Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Quand les modernes poursuivent la tradition antique. La réforme des tribus romaines par Servius Tullius

Françoise Debatty

Texte intégral

  • 1 Cf. mémoire inédit de F. DEBATTY, La réforme « servienne » des tribus. Présentation critique de th (...)
  • 2 J.-Cl. RICHARD, L’œuvre de Servius Tullius : essai de mise au point dans Revue historique de droit (...)
  • 3 ID., Les origines de la plèbe romaine. Essai sur la formation du dualisme patricio-plébéien (Bibli (...)
  • 4 ID., Les origines..., p. 403. Même avis de L.-R. MÉNAGER, Les collèges sacerdotaux, les tribus et (...)
  • 5 J.-Cl. RICHARD, L’œuvre..., p. 181.

1Dans le cadre de l’histoire des premiers siècles de Rome, la réforme dite servienne des tribus peut être un des sujets retenus pour démontrer la fragilité des reconstructions des historiens modernes, reconstructions basées sur des postulats bien souvent indémontrables1. L’analyse d’un des derniers articles de J.-Cl. Richard, consacré à l’œuvre de Servius Tullius2, illustre très bien cette tendance inflationniste de la production historique car dans d’autres études antérieures3, l’historien français attribuait déjà à Servius Tullius une réforme des tribus. Mais il insistait alors sur la volonté de Servius Tullius d’intégrer à la vieille population romaine une population d’origine étrusque marchands, artisans, techniciens – qui contribuait à la réalisation de grands travaux de la dynastie étrusque. Il était donc nécessaire, estimait J.-Cl. Richard, de renouveler les cadres administratifs et d’y introduire ces concitoyens au rôle primordial tant pour le développement de Rome que comme instrument de « coexistence pacifique et même de symbiose »4. Cette dernière idée est d’ailleurs reprise par J.-CL. Richard dans son article de 1983 qui ajoute qu’ainsi Servius Tullius consolide « l’unité d’un corps civique mise à mal, sous les règnes précédents par la volonté de puissance des premières familles patriciennes »5. Servius Tullius voulait de ce fait affaiblir les anciennes structures gentilices.

2On peut déjà se demander, à ce stade-ci de l’analyse, le bien-fondé d’un tel postulat. L’archéologie confirme la présence étrusque à Rome au VIe siècle av. J.-C. provoquant une organisation profonde et durable de la ville. Mais peut-on pour autant mettre en relation ces éléments historiques et une réforme administrative qui malheureusement pour nous ne laissa aucune trace archéologique et appartient peut-être à la légende ? De plus, l’objectif de Servius Tullius affaiblir les gentes – peut-il se dégager de l’étude critique des textes ?

  • 6 G.V. SUMNER, The Legion and the Centuriate Organization, dans The Journal of Roman Studies, t. LX, (...)

3Le point de renouvellement des théories de J.-Cl. Richard concerne la relation obligatoire et nécessaire, selon lui, entre une réforme du système tribal et le système centuriate créé par Servius Tullius6. En effet, il fallait nécessairement qu’aux quarante centuries correspondent dix tribus, c’est-à-dire quatre tribus urbaines et six tribus rustiques.

***

4Observons comment J.-Cl. Richard argumente sa reconstruction de la réforme servienne des tribus. Il sera intéressant, et c’est là l’objet de notre propos, d’analyser une à une ses propositions pour en démontrer le plus souvent leur fragilité.

  • 7 J.-Cl. RICHARD, L’œuvre..., p. 181 : « ... nous tenons pour acquis qu’il exerça le pouvoir dans le (...)
  • 8 Par exemple, une des dernières en date : R. THOMSEN, King Servius Tullius. A historical synthesis (...)
  • 9 G.V. SUMNER, The Legion..., p. 76.
  • 10 A. ALFÖLDI, Early Rome and the Latins, Ann Arbor, s.d., [1965], p. 306.

