Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

La destruction de Strasbourg à la fin du Ier siècle après Jésus-Christ : révolte militaire, incendie accidentel ou incursion barbare ?

Michel Marchant

Texte intégral

  • 1 J.-J. HATT, L'incendie d’Argentorate en 96-97 ap. J,-C., une révolte militaire ignorée dans les Cha (...)
  • 2 J.-J. HATT, Les récentes fouilles de Strasbourg..., p. 42.

1Des fouilles effectuées au cours des années 1947 et 1948 dans le sous-sol de Strasbourg ont mis au jour les traces d’un violent incendie qui a ravagé non seulement le camp militaire, mais aussi l’agglomération civile voisine, les « canabae », et même le faubourg de Königshoffen1. Se basant sur la découverte dans les décombres de poteries d’époque flavienne, de monnaies de Domitien des années 88 et 91 et d’une pièce de Nerva remontant à 96, l’historien français J.-J. Hatt a daté les destructions des années 96 ou 972.

  • 3 En dehors des deux références déjà citées en note 1, cf. aussi J.-J. HATT, L’Alsace celtique et rom (...)
  • 4 M. DURRY, Le Bellum Suebicum de 97 et le Panégyrique de Pline, dans Mémorial d’un voyage d’études d (...)

2Voulant trouver une explication historique à l’incendie de Strasbourg, le même auteur a ensuite mis sur pied une théorie qui – à défaut d’autre chose – a au moins le mérite de l’originalité, et à laquelle il n’a jamais renoncé3 malgré l’accueil plus que réservé qui lui a été fait par la plupart des autres chercheurs4.

3Pour Hatt, la destruction de la cité rhénane serait la conséquence d’une révolte légionnaire demeurée auparavant insoupçonnée. Le scénario des événements, tels qu’ils ont été reconstitués par l’historien français, est le suivant : en Germanie supérieure, sous Nerva, il y aurait eu cinq légions, à savoir la Ière Adiutrix à Mayence, la XIe Claudia à Windisch, la XIVe Gemina et la XXIe Rapax en position avancée sur le « limes », la VIIIe Augusta à Strasbourg. La présence de deux légions en position avancée s’expliquerait par les travaux de construction du « limes », ainsi que par des motifs de défense et de pacification des Champs Décumates.

  • 5 J.-J. HATT, Les récentes fouilles de Strasbourg, pp. 40-46 ; cf. aussi les références citées en not (...)

4Subitement, la XXIe Rapax se serait soulevée contre l’empereur et, emmenant avec elle un fort parti de Suèves, comme elle l’avait fait des Chattes au moment du soulèvement de Saturninus en 88-89, aurait traversé les Champs Décumates, tombant sur Strasbourg, la mettant à sac et la ravageant, torche au poing. Trajan, alors légat de Germanie supérieure, accourant à la rescousse à partir de Mayence avec la Ière Adiutrix et la XIVe Gemina, aurait écrasé les séditieux et leurs alliés suèves et dissous la légion rebelle. Enfin, Nerva aurait récompensé Trajan en l'adoptant, en le désignant comme successeur au trône et en lui conférant le titre de « Germanicus »5.

5Hatt fait valoir comme preuves de sa théorie – outre les indices archéologiques fournis par les fouilles – les éléments suivants :

    • 6 C.I.L., V, 7425 = DESSAU, I.L.S., 2720 ; A. Ep., 1923, no 28.

    Deux inscriptions mentionnent des décorations et des distinctions honorifiques remportées par des officiers des légions Ière Adiutrix et XIVe Gemina lors d’un « Bellum Suebicum »6.

    • 7 C.I.L., XIII, 5201, 11514, 11524.

    On perd toute trace de la XXIe légion dès 90 après J.-C., et certaines de ses inscriptions du camp de Vindonissa (Windisch), où la VIIIe légion envoya des détachements au tournant des Ier et IIe siècles, ont été martelées7, probablement en signe d’ignominie.

    • 8 « Quam speciosum est enim quod disciplinant castrorum lapsam, extinctam refovisti depulso prions sa (...)

    Un passage du « Panégyrique » de Pline le Jeune montre Trajan comme le restaurateur de la discipline des camps8.

