Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Quelques réflexions critiques autour de la Rome des Tarquins

Georges Scohy

Texte intégral

  • 1 A. ALFÖLDI, Early Rome and the Latins, Ann Arbor, s.d. [1965] (Jerome Lectures, ser. VE).

1Au cours des deux dernières décennies, depuis la publication de Early Rome and the Latins par A. Alföldi1, les recherches relatives aux origines et aux premiers siècles de Rome ont été fécondes. Les publications à caractère scientifique ne se comptent plus.

  • 2 Il faut signaler le cas particulier de l’archéologue suédois E. Gjerstad tenu à l’écart de ces deu (...)

2En examinant ces travaux, on voit se dégager deux tendances historiques. Des historiens et archéologues (M Pallottino, R.M. Ogilvie...) s’inscrivent dans une tendance de réévaluation de la tradition. D’autres, comme J. Heurgon et A. Hus, se livrent à une critique vigoureuse des données traditionnelles pour proposer des reconstitutions historiques nouvelles2.

  • 3 A. ALFÖLDI, Römische Frühgeschichte. Kritik und Forschung seit 1964..., Heidelberg, 1976 (Biblioth (...)

3Dans son ouvrage de 1965, A. Alföldi remet en question de nombreux aspects des débuts de l’histoire romaine. Ce bouleversement d’une série d’idées dont la solidité semblait ne plus devoir être mise en doute a réveillé les passions des historiens et des archéologues des origines et des premiers siècles de Rome. Jusqu’en 1974, le débat connut une première phase polémique. Après une nouvelle publication d’A. Alfoldi3, les critiques se sont approfondies sur base d’un examen rigoureux des sources de notre connaissance des premiers siècles de Rome.

4La période étudiée par A. Alföldi est très vaste : des origines légendaires de l’Vrbs à la dislocation de la Ligue latine en 338 av. J.-C. N’en retenons ici qu’un siècle : la période de Tarquin l’Ancien, Servius Tullius et Tarquin le Superbe, de 616 à 509 av. J.-C. selon la chronologie traditionnelle.

  • 4 A. ALFÖLDI, Early Rome and the Latins pp. 193-235.

5A. Alföldi a une vision surprenante de cette période : du milieu du VIIe siècle av. J.-C. à la fin du VIe, Tarquinia, Caeré, Vulci, Véies et Chiusi, cinq cités étrusques, ont exercé successivement leur domination politique sur la Ville4. Commençons par évoquer succinctement les éléments fondamentaux de la thèse de l’historien hongrois.

  • 5 A. ALFÖLDI affirme que Cneve Tarchunies Rumach, qu’on rencontre sur une des fresques de la tombe F (...)
  • 6 P. ROMANELLI, Tarquinia. Scavi e ricerche nell’area della città, dans Atti della Accademia Naziona (...)

6Tarquinia était la cité d’origine de la dynastie des Tarquins qui fournit plusieurs rois à l’Vrbs. Parmi eux on compte un Gnaeus Tarquinius qui n’a pas laissé de souvenir dans la tradition romaine5 tandis que Tarquin l’Ancien n’est qu’un doublet de Tarquin le Superbe. La domination de Tarquinia sur Rome est confirmée par un fragment épigraphique des Elogia Tarquiniensia6 : un général tarquinien aurait pris aux Latins neuf places fortes dont Rome.

  • 7 CATO, Orig., H.R.R., fr. 12 (=MACR., Sat., IIΙ, 5, 10).

7Caeré a dominé Rome en la personne du cruel roi Mézence qui aurait imposé aux Latins, y compris les Romains, un lourd tribut : lui remettre le fruit de leurs vignes7. Cette domination cérite serait confirmée par la puissance économique et le rayonnement culturel de cette cité d’Étrurie méridionale.

  • 8 ARNOBE, Adv. Nat., VI, 7 (=FAB. PICT., H.R.R., fr. 12). De nombreuses autres notices mentionnent l (...)
  • 9 DION. HAL., VII, 3,1.