5Tout repose en effet sur deux postulats de départ. Le premier concerne l’historicité même de Servius Tullius. Ce roi étrusque de Rome a-t-il réellement existé ? J.-Cl. Richard n’en doute pas7 de même que la plupart des historiens modernes de ces trente dernières années8 sauf G.V. Sumner9 et A. Alfoldi10. Pour ce dernier, qui ne cite jamais le nom de Servius Tullius, la réforme a été réalisée par un des rois étrusques. Ce problème de l’existence même de Servius Tullius est au centre de nombreux débats que nous n’aborderons pas ici mais nous pensons utile d’attirer sur lui l’attention.

  • 11 PAUL. FEST., p. 506 L. : Urbanas tribus appellabant, in quas Urbs erat dispertita a Servio Tullio (...)
  • 12 AUR. VICT., de viris, VII, 7 : Populum in quattuor tribus distribua.

6Le second postulat de J.-Cl. Richard réside en une entière confiance en la tradition dont il ne nie pas l’historicité tout en, nous le verrons, l’utilisant selon ses besoins. Celle-ci lui apprend que le sixième roi créa l’organisation centuriate, le census et les tribus géographiques. Le savant français reprend – et avec raison, pensons-nous – les témoignages les plus anciens composés à l’aide des premiers annalistes et non les mises au point tardives de Festus au IIe siècle apr. J.-C.11 et d’Aurélius Victor au IVe siècle apr. J.-C.12.

  • 13 D.H., IV, 14, 1-2.
  • 14 Problème complexe et non abordé ici que celui des trois tribus génétiques ou appelées aussi « prim (...)
  • 15 Denys d’ailleurs au paragraphe suivant traite de l’organisation de la campagne : D.H., IV, 15, 1-3
  • 16 T.L., I, 43, 13.

7La majorité des textes anciens attribue à Servius Tullius la création de quatre tribus appelées plus tard urbanae. Denys d’Halicamasse13, dans un exposé dense et très élaboré, affirme que les trois tribus génétiques τρίϕυλον et ϕυλὰς τὰς γενικάς furent remplacées14 par quatre tribus locales τετράϕυλονει τοπικά Cette réforme touche la ville et non, comme le pense indûment selon nous J.-Cl. Richard, la ville et l’ager15. Même écho chez Tite-Live16 qui ne traite qu’en passant du découpage de l’espace urbain en quatre tribus.

  • 17 La « partie conservée donc authentique », selon J.Cl. RICHARD, L’œuvre..., p. 187, nous semble déj (...)

8Ce qui nous semble moins prudent, c’est de recourir au témoignage du P. Oxy. 2088. Selon J.-Cl. Richard, une priorité fut également donnée au sol de la ville puisque les pagi furent redistribués en tribus. Méfions-nous cependant de ce papyrus du IIe siècle apr. J.-C. très mutilé et dont les trois restitutions ne s’accordent pas. Les lacunes sont trop nombreuses et même s’il est clair qu’il traite de Servius Tullius, la prudence incite, pensons-nous, à ne pas retenir ce témoignage17.

  • 18 D.H., II, 76, 1.
  • 19 Plutarque également rend Numa responsable d’une telle décision (PLUT., Numa, 16).

9Pour étayer encore sa reconstruction de la réforme servienne des tribus, J.-Cl. Richard fait appel à la seconde partie du témoignage de Denys (D.H., IV, 15, I-3a) : l’ager fut découpé en μοΐραι appelées par Fabius Pictor et Vennonius tribus. Remarquons que dans la suite de son exposé sur l’organisation interne de ces divisions de la campagne, Denys n’utilise que le terme μοίρα et/ou πάγο ? ! De plus, comme l’historien d’Halicarnasse attribue également à Numa une division de l’ager en pagi18, il serait ainsi en contradiction, une fois de plus, avec lui-même. Peut-être s’agirait-il là d’un motif que la tradition applique aux grands hommes de son histoire, selon les besoins19.

  • 20 VARR., De Vita Populi Romani Lib. I, apud NONIUS, p. 62L : Et extra urbem in regiones XXVI agros v (...)
  • 21 Attention ! Fabius, dans le texte de Denys (D.H., IV, 15,1), présente l’hypothèse d’un découpage d (...)