    • 9 C. PATSCH, Der Kampfum den Donauraum unter Domitian und Trajan, Vienne, 1937, p. 62.
    • 10 « Urbes [Traianus] trans Rhenum in Germania reparavit » (EUTR., VIII, 2).
    • 11 « Germaniam trans Rhenum in pristinum statum reduxit » (OROS., VII, 12).

    Deux brèves mentions d’Eutrope et d’Orose, portant toutes deux sur des événements antérieurs à la première guerre dacique de Trajan – qui commence en 1019 – font référence, la première à la reconstruction de cités en Germanie transrhénane10, la seconde à l’apaisement de troubles dans la même région11.

    • 12 « Traiano a Nerva adoptato [Hadrianus] ad gratulationem exercitus missus Germaniam Superiorem trans (...)

    Un court passage de l’Histoire Auguste stipule qu’après l’adoption de Trajan, Hadrien, son pupille, fut envoyé en Germanie supérieure pour y féliciter l’armée12.

  • 13 Cf. supra, n. 9.

6La théorie de Hatt prête cependant le flanc à un nombre de critiques particulièrement élevé. En premier lieu, on peut contester la datation des événements : en effet, le fait d’avoir retrouvé une pièce de monnaie datant de 96 ne permet en aucun cas de dater les destructions de 96-97. Nous avons avec l’an 96 un terminus post quem, mais c’est tout. Et s’il est assez probable que l’incendie de Strasbourg ait eu lieu sous le règne de Nerva, rien ne dit qu’il ne s’est pas produit au début de celui de Trajan, le seul terminus ante quem dont nous disposions étant l’année 10113.

  • 14 RITTERLING, Legio, dans Paulys Real-Encyclopädie der klassischen Altertumswissenschaft, t. XII, Stu (...)
  • 15 RITTERLING, op. cit, col. 1735-1736 ; J. SZILAGYI, op. cit., pp. 163-166, 171-175.
  • 16 RITTERLING, op. cit., col. 1789-1790 ; J. SZILAGYI, op. cit., pp. 163-166, 171-175.
  • 17 Cf. DION CASS., LXVIII, 3, 4 et PLIN., Pan., 8, 2-3, qui font mention d’une victoire en Pannonie, a (...)
  • 18 « ...Germanici nomen hinc missum » (PLIN., Pan., 9, 2).

7Passons encore sur ce premier point : d’autres éléments, bien plus décisifs, permettent de porter à cette théorie un coup fatal : les travaux de Ritterling, confirmés ultérieurement par ceux de J. Szilagyi – et dont Hatt a fait fi – ont révélé qu’avec un haut degré de probabilité la Ière Adiutrix fut transférée sur le Danube dès 85-8614 et la XIVe Gemina en 9215 ; quant à la XXIe Rapax, envoyée elle aussi sur le front danubien, elle fut anéantie dans les durs combats de l’an 92 contre les Quades et les Marcomans16... Elle aurait donc difficilement pu se révolter en 96. Dès lors, le « Bellum Suebicum » qui a permis à Nerva de prendre le titre de « Germanicus » avant de l’étendre à Trajan, doit être considéré comme ayant eu lieu sur les rives du Danube, où des combats ont été livrés, presque sans discontinuer, contre des tribus suèves, de l’époque de Domitien à celle de Trajan17. Pline le Jeune confirme d’ailleurs implicitement cette dernière théorie : dans son « Panégyrique », consacré à Trajan, il garde un silence discret sur les circonstances dans lesquelles ce dernier a obtenu son titre de « Germanicus », se contentant de mentionner incidemment que le titre lui fut envoyé « à partir de Rome »18. Une telle discrétion chez un panégyriste peut laisser supposer que Trajan ne reçut pas son titre à la suite d’une action militaire personnelle, mais bien à la suite de son adoption, Nerva lui transférant un titre que lui-même avait pris après une victoire remportée par une autre armée que celle de Germanie.

  • 19 « TI · CLAUDIO · CAESARE » (C.I.L., ΧΙII, 5201, 11514).
  • 20 C.I.L., ΧΙII, 11524.
  • 21 RITTERLING, col. 1788-1789.