8Interprétant des fresques de la tombe François, A. Alföldi affirme que Vulci, au milieu du VIe siècle av. J.-C., a dû faire face à une coalition de quatre cités dont Rome. À la faveur du massacre des chefs coalisés, quelques condottieri, Mastarna et les frères Caeles et Aulus Vibenna, rallièrent Rome pour y prendre le pouvoir. Selon l’historien hongrois, qui se base sur la pseudo-étymologie du Capitole8, Aulus fut roi avant que son compagnon Mastarna, qu’il refuse d’identifier à Servius Tullius, ne lui succède sur le trône de la Ville. Cette domination vulcienne, confirmée par la masse d’importations de céramique étrusco-corinthienne issues des ateliers de Vulci, connut son terme en 524 lors du passage d’une puissante armée étrusque qui allait guerroyer à Cumes9.

  • 10 Remains of Old Latin, édit. E.H. WARMINGTON, t. II, p. 138.

9Sur foi d’un fragment de deux vers du Romulus sive lupus de Naevius10, de l’exploitation des salines de l’embouchure du Tibre et du réseau de voies commerciales terrestres et fluviales qu’elle contrôlait, A. Alföldi affirme que Véies a dominé Rome. L’importante activité d’artistes d’origine véienne dans la Ville ne serait qu’une conséquence de cette emprise.

  • 11 Horatius Codès, Mucius Scaevola et Clélie ; LIV., II, 9-13.

10Porsenna, roi de Chiusi, a occupé et dominé Rome. Les actes de bravoure de quelques citoyens romains11 ne sont que pieuses légendes pour travestir la prise violente de la Ville par ce roi étrusque. Des traces d’incendie au Forum romain et au Forum boarium permettent de supposer cet épisode.

***

  • 12 Titre donné au compte rendu critique que J.-Cl. RICHARD a consacré à Early Rome and the Latins, da (...)
  • 13 .La Rome des Tarquins et les cités étrusques. Aspects de la recherche historique récente (1965-1980 (...)

11Cette « nouvelle histoire des débuts de la conquête romaine »12 ne pouvait laisser les historiens indifférents. Cette conception « alföldienne » de la phase étrusque de la royauté romaine prête le flanc à de nombreuses critiques. Du débat qui s’est rapidement ouvert nous avons analysé les principaux éléments en d’autres lieux13. Au terme de ce travail, quelques réflexions méthodologiques se sont imposées.

12La critique historique qu’enseigne Monsieur J. Paquet est orientée vers le travail du médiéviste. Elle doit être « repensée » par l’historien des premiers siècles de Rome.

  • 14 H.I. MARROU, De la connaissance historique, Paris, s.d. [1975] (Points Histoire, H21), p. 65.

13Nous avons tous lu : « [...] l’histoire se fait avec des documents comme le moteur à explosion fonctionne avec du carburant »14. Ne nous attardons pas à la notion de document historique pour porter notre attention sur le matériel dont dispose l’historien de la période étrusque de Rome.

14Nous pouvons rassembler nos sources au sein de deux grandes catégories : les sources littéraires de la tradition romaine d’une part, les sources épigraphiques et archéologiques d’autre part.

15Seuls Tite-Live et Denys d’Halicarnasse ont écrit une histoire complète et détaillée de la période étrusque de Rome. Nombreux sont les auteurs qui ne consacrent que de brèves notices à des points très précis des règnes des rois étrusques de Rome. Dans certains cas même, des auteurs tardifs citent leurs prédécesseurs ou se limitent à rappeler le contenu de textes littéraires d’époques antérieures. Ainsi la notice des Origines de Caton relative aux Vinalia, écrite vers le milieu du IIe siècle av. J.-C., nous est parvenue dans le texte des Saturnalia de Macrobe qui écrit à la fin du IVe siècle de notre ère. Arnobe, qui composa son Adversus Nationes vers 300 apr. J.-C. renvoie son lecteur à Fabius Pictor (IIIe siècle av. J.-C.) en ne signalant que le contenu d’un texte de l’annaliste.