10J.-Cl. Richard recourt également au témoignage de Vairon pour affirmer que Servius Tullius provoqua un découpage de la campagne en tribus ou regiones20 au nombre de vingt-six21.

  • 22 VARR., LL., V, 45 : Reliqua urbis loca dim discreta, cum Argeorum sacraria septem et viginti in qu (...)

11Arrêtons-nous un instant à ce fragment de Varron, phrase ne comportant pas de sujet et isolée de tout contexte. Doit-on dans ce cas le retenir ? Pourquoi y reconnaître Servius Tullius ? Varron peut être considéré comme un spécialiste de la question puisqu’il a écrit un Tribum Liber. Or il n’attribue pas à Servius Tullius une quelconque organisation tribale : les quatre tribus urbaines semblent s’être superposées aux quatre regiones préexistantes22. De toute façon, le rapprochement que fait J.-Cl. Richard de ce fragment de Varron avec d’autres passages relatant une distribution de terres par Servius Tullius apporte-t-il une preuve suffisante pour en déduire que la campagne fut divisée en tribus à l’époque de Servius Tullius ? La question reste ouverte à notre sens.

  • 23 T.L., II, 21, 7.
  • 24 Cela paraît logique.
  • 25 Opinion partagée par L.R. TAYLOR, The Voting Districts of the Roman Republic. The Thirty-five Urba (...)
  • 26 T.L., II, 16,5.
  • 27 Perioche, II, p. 6 dans l’édition de O. ROSSB ACH, T. Livi. Periochae omnium librorum (Bibliotheca (...)

12J.-Cl. Richard ne trouvant pas dans la tradition se rapportant directement à Servius Tullius la preuve de l’existence de tribus rustiques à l’époque servienne se tourne alors vers un autre passage plus tardif de Tite-Live qui relate ceci pour l’année 495 : Romae tribus una et viginti factae23. Voici quel est alors son raisonnement. Ces vingt et une tribus intègrent bien évidemment les quatre tribus urbaines24. Donc cette phrase est l’écho d’une tradition – tue par Tite-Live – selon laquelle le nombre des tribus était supérieur à quatre25. En effet, on ne dit pas qu’aux quatre tribus urbaines furent ajoutées dix-sept tribus : la preuve en est la création en 504 av.J.-C. de la tribu Claudia26. De plus, les annexions après la bataille et la victoire au Lac Régille n’étaient pas assez importantes pour former dix-sept tribus. Le témoignage de la Perioche va également dans ce sens puisque la tribu Claudia fut ajoutée aux autres tribus27. Par conséquence, conclut J.-Cl. Richard, la création des tribus rustiques se fit en deux temps : d’abord à l’époque de Servius Tullius – et non à celle de Tarquin le Superbe ni au début de la République – et ensuite en 495 av. J.-C.

  • 28 R. THOMSEN, King Servius Tullius..., p. 142, pense au contraire qu’il s’agit d’une innovation.
  • 29 Hypothèse de J. BAYET, Littérature latine (Collection U), 3’éd. revue, Paris, 1965, p. 235.
  • 30 Hypothèse de T. CORNELL, Alcune riflessioni sulla formazione della tradizione storiografica su Rom (...)

13Que penser de cette argumentation ? C’est tout le problème de l’interprétation de cette phrase de Tite-Live : doit-on y déceler l’existence implicite de tribus rustiques ou leur création à cette date28 ? Dans le premier cas, c’est utiliser l’argument du silence selon les besoins de la cause défendue. On peut en effet s’interroger sur le soi-disant silence de Tite-Live pour la période allant de Servius Tullius à cette date de 495 av.J.-C. Peut-être Tite-Live n’avait-il pas trouvé dans ses sources des informations précises et l’on peut supposer qu’il savait que toute une partie de la documentation relative à l’époque royale avait disparu lors de la prise de Rome par les Gaulois en 390 av.J.-C. Les uniques sources dont il disposait avaient très probablement été remaniées par les gentes qui avaient pris le pouvoir. D’où son silence29. On peut aussi présenter l’hypothèse contraire30 en estimant que malgré une documentation abondante et existante, Tite-Live n’y avait guère recours et qu’en insistant sur la fragilité de ses connaissances relatives aux premiers siècles de Rome, il tentait ainsi de justifier l’organisation interne de son œuvre qui plus elle avance dans le temps regorge de détails. Une fois de plus, nous constatons que la tradition peut être manipulée selon les théories des historiens modernes. La question reste donc ouverte.