8Le martelage des inscriptions de la XXIe Rapax ne constitue guère plus un indice valable : en effet, deux des trois inscriptions datent de l’époque de Claude (41-54 ap. J.-C.)19, et la troisième n’est pas datable20, ce qui signifie – compte tenu du fait que la XXIe légion avait déjà pris part, en 88-89 ap. J.-C., à la révolte de Saturninus21 – que le martelage des inscriptions doit plus que probablement être mis en rapport avec cette dernière révolte, et non pas avec une très hypothétique rébellion militaire datant du règne de Nerva.

  • 22 « ...ad gratulationem exercitus... » (Hist. Aug., Vita Hadr., 2, 5).
  • 23 J.-J. HATT, Histoire de la Gaule romaine.... p 169 ; ID., L'incendie d’Argentorate… p. 135 ; ID., L (...)

9Enfin, en ce qui concerne les preuves littéraires avancées par Hatt, quoi de plus normal que ce soit Hadrien qui ait été envoyé en Germanie après l’adoption de Trajan « pour féliciter l’armée »22 ? Hatt veut voir derrière cette phrase la trace d’une victoire militaire23, mais n’est-il pas plus logique de penser que Nerva fit porter ses félicitations à l’armée du Rhin non parce que celle-ci avait remporté une quelconque victoire, mais bien parce que c’était son commandant en chef qui avait été choisi comme successeur au trône ?

  • 24 « Quam speciosum est enim quod disciplinant castrorum lapsam, extinctam refovisti depulso prioris s (...)
  • 25 « Corrupta est disciplina castrorum ut corrector emendatorque contingeres ; indictum pessimum exemp (...)
  • 26 On peut noter, en effet, qu’à chaque fois Pline parle d’un mal dont a souffert la « disciplina cast (...)
  • 27 DION CASS., LXVIII, 3, 3 ; Epit. Caes., ΧII, 8 ; A. GARZETTI, Nerva..., pp. 81-82. Preuve de cette (...)
  • 28 Signalons au passage que M. DURRY, op. cit., p. 198, admet quant à lui que la paragraphe 18,1 pourr (...)
  • 29 M. DURRY, op. cit., pp. 198-199.

10Quant au témoignage de Pline, il peut paraître décisif... coupé du contexte. En effet, si l’on reprend la mention du « Panégyrique », 18, l24 et qu’on la compare au paragraphe 6,225, dont les termes sont fort semblables26, on constate que la « disciplina castrorum » bafouée concerne la révolte des prétoriens survenue au début du règne de Nerva, et au cours de laquelle l’empereur dut accepter de faire exécuter, contre son gré, deux dignitaires du régime, Petronius et Parthénius27, et non une hypothétique révolte en Germanie supérieure28. Il n’y a donc chez Pline pas la moindre mention d’une victoire que Trajan aurait pu remporter en Germanie, alors que, selon M. Durry29, cet habile flatteur qu’était Pline n’aurait certainement pas laissé passer une aussi belle occasion de déverser un nouveau flot de louanges sur le compte de Trajan.

11Mais alors, qu’a-t-il donc bien pu se passer en Germanie vers la fin du premier siècle ? Car même si la thèse de Hatt présente des failles considérables, il n’en demeure pas moins vrai qu’il s’est produit quelque chose de tragique et d’inhabituel : les ruines d’Argentorate (Strasbourg) sont là pour en témoigner.

  • 30 Ibid., p. 199.
  • 31 Th. MOMMSEN, Zur Lebensgeschichte des jüngeren Plinius, t. B, Berlin, 1906, p. 449.

12Durry30, se basant sur l’exemple des incendies qui ont ravagé Rome, quelquefois de fond en comble, estime pouvoir attribuer le sinistre de Strasbourg à des causes accidentelles, ce qui semble clore le problème. Alors, faut-il obligatoirement conclure, comme l’avait déjà fait en son temps Th. Mommsen, en disant que « ...das Schweigen des Plinius in seiner Dankrede in diesem Falle einem ausdrücklichem Zeugnis ist, daß in Germanien unter Nerva weder Krieg noch Kriegsgefahr stattgefunden hat... »31 ? Non, car une autre explication, qui ne semble guère avoir retenu, jusqu’à présent, l’attention de la critique, est également envisageable.

  • 32 M. DURRY, op. cit., pp. 198-199 ; Th. MOMMSEN, op. cit., pp. 447-450.