16Un tel matériel pose des problèmes critiques aux chercheurs. Pour étudier la phase étrusque de la royauté romaine, Fabius Pictor est incontournable. Celui qu’on considère comme le premier historien romain a vécu au temps de la deuxième guerre punique ; il a écrit des Annales qui nous sont parvenues sous la forme de notices plus tardives. F. Pictor dut servir directement ou indirectement à Tite-Live et à Denys d’Halicarnasse. Ils ont composé leurs récits historiques à partir de la tradition des premiers annalistes romains et, peut-être aussi, en utilisant des sources plus anciennes aujourd’hui perdues. Ceci montre que nous ne possédons aucune source littéraire contemporaine de la phase étrusque de l’histoire romaine.

17À la fin de la République, au moment où Tite-Live et Denys d’Halicarnasse composent leurs récits, la tradition a déjà connu plusieurs siècles d’évolution. Puisqu’elle n’a pas été consignée par écrit sous une forme immuable au moment des événements qu’elle rappelle, la tradition n’est pas restée figée et s’est modifiée en se transmettant de génération en génération. Fabius Pictor, Tite-Live, Denys d’Halicarnasse et les autres historiens anciens ont écrit à des moments différents de l’évolution d’une même tradition. C’est là une donnée dont l’historien d’aujourd’hui ne peut pas se débarrasser.

18Dans les récits livien et dionysien il y a dès lors un noyau de vérité historique. L’historien doit le définir et en montrer les limites en confrontant les textes à d’autres types de sources.

19Les sources épigraphiques et archéologiques constituent la seconde catégorie de documents dont dispose l’historien de la Rome archaïque, lui fournissant des données contemporaines de cette époque reculée de l’Vrbs.

  • 15 Par exemple, cf. l’étymologie du Caelius.

20Les sources épigraphiques sont rares et leur contenu est généralement pauvre. La difficulté de leur utilisation est encore accentuée par l’impossibilité de comprendre la langue étrusque. Les quelques inscriptions étrusques découvertes sur le territoire de la Ville éternelle montrent qu’à l’époque des Tarquins, la langue latine n’était pas exclusive à Rome et que des éléments toscans étaient présents dans la Ville15.

21Les sources archéologiques souffrent d’une limite inhérente à leur nature. Quoique très intéressantes, elles restent muettes dans la mesure où elles ne permettent pas d’appréhender de très près la réalité historique. Vouloir réaliser une étude historique sur base des seules sources archéologiques est déraisonnable.

***

22Nous percevons que l’historien de la Rome archaïque, en raison du caractère des sources dont il dispose, doit appliquer des méthodes critiques particulières qui, parfois, viendront à l’encontre des règles de la critique historique classique.

23Le premier principe à ne jamais perdre de vue est qu’aucune connaissance vraisemblable de la Rome des Tarquins ne sera atteinte sans une confrontation des données de la tradition à celles de l’épigraphie et de l’archéologie.

24Il va sans dire que, contrairement à celui qui traite un sujet d’histoire contemporaine, l’historien des premiers siècles de Rome ne ploie pas sous une masse de documents dans laquelle il doit faire une sélection selon des critères qui pourront prêter le flanc à la critique. L’historien des Tarquins, en possession de toutes les sources relatives au sujet qu’il étudie, ne dispose que de peu de chose. Après avoir exploité toutes ces sources, il ne parviendra qu’à éclaircir certains points de son questionnaire. Il éprouvera alors combien sa connaissance est fragile et fragmentaire.

25Parce que sa documentation est très pauvre, l’historien de la Rome archaïque sera tenté de se livrer à des reconstitutions personnelles en recourant à des conjectures.

26Dans ce travail, le chercheur a un rôle presque illimité. Il devra dès lors se montrer très vigilant et se méfier de ses a priori et partis-pris : il ne se laissera pas aller à la tentation de l’hypercritique de la tradition romaine ni ne fera aveuglément confiance à celle-ci.

  • 16 H.-I. MARROU, De la connaissance historique…, p. 31.

27L’histoire vise à la « connaissance scientifiquement élaborée du passé »16 par l’exploitation des documents. C’est de leur rareté que souffre celui qui étudie la royauté étrusque de Rome. Il devra choisir des méthodes de réflexion propres pour chaque sujet. Son attitude face à un même type d’argument pourra se modifier, selon les cas envisagés, en fonction de la documentation disponible.

  • 17 Il est utile de consulter la reconstitution historique de E. GJERSTAD, Early Rome, VI. Historical (...)