14Le même raisonnement peut être tenu, pensons-nous, quant à l’usage de la mention de la création de la tribu Claudia en 504 av.J.-C. Tite-Live d’ailleurs, remarquons-le, avoue l’imprécision de sa chronologie à ce sujet.

  • 31 Relation contestée par Tite-Live (I, 43, 13) : ici, J.-Cl. Richard s’écarte de la tradition !
  • 32 Point de vue déjà partagé par P. DE FRANCISCI, Primordia civitatis (Pontificium institutum utriusq (...)

15J.-Cl. Richard poursuit alors le développement de sa théorie en faisant le lien entre le nombre de tribus à l’époque servienne et la classis31. Il faut nécessairement, affirme-t-il, qu’aux quarante centuries correspondent dix tribus, c’est-à-dire quatre tribus urbaines et six tribus rustiques. Ainsi Servius Tullius n’avantageait pas la ville par rapport à l’ager mais au contraire, il intégrait des populations d’origine différente32. C’est ici le point le plus critique, à notre avis, de cette reconstruction de la réforme servienne des tribus. En effet, les historiens modernes s’accordent pour affirmer l’anachronisme de la réforme centuriate. C’est donc sur base d’une conception purement arbitraire que J.-Cl. Richard s’appuie. Il agit donc un peu comme les auteurs anciens qui eux aussi mettaient en relation des événements selon les besoins de leur récit.

  • 33 J.-Cl. RICHARD, L’œuvre..., p. 190.
  • 34 Il n’est pas nécessaire, pensons-nous, de nous attarder à la discussion de ces détails car cela se (...)

16Quant à l’identité de ces six tribus rustiques, J.-Cl. Richard en retient cinq portant un nom de lieu (Lemonia, Pollia, Pupinia, Voltinia, Camilia) arguant du fait que ce sont les tribus situées le plus près de l’urbs et qu’elles portent aussi un nom géographique comme les quatre tribus urbaines. Il reprend ainsi les théories d’A. Alfoldi tout en s’y opposant car le savant hongrois date ces tribus rustiques du Ve siècle. La sixième tribu rustique, c’est la Romilia vu sa position : « elle fermait en effet trans Tiberim la boucle de l’ager Romanus antiquus »33 et compte tenu également de son nom34.

  • 35 Ibidem.
  • 36 Nous avons déjà souligné plus haut le caractère très fragile de cette source.
  • 37 PAUL. FEST., p. 102L sv : Lemonia tribus a pago Lemonio appellata, qui est a porta Capena via Lati (...)
  • 38 D.H., IV, 15,2-3 : un problème de vocabulaire sepose : le πάγoςgrec (=« rocher, falaise ») est-il (...)
  • 39 Terme volontairement imprécis pour ne pas retomber dans la confusion des auteurs anciens et modern (...)

17Ces tribus rustiques auraient été formées « à partir ou par regroupement de pagi nécessairement plus anciens »35, selon le témoignage du P. Oxy 208836, de Verrius Flaccus37 et de Denys38 chez lequel nous avions pu remarquer qu’il n’utilise pas le terme de ϕυλή lors de la description de l’organisation interne de chaque division39.

  • 40 Justifications confuses, nous semble-t-il, et dépasssant le cadre de cette étude.

18Bref, Servius Tullius aurait donc créé à la moitié du VIe siècle av. J.-C. dix tribus (quatre urbaines, six rustiques) pour lui permettre d’appliquer son système centuriate. J.-Cl. Richard estime que les objections à cette théorie telles que le témoignage de Tite-Live (I,43,13) ou les problèmes mathématiques de la relation entre centuries et tribus40, sont sans fondements.