13Durry et Mommsen, qui nient tous deux l’existence d’un conflit, ou plus simplement de troubles sur les bords du Rhin32, partent en effet d’un double postulat :

  1. Que l’incendie d’Argentorate a été accidentel.

  2. L’argument du silence, c’est-à-dire que Pline aurait certainement parlé des troubles s’ils avaient eu lieu.

  • 33 Cf. supra, p. 29, 4°.
  • 34 OROS., VII, 12 ; cf. supra, n. 11.
  • 35 « Urbes... » (EUTR., VIII, 2) ; cf. supra, note 10.

14Or, déjà en ce qui concerne l’incendie, force est de constater que l’explication accidentelle se heurte, dans le cas de Strasbourg, à quelques solides objections. D’abord et avant tout, elle est en porte-à-faux avec les témoignages d’Orose et d’Eutrope, qui – comme nous l’avons déjà signalé plus haut33 – font référence, l’un à la répression des troubles en Germanie transrhénane (c’est-à-dire sur la rive du Rhin faisant face à Strasbourg)34, l’autre à la destruction dans la même région de « villes »35. La combinaison de ces deux témoignages, et peut-être plus encore le fait qu’Eutrope parle de « villes » détruites au pluriel, sont bien évidemment de nature à jeter plus qu’une lueur de doute sur l’hypothèse d’une destruction non volontaire d’Argentorate.

  • 36 F. PETRY, op. cit., p. 63.
  • 37 F. PETRY, op. cit., p. 65. Cf. aussi J.-J. HATT, Les récentes fouilles de Strasbourg..., p. 42.

15De plus, il est troublant de constater qu’à Strasbourg même l’incendie s’est étendu de part et d’autre de 1'Il1, la rivière dont les méandres enserrent la ville, touchant tant le camp militaire que les « canabae », entre lesquels il y avait « certainement une distance de sécurité », pour paraphraser F. Petry36, et atteignant même le faubourg de Konigshoffen, encore « plus éloigné du camp »37. Tous ces éléments tendent eux aussi à prouver qu’il y a eu destruction systématique de la cité.

  • 38 H.U. NUBER, Das Steinkastell Hofheim (Main-Taunus-Kreis), dans Studien zu den Militärgrenzen Roms, (...)
  • 39 H.U. NUBER, op. cit., pp. 226-234 ; B. OLDENSTEIN-PFERDEHIRT, Die römischen Hilfstruppen nördlich d (...)
  • 40 Pour la localisation géographique exacte de ces ouvrages, cf. H. SCHOENBERGER, Die römischen Truppe (...)

16En outre, des fouilles dans le fort de Hofheim, sur le « limes », non loin de Mayence, ont révélé que celui-ci – nouvel indice de troubles en Germanie supérieure à l’époque qui nous concerne – avait été incendié vers la fin du Ier siècle. On a en effet découvert dans les décombres cinq pièces de monnaie brûlées, dont la plus récente – tout comme à Strasbourg – date de 96 ap. J.-C.38. Par ailleurs, d’autres ouvrages fortifiés du « limes », tous proches de Hofheim, ont eux aussi été livrés aux flammes à un moment qui demeure difficile à dater avec précision, mais qui pourrait très bien se situer, encore une fois, aux alentours de la fin du Ier siècle39. Il s’agit en l’occurrence des forts de Wiesbaden, Francfort, Heddernheim et Okarben40.

  • 41 J.-J. HATT, L'Alsace celtique et romaine..., p. 35 ; ID., Histoire de la Gaule romaine..., p. 167 ; (...)
  • 42 Cf. supra, pp. 28 et 30.

17Enfin, signalons que Hatt a, en son temps, relevé l’existence d’une série de localités d’Alsace et de Lorraine qui ont été ravagées par le feu à une date postérieure à 70 ap. J.-C.41. Certes, il est impossible de mettre, sans plus, ces destructions en rapport avec les troubles de la fin du Ier siècle, attendu que la Germanie supérieure fut déjà secouée en 88-89 par la révolte de Saturninus à Mayence42. Mais il est néanmoins intéressant de constater que deux de ces localités (Brumath et Saverne) se trouvent à proximité de Strasbourg, et qu’une troisième (Seltz) est située sur les rives mêmes du Rhin, entre Strasbourg et Mayence.

