam verba Ὀλύμπιος et Ἐλɛυθέριος verbo καὶ inter se coniuncta cum Lesbi non inveniantur, facillimam interpretationem habent, si titulum revocas Athenas, ubi Hadrianus σύνναoς erat et Iovis Olympii et Iovis Eleutherii ». P. RIEWALD s’était fondé notamment sur les inscriptions qualifiant Hadrien d σύνναος ou le présentant comme σύνναος du dieu à Athènes. Or, entre temps, des modifications avaient été apportées à propos des documents disponibles, ainsi, IG, t. ΙII, 9 avait été corrigé en IG, t. II2, 1081. P. GRAINDOR connaissait cette nouvelle restitution, et il contestait en outre lui-même les inscriptions ayant servi de base au travail de P. RIEWALD ! Comment a-t-il pu, dès lors, retenir une partie de la conclusion de P. RIEWALD, tout en niant la validité de certains éléments la fondant ? Comment a-t-il pu admettre que des inscriptions trouvées ailleurs qu’à Athènes aient pu être rédigées à l’imitation de ce qui se serait fait à Athènes (ville pour laquelle on ne possède aucun document pertinent, comme P. GRAINDOR le soulignait lui-même), en sorte que ces inscriptions « imitées » finissaient par prouver l’existence du titre dans la ville qui aurait servi de modèle, soit Athènes ? ! ?... Tout cela ressemble fort à un enchaînement d’hypothèses formant cercle vicieux... D’autre part, pourquoi chercher où Périnthe (ou même Lesbos, pourquoi pas ?) aurait pu trouver son inspiration ? Pourquoi Athènes devait-elle être la source ? Et surtout, pourquoi imaginer qu’il faille s’inspirer de ce qui se « faisait » ici ou là pour faire quelque chose à son tour ?... D’autant plus que, en ce qui concerne le titre ἐλευθέριος, l’attribution en est, finalement, très rarement et seulement localement établie ! Tout cela semble un peu vain et ne prouve absolument rien !

23 Inscriptions à Hadrien (Zeus) Olympios : sur 98 inscriptions d’autels ou statues trouvées à Athènes, 97 portent le titre Olympios ; sur 99 inscriptions trouvées en province d’Asie, 91 portent ce titre. A Athènes, le titre Ὀλύμπιος est toujours mentionné seul, et est toujours mentionné après la titulature (plus ou moins complète) d’Hadrien, où il est donc comme « intégré » (sauf dans 3 inscriptions, où il figure après le titre κτίστης). En Asie, 17 peut-être 18 - inscriptions comprennent la mention « Zeus Olympios » et 1 comporte la formulation τῷ Ὀλυμπίῳ σωτῆρι καὶ κτίστη. Il faut noter aussi que les inscriptions mentionnant Hadrien « Zeus Olympios » se retrouvent dans 9 sites différents, dont 6 ont livré aussi des dédicaces ne portant pas la mention « Zeus » ; et les 3 derniers sites n’ont livré qu’une seule inscription. Autant dire que l’appellation Hadrien Zeus Olympios était loin d’être généralisée, même pour un endroit précis !

24 Il n’est pas dans mon propos de parler ici du titre Olympios et du contexte général de son attribution (très largement répandue dans le monde grec). A ce sujet, je renvoie au chapitre 3 de mon mémoire, vol. 2, pp. 144-268.

25 Voir pp. 40-41 où il a été question de cette statue.

26 A.S. BENJAMIN, The Altars of Hadrian in Athens and Hadrian’s Panhellenic program, dans Hesperia, t. ΧΧΧII, 1963, p. 58.

27 H.A. THOMPSON, The Annex to the Stoa of Zeus in the Athenian Agora, dans Hesperia, t. XXXV, 1966, p. 185.

28 R. TRUMMER, op. cit., p. 106.

29 R. TRUMMER, op. cit., p. 106, n. 4, renvoie pourtant à P. GRAINDOR, op. cit., p. 57, n. 2. Mais il semble qu’elle n’ait pas lu correctement cette note, puisqu’elle ne corrige pas sa référence en fonction de la remarque de P. GRAINDOR : « (cf. aussi IG, t. II2, 1075 et 1081, où Dittenberger, IG, ΙII, 9, avait, à tort, restitué, 1. 5, le nom d’Hadrien) ». R. TRUMMER renvoie également à A.D. NOCK, Σύνναος θεός I and II, dans A.D. NOCK, Essays on the religion and the ancient world, éd. Z. Stewart, Oxford, 1972, t. I, pp. 227-228. En fait, dans cet article, paru initialement dans les Harvard Studies in Classical Philology, t. XLI, 1930, l’auteur se fondait sur la restitution IG, t. ΙII, 9 (abandonnée en IG, t. II2,1081), pour écrire : « It is however clear front IG t. III 9 [...] that in one temple at Athens he [Hadrien] has his own cult-image by the side of Zeus ».

Autor

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540