***

  • 41 T. CORNELL, Alcune riflessioni..., pp. 19-34.
  • 42 C’est peut-être ce que sous-entend Denys (IV, 15, 1) lorsqu’il présente le témoignage de Caton.
  • 43 A. ALFÖLDI, Early Rome..., pp. 288-318, voit en l’épisode étrusque de Rome une invention mythique (...)

19Que peut-on tirer comme conclusions générales ? La thèse de J.-Cl. Richard repose uniquement sur une analyse de la tradition. Or celle-ci présente de graves problèmes. Un problème général bien sûr : un énorme décalage existe entre les faits et leur mise par écrit. Plusieurs siècles séparent la royauté étrusque des écrivains de la fin de la République et du début de l’Empire. Ensuite se présentent des problèmes plus spécifiques à la réforme servienne des tribus. Les Anciens ne se sont-ils pas inconsciemment ou non préoccupés soit de la ville (cela semble être le cas de Tite-Live), soit de la ville et de la campagne proche (ainsi que cela apparaît chez Denys) ? Autre problème que présente la tradition : un flottement au niveau du vocabulaire. Peut-on établir une équation entre les mots tribus (ou) et regio, pagus, ϕυλή / μοῖρα ? Tout cela donne l’impression que les Romains eux-mêmes ne savaient pas ou peut-être n’avaient jamais su comment cela s’était passé41. Ces récits pourraient donc être le reflet d’une incompréhension du passé et non une invention pure42. Ils ont pu de ce fait reconstruire arbitrairement, c’est-à-dire avec des termes impropres, un passé dans une certaine mesure exact mais qu’ils connaissaient mal43. Ces événements peut-être historiques auraient été recouverts d’interprétations secondaires, de préjugés involontaires et d’inventions rhétoriques. Il s’agirait donc d’une historicité globale sans que tout le récit soit de l’histoire. Les grandes lignes de la tradition « étrusque » de Rome sont d’ailleurs confirmées par l’archéologie.

20Une telle donnée extérieure à la tradition – l’archéologie – pourrait nous aider à y voir plus clair. Malheureusement, nous l’avons déjà dit, celte réforme administrative ne laissa aucune trace archéologique.

  • 44 G. DUMÉZIL, Servius et la fortune. Essai sur la fonction sociale de Louange et de Blâme et sur les (...)
  • 45 Idem, p. 148-149 ; 154.

21Le recours aux analyses propres à G. Dumézil auraient pu dès lors apporter un éclairage nouveau. Mais dans ce cas-ci, le savant français ne pense pas que « les traditions relatives à tout cet aménagement territorial aient une chance de s’être annexé beaucoup de matière mythique préexistante »44. Il ajoute même que la réforme des tribus pourrait être l’œuvre de Servius Tullius ou « d’une suite de chefs subsumés sous son nom », réforme qui à la différence de la tentative de Tarquin réussit car plus souple et plus « conservatrice »45.

  • 46 On a aussi comparé Servius Tullius à Dracon et à Solon !

22On a aussi l’impression que Servius Tullius a été présenté comme un roi législateur à la ressemblance de ce qui se passa en Grèce. Il aurait introduit un système tribal parallèle, comparable à celui de Clisthène46. Mais justement, ce rapprochement n’est-il pas trop parfait pour une ville qui s’urbanise lentement ? Il est par ailleurs exact, l’archéologie le confirme, qu’une influence grecque exista à Rome dès le VIIIe siècle av.J.-C. Elle s’exerça surtout dans le domaine de la vie quotidienne et économique mais peut-on pour autant l’étendre au domaine institutionnel ? Ce parallèle est peut-être plus ou moins volontaire de la part des auteurs anciens qui, n’ayant retenu de la réforme servienne que de vagues souvenirs, auraient retravaillé dans ce sens leurs récits.