  • 43 Cf. supra, p. 29 et notes 9 et 10 ; p. 32 el notes 34 et 35.
  • 44 Cf. supra, p. 31 et notes 29 et 31.
  • 45 Cf. supra, p. 27 et note 1 ; p. 32 et notes 36, 37 et 38.
  • 46 Cf. supra, p. 32 et notes 39 et 41.
  • 47 L’hypothèse d’une révolte légionnaire doit être écartée avec fermeté, car elle aurait obligatoireme (...)

18Quant à l’argument du silence, il n’a dans le cas présent qu’une valeur fort partielle ; le silence de Pline prouve que Trajan n’a pas remporté de victoire en Germanie, rien ne dit qu’il n’y a pas essuyé un échec. Ce dernier élément nous amène à avancer une nouvelle théorie sur les causes de la destruction de Strasbourg. Au vu de l’ensemble des informations à notre disposition – référence à des troubles et à des villes détruites chez Orose et Eutrope43, mutisme pudique de Pline dans son « Panégyrique »44, preuves matérielles solides fournies par les sources archéologiques dans le cas de Strasbourg et de Hofheim45, indices plus ténus offerts par ces mêmes sources archéologiques pour ce qui concerne d’autres forts et localités de Germanie supérieure46 –, il ne reste finalement qu’une hypothèse qui permette d’expliquer de manière satisfaisante comment a pu survenir l’incendie d’Argentorate, et c'est celle d’une incursion couronnée de succès des Barbares en territoire romain47.

  • 48 Cf. L. SCHMIDT, Geschichte der deutsche Stämme bis zum Ausgang der Völkerwanderung. Die Westgermane (...)
  • 49 Cf. supra, pp. 29 et 30 et notes 14, 15, 16, 17.
  • 50 Cf. supra, note 41.
  • 51 DION CASS., LXVIII, 3, 4 ; Hist. Aug., Vita Hadr., 2, 5 ; R. HANSLIK, col. 1042-1044 ; A. LIPPOLD, (...)

19Un puissant groupe de guerriers germains, presque certainement des Chattes, compte tenu de la répartition géographique des peuples germaniques48, a très bien pu, entre 96 ap. J.-C. et le tournant du siècle, percer le « limes » près de Mayence – « limes » dégarni de troupes à cause des troubles persistants sur le Danube49 –, dévastant au passage certains ouvrages fortifiés. Ensuite ces mêmes guerriers auraient pu, évitant Mayence ou ne pouvant s’emparer de celle-ci, pénétrer plus avant dans le pays, ravageant peut-être des villes telles que Seltz, Brumath et Saverne avant d’atteindre et de mettre à sac Strasbourg, elle aussi privée d’une partie de sa garnison au profit de 1’armée du Danube. Peut-être, mais peut-être seulement, faudrait-il également chercher dans ces Barbares les responsables de la destruction de Metz50, située plus loin à l’intérieur des terres. Enfin, les pillards germaniques se seraient retirés avant que l’armée romaine ne puisse regrouper ses unités pour une contre-attaque qui les aurait certainement mis à mal. Cette hypothèse permet en tout cas – tout en restant en harmonie avec les autres sources – de trouver une explication plus que satisfaisante au silence de Pline, silence d’autant plus compréhensible que le responsable de la défense de la Germanie supérieure à l’époque des événements n’était personne d’autre que Trajan lui-même, d’abord légat de la province avant d’obtenir un commandement spécial sur les deux Germanies et de devenir finalement empereur en titre51.

  • 52 Cf. supra, p. 28 et notes 5 et 6 ; p. 30 et note 17.
  • 53 Cf. supra, note 48.
  • 54 PTOLEM., II, 11,6 et 8 ; STRAB., VII, 90 ; TAC, Germ., 38,1 ; L. SCHMIDT, t. I, pp. 128-220 ; t. II (...)
  • 55 DION CASS., LXVIII, 3, 4 ; PLIN., Pan., 8, 2-3.
  • 56 Cf. supra, p. 30 et note 17 ; voir aussi note 3, ainsi que p. 28 et note 5.