28Il se méfiera avant tout des interprétations historiques de données archéologiques car celles-ci n’appréhendent pas de près la réalité de l’histoire. Une telle démarche peut conduire à des conclusions erronées17.

29Il est vrai que l’histoire ne se fait pas uniquement avec des documents écrits et qu’il faut interroger les sources archéologiques mais rien n’est aussi précis qu’un texte. C’est pourquoi l’historien de la Rome archaïque confrontera la tradition littéraire aux autres sources qu’il, a à sa disposition.

30Cette confrontation ne dissipera pas toutes les zones d’ombre. L’historien tentera légitimement de les pénétrer. Nous ne retenons ici, pour montrer la difficulté du travail, que deux cas particuliers que rencontre celui qui étudie la période étrusque de l’histoire romaine : le témoin unique et la reconstitution historique reposant sur le silence.

31Nous connaissons tous l’adage testis unus testis nullus que la critique historique classique retient. Pourtant, plusieurs attitudes raisonnables peuvent être adoptées pour l’époque qui nous occupe. Évoquons trois exemples étudiés par A. Alföldi.

32Gnaeus Tarquinius nous est connu seulement par les fresques de la tombe François à Vulci. Il est incontestablement un membre de la famille des rois romains mais son identité exacte par rapport à Tarquin l’Ancien et Tarquin le Superbe n’est pas précisée. De nombreuses hypothèses sont avancées : aucune ne l’emporte. Une attitude prudente et réservée s’impose ici : dans l’état actuel des connaissances, l’identité exacte de Gnaeus Tarquinius ne peut être précisée.

  • 18 X.I.L., 1668.

33L’identification Mastarna-Servius-Tullius nous est parvenue dans un discours de l’empereur Claude18 qui était un passionné d’étruscologie. Nous acceptons cette identification car on peut rassembler des éléments extérieurs au discours impérial pour oser ce rapprochement. L’empereur disposait de sources qui, vraisemblablement, mentionnaient cette identification. La linguistique montre l’origine étrusque du nom Servius Tullius et l’équivalence entre Mastarna et mag[i]st[e]r-na. En rapprochant de telles données et les notices traditionnelles relatives à la carrière de l’avant-dernier roi de Rome avant d’accéder au trône de l’Vrbs, cette identification n’a rien d’artificiel.

  • 19 Chronica minora, éd. Th. MOMMSEN, t. I (M.G.H., A.A., t. IX), p. 144.

34Un chronographe de 354 apr. J.-C.19 rapporte qu’Aulus Vibenna fut roi à Rome. La position à adopter ici est claire : testis unus testis nullus. De la douzaine de sources relatives à la pseudo-étymologie du Capitole, seule cette chronique tardive identifie la tête découverte dans les fondations du temple de Jupiter Optimus Maximus avec précision : CAPUT. OLIS. REGIS. Le rejet de cette affirmation est raisonnable : la notice du chroniqueur du IVe siècle apr. J.-C. vient s’opposer à tout ce que nous savons par ailleurs d’Aulus Vibenna. Le héros vulcien a été mêlé à des péripéties de l’histoire de Rome au milieu du VIe siècle et était contemporain d’un Gnaeus Tarquinius. Rien de plus !

35Les historiens des premiers temps de Rome se livrent à des reconstitutions des événements sur base de sources fragmentaires. Ces exposés hypothétiques peuvent être très influencés par la subjectivité de ceux qui les écrivent, même si le travail historique est mené avec grande rigueur. Le rôle de l’historien peut ici prendre des proportions démesurées.

36Ces reconstitutions historiques, dans l’état actuel de nos connaissances, sont-elles légitimes ?

37Oui. Assortissons néanmoins notre réponse de quelques restrictions.

38L’historien de la Rome archaïque proposera une reconstitution sans vouloir, à tout prix, écrire un récit cohérent et ininterrompu. Même en confrontant entre elles les pauvres sources à sa disposition, il restera pour lui des zones d’ombre qui seront approchées par des conjectures. En conséquence, le chercheur qui proposera de telles reconstitutions fera preuve d’humilité en reconnaissant que son travail gardera un caractère d’hypothèse tant que la découverte de nouvelles sources d’informations ne permettra pas d’atteindre une connaissance sûre du sujet. Dans son exposé, l’historien montrera clairement le caractère incertain de ses propositions. Il signalera que notre connaissance est limitée et que la certitude absolue concernant certains points ne peut être atteinte en raison de la pauvreté, voire l’absence, de documentation.