  • 47 Tel est l’avis de J. POUCET, Les Sabins aux origines de Rome. Orientations et problèmes, dans Aufs (...)
  • 48 R. BLOCH, Tite-Live et les premiers siècles de Rome, Paris, 1965, p. 58 ; A. MAGDELAIN, Remarques (...)
  • 49 R. BLOCH, op. cit., p. 58.
  • 50 J. POUCET, Les origines de Rome. Tradition et histoire (Publications des Facultés universitaires S (...)

23On a aussi l’impression que les récits traditionnels ont voulu donner un maximum d’éclat et de valeur à une institution de date républicaine. Vieillissement systématique et donc même étiologie sont des constantes du récit ancien47. De même, la figure de Servius Tullius peut être considérée comme celle du « bon roi » jouant le rôle d’un aimant attirant sur lui toute une série de créations institutionnelles48. L’annalistique hyperpatriotique a voulu ainsi « s’approprier, dans la mesure du possible, la figure étrusque d’un roi de Rome... et concentrer sur elle l’essentiel des bienfaits que la royauté étrusque avait apportés à la ville »49. Ce principe se retrouve aussi pour le personnage de Romulus et est appelé « romulisation » par J. Poucet50. C’est donc peut-être, pensons-nous, une habitude des Anciens.

24Prudence donc ! D’autant plus que le point de départ de la reconstruction de J.-Cl. Richard est purement hypothétique. Tous les Modernes s’accordent pour dire que le système centuriate est anachronique et y recourir comme justification de la réforme des tribus par Servius Tullius est plus que téméraire.

  • 51 Cf. note 1.

25Les conclusions suggérées par l’analyse de cet article de J.-Cl. Richard sont applicables dans leur ensemble à toutes les autres thèses relatives à la réforme servienne des tribus et produites depuis 198051.

  • 52 R. THOMSEN, King Servius Tullius..., p. 138 : « ...there is not the slightest reason to question – (...)
  • 53 Décalage d’un petit siècle du règne de Servius Tullius.

26C’est donc un fait acquis, pour la majorité des Modernes, que Servius Tullius provoqua une réforme des tribus même si les avis divergent quant au nombre des tribus, à leur localisation et à leur relation avec d’autres éléments institutionnels ou plus largement historiques. Ils acceptent les données traditionnelles pourtant fragiles et confuses sans une véritable remise en question de celles-ci ni un appel à des données extérieures à celles-ci52 ; à l’exception, dans une certaine mesure, d’A. Alföldi qui n’attribue pas nommément à Servius Tullius la paternité de cette réforme. De même, E. Gjerstad bouleverse tout le système chronologique habituel mais sans être suivi53. Quant à G. V. Sumner, sa position est encore plus nette puisque, selon lui, Servius Tullius n’est pas le responsable de cette réforme. On a ainsi l’impression que les Modernes poursuivent la tradition antique en présentant des théories face auxquelles notre esprit critique doit rester vigilant. Ce problème de la réforme des tribus par Servius Tullius illustre donc bien la fragilité de nos connaissances concernant les premiers siècles de l’histoire de Rome.

Notes

1 Cf. mémoire inédit de F. DEBATTY, La réforme « servienne » des tribus. Présentation critique de thèses récentes (1959-1980). Mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de licencié en Histoire, Université catholique de Louvain, Faculté de Philosophie et Lettres, 1982.

2 J.-Cl. RICHARD, L’œuvre de Servius Tullius : essai de mise au point dans Revue historique de droit français et étranger, t. LXI, 1983, pp. 181-193.Son article plus récent : Recherches sur l’interprétation populaire de la figure du roi Servius Tullius, dans Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, t. LXI, 1987, pp. 205-225, n’aborde pas notre sujet.

3 ID., Les origines de la plèbe romaine. Essai sur la formation du dualisme patricio-plébéien (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, t. CCXXXII), Paris-Rome, 1978 ; opinion reprise plus tard dans : La population romaine à l’époque archaïque : sa composition, son évolution, ses structures, dans Roma arcaica e le recenti scoperte archeologiche. Milan, 1980, pp. 35-64.