20Reste un dernier problème : compte tenu de la dernière théorie avancée, ne pourrait-on considérer que le « Bellum Suebicum » dont il a été question plus haut et qui a valu (indirectement) à Trajan le titre de « Germanicus »52 est à mettre en relation avec les événements de Germanie au lieu de vouloir y voir une manifestation d’actions militaires en région danubienne ? À notre sens, non, et ce pour trois raisons : d’abord, il faut se rendre compte que les Chattes, ethnie à laquelle appartenaient plus que probablement les envahisseurs de la fin du Ier siècle53, n’étaient pas considérés par les Romains de l’époque comme des Suèves54. En second lieu, n’oublions pas le silence de Pline : si Trajan avait reçu le titre de « Germanicus » à la suite d’une action victorieuse menée contre les assaillants de Strasbourg, Pline n’aurait certainement pas manqué d’en faire ses choux gras, alors que nous nous trouvons confrontés à un mutisme glacial – et de très mauvais augure – de sa part. Enfin, il est à noter que, si les sources ne disent mot d’une quelconque victoire en Germanie, tant Pline le Jeune que Dion Cassius mentionnent l’annonce d’un succès militaire remporté en Pannonie sous le règne de Nerva55. Nous continuerons donc, tout comme la plupart de nos prédécesseurs56, à voir dans ce « Bellum Suebicum » – et dans le titre de « Germanicus » qui a été pris à la suite de celui-ci – la marque d’affrontements sur le front danubien.

Notes

1 J.-J. HATT, L'incendie d’Argentorate en 96-97 ap. J,-C., une révolte militaire ignorée dans les Champs Décumates, sous Nerva, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions, 1949, p. 132 ; ID., Les récentes fouilles de Strasbourg (1947-1948), leurs résultats pour la chronologie d’Argentorate, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions, 1949, pp. 42-43.

2 J.-J. HATT, Les récentes fouilles de Strasbourg..., p. 42.

3 En dehors des deux références déjà citées en note 1, cf. aussi J.-J. HATT, L’Alsace celtique et romaine, de 2200 avant J,-C. à450 après J,-C., Wettolsheim, 1978, p. 35 ; ID., Essai de synthèse sur l’histoire et la topographie de Strasbourg romain, dans Miscellanea Giovanni Galbati, t. II, Milan, 1951, pp. 19-31 ; ID., Histoire de la Gaule romaine, Paris, 1959, pp. 167-169 ; ID., Les résultats historiques des fouilles de Strasbourg, dans Historia, t. II, 1953-1954, pp. 238-240 ; ID., Résultats historiques des fouilles de Strasbourg et de Metz, dans Mémoires de l’Académie nationale de Metz, VIe série, t. IV-V, 1976-1977, pp. 123-124 ; ID., Strasbourg romain, dans Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, t. I (dir. G. LIVET et F. RAPP), Strasbourg, 1980, pp. 91-93.

4 M. DURRY, Le Bellum Suebicum de 97 et le Panégyrique de Pline, dans Mémorial d’un voyage d’études de la Société nationale des Antiquaires de France en Rhénanie (juillet 1951), Paris, 1953, pp. 197-200 ; A. GARZETTI, From Tiberius to the Antonines. A history of the Roman Empire A.D. 14-192, éd. trad. et revue par J.R. FOSTER, Londres, 1974, pp. 659-660 ; ID., Nerva, Rome, 1950, p. 38, n. 5 ; R. HANSLIK, M. Ulpius Traianus, dans Paulys Real-Encyclopädie der klassischen Altertumswissenschaft, Suppl., t. X, Stuttgart, 1965, col. 1044 ; P. KNEISSL, Die Siegertitulatur der römischen Kaiser. Untersuchungen zu den Siegerbeinamen des ersten und zweiten Jahrhunderts, Göttingen, 1969, pp. 59-66 ; E. MALCOVATI, Plinio il Giovane. Il panegerico di Traiano, Florence, 1952, p. 31 ; R. SYME, Tacitus, t. I, Oxford, 1958, p. 11. Seul s’est rallié à la théorie de HATT, J. CARCOPINO ; L’hérédité dynastique chez les Antonins, dans Revue des études anciennes, t. LI, 1949, p. 271. À noter que le plus récent article paru sur l'histoire du Strasbourg romain, celui de F. PETRY, La ville romaine : Argentoratum, dans Histoire de Strasbourg (dir. G. LIVET et F. RAPP), Strasbourg, 1987, pp. 35-85, ne se prononce d’aucune manière sur la théorie de HATT.