39Même si certaines reconstitutions historiques complètes de la phase étrusque de la royauté romaine laissent le lecteur parfois sceptique, elles sont légitimes dans la mesure où elles restent hypothétiques sur de nombreux points. Elles ont le mérite de susciter des études critiques et de nouvelles recherches.

40Après une lecture attentive des sources de la tradition littéraire romaine et après leur confrontation aux autres types de documents, l’historien des premiers siècles de Rome proposera des hypothèses de travail qui seront, plus tard, confirmées ou démenties à la faveur de nouvelles découvertes archéologiques ou épigraphiques...

41L’historien de la période étrusque de Rome se doit d’être humble, capable de reconnaître les limites de sa connaissance. Il acceptera que nombreuses sont les questions relatives aux premiers siècles de la Ville éternelle non encore résolues...

Notes

1 A. ALFÖLDI, Early Rome and the Latins, Ann Arbor, s.d. [1965] (Jerome Lectures, ser. VE).

2 Il faut signaler le cas particulier de l’archéologue suédois E. Gjerstad tenu à l’écart de ces deux tendances en raison de la nouveauté de sa réflexion sur les débuts de Rome. Il pourrait s’inscrire dans le mouvement de réévaluation de la tradition mais, sur base de ses investigations, il reconsidère toute la chronologie varronienne, plaçant la fondation de l’Vrbs vers 575 av. J.-C.

3 A. ALFÖLDI, Römische Frühgeschichte. Kritik und Forschung seit 1964..., Heidelberg, 1976 (Bibliothek der klassischen Altertumswissenschaften, neue Folge, 1. Reihe, Band 6).

4 A. ALFÖLDI, Early Rome and the Latins pp. 193-235.

5 A. ALFÖLDI affirme que Cneve Tarchunies Rumach, qu’on rencontre sur une des fresques de la tombe François à Vulci, est un roi Tarquin qui n’a laissé aucune trace de sa présence dans la tradition écrite.

6 P. ROMANELLI, Tarquinia. Scavi e ricerche nell’area della città, dans Atti della Accademia Nazionale dei Lincei. Notizie degli scavi di Antichità, t. LXIII, 1948, p. 266, no 77.

7 CATO, Orig., H.R.R., fr. 12 (=MACR., Sat., IIΙ, 5, 10).

8 ARNOBE, Adv. Nat., VI, 7 (=FAB. PICT., H.R.R., fr. 12). De nombreuses autres notices mentionnent la découverte d’une tête humaine dans les fondations du temple de Jupiter capitolin.

9 DION. HAL., VII, 3,1.

10 Remains of Old Latin, édit. E.H. WARMINGTON, t. II, p. 138.

11 Horatius Codès, Mucius Scaevola et Clélie ; LIV., II, 9-13.

12 Titre donné au compte rendu critique que J.-Cl. RICHARD a consacré à Early Rome and the Latins, dans Revue des études latines, t. XLIV, 1966, pp. 9397.

13 .La Rome des Tarquins et les cités étrusques. Aspects de la recherche historique récente (1965-1980), Louvain-la-Neuve, 1984 (Mémoire de licence, UCL).

14 H.I. MARROU, De la connaissance historique, Paris, s.d. [1975] (Points Histoire, H21), p. 65.

15 Par exemple, cf. l’étymologie du Caelius.

16 H.-I. MARROU, De la connaissance historique…, p. 31.

17 Il est utile de consulter la reconstitution historique de E. GJERSTAD, Early Rome, VI. Historical Survey, Lund, 1973 (Acta Instituti Romani Regni Sueciae, ser. 4°, XVII, 6).

18 X.I.L., 1668.

19 Chronica minora, éd. Th. MOMMSEN, t. I (M.G.H., A.A., t. IX), p. 144.

Auteur

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540