4 ID., Les origines..., p. 403. Même avis de L.-R. MÉNAGER, Les collèges sacerdotaux, les tribus et laformation primordiale de Rome, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, t. LXXXVIII, 1976, pp. 455-543.

5 J.-Cl. RICHARD, L’œuvre..., p. 181.

6 G.V. SUMNER, The Legion and the Centuriate Organization, dans The Journal of Roman Studies, t. LX, 1970, pp. 67-78, partage également cette opinion mais selon lui ce système centuriate ne fut créé qu’au Ve siècle av. J.-C. et conjointement à une nouvelle organisation tribale, de date non servienne.

7 J.-Cl. RICHARD, L’œuvre..., p. 181 : « ... nous tenons pour acquis qu’il exerça le pouvoir dans les décennies moyennes du VIe siècle... »

8 Par exemple, une des dernières en date : R. THOMSEN, King Servius Tullius. A historical synthesis (Humanilas, t. V), Gyldendal, 1980.

9 G.V. SUMNER, The Legion..., p. 76.

10 A. ALFÖLDI, Early Rome and the Latins, Ann Arbor, s.d., [1965], p. 306.

11 PAUL. FEST., p. 506 L. : Urbanas tribus appellabant, in quas Urbs erat dispertita a Servio Tullio rege : id est Suburana, Palatina, Aesquilina, Collina.

12 AUR. VICT., de viris, VII, 7 : Populum in quattuor tribus distribua.

13 D.H., IV, 14, 1-2.

14 Problème complexe et non abordé ici que celui des trois tribus génétiques ou appelées aussi « primitives » ou « primordiales » ou encore « romuléennes ». Elles ne sont connues que par la tradition qui attribue déjà à Romulus leur création. Ces tribus auraient regroupé la population de Rome en fonction de la naissance. La réforme de Servius Tullius consiste en un changement du critère d’appartenance à une tribu : résider dans un certain endroit du territoire romain entraîne automatiquement l’appartenance à une tribu déterminée.

15 Denys d’ailleurs au paragraphe suivant traite de l’organisation de la campagne : D.H., IV, 15, 1-3.

16 T.L., I, 43, 13.

17 La « partie conservée donc authentique », selon J.Cl. RICHARD, L’œuvre..., p. 187, nous semble déjà bien trop succincte (lignes 11-12) et dépend de ce fait des reconstitutions.

18 D.H., II, 76, 1.

19 Plutarque également rend Numa responsable d’une telle décision (PLUT., Numa, 16).

20 VARR., De Vita Populi Romani Lib. I, apud NONIUS, p. 62L : Et extra urbem in regiones XXVI agros viritim liberis adtribuit.

21 Attention ! Fabius, dans le texte de Denys (D.H., IV, 15,1), présente l’hypothèse d’un découpage de la campagne en vingt-six parties μοίρας ? mais il ne pose pas d’équivalence entre les vingt-six μοίρας ? ou φυλάς ? et les regiones de Varron ainsi que le suppose J.-Cl. Richard.

22 VARR., LL., V, 45 : Reliqua urbis loca dim discreta, cum Argeorum sacraria septem et viginti in quattuor partis urbis sunt disposita... E quis prima scripta est regio Suburana, secunda Esquilina, tertia Coltina, quarta Palatina et VARR, LL., V, 56 : Ad hoc quattuor quoque partis urbis tribus dictae, ab locis Suburana, Palatina, Esquilina, Collina ; quinta, quod sub Roma, Romilia ; sic reliquae triginta ab his rebus in Tribum Libre scripsi : J.-Cl. Richard ne les cite pas. Pourquoi ?

23 T.L., II, 21, 7.

24 Cela paraît logique.

25 Opinion partagée par L.R. TAYLOR, The Voting Districts of the Roman Republic. The Thirty-five Urban and Rural Tribes (Papers and Monographs of the American Academy in Rome, t. XX), Rome, 1960, p. 6.