5 J.-J. HATT, Les récentes fouilles de Strasbourg, pp. 40-46 ; cf. aussi les références citées en note 3.

6 C.I.L., V, 7425 = DESSAU, I.L.S., 2720 ; A. Ep., 1923, no 28.

7 C.I.L., XIII, 5201, 11514, 11524.

8 « Quam speciosum est enim quod disciplinant castrorum lapsam, extinctam refovisti depulso prions saeculi malo,... » (PLIN., Pan., 18, 1).

9 C. PATSCH, Der Kampfum den Donauraum unter Domitian und Trajan, Vienne, 1937, p. 62.

10 « Urbes [Traianus] trans Rhenum in Germania reparavit » (EUTR., VIII, 2).

11 « Germaniam trans Rhenum in pristinum statum reduxit » (OROS., VII, 12).

12 « Traiano a Nerva adoptato [Hadrianus] ad gratulationem exercitus missus Germaniam Superiorem translatus » (Hist. Aug., Vita Madr., 2, 5).

13 Cf. supra, n. 9.

14 RITTERLING, Legio, dans Paulys Real-Encyclopädie der klassischen Altertumswissenschaft, t. XII, Stuttgart, 1924-1925, col. 1387-1389 ; J. SZILAGYI, Les variations des centres de prépondérance militaire dans les provinces frontières de l’Empire romain, dans Acta Antiqua Academiae Scientiarum Hungaricae, t. II, 1953, pp. 163-166, 171-175.

15 RITTERLING, op. cit, col. 1735-1736 ; J. SZILAGYI, op. cit., pp. 163-166, 171-175.

16 RITTERLING, op. cit., col. 1789-1790 ; J. SZILAGYI, op. cit., pp. 163-166, 171-175.

17 Cf. DION CASS., LXVIII, 3, 4 et PLIN., Pan., 8, 2-3, qui font mention d’une victoire en Pannonie, annoncée à Rome juste avant l’adoption de Trajan par Nerva, et aussi M. DURRY, p. 199 ; A. GARZETTI, From Tiberius..., pp.304,660 ; R. HANSLIK, col. 1044 ; P. KNEISSL, pp. 59-66 ; E. MALCOVATI, p. 31 ; C. PATSCH, pp. 42-43 ; R. SYME, p. 11.

18 « ...Germanici nomen hinc missum » (PLIN., Pan., 9, 2).

19 « TI · CLAUDIO · CAESARE » (C.I.L., ΧΙII, 5201, 11514).

20 C.I.L., ΧΙII, 11524.

21 RITTERLING, col. 1788-1789.

22 « ...ad gratulationem exercitus... » (Hist. Aug., Vita Hadr., 2, 5).

23 J.-J. HATT, Histoire de la Gaule romaine.... p 169 ; ID., L'incendie d’Argentorate… p. 135 ; ID., Les résultats historiques des fouilles de Strasbourg..., pp. 239-240 ; ID., Strasbourg romain..., p. 92.

24 « Quam speciosum est enim quod disciplinant castrorum lapsam, extinctam refovisti depulso prioris saeculi malo,... »

25 « Corrupta est disciplina castrorum ut corrector emendatorque contingeres ; indictum pessimum exemplum ut optimum opponeretur ; postremo coactus princeps quos nolebat occidere ut daret principum qui cogi non posset,... »

26 On peut noter, en effet, qu’à chaque fois Pline parle d’un mal dont a souffert la « disciplina castrorum »et auquel Trajan a remédié.

27 DION CASS., LXVIII, 3, 3 ; Epit. Caes., ΧII, 8 ; A. GARZETTI, Nerva..., pp. 81-82. Preuve de cette théorie peut être trouvée dans le paragraphe 6, 2, où il est question, en rapport avec le relâchement de la « disciplina castrorum », du fait que l’empereur dut faire mettre à mort « qui il ne voulait pas » (« quos nolebat »).

28 Signalons au passage que M. DURRY, op. cit., p. 198, admet quant à lui que la paragraphe 18,1 pourrait se référer à un mécontentement existant dans tous les camps de l’Empire, mais uniquement à l’époque de Domitien, et non sous le règne de Nerva, ce qui ne change rien au fond du problème.

29 M. DURRY, op. cit., pp. 198-199.

30 Ibid., p. 199.

31 Th. MOMMSEN, Zur Lebensgeschichte des jüngeren Plinius, t. B, Berlin, 1906, p. 449.

32 M. DURRY, op. cit., pp. 198-199 ; Th. MOMMSEN, op. cit., pp. 447-450.

33 Cf. supra, p. 29, 4°.

34 OROS., VII, 12 ; cf. supra, n. 11.

35 « Urbes... » (EUTR., VIII, 2) ; cf. supra, note 10.

36 F. PETRY, op. cit., p. 63.

37 F. PETRY, op. cit., p. 65. Cf. aussi J.-J. HATT, Les récentes fouilles de Strasbourg..., p. 42.

38 H.U. NUBER, Das Steinkastell Hofheim (Main-Taunus-Kreis), dans Studien zu den Militärgrenzen Roms, t. III, éd. D. von PLANCK, Stuttgart, 1986, pp. 226-234 ; H. SCHOENBERGER, Die römischen Truppenlager der früheren und mittleren Kaiserzeit zwischen Nordsee und Inn, dans Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, t. LXVI, 1985, p. 372.

39 H.U. NUBER, op. cit., pp. 226-234 ; B. OLDENSTEIN-PFERDEHIRT, Die römischen Hilfstruppen nördlich des Mainz, dans Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, t. XXX, 1983, pp. 319-326 ; H. SCHOENBERGER, The Roman frontier in Germany. An archaeological survey, dans Journal of Roman Studies, t. LIX, 1969, p. 159 ; ID., Die römischen Truppenlager..., p. 381.

40 Pour la localisation géographique exacte de ces ouvrages, cf. H. SCHOENBERGER, Die römischen Truppenlager..., carte D.

41 J.-J. HATT, L'Alsace celtique et romaine..., p. 35 ; ID., Histoire de la Gaule romaine..., p. 167 ; ID., Résultats historiques des fouilles de Strasbourg et de Metz..., p. 123. Les localités concernées sont Saveme, Seltz, Brumath et Ehl en Alsace, Metz et Daspich-Ebange en Lorraine.

42 Cf. supra, pp. 28 et 30.

43 Cf. supra, p. 29 et notes 9 et 10 ; p. 32 el notes 34 et 35.

44 Cf. supra, p. 31 et notes 29 et 31.

45 Cf. supra, p. 27 et note 1 ; p. 32 et notes 36, 37 et 38.

46 Cf. supra, p. 32 et notes 39 et 41.

47 L’hypothèse d’une révolte légionnaire doit être écartée avec fermeté, car elle aurait obligatoirement été écrasée, attendu que Nerva et Trajan son restés au pouvoir. Or, nous l’avons déjà dit, nous n’avons conservé aucune trace de guerre victorieuse. Cf. supra, p. 31 et notes 29 et 31.

48 Cf. L. SCHMIDT, Geschichte der deutsche Stämme bis zum Ausgang der Völkerwanderung. Die Westgermanen, 2e éd., Munich, 1938-1940, t. I, pp. 128-220 ; t. II, pp. 33-124 ; voir aussi la carte de H. BENGTSON, Grosser historischer Weltatlas, t. I : Altertum, 6e éd., Munich, 1972, pl. 45.

49 Cf. supra, pp. 29 et 30 et notes 14, 15, 16, 17.

50 Cf. supra, note 41.

51 DION CASS., LXVIII, 3, 4 ; Hist. Aug., Vita Hadr., 2, 5 ; R. HANSLIK, col. 1042-1044 ; A. LIPPOLD, Traianus, dans Der Kleine Pauly. Lexikon der Antike, t. V, Munich, 1975, col. 919-920.

52 Cf. supra, p. 28 et notes 5 et 6 ; p. 30 et note 17.

53 Cf. supra, note 48.

54 PTOLEM., II, 11,6 et 8 ; STRAB., VII, 90 ; TAC, Germ., 38,1 ; L. SCHMIDT, t. I, pp. 128-220 ; t. II, pp. 33-124.

55 DION CASS., LXVIII, 3, 4 ; PLIN., Pan., 8, 2-3.

56 Cf. supra, p. 30 et note 17 ; voir aussi note 3, ainsi que p. 28 et note 5.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540