26 T.L., II, 16,5.

27 Perioche, II, p. 6 dans l’édition de O. ROSSB ACH, T. Livi. Periochae omnium librorum (Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum Teubneria), Leipzig, 1910.

28 R. THOMSEN, King Servius Tullius..., p. 142, pense au contraire qu’il s’agit d’une innovation.

29 Hypothèse de J. BAYET, Littérature latine (Collection U), 3’éd. revue, Paris, 1965, p. 235.

30 Hypothèse de T. CORNELL, Alcune riflessioni sulla formazione della tradizione storiografica su Roma arcaica, dans Roma arcaica e le recenti scoperte archeologiche, Milan, 1980, pp. 23-24.

31 Relation contestée par Tite-Live (I, 43, 13) : ici, J.-Cl. Richard s’écarte de la tradition !

32 Point de vue déjà partagé par P. DE FRANCISCI, Primordia civitatis (Pontificium institutum utriusque iuris. Studia et documenta, t. II), Rome, 1959, p. 670.

33 J.-Cl. RICHARD, L’œuvre..., p. 190.

34 Il n’est pas nécessaire, pensons-nous, de nous attarder à la discussion de ces détails car cela se résumerait à présenter une fois de plus des avis divergents d’auteurs modernes.

35 Ibidem.

36 Nous avons déjà souligné plus haut le caractère très fragile de cette source.

37 PAUL. FEST., p. 102L sv : Lemonia tribus a pago Lemonio appellata, qui est a porta Capena via Latina.

38 D.H., IV, 15,2-3 : un problème de vocabulaire sepose : le πάγoςgrec (=« rocher, falaise ») est-il l’équivalent du pagus latin (=« borne fichée en terre », de là « territoire rural délimité par des bornes, district ») ? Une étude approfondie peut suggérer comme hypothèse que Denys aurait retranscrit tel quel le mot latin pagus en πάγος sans pour autant remarquer que ces deux mots ne signifiaient pas la même chose.

39 Terme volontairement imprécis pour ne pas retomber dans la confusion des auteurs anciens et modernes.

40 Justifications confuses, nous semble-t-il, et dépasssant le cadre de cette étude.

41 T. CORNELL, Alcune riflessioni..., pp. 19-34.

42 C’est peut-être ce que sous-entend Denys (IV, 15, 1) lorsqu’il présente le témoignage de Caton.

43 A. ALFÖLDI, Early Rome..., pp. 288-318, voit en l’épisode étrusque de Rome une invention mythique créée par Fabius Pictor : celte thèse ne serait-elle pas nettement exagérée ?

44 G. DUMÉZIL, Servius et la fortune. Essai sur la fonction sociale de Louange et de Blâme et sur les éléments indo-européens du « cens » romain, Paris, 1943, pp. 148-149.

45 Idem, p. 148-149 ; 154.

46 On a aussi comparé Servius Tullius à Dracon et à Solon !

47 Tel est l’avis de J. POUCET, Les Sabins aux origines de Rome. Orientations et problèmes, dans Aufstieg und Niedergang der Romischen Welt. Von der Anfängen Roms bis zum Ausgang der Republik, t. I, Berlin-New York, 1972, p. 126 qui donne comme « motif étiologique institutionnel » outre les tribus, la dualité consulaire, les curies, le sénat.

48 R. BLOCH, Tite-Live et les premiers siècles de Rome, Paris, 1965, p. 58 ; A. MAGDELAIN, Remarques sur la société romaine archaïque, dans Revue des études latines, t. XLIX, 1971, p. 107 et R. RIDLEY, The Enigma of Servius Tullius, dans Klio, t. LVII, 1975, p. 152.

49 R. BLOCH, op. cit., p. 58.

50 J. POUCET, Les origines de Rome. Tradition et histoire (Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, t. 38), Bruxelles, 1985, pp. 200-217, 230, 296.

51 Cf. note 1.

52 R. THOMSEN, King Servius Tullius..., p. 138 : « ...there is not the slightest reason to question – as various hypercritical historians have done – the ancient tradition... ».

53 Décalage d’un petit siècle du règne de Servius Tullius